• The refugees crescent in 2014
    https://visionscarto.net/the-refugees-crescent

    Title: The refugees crescent (2017 revision) Keywords: #War #Conflicts #Borders #Refugees #United_Nations #Human_rights #Asylum #Asylum_seekers #Peace Sources: United Nations High Commissionner for Refugees (UNHCR); United Nations Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (OCHA); United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East (UNRWA); Norwegian Refugee Council (NRC); Internal Displacement Monitoring Center (IDMC); United States Center for (...) #Map_collection

  • Giorgos Tsiakalos: “In Europe, a racist policy is being implemented”

    EU policy can rightly be called “Black lives don’t matter in the Mediterranean”

    In June 2020, recognized refugee families, most of which had just arrived in Athens from the Moria camp on the island of Lesvos, were unable to find housing and remained homeless for days, sleeping in Athens’ Victoria Square. June 1, 2020, marked the implementation of the Greek law which terminates the provision of shelter for 11,237 refugees and beneficiaries via the ESTIA housing program.

    “They arrived at Victoria Square, as others had come before them about five years ago. Back then we had said we were caught off guard. Now what do we say? I was there today”, wrote George Tsiakalos, Professor of Pedagogy at the Aristotle University of Thessaloniki, in a Facebook post dated June 14.

    George Tsiakalos, along with his wife, Sigrid Maria Muschik, have been providing support to these families not only in recent months, but continuously − since the early days of what became known as the “refugee crisis”.

    https://wearesolomon.com/mag/q-and-a/giorgos-tsiakalos-in-europe-a-racist-policy-is-being-implemented/?mc_cid=a5016dd865&mc_eid=3444239cea

    #greece #refugees #migrants #Moria #camps #Europe #Migration #borders #housing

  • Migrants au pays d’Orbán : ces « prisons maternelles » remplies d’enfants - Dans les « zones de transit » hongroises où sont enfermés les demandeurs d’asile, les enfants sont majoritaires. Avant 2017, les autorités pouvaient les garder un mois, elles n’ont plus de limites aujourd’hui. Troisième volet de notre série sur les mineurs étrangers aux portes de l’UE.
    #migration, #enfermement, #unaccompaniedminors, #borders
    https://www.mediapart.fr/journal/international/110520/migrants-au-pays-d-orban-ces-prisons-maternelles-remplies-d-enfants

  • La politique des putes

    Océan réalise, avec « La #Politique_des_putes », une enquête en immersion dans laquelle il tend le micro à des travailleuses·rs du sexe. Elles disent le stigmate, la marginalisation, la précarité, les violences systémiques mais aussi les ressources et l’empowerment. Pour elles, l’intime est résistance. Dix épisodes de 30 mn pour briser les préjugés.



    La Politique des putes (1/10) - Travailler
    La Politique des putes (2/10) - Stigmatiser
    La Politique des putes (3/10) - Militer
    La Politique des putes (4/10) - Choisir
    La Politique des putes (5/10) - Désirer
    La Politique des putes (6/10) - Migrer
    La Politique des putes (7/10) - Soigner
    La Politique des putes (8/10) - S’échapper
    La Politique des putes (9/10) - Agir
    La Politique des putes (10/10) - Construire

    http://www.nouvellesecoutes.fr/podcasts/intime-politique

    #sex_work #prostitution #patriarchy #capitalism #feminism #wage_labor #whorephobe #whorephobia #pimping #stigma #bias #prejudice #stigmatization #discrimination #systemic_violence #instiutional_violence #heterosexual_concept #sexual_education #normalisation #abolotionism #black_and_white #subventions #decriminalisation #penalty #laws #rights #transphobia #domination #marginalisation #vulnerability #invisbility #undocumented #isolation #fear #police_harassment #physical_violence #rape #precarity #affirmation #empowerment #dignity #trust #solidarity #network #community #choice #perception #society #associations #seropositive #access_to_healthcare #suicidal_thought #debt #menace #voodoo #exploitation #trafficking #migration #borders #family_pressure #clients_image #mudered #testimony #interview #podcast #audio #France #Paris

    “sex work is not dirty - dirty are all the representations about sex work” (La politique des putes 7/10, min 7).

  • The Climate-Migration-Industrial Complex - Public Seminar
    https://publicseminar.org/2020/01/the-climate-migration-industrial-complex

    Thirty years ago there were fifteen border walls around the world. Now there are seventy walls and over one billion national and international migrants. International migrants alone may even double in the next forty years due to global warming. It is not surprising that over the past two decades, we have also seen the rise of an increasingly powerful global climate-security market designed to profit from (and help sustain) these crises. The construction of walls and fences to block rising sea levels and incoming people has become one of the world’s fastest growing industries, alongside the detention and deportation of migrants, and is projected to reach $742 billion by 2023. I believe we are witnessing the emergence of what we might call a “climate-migration-industrial complex.”

    #migration #climat #complexe_industriel #borders #frontières #réfugiés

  • #Zoltan_Kovacs sur twitter

    Hungary’s southern border fence has contributed immensely to reducing migration on the Western Balkans migration route since September 2015. Yet, @EU_Commission refuses to cover a fair portion of our extra defense costs. Here’s some data from @Frontex

    https://twitter.com/zoltanspox/status/1168862668352040960
    #Hongrie

    Zoltán Kovács (born 1969) is a Hungarian historian and politician, who currently serves as Secretary of State for Public Diplomacy and Relations in the Second Cabinet of Viktor Orbán.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Zolt%C3%A1n_Kov%C3%A1cs_(politician,_1969)

    #murs #propagande #Hongrie #frontières #asile #migrations #réfugiés

    Les #statistiques ne disent pas tout...

    Ma réponse :

    Great! People who are by law allowed to ask for #asylum are now blocked in inhumane conditions in #Croatia & #Bosnia... or try to find new, more dangerous ways to cross the #borders.
    #WallsDontWork, #walls are never the solution!

    https://twitter.com/CDB_77/status/1169127329924288513

    ping @reka

  • Belgian authorities admit two-year-old girl was shot after police chase

    Prosecutors confirm child found dead after police opened fire on van carrying refugees was killed by a gunshot wound.

    The authorities in Belgium have admitted that a two-year-old girl who died after police opened fire on a van carrying migrants near #Mons on Thursday was shot in the face.

    Prosecutors had initially denied the account given to the Guardian by relatives of the girl, called #Mawda, suggesting instead that she had been taken ill or died as a result of erratic driving.

    The child was killed after a police patrol followed and intercepted a van containing 26 adults and four children, including Mawda, on a highway near the city of Mons in the early hours of Thursday morning.

    She was travelling with her Kurdish-Iraqi parents and three-year-old brother. A source told the Guardian that police opened fire in an effort to stop the vehicle, which was being driven by alleged people smugglers to a lorry park on the coast. From there, the refugees were to be smuggled onboard lorries destined for the UK.

    However, a source had told the Guardian that police opened fire on the van in an effort to force it to stop. A bullet is alleged to have penetrated the vehicle and hit the girl in the cheek.

    Following the gunfire, it is understood that officers surrounded the vehicle in a 45-minute standoff as they assessed the situation. Upon opening the doors of the van, the child’s mother screamed for help. An ambulance was called and took the child to a Mons hospital, where she was pronounced dead. It is believed, however, that Mawda died at the scene.

    Frédéric Bariseau, a spokesman for the Tournai prosecutor’s office, confirmed on Friday afternoon that Mawda died as a result of a gunshot injury, but said he could not confirm the provenance of the bullet.

    “The autopsy determined that the cause of death was a bullet that entered the cheek,” said Bariseau.

    “I want to be careful about saying that the bullet could be of police origin. We have to assess the evidence.

    “Police have opened an internal investigation to determine the circumstances of the girl’s death.

    In a statement released on Thursday, Bariseau had denied reports that the girl had been shot. “The little girl did not die as a result of police gunfire,” he said, suggesting several possible causes including illness, an accident inside the van caused by the driver’s behaviour, or a blow to the head.

    Jan Jambon, Belgium’s interior minister, wrote on Twitter: “[a] tragic event with dramatic consequences. The investigation is ongoing.”

    A source close to the family told the Guardian: “The family are worried that their daughter’s death will be covered up with no one being held to account. They have been told by the authorities that Mawda will be buried on Tuesday.

    “Her family have been placed in accommodation in Belgium. However, they have been told that they have to decide whether they are seeking asylum in Belgium. They have until tomorrow to make up their minds, failing which they have to leave and might possibly be deported back to Germany, but this is unclear.

    “Either way, authorities have stated that once they have ‘legally settled in a country’ they can claim Mawda’s body and have it transferred.”

    The source alleged that the family had previously been smuggled to the UK but was deported to Germany last year by UK authorities since Mawda was born there, and is therefore a German national.

    Zakia Khattabi, co-leader of the Belgian Green party, Mawda’s death was the result of an “increasingly repressive” migration policy. “I want to extend our sympathy to the victim and the victim’s family,” she said. “But after emotion comes anger. We demand that the spotlight is put on this case and that political responsibilities are taken.”

    Belgium’s federal government has been criticised for its increasingly tough stance on migrants. Theo Francken, the country’s immigration minister, said last year that Europe must turn back boats carrying would-be migrants across the Mediterranean.

    “Taking a ticket on a smuggler boat does not give you free entrance into the European continent,” said Francken, a member of the Flemish separatist N-VA, the largest party in the governing coalition.

    Earlier this year, Francken drew criticism for deporting Sudanese migrants, several of whom later said they were tortured after being returned home.


    https://www.theguardian.com/global-development/2018/may/18/belgian-authorities-admit-two-year-old-girl-was-shot-after-police-chase

    #mourir_aux_frontières #frontières #asile #migrations #réfugiés #mourir_dans_la_forteresse_Europe #Belgique #violences_policières #police #Borders_kill

    The source alleged that the family had previously been smuggled to the UK but was deported to Germany last year by UK authorities since Mawda was born there, and is therefore a German national.

    –-> #migrerrance

    • Commentaire de Andrea Segre sur FB :

      P.S. altra notizia che è necessario non dare in queste ore. Sapevate che tre giorni fa una bambina curda di 3 anni è stata uccisa dalla polizia belga? Nel senso che le hanno sparato mentre cercava di attraversare una frontiera interna europea, una di quelle che per gli europei è libera, priva di controllo, simbolo della nostra libertà di viaggiare, della nostra convivenza civile e pacifica, quella tra Francia e Belgio. L’hanno colpita in testa ed è morta. Per 24 ore la polizia ha provato a coprire dicendo che aveva sbattuto la testa sul furgone. Poi le hanno trovato una pallottola nel cervello. Domanda: cosa succede se una bambina italiana o belga viene uccisa da un poliziotto di qualsiasi paese africano o musulmano?

    • Grande-Synthe : Mawda, 2 ans, migrante, tuée par balle

      Une course-poursuite entre une camionnette de migrants et la police belge a provoqué, jeudi 16 mai, la mort d’une fillette kurde hébergée dans un camp à Grande-Synthe. L’enfant a été tuée par balle. Après avoir démenti une première fois l’information jeudi, le parquet de Mons a admis vendredi que l’enfant avait été tuée par une balle. Dans le camp de Grande-Synthe où sont réunis plus de 400 exilés, la douleur est vive et les langues se délient quant aux conditions de passage.

      https://www.mediapart.fr/journal/france/190518/grande-synthe-mawda-2-ans-migrante-tuee-par-balle

    • Belgique : les parents de la fillette tuée après une course poursuite police-migrants veulent une enquête indépendante

      Les parents d’une fillette kurde tuée par balle après une course poursuite police-migrants en Belgique ont réclamé lundi une enquête indépendante sur la mort de leur fille.

      Lors d’une conférence de presse à Bruxelles, Olivier Stein, avocat des parents de la petite Mawda Shawri, âgée de deux ans, a indiqué que ces derniers voulaient une enquête indépendante, éventuellement sous la forme d’une commission parlementaire.

      « Pour la famille de Mawda Shawri, il n’y a aucun doute, c’est un policier qui a tué leur enfant », a dit M. Stein.

      La mère se trouvait avec sa fille juste derrière le conducteur de la camionnette qui transportait 30 migrants kurdes (26 adultes et 4 enfants) pris en chasse dans la nuit de jeudi à vendredi par la police belge, alors qu’ils comptaient se rendre en Grande-Bretagne.

      « Une question de confiance se pose : le récit des parents de l’enfant est totalement différent de celui de la police et du parquet », a déclaré à l’AFP Alexis Deswaef, président de la Ligue des Droits de l’Homme en Belgique.

      « Nous souhaitons les résultats de l’enquête ainsi qu’une arrestation » (du coupable, ndlr), a dit M. Stein.

      « Une fois la camionnette immobilisée, les parents n’ont pas pu aller à l’hôpital avec leur enfant qui avait été touchée par balle », a-t-il ajouté. « Il s’est passé toute une journée avant que les parents n’apprennent que leur enfant était décédée », a-t-il poursuivi.

      Vendredi, le parquet de Mons avait convenu que la fillette avait été tuée par une balle, sans toutefois confirmer qu’elle provenait de l’arme d’un policier.

      Jeudi, il avait d’abord totalement exclu l’hypothèse d’un décès par balle évoquant trois causes possibles : une maladie, un accident lié au comportement du chauffeur de la camionnette -la tête de l’enfant aurait pu par exemple heurter une paroi du véhicule- ou un coup porté à l’enfant.

      Ce décès avait provoqué des remous à Grande-Synthe, près de Dunkerque dans le département français du Nord, la fillette étant membre d’« une famille de migrants actuellement hébergée dans un gymnase de Grande-Synthe », selon la préfecture du Nord.

      Par ailleurs, une rencontre a été organisée lundi matin avec le Premier ministre belge Charles Michel et la famille de la petite kurde décédée, au cours de laquel il a présenté ses condoléances, a indiqué le porte-parole du Premier ministre, Frédéric Cauderlier à l’AFP.

      « Nous ne faisons aucun commentaire sur le contenu des discussions », a-t-il ajouté.


      http://www.liberation.fr/societe/2018/05/21/belgique-les-parents-de-la-fillette-tuee-apres-une-course-poursuite-polic

    • « Balle perdue »

      On sait que pour les réfugiés arrivés en Europe, le parcours est semé d’embûches. Pour Mawda, fillette de 2 ans, ce parcours a été brutalement interrompu vendredi dernier à la hauteur de Mons, en Belgique, d’une balle dans la tête. Pardon, « dans la joue », comme l’expliquait le parquet à la suite du drame, évoquant une « balle perdue » tirée en direction du chauffeur. Qu’importe, le résultat est le même. Mawda se trouvait à bord d’une camionnette qui emmenait une trentaine de Kurdes en France et qui a été poursuivie sur des dizaines de kilomètres par plusieurs voitures de police. Ses parents étaient également à bord mais n’ont pas été autorisés à accompagner leur fille dans l’ambulance et ont été informés de son décès alors qu’ils étaient détenus en cellule.

      La fillette née en Allemagne de parents originaires du Kurdistan irakien a été enterrée hier près de Mons. Triste parcours européen, à la hauteur des tragédies quotidiennes sur notre continent soumis aux accords de Schengen-Dublin. En 2015, le monde s’offusquait du décès du petit Aylan sur une plage de la Méditerranée. Combien d’enfants sont, depuis, morts des suites de la politique migratoire européenne ? Nos frontières tuent, et des centaines de personnes à travers la Belgique ont manifesté mercredi leur indignation, exposant des vêtements d’enfants en signe de deuil. Sur les réseaux sociaux, le mot-clé #Justice4Mawda rassemble les appels à tirer toutes les leçons du drame, à rendre des comptes. Première visée : la rhétorique déshumanisante, dénigrant les réfugiés et les assimilant à des criminels. Face à une camionnette remplie de migrants, les forces de l’ordre se sentent légitimes à ouvrir le feu. Et même sans tirs, des drames surviennent : le 17 avril, quatorze migrants ont été blessés – dont cinq grièvement – dans une course-poursuite avec la police belge, vers Nivelles.

      Le ministre belge de l’Intérieur, le nationaliste Jan Jambon, a pourtant rejeté la faute du décès de Mawda sur les passeurs, déplorant que « le trafic d’êtres humains prospère ». En omettant soigneusement de rappeler que ce trafic prospère d’autant mieux que les barbelés se hérissent. L’« incident » de vendredi s’ajoute aux 636 décès de migrants en mer répertoriés depuis le début de l’année. Justice pour Mawda. Et pour les autres ?

      https://lecourrier.ch/2018/05/23/balle-perdue

    • Et en #Croatie...
      Croatie: 2 enfants migrants blessés par des tirs de la police

      Deux migrants de douze ans, un Afghan et un Irakien, ont été grièvement blessés hier par la police croate qui a ouvert le feu sur le véhicule qui les transportait, a annoncé un porte-parole policier.

      Hier vers 22H00 locales (20H00 GMT), une camionnette a refusé de s’arrêter à un contrôle près de la frontière avec la Bosnie, a raconté à l’AFP Elis Zodan. La police a alors ouvert le feu avant de découvrir que deux enfants avaient été blessés, parmi les 29 migrants qui y étaient embarqués. Ils ont été hospitalisés à Zadar (sud) dans un état grave mais leurs jours ne sont pas en danger.

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/31/97001-20180531FILWWW00132-croatie-2-migrants-mineurs-blesses-par-des-tirs-d

      cc @isskein

    • Mawda : #symbole d’une politique anti-migrants

      Dans « À l’air libre », retour sur la mort de Mawda, une fillette kurde de 2 ans tuée par la police belge en 2018, illustration de la tragédie des migrants en Europe. Également au sommaire : les violences sexuelles dans l’industrie du porno et les 10 ans de la révolution tunisienne.

      https://www.youtube.com/watch?v=HyLmB7GF6ik&feature=emb_logo

      https://www.mediapart.fr/journal/france/171220/mawda-symbole-d-une-politique-anti-migrants

    • Mawda, 2 ans, tuée par la police

      La nuit du 17 mai 2018, la police belge prend en chasse une camionnette de migrants traversant le pays : un policier tire, une enfant kurde de 2 ans meurt d’une balle dans la tête. Deux ans et demi plus tard, le verdict du procès tombe. L’affaire du meurtre de la petite Mawda illustre bien des aspects des politiques migratoires et sécuritaires actuelles. En Belgique, les faits de violence policière ne cessent de faire parler d’eux — ils sont devenus hebdomadaires. Face à quoi, les protestations populaires se développent. Le 8 mars dernier, une femme noire, après avoir voulu porter assistance à une personne ayant fait un malaise dans la rue, a été violemment plaquée au sol par la police liégeoise, provoquant une nouvelle fois des émeutes. Un récit du verdict.

      11 h 17, gare de Bruxelles-Central, train en direction de Mons. Nous sommes le 12 février 2021, jour de verdict pour le procès relatif à l’affaire Mawda. Un froid polaire règne sur le pays ; la neige tombée il y a cinq jours ne fond pas. La température indique ‑7 °C. La presse nationale a jugé bon de sortir, ce matin-là, l’information sur la régularisation définitive des parents de Mawda : le fait date pourtant de décembre dernier. La dépêche est publiée dès 5 heures, comme une actualité brûlante, une info de dernière minute. De mauvaise augure. Je retrouve dans le train trois des avocates de la famille de Mawda, ainsi qu’une quinzaine d’activistes du comité de soutien.

      13 h 10. La juge déclare l’audience ouverte. Nous sommes dans la salle aux pas perdus, où un écran a été installé pour que la trentaine de personnes que nous sommes — ayant été autorisées à entrer dans l’enceinte du tribunal — puissions suivre le verdict. Seules dix personnes ont pu accéder à la grande salle d’audience. On y aperçoit Shamden et Prhst Shawri, les parents de Mawda, assis légèrement en hauteur derrière les quatre avocats qui les représentent. Face à eux, sur l’autre flanc de la salle, les deux hommes irakiens accusés pour l’un d’être le chauffeur du véhicule pris en course par la police et pour l’autre le passeur. Deux hommes forcés sur les routes de l’exil qui contestent ces accusations, avançant qu’ils ont été choisis au hasard des occupants de la camionnette. Cette nuit-là, ils étaient en tout 26. Au centre de la salle, en hauteur, les trois juges. En bas, face à eux, dos à la salle, le policier qui a tiré le coup de feu.

      7 mai 2018.

      Lamine Bangoura voit arriver à son domicile huissier et police, pour un arriéré de loyer de 1 500 euros. Comme il refuse d’être expulsé de chez lui, des patrouilles de renfort sont appelées : leurs véhicules, nombreux, bloquent la rue en bas de l’immeuble. Très vite ce sont huit policiers qui entrent, lui menottent pieds et mains et s’en vont pratiquer un plaquage ventral meurtrier, à quatre sur son torse, sous prétexte qu’ils se seraient sentis en danger. Depuis ces déclarations de la police, faites plus d’un mois après les événements, des images circulent sur les réseaux. On y entend Lamine pousser des cris rauques, glaçants : il étouffe. À l’arrivée de l’ambulance, il est déjà trop tard. Cela fait trois ans, et son corps est toujours à la morgue. La première année, il était retenu par ordre du juge, le temps de l’enquête, qui a fini par prononcer un non-lieu. Il n’y aurait pas de charges suffisantes pour ouvrir un procès1. Une somme de 8 000 euros avait alors été exigée de la famille afin de récupérer le corps de leur fils, somme impossible à rassembler. La facture s’élève aujourd’hui à 30 000 euros. Lamine n’a toujours pas été enterré et la famille Bangoura poursuit son combat.

      Avant de démarrer la lecture des 50 pages du prononcé, la juge annonce : « Ce tribunal constate que les conseils des parties civiles ont largement plaidé lors du procès et dans les conclusions sur le traitement inhumain et dégradant qu’ont subi les victimes. » Les parents et le frère de Mawda, alors âgé de 4 ans, avaient été empêchés de monter dans l’ambulance qui allait amener la petite fille — elle mourra avant d’arriver aux urgences. Ils ont été humiliés et détenus. « Aussi légitimes que les interrogations des parties civiles puissent être, il n’appartient pas à ce tribunal de se prononcer sur des éléments qui dépassent largement le cadre de sa saisine […] et qui ne concernent que le comportement des trois prévenus lors de la course poursuite du 17 mai 2018. »

      Les avocats de la famille avaient dès le départ dénoncé l’atomisation absurde d’une affaire hautement politique vers diverses juridictions, empêchant également toute enquête sur les responsabilités des politiques migratoires actuelles, tout comme sur les nombreux mensonges policiers et judiciaires qui ont marqué les heures et jours suivants les événements. Parmi ceux-là : rumeurs propagées sur l’utilisation d’un enfant bélier, enfant jeté par la camionnette, succession de versions contradictoires et mensongères du parquet aux médias, première analyse d’un médecin légiste qui réfute la cause de la mort par balle, etc2. Un seul journaliste de grande antenne a relevé la dignité d’une profession, ayant fait une enquête approfondie et édifiante sur les faits et la succession des mensonges officiels.

      Août 2019.

      Mehdi Bouda est percuté en plein centre ville, sur un passage piéton, par un véhicule de police roulant à plus de 98 km/h. Ce n’est que le lendemain que la famille sera avertie de la mort de ce jeune de 17 ans, par des agents de police venus à sa porte lui présenter la photo de son corps ensanglanté, sans égard, sans aucune explication. Quelques heures plus tôt, un ancien voisin, sollicité par un journaliste sur le sujet, avait appelé la famille, sans que cette dernière ne comprenne de quoi il s’agissait. Car la presse ne manquera pas de relayer aussitôt les communiqués de police, avec son lot de discours, devenus classiques. Ici, une parmi tant d’autres : « un jeune dealer qui aurait couru en voyant la police arriver ». C’est par elle-même, au travers de ses recherches pour comprendre les faits, que la famille découvrira que c’est un véhicule de police qui a fauché leur fils. Son grand frère Ayoub et tous les proches de Mehdi poursuivent leur combat pour la vérité, la justice et la dignité.

      Les présumés chauffeur et passeur écoutent la traduction — à travers des casques, le visage caché par des masques — de la longue et détaillée lecture chronologique de la course-poursuite. Seul le regard de l’un est rendu visible par l’angle choisi par une caméra qui s’attarde longuement sur eux : l’épuisement s’y lit. Le visage du policier, lui, ne sera jamais filmé. Les deux hommes contestent ces accusations. Voici deux ans et demi qu’ils sont en prison. Pour une même nuit de faits, ils subiront deux procès. L’un à Mons, pour « entrave méchante à la circulation ayant entraîné la mort » et « rébellion » ; l’autre à Liège, pour « trafic d’êtres humains ». Deux procès pour une même affaire.

      La juge poursuit sa lecture. Arrive le moment de l’impact. On entend qu’il est 2 heures du matin passées de quelques minutes, lorsque « la vitre sur le côté [conducteur] de la camionnette explose », que la camionnette quitte l’autoroute et s’arrête sur un parking deux minutes plus tard, qu’un appel au secours est lancé… Dans la salle, la caméra se tourne vers les les parents et filme les larmes de la mère. Elle n’a pas le casque de traduction sur les oreilles. S’ensuit tout un détail des communications radio sur l’usage fait d’une arme ; le médecin légiste qui, vers 4 heures du matin, assure que la mort n’est pas due à un tir d’arme à feu. Pendant sa lecture de l’état du corps de l’enfant établi dans le rapport de la police, la juge regarde, comme soucieuse, les parents. Une des avocates est allée s’installer à côté de la mère ; elle lui parle. Le père est tourné vers l’interprète assis juste à sa gauche et l’écoute attentivement.

      L’écrasante majorité du récit des « faits établis » provient des sources policières : les nombreuses communications radio, les analyses techniques de leur matériel, les rapports établis au moment des faits, sur le parking de cette aire d’autoroute ou à l’hôpital. La famille, elle, n’a que sa parole, recueillie lors d’interrogatoires et d’auditions. À peine quelques secondes du déroulé des faits sont passées dans le récit chronologique. Nous entendons à présent la version des parents. Alors que sont reprises les déclarations du père, qui confirment celles de la mère — jamais, tout au long de la course-poursuite, elle n’a perdu l’enfant de ses bras —, cette dernière quitte la salle. Elle gagne celle aux pas perdus pour s’occuper un moment de son troisième enfant, gardé par des personnes du comité de soutien : un petit garçon qui ne doit pas avoir plus de 2 ans et dont les traits ressemblent fortement à ceux de Mawda.

      10 avril 2020.

      La police prend en chasse deux jeunes pour « non respect des règles de distanciation sociale ». Nous sommes à Anderlecht, commune où les actes policiers violents et racistes font régulièrement la chronique. Adil est sur son scooter, il prend la fuite. Passant par des zones où le véhicule de police ne peut le suivre, les agents à son bord appellent des renforts. Quelques minutes plus tard, alors qu’Adil roule et est presque arrivé chez lui, il est percuté de plein fouet par un autre véhicule de police qui vient le coincer, d’en face, roulant à 70 km/h. Son corps est projeté à 20 mètres de là. Adil meurt. Aucune trace de freinage ne sera trouvée sur le sol, indiquant que la voiture lui a bien foncé dessus. Alors que le Comité Justice pour Adil et ses proches attendent qu’une enquête et un procès public se tiennent, le Parquet demande, via les médias, qu’un non-lieu soit déclaré. Le combat continue.

      Les différents services de police à l’œuvre ce jour-là auraient eu des problèmes de communication, influençant ainsi le déroulé des événements. Pourquoi la course-poursuite a‑t-elle même démarré ? Pourquoi un tel dispositif policier est-il déployé pour prendre en chasse un véhicule avec des migrants à son bord, dont des enfants, sur plus de 70 kilomètres, au milieu de la nuit ? La police belge demande à la police française — dont la frontière approche — de « dresser un barrage profond ». La frontière, voici donc la raison ?

      14 h 50. Le Tribunal retient que le tir du policier a tué l’enfant parce que la camionnette aurait voulu percuter le véhicule de police, ce qui aurait dévié ce dernier dans sa tentative d’éviter le choc. Pas le fait qu’il tenait une arme, bras tendu, vers une camionnette emplie de 26 personnes, sans aucun doute en panique après des kilomètres de course-poursuite. Une arme braquée à hauteur de l’avant du véhicule, à la vue du conducteur de cette nuit-là. « Tous les éléments du dossier permettent de déterminer avec certitude que… »

      9 janvier 2021.

      La ville vit sous un couvre-feu qui démarre à 22 heures. Ibrahima filme une intervention policière qu’il croise sur son chemin. La police le voit et lui intime d’arrêter, en se dirigeant vers lui. Il part. Une course-poursuite s’ensuit, jusqu’à ce qu’il soit intercepté. Il est presque 19 heures. Ibrahima meurt à 20 h 22, au commissariat de police. La cause ? « Un malaise ». Les policiers se rendront au domicile familial pour annoncer le décès de ce fils, à 2 h 30 du matin. Ils diront à la famille qu’ils l’avaient arrêté pour non respect du couvre-feu, alors que sa mort est déclarée bien avant celui-ci. Un rassemblement pour réclamer justice et vérité se tient le 13 janvier 2021. Il se retrouvera face à un dispositif policier de très grande envergure. C’est l’étincelle. Plus d’une centaine d’arrestations administratives, des jeunes arrêtés tout au long de la nuit, mis à genou et maintenus mains derrière la tête, comme nous le relatera une voisine ayant suivi ces scènes depuis sa fenêtre.

      14 h 52. La seconde juge prend la parole. Cette fois, lecture est faite de l’autre aspect du jour : « entrave méchante à la circulation » — l’accusation envers le présumé chauffeur dans la salle. « Méchante veut dire être conscient de la prise de danger », peu importe l’intention. Il est accusé d’avoir rendu la circulation dangereuse, de par sa « conduite intempestive », et d’avoir commis « de graves infractions au code de la route » pouvant créer un accident3. La caméra est fixe sur les deux hommes irakiens, le même regard de l’un, la même concentration sérieuse de l’autre.

      15 h 22. La juge interrompt sa lecture et réagit, disant qu’elle ne laissera pas cela se produire dans sa salle d’audience. Que se passe-t-il ? Le présumé chauffeur parle, il refuse de s’arrêter. On ne l’entend pas d’ici, il n’a pas de micro. Seule nous parvient la voix de la juge. « Je comprends que cela soit difficile pour vous mais vous avez pu parler pendant le procès, maintenant ce n’est plus le temps de parler. Vous devez écouter le verdict de ce tribunal. » L’homme ne semble pas s’arrêter pour autant. Des applaudissements de soutien éclatent de la salle aux pas perdus. Cet homme a déjà été interrompu lors des jours d’audience de novembre et décembre, alors qu’il relatait son histoire, les raisons qui l’avaient poussé à fuir son pays, les conditions dans lesquelles tout s’était déroulé. Une pause avait alors été décidée, lui coupant la parole. Il n’avait pas repris après la pause. Aujourd’hui aussi, la juge interrompt la séance.

      Le 24 janvier 2021 se tient un rassemblement à Bruxelles : « Stop à la justice de classe, stop à la justice raciste ». Initialement prévu le 5 décembre 2020, il avait été interdit. Plus encore, un arrêté officiel du bourgmestre de la ville avait été placardé devant le Palais de Justice, aux relents de chasse aux sorcières, calomniant, amalgamant pêle-mêle tous les collectifs organisateurs et allant jusqu’à attaquer nommément des militants. Pas plus autorisé ce jour de janvier, de nombreuses familles de victimes et de Comité Vérité et Justice annuleront, à contre-cœur, leur présence. Alors qu’un rassemblement de 150 personnes et d’une heure était dit toléré par la police au pied du Monts des Arts, un dispositif massif encercle rapidement les personnes présentes. Ce jour-là, alors que la presse officielle parle de 150 manifestants, la police procédera à l’arrestation de plus de 230 personnes, dont 86 mineurs, prises dans les mailles de cette nasse géante et aveugle aux abords de la gare centrale, en plein centre ville, lieu hautement fréquenté en fin de semaine. Dès le lendemain, des témoignages révèleront des séances d’humiliation, de brutalité et de violence collective dans la caserne où ont été parquées toutes les personnes arrêtées. Le bourgmestre de la ville, questionné sur les faits, défendra sa police. L’affaire, malgré son ampleur et sa gravité, n’aura fait que peu de bruit ; plusieurs actions collectives se préparent, dont une plainte de parents de mineurs arrêtés. Chose rare : même un syndicat policier dénonce les brutalités policières commises ce jour.

      15 h 37. La séance reprend. Quand il lui sera demandé s’il souhaite encore parler, l’homme accusé d’être le chauffeur répondra que non.

      Verdict. Le policier est reconnu coupable d’homicide involontaire et est condamné à 1 an de prison avec sursis et une amende de 400 euros. L’homme désigné comme étant le chauffeur est reconnu coupable d’entrave méchante à la circulation ayant entraîné la mort et condamné à 4 ans de prison ferme4. Le troisième prévenu est acquitté — dans ce procès seulement, car celui de Liège est toujours en cours. En dépit des demandes de son avocat, il ne sera pas libéré non plus.

      Une commission d’enquête parlementaire, demandée par certaines voix pour mettre à jour les responsabilités politiques en jeu, aura-t-elle finalement lieu ?

      Le 10 mars, on apprend que le policier a décidé de faire appel de cette décision de justice.

      https://www.revue-ballast.fr/mawda-2-ans-tuee-par-la-police

  • Un texte écrit par le grand chef de #Frontex lui-même... #Fabrice_Leggeri, sur les #frontières, évidemment...

    Safeguarding borders for an open Europe

    Freedom of movement is a right enshrined in the European Union’s area of freedom, security and justice. But it is only by protecting the EU’s external borders that this freedom can continue to exist, writes Fabrice Leggeri.
    At the same time, returning to the old system of checking passports and customs papers at every border within the EU would not only damage mutual trust but could do irreparable harm to our economies.

    But even though a recent study by the European Parliament found that the indefinite suspension of the Schengen Area could cost up to €230 billion over a period of 10 years, the concept of the area of freedom, security and justice has taken a series of hard knocks over the last few years.

    This was due in part to the influx of refugees that began with the deterioration of the situation in Syria. Then there were the terror attacks that have taken place on European soil with horrifying frequency have aroused fears for security, a topic that surveys show is high on the list of priorities of EU citizens.

    In seeking remedies, we must not frame migration as a security problem. Indeed, conflating these issues would play into the hands of the very extremists we are struggling to defeat. However, we need stable borders, and for this, we need new and innovative European solutions.

    The recent transformation of Frontex into the European Border and Coast Guard Agency is just such a solution. It allows us to move beyond our former focus on migration and migratory flows to safeguarding the security of the EU’s external borders, including the crucial fight against organised crime.

    It is a tough task. But our increased budget and expanded mandate give us invaluable tools to assess weaknesses in the border control capabilities of member states and address them by making specific recommendations, such as modernising equipment, deploying additional officers to particular sections of the border, providing training to frontline practitioners, or in some places improving the reception and registration facilities for newly arrived migrants.

    With a coastline of almost 66,000 km and land borders of more than 13,000 km, Europe is only as secure as its external borders. And on the basis of our own findings and analysis, we know there are indeed many dangers lurking, from the human traffickers through to the many tonnes of hard drugs and weapons seized with our help on their way into the EU.

    That is why we now have more than 1,700 officers deployed at the EU’s external borders to assist member states. The new mandate has also allowed us to establish a large pool of officers committed by national authorities, who can be rapidly deployed in case of proven threats.

    So Frontex is increasingly moving from a supporting role to coordinating and complementing the work of our partners in the member states, and this trend will strengthen further over the next decade.

    However, we will still remain only one piece of the puzzle. Our colleagues in the European Commission and Parliament are another. And the many remaining pieces are made up of the national border and coast guards, the frontline workers at the EU’s borders and their brave colleagues out on the high seas. It is together with them, and only together, that Frontex forms the European border and coast guard.

    Since its inception in 2004, Frontex has found itself the brunt of criticism, either that the agency is trying to create ‘Fortress Europe’, ignoring the needs of those fleeing war and persecution; or conversely, that it is not being tough enough on protecting the EU’s external borders.

    Of concern to me is not so much that the errors at the root of this critique indicate a lack of understanding of our work, but – far more importantly – of the issues at stake.

    For border security is not a matter of encouraging unfounded suspicions, or indiscriminately excluding those who need our help. In fact, it is quite the reverse.

    By improving our risk analysis, intelligence sharing, and surveillance techniques, we ensure that the needs of people seeking international protection from war or persecution are met, while those who could endanger our security are detected and dealt with appropriately.

    And strengthening our borders is not just about irregular migrants. Since March 2017, everybody crossing the EU’s external borders legally has been checked. And the EU is at an advanced stage of establishing a system similar to the one used in the US, to check that visitors from countries exempt from visa requirements do not pose a threat of any kind during their stay.

    As Frontex continues to expand, there is nonetheless one thing that will not change. Rescuing people in danger is an essential part of our mandate wherever Frontex is active at the EU’s maritime borders.

    Indeed, I would go so far as to say that respect for fundamental rights is an integral component of effective border management. The agency is bound by the EU’s Charter of Fundamental Rights, and Frontex has advanced mechanisms for recording potential or alleged violations.

    Finally, I must make the point that border management is not the answer to all Europe’s challenges, just as it is not an ersatz for migration policy. If we want to put an end to the drowning in the Mediterranean and the deaths in the Sahel, we need to work harder and cooperate more closely to eliminate the root causes of migration, from armed conflict through to famine.

    At the same time (and as reiterated by the European Commission on numerous occasions), we need to offer those in need of international protection legal paths to enter the EU. This would not only save lives but also cut off financing for the criminal smuggling rings currently making a fortune out of the misery of their fellow humans.

    So we are speaking here not just about migration or borders, but about the EU and our own future. Some people took the events of 2015 and the ongoing crisis to claim that the EU has failed as a project and belongs on the rubbish heap of history. I believe the opposite.

    With the creation of the European Border and Coast Guard, the EU has embarked on a new stage of its journey. There is no single country that can safeguard its citizens from internationally organised crime, and at the same time meet its humanitarian obligations to assist those fleeing persecution.

    If protecting our external borders and safeguarding free movement really matters to us, then it is time to speak out for Europe, and for the additional resources needed at the regional and national level to avoid a repeat of 2015. This would serve the interests not just of a few, but of everyone in the EU.

    https://www.euractiv.com/section/justice-home-affairs/opinion/safeguarding-borders-for-an-open-europe
    #frontières_extérieures #ouverture_des_frontières #fermeture_des_frontières #liberté_de_mouvement (mais que à l’intérieur de l’Europe c’est une bonne chose, nous suggère #Leggeri)

    Je me suis permise de corriger son titre, sur twitter :

    Wrong. Here is the correct version of your title, Mr @fabriceleggeri: “Opening #borders for safeguarding #Europe

    https://twitter.com/EURACTIV/status/970618491765231616

    cc @isskein

    • Un commentaire sur FB, de Yasha Maccanico :

      Perfect comment, Cristina! ... Frontex should have been disbanded in 2014 because in 10 years since its creation it had undermined everything that is worthwhile about Europe, including freedom of movement, and betrayed the EU to promote the corporate plunder of its resources by security and technology firms. It is currently the agency for the institutionalisation of racism and discrimination, for the systematic violation of human rights, for the funding of dictatorships and authoritarian regimes to entrap their citizens and promote racism against foreigners who may be making their way towards Europe, for the subordination of humanity to procedures to enable its control technologies to function and mistreat human beings who disobey. Its role alongside the Commission in the European Agenda on Migration has been subversive and has successfully pushed Italy and other states towards intolerance and in a nationalist-fascist direction for the purpose of fighting so-called irregular migration. What it terms safeguarding borders means mass murder, the mass detention and abuse of people and the violation of every existing right and legal safeguard to disempower its targets. Leggeri and Avramopoulos need to be held to account for this... every penny (or cent) spent on Frontex and on fighting so-called irregular immigration works against Europe and the EU, degrading both. The economic and ethical cost of what they are doing is enormous...

      https://www.facebook.com/cristina.delbiaggio/posts/10155014609560938?comment_id=10155014873480938

  • De Calais à Nice, sans voies légales, #les_frontières_tuent

    Pour la première fois, un automobiliste est mort à Calais dans un accident causé par un barrage de migrants voulant rejoindre l’Angleterre. De l’autre côté de la France, à la frontière avec l’Italie, un exilé a été blessé par électrocution sur le toit d’un train.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/200617/de-calais-nice-sans-voies-legales-les-frontieres-tuent
    #borders_kill #frontières #asile #migrations #réfugiés #décès #morts #mourir_aux_frontières

  • Az migration trends tracked on ’death map’ of discovered bodies

    The Arizona OpenGIS Initiative for Deceased Migrants started in 2001 and is managed by the Pima County Office of the Medical Examiner and Humane Borders, Inc. One of the groups’ goals is for anyone to be able to search for documented dead migrants based on what they know about them – their name, gender, year of death, the county in which they died, etc.

    http://www.tucsonsentinel.com/local/report/051417_border_deaths/az-migration-trends-tracked-death-map-discovered-bodies
    #cartographie #visualisation #mourir_aux_frontières #USA #Mexique #asile #migrations #réfugiés #Etats-Unis #morts #décès #GIS #données #data #database #borders_kill #base_de_données #frontières #morts #décès

    Pour voir le GIS:
    http://www.humaneborders.info/app/map.asp

    cc @reka @fil

  • The refugees crescent in 2014
    http://visionscarto.net/the-refugees-crescent-in-2014

    Title: The refugees crescent in 2014 Keywords: #War #Conflicts #Borders #Refugees #United_Nations #Human_right #Asylum #Asylum_seekers #Peace Sources: United Nations High Commissioner for Refugees (UNHCR); United States Committee for Refugees and Immigrants (USCRI); Internal Displacement Monitoring Centre (IDMC) Publication: État du monde 2014, la Découverte, Paris; International Peace Institute (Vienne, Autriche). This map was introduced to the Planetary Security Conference in the Hague - (...)

    #Map_collection

  • Giving peace a chance: international initiatives, ongoing and recently accomplished operations, 1990-2015
    http://visionscarto.net/giving-peace-a-chance

    Title: Giving peace a chance: international initiatives, ongoing and recently accomplished operations, 1990-2015 Keywords: #War #Conflicts #Borders #UN #United_Nations #OSCE #EU #European_union #Peace Publication: This map was introduced to the Planetary Security Conference in the Hague - Netherlands (2-3 November 2015). Author: Philippe Rekacewicz Date: 2012, updated in (...)

    #Map_collection

  • Till now there have been detained around 300 migrants at Latvian border.

    Ik nedēļu aiztur līdz 15 nelegālo imigrantu; izraida - līdz 19 cilvēkiem | Ziņas | TVNET
    http://www.tvnet.lv/zinas/latvija/574729-ik_nedelu_aiztur_lidz_15_nelegalo_imigrantu_izraida_lidz_19_cilvekiem

    Ik nedēļu uz Latvijas robežas tiek aizturēti 10 līdz 15 nelegālie imigranti, bet uz savām mītnes zemēm ik nedēļu tiek izraidīti 16 līdz 19 cilvēki, pirmdien intervijā Latvijas Televīzijas raidījumam « Rīta Panorāma » sacīja Valsts robežsardzes priekšnieks Normunds Garbars.

    #Latvia #migration #master2016 #borders

  • What is the optimum number of migrant deaths ?

    http://stumblingandmumbling.typepad.com/stumbling_and_mumbling/2014/08/optimum-deaths.html #migration #FRONTEX #borders #democracy

    It makes no more sense to mourn the death of a migrant than it does to mourn the arrival of a restaurant bill. Both are the inevitable result of our choices. Such mourning would be sanctimonious hypocrisy - and voters and politicians would never be guilty of this, would they ?

  • #BORDERS, A FILM BY #JACQUELINE_VAN_VUGT

    We all know the exciting, sweaty, scary, uncomfortable feeling arriving at a border. You will have to submit yourself to the guards standing in front of you. In a split second your mind is alert. “Do I carry any illegal product, are my papers in order, did I take my “special” cigarettes out”, what about the snake skin boots..? Probably everything is in order, you played by the rules, but…
    Power is not in your own hands at the border. They, the guards will check your papers, they might check your luggage. The guards may want to check your body and maybe even they will want to check the inside of your body. Life is out of your own hands.
    The film Borders starts at the Schiphol Airport Detention Centre. Its unique filmmaker Jacqueline van Vugt was able to film inside. Here we encounter the border between The Netherlands and Nigeria, by Clara, 16 years in the Netherlands. She is expelled, back to her country of origin, Nigeria.
    In Nigeria the journey starts a new. Border by border the film Borders follows the route from Nigeria to The Netherland, a route taken by many immigrants. The subsequent Borders are the protagonists; Nigeria-Niger-Burkina Faso-Mali-Senegal-Mauretania-Marocco-Spain-France-Belgium-The Netherlands. The Borders change; the people, the light, the colours, the temperature, the use of technical instrument, …but the influence of power is always there! The anguish, the scary thrill, will posses you - being there – at the Borders.

    http://www.pvhfilm.nl/borders

    #frontières #migrations #film #documentaire

    Intéressant, mais si j’ai dû le voir (ARRRGGHHH) dans un Pathé ici à Amsterdam ! Je déteste les festivals qui programmes les films au Pathé !