• #Bruxelles (Jette) : un bac à fleurs installé au milieu d’une piste cyclable Rédaction, image : Twitter Jef Vandenbergen
    https://bx1.be/categories/mobilite/jette-un-bac-a-fleurs-installe-au-milieu-dune-piste-cyclable/?theme=classic

    Le dispositif a été installé récemment.
    Un bac à fleurs a été installé en plein sur la piste cyclable de l’avenue de Jette. Pour éviter la chute, les cyclistes doivent dévier de la piste. Le dispositif a été installé il y a quelques jours pour empêcher les automobilistes d’éviter un ralentisseurs récemment placé sur la voirie.

    Selon Bruxelles Mobilité, il s’agit d’une situation temporaire : “Nous sommes conscients que la situation n’est pas optimale pour les cyclistes“ . Le passage est en effet plus étroit pour les deux-roues. “Le bac à fleurs ne restera pas là, mais il assurera désormais une plus grande sécurité pour les cyclistes“ , précise l’administration bruxelloise à nos confrères de Bruzz.

    https://twitter.com/nonkelvladimir/status/1573035952074903557

    #Fleurs #Piste_cyclable #vélo les #Cyclistes utilisés comme #otages #voitures #ralentisseur @carfree

    • En cinq ans, le bitcoin a coûté autant à l’environnement que la production de viande de bœuf Le temps - AGP

      Selon une étude, parue jeudi, le « coût social du carbone » émis par le minage du bitcoin correspond à 35% de sa valorisation sur le marché

      L’énergie consommée entre 2016 et 2021 pour produire des bitcoins, la plus importante des cryptomonnaies, a eu un impact social et environnemental comparable à celui de la production de viande bovine et neuf fois plus élevé que l’extraction de l’or, un concurrent non virtuel, selon une étude publiée jeudi dans la revue Scientific Reports du groupe Nature. https://www.nature.com/articles/s41598-022-18686-8

      L’article, publié s’appuie sur le concept du « coût social du carbone », une méthode qui chiffre les effets négatifs (sanitaires, économiques et environnementaux) de l’émission dans l’atmosphère d’une tonne de CO2 ou d’équivalent. Avec cette méthode, qui se répand dans l’évaluation de la lutte contre le changement climatique et ses conséquences, le coût de la tonne de CO2 est estimé entre 50 et 185 dollars selon différentes hypothèses d’experts.

      Les auteurs, en retenant un coût de 100 dollars la tonne, « estiment que chaque bitcoin produit en 2021 a généré 11 314 dollars de dommages climatiques, le total des dommages mondiaux dépassant 12 milliards de dollars » depuis 2016, soit 25% de la valeur totale du marché de cette cryptomonnaie.



      Sur la période 2016-2021, ce coût social de la production de bitcoin a représenté en moyenne 35% de la valeur de marché de la cryptomonnaie. Autrement dit, un dollar de bitcoin produit a eu un coût social de 35 centimes. Un coût comparable à celui de la production de viande bovine (33%), inférieur à celle de l’électricité générée à partir du gaz naturel (46%) et largement supérieur à l’extraction de l’or (4%).

      Davantage « pétrole brut numérique » qu’« or numérique »
      « Nos résultats suggèrent que la production de bitcoins pose de réels problèmes de durabilité » , a déclaré à l’AFP Benjamin Jones, principal auteur. « La production de bitcoins est de plus en plus néfaste pour le climat au fil du temps (en moyenne) », a-t-il souligné. L’étude relève que « les émissions énergétiques liées à l’extraction de bitcoins ont été multipliées par 126, passant de 0,9 tonne d’émissions par pièce en 2016 à 113 tonnes par pièce en 2021 » .

      Par ailleurs, « cette production est parfois « submergée », ce qui signifie que ses dommages climatiques dépassent la valeur d’un bitcoin créé », a-t-il expliqué. En effet, avant l’explosion des prix au cours de l’année 2020, « les dommages climatiques des bitcoins ont dépassé le prix des pièces vendues » pendant près de quatre mois cette année-là, atteignant « un pic à 156% du prix des pièces en mai 2020 », selon l’étude.

      « Du point de vue des dommages climatiques, le bitcoin se révèle être du « pétrole brut numérique » plutôt que « l’or numérique » vanté par ses partisans », écrivent les auteurs.

      L’Ether, deuxième cryptomonnaie derrière le bitcoin, a pour sa part effectué mi-septembre une mutation radicale de son mode de fonctionnement, censé faire baisser de 99% sa consommation d’électricité.

      Source : https://www.letemps.ch/economie/cinq-ans-bitcoin-coute-autant-lenvironnement-production-viande-boeuf

      #cryptomonnaie #carbone #bitcoins #ether #ethereum #co2 #changement_climatique #viande #électricité #climat #dommages_climatiques #blockchain #monnaie #crypto-monnaie #finance #numérique #agriculture #élevage

    • Une Brésilienne à Paris pour la Fashion Week se fait voler 3 millions d’euros de bijoux Le Figaro avec AFP - Publié le 29/09/2022
      Une Brésilienne s’est fait dérober des bijoux qu’elle estime à 3 millions d’euros alors qu’elle se rendait à la Fashion Week de Paris mardi, a appris l’AFP ce jeudi 29 septembre de sources policière et proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien.

      La victime, une cheffe d’entreprise brésilienne, a déposé plainte au commissariat du 16e arrondissement de Paris, évaluant les biens volés à 3 millions d’euros, selon la source policière. « Le montant du préjudice n’est pas connu actuellement », a nuancé le parquet de Bobigny.

      Mardi, la cheffe d’entreprise atterrit à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle et se rend en VTC à la Fashion Week parisienne qui a débuté la veille. Au niveau de l’intersection A1/périphérique extérieur, sur la commune de Saint-Denis, au nord de Paris, le véhicule se retrouve coincé dans les bouchons, relate la source proche de l’enquête.

      « Tout début de l’enquête »
      Deux hommes arrivent alors en scooter, cassent la vitre arrière du VTC et volent un bagage à main et une valise Louis Vuitton, sans faire de blessé, poursuit la source policière. Les suspects sont en fuite. « On en est au tout début de l’enquête », a relevé la source proche de l’enquête. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir si la victime était ciblée ou s’il s’agit d’un vol d’opportunité.

      L’enquête a été ouverte pour « vol avec violences en réunion » et confiée à la Brigade de répression du banditisme, a indiqué le parquet de Bobigny.

      Source : https://www.lefigaro.fr/faits-divers/une-bresilienne-a-paris-pour-la-fashion-week-se-fait-voler-3-millions-d-eur

      #redistribution des #richesses #vol #France #en_vedette #réapropriation

    • Laaouej sur le parterre au milieu d’une piste cyclable : “L’incompétence de Bruxelles-Mobilité est insupportable”

      Le bourgmestre de Koekelberg a poussé un coup de gueule hier/lundi sur Twitter. https://twitter.com/AhmedLaaouej/status/1576861268581158912/photo/1 “L’incompétence de Bruxelles-Mobilité est insupportable” , a-t-il écrit, faisant référence au bac à fleurs installé en plein milieu d’une piste cyclable.

      Sur son compte, Ahmed Laaouej (PS) a publié deux photos du chantier de l’avenue de Jette, entre le rond-point Broustin et l’avenue des Gloires Nationales. On peut y voir un bac à fleurs installé en plein milieu de la piste cyclable. “Une aberration” , commente le bourgmestre, dénonçant “un chantier mal conçu et mal suivi sur une voirie régionale à Koekelberg”.

      “Et l’on attend toujours la sécurisation de la station de bus à Simonis ( 2 accidents graves en une année)” _ , a poursuivi Ahmed Laaouej, identifiant par la même occasion le compte Twitter de Bruxelles-Mobilité.

      Source : https://bx1.be/categories/news/laaouej-sur-le-parterre-au-milieu-dune-piste-cyclable-lincompetence-de-bruxelles-mobilite-est-insupportable/?theme=classic
      #bruxelles-mobilité #aberration #sécurité

  • #Quebec : Effondrement des cryptos : un partenaire de la Caisse de dépôt dans l’eau chaude Brigitte Noël - Jeff Yates - Radio Canada
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1890606/celsius-cdpq-retraits-crypto-effondrement

    Le bas de laine des Québécois avait investi 150 M$ US dans Celsius Network en octobre 2021.
    Celsius Network, un partenaire de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), a subitement cessé de permettre à ses clients de retirer les cryptomonnaies qu’ils ont placées sur sa plateforme dimanche soir alors que l’entreprise est secouée par de nouveaux remous dans le marché de la cryptomonnaie.

    L’annonce est survenue huit mois jour pour jour après que la Caisse de dépôt et placement du Québec eut investi 150 M$ US dans Celsius, une entreprise qui offre des services de prêts dans l’univers de la cryptomonnaie.


    En sept mois, soit d’octobre 2021 à mai 2022, les cryptoactifs sous gestion de Celsius sont passés de 27 à 12 milliards de dollars.

    “En raison de conditions extrêmes dans le marché, nous annonçons aujourd’hui que Celsius met sur pause tous les retraits, les échanges et les transferts entre comptes”, a écrit l’entreprise dans un communiqué https://blog.celsius.network/a-memo-to-the-celsius-community-59532a06ecc6?gi=a3ad76376e6e envoyé à ses clients peu avant 23 h, dimanche.

    “Nous comprenons qu’il s’agit de nouvelles difficiles, mais nous croyons que notre décision [...] est l’action la plus responsable que nous pouvons entreprendre pour protéger notre communauté”, poursuit le communiqué.

    Comme Radio-Canada le rapportait fin mai, https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/4095/caisse-depot-cryptomonnaie-celsius-quebec Celsius avait été durement frappée par un effondrement des prix des cryptoactifs ayant eu lieu dans la semaine du 9 mai. Certains clients de la plateforme s’étaient plaints d’avoir tout perdu après avoir obtenu des prêts en cryptomonnaie auprès de Celsius.

    Depuis, Celsius peine à se relever. Selon les statistiques de l’entreprise, l’entreprise a perdu près de 2 G$ US en dépôts de ses clients depuis un mois. Celsius affirmait en octobre gérer 27 G$ de cryptoactifs pour le compte de ses clients. Ce chiffre avait baissé à 12 G$ en mai. Depuis, l’entreprise ne publie plus sur son site le total des actifs qu’elle gère.
    La valeur du CEL, la cryptomonnaie qui a été créée par l’entreprise et qu’elle encourage ses clients à utiliser, s’est effondrée, passant d’environ 3 $ US en avril à 0,20 $ US aujourd’hui. Au moment de l’investissement de la CDPQ , le prix du CEL s’établissait à 5,60 $ US.

    Effondrement des prix des cryptomonnaies
    Les conditions actuelles du marché de la cryptomonnaie indiquent que Celsius n’est probablement pas au bout de ses peines. La plupart des cryptomonnaies majeures ont piqué du nez au cours du week-end dans un vent de panique qui a soufflé le marché, porté en partie par des indicateurs économiques inquiétants frappant l’économie mondiale.

    Lundi matin, le S&P 500 perdait plus de 3 % de sa valeur, tandis que Dow Jones perdait un peu plus de 2,5 %. Ces deux indices connaissent une année difficile : ils ont reculé respectivement de 21,4 % et de 16,3 % depuis le début de 2022.

    Le prix du bitcoin, la cryptomonnaie la plus populaire, avait chuté de près de 16 % en 24 heures, lundi matin. D’un sommet de plus de 67 000 $ US en novembre 2021, le prix du bitcoin, très volatil en temps normal, atteint maintenant un peu plus de 23 000 $ US.

    Pour Hilary J. Allen, professeure de droit au Washington College of Law et experte en réglementation de la cryptomonnaie, il n’est guère étonnant de voir le marché de la cryptomonnaie s’effondrer dans les circonstances économiques actuelles.

    “Il n’est pas surprenant que, dans un environnement où les taux d’intérêt augmentent, l’argent facile quitte le système. Il y a moins d’argent à investir dans les cryptoactifs”, juge-t-elle.

    Mme Allen explique que des investisseurs qui ont placé des cryptoactifs du côté de Celsius pourraient être durement affectés si l’entreprise s’effondre.

    “Pour les gens qui ne disposaient pas de beaucoup de moyens pour investir là-dedans, c’est potentiellement dévastateur. Nous avons vu avec [l’effondrement des cryptomonnaies Terra et Luna à la mi-mai] qu’il y a eu au moins un suicide. Les gens publiaient des lignes de prévention du suicide dans les groupes sur Reddit et ainsi de suite. Je suspecte que nous verrons la même chose avec Celsius, parce que beaucoup de gens ont investi beaucoup d’argent qu’ils ne pouvaient pas se permettre de perdre”, ajoute Mme Allen.

    Un modèle d’affaires critiqué


    Le PDG de Celsius, Alex Mashinsky

    Au moment d’investir dans Celsius, la CDPQ avait vanté le modèle d’affaires de l’entreprise. “La technologie des chaînes de blocs présente un potentiel perturbateur pour plusieurs secteurs de l’économie traditionnelle”, avait déclaré Alexandre Synnett, premier vice-président et chef des technologies à la CDPQ, dans un communiqué.

    L’enquête de Radio-Canada https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/4095/caisse-depot-cryptomonnaie-celsius-quebec recensait les inquiétudes soulevées par des experts du domaine de la cryptomonnaie, qui soulignaient que Celsius utilise des pratiques financières semblables à celles ayant mené à l’implosion du système financier en 2008. Plusieurs États américains avaient d’ailleurs allégué que l’entreprise vendait des valeurs mobilières non enregistrées et ont forcé l’entreprise à limiter ses activités aux États-Unis.

    Le ministère fédéral des Finances, qui n’avait pas offert de commentaire précis concernant Celsius, avait toutefois statué que les entreprises qui agissent de façon non réglementée – comme c’est le cas de Celsius – font affaire illégalement au Canada.

    Le reportage révélait également que Celsius compte dans son orbite plusieurs individus qui se retrouvent au cœur de controverses dans le monde de la cryptomonnaie, dont une personne liée à des sites que les autorités financières canadiennes ont à l’œil.

    En réponse à des questions découlant de notre enquête https://ici.radio-canada.ca/recit-numerique/4095/caisse-depot-cryptomonnaie-celsius-quebec , qui soulevait des inquiétudes quant aux activités de Celsius, la CDPQ avait réitéré son soutien à l’entreprise. Tous les investissements de la Caisse “font l’objet d’un processus d’analyse rigoureux afin de prendre des décisions avisées dans l’intérêt de nos déposants”, nous avait répondu une porte-parole.

    Jointe lundi matin, une porte-parole de la CDPQ a assuré que la Caisse “suit de très près” ce qui se passe chez Celsius.

    “Celsius a été affectée par des conditions de marché très difficiles dans les dernières semaines, plus particulièrement par le fort volume de retraits des dépôts des clients. Celsius agit de façon proactive pour s’acquitter de ses obligations auprès de ses clients [la communauté Celsius] et a honoré ses engagements auprès de ses clients jusqu’à présent.”

    Consternation chez les clients *
    L’annonce de dimanche soir a causé de la consternation chez les clients de Celsius. En réponse au gazouillis de l’entreprise concernant le gel sur les transactions, de nombreux clients ont fustigé la décision. Le silence radio du PDG de l’entreprise, Alex Mashinsky, a aussi fait réagir.

    “Alex tweete constamment, il se vante que Celsius est une entreprise magnifique, il critique les autres plateformes. Et maintenant, quand nous attendons désespérément de l’entendre, il est silencieux. Il n’a offert aucune mise à jour, alors que la communauté vit cette dure épreuve. C’EST DÉGOÛTANT”, a écrit un client dans un groupe Telegram de la communauté Celsius.

    En réponse à un gazouillis d’un client, samedi, Alex Mashinsky avait répondu : “Connaissez-vous une seule personne qui a eu du mal à retirer ses fonds de Celsius ? Pourquoi partagez-vous de la peur et de la désinformation ?”

    Celsius n’a pas donné suite à nos questions.

    #casino #jeux #spéculation #tulipes #finance #escroquerie #gogos #crédulité #communauté #investissement #entreprise #CEL #cryptomonnaie #bitcoin #cryptomonnaies #blockchain #libra #monnaie #finance #nft #économie #cryptage #monnaielibre #crypto-monnaie #bigdata

    • On aime : Le courtier Charles Schwab paie 187 millions de dollars pour avoir induit en erreur des clients
      https://www.lefigaro.fr/societes/le-courtier-charles-schwab-paie-187-millions-de-dollars-pour-avoir-induit-e

      La SEC reproche à trois filiales de l’entreprise « de ne pas avoir révélé qu’elles allouaient les fonds de clients d’une manière qui était moins rentable pour leurs clients dans la plupart des conditions du marché. »

      Le courtier en ligne Charles Schwab a accepté lundi de verser 187 millions de dollars pour solder des poursuites de l’autorité américaine des marchés financiers (SEC), qui l’accusait d’avoir induit en erreur certains clients sur l’allocation de leurs investissements. La SEC reproche à trois filiales de l’entreprise « de ne pas avoir révélé qu’elles allouaient les fonds de clients d’une manière qui, selon leurs propres analyses internes, était moins rentable pour leurs clients dans la plupart des conditions du marché », détaille un communiqué.

      Entre mars 2015 et novembre 2018, l’entreprise assurait que le montant d’argent conservé en espèces dans leurs portefeuilles gérés automatiquement par des #robots-conseillers était décidé selon « une méthodologie disciplinée » afin de dégager « des retours optimaux ». Mais il a été déterminé que « dans la plupart des conditions de marché » , l’argent gardé en espèces leur aurait rapporté plus s’il avait été investi autrement, indique la SEC. Charles Schwab a en revanche dégagé des profits en utilisant l’argent pour le prêter à d’autres clients et empocher la différence entre les intérêts gagnés sur les prêts et les intérêts versés aux propriétaires de portefeuilles à la gestion automatisée.

      52 millions de dollars en restitution d’intérêts aux clients et une amende de 135 millions de dollars
      « La conduite de Schwab a été indigne et l’action d’aujourd’hui signale clairement aux conseillers qu’ils doivent être transparents avec les clients sur les frais cachés et sur la façon dont ces frais affectent leurs rendements », a commenté Gurbir Grewal, un responsable de la SEC, dans le communiqué. Charles Schwab, qui n’a ni admis ni nié les accusations de la SEC, a accepté de payer 52 millions de dollars en restitution d’intérêts aux clients et une amende de 135 millions de dollars. Le groupe s’est dit « satisfait de mettre [cette affaire] derrière [lui] ». « Nous pensons que résoudre le problème de cette manière est dans le meilleur intérêt de nos clients, de notre société et de nos actionnaires, car cela nous permet de rester concentrés » sur l’aide aux clients, est-il ajouté dans un communiqué. Charles Schwab avait déjà mis de côté 200 millions de dollars pour régler cette affaire.
      . . . . . . .

  • Des chercheurs font voler en éclat l’anonymat présumé du #bitcoin - ZDNet
    https://www.zdnet.fr/actualites/des-chercheurs-font-voler-en-eclat-l-anonymat-presume-du-bitcoin-39943120.htm


    Ça sent le krash…

    Leur principale découverte est que, durant ces deux premières années, « la plupart des bitcoins ont été minés par seulement 64 agents [...] représentant collectivement 2 676 800 bitcoins (soit une valeur actuelle de 84 milliards de dollars) ». Ils font référence au processus de frappe de nouveaux coins en résolvant des défis informatiques.

    Ce nombre, 64 personnes au total, est « 1 000 fois plus petit que les estimations précédentes de la taille de la première communauté Bitcoin (75 000) », observent-ils. Parmi ces 64 personnes, on trouve des personnalités qui sont déjà devenues des légendes, comme Ross Ulbricht, connu sous le nom de Dread Pirate Roberts. Ross Ulbricht est le fondateur de Silk Road, une opération de marché noir qui utilisait des bitcoins à des fins illicites – jusqu’à ce qu’elle soit fermée par le FBI.

  • La Russie annonce le premier tir d’essai de son missile balistique intercontinental Sarmat, arme de nouvelle génération que le président Vladimir Poutine qualifie de « sans équivalent ».
    https://www.liberation.fr/international/europe/guerre-en-ukraine-quest-ce-que-le-missile-sarmat-teste-par-la-russie-2022

    Après le missile Kinjal, utilisé un mois plus tôt par Moscou lors de la destruction d’un entrepôt souterrain d’armements dans l’ouest de l’Ukraine, une autre arme de type hypersonique est au centre de l’attention depuis ce mercredi : le missile Sarmat, également appelé « Satan 2 ». « C’est véritablement une arme unique qui va renforcer le potentiel militaire de nos forces armées, qui assurera la sécurité de la #Russie face aux menaces extérieures et qui fera réfléchir à deux fois ceux qui essayent de menacer notre pays avec une rhétorique déchaînée et agressive », a notamment déclaré Vladimir Poutine, lors d’une annonce diffusée à la télévision russe. Voici ce qu’il faut savoir sur cette arme capable de transporter jusqu’à douze ogives nucléaires est considérée comme l’une des plus puissantes au monde. Elle pourrait « rayer la France de la carte ».


    Intercontinental ballistic missile SS-18 Mod 5 (NATO reporting name : Satan)
    Par Michael — Nuclear silo, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12220573

    Le missile, « dont seuls des assemblages, des composants et des pièces de fabrication nationale ont été utilisés pour la création », dixit l’autocrate du Kremlin, peut contenir jusqu’à douze têtes nucléaires. Sa force de frappe pourrait rayer de la carte un territoire « de la taille du Texas ou de la France », selon les informations de la télévision russe. « Le RS-28 Sarmart /SS-X-30 /Satan II ne peut pas détruire toute vie sur Terre » , a toutefois tempéré Guy Martin, le rédacteur en chef du site sud-africain defenceWeb spécialisé dans les domaines de la défense et de la sécurité auprès de l’AFP.

    Nous voilà totalement rassurés...
    #missile_nucléaire

    • Des ogives nucléaires capables de détruire des territoires entiers, il en existe des milliers, depuis 50 ans au bas mot, et les retraits des américains des différents traités de limitation des armements nucléaires depuis 20 ans est à l’origine de cette nouvelle course à celui qui aura la plus grosse capacité de destruction.

      Ce qui est nouveau et exceptionnel, c’est la vitesse de l’engin, qui le rend impossible à intercepter. On pourrait aussi parler de sa conception, récente, contrairement aux engins des autres puissances, dont la technologie n’a pas été mise à jour depuis 20 à 30 ans en ce qui concerne les américains, par exemple.

    • Hormis ce missile trans-continental tout ce qu’il y a de normal... c’est tendu de faire des essais de missiles balistiques ces temps-ci.
      Il doit y avoir plus d’une chape de béton qui s’est ouverte et d’un SNLE qui a fait surface ce jour la.

    • dont la technologie n’a pas été mise à jour depuis 20 à 30 ans en ce qui concerne les américains, par exemple.

      La stratégie des states n’est pas d’avoir "la plus grosse" mais de disséminer leur technologie, façon puzzle, et de préférence loin de chez eux !

      https://www.youtube.com/watch?v=iL_VS9MwdFU

      De nouvelles armes atomiques US en Europe. Plusieurs Etats du Vieux-Continent pourront les utiliser, sous contrôle américain, et des crédits sont engagés.
      Dans Le Canard 20/04 – Condensé d’un article de Claude Angeli (les grandes oreilles du Canard auprès de l’état-major de la grande muette).
      La direction de la politique nucléaire de l’Otan a redéfinie la stratégie américaine en Europe. A savoir : une nouvelle arme nucléaire ‒ la B-61 Model 12 ‒ sera bientôt stockée sur le sol européen et, progressivement (d’ici à 2030) les pays qui ont acheté des avions F-35 américains pourront l’utiliser contre un agresseur, sous le strict contrôle du Pentagone.
      Prélude au feu nucléaire. Bombe tactique, la B-61 possède une puissance nettement inférieure à celle qui, en quelques secondes, a détruit Hiroshima en 1945. Quelque 150 exemplaires de ce « tandem aéroporté » seront basés en Allemagne, en Belgique, en Italie, dans les Pays-Bas et, plus tard en Grande-Bretagne. Macron, qui, récemment encore, rêvait d’une « Europe de la Défense » un tant soit peu autonome, devra se faire une raison. Les pays voisins de la Sainte Russie préfèrent se protéger sous les ailes des USA et en l’occurrence de l’OTAN.

  • Vous vous intéressez à la #cryptomonnaie ? Si vous sentez la panique venir sur le #Bitcoin vous pouvez immédiatement supprimer l’outil crypto de votre ordinateur, si vous avez peur un retournement de marché. C’est un peu irrationnel mais je connais des gens qui font ainsi. En fait il s’avère pas que c’est pas aisé pour un investisseur de distinguer fantaisie et réalité du Bitcoin. Et pourquoi pas #HBAR plut^pt ?
    http://reseauxetchantiers.hautetfort.com/archive/2022/04/08/une-nouvelle-plateforme-crypto-6375592.html

  • Au Texas, la plus grande usine à #bitcoins des Etats-Unis consommera l’équivalent d’un demi-réacteur nucléaire

    Avec ses 38 300 ordinateurs tournant à plein régime, l’usine de Whinstone, sortie de terre début 2020, « bat » la cybermonnaie.

    Enfin, il a été possible de pénétrer dans le Saint des Saints : sur vingt rangées, et près de 300 mètres de long, dans un bruit assourdissant, 23 000 ordinateurs tournent à plein régime. Tous les mêmes, tous avec le même programme, branchés les uns aux autres, avec deux ventilateurs chacun. L’effet masse est tel que les ordinateurs provoquent un courant d’air, qui arrive frais de l’extérieur à travers des alvéoles et est expulsé chaud dans une salle de refroidissement et s’échappe par le toit.

    Nous voici chez Whinstone, dans la plus grande usine de minage de bitcoins des Etats-Unis, à Rockdale, petite cité rurale au cœur du Texas, entre Houston et Austin. Le minage, c’est le travail qui consiste à faire tourner l’immense système de transaction décentralisé des bitcoins. En rémunération, les mineurs obtiennent des bitcoins gratuits, ce qui fait leur fortune : 16 bitcoins par jour au mois de février, avec un total de 38 300 ordinateurs. Au total, l’entreprise a accumulé 5 783 jetons, soit un pactole d’environ 230 millions de dollars (208 millions d’euros), avec un cours du bitcoin de 40 000 dollars.

    L’artisan de cette usine sortie de terre début 2020, c’est Chad Harris, le PDG de Whinstone, qui fait faire le tour du propriétaire. Il y a sept hangars comme celui que nous visitons, dont trois en construction. Dans l’un d’entre eux, un système expérimental : les ordinateurs ont été plongés par milliers dans une huile spéciale, ce qui réduit leur réchauffement et augmente leur efficacité. Curieux contraste que de voir ces ordinateurs plongés dans du liquide tourner silencieusement. Cela ne les empêche pas de consommer de l’énergie. A terme, Whinstone va passer d’une capacité électrique de 300 mégawatts à 700 mégawatts, presque autant qu’un demi-réacteur atomique. « Ce n’est pas une centrale nucléaire, mais c’est beaucoup d’énergie », concède Chad Harris. En cette période de réchauffement climatique, tout le monde s’en moque au Texas. Le gaz est là, abondant, qui sert à produire l’électricité, et Chad Harris transforme l’énergie en bitcoins.

    Son parcours ressemble à celui des entrepreneurs aventuriers américains, où la vérité semble plus belle que toute légende. Chad Harris vendait des sapins de Noël prédécorés à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, mais, dans ses affaires, il s’est fâché avec sa banque, qui lui a gelé ses comptes en 2014. « Je n’ai jamais manqué un paiement. Je n’ai pas aimé qu’on me bloque mes comptes », nous explique-t-il dans un préfabriqué surnommé « la Maison Banche », qui lui sert de bureau. Il appelle son fils, un adolescent fan de bitcoins, et les voilà qui se lancent dans l’aventure du minage de bitcoins, des cryptodevises censées échapper à l’emprise de toute autorité. Ils commencent leur entreprise à La Nouvelle-Orléans, mais l’affaire ne décolle pas. Pas assez d’énergie, trop d’impôts, trop de bureaucratie en Louisiane. Il lorgne alors le Texas voisin et découvre, mi-2019, dans la presse, la mésaventure d’un concurrent.

    Il s’agit du chinois Bitdeer, qui a cherché à s’installer à Rockdale sur une ancienne usine d’aluminium d’Alcoa. Celle-ci a longtemps été la plus grande usine au monde, alimentée en bauxite par une voie de chemin de fer privée venant du golfe du Mexique et qui tournait grâce à une centrale électrique au lignite, du charbon ultra-polluant présent dans la région. Tout cela s’est arrêté, mais le site a un avantage majeur : un échangeur d’électricité, qui servait naguère à exporter le surplus de la centrale au lignite. Il suffit de l’utiliser dans l’autre sens pour pomper l’électricité produite à profusion au Texas par le gaz, le solaire et l’éolien.

    « Ils prennent le surplus d’électricité, sinon personne ne l’utilise et elle disparaît. Cela ne dégrade rien du tout. » John King, maire de Rockdale
    Las, à cette époque, Bitdeer a dû reporter ses projets en raison de la chute du bitcoin, et les autorités locales, qui espéraient un investissement, sont fort marries. Cette mésaventure donne l’idée à Chad Harris de s’installer sur le site pour y faire la même chose. En six mois, une première tranche de minage de bitcoins est mise en place, qui entre en fonction en mai 2020. Aujourd’hui, Whinstone et Bitdeer, deux géants des bitcoins, font tourner leurs ordinateurs à 500 mètres de distance

    On se trouve dans une situation paradoxale : Alcoa avait fermé son usine, car l’électricité était trop chère. Whinstone et Bitdeer ont ouvert les leurs, car elle était bon marché. L’avantage de Whinstone, c’est qu’il a pu sécuriser des contrats en raison de sa capacité à éteindre en une minute ses ordinateurs. Prudemment, il avait coupé les siens quand la grande vague de froid de février 2021 est arrivée et a fait s’effondrer tout le réseau électrique texan. Cette précaution a permis aux mineurs de bitcoins de ne pas être montrés du doigt.

    « Les mineurs sont une pression sur le réseau, pas une aide »

    Au contraire, ils sont vantés pour leur rôle dans l’équilibrage du réseau texan. Ils absorbent l’énergie lorsqu’elle a des prix négatifs, en période de surproduction. « Ils prennent le surplus d’électricité, sinon personne ne l’utilise et elle disparaît. Cela ne dégrade rien du tout », assure le maire de Rockdale, John King, qui fait tourner dans son garage deux ordinateurs pour miner lui aussi des bitcoins. « D’ici cinq ans, je m’attends à voir un paysage radicalement différent, et l’exploitation de bitcoins jouera un rôle important dans l’équilibrage et le renforcement du réseau », a déclaré le sénateur républicain du Texas Ted Cruz.

    La réalité est que les bitcoins augmentent la consommation d’énergie. « Les mineurs sont une pression sur le réseau, pas une aide », a répliqué sur CNBC Ben Hertz-Shargel, consultant de Wood Mackenzie, spécialiste de la transition énergétique. Mais les Etats-Unis sont devenus le nouvel eldorado des mineurs de bitcoins depuis que la Chine les a chassés de l’empire du Milieu, en mai 2021, en raison des centrales à charbon polluantes qu’ils faisaient tourner. En septembre 2019, la Chine représentait les trois quarts du minage de bitcoins dans le monde, selon l’université britannique de Cambridge ; la part des Américains était, elle, de 4 %. Celle-ci s’était envolée à 35 % dès l’été 2021, devant le Kazakhstan (18 %), la Russie (11 %) et le Canada (10 %).

    L’installation de Whinstone fonctionne à l’aide de l’électricité fournie par la centrale électrique Oncor, située à proximité. Près de Rockdale, au Texas, le 9 mars 2022. MATTHEW BUSCH POUR « LE MONDE »
    Toutefois, la guerre en Ukraine pourrait saper la rentabilité de l’industrie si elle provoque une envolée durable des coûts de l’électricité. « Cela finira par toucher le plus durement les mineurs les moins efficaces, a déclaré à l’agence Bloomberg Josh Olszewicz, responsable de la recherche chez Valkyrie Funds, une société d’investissement dans les actifs numériques. Si le coût de l’électricité continue d’augmenter, cela les empêcherait d’exploiter avec autant de rentabilité. »
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/03/22/au-texas-la-plus-grande-usine-a-bitcoins-des-etats-unis-consommera-l-equival

  • Énergies renouvelables, emplois : un analyste décortique des idées reçues sur le #bitcoin - Numerama
    https://www.numerama.com/tech/814879-energies-renouvelables-emplois-un-analyste-decortique-quelques-idee

    Autre point aussi polémique que rarement débattu avec objectivité, la gloutonnerie électrique du bitcoin. Condition sine qua non à la sécurité du réseau (ce n’est pas un bug, c’est une fonctionnalité critique), son impact environnemental demeure encore biaisé. Alors, plutôt que d’argumenter qu’un système monétaire universel comme bitcoin ne se fait pas sans coût, Alexandre Stachtchenko soutient que l’aspect énergivore représente une aubaine par rapport… aux énergies renouvelables (ENR). Sources non-pilotables et intermittentes, les #enr comportent un handicap économique majeur, rappelle-t-il : on doit installer une capacité de production bien supérieure à la consommation nécessaire. Ce qui génère une #énergie « perdue », le stockage restant extrêmement compliqué et coûteux. Or, suggère le consultant crypto, pour (...)

  • Kazakhstan internet shutdown sheds light on a big Bitcoin mining mystery
    https://fortune.com/2022/01/05/kazakhstan-internet-bitcoin-mining-mystery-crypto

    President Kassym-Jomart Tokayev sacked his government and declared a state of emergency. Apparently on his orders, the largest telecom provider shuttered the internet to interrupt communications among the opposition’s ranks. When the web goes down, miners can’t communicate with the Bitcoin network. The “hash rate,” the random codes that win fresh awards of Bitcoin, collapses. A few hours into the outage, Larry Cermak of the crypto news and research site The Block tweeted that a full 12% of Bitcoin’s worldwide computational power had vanished. His data showed sharp declines for a number of producers with operations in Kazakhstan. The hash rates for AntPool, Poolin and Binance Pool all fell between 12% and 16%.

  • Faut-il interdire le bitcoin ?- L’En Dehors
    http://endehors.net/news/faut-il-interdire-le-bitcoin

    Faut-il interdire le bitcoin ? ➡ https://t.co/Urmt2XASRu « Le #bitcoin est un actif qui est inégalitaire, polluant, spéculatif. Il est à l image même des marchés financiers aujourd hui. Ce n est pas une #monnaie antisystème. » @nico_dufrene @salomesaque pic.twitter.com/P3or4jHvnW (...) @Mediarezo Actualité / #Mediarezo

  • Un quart de tous les bitcoins est contrôlé par 0,01 % des propriétaires - Numerama
    https://www.numerama.com/tech/800081-un-quart-de-tous-les-bitcoins-est-controle-par-001-des-proprietaire

    10 000 propriétaires de comptes de bitcoin seulement possèderaient 5 des 19 millions de bitcoins en circulation dans le monde. Vu qu’il y aurait environ 114 millions de personnes et entités propriétaires de bitcoin, cela représente donc 0,009 % des propriétaires de bitcoin qui possèdent 26,3 % de tous les bitcoins. Cette concentration n’est pas sans rappeler celle des monnaies fiduciaires : 1 % des Américains possédait un quart des revenus du pays, en 2011.

    Via Marie Turcan sur Twitter : "Seuls 0,01% des propriétaires de bitcoins possèderaient... 25% de tous les bitcoins en circulation. Quand le « système décentralisé » reproduit des mécanismes bien connus de concentration de richesse"
    https://twitter.com/TurcanMarie/status/1473237650056388608

  • Les mineurs de bitcoin produisent autant de déchets électroniques que les Pays-Bas, selon une étude
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_les-mineurs-de-bitcoin-produisent-autant-de-dechets-electroniques-que-le

    L’industrie des mineurs de bitcoin, qui permet la validation des transactions et la création de la cryptomonnaie, a produit 30.700 tonnes de déchets électroniques sur un an en mai, soit autant qu’un pays comme les Pays-Bas, estime une étude.

     » Le cycle de vie des machines (utilisées par les mineurs) est de 1,3 an, c’est extrêmement court par rapport à n’importe quoi d’autre, y compris les iPhones" dont le rythme de remplacement est régulièrement critiqué, explique l’un de ses auteurs, Alex de Vries.

    Pour faire fonctionner le réseau décentralisé du bitcoin, des processeurs valident des transactions et prouvent leur participation à l’exercice en cherchant à deviner le résultat d’équations complexes.

    Ils reçoivent en échange de nouveaux bitcoins, un processus appelé "minage", qui incite les participants à utiliser des microprocesseurs ultra-spécialisés et toujours plus puissants, les machines plus anciennes devenant rapidement obsolètes.

    Utilisation intensive de l’électricité
    Et plus les prix grimpent, plus ce cycle s’accélère : "Au plus haut des prix début 2021, (les déchets émis) pourraient atteindre 64.400 tonnes, ce qui montre la dynamique en place si les prix du bitcoin montent encore", selon l’étude publiée dans le journal scientifique Elsevier, par Alex de Vries, économiste employé de la banque centrale néerlandaise, et Christian Stoll, chercheur au MIT.

    Cela ne représente toutefois qu’une fraction de la production mondiale de déchets numériques (53,6 millions de tonnes en 2020, selon le rapport annuel du moniteur mondial des "e-déchets").

    L’activité des mineurs de bitcoin avait déjà été critiquée pour son utilisation intensive d’électricité.

    Le Cambridge bitcoin electricity consumption index (CBECI) estime que la consommation annuelle du bitcoin pourrait atteindre 98 TWh (térawatt-heure), soit 0,4% de la production électrique mondiale, ou un peu plus que la consommation des Philippines.

    Les avis divergent
    Pour les amateurs de la cryptomonnaie, cette énergie dépensée assure la sécurité du réseau.

    Mais elle inquiète également certains adeptes, de plus en plus nombreux alors que le prix du bitcoin a grimpé de plus de 330% sur un an - la première cryptomonnaie s’échangeait pour 47.410,09 dollars vendredi.

     #bitcoin #blockchain #monnaie #économie #numérique #finance #cryptomonnaie #crypto-monnaie #internet #bitcoins #banque #innovation_disruptive #déchets #pollution #environnement #écologie #plastique #pollutions_ #it_has_begun #eau

  • Fraude aux cryptomonnaies : le gendarme boursier américain poursuit BitConnect
    https://www.letemps.ch/economie/fraude-aux-cryptomonnaies-gendarme-boursier-americain-poursuit-bitconnect

    Le gendarme de la Bourse américaine, la SEC, a engagé des poursuites contre une société de prêts en ligne en cryptomonnaies, et ses dirigeants, accusés d’avoir escroqué 2 milliards de dollars (1,69 milliards d’euros) d’investissements.

    La plateforme BitConnect et son fondateur Satish Kumbhani proposaient d’investir des titres dans un programme de prêts qui devait rapporter gros, selon la plateforme. BitConnect était supposé utiliser son « logiciel-robot propriétaire de courtage volatil » pour faire fructifier ces fonds déposés, explique un communiqué de la SEC mercredi.

    Cependant, la SEC affirme qu’au lieu d’utiliser les fonds dans ces investissements et ces échanges, BitConnect et ses dirigeants les ont « siphonnés » pour leur propre bénéfice en les transférant en cryptomonnaies sur des portefeuilles numériques à leur nom et celui du promoteur de leur opération, Glenn Arcaro. Celui-ci était en charge d’attirer les clients sur son site web créé pour l’occasion, Future Money.

    Des accords à l’amiable signés
    La SEC les accuse d’avoir « volé des milliards de dollars à des particuliers du monde entier en exploitant leur intérêt dans les cryptomonnaies », a indiqué Lara Shalov Mehraban, directrice régionale de la SEC à New York.

    La plainte de la SEC accuse les défendeurs d’avoir violé les dispositions antifraude et d’enregistrement des valeurs mobilières imposées par la loi fédérale. Elle vise à obtenir la restitution des fonds confiés, des intérêts et des sanctions civiles.

    La SEC a déjà signé deux accords à l’amiable avec cinq des prévenus. Dans une action parallèle, le département de la Justice a indiqué que Glenn Arcaro avait plaidé coupable dans cette affaire.

    #cryptomonnaie #bitcoin #blockchain #libra #cryptomonnaies #monnaie #économie #crypto-monnaie #bigdata #finance #numérique #escroquerie #évaporation #BitConnect #dette

  • Un cambriolage record de cryptomonnaies chez Poly Network par des pirates informatiques
    Le vol, évalué à 600 millions de dollars par des experts, est le plus important jamais observé par le secteur. La société Poly Network a invité les hackers à « (leur) parler pour trouver une solution »

    #Poly_Network, une société spécialisée dans les transferts de #cryptomonnaies, a rapporté mardi un vol record, le plus gros jamais observé par le secteur, évalué à 600 millions de dollars (512 millions d’euros) par des experts.

    « Cher hacker (...) nous voulons entrer en communication avec vous et vous exhorter à rendre les actifs que vous avez piratés », a écrit l’entreprise Poly Network dans une lettre adressée aux pirates informatiques et publiée sur Twitter. « La somme d’argent que vous avez piratée est la plus grosse dans l’histoire de la finance décentralisée. Cet argent vient de dizaines de milliers de membres de la communauté crypto. »

    https://twitter.com/PolyNetwork2/status/1425123153009803267/photo/1

    En tout, le vol de #jetons d’#Ethereum, #BinanceChain et #OxPolygon représente quelque 600 millions de dollars, selon des calculs d’utilisateurs comme le chercheur en #cybersécurité et spécialiste de l’Ethereum #Mudit_Gupta.

    Sur Twitter, l’entreprise a publié les adresses utilisées par les hackers, et appelé les détenteurs de portefeuilles de cryptomonnaies à les « blacklister ».

    Les piratages, une tendance « alarmante »

    Les transferts de #bitcoins et autres #crypto-actifs reposent sur la technologie de la #blockchain, qui permet a priori de se passer d’intermédiaires comme les banques, les transactions se faisant directement d’utilisateur à utilisateur.

    « Les autorités de n’importe quel pays vont considérer vos méfaits comme un crime économique majeur et vous serez poursuivis. (...) Vous devriez nous parler pour trouver une solution », insiste Poly Network dans sa lettre.

    Fin avril, les vols de cryptomonnaies, piratages et fraudes avaient atteint 432 millions de dollars (368,7 millions d’euros) en tout, selon #CipherTrace. « Ce chiffre peut sembler petit comparé aux années passées, mais si on regarde plus en détail, on observe une tendance alarmante : les piratages dans la #finance_décentralisée représentent désormais plus de 60% du volume total des #piratages et #vols », constate le cabinet spécialisé.
    #monaie #argent

  • #BitTorrent
    https://hownot2code.com/2021/08/02/bittorrent

    Using memset to clear memory Warning V597 The compiler could delete the ‘memset’ function call, which is used to flush ‘ui’ object. The memset_s() function should be used to erase the private data. makemeta-ui.c:53 The most frequent mistake is to use the memset function to clear memory. In short, the compiler has every right to delete memset calls if … Continue reading BitTorrent

    #Bugs_in_C/C++_projects #C/C++_bugs_of_the_month #bugs #C++ #C++bugs #cpp #cppbugs #opensource #programming
    https://1.gravatar.com/avatar/a7fa0bb4ebff5650d2c83cb2596ad2aa?s=96&d=identicon&r=G

  • Un évêque américain poussé à la démission après que ses données de localisation ont été exploitées contre lui Par Emma Confrere
    https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/un-eveque-americain-pousse-a-la-demission-apres-que-ses-donnees-de-localisa

    Un média catholique s’est retrouvé en possession de données personnelles recueillies via l’application de rencontres gay Grindr.

    Des données personnelles ont entraîné la démission d’un haut responsable de l’Église catholique américaine. Si cette affirmation paraît saugrenue, c’est pourtant ce qui est arrivé à Jeffrey Burrill, secrétaire général de la Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB). À la suite de la divulgation de ses données personnelles, il s’avérerait être un utilisateur fréquent de l’application de rencontres gay, Grindr. Or, en tant qu’évêque, il doit respecter le célibat sacerdotal, c’est-à-dire ne pas se marier ni avoir d’activité sexuelle.


    L’évêque américain, Jeffrey Burill, aurait utilisé l’application de rencontres gay Grindr, en dépit du célibat sacerdotal imposé par l’Église. IdeaLabProduction / stock.adobe.com

    Un média catholique à l’origine de l’affaire
    Sa démission intervient après des allégations de « comportement inapproprié » portées à l’USCCB par une newsletter catholique, intitulée The Pillar . Le média indique que Jeffrey Burrill aurait visité des bars gays dans plusieurs villes entre 2018 et 2020, tout en utilisant l’application Grindr.

    L’article explique comment The Pillar est arrivé à de telles conclusions. Le média a eu accès aux données de géolocalisation que collecte Grindr sur ses utilisateurs via leurs smartphones, et qui sont ensuite revendues à des data brokers, ou courtiers en données. On ignore comment The Pillar a obtenu ces informations : en les achetant auprès d’un data broker, ou bien en les obtenant de la part d’un tiers ?

    Aux États-Unis, il n’est pas illégal d’acheter de tels fichiers. Aucune loi fédérale de protection des données personnelles, sur le modèle du RGPD européen, n’existe dans ce pays. Cette affaire soulève de brûlantes questions sur le respect de la vie privée et le rôle de mouchard que peut jouer un simple téléphone connecté à Internet.

    Revente des données personnelles
    Les données personnelles revendues aux data brokers sont anonymisées, puis compilées pour créer des profils marketing exploités par les annonceurs afin de cibler leurs campagnes publicitaires.

    Grindr affirme avoir partagé une variété de données personnelles avec des partenaires publicitaires dans le passé, comme des identifiants d’appareil, des données de localisation, des informations de connexion ou encore l’âge et le sexe de l’utilisateur. Mais la société affirme qu’ils ont arrêté de fournir des informations sur l’emplacement, l’âge et le sexe des usagers dès avril 2020, suite à un changement de leurs conditions d’utilisation.

    On ignore comment The Pillar a réussi à faire le lien entre les données anonymisées de Grindr et l’évêque Jeffrey Burrill. Des zones d’ombre persistent donc dans cette affaire. Pour le révérend James Martins, prêtre jésuite et défenseur de l’inclusion des LGBT+ dans l’Église catholique, les prêtres devraient « évidemment tenir leurs promesses de célibat », mais les journalistes catholiques, eux, « ne devraient pas utiliser des moyens immoraux pour les espionner », affirme-t-il auprès de l’agence AP.

  • Nansen, un passeport pour les apatrides

    Trente ans avant la Convention de Genève, le diplomate norvégien Fridtjof Nansen crée le 5 juillet 1922 un passeport auquel il donnera son nom qui, entre 1922 et 1945, protégera environ 500 000 hommes et femmes destitués de leur nationalité et devenus apatrides du fait des grands bouleversements occasionnés par la première guerre mondiale, le génocide arménien, la révolution russe.

    http://www.film-documentaire.fr/4DACTION/w_fiche_film/48212_1

    #film #film_documentaire #documentaire #déchéance_de_nationalité #histoire #apatridie #Nansen #Arméniens #réfugiés #Société_des_Nations #Russie #Croix-Rouge #Constantinople #statut_juridique #frontières #réfugiés_russes #passeport_Nansen #certificat_d'identité_Nansen #travail #Albert_Thomas #BIT #Paris #ILO #Renault #Citroën #comités_de_réfugiés_arméniens #resocialisation #génocide_arménien #Union_soviétique #Convention_de_Genève #déchéance_massive_et_collective_de_nationalité #Fridtjof_Nansen #asile

  • Minage du #Bitcoin : « Ce qui se passe en #Chine est pour nous une opportunité folle », Cryptomonnaies - Investir-Les Echos Bourse
    https://investir.lesechos.fr/marches/bitcoin-cryptomonnaies/minage-du-bitcoin-ce-qui-se-passe-en-chine-est-pour-nous-une-oppor

    Eclairage de Sébastien Gouspillou, cofondateur de l’entreprise de minage de bitcoin Bigblock.

    Qu’est-ce qu’un mineur ?

    Un mineur, c’est un serveur qui fait des calculs pour sécuriser le réseau bitcoin. Ce sont les fameux ordinateurs qui consomment de l’énergie, les asics.

    Et c’est un sujet de préoccupation en Chine ?

    La consommation et la pollution, apparemment, ce n’est pas le problème. Parce que dernièrement, les autorités ont coupé le minage dans la province du Sichuan où les mineurs sont essentiellement alimentés en hydro-électricité et avec des surplus. Donc en termes d’écologie, il n’y a aucun intérêt à arrêter le minage dans cette région. On est là, à mon avis, plus dans une chasse aux sorcières.

    On a entendu parler plusieurs fois d’une « interdiction du bitcoin en Chine », mais quelle est la réalité de cette interdiction ?

    C’est très difficile à cerner, même les Chinois ont du mal à comprendre la politique du gouvernement. On a eu par le passé beaucoup d’informations pour lesquelles il était difficile de démêler le vrai du faux et sans comprendre quelle autorité s’exprimait, cela fait des années que ça dure. Mais on a vu malgré tout un développement du minage en Chine.

    A priori, aujourd’hui, il y a deux tendances qui dominent au sein du parti communiste : la première selon laquelle bitcoin est positif pour l’économie chinoise parce que le pays en mine l’essentiel et qu’il fabrique l’intégralité des matériels de minage ; et une seconde pour laquelle, le bitcoin ce n’est pas bien, comme ce qu’on entend de la part de notre banque centrale. Et pour le moment, cette seconde tendance reprend les rênes.

    Il y a eu plusieurs restrictions dès 2014. En 2017, la Chine a carrément interdit les exchanges sur son territoire. Mais il n’y a pas eu de nouvelle interdiction prononcée récemment.

    Alors quelle est la nouvelle ?

    C’est un rappel à la loi. Mais en fait, s’il y a bien un pays où le bitcoin est très échangé, c’est la Chine. La banque centrale rappelle aujourd’hui aux banques qu’elles ne doivent pas faire de trading de cryptomonnaies, qu’elles ne doivent pas avoir d’activité dans ce domaine-là. En faisant pression sur les compagnies d’électricité, en tout cas dans quatre provinces, il est espéré que les mineurs ne pourront plus produire de bitcoins [les mineurs sont récompensés par des nouveaux bitcoins pour leur travail, NDLR]. Car on ne parle pas de toutes les provinces chinoises, mais des principales productrices.

    Le minage en soi n’est pas interdit, les autorités ont simplement enjoint les compagnies d’électricité de ne plus alimenter cette activité dans quatre provinces. Il n’y a pas de loi d’Etat qui interdit le minage.

    Mais, il y a bien quelque chose qui se passe cette fois-ci. Je ne sais pas où cela va mener. Je suis convaincu toutefois que les producteurs d’électricité du Sichuan vont rendre compte aux autorités de leur manque à gagner considérable et que les restrictions finiront par s’assouplir.

    Donc le minage continue en Chine ?

    La puissance de calcul qui est actuellement utilisée sur le réseau montre bien que tous les mineurs chinois ne se sont pas arrêtés, sinon on aurait dû observer une baisse beaucoup plus forte, même si une grosse partie a effectivement été touchée.

    Le bitcoin va-t-il arrêter d’être miné si la Chine cesse totalement le minage ?

    Non, même avec cette hypothèse extrême, le bitcoin ne cesserait pas d’être miné pour autant. Les acteurs se repositionneraient. On observerait une redistribution des cartes, comme on a l’habitude de le voir. Dans les pays qui sévissent, les mineurs partent, les machines voyagent.

    On a vu cela en 2018. C’était alors dû au retournement du marché : on est passé de 20.000 dollars à 3.500 dollars le bitcoin. Beaucoup d’entreprises n’étaient alors plus rentables, et celles qui étaient présentes en Europe (hors Islande) sont parties au Kazakhstan, en Russie, au Canada, etc. Les machines voyagent très bien donc elles peuvent être dispatchées ailleurs dans le monde.

    Comment faites-vous avec votre entreprise ?

    Nous avons une petite production en Sibérie, une plus grosse au Kazakhstan et l’essentiel de notre activité se trouve en Afrique, notamment au Congo.

    Cela fait des années que notre travail consiste à trouver des mégawatts perdus dans le monde et à installer des fermes à proximité. On a des projets actuellement dans sept pays différents et ce qui se passe actuellement en Chine est pour nous une opportunité folle.

    Comment feriez-vous si vous deviez changer de région d’un coup ?

    Nos fermes sont installés dans des conteneurs parce qu’il faut que le minage soit mobile. Nous avons vraiment intégré ce paramètre parce que le minage n’est utile pour une compagnie ou une région que temporairement. Il y a souvent davantage d’offre que de demande au moment de la mise en marche d’une nouvelle centrale. Or, le minage a du sens dès lors qu’il vient pomper de l’électricité qui ne peut pas être vendue ; le prix du KWh est alors au plus bas. Dès que la demande locale se développe, le minage a moins de raisons d’être : le mining s’efface et laisse la place à une clientèle traditionnelle, qui achète l’électricité au prix. Donc on est vraiment le client de dernier recours pour le producteur d’électricité. Mais il faut être souple et en capacité de bouger une partie de sa mine tous les trois ou quatre ans.

    Est-ce un modèle intégré par les autres mineurs ?

    Pas en Chine, les mineurs travaillaient tous dans du dur, dans des grosses fermes créées à cet effet parce qu’ils avaient accès à de l’électricité très bon marché, depuis longtemps. Ils n’ont peut-être pas ressenti l’intérêt d’être mobile.

    Vaut-il mieux être dans une région froide ?

    Il n’est pas nécessaire d’être dans des pays froids. Le grand froid est presque aussi difficile à gérer que les grandes chaleurs. Sur les notices des asics, la plage d’utilisation indiquée est en général -10° C +30° C .

    Si jamais nous avons une panne d’électricité en Sibérie, par exemple, avec du -35° C ? nous ne pouvons pas redémarrer sans préparation : c’est-à-dire qu’on est obligé de réchauffer les locaux avant de pouvoir remettre les serveurs en route.

    Dans l’autre sens, au-delà de 40° C, les machines chauffent et finissent par se mettre en sécurité. En Afrique, au niveau de l’Equateur, on est à 25° C toute l’année et c’est l’idéal.

    A partir de quel niveau le prix de l’électricité est intéressant pour vous ?

    De 0,01 à 0,03 dollars par kW/h (de moins d’1 centime à 2,5 centimes d’euros), tout dépend du niveau d’investissement nécessaire et du risque pays/région. C’est un prix bas, parceque cette électricité ne peut être vendue ailleurs mais aussi parce que le mining est un client dont la consommation est régulière et continue.

  • #Chine - Le #Bitcoin (BTC) reviendra par la fenêtre - CoinTribune
    https://www.cointribune.com/tribunes/tribune-cryptomonnaies-geopolitique/chine-le-bitcoin-btc-reviendra-par-la-fenetre

    Pourquoi le parti communiste torpille le BTC ?

    Beaucoup pensaient (y compris votre serviteur) que la Chine verrait dans le bitcoin une solution clefs en mains pour débarrasser le système monétaire international du dollar. En effet, s’il y a peu de chances que l’oncle Sam se laisse ravir son privilège exorbitant sans coup férir, il y a en revanche de bonnes chances qu’il accepte de jouer à arme égales (en acceptant que le bitcoin remplace le dollar en tant que monnaie interantionale par excellence).

    C’était une erreur puisque Pékin imagine apparemment pouvoir parvenir à acheter son pétrole en yuan. Cela étant dit, le dernier pays ayant libellé son pétrole dans une autre monnaie que le dollar est… l’Irak. Est-ce que l’Iran prendra le risque de vendre son naphte en billets rouges ? Rien n’est moins sûr, d’autant plus que la république islamique s’intéresse de très près au bitcoin.

    Par conséquent, il doit y avoir de bonnes raisons pour expliquer ce qui apparaît comme une erreur stratégique majeure. La première est très probablement liée au contrôle des capitaux puisque les Chinois ne peuvent pas investir plus de 50 000 $ par an à l’étranger.

    Ces limites visent à maintenir des réserves de change confortables permettant de contrôler le taux de change avec le dollar et demeurer compétitif à l’export. Soit dit en passant, cela n’est plus tellement vrai depuis que l’administration Trump a imposé des frais de douane de 25 %.

    Hong Kong a toujours permis de contourner les contrôles de capitaux mais la perle d’Asie n’est plus un asile de liberté. Chaque jour de nouvelles arrestations sont signalées. La censure, la réécriture de l’Histoire, l’éducation à coup de propagande et la traque de toute expression de dissidence sont devenues monnaie courante.

    Le Bitcoin était l’un des derniers moyens permettant de contourner ce nouveau rideau de fer financier. Le South China Morning Post estimait en août 2020 que l’équivalent de 50 milliards $ partaient chaque année à l’étranger sous forme de cryptomonnaies.
    La Chine veut mettre fin au cash

    Le Bitcoin a beaucoup de similitudes avec le cash. L’argent liquide ne protège pas de l’inflation contrairement au bitcoin et sa limite de 21 millions d’unités. Néanmoins, le cash permet de payer de manière anonyme et d’échapper aux taux négatifs qui sont déjà une réalité par certains endroits (Suisse, Danemark).

    Or le fameux « cryptoyuan » (e-CNY) a précisément pour but d’instaurer des taux négatifs. Les premiers tests ont montré que l’argent disparaît après un certain temps s’il n’est pas dépensé… Dit autrement, le PCC veut instaurer une monnaie périssable poussant à la consommation. Interdiction d’épargner car une population sans épargne est beaucoup plus docile.

    Les officiels Chinois – à l’instar des éminences grises de Davos et du FMI – aiment parler d’une monnaie « inclusive » mais cette anesthésie linguistique dissimule en réalité des desseins totalitaires. La fin du cash permettra d’espionner tout le monde et de couper les vivres à n’importe qui d’un seul clic.

    Il s’agit de créer une société gérée par une IA ingurgitant les historiques d’achats, de localisations, de recherches internet, de fréquentations, en vue d’attribuer un « crédit social » à chacun. Le but ultime de la fin du cash est d’interdire aux « mauvais citoyens » d’acheter des produits de luxe (billets de train ou d’avion par exemple), de dépenser leur épargne, d’accéder à certaines écoles, de bénéficier rapidement de soins de santé, de travailler dans la fonction publique, etc.
    Le Bitcoin reviendra par la fenêtre

    Les Chinois finiront tôt ou tard par comprendre qu’ils s’enfoncent dans une dystopie. Ce n’est pas un hasard s’ils minent la moitié des bitcoins… L’empire du milieu est exactement le type de société dans laquelle le bitcoin est incontournable pour protéger sa liberté.

    Il y a des pays où le bitcoin est populaire à cause de l’inflation (en Afrique), et d’autres où il est d’avantage question de préserver son anonymat et sa liberté. Ce qui revient un peu au même car perdre l’accès à son épargne revient à vivre dans une prison à ciel ouvert.

    Il ne fait aucun doute que le PCC a compliqué la vie des mineurs mais gageons que beaucoup continueront de manière clandestine afin de satisfaire la demande de cet apartheid d’un milliard et demi de personnes.

    Terminons en notant que le démantèlement de l’industrie du mining va se traduire par une décentralsiation accrue du bitcoin. Les mineurs vont s’éparpiller et nous n’entendrons plus dire que le « PCC contrôle le bitcoin »… Tout ce que qui ne tue pas le bitcoin le rend plus fort…

  • Les mineurs de bitcoin se préparent à quitter la Chine
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/06/19/les-mineurs-de-bitcoin-se-preparent-a-quitter-la-chine_6084808_3234.html

    La Chine n’est plus l’eldorado du bitcoin. Les entreprises nationales sont prêtes à déménager vers les Etats-Unis ou le Canada – même si les coûts y sont jusqu’à trois fois plus élevés –, car ils jouissent de la stabilité politique. Depuis la mi-mai, le bitcoin est pris sous un double feu dans l’empire du Milieu.

    #bitcoin #chine #prohibition #minage #cryptomonnaies #déménagement #électricité #politique #stabilité #économie

  • Le Salvador va miner des bitcoins grâce à l’énergie des volcans
    https://www.numerama.com/tech/719095-le-salvador-va-miner-des-bitcoins-grace-a-lenergie-des-volcans.html

    Utiliser l’énergie des volcans peut sembler fou mais c’est en réalité une option tout à fait sérieuse. La #géothermie couvre plusieurs techniques éprouvées pour exploiter la chaleur de la terre afin de produire de l’électricité. En général, cela repose sur un circuit d’eau qui va être chauffé par les hautes températures de la roche. Cette eau chauffée va produire de la vapeur, qui va elle-même alimenter des turbines, créant ainsi de l’électricité. En Guadeloupe, 4 % de l’électricité est déjà produite grâce au volcan La Soufrière et les autorités locales souhaitent faire passer cette portion à 25 %.

    Le site de production d’énergie ne se trouve bien sûr pas perché sur le cratère du volcan car la roche chauffe bien avant. Il existe toutefois plusieurs configurations possible. Certains forages dans le monde visent à obtenir de l’eau dite dans un « état supercritique ». Comme l’explique Futura-Sciences, il s’agit du stade où la température et la pression dépassent celles du point critique (Tc=376 °C et Pc=221 bar). Cette eau est plus complexe à exploiter cependant elle a l’intérêt de véhiculer davantage d’énergie.
    Si le Salvador tient une piste intéressante pour régler le problème énergétique posé par le minage du #bitcoin, bien des défis restent à relever pour concrétiser les projets du pays en matière de bitcoin. Préoccupée par la consommation d’électricité du bitcoin, la spéculation qu’il peut susciter et le fait qu’il soit parfois utilisé pour des trafics, la #Chine a par exemple décidé de resserrer considérablement la vis sur les activités de minage sur son sol. Le fait que le #Salvador ait décidé de donner cours légal au bitcoin — ce qui signifie qu’il ne peut être refusé par un créancier — répond toutefois à plusieurs problématiques du pays. « Plus de 70 % de la population du Salvador n’a pas de compte bancaire. Ils ne sont pas dans le système financier », faisait par exemple valoir Jack Mallers, le PDG de Strike, qui devrait se charger d’aider le Salvador à opérer cette bascule.Par ailleurs, beaucoup de transferts d’argents sont opérés depuis l’étranger vers le Salvador (d’après la BBC, cela représente près de 20 % du PIB du pays). Selon le président Nayib Bukele, faire du bitcoin une monnaie légale simplifiera ces transferts et dopera les investissements dans le pays. « À court terme, cela générera des emplois et aidera à mieux inclure les milliers de personnes qui sont en dehors du système », a affirmé le président salvadorien.

  • ’My Husband Says My Vagina is Too Loose Since Chemo’ - Ask Polly
    https://askpolly.substack.com/p/my-husband-says-my-vagina-is-too


    Lisez tout…

    Dear Polly,

    I am four years post breast cancer treatment, bilateral mastectomy, reconstruction, chemo, radiation, and now hormone therapy. I was 51 when I was diagnosed and am now 55. I haven’t had sex with my husband in two years. We finally had “the discussion” and he tells me that my vagina is too loose since the chemo.

    Now, when we did have intercourse two years ago, it was painful so I did relax my vagina and we used a lot of lubrication. I know he didn’t find it “good” like previously, but neither did I.

    I am hoping to see a gynecologist about this. I don’t want to use estrogen cream as my breast cancer was hormone positive. I have tried multiple moisturizers with little effect. I kind of feel he is being a real jerk but I am glad he was “honest” with me.

    Any advice?

    Too Loose

  • Bitcoin’s Troubles Go Far Beyond Elon Musk | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/news/our-columnists/bitcoins-troubles-go-far-beyond-elon-musk

    All speculative market manias produce signature characters. From the Yale economist Irving Fisher, who, in October, 1929, pronounced that stock prices had reached “what looks like a permanently high plateau,” to Charles Prince, the chief executive of Citigroup, who, in July, 2007, remarked, “As long as the music is playing, you’ve got to get up and dance,” these individuals are forever tied to the bubbles they got caught up in. When the story of bitcoin is written, there will be many crypto boosters to choose from, such as the Winklevoss twins; the hedge-fund manager Paul Tudor Jones; and Cathie Wood, a pioneer of funds devoted to investing in disruptive companies. Right now, though, the individual most clearly associated with bitcoin’s travails is Elon Musk, the C.E.O. of Tesla and SpaceX.

    It makes an entertaining narrative to focus on Musk, but the issues facing the crypto market go well beyond one individual. Briefly stated, the bitcoin boom faces two existential threats: a tightening of monetary policy by the Federal Reserve, and a legal crackdown by the Chinese and other governments intent on protecting their own currencies. The prospect of a Fed shift could cause the price of bitcoin to fall a lot farther. The spectre of concerted government action to restrict the trading and use of bitcoin is potentially even more perilous: it brings into question the long-term viability of the digital currency.

    Since it doesn’t yield any cash flows, bitcoin’s value as an investment asset is essentially arbitrary. Like a work of art, it is worth what people believe it’s worth—a fact that Marion Laboure, an analyst at Deutsche Bank, highlighted in a March, 2021, research report. She called this “the Tinkerbell Effect.”

    To be sure, some bitcoin boosters claim that the currency is the new gold: an asset that, although of limited intrinsic utility, does provide a valuable hedge against a fall in the stock market and other financial assets. Recently, however, bitcoin acted more like a risky meme stock, falling sharply as bond yields rose and investors fretted about a change in Fed policy to head off the threat of inflation. Last week’s rout coincided with the news that some Fed policymakers want to start discussing a plan for tightening the central bank’s money spigot, which has remained fully open even as the economy has rebounded. As bitcoin plunged last week, the price of actual gold rose.

    Given the nature of speculative markets and the widespread interest in the blockchain technology that underpins bitcoin and other digital currencies, it’s unwise to make firm predictions. But, on top of dealing with the possibility of a reversal in U.S. monetary policy, crypto bulls are facing the possibility of other countries following China’s lead and cracking down on bitcoin—the rise of which could present a competitive threat to government-issued currencies—such as the renminbi, the euro, and even the dollar—which are also called fiat currencies. If bitcoin or another peer-to-peer digital currency did achieve widespread acceptance as a means of payment, this would be a profound global economic development. Commercial banks could be circumvented. Financial regulations could be evaded. Governments could lose control over monetary policy and the ability to track money transfers for tax and crime-fighting purposes.

    The United States and other Western countries haven’t yet gone as far as China has, but their governments aren’t standing idle, either. Earlier this year, Janet Yellen, the Treasury Secretary, described bitcoin (correctly) as an “extremely inefficient way of conducting transactions,” and pointed out (equally correctly) that it is used “often for illicit finance.” (A couple of weeks ago, when Colonial Pipeline, the company that runs a main fuel-supply line on the Eastern Seaboard, agreed to pay hackers a ransom of $4.4 million, it paid in bitcoin.)

    #Bitcoin #Spéculation #Monnaie_numérique

  • Polluer avec Elon Musk et les « mineurs » de bitcoin chinois Philippe Mabille

    Ne dites plus « je spécule sur les cryptos » mais « je pollue avec Elon Musk dans une « mine » à charbon chinoise ». Depuis que le fondateur de Tesla s’est rendu compte que sa proposition de payer sa voiture électrique en bitcoin avait un bilan carbone désastreux, rien ne va plus pour la monnaie digitale. Coup de com’ du trublion ou, comme l’affirme dans notre interview un expert acquis à la cause, les conséquences des « pressions » menées par les anti-bitcoins ? Preuve, s’il en est, que le bitcoin, qui représente déjà la consommation énergétique de l’Italie, devient un problème macro et politique.

    Que s’est-il passé entre le 24 mars, lorsque le fantasque milliardaire a lancé sur Twitter son « you can now buy a Tesla with bitcoin » et son changement de pied de cette semaine ? Réponse : 1 milliard de dollars de gains sur son investissement de 1,5 milliard dans la crypto-vedette et surtout une volée de bois, vert évidemment, de la part de quelques détracteurs qui ont fait les comptes : comme le mix énergétique en Chine utilise principalement des centrales à charbon, il y a là de quoi remettre en cause la lutte contre le réchauffement de la planète. Tout cela en quelques clics... . . .

    La suite : https://www.latribune.fr/opinions/editos/polluer-avec-elon-musk-et-les-mineurs-de-bitcoin-chinois-884652.html

    #tesla #elon_musk #électricité #énergie #spacex #bitcoin #espace #silicon_valley #intelligence_artificielle #voiture_électrique #en_vedette #technologisme #automobile #capitalisme #transhumanisme #technologie #énergie #ia