company:smic

  • Assistant·es maternelles, aides à domiciles, contre la réforme de l’assurance chômage, manifestation le 2 février - Rebellyon.info
    https://rebellyon.info/Assistant-es-maternelles-aides-a-20122

    Les syndicats FO et CGT appellent Assistantes Maternelles et salariés du particulier employeur à se mobiliser massivement le SAMEDI 2 FÉVRIER 2019 entre 10 heures et midi dans toutes la France et à Lyon, rdv place Bellecour

    Le syndicat FO des emplois de la famille et la CGT services à la personne appellent à une journée nationale d’action contre la réforme de l’assurance chômage.

    Dans la lettre de cadrage adressée aux partenaires sociaux, le Gouvernement leur a demandé de réaliser plus de 3 milliards d’économie sur 3 ans.

    Après le renforcement des sanctions contre les demandeurs d’emploi, c’est aux plus précaires que le MEDEF entend demander des efforts supplémentaires.

    Assistantes Maternelles et Salarié(e)s du Particulier Employeur seront lourdement pénalisés par cette réforme si celle-ci aboutit.

    Dans ces métiers où l’on travaille la plupart du temps pour plusieurs employeurs et où les contrats se succèdent au fil des différents événements tels que la scolarisation des enfants, le déménagement des parents, l’hospi-talisation des personnes âgées, le complément d’activité versé par pôle emploi est un élément essentiel pour disposer d’un revenu à peine décent.

    Les scénarios proposés par le MEDEF visant à diminuer le complément d’activé sont totalement inadmissibles pour des salariés qui permettent à des millions de Français de faire garder leurs enfants ou de conserver leur autonomie au domicile.

    Pour les seules Assistantes Maternelles, ce sont plus de 2 millions de parents employeurs qui grâce à elles, peuvent aller travailler chaque jour.

    Dans un contexte social très dégradé, FO et CGT, aux côtés de ces professionnel/les préviennent d’ores et déjà que d’autres actions, y compris une ou des journées nationales de grève pourraient être organisées.
    Les 2 organisations syndicales appellent Assistantes Maternelles et salariés du particulier employeur à se mobiliser massivement le SAMEDI 2 FÉVRIER 2019 entre 10 heures et midi sur tous les points de manife

    Derrière les négociations sur le #chômage, la crainte des #assistantes_maternelles
    HTTPS://WWW.MEDIAPART.FR/JOURNAL/ECONOMIE/010219/DERRIERE-LES-NEGOCIATIONS-SUR-LE-CHOMAGE-LA-CRAINTE-DES-ASSISTANTES-MA

    Partout en France, des assistantes maternelles manifestent ce samedi sous le nom de « Gilets roses ». Elles dénoncent la future réforme de l’assurance-chômage – objet d’un bras de fer entre le patronat, les syndicats et le gouvernement –, qui risque de leur être très défavorable.

    Un petit coup de pression chacun, puis tout revient à la normale. Jeudi 31 janvier, le Medef, suivi par les deux autres organisations patronales, la CPME et l’U2P, a annoncé qu’il acceptait de se rasseoir à la table des négociations pour discuter des nouvelles règles de l’assurance-chômage. Le lundi précédent, les représentants du patronat avaient annoncé qu’ils « suspendaient » leur participation, à la suite des déclarations du président de la République, jeudi 24 janvier, lors au grand débat à Bourg-de-Péage (Drôme). Emmanuel Macron y avait réaffirmé son souhait de voir instaurer un « bonus-malus » sur les cotisations patronales, en vue de limiter le recours aux contrats courts.

    Pour apaiser les choses, c’est le premier ministre qui s’y est collé mercredi 30 janvier à l’Assemblée nationale, appelant le patronat à revenir négocier, en prenant bien soin de ne pas prononcer le terme honni de « bonus-malus ». Le patronat a donc à nouveau consenti à se prêter au jeu. La séance prévue jeudi 31 a été annulée, mais le patronat et les syndicats se retrouveront le 14 février pour discuter une fois de plus, en espérant boucler leur bras de fer pour la fin du mois.

    Bien qu’elle ait largement occupé pendant une semaine les observateurs habituels des dossiers sociaux, cette petite séquence théâtrale, chacun bien dans son rôle, n’a sans doute pas fait évoluer la situation d’un pouce. Démarrées fin septembre à la demande d’Emmanuel Macron, les discussions du patronat avec les syndicats sont toujours très étroitement encadrées, puisque le gouvernement leur demande d’aboutir à des économies de 1 à 1,3 milliard d’euros par an. Le risque est très grand que cette exigence aboutisse à une réduction des allocations accordées aux demandeurs d’emploi (pour rappel, en 2018, moins de la moitié des 5,6 millions d’inscrits à Pôle emploi ont touché de telles allocations).

    Quant aux positions du président, des syndicats et du patronat, elles restent irréconciliables, laissant ouverte la possibilité pour le gouvernement de reprendre les choses en main faute d’accord, et d’imposer ses vues. C’est pour éviter cette issue que les interlocuteurs sociaux ne veulent pas vraiment quitter la table des négociations. Ils perdraient définitivement le droit de décider quelles conditions sont réservées aux chômeurs.

    Rien ne dit pour l’heure comment les positions des uns et des autres pourraient finir par se rapprocher. Le patronat reste farouchement opposé au « bonus-malus », auquel est officiellement très attaché Emmanuel Macron (et l’un de ses principaux conseillers en la matière, l’économiste Marc Ferracci) depuis sa campagne présidentielle. Et les syndicats présentent encore ce dispositif comme une revendication incontournable, même s’ils proposent en fait chacun des solutions alternatives : bonus seulement pour la CFDT, malus uniquement pour la CGT, autre mode de calcul pour FO.

    Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le « bonus-malus » est sans doute le seul point de crispation entre l’exécutif et le patronat. Cela fait plus de 18 mois que le premier assure qu’il va mettre en place le dispositif, malgré l’opposition du second. Il faudra attendre la fin de la pièce qui se joue actuellement pour savoir si, et sous quelle forme, cette promesse sera tenue.

    Mais quelle que soit l’issue de ce point de négociation, on voit mal comment les demandeurs d’emploi, et les plus précaires d’entre eux en particulier, pourront éviter de voir réduit le montant de leurs allocations. Comme nous l’avons détaillé ici, le gouvernement a en effet listé les sujets qu’il souhaite voir remis en cause, et presque tous concernent le calcul ou la répartition des droits des chômeurs. Les quelque 800 000 personnes en situation de « cumul » entre courtes périodes de travail et chômage sont particulièrement visées. Si les syndicats souhaitent aboutir à un accord, il faudra bien qu’ils en acceptent une partie. S’ils refusent, c’est le gouvernement qui imposera les réformes qu’il souhaite.

    Une catégorie de travailleurs – de travailleuses, dans leur immense majorité – a bien compris le danger. Et se mobilise, loin des effets d’estrade des acteurs institutionnels chargés de trancher sur son avenir. Ce samedi 2 février, dans 29 villes de France, les assistantes maternelles se rassemblent sous le label « Gilets roses » pour dire leurs craintes. Elles sont environ 330 000 dans l’Hexagone, et pourraient être parmi les principales victimes de la réforme à venir.

    Les assistantes maternelles sont en effet directement concernées par les révisions annoncées de la règle de « l’activité conservée ». Tout comme les intérimaires ou les journalistes pigistes, ces travailleuses cumulent très souvent plusieurs employeurs. Les règles actuelles de l’assurance-chômage leur permettent d’être bien indemniséeslorsqu’elles perdent un employeur, mais en conservent deux ou trois autres. Cette situation « mérite d’être corrigée afin d’inciter davantage les personnes à privilégier les revenus d’activité », indique la lettre de cadrage du gouvernement envoyée aux partenaires sociaux en septembre.

    Autrement dit, « les assistantes maternelles pourraient, selon nos calculs, perdre de 30 à 300 euros par mois lorsqu’elles perdent un employeur », alerte Laurence Joly, assistante maternelle à Langon, en Gironde. Elle est l’une des cinq administratrices du groupe Facebook des Gilets roses, toutes basées dans ce département. « Aujourd’hui, lorsque nous perdons un employeur parce qu’une famille déménage ou qu’un enfant qu’on nous a confié entre à l’école, Pôle emploi nous indemnise à hauteur de 57 % à 75 % du montant du contrat perdu, jusqu’à ce que nous en retrouvions un nouveau, détaille Laurence Joly. Avec les nouvelles règles, ces modalités seront révisées, soit dans la durée, soit dans le montant. Cela va nous précariser encore plus. »

    La plupart des « cumulards » emploi-chômage ne cherchent pas à optimisent leur situation

    Les collègues de Laurence Joly ont vite flairé l’entourloupe. Alors que le groupe Facebook des cinq assistantes maternelles visait un public départemental, il a vite agrégé plus de 9 000 professionnelles partout en France. « Nous avons écrit des courriers aux maires, aux députés et au gouvernement pour sensibiliser sur notre cas, puis nous avons écrit à tous les syndicats pour qu’ils nous aident à organiser des manifestations », explique Laurence Joly. Véronique Delaitre, secrétaire générale FO pour les services à la personne, et Stéphane Fustec, son coordinateur national CGT du secteur, ont répondu présent et accompagnent les assistantes maternelles dans leur lutte.

    « Nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes ciblées, souligne Laurence Joly. Ce n’est pas nous qui décidons d’arrêter un de nos contrats, ce sont nos employeurs. De même, nous ne pouvons pas les démarcher, ce sont eux qui nous sollicitent, nous ne maîtrisons pas le délai qui peut exister entre deux contrats. Et ce n’est pas comme si nous pouvions faire du porte-à-porte en distribuant des CV pour trouver des enfants en âge d’être gardés ! »

    Ce cri du cœur souligne tout le paradoxe de la position gouvernementale sur l’activité réduite, comme sur les contrats courts. Son diagnostic est le bon, mais il risque de faire porter la responsabilité de façon démesurée sur ceux qui pâtissent le plus de la situation : les demandeurs d’emploi eux-mêmes.

    Comme le rappelle régulièrement la ministre du travail Muriel Pénicaud, plus de 80 % des embauches se font aujourd’hui en CDD ou en intérim. Entre 2000 et 2016, le nombre d’embauches en CDD a doublé. Et plus de quatre sur cinq de ces embauches en CDD l’ont été pour une durée inférieure à un mois… Elle a aussi raison de souligner que de ce fait, de nombreux Français se retrouvent dans une situation où ils peuvent cumuler dans l’année des allocations chômage et des salaires.

    Mais la ministre va plus loin, en laissant tout aussi régulièrement entendre que cette situation est recherchée par les salariés. « Une personne qui travaille à mi-temps au Smic perçoit un salaire de 740 euros par mois. Mais si elle alterne 15 jours de chômage et 15 jours de travail dans un mois, elle percevra un revenu de 960 euros. Ce n’est pas normal. On ne doit pas gagner plus en étant au chômage qu’en travaillant », a-t-elle par exemple récemment déclaré au magazine Challenges. Une déclaration qui fait écho à celle d’Emmanuel Macron, le 15 janvier dans l’Eure, estimant que parmi les chômeurs, « il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent ».

    Le problème, c’est qu’aucune étude, quantitative ou qualitative, ne donne raison à ces phrases à l’emporte-pièce. Aucune ne dit que les demandeurs d’emploi cherchent majoritairement à « optimiser » leur situation. Au contraire, la dernière étude de l’Unédic sur le sujet, datant de fin octobre, conclut que les allocataires de l’assurance-chômage qui travaillent (c’est-à-dire ceux qui sont en situation de #cumul_allocations-salaires) « ont une connaissance limitée des règles d’indemnisation ».

    Bien sûr, certains salariés précaires sont conscients de l’avantage de rémunération auquel ils ont droit, et sont satisfaits de leur situation. Mais pour leur immense majorité, leur motivation n’est pas de se jouer des règles pour toucher le maximum d’argent possible, mais de multiplier les contrats, mêmes courts et précaires, pour « gagner de l’argent », « augmenter ses chances d’être embauché » ou répondre à « l’envie de se sentir utile et actif ». Et un allocataire « cumulard » sur trois ne sait même pas que travailler lui permet de prolonger ses droits au chômage.

    En revanche, comme le souligne le dossier de référenceétabli par l’Unédic à l’occasion des négociations en cours, les employeurs savent bien ce qu’ils font en privilégiant les contrats courts. L’Unédic souligne ainsi que « les baisses de charges sur les bas salaires ont certainement favorisé l’embauche en contrats courts », puisque ces derniers concernent la plupart du temps des emplois à bas salaires, justement la cible de toutes les baisses de cotisations depuis trente ans. En 2019, ces exonérations équivalaient à presque 55 milliards d’euros par an, contre 11 milliards en 2000, et 21 milliards en 2010…

    Par ailleurs, une enquête du Crédoc réalisée en 2018 pour le compte de l’Unédic souligne que les employeurs ayant recours aux contrats courts le font pour répondre à « des besoins saisonniers » d’activité, mais aussi et surtout pour privilégier une « minimisation des coûts salariaux ». Autant de raisons pour s’attaquer sérieusement aux contrats courts. Mais sans doute pas aux salariés #précaires qui les subissent.

    #chômeuses_en_activité_à_temps_réduit #chômeurs_en_activité_à_temps_réduit


  • La popularité de Macron rebondit
    https://www.latribune.fr/economie/france/la-popularite-de-macron-rebondit-805065.html


    Crédits : Philippe Wojazer

    L’enquête mensuelle réalisée par BVA pour La Tribune-Orange-RTL indique que 31% des Français ont une opinion favorable d’Emmanuel Macron contre 27% en décembre.

    La popularité du chef de l’État retrouve des couleurs. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Orange et RTL, la part des Français interrogés ayant une mauvaise opinion du Président de la République est en baisse en ce début d’année pour atteindre 69% contre 72% en décembre. À l’opposé, la part des opinions favorables se redresse pour atteindre 31% contre 27% en fin d’année 2018.

    Après une séquence très difficile qui a duré presque six mois, la chute dans les sondages cesse alors qu’Emmanuel Macron tente d’apaiser la colère des « gilets jaunes » depuis des semaines. La période difficile est cependant loin d’être terminée. Plusieurs groupes de « gilets jaunes » se préparent à l’acte XI samedi prochain et l’organisation du grand débat a suscité de nombreuses polémiques lors de la semaine de lancement.

    Plus populaire chez les retraités
    Dans le détail, le locataire de l’Élysée a gagné en popularité chez les retraités. D’après les résultats collectés par l’institut de sondages, la part de réponses favorables dans cette catégorie a progressé de 5 points depuis décembre et 8 points depuis novembre pour atteindre 40% en janvier.

    Les personnes faisant partie d’un foyer ayant des revenus inférieurs à 1.500 euros ont également signalé plus réponses favorables à l’égard de l’ancien ministre de l’Économie.(25% ; +4 depuis décembre, +6 depuis novembre). Pour les auteurs de l’enquête d’opinion, il semble que l’arsenal de mesures en faveur du pouvoir d’achat présenté par Emmanuel Macron le 10 décembre dernier ait porté ses fruits. L’annulation de la hausse de la contribution sociale générale (CSG) pour les retraités ayant une pension inférieure à 2.000 euros et la revalorisation de prime d’activité pour les salariés au SMIC semblent avoir trouvé un écho dans l’opinion publique.
    […]
    Une majorité de Français favorables à la poursuite du mouvement
    Malgré la mise en place des mesures destinées à soutenir les salariés aux revenus modestes et les petites retraites, une majorité de répondants (53%) estiment que les manifestations doivent se poursuivre « afin de maintenir la pression sur le gouvernement ». Et malgré le lancement du grand débat la semaine dernière, la contestation est loin de s’apaiser.
    […]
    Une majorité de Français indifférents au grand débat
    La mise en oeuvre du grand débat à l’échelle du territoire français a suscité beaucoup d’interrogations et de réserves durant les trois premières semaines de janvier. Interrogés sur ce thème, une majorité de Français semblent exprimer de l’indifférence à l’égard de cet événement puisqu’ils sont 51% à indiquer ne pas avoir vraiment d’opinion à ce sujet. Les résultats obtenus lors de l’enquête ont permis à BVA de distinguer trois groupes de répondants :
    • Ceux qui sont approuvent le mouvement des « gilets jaunes » et n’attendent rien du grand débat (23%) ;
    • ceux qui approuvent le mouvement des « gilets jaunes », mais laissent une chance au grand débat, soit parce qu’ils en ont une opinion positive, soit parce qu’ils attendent de voir ce qu’il en sortira (41%) ;
    • ceux qui n’approuvent pas le mouvement des « gilets jaunes » (36%) et constituent une catégorie de population plutôt favorable à Emmanuel Macron.

    […]
    Le piège des élections européennes
    Alors que les élections européennes approchent à grands pas, le contexte de crise sociale actuelle pourrait potentiellement avoir un impact sur ce scrutin souligne BVA. Si au mois de décembre, 37% déclaraient vouloir par leur vote témoigner de leur opposition au gouvernement contre 26% aujourd’hui, les personnes qui approuvent le mouvement des « gilets jaunes » sont plus nombreuses que la moyenne à exprimer une volonté d’opposition à l’égard de l’exécutif (36% contre 26%).

    PDF :https://staticswww.bva-group.com/wp-content/uploads/2019/01/Rapport-de-résultats-BVA-Orange-La-Tribune-RTL-Baromètre-polit


  • Les mesures « Gilets jaunes » devraient booster le pouvoir d’achat (des actifs)
    https://www.latribune.fr/economie/france/gilets-jaunes-les-mesures-prises-par-macron-devraient-booster-le-pouvoir-d

    Les mesures annoncées mi-décembre par le gouvernement face au mouvement des gilets jaunes" vont augmenter le pouvoir d’achat des ménages de 0,8% en 2019 en moyenne, selon une étude de l’Institut des politiques publiques (IPP).

    Alors que les « gilets jaunes » se préparent à un acte XI prévu ce samedi, les économistes de l’institut des politiques publiques (IPP) ont publié une note mercredi particulièrement éclairante sur l’impact des mesures d’urgence économiques et sociales annoncées par le président de la République le 10 décembre dernier.

    Seulement quelques semaines après le début du mouvement social, Emmanuel Macron avait principalement visé les salariés autour du SMIC et les retraités avec des dispositifs rapides à mettre en place. Passées en urgence à la fin de l’année dans le budget 2019, toutes ces mesures devaient servir à apaiser la colère des manifestants. Mais cette stratégie n’a visiblement pas fonctionné au regard du nombre de personnes dans les rues recensées par le ministère de l’Intérieur les samedi suivants. L’exécutif compte désormais sur la mise en oeuvre du grand débat pour calmer la gronde sur les ronds-points.
    […]
    Les résultats des travaux de l’IPP rappellent que tous ces dispositifs ont des répercussions très disparates selon les ménages. L’annulation de l’augmentation de la fiscalité énergétique pour 2019 a valorisé le niveau de l’ensemble des ménages « avec des effets plus importants dans le bas de la distribution du fait de l’extension de l’éligibilité au chèque. » Des disparités peuvent apparaître compte tenu des différences de moyens de transport au sein de la population. Du côté de la défiscalisation des heures supplémentaires chères à l’ancien Président de la république Nicolas Sarkozy, les principaux bénéficiaires devraient faire partie des 60% des ménages les plus aisés, avec une hausse moyenne de 0,2% du revenu disponible au sein de cette population.

    Pour les retraités, l’annulation de la hausse de la CSG devrait profiter aux foyers faisant partie du milieu de la distribution avec une pension inférieure à 2.000 euros par mois. En revanche, les retraités les plus modestes,"parce que déjà sujets initialement à un taux réduit (ou à une exonération complète) de CSG, ne bénéficient pas de cette mesure."

    La revalorisation de la prime d’activité devrait avoir des effets concentrés sur la première moitié de la distribution des niveaux de vie souligne l’organisation rattachée à l’école d’économie de Paris et au Crest. "Néanmoins, cette mesure n’affecte pas les premiers centiles, la bonification individuelle étant ciblée sur les individus rémunérés au moins à la moitié d’un SMIC en équivalent temps plein" expliquent les auteurs.

    Les ménages aisés sont les grands gagnants du budget 2019
    Outre la prise en compte des mesures d’urgence économiques et sociales, les auteurs de la note ont étudié les effets redistributifs du budget 2019. D’après les simulations opérées, « les actifs sont en moyenne gagnants, quel que soit le centile de niveau de vie (+ 2,3 % de revenu disponible en moyenne). » En revanche, les retraités situés parmi les 20% des ménages les plus aisés sont sollicités,"avec une perte moyenne de 3% de leur revenu disponible".

    Enfin, les ménages les plus aisés demeurent les grands gagnants du budget voté pour cette année. D’après les projections de l’organisme de recherches, les foyers rattachés aux 1% les plus aisés « voient leur revenu disponible augmenter en moyenne de 6,4 % du fait du remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ».

    La note de l’IPP https://www.ipp.eu/actualites/note-ipp-n37-budget-2019-quels-effets-pour-les-menages
    (en pdf et fichiers Excel téléchargeables)

    • On la refait, comme la citation est un peu longue,…

      D’après les projections de l’organisme de recherches, les foyers rattachés aux 1% les plus aisés « voient leur revenu disponible augmenter en moyenne de 6,4 % du fait du remplacement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) ».


  • Cyber-répression
    Macron veut mettre fin à la possibilité d’être anonyme sur internet
    http://www.revolutionpermanente.fr/Macron-veut-mettre-fin-a-la-possibilite-d-etre-anonyme-sur-inte

    Des papiers d’identité pour s’inscrire sur Facebook ? La possibilité pour la police et la justice d’avoir accès en un clic à toutes nos données personnelles ? Autant d’idées visant à étendre la répression d’État sur le Web, prônées par Macron au cours de son Grand Débat.

    En proie à une crise profonde, Macron et son gouvernement tentent d’étouffer par tous les moyens la colère massive des Gilets Jaunes qui s’exprime dans la rue depuis plus de deux mois. Parfois avec la carotte (effets d’annonce concernant la soi-disant hausse du SMIC, gel des taxes…), souvent avec le bâton (une répression féroce qui a déjà fait des centaines de blessés et envoyé autant de manifestants en prison). Cette volonté de faire dévier cette mobilisation de masse s’incarne également, et de manière évidente, dans l’instauration du « Grand Débat national », tentative grossière de canaliser institutionnellement la déferlante jaune fluo.

    Pourtant, la crise gouvernementale est loin d’être refermée, le « Grand Débat » est – à raison – totalement dédaigné par les Gilets Jaunes, et si Macron voulait attiser la colère sociale, il ne s’y prendrait pas autrement.

    En effet, le Grand Débat est surtout un théâtre que le gouvernement se joue à lui-même, et qui lui permet d’affirmer ses idées, plus réactionnaires et antisociales les unes que les autres. Ainsi, alors que l’acte 2 du Grand Débat se déroulait à Souillac, dans le Lot, vendredi 18 janvier, Macron a abordé le sujet de « l’hygiène démocratique du statut de l’information ».

    http://www.revolutionpermanente.fr/L-emission-de-Schiappa-et-Hanouna-le-coup-de-com-pitoyable-du-g


  • Le gouvernement veut limiter le #droit_de_manifester : c’est inacceptable ! (#déclaration unitaire)

    Il doit répondre aux demandes sociales et démocratiques !

    Après Macron lors de ses vœux, c’est Edouard Philippe qui est monté au créneau lundi 7 janvier pour un rappel à l’ordre. Sa préoccupation : comment en finir avec les « #désordres » auxquels donne lieu la #mobilisation. Il faut sans doute comprendre aussi : comment faire en sorte que le mouvement des #gilets_jaunes ne soit plus aussi fortement soutenu par l’opinion publique ! Car c’est bien cela qui accuse le gouvernement et son monde. Il est sourd à une #révolte qui prend profondément sa source dans les #classes_populaires qui ne supportent plus ce qu’elles vivent depuis si longtemps.

    Le gouvernement se dépêche de faire une nouvelle loi. Cette fois, pour aggraver les #sanctions et empêcher les « violents » de se mêler aux manifestations, mais surtout en réalité procéder à des #interdictions_de_manifester et criminaliser toute participation à une manifestation non déclarée. La comparaison faite avec les fauteurs de trouble dans les stades est une imposture, car il s’agit cette fois d’un droit constitutionnel : celui de manifester. LREM avait précisément rejeté la même proposition de loi au Sénat il y a quelques mois au nom du risque encouru pour les libertés individuelles !

    De plus, tout montre que les forces de police ne sont pas privées de moyens de répression. D’ores et déjà de lourdes peines sont tombées, et vont continuer à l’être de manière aggravée. Un total provisoire établit à 3 747 le nombre de condamnations prononcées, plus 216 emprisonnements, plus de 4 500 mesures de garde à vue, plus de 1 600 blessés dont certains gravement. Des dizaines de milliers de personnes ont été gazées. Chacun a en mémoire les 151 lycéens immobilisés au sol à genoux, mains sur la tête, à Mantes-la-Jolie, et les lycéens victimes de matraquage dans toute la France.

    Jouer la carte de l’ordre relève donc de la manœuvre politique. Confronté à une mobilisation sociale à laquelle il ne sait ni ne veut répondre, le pouvoir agite la menace de la répression pour apeurer l’opinion. Et comme par hasard, des forces très liées au pouvoir Macron appellent à manifester le 27 janvier prochain en faveur du rétablissement de l’ordre, alors que cette date du dimanche 27 janvier est déjà prévue pour une mobilisation sur le climat !

    Tout indique que des mesures se préparent pour porter un coup aux droits démocratiques.

    Nous ne laisserons pas sans riposte la mise en cause des libertés.

    Nous refusons la nouvelle loi en préparation.

    Nous exigeons de satisfaire immédiatement les revendications sociales : une vraie hausse du SMIC et de vraies augmentations de salaires, des retraites à taux plein et des allocations chômage, le rétablissement de l’ISF et la justice fiscale, l’égalité femmes-hommes, la fin de la casse et le développement de services publics de proximité sur l’ensemble du territoire dans les communes rurales, urbaines et de banlieues, et notamment des transports publics accessibles quels que soient les revenus et le lieu de résidence, l’accès de toutes et tous aux soins (médecine générale, hôpitaux et maternités de proximité).

    Nous exigeons l’interdiction des armes possiblement mortelles ou très blessantes utilisées par les forces de police comme les flashballs ou les grenades de désencerclement conformément aux recommandations du défenseur des droits, la libération des victimes de la répression policière et judiciaire injustifiée, l’abrogation de l’ensemble des dispositifs liberticides et attentatoires au droit de manifester. La lumière doit être faite sur les chaînes de commandement responsables des violences policières ayant abouti à des blessures de manifestant-es.

    Nous soutenons les mobilisations des gilets jaunes aux revendications convergentes avec celles du mouvement syndical et associatif. Nous participons aux luttes du syndicalisme, des associations de défense des libertés et des mouvements écologistes et féministes.

    Nous serons également dans la rue le 27 janvier pour le climat et la justice sociale.

    Le gouvernement doit répondre et céder aux revendications. C’est ce qu’attend une majorité de la population.

    Le 11 janvier 2019.

    Ensemble !, Gauche Démocratique et Sociale, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste des Ouvriers de France, Parti de Gauche, République et Socialisme.

    https://www.npa2009.org/actualite/politique/le-gouvernement-veut-limiter-le-droit-de-manifester-cest-inacceptable
    #résistance #manifestation #maintien_de_l'ordre


  • https://www.lecho.be/dossier/brexit/les-5-consequences-du-vote-de-westminster/10087444.html

    OU
    https://www.youscribe.com/BookReader/Index/3027979/?documentId=3407590

    Il me semble ,c’est plus que tout cela ;à savoir qui gouverne la Grande Bretagne ?!

    Les politiques britanniques ne savent pas ce qu’ils veulent. Et le peuple britannique ,non plus ne sait quoi faire avec ses politiques qui me semble-t-il ,n’ ont pas le niveau politique adéquat ; il s’agit d’un piège tendu par David Cameron qui s’est tourné contre eux-mêmes.

    J’imagine qu’il faut une conscience politique et May devrait tirer les conséquences . À commencer par faire appel aux élections anticipées. La question qui s’impose aux britanniques est celle-ci ’’ avez-vous besoin de l’union européenne dans son intégralité ou juste ce qui vous intéressent’’ ou carrément de’’ rester en dehors de l’union européenne et de traiter avec l’union européenne au cas par cas et pays par pays’’ .

    Il ne faut pas non plus oublier les revendications des écossais et sur leur indépendance de Londres et aussi de rester dans l’union européenne.

    L’union européenne ne veut plus revoir cet accord de BREXIT , ; c’est ainsi et pas autrement !

    Il y a donc à l ’évidence ,une solution politique ;à May de préparer un autre referendum ,plus clair et à ce que les britanniques soient réellement informés ;quoique maintenant ,les britanniques savent plus de choses sur ce divorce forcé et ils sont en mesure , cette fois-ci de dire leur souhait qu’ils veulent rester dans l’union européenne car il y a beaucoup d’intérêts et tout divorce réduirait les britanniques et la Grande Bretagne à un système isolé et plus complexe .

    L’Irlande est dans l’attente de rectification de ce tire de Brexit , les autres régions aussi et bien entendu l’Écosse qui veut rentrer dans des négociations approfondies pour l’indépendance de l’Écosse.

    Reste à savoir si le microcosme politique londonien est conscient de cette faute et non une erreur de circonstance et que le système politique britannique , tout entier, est à la dérive.

    Les britanniques souffrent du chômage chronique, comme les autres pays de l’union européenne : d’un SMIC qui doit épouser la société de consommation et donc un pouvoir d’achat, de la divergence des traitements des britanniques qui sont à Gibraltar ,aux Malouines...

    Décidément, le manque de politiques chevronnés se fait sentir ici comme dans tous les pays de l’union européenne . Et en particulier en France où les politiques chevronnés se réduisent comme cette peau de chagrin et où le mouvement des’’gilets jaunes’’ est dans l’affrontement direct avec l’Élysée comme cela devrait être à Londres et dans les 28 pays européens...


  • Prime d’activité élargie : les Caf croulent sous les demandes
    https://www.bfmtv.com/economie/prime-d-activite-elargie-afflux-de-demandes-aux-caisses-d-allocations-familia

    L’élargissement des conditions d’accès à la #prime_d'activité s’est traduit par un afflux de demandes de cette prestation dans les caisses d’allocations familiales depuis début janvier. Du 1er au 7 janvier, quelque 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive.

    Les demandes pour bénéficier de la prime d’activité élargie ont bondi début janvier 2019. Du 1er au 7 janvier, quelque 120.000 nouvelles demandes ont été déposées, dont 73.000 ont déjà été examinées et ont reçu une réponse positive, soit environ six fois plus que le nombre de dossiers déposés sur la période comparable de début 2018 , a précisé Christelle Dubos, la secrétaire d’État chargée de la lutte contre la pauvreté.

    Depuis le 1er janvier, "on a eu des jours à plus de 25.000 demandes, alors que de janvier à novembre 2018 la moyenne quotidienne des demandes de prime d’activité était de l’ordre de 2500" , a précisé de son côté Vincent Mazauric, le directeur général de la caisse nationale d’allocations familiales (#Cnaf). "On voit une augmentation forte du nombre de gens qui se sont dit : peut-être qu’en effet j’ai droit à quelque chose", a souligné la secrétaire d’Etat. Une campagne de communication sera néanmoins « effectuée par la #CAF dans le but de diminuer au maximum le #non-recours », a-t-elle ajouté.

    Une augmentation qui peut atteindre jusqu’à 90 euros

    Cet afflux de demandes résulte directement à la fois de l’élargissement des conditions d’obtention et du montant de la prime d’activité, allouée aux salariés autour du Smic. Elle a été augmenté au 1er janvier de 90 euros maximum, augmentation dont bénéficient automatiquement les allocataires déjà enregistrés dans les fichiers des caisses d’allocations familiales. Parallèlement, le gouvernement a également décidé d’élargir l’assiette de cette prestation, qui doit en principe bénéficier désormais à 5 millions de foyers, contre 3,8 millions précédemment.

    « Avec ces mesures d’urgence, nous augmentons de plus d’un million le nombre d’allocataires qui pourront prétendre à la prime d’activité », a résumé la secrétaire d’État, lors d’une visite dans une CAF parisienne ."On voit une augmentation forte du nombre de gens qui se sont dit : peut-être qu’en effet j’ai droit à quelque chose", a souligné la secrétaire d’État.

    L’exécutif veut réduire le « non-recours » des allocataires

    Une campagne de communication sera néanmoins « effectuée par la CAF dans le but de diminuer au maximum le non-recours », a précisé la secrétaire d’État. Pour mieux informer les nouveaux allocataires éligibles à la prime d’activité nouvelle formule, les CAF ont mis en place sur leur site internet (www.caf.fr) un #simulateur permettant à chacun de savoir, en quelques clics, s’il est éligible. En trois jours, du 1er au 3 janvier, ce simulateur a enregistré 1,4 million de consultations. Selon Vincent Mazauric, directeur général de la CNAF, seules 77% des personnes pouvant prétendre à la prime d’activité la demandent - des chiffres qui ne tiennent pas compte du récent afflux de dossiers.

    Le gouvernement espère « toucher 100% des personnes » pouvant bénéficier de la prime d’activité élargie dès 2019 et « fera en sorte que son versement soit automatique à partir de 2020 », avait récemment affirmé la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, promettant « des campagnes d’information via internet, les mairies, Pôle emploi ».

    #revenu #demandeurs_de_revenu


  • Revendications sociales, confusionnisme, fascisme : toutes les couleurs sont-elles solubles dans le jaune ? [Retour sur la mobilisation des Gilets Jaunes à Bordeaux]
    Posted on 10 janvier 2019 by Pavé Brûlant
    https://pavebrulant.noblogs.org/post/2019/01/10/revendications-sociales-confusionnisme-fascisme-toutes-les-coul

    Une poignée de fascistes a vécu une après-midi bien difficile, samedi dernier, lors de l’acte VIII de la mobilisation des Gilets Jaunes à Bordeaux. Leur expulsion déterminée et collective du cortège constitue une bonne nouvelle, tant il est vrai que le racisme, l’antisémitisme, le sexisme et toutes les autres formes de discrimination ne devraient jamais avoir leur place dans les rues de nos villes. Pour autant, la présence tantôt discrète, tantôt affichée de ces nébuleuses d’ #extrême-droite au sein des Gilets Jaunes n’est sur Bordeaux pas nouvelle.

    C’est pourquoi il va s’agir ici de profiter de cette déroute subie par les fafs bordelais.e.s pour faire le point sur leur présence au sein des cortèges depuis le début du mouvement ; nous proposerons ensuite quelques éléments de réflexion, en lien avec la problématique de l’extrême-droite, sur la nature de la mobilisation des Gilets Jaunes, ses contradictions mais aussi ses potentiels.

    1) identification des fascistes au sein des Gilets Jaunes

    L’identification de celles et ceux qui se sont fait sortir du cortège samedi dernier donne une première idée du profil idéologique des éléments fascistes qui cherchent depuis des semaines à battre le pavé bordelais au sein des Gilets Jaunes.

    Premier constat : ces « lions », comme se plait à les appeler avec emphase la plateforme #cyberfaf Bordeaux Corbeau, ont dû compenser leur faiblesse numérique en réalisant certaines alliances qui, au fond, sont plus que de circonstance : sous le mot d’ordre « la France aux vrais français » (voir la photo en tête d’article) on trouvera donc en première ligne, pêle-mêle, des militants #néo-nazis, des bikers #faf ainsi que des cadres du #rassemblement_national (ex #FN).

    Ainsi Thomas Bégué, ancien secrétaire départemental jeunesse du #Front_National Bordeaux, et fondateur du groupe néo-nazi « Le Menhir » (dont nous parlions ici) :


    Thomas Bégué, avant et après avoir mangé son bol de Lion

    À ses côtés, Arnaud Lagrave, ancien candidat FN aux départementales, gérant de la boîte de sécurité Drakkar, et qui avait fait ses armes comme auxiliaire du DPS (la milice du FN), en protection de l’antisémite #Dieudonné.


    Lagrave réconforte Thomas Begué – on remarque que le cadre du parti de Marine le Pen n’a pas oublié ses gants renforcés


    le jeune Lagrave, tout fier aux côtés de l’antisémite Dieudonné


    Lagrave pose pour le journal Sud-Ouest dans le cadre des départementales 2015

    Autre camarade d’infortunes, « Jean Remy », qui non content d’être batteur dans le groupe de rock anticommuniste Trikard (lequel donne du « sieg heil » et propose des textes antisémites – voir ici ), fait partie du club de bikers fafs Toutatis Clan :


    Jean Rémy, à gauche – la dernière clope du condamné


    moment de complicité entre Jean Rémy et le skinhead néo-nazi Virgile Reyero


    Jean Rémy cherchant à masquer son implication dans le Toutatis Clan – c’est raté !

    On notera aussi la présence de certaines têtes qu’on retrouve souvent dans les services d’ordre des rassemblements d’extrême-droite sur Bordeaux, comme celle de cet individu qui ne sort jamais sans sa casquette coquée :


    à gauche, lors de la manif de samedi ; à droite, le trois avril 2018, sur le parvis des droits de l’homme à Bordeaux, en protection du rassemblement du groupuscule islamophobe #Riposte_Laïque – voir ici . À noter, au centre, la présence de Jean Rémy, qui fait donc aussi des piges de sécurité pour payer ses cours de batterie

    Quant à ce triste sire, c’est lui qui porte le gilet « la France aux vrais français », et qui se plaint dans une vidéo tournée lors de l’altercation de la « présence de drapeaux lgbt » dans le cortège (voir ici https://www.facebook.com/karfa.diallo/videos/10218371145408753 à partir de 10s) :

    Au-delà, c’est toute la petite faune brune qui, de près ou de loin, a pointé ces dernières semaines le bout de son museau, certain.e.s pour déployer des banderoles en l’honneur de leur mouvement ou pour faire des photos de groupe, d’autres, plus modestes, pour écluser sur les poteaux leur stock d’autocollants, les moins vaillant.e.s se contentant de défiler sous leur cape bleu-blanc-rouge ou de photographier, pour s’en revendiquer, des actions auxquelles ils et elles ne prennent pas part.

    Ainsi le Toutatis clan, dont nous parlions plus haut, et qui trouve dans les manifs des Gilets Jaunes une alternative à ses soirées tartiflette :

    Dans un autre style, la droite souverainiste de l’ #UPR, formation d’ #Asselineau qui n’hésite pas à verser dans le confusionnisme et les thèses complotistes :


    photo prise à l’entrée du tunnel de Mériadeck, samedi dernier

    De même, le groupuscule royaliste et antisémite #Action_Française (pour plus d’infos, voir ici et ici ), qui vient réchauffer son sang bleu auprès de feux de joie de la place Victoire :

    On s’épargnera la reproduction des autocollants disséminés le long des parcours par le micropuscule #Rébellion / #OSRE (organisation socialiste révolutionnaire européenne) qui a l’art de coffrer son idéologie brune dans une iconographie d’extrême-gauche (voir ici).

    On finira plutôt ce recensement avec deux personnes hautes en couleur qui traînent aussi leurs espadrilles renforcées dans les cortèges bordelais : tout d’abord la néonazie Céline Armagnac (alias Resille Bjornsdö), à l’origine d’une section locale du gang néonazi finlandais « Soldiers of Odin » et très impliquée dans le « Menhir » (voir ici), ensuite François Galvaire, alias « Batdaf », sorte de Norman faf sur youtube et qui a monté l’antenne française du groupe identitaire nationaliste Québécois « La Meute ».

    à gauche, François Galvaire ; à droite, Céline Armagnac. On notera, au centre, la présence de l’inénarrable Thomas Bégué – Photo prise le samedi 1er décembre, place de la Bourse

    Cette présence donne-t-elle pour autant sa couleur au mouvement des Gilets Jaunes ? La situation actuelle est à ce titre extrêmement contradictoire, et les quelques éléments de réflexion qui suivent sont plus à prendre comme une contribution au nécessaire débat que notre milieu a par ailleurs déjà engagé, que comme un jugement de valeur définitif.

    2) Quelques éléments de réflexion sur le mouvement des Gilets Jaunes

    Tout d’abord, on peut faire l’hypothèse que la forme des rassemblements, leur caractère spontané, l’absence de concertation avec la police sur le trajet des manifestations, l’acceptation au moins tacite par une large partie des manifestant.e.s d’une confrontation violente avec la police semblent exprimer une défiance vis-à-vis des méthodes syndicales classiques, autant celles de la CFDT, dont la stratégie de dialogue avec le pouvoir s’est soldée par des années de défaites, que celles des directions syndicales de la CGT avec leur contestation ritualisée et leurs manifs en saute-mouton, elles-mêmes accompagnées de défaites cinglantes.

    De ce point de vue, on peut lire les événements actuels à la lumière de ce qu’il s’est passé lors des manifestations contre la loi travail, avec l’émergence d’un cortège de tête – dont on pourra peut-être dire avec le recul qu’il aura été le précurseur d’une relégitimation populaire de formes d’action directe.

    Quant à la nature idéologique de ce mouvement des gilets jaunes, on est à la croisée des chemins : d’un côté, la montée en puissance de revendications telles que la restauration de l’ISF ou l’augmentation du SMIC, la détestation grandissante des « forces de l’ordre » suite aux nombreuses violences exercées par ces dernières expriment des désirs et des mots d’ordre contradictoires avec ceux de l’extrême-droite : le Front National, pour ne parler que de lui, se voit de ce point de vue marginalisé, puisqu’il défend pour sa part les intérêts des riches (Marine le Pen ne défend pas l’augmentation du SMIC) et apporte un soutien sans faille à la police (au sein de laquelle il trouve un réservoir conséquent d’électeurs/trices et de sympathisant.e.s). Le début de mobilisation d’autres secteurs durant le mois de décembre (lycéen.ne.s, étudiant.e.s, cheminot.e.s, certaines bases syndicales,…) pourrait peut-être à terme conduire à une véritable convergence des luttes, sur des bases communes.

    Mais d’un autre côté, la défiance largement partagée au sein des Gilets Jaunes vis-à-vis des syndicats, mis dans un même sac avec « ceux d’en haut » nourrit des attitudes réactionnaires, de même qu’à l’égard des fonctionnaires, des cheminot.e.s,… Cette fracture, qui ne recoupe pas leurs intérêts de classe, a été ici largement entretenue pendant des décennies par celles et ceux-là mêmes qui se succèdent au pouvoir, ainsi que par les media dominants.

    Trois autres éléments profitent aux groupuscules d’extrême-droite : premièrement, le caractère apartisan et républicain revendiqué dans les Gilets Jaunes permet aux fachos de se fondre dans la masse, leur chemise brune cachée sous leur gilet jaune, de même que le drapeau bleu-blanc-rouge, porté par beaucoup de gens qui ne sont pas eux-mêmes d’extrême-droite, sert de cache-nez idéal aux « patriotes » et autres « nazis-BBR ». Deuxièmement, la méfiance (pour une large part compréhensible) des Gilets Jaunes à l’égard de toute velléité de structuration du mouvement profite aux fachos, qui peuvent par leur bagou prendre dans certains secteurs un poids important.

    Troisièmement, la revendication grandissante au sein des gilets jaunes du RIC (Réferendum d’Initiative Citoyenne), est symptomatique d’un mouvement manquant cruellement de base de classe malgré la composition sociale de celui-ci. Le citoyennisme et le populisme latent du RIC (des cadres du PCF et de la FI voient d’un bon œil la soumission à un referendum de la question du mariage pour tous, par exemple) doivent nous alerter sur la dangerosité d’une telle revendication. En effet, l’application, dans le système capitaliste actuel, de ce type de processus de consultation du peuple ne serait pas synonyme de démocratie populaire mais au contraire profiterait à nos ennemi-e-s :

    – En s’en remettant aux urnes dans une démarche institutionnelle, plus besoin de manifester, plus besoin de faire grève, plus besoin de lutter.

    – les partis et les organisations institutionnelles s’en donneraient à cœur joie. En effet, ces organisations ayant les moyens de financer des campagnes électorales d’ampleur, elles pourraient profiter du cadre d’un referendum pour surfer sur des thèmes réactionnaires et leur donner de fait une plus grande visibilité – haine des immigré-e-s, des populations racisées, des LGBTI, des femmes, des prétendu.e.s « assisté.e.s » etc., autant de sujets qui constituent un bon terreau pour le fascisme. Sous prétexte qu’il faudrait laisser s’exprimer tout le monde, nous laisserions ainsi libre tribune à celles et ceux qui souhaitent nous opprimer.

    De ce point de vue, il est à noter que cette revendication est assez fortement reprise sur Bordeaux, au point que le 20 décembre dernier, le confusionniste notoire #Etienne_Chouard (pour en savoir plus sur cet homme, voir ici http://lahorde.samizdat.net/2014/12/08/chouard-sexplique-senfonce-et-renonce) était invité par des gilets jaunes pour en faire la présentation et parler de la structuration du mouvement.

    Conclusion

    En tant qu’ #antifascistes, #anticapitalistes, #antisexistes, il est difficile dans ce contexte d’avoir un positionnement clair : certain.e.s se montrent pessimistes, refusant de risquer une alliance objective avec des groupes #fascistes et des individu.e.s exprimant publiquement des propos et des attitudes incompatibles avec ce que nous défendons ; certain.e.s se montrent plus optimistes, défendant l’implication directe au sein de ce mouvement, ne serait-ce que pour virer les fachos et appuyer les dimensions progressistes portées par certains secteurs des #Gilets_Jaunes. En tout état de cause, nos milieux entretiennent des rapports ambigus à l’égard d’un mouvement hétérogène, tant du point de vue de sa composition que de ses revendications, de sorte que beaucoup hésitent encore entre participer pleinement aux manifestations, et y intervenir pour simplement cibler en leur sein les fascistes en parade.

    Quoiqu’il en soit, une révolte populaire est par nature composite, parfois contradictoire – tout l’enjeu est de déterminer quels types de compromis nous sommes prêt.e.s à faire, en fonction des réalités locales et des rapports de forces (avec cette limite, que nous n’accepterons jamais de militer aux côtés de l’extrême-droite).

    Ce qui s’est produit samedi dernier à #Bordeaux constitue à ce titre une étape importante puisque c’est une initiative massive et déterminée qui a été prise pour virer les fascistes. Cette déroute devrait d’ailleurs les faire réfléchir, puisqu’au-delà de leurs mensonges désespérés (cherchant à expliquer la réussite de leur expulsion par le fait que les #antifas les auraient fait passer pour des flics), au-delà de leur tentative de se redorer le blason sur les réseaux sociaux (se fantasmant dans la bataille des Thermopyles), il demeure cette réalité toute simple : samedi dernier, il n’y avait d’un côté que sept personnes, et de l’autre une centaine d’individu.e.s, de tous horizons et sous un même slogan – Bordeaux antifa.

    Il nous semble donc que dans les manifestations à venir, cette expulsion des éléments fascistes devrait être un préalable à tout autre type d’implication dans le mouvement, et qu’il faudrait que toutes les personnes partageant cette conviction continuent de s’organiser en ce sens.

    En tout état de cause, il ne faudrait pas céder à la fétichisation de l’émeute : le romantisme de la barricade, quand il est applaudi à l’arrière par des fafs content.e.s ensuite de s’en revendiquer, ne saurait servir notre combat.


  • Prime d’activité 2019 : comment faire pour recevoir l’allocation
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15450-prime-d-activite-2019-comment-faire-pour-recevoir-l-allocation

    PRIME D’ACTIVITÉ 2019 - En février, le montant de la prime d’activité va augmenter. Conditions pour l’obtenir, démarches à entamer, Linternaute.com fait le point sur ce qu’il faut savoir.

    Update 07.01.2019 : SIMULATEUR PRIME D’ACTIVITE (CAF)

    [Mis à jour le 7 janvier 2019 à 10h30] Le gouvernement a décidé d’augmenter le montant de la prime d’activité pour tenter d’apaiser la colère des gilets jaunes. 5 millions de foyers devraient en bénéficier en 2019. L’allocation, nouvelle version, sera distribuée le 5 février. Au maximum, le gain pour une personne qui perçoit le SMIC sera de 90 euros. La prime d’acitivité, versée par la Caisse d’allocation familiale, est calculée en fonction de la composition et des revenus du foyer des travailleurs modestes. Pour (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • Radiation, allocation supprimée... Un décret publié le 30 décembre durcit les sanctions encourues par les #chômeurs
    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/chomage/controle-des-chomeurs/un-decret-publie-le-30-decembre-durcit-les-sanctions-visant-les-chomeur

    Le #gouvernement a durci les sanctions concernant l’insuffisance de recherche d’#emploi, comme le refus de deux offres « raisonnables » d’emploi par exemple. L’exécutif avait d’abord évoqué des sanctions graduelles : suspension de l’allocation d’un mois la première fois, de deux mois la deuxième fois et quatre mois la troisième fois. Il avait même précisé que l’allocation ne serait amputée qu’à partir de la deuxième fois. Or, d’après le décret, l’allocation est « supprimée » dès le premier manquement, et non plus « suspendue ». La différence est de taille, car la suspension permettait de conserver ses droits, une fois le délai passé.

    Ils ne pourront plus refuser une offre d’emploi parce qu’elle engendre une baisse de salaire

    Le décret restreint aussi les possibilités de refuser un emploi parce qu’il est mal rémunéré. Le texte « abroge la définition du salaire antérieurement perçu qui était pris en compte pour déterminer l’offre raisonnable d’emploi ». Par conséquence, le demandeur d’emploi ne pourra plus rejeter une offre au motif que le #salaire est bien inférieur à ce qu’il touchait lors de son dernier #travail.

    #chomage #France


  • Le monarque vous parle ce soir à 20 heures
    Vœux. Dans la tête d’Emmanuel Macron | L’Humanité
    https://www.humanite.fr/voeux-dans-la-tete-demmanuel-macron-665703

    De retour de Saint-Tropez, le chef de l’État peaufine son allocution télévisée de la Saint-Sylvestre. Dans un climat, imagine l’Humanité, de pensée complexe.

    « Bon, opération reconquête. Qu’est-ce que j’avais dit aux Français le 31 décembre 2017, déjà  ? Voyons, “sur le plan national, l’année 2018 sera celle de la cohésion de la nation”. Moui, je ne peux pas trop la resservir, cette phrase. Là, entre Alexandre Benalla qui m’a pourri l’été et réduit à néant l’effet Coupe du monde comme il s’apprête à le faire avec la trêve des confiseurs, les gilets jaunes qui m’ont pourri l’automne et l’hiver, comment dire… “Nous nous sommes trop longtemps et trop souvent divisés  : les débats sont nécessaires mais les divisions irréconciliables minent notre pays”, disais-je aussi l’an dernier. Ah ça, c’était visionnaire en revanche. Mon souci, c’est que le discours de vœux aux Français, je l’ai déjà prononcé le 10 décembre pour répondre aux gilets jaunes. “Françaises, Français, nous voilà ensemble au rendez-vous de notre pays et de notre avenir.” Bien, ça. Solennel, ça fait très “moi président”. “Cette colère (…) je la ressens comme juste à bien des égards. Elle peut être notre chance.” Bien, ce truc, là, de la crise-qui-peut-être-une-chance. Très start-up dans l’esprit.

    «  J’ai renoncé au ski à La Mongie pour les fêtes. Trop ostentatoire.  »
    Sylvain  ? Sylvain  ! (Sylvain Fort, directeur de la communication et superviseur des discours élyséens, féru d’opéra, passe une tête par l’entrebâillement de la porte, sifflotant le Mi chiamano Mimi de la Bohême. L’allusion à Mimi Marchand qui s’est occupée de l’image des Macron l’amuse beaucoup – NDLR). Dis, Sylvain, n’oublie pas dans mon discours de ce soir de caser quelque chose qui fasse président humble, genre “je vous ai compris”. Comme devant cette retraitée, là, en octobre, qui déplorait sa maigre pension, à qui j’ai cité du de Gaulle  : “La seule chose qu’on n’a pas le droit de faire, c’est de se plaindre.” Et toc. Sylvain, trouve-moi une formule comme dans le discours du 10, là, où j’ai dit “je sais qu’il m’est arrivé de blesser certains d’entre vous par mes propos”. C’est bien, ça, en une phrase, hop, je fais oublier le pognon de dingue, les illettrées, le costard, et traverser la rue pour trouver un emploi. Déjà que j’ai dû m’excuser fin septembre pour avoir parlé de “Gaulois réfractaires au changement”. J’ai dit que “c’était une erreur”, que “ça nourrit toutes ces espèces de confusions”. Que veulent-ils de plus  ? Que j’augmente le Smic  ?

    Ah, penser après le discours à tweeter un petit mot aux Français pour le Nouvel An. À Noël j’avais écrit quoi, déjà  ? Ah oui  : “Brigitte se joint à moi pour souhaiter un joyeux Noël à chacun d’entre vous.” Bien trouvé, ça, juste le prénom, ça fait intime, et en même temps (Pfff  !, faut vraiment arrêter avec cette expression) un petit côté Giscard et Anne-Aymone réunis pour les vœux, qui rassure. Quand même, je fais tout mon possible. Je prends la peine de déjeuner dans un Courtepaille à Meaux, la semaine dernière. Ça fait pas président des riches, le Courtepaille. Jolie photo diffusée par la photographe de l’Élysée. Si ça pouvait faire oublier l’épisode du Puy-en-Velay où mon convoi s’est fait courser et insulter par des gilets jaunes… Dire à Brigitte d’éviter à l’avenir de se faire photographier tout sourire avec Marcel Campion, depuis ses saillies homophobes. Et puis zut, quoi, j’ai fait fuiter dans la presse au mois d’avril que je payais moi-même les croquettes de Nemo  ! J’ai renoncé au ski à La Mongie pour les fêtes. Trop ostentatoire. Trop tentant aussi pour des gilets jaunes qui s’aventureraient sur les pistes rouges… Je fais tout pour apparaître normal. Un président norm… Non, ce n’est pas le bon mot, ça. Je ne vais tout de même pas annoncer le rétablissement de l’ISF pour les calmer, les gilets jaunes  !

    «   Les Tontons flingueurs , me voilà en plein dedans  »
    Allez, zou, question suivante, justement. Les gilets jaunes. Vont-ils voir que je ne leur ai accordé que de la poudre de perlimpinpin  ? Vendu des carabistouilles  ? “Nous sommes à un moment historique pour notre pays  : par le dialogue, le respect, l’engagement, nous réussirons.” Tiens c’est bien ça, ce que je disais début décembre, qui ne serait pas d’accord  ? Moi qui expliquais en 2017 que l’un de mes films préférés était les Tontons flingueurs, me voilà en plein dedans. Audiard a raison, “aujourd’hui, les diplomates prendraient plutôt le pas sur les hommes d’action. L’époque serait aux tables rondes et à la détente”. Il me faudrait Paul Volfoni à l’intérieur. Tiens, Gérard Collomb me manque. Hulot, pas trop.

    En même temps, je ne suis pas venu beurrer les sandwichs, moi. J’ai une élection à gagner, en mai. Le grand débat national qui replace l’immigration dans les questions abordées, sacrée idée pour remettre en selle Marine Le Pen. Ça peut se présenter pas trop mal. J’ai aussi la réforme de l’assurance-chômage, de la fonction publique et des retraites à faire passer en 2019. Déjà que les gilets jaunes ont obtenu le retrait des hausses de carburant et des mesures sociales, il ne faudrait pas qu’ils découvrent tout de suite que, sur le contrôle technique durci au 1er juillet, j’ai déjà fait signer les décrets à Rugy. La réforme institutionnelle ou la PMA, je les ai déjà repoussées. “Réformer sera beaucoup plus compliqué qu’avant”, a confié un ministre à RTL. Je veux son nom.  »

    Lionel Venturini


    #Macron


  • Gérard Filoche démolit Macron - L’imposture du président décodée
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/15422-gerard-filoche-demolit-macron-l-imposture-du-president-decodee

    Comme 23 millions de Français, Gérard Filoche était devant sa télé lundi soir pour regarder l’allocution tant attendue d’Emmanuel Macron et ses réponses au mouvement des Gilets jaunes. Le président de la République a fait quelques annonces : « le salaire d’un travailleur au SMIC augmentera de 100 € par mois dès 2019 » « les retraités constituent une partie précieuse de notre Nation. Pour ceux qui touchent moins de 2 000 € par mois, nous annulerons en 2019 la hausse de la CSG subie cette année » « les heures supplémentaires seront versées sans impôts ni charges dès 2019 » « je demanderai à tous les employeurs qui le peuvent de verser une prime de fin d’année à leurs employés [1] ». À première vue, quelques avancées concrètes. À première vue seulement : pour Gérard Filoche, il s’agit d’une série d’entourloupes, (...)

    #En_vedette #Divers


  • La France est-elle vraiment le pays d’Europe où les impôts et taxes sont les plus lourds ? - Basta !
    https://www.bastamag.net/La-France-est-elle-vraiment-le-pays-d-Europe-ou-les-impots-et-taxes-sont-l

    C’est une rengaine depuis quelques semaines, lancée par le Mouvement des entreprises de France (le #Medef), reprise par une partie de la presse et par certains #gilets_jaunes : la #France serait le pays le plus imposé d’Europe. « Je comprends les problèmes de pouvoir d’achat mais le problème, c’est d’abord les impôts et les taxes et malheureusement aucun gouvernement depuis trente ans n’a baissé les impôts » , a ainsi affirmé le « patron des patrons », #Geoffroy_Roux_de_Bézieux, sur le ondes de France Inter le 7 décembre. « Le problème, ce n’est pas dans les entreprises qu’il se pose, c’est un problème de révolte fiscale (…) Les Français sont étranglés. Chaque fois que l’on crée un euro, ce sont 47 centimes qui vont à l’État, aux régimes sociaux, aux collectivités locales », poursuivait-il. Le Medef ne veut surtout pas d’augmentation des salaires, l’une des revendications de l’actuel mouvement social. Dans la même interview, le président du Medef trouvait qu’un Smic augmenté de 55 euros était déjà bien assez.

    Les cotisations, plutôt du salaire différé que des impôts
    À y regarder de plus près, toutefois, ces comparaisons ne sont pas aussi évidentes. D’abord, les cotisations sociales, qui entrent dans ce calcul, ne sont pas des impôts aux sens propre. L’Unedic, la caisse qui gère l’assurance chômage, le rappelle : « Les allocations chômage sont financées par des cotisations prélevées sur les salaires bruts. Ce ne sont donc pas les impôts qui financent les allocations chômage. » Les cotisations prélevées sur les salaires, qu’elles soient patronales ou salariales, sont une partie du salaire utilisée pour financer les systèmes de protection sociale. Il s’agit en fait d’un « salaire différé », que l’on perçoit une fois à la retraite ou en cas d’impossibilité de travailler (maladie, accident, chômage, congé maternité).

    30 ans de baisse d’impôts pour les plus riches
    Le Medef continue pourtant de prétendre que les entreprises paient trop d’impôts. En fait, les baisses d’impôts pour les entreprises et les plus riches se succèdent en France depuis plus de dix ans. En 2006, une réforme fiscale réduit la taxe professionnelle et crée un « bouclier fiscal » qui plafonne l’imposition globale d’un contribuable à 60 % de ses revenus. En 2007, Nicolas Sarkozy a fait adopter une loi qui réduit l’impôt de solidarité sur la fortune (#ISF) et la taxation des successions, c’est-à-dire des héritages. Depuis, l’ISF a été supprimé par Emmanuel Macron.

    Le taux le plus élevé de l’impôt sur le revenu, pour les contribuables les plus aisés, baisse aussi depuis 30 ans : il était à plus de 60 % au début des années 1980, plus de 50 % jusqu’en 2000, puis passé à 48 % en 2005. Il est aujourd’hui de 45 % pour les revenus de plus de 153 000 euros annuels. À chaque fois, ces réformes impliquent une baisse des recettes fiscales de l’État. « Entre 100 et 120 milliards d’euros de recettes fiscales ont ainsi été perdues pour le budget général de l’État entre 2000 et 2010 », soulignait en 2016 le député communiste Nicolas Sansu dans un rapport parlementaire.

    https://www.unedic.org/a-propos/comprendre-le-financement-de-lassurance-chomage
    #impôts


  • L’impossible mariage entre la demande violente de protection sociale et celle encore plus sourde d’une plus grande liberté individuelle... - Jean-Marc Sylvestre
    http://www.jeanmarc-sylvestre.com/l-impossible-mariage-entre-la-demande-violente-de-protection-soc

    Ou quand papy Jean-Marc essaie de rendre les Français·es plus intelligente·s

    Mais si on résume, il existe une énorme demande de protection et de réassurance de la part d’une bonne moitié de la population. Sachant que ces revendications n’étaient pas présentées, incarnées, elles étaient surtout truffées de contradictions qui, matériellement, freinent leur réalisation. Les contradictions sont irréductibles.

    Passons sur la contradiction la plus flagrante entre la demande politique de démocratie directe (c’est le peuple qui décide de tout) et la demande d’autorité (c’est à Emmanuel Macron qu’on veut parler).

    Au-delà de ce clivage, les contradictions techniques ont débordé de tous les ronds-points de France et de Navarre.

    1ère contradiction : Comment marier la demande de moins d’impôts d’un côté et de plus de services publics de l’autre ? Les impôts servent à faire fonctionner la machine étatique. Alors, sauf à imaginer que l‘Etat soit une énorme usine à gaspiller l’argent public, ( ce qui n’est pas prouvé), il faut bien procéder à des arbitrages dans les dépenses si on veut financer les baisses d’impôts.

    2e contradiction : Comment vouloir réduire la fracture écologique, stopper le réchauffement climatique et refuser de financer les investissements correspondants ? Sauf à gagner du temps, et repousser les échéances... Comment revendiquer une énergie propre et pas chère et refuser le nucléaire ?

    3e contradiction : Comment se plaindre de l’Europe alors que l’Europe est une institution dont la vocation est de se mettre ensemble pour se protéger, qui permet de faire d’un ensemble de pays à taille moyenne un bloc économique de taille majeure capable de rivaliser face à la Chine ou aux Etats-Unis ?

    4e contradiction : Comment réclamer une hausse importante du SMIC, et s’étonner que les petites entreprises ne le supporteraient pas ? Comment s’étonner du taux de chômage si l’on augmente sans cesse le coût du travail ?

    5° Comment trouver des recettes fiscales toujours plus élevées si on impose les gros, les riches et les puissants plus que partout ailleurs, en sachant évidemment que les gros, les riches et les puissants ont les moyens de partir à l‘étranger là où c’est plus clément pour eux ?

    6° contradiction : Comment vouloir se protéger de la concurrence étrangère alors que c’est le consommateur qui choisit de consommer moins cher ? Comment attaquer les GAFA en les créditant de tous les péchés du monde, alors que les consommateurs les plébiscitent dans leur vie quotidienne ?

    La résolution de toutes ces contradictions est irréalisable. Et ce n’est pas l’organisation de grands débats à l’échelle locale et nationale qui permettra de trouver la martingale.

    Sauf à considérer que la demande de protection cache en réalité une demande souterraine d’une plus grande liberté d’initiative.

    C’est quand même pas compliqué de comprendre qu’on ne peut pas taxer les riches.
    (mince, voila que, moi aussi, je graisse à tire-larigot, J.-M.S. serait-il contagieux ?)


  • « Le mouvement des “#gilets_jaunes” est avant tout une demande de revalorisation du #travail », Yann Le Lann, sociologue, propos recueillis par Sylvia Zappi
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2018/12/24/le-mouvement-des-gilets-jaunes-est-avant-tout-une-demande-de-revalorisation-

    Le sociologue Yann Le Lann (université de Lille) a coordonné une enquête d’un mois sur le mouvement de protestation. Il revient pour « Le Monde » sur les enseignements de l’étude.

    Yann Le Lann est maître de conférences en sociologie à l’université de Lille. Spécialiste du travail, il a coordonné l’#enquête du collectif Quantité critique, composé de chercheurs et de doctorants de Lille et de Sciences Po Paris, qui a analysé le mouvement des « gilets jaunes » durant un mois. Le sociologue estime que l’identité du mouvement est centrée sur la reconnaissance du travail.

    Quel est le profil des gilets jaunes que vous avez interrogé ?
    Ce qui resort de nos questionnaires recoupe les informations déjà publiées sur ce mouvement : ce sont les #classes_populaires, employés et ouvriers, qui sont présentes sur les barrages. On y retrouve aussi beaucoup de #femmes qui ont pris une place importante dans le mouvement, souvent en position pivot : c’est à elles qu’on fait confiance pour gérer des caisses de solidarité ou mener des actions. On trouve aussi une part importante de #retraités. Tous nos questionnaires montrent qu’on a affaire à des personnes aux revenus inférieurs à 1 600 euros mensuels, voire très souvent juste au niveau du SMIC.

    Ce mouvement est passé d’une revendication contre les taxes sur les carburants à une demande de hausse des salaires. Vous expliquez que c’est une bascule très signifiante. Pourquoi ?
    Parce que c’est important pour comprendre le décalage entre la première perception de cette mobilisation et sa réalité politique, ce qui a donné lieu à un malentendu sur ce mouvement. Les premiers temps, les chaînes d’information l’ont présenté comme l’expression d’un ras-le-bol des territoires périurbains braqués contre la taxe sur les carburants. Le mouvement a eu l’intelligence de subvertir cette audience pour déplacer la revendication vers des enjeux de #salaire et de #retraite qui sont devenus le cœur de leur plate-forme.
    A nos yeux, c’est donc la question de la reconnaissance du travail qui est en jeu. Ceux qui se mobilisent sont des salariés qui n’ont pas les moyens de se mettre en grève. Parce que leur budget est trop contraint ou parce qu’ils n’ont pas les ressources politiques autour d’eux pour porter une revendication salariale auprès de leur patron. Ou parce qu’ils ont déjà fait l’expérience d’une négociation salariale qui a échoué.

    Et pourtant, les « gilets jaunes » sont passés à une plate-forme revendicative beaucoup plus large…
    Oui, parce que l’écho médiatique leur a permis de se faire entendre sur d’autres enjeux. Mais la question centrale demeure celle du travail. Comme, pour eux, le canal classique de la revendication collective, organisée sur les lieux de travail, est bouché, ça a débordé ailleurs : ils ont en quelque sorte contourné cette impossibilité en s’organisant en dehors des heures de travail, sur des barrages et des places, en occupant l’espace public. Du coup, ce n’est pas le patron qui est interpellé mais l’#Etat, qui est jugé comme ayant une responsabilité en matière salariale et se retrouve à devoir gérer ces #revendications. C’est tout à fait nouveau et c’est un défi pour lui.

    N’est-ce pas une remise en cause des syndicats ?
    C’est un coup de semonce. Les « gilets jaunes » sont très loin des organisations syndicales. Ceux que nous avons interrogés portent un regard très varié sur leur action ; nous avons tenté de les répartir en trois groupes. Le premier, très largement majoritaire, regroupe tous ceux qui n’ont aucun contact avec les #syndicats. Cela concerne les nombreux salariés des petites et moyennes entreprises (PME) ou des très petites entreprises (TPE) dans lesquelles il n’y a pas de structuration de la négociation collective.
    Ensuite, il y a ceux qui ont été en contact avec des syndicats, ont tenté de négocier des hausses de salaire et de meilleures conditions de travail, et n’ont pas obtenu gain de cause. Ils en ressentent une forme d’amertume. Le troisième profil, minoritaire, correspond à des personnes plus politisées qui veulent qu’il y ait convergence de luttes avec d’autres secteurs professionnels emmenés par les syndicats.

    Quel est le positionnement politique des « gilets jaunes » de votre échantillon ?
    On a trois blocs quasi égaux de 20 % entre les #abstentionnistes et #votes_blancs, les électeurs de Jean-Luc #Mélenchon et ceux de Marine #Le_Pen. On a vu se confirmer une polarité au sein du mouvement entre la gauche radicale et l’#extrême_droite, avec, au milieu, une zone grise difficile à cerner. Mais le sentiment que le gouvernement ne respecte plus la souveraineté populaire, qu’il est en rupture avec les intérêts du peuple, unifie ces trois pôles. D’une manière générale, nous avons perçu une défiance totale vis-à-vis de tous ceux qui ont été aux affaires depuis quarante ans.

    [comme souvent, ici "le travail" est un vocable qui unifie tout et exempte d’une analyse concrète de ses modalités, on remarquera que stage, chômage, en activité à temps réduit ou pas, AAH, etc ne sont pas cités parmi les variables prises en compte, ndc]

    Comment cela se traduit-il en matière de valeurs politiques ?
    Il y a indéniablement, parmi les « gilets jaunes », une part importante qui ressent une vraie crainte à l’égard de la crise migratoire et qui, lorsqu’on l’interroge sur l’#immigration, porte des idées xénophobes ou #racistes. Ainsi, 48 % des personnes que nous avons interrogées estiment qu’en matière d’emploi, « on devrait donner la priorité à un Français sur un immigré en situation régulière ».
    Malgré cela, le mouvement s’est politisé sur des slogans qui empruntent aux valeurs de la gauche. Car les porte-parole des ronds-points ont privilégié les mots d’ordre qui permettaient de fédérer. Ce sont les revendications sur les salaires, les retraites, le référendum d’initiative citoyenne (RIC), qui se sont avérées les plus consensuelles et ont permis au mouvement de durer. Les « gilets jaunes » ont eu cette intelligence collective d’orienter leur parole publique vers le social et d’éviter de faire caractériser leur mobilisation comme un mouvement de « petits blancs » récupérable par l’extrême droite.

    Votre constat ne contredit-il pas les observations des chercheurs de Bordeaux dont « Le Monde » a publié les résultats ?
    Non, ils sont complémentaires. Il y a deux niveaux de pensée : les valeurs que l’on n’assume pas dans le face-à-face avec un enquêteur, et celles que l’on affirme seul en répondant à un questionnaire en ligne. Ces deux types d’enquête donnent des résultats souvent très différents.
    Nous avons mesuré qu’une partie des « gilets jaunes » est très sensible aux thèses présentant l’immigration comme un danger mais qu’ils ne les défendent pas à l’intérieur du mouvement. Les slogans xénophobes sont demeurés minoritaires. Ce sont la critique du gouvernement et la dénonciation d’une politique économique du pays qui ont soudé tout le monde.

    On a senti une lutte d’influence entre deux ailes du mouvement, les « mélenchonistes » et les sympathisants de Marine Le Pen. L’avez-vous perçue ?
    Cette opposition existe à l’évidence mais elle demeure difficile à capter parce qu’il y a très peu de militants organisés . Cela reste sourd, latent, entre des petits noyaux qui veulent que le mouvement s’organise autour des enjeux de démocratie et de justice sociale, et des tentatives de récupération de l’extrême droite sur les questions identitaires. Cette dernière a cependant échoué à l’intérieur du mouvement : j’ai le sentiment que le pôle abstentionniste des « gilets jaunes » n’est pas en train de basculer dans les bras de Marine Le Pen.

    Le fait que la revendication de hausse du #smic ait été autant centrale en est le signe. Tout comme la réaction massive contre les violences policières vécues sur les barrages et dans les manifestations du 1er décembre. Ce qui ne dit pas pour autant que le Rassemblement national ne puisse pas gagner, auprès d’une partie des Français, la bataille sur le sens du mouvement, alors qu’il n’est pas arrivé à imposer ses thèses à l’intérieur.

    #xénophobie #bataille_idéologique


  • Gilets jaunes et démocratie directe : convergences et obstacles (1/2)
    https://collectiflieuxcommuns.fr/?Gilets-jaunes-et-democratie

    Retranscription étoffée de l’intervention faite le 14 décembre au Samovar à Bordeaux.

    La soirée était annoncée ici

    Quelques mots de présentation, assez brefs, que vous sachiez un peu quel olibrius vous avez invité. Puisqu’il va être question de classe sociale et de mode de vie, je précise tout de suite mon profil assez hybride. J’ai vécu jusqu’à aujourd’hui autour du seuil de pauvreté – actuellement je perçois 700 €, par exemple – et n’ai jamais gagné plus que le Smic. Je suis donc un « pauvre », en un sens plus « pauvre » que beaucoup de gilets jaunes (mais milliardaire comparé à un paysan malien…). Cela résulte à la fois d’un choix de vie et d’une inadaptation foncière au salariat qui me fait me demander un peu trop souvent ce que je fous là, et c’est souvent réciproque… Parallèlement, je fais partie de la strate hyper-éduquée, hyper-politisée, diplômée, urbaine mais banlieusarde – je me reconnaissais un peu dans la catégorie éphémère des « intellos-précaires », l’arrivisme en moins parce que les génuflexions, l’ascension sociale, l’accession à la propriété, les crédits et le consumérisme ne me parlent pas. Donc sociologiquement, je ne fais pas partie des gilets jaunes : je n’ai jamais joué le jeu du niveau de vie et je ne suis donc pas, comme eux, déçu d’un « système » qui ne tiendrait pas ses promesses – je n’y ai jamais cru, tout simplement…

    Politiquement, je proviens vaguement de la nébuleuse libertaire – « Ni Dieu, ni Maître ! », il me semble que c’est un bon repère, même aujourd’hui. J’ai fondé Lieux Communs, il y a plus de dix ans, par insatisfaction profonde du monde militant, à la fois très adolescent, para-religieux et fossilisé. Notre credo, c’est ce que j’ai écrit au dos de mon gilet jaune : « Démocratie directe – Égalité des revenus – Redéfinition des besoins », les trois s’entre-impliquant même si c’est bien plus un support à discussions qu’un programme arrêté, ça n’aurait pas de sens. Une dizaine de brochures ont été produites, sur les soulèvements arabes, les « indignés » grecs de 2011, sur la démocratie directe – en trois fascicules –, sur l’islamisme… et je continue d’en sortir régulièrement [1]. (...)


  • JEAN-YVES CAMUS : «  DES MOTS D’ORDRE IDENTITAIRES MINORITAIRES  » Mardi, 18 Décembre, 2018
    Grégory Marin

    Extrême droite. Le directeur de l’Observatoire des radicalités politiques a observé la «  présence bien réelle  » mais non structurante de l’extrême droite dans le mouvement. Malgré son influence, «  le cœur de la mobilisation  » est ailleurs, souligne-t-il.

    Quelle influence a ou a eue l’extrême droite depuis le début dans la structuration du mouvement des gilets jaunes ?

    Jean-Yves Camus Ce qui me gêne dans la manière dont la présence de l’extrême droite a été mise en avant très tôt par les autorités – et avec raison parce qu’il y avait des éléments d’extrême droite dans les manifestations –, c’est qu’elle ne se basait pas sur des informations précises, sur qui faisait quoi, où et comment. Cela donnait l’impression que cette présence, bien réelle mais très minoritaire, était à la manœuvre du mouvement. Contrairement à ce qui s’est passé après les manifestations contre le mariage pour tous, le gouvernement a très peu livré d’informations factuelles sur l’implication de cette mouvance, évoquée de manière générale. À la fin des manifestations contre la loi Taubira, il y avait régulièrement 200 à 300 manifestants radicaux qui allaient au contact des forces de l’ordre. Le lendemain ou le surlendemain, les rédactions avaient des informations assez précises sur qui faisait quoi. Là, le terme « ultradroite » a surgi partout, tout le temps, mais de manière trop incantatoire. Pourtant, il suffisait d’aller sur les comptes Twitter des dirigeants de groupuscules qui, à Paris comme en province, se montraient sur les manifestations ou sur les ronds-points. On a vu des emblèmes, des individus revendiquer la présence et le soutien de leur mouvement, mais ça n’est pas le cœur de la mobilisation.

    Ce qu’on voit sur le terrain, c’est que, aux mots d’ordre identitaires que certains milieux ont voulu lancer se sont très vite substitué, des préoccupations sociales qui donnent une tonalité très éloignée de ce que voudrait l’extrême droite.

    Jean-Yves Camus Ces mots d’ordre identitaires étaient très minoritaires. C’est bien cette absence de slogans anti-immigration ou identitaires qui a poussé Marine Le Pen et d’autres dans sa mouvance politique à sortir du chapeau le « pacte de Marrakech », pour essayer d’instiller chez les partisans des gilets jaunes l’idée que le gouvernement allait signer dans notre dos un document qui validerait la submersion migratoire… Ce qu’ont fait le Rassemblement national et les autres, c’est tenter d’expliquer aux gilets jaunes  : « Votre colère est juste mais vous vous trompez de raison. » La raison pour laquelle la fiscalité augmente, selon l’extrême droite, c’est le coût de l’immigration.

    On a l’impression que cette rhétorique prend mal. Comment expliquer alors que Marine Le Pen n’arrive pas à peser plus, voire à prendre la main sur un mouvement qui rassemble les classes populaires à qui elle dit vouloir s’adresser ?

    Jean-Yves Camus On est arrivé à un tel point de défiance vis-à-vis des partis politiques ! Personne ne peut prétendre – c’est d’ailleurs pathétique dans les réactions de certains politiques – ni que le mouvement lui appartient et qu’il l’a initié, ni canaliser les revendications. Il y a quelque chose de remarquable : les gens qui ont voté Marine Le Pen en 2017 et qui se disent aujourd’hui gilets jaunes ne sont-ils pas déjà dans une optique post-Rassemblement national ? Je m’explique : ils ont cru véritablement à la victoire de Marine Le Pen, elle était impossible mais ils y ont cru. Ils ont vu qu’elle a été largement battue. Ne pensent-ils pas aujourd’hui qu’il n’y a même plus la solution à leurs problèmes que serait son arrivée au pouvoir par la voie électorale ? Ne se disent-ils pas que le changement de régime qu’ils appellent de leurs vœux arrivera par la rue ? Est-ce que cette partie de la mobilisation qui avait choisi Marine Le Pen en 2017 n’exprime pas ici sa déception de la défaite ? Il n’est même pas sûr que ces gens revotent pour le Rassemblement national.

    Il y a en effet un paradoxe entre les revendications sociales des gilets jaunes et le discours réel du Rassemblement national, par exemple entre ceux qui revendiquent une hausse du Smic et Marine Le Pen qui la refuse au motif que ce serait « une charge supplémentaire pour les entreprises ».

    Jean-Yves Camus C’est évident. La pédagogie qu’il faut continuer de faire auprès des gens engagés dans ce mouvement des gilets jaunes, c’est que le Rassemblement national est un parti d’essence libérale parce qu’il promeut une économie de marché, certes protégée aux frontières par ce qu’ils appellent le « protectionnisme intelligent », en fait du protectionnisme tout court  ; mais, à l’intérieur des frontières, il s’agit d’une économie de marché portée par une forme de darwinisme social : celui qui est assez bon gagne, celui qui ne l’est pas reste sur le côté.

    On a vu émerger l’idée d’une liste gilets jaunes aux élections européennes. Si on regarde la sociologie du mouvement, elle mordrait sur les électorats les plus populaires, d’un côté la France insoumise, de l’autre le Rassemblement national, ce qui profiterait à LaREM. N’irait-elle pas contre les intérêts du mouvement ?

    Jean-Yves Camus Elle serait en effet objectivement favorable à la liste LaREM puisqu’elle diviserait l’électorat de FI et du RN. Mais ce qui m’inquiète, c’est la ligne politique que pourrait avoir cette liste. Chez les gilets jaunes, il y a des gens politiquement conscientisés, développant ce qui n’est pas tout à fait un programme mais quand même quelques idées-forces  ; et puis, il y a une propension, y compris chez certains porte-parole, à développer des théories conspirationnistes de nature à éloigner leurs soutiens d’une action proprement politique. On voit bien comment l’attentat de Strasbourg, mardi dernier, a été immédiatement interprété par des groupes de discussion comme une manipulation gouvernementale. S’il y a une liste, les gilets jaunes devront veiller à sélectionner les candidats et à la cohérence de leurs propositions.

    Jean-Yves Camus

    Directeur de l’Observatoire politique des radicalités à la Fondation Jean-Jaurès

    https://www.humanite.fr/extreme-droite-jean-yves-camus-des-mots-dordre-identitaires-minoritaires-66

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #extrêmedroite


  • Syndicalisme et gilets jaunes - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Syndicalisme-et-gilets-jaunes.html

    Le 6 décembre, une intersyndicale rédige un communiqué qui se résume à l’ouverture de négociations et à la condamnation des violences. Le lendemain, Philippe Martinez estime qu’une « convergence des luttes est impossible au niveau national », tout en continuant de rappeler que « quand on livre des migrants à la police, ce ne sont pas les valeurs de la #CGT » [3], et appelle à une journée de grève sept jours plus tard, un vendredi, en marge des mobilisations des #gilets_jaunes prévus le samedi. Si aujourd’hui « gilets jaunes » et confédérations manifestent tant de méfiance réciproque, c’est que les syndicalistes n’apparaissent plus comme des porte-paroles des problématiques matérielles, ni même de l’exploitation salariale. À l’inverse, les gilets jaunes sont soupçonnés d’un amateurisme problématique dans ses formes comme dans ses revendications, accusés d’avoir déserté les rangs syndicaux, de se mobiliser trop tard et « hors cadre ».

    Un #syndicalisme qui s’éloigne des aspirations salariales

    Cette incapacité des confédérations syndicales à se joindre à l’un des plus grands mouvements sociaux depuis Mai 68 met bien en lumière l’affaiblissement qui frappe le syndicalisme hexagonal. Avec 8% en moyenne de la population salariale syndiquée, la France est le pays qui a connu le déclin le plus rapide et le plus brutal depuis trente ans en Occident [4]. L’étiologie du déclin syndical français est bien documentée par les sociologues et les politistes : disparition de bastions ouvriers, hausse du #chômage, #précarisation de l’emploi, tertiarisation de l’activité, etc. [5]

    Les organisations syndicales sont confrontées à des transformations majeures de l’économie auxquelles est venue s’ajouter une complexification substantielle du travail de représentation. Les élus du personnel et les militants syndicaux doivent désormais siéger dans un nombre croissant d’instances, dans et hors des entreprises [6]. En ce sens, à mesure que les règles juridiques et économiques gagnaient en subtilité dérogatoire, les militants syndicaux ont été happés par la nécessité d’intensifier leur formation, s’éloignant géographiquement et socialement, des bases qu’ils étaient censés représenter [7]. La question de la #représentativité n’a fait qu’accentuer la déconnexion entre les organisations syndicales et les salariés : par les prérogatives qu’elles permettent, les élections professionnelles sont devenues des enjeux essentiels des confédérations syndicales qui concentrent désormais une partie substantielle de leurs préoccupations et de leurs mobilisations militantes. Enfin, depuis une dizaine d’années, le monde syndical rencontre une série de transformations majeures qui l’emporte dans une course effrénée à l’adaptation de nouveaux dispositifs de régulation du #travail et de l’#emploi : loi de représentativité syndicale en 2008, Loi Rebsamen en 2015, Loi El Khomri en 2016, ordonnances Macron en 2017, les syndicats passent désormais une partie substantielle de leur temps à s’adapter à un cadre normatif qui n’a de cesse de réduire leurs marges de manœuvre.

    Dans le même temps, leur voix et leur expertise en matière d’action publique semblent définitivement exclues de la fabrique des réformes sectorielles (dans l’énergie, le travail ou encore les transports) depuis la fin des années 1990 [8]. Désormais, le pouvoir syndical est morcelé à la faveur de la négociation d’entreprise qui met en concurrence les salariés entre eux. Depuis son arrivée au pouvoir, E. Macron n’a fait que contribuer à exacerber cette déconnexion par la mise en place des Comités sociaux et économiques (CSE) qui prévoient de transformer les syndicalistes en managers sociaux [9].

    Les gilets jaunes, substitut des luttes au travail ?

    Le mouvement des Gilets Jaunes met donc bien en lumière ici un symptôme de ces différentes transformations du syndicalisme : sous l’effet de la professionnalisation du travail syndical, les responsables syndicaux semblent désormais en décalage par rapport à des aspirations pourtant proches du cœur de leur travail revendicatif, défendues par nombre de travailleurs pauvres, de retraités modestes ou de jeunes intérimaires qui composent les rangs des Gilets jaunes [10]. Le caractère extra-professionnel de cette #mobilisation éclaire un autre aspect de la situation de faiblesse dans laquelle sont placés désormais les syndicats : foyer historique de la contestation, le monde du travail ne semble désormais plus en mesure de mobiliser suffisamment pour obtenir des conquêtes sociales élémentaires comme des hausses générales de #salaire. Ce combat déserte le lieu de travail, à mesure que l’#entreprise se complexifie (sous-traitance, éclatement des statuts d’emploi, éloignement des centres de décision, distance sociale des nouvelles générations de cadres) et se fait désormais sur des ronds-points, des péages d’autoroute, aux abords des villes. Quand ce mouvement se décide à manifester sur Paris, les centrales syndicales peinent à sortir de leurs cortèges habituels [11], conduisant à l’invisibilité mentionnée plus haut.

    La conflictualité professionnelle en France est pourtant loin d’être anecdotique : des recherches montrent une résurgence de la contestation au travail depuis la fin des années 1990 qui s’accentue tout au long des années 2000 [12], faisant de la France l’un des pays les plus conflictuels du continent européen [13]. En dépit de leur déclin respectif et commun, l’industrie et les syndicats demeurent ainsi les principaux secteurs et acteurs des mobilisations professionnelles en ce début de millénaire. Pour autant, cette tendance globale à la hausse cache des disparités qui permettent de formuler des hypothèses d’un glissement de la conflictualité professionnelle hors de l’entreprise, dont les gilets jaunes seraient une des illustrations. Bien qu’on observe une hausse continue de la conflictualité sur la période, celle-ci ne parvient jamais à rassembler autant de participants qu’autrefois, et réunit principalement des salariés du secteur public lors de journées de grandes mobilisations [14]. Le nombre de Journées Individuelles Non Travaillées dans le secteur privé a ainsi nettement baissé, passant de plus de trois millions dans les années 1970 à un nombre variant de 250000 à 500000 durant la décennie 1990 et 2000, tandis que les mobilisations ont été écourtées : les cessations du travail inférieures à deux jours augmentent tandis que celles qui leur sont supérieures diminuent, les salariés privilégiant des formats de lutte plus indirects, comme le #débrayage, la pétition, la #grève_perlée ou celle du zèle.

    En fait, la conflictualité contemporaine du travail est autant le produit de la tertiarisation de l’économie que de la #segmentation progressive du marché du travail et de la précarisation des conditions d’emploi [15] qui semblent caractériser nombre de gilets jaunes [16]. Les conditions de mobilisations au travail se sont dégradées à mesure que l’emploi se transformait et se raréfiait, rendant l’implication dans la lutte de plus en plus coûteuse, aussi bien à titre collectif qu’individuel, en particulier pour les salariés dont les revenus sont les plus bas : ces derniers préfèrent souvent « la débrouillardise » au syndicalisme pour s’informer ou se défendre [17]. Le recours aux Prudhommes concerne ainsi près de 94% d’individus « ordinaires » et vise dans 8 cas sur 10 à contester le motif de la rupture [18]. Enfin, cette inertie doit surtout s’apprécier à l’aune de la création des ruptures conventionnelles qui connaît une croissance ininterrompue depuis leur apparition en 2008. Or ces contrats sont moins le résultat d’une conciliation « à l’amiable » que bien souvent un « exit » financier et institutionnel d’une multitude de situations conflictuelles [19]. En en complexifiant le recours aux prudhommes et en complexifiant le recours à cette juridiction, les ordonnances Macron finissent par étouffer les dernières voies possibles de justice au travail [20]. En occupant les ronds-points, les gilets jaunes continueraient-ils la lutte professionnelle par « d’autres moyens » ?

    Une convergence impossible ?

    Les rares données d’enquête disponibles à ce jour tendent, malgré leur inévitable fragilité, à corroborer cette hypothèse : parmi les gilets jaunes rencontrés par les sociologues, près d’un sur deux (44%) a déjà participé à une #grève, un taux particulièrement élevé quand on sait que seul un tiers des Français déclare avoir engagé une telle démarche au cours de leur carrière professionnelle (« Les salariés et la grève », Sondage BVA daté du 18 avril 2018.). [...]

    #revenu

    • Toulouse. Les ouvriers de Carrefour supply chain en grève et des gilets jaunes en soutien
      http://www.revolutionpermanente.fr/Toulouse-Les-ouvriers-de-Carrefour-supply-chain-en-greve-et-des

      Face à une nouvelle preuve de mépris de Carrefour qui refuse aux #ouvriers une prime, ceux-ci ont décidé de se mettre en #grève, rejoints par des gilets jaunes venus en soutien sur le piquet pour bloquer les livraisons.

      Ce n’est pas la première fois que les #Gilets_Jaunes se rendent sur le site de Logidis, à Colomiers, filiale et centre d’achat de Carrefour. En effet, depuis le début du mouvement, le site a déjà été bloqué à plusieurs reprises contre le géant de la #grande_distribution, qui licencie les salariés par milliers, et reçoit des millions de CICE.

      Cette fois-ci néanmoins, le contexte est différent, car ce sont les ouvriers qui ont décidé de se mettre en grève « #contre_la_vie_chère, pour l’augmentation des #salaires et la préservation de nos emplois », selon la CGT. En effet, alors que le gouvernement, pour calmer la colère sociale, en a appelé à quelques primes exceptionnelles que pourraient verser les employeurs, la direction de Carrefour a tout bonnement refusé d’en accorder à ses salariés.

      Carrefour supply chain à Colomiers ce sont près de 350 salariés, dont plus de la moitié en intérim, avec des contrats en 3x8, dépassant à peine le SMIC, malgré l’ancienneté de certains ouvriers qui y travaillent depuis plus de 30 ans et qui ne touchent pas plus de 1400 euros. Et des patrons qui refusent même d’accorder de quoi finir l’année plus sereinement.


  • Sur le fil – ou la vie sauvage
    https://oulaviesauvage.blog/2018/12/18/sur-le-fil

    Les Gilets jaune, le Referendum d’initiative populaire (RIC), l’extrême droite, le populisme de gauche, et la lutte de classe. Un texte de Dimitris Alexakis sur le point de basculement actuel du mouvemet...

    Une victoire contre Macron ne sera obtenue que si, de l’intérieur du mouvement, les participant.e.s aux mobilisations travaillent à mettre en échec les tentatives de l’extrême-droite visant à le récupérer. Ce travail consiste aujourd’hui à renforcer ses revendications sociales.

    Orienter le mouvement sur des positions étrangères à la lutte de classes est manifestement la fonction, habile, du Référendum d’initiative citoyenne — habile dans la mesure où il s’agit d’une revendication démocratique. « Pourquoi, se demande un ami, opposer revendications démocratiques et sociales ? On veut les deux. » La question en cache peut-être une autre, plus délicate : comment s’opposer à l’extrême-droite si la pièce qu’elle avance présente toutes les garanties d’une revendication démocratique ? Autant, semblent penser certain.e.s, la prendre de vitesse sur ce point.

    Dans un communiqué de presse publié le 17 décembre, le groupe La France insoumise annonce qu’il déposera une proposition de loi afin d’inscrire le Référendum d’initiative citoyenne (RIC) dans la Constitution, et Edouard Philippe a déjà annoncé qu’un débat serait organisé en ce sens. Une telle complaisance, et à ce niveau, à l’égard d’une revendication provenant d’un mouvement que ce même gouvernement a par ailleurs réprimé de façon acharnée, devrait à tout le moins nous mettre en alerte.

    La lutte se mène sur le fil du rasoir et tout abandon d’une position de classes pourrait, comme l’écrit Yves Pagès dans un texte publié le même jour, s’avérer mortelle — en particulier pour celles et ceux que les annonces d’Emmanuel Macron ont laissé délibérément sur la touche, chômeuses, chômeurs, précaires, travailleuses et travailleurs pauvres, jeunesse des banlieues populaires.

    Le fait que la revendication du RIC ait quasiment éclipsé en l’espace de quelques jours les revendications sociales portées par le mouvement dans la période précédente ne doit sans doute rien au hasard.

    L’audience simultanée que recueillent les thèses d’Etienne Chouard auprès des Gilets Jaunes constitue un autre signe de cette menace et incite à la vigilance.

    Lors d’une assemblée toulousaine, une gilet jaune proposait récemment que la revendication du RIC soit adoptée par ce collectif local au détriment de toutes les autres, comme si la fonction du RIC était décidément de brader l’avancée sociale de ces dernières semaines. Face à ce cheval de Troie et à l’engouement qu’il suscite, la réponse peut être délicate, et il n’est pas certain qu’un rejet en bloc soit la solution la plus efficace. Les participant.e.s aux AG seraient peut-être plus avisé.e.s de dénoncer la manœuvre, de nourrir la discussion en produisant des éléments critiques, de mettre en cause le positionnement d’Etienne Chouard qui joue, en la matière, un rôle de défricheur, et d’exiger qu’une revendication institutionnelle ne soit pas affichée au détriment mais au bénéfice et en appui des revendications sociales (hausse du SMIC et des minimas sociaux, retour de l’ISF) — les seules qui aient jusqu’à présent fait trembler le gouvernement et déstabilisé l’extrême-droite.

    #gilets_jaune #lutte_de_classe #RIC #ectrême-drooite


  • Ce que les gilets jaunes nous disent …

    Par Étienne Adam (Ensemble !)

    Le mouvement (ou les mouvements ?) des gilets jaunes résiste aux catégories habituelles de caractérisation d’un phénomène politico-social : c’est pourquoi nous peinons tant à savoir ce qu’il faut faire. Ce n’est pas un mouvement manipulé par l’extrême droite même s’il y a eu des tentatives et qu’un certain nombre de thématiques originelles ressemblaient fort à celles de l’extrême droite. Aujourd’hui le fait que dans les sondages les plus récents le RN semble en bénéficier électoralement ne change pas grand chose pour la caractérisation du mouvement lui même. Par contre il en dit long sur l’hégémonie du RN sur le champ politique et sur le poids de celui ci et de ses alliés potentiels dans le système de représentation politique tel qu’il fonctionne encore aujourd’hui.

    A l’inverse de la solution libérale-autoritaire qui domine le champ politique , une des dimensions essentielles du mouvement est de porter de l’égalitarisme, une critique radicale de la capacité du capitalisme à faire société aujourd’hui. Il est vrai qu’ il reste largement dans le champ de la redistribution (entre les « gros et les petits ») avec l’État et la fiscalité comme outils1. C’est pourquoi la revendication du partage des richesses montre aussi ses limites et ses ambiguïtés dans un consensus sans débat sur le comment et quoi partager. Ainsi personne, ou presque, n’évoque comment s’attaquer au partage, de la valeur au sein même des entreprises et ne met en cause le pouvoir des dirigeants et des actionnaires.

    Il n’en reste pas moins que la revendication du droit de vivre dignement et le droit d’en avoir les moyens financiers est une vraie dimension révolutionnaire qui rencontre un large écho. La chape de plomb de l’économisme qui étouffait le débat politique n’est plus aussi pesante : à la contrainte économique indépassable s’oppose la nécessité et l’urgence sociale.

    Nous ne parlons plus dans le même cadre de débat public. La « modération réaliste » d’hier n’est plus de mise : face à des gens qui affirment leur droit « d’être » face à un système économique qui les broie, il ne suffit plus d’avancer des mesures tellement transitoires qu’on ne voit pas vers quoi elles transitent. La revendication du SMIC est posée comme une nécessité vitale et c’est cela qui rend réaliste une augmentation de 10 ou 20 % inimaginable il y a quelques mois . Aujourd’hui il nous faut parler « radical » non pas dans la forme d’un « parler dru populaire » mais sur le fond : il est temps par exemple de proposer l’abolition du chômage comme objectif. Les propositions de principe ( de congrès ?), « irréalistes et peu crédibles », sur la sécurité professionnelle restaient dans des petits cercles et ne bénéficiaient pas d’une grande publicité ; elles peuvent s’imposer dans le débat public . Le mouvement des gilets jaunes a ouvert un champ du possible, nous devons contribuer à ce que ce champ reste ouvert. Depuis des années nous invoquons dans nos textes l’urgence sociale et la voilà sur le devant de la scène. Comment agir pour que d’autres priorités ne nous soient imposées ? D’où la nécessité d’exister comme gauche pour le commun, autogestionnaire... avec un projet d’avenir pour tous et toutes et pas seulement pour les premiers de cordée.

    Ce mouvement des gilets jaunes, dans sa diversité, porte aussi une critique radicale du système de représentation politique que nous connaissons aujourd’hui, il aspire à une démocratie plus complète.L’an dernier les diverses variantes du « dégagisme » semblaient apporter une réponse aux aspirations de ce type en faisant table rase des partis traditionnels. Tout le monde s’est félicité de l’ échec du dégagisme macronien, il n’a pas réussi à solidifier un bloc bourgeois autour d’une verticalité étatique : en singeant le totalitarisme soft du management dans les entreprises il a oublié qu’une société est plus hétérogène et que le rôle de l’État est de prendre en compte les contradictions et de les gérer. Il a surtout sous estimé la peur de la précarisation dans des fractions de classes, peur qui les empêchent d’accepter l’abandon complet des laissés pour compte : c’est ce qui se manifeste aujourd’hui dans la solidarité. Une année de gestion managériale a ouvert les yeux, par exemple de nombre d’électeurs de Macron, sur les limites d’un discours participatif : plus, cette année a mis en évidence l’autonomisation de la scène politique vis à vis des électeurs, et le lien entre recul démocratique et régression sociale. Mais cette crise de la représentation n’affecte pas seulement Macron, elle frappe durement notre camp, d’autant plus durement que la gauche c’est du collectif, la force du nombre . Le camp des dominés ne dispose pas des positions fortes dans la société que sont les appareils d’Etat et les appareils d’hégémonie en particulier les grands médias qui fabriquent l’idéologie dominante et la démocratie d’opinion : ceci ne se limite pas à la propagande, à être le relais des discours gouvernementaux, mais plus largement à induire des attitudes, des comportements, des modes de consommation par exemple qui fondent une vision du monde et de la société. Nous avons eu samedi 15 une démonstration de l’efficacité conjointe des forces du maintien de l’ordre et des télés d’État.

    Les représentants de la gauche, et même la FI qui a suivi le mouvement, ne peuvent espérer offrir un débouché politique classique aux gilets jaunes : ce n’est pas un programme « repris par les gilets jaunes » qui peut être une réponse. La capitalisation électorale est bien improbable et la prochaine échéance risque fort de se réduireau choix entre libéraux et l’illibéralisme avec les solutions autoritaires2.

    Le quinquennat ne peut continuer comme avant. Même si le mouvement connaît une pause ou un repli, il a ouvert une brèche dans le « il n’y a pas d’alternative » : il a mis fin dans l’immédiat à une période de démoralisation et d’impuissance. La plus grande défaite de Macron n’est pas d’avoir reculé, accordé des « 100€ » au SMIC ou la fin de la CSG pour une partie des retraités. Sa plus grande défaite est d’avoir du concéder les débats dans l’ensemble du territoire « autour de cinq thèmes qui sont au cœur de la vie quotidienne des Français » :

    « – Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se déplacer, se chauffer, isoler leur logement ?
    – Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ?
    – Comment faire évoluer l’organisation de l’État et des autres collectivités publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces ?
    – Que signifie être citoyen aujourd’hui ? Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?
    – Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l’immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ? »Les deux derniers sont depuis fusionnés en un seul thème où se mêlent pratique de la démocratie, citoyenneté, liens de solidarité entre les français avec leurs attentes sur la « question migratoire » devant les réactions au sein même de la majorité.

    Bien sur c’est une manière de recomposer un nouveau rapport avec les corps intermédiaires, de neutraliser les contenus les plus subversifs des revendications populaires. Mais si la gauche est absente, si elle n’essaye pas de porter l’égalité et la démocratie, elle laisse le champ libre à Macron, elle laisse se reconstituer sans rien faire un bloc bourgeois qui peut prolonger la crise démocratique faute de réponses en termes de révolution démocratique.

    La question d’un rassemblement de notre gauche se pose aujourd’hui avec une insistance particulière : chacun de son côté ne peut espérer être en état de répondre aux interrogations que nous pose le mouvement des gilets jaunes, cultiver les identités de boutiques est incompréhensible dans un débat public national qui nécessité une voix commune pour être audible et sortir de l’image de récupération partisane. C’est donc ensemble qu’il faut intervenir dans les débats partout pour apporter ce que nous avons à dire sur ces différents thèmes et même sans doute pour cadrer autrement les questions posées.

    … Et nous aussi , nous avons des choses à dire sur la démocratie, sur la propriété, sur l’égalité, sur les droits sociaux politiques et culturels. Ne nous taisons pas.

    Etienne Adam

    1A ce titre il n’est pas radicalement contradictoire avec les solutions du RN qui pratique aussi – comme les régimes fascistes et nazis on su le faire- un certain partage des richesses sur le dos des capitalistes « apatrides » et des migrants ( il est d’ailleurs significatif de cette confusion idéologique de voir des militants de gauche partager des argumentaires d’extrême droite parce qu’ils paraissent anti-Macron ou anti-riches)

    2La crise de la représentativité n’affecte pas de la même manière le RN pour lequel aux élections il ne s’agit pas d’élire des représentants mais de légitimer une cheffe à qui les votants donnent les pleins pouvoirs pour agir à leur place

    #Gilets_jaunes #Démocratie


  • Budget 2019 : coup de rabot de 3 milliards d’euros sur les baisses de cotisations (article du 15/12/18)
    https://www.latribune.fr/economie/france/budget-2019-coup-de-rabot-de-3-milliards-d-euros-sur-les-baisses-de-cotisa

    L’exécutif veut raboter de trois milliards d’euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien.

    Le gouvernement veut raboter de trois milliards d’euros les baisses de cotisations sociales des entreprises prévues pour 2019 afin de limiter le dérapage du déficit public tout en mettant en oeuvre les mesures sociales annoncées par Emmanuel Macron, rapporte samedi Le Parisien. « Selon les derniers arbitrages rendus hier (vendredi), les 20 milliards d’euros de baisses de charges devraient être rabotés de trois milliards », selon le quotidien.

    Contacté par l’AFP, le ministère de l’Economie et des Finances n’a pas confirmé que cet arbitrage avait été rendu. L’an prochain, le versement du Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) au titre de 2018, également d’un montant de 20 milliards d’euros, viendra s’ajouter aux baisses de cotisations sociales, ce qui devait porter à 40 milliards d’euros l’effort budgétaire de l’Etat pour les entreprises.

    « Notre objectif de diminuer l’impôt sur les sociétés ne change pas »
    Pour financer la prime de 100 euros pour les salariés au niveau du Smic, le renoncement à la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2.000 euros de revenus et la défiscalisation des heures supplémentaires, le gouvernement étudie par ailleurs la possibilité de reporter la baisse prévue de l’impôt sur les sociétés pour les grandes entreprises, dont le taux normal doit passer de 33,3% à 31% au 1er janvier.

    « Notre objectif de diminuer l’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25% d’ici 2022 ne change pas », a toutefois assuré dans le Figaro de samedi le ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Les organisations patronales estiment que les allègements de cotisations sociales et d’impôts sont nécessaires à la compétitivité des entreprises françaises. Le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a ainsi déploré le 7 décembre que la France soit le pays de l’OCDE où le poids des prélèvements fiscaux était le plus important en 2017, avec 46,2% du PIB.

    #raboter_la_baisse ->on diminuerait donc un peu – et temporairement…– le transfert fiscal vers les entreprise…


  • Chroniques françaises , par Toni Negri
    14 Décembre 2018

    Nous proposons ici la traduction d’une contribution rédigée par Antonio Negri au lendemain du discours d’Emmanuel Macron du 10 décembre dernier. Il s’agit d’un texte d’analyse (...) qui avance (...) des pistes de lecture intéressantes, notamment pour ce qui est des clivages classe/peuple, de l’impossibilité de médiation et de l’épuisement de la gouvernance, mais aussi de la question de la socialisation du salaire et de l’enjeu de la prolifération des foyers des luttes.

    http://www.platenqmil.com/blog/2018/12/14/chroniques-francaises

    #giletsjaunes #fédéralisme #municipalisme #macron #salaire #salaire_social #classe #peuple #multitude #médiation #représentativité #néolibéralisme #Macron #giletsjaunes #gilets_jaunes #Negri

    • Commentaire d’une camarade #intermittente : « Si Toni Negri lisait la page de la #CIP IDF, il aurait su le soir même qu’il n’y a pas d’augmentation du #SMIC et que la “prime d’activité”, comme son nom l’indique, est idéologiquement très marquée (les pauvres sont des fainéants, etc). »

    • « Pas de coup de pouce, mais un revenu en hausse » dans L’iMmonde est incomplet mais pas que
      https://seenthis.net/messages/743277
      Si d’autres ont vu mieux...

      Negri, il plane grave sur le SMIC (entre autre chose), comme tous ceux qui oublient que le SMIC mensuel n’est plus le salaire minimum effectif, qu’il a été remplacé pour des millions d’actives et actifs par un SMIC horaire un temps de travail annualisé.
      En revanche lorsqu’il intègre la #prime_d'activité -aussi marquée soit-elle par le travaillisme- au #salaire social, il vise juste et à un endroit tout à fait négligé par l’analyse sociale (un aveuglement pallié par la nostalgie du CNR). Il y a pas de lecture possible de l’évolution des #droits_sociaux (au dela de l’emploi) sans partir du fait que cette prime finance en même temps (si si) des emplois et employeurs et la reproduction de la forme de travail, que c’est un rapport politique, pas juste une diversion conjoncturelle ou une anomalie à résorber. Comment fonctionne cette #individualisation du salaire social ? Quel mixte d’intégration (au modèle d’emploi, précaire et mal payé et/ou à la figure du cas’sos ; le rouage ou le déchet, telle est l’alternative offerte), de coercition (aiguillon de la faim, inséreurs, proprio, #dette) et de #punition (désocialisation, culpabilité, contrôle) présente-t-elle ?
      Je ne sais pas si ça se lit sur le site de la cip, mais on y trouve de nombreux papiers sur la nécessité de ne pas en rester à la #cotisation_sociale gagée sur la durée d’emploi et les salaires pour financer un #droit_au_chômage). On peut tout savoir du #salaire_social si on s’en tient à l’imaginaire des idéologues de la gauche formol (tel Friot qui exclue du salaire social le RSA, le minimum vieillesse, les bourses et tout droit financé par l’#impôt...), on peut continuer de se poser des questions comme certains secteurs syndicaux tout en ayant de moins en moins de prise au conflit capital travail, et puis on peut aller chercher des réponses chez les #Gilets_jaunes, dans la #grève_sociale expérimentale en cours... Les réponses de l’État sont à tout le moins un élément à prendre en compte dans un programme d’#enquête. Tout comme la réforme un instant reporté du droit aux chômage où les #chômeurs en activité à temps réduit seront en première ligne : diminuer les #allocations_chômage versée de 1,3 milliard est leur projet.


  • « Gilets jaunes » : paroles d’un peuple divers
    15 DÉCEMBRE 2018 PAR YANN LÉVY / HANS LUCAS (PHOTOS) ET MATHILDE MATHIEU (TEXTE)

    Des « gilets jaunes » ont de nouveau manifesté par dizaines de milliers, ce samedi 15 décembre. « Le mouvement ne doit pas s’arrêter ! » Il y a ceux qui promettent de revenir pour le réveillon, ceux qui se tâtent, qui veulent renouveler les modes d’action. Et puis toujours « la haine » contre Macron. Rencontres au gré des places de Paris.

    _______________________________________________-

    Jordan, 25 ans, agent dans un parc automobile de l’Ain. « Regardez mon solde bancaire : il me reste 70 centimes pour aller jusqu’au 5 janvier et j’ai pas droit au découvert. J’attends un enfant… Ma première revendication, c’est le RIC, le référendum d’initiative citoyenne : que le peuple retrouve le pouvoir de décider au lieu d’une minorité déjà bien aisée. Il faut aussi penser aux SDF, aux handicapés… J’aimerais pouvoir aider davantage mon père malade du cœur et des poumons, invalide, qui touche seulement 800 euros d’allocation. Ce qu’on veut, c’est quelque chose de décent, qu’on arrête surtout de parler de nous “aider”. Pourquoi je me mets à genoux comme les lycéens de Mantes-la-Jolie ? Parce qu’il y a d’autres moyens de canaliser les jeunes sans humilier. Ça me fait penser à des exécutions. »

    Pauline, 46 ans, infirmière de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), syndiquée chez Sud. « Avec certains gilets jaunes, on n’a pas les mêmes références culturelles. Ils chantent la Marseillaise, j’ai plutôt envie de reprendre L’Internationale. En 2017, j’ai voté Poutou [le candidat du NPA à la présidentielle – ndlr]. Mais ici tout le monde discute, y a plein de gens qui venaient jamais aux manifs. C’est plus intéressant que Nuit debout, par exemple : beaucoup plus social, avec des gens davantage de la base. Ma revendication première ? Le Smic à 2 000 euros, des vies décentes pour tous. Moi, je gagne enfin cette somme après 20 ans de carrière, et je suis seule, à Paris, à élever ma gamine. Heureusement que j’ai un logement social… Il faut se battre aussi pour les services publics : on va encore supprimer des centaines de postes par an à l’AP-HP. Même s’il y a un risque de flottement avec Noël, le mouvement doit pas s’arrêter là. »

    Lina, étudiante franco-syrienne de 21 ans en « langues étrangères appliquées » à la fac de Saint-Denis. « S’il y a un essoufflement, c’est les forces de l’ordre qui l’ont provoqué ! Je suis allée à l’Élysée deux fois : y a jamais eu d’agressivité de notre part, mais ils provoquent avec leurs boucliers, ils prennent nos masques contre les lacrymos. Le blocage à la fac, à la base, ça ne m’arrange pas, mais il faut absolument dénoncer l’augmentation des frais d’inscription réservée aux étudiants étrangers. Alors, on a déjà bloqué quelques heures et on veut bloquer à nouveau après les partiels. Et puis, moi aussi je trouve qu’on paye trop de taxes. [Après une enfance en France,] j’ai vécu dix ans en Syrie, avant de revenir fin 2012. Ma famille commerçante paye beaucoup d’impôts… Il faut continuer le mouvement ! Nous devons être là pour les gilets jaunes, et eux pour nous. »

    Damien, 25 ans, maçon dans l’Yonne. « C’est le quatrième samedi que je viens à Paris. J’étais jamais venu avant, j’avais jamais manifesté de ma vie. Je suis un campagnard. Je ne vois pas plus loin que la campagne. D’ailleurs, je fais aussi de l’ensilage, pour aider. En 2017, j’ai voté Marine. Au deuxième tour en 2012 ? Pour celui qui a gagné, là, Hollande. À la base, pour les gilets jaunes, je me suis mobilisé pour les heures supplémentaires : travailler plus pour gagner plus. C’est sorti lundi dans le discours de Macron : le seul truc de bien. Mais on continue pour le pouvoir d’achat ! »

    Didier, 60 ans, fraîchement retraité de chez Safran et venu des Yvelines avec sa compagne Valérie, caissière. « En ce moment, je regarde pour m’expatrier en Espagne. On est trop ponctionnés en France. Pourtant, je ne fais pas partie des plus à plaindre : après 40 ans de maison, j’ai touché une prime de départ et je vais gagner plus de 2 000 euros de retraite. Mais avec les annonces de Macron, je paierai toujours la CSG, alors qu’en Espagne, y en a pas ! Ça fait déjà 150 euros net dans la poche. Et le coût de la vie est 30 % moins cher là-bas : la première fois que tu fais tes courses, tu te dis qu’ils ont oublié quelque chose. On irait au bord de la mer, vers Alicante… En 2017, j’ai voté Fillon [tandis que sa compagne optait pour Asselineau], parce que le seul qui n’a pas fait grimper mes impôts, c’est Sarko. Après 40 ans d’engagement chez Safran [grand groupe de défense – ndlr], au service de la France, c’est pas évident de m’expatrier. Mais je m’y retrouve plus aujourd’hui. »

    Mariam, 20 ans, étudiante en sociologie à Paris et membre du collectif Justice pour Adama (créé après la mort d’Adama Traoré dans une gendarmerie du Val-d’Oise). « On se rallie à la cause des Gilets jaunes, pour combattre l’injustice sociale et contre toutes les violences policières. On ne pourra changer les choses que s’il y a une convergence des luttes. »
    Meïween, 22 ans, en master de droit. « On a tous des opinions politiques différentes. L’essentiel, c’est de se rassembler. La suite ? Il faut soutenir la mobilisation contre Parcoursup (qui est encore un outil de discrimination), celle des lycéens aussi, après que ceux de Mantes-la-Jolie se sont fait mettre à terre et humilier. Mardi, on était à Ivry : des mineurs du lycée Romain-Rolland ont été interpellés [après la découverte d’un tag “Macron démission” notamment dans l’établissement] et ils dénoncent des violences en garde à vue. La proviseure est allée jusqu’à déposer plainte pour “dégradation” ! Non, on ne lâchera pas. J’ai vu qu’un prochain “acte” était prévu sur les Champs-Elysées pour le réveillon, j’irai sûrement. »

    Jean*, 34 ans, venu de Normandie. « J’ai un statut de militaire donc je suis interdit de manifester, je peux pas vous donner mon nom. Appelez-moi Jean, comme Jean Valjean [le personnage des Misérables de Victor Hugo]. Les annonces de Macron, c’était de la poudre de perlimpinpin. Augmenter le Smic via la prime d’activité je veux bien, mais ma femme, par exemple, n’y a pas le droit parce que je gagne trop. Donc faut mettre l’“acte VI” sur Facebook, continuer à gêner les commerces – sans casser, hein, on n’est pas des casseurs. La seule chose que je cautionne pour casser, c’est les banques, parce qu’elles volent aux pauvres. Moi qui suis à découvert tous les mois, mes agios se montent à 300 ou 400 euros par an ! Bref, faut continuer. J’ai jamais participé à des mouvements sociaux avant, mais je sais parfaitement que Mai-68 a commencé en mars. »

    Vincent, Kanak, 53 ans et résident de Seine-et-Marne. « Ce mouvement, ça ne m’évoque pas Mai-68, ça me rappelle plutôt 1985 en Nouvelle-Calédonie, trois ans avant la prise d’otages à la grotte d’Ouvéa [par des indépendantistes]. Quand j’ai vu le ministre Castaner sortir les blindés la semaine dernière, ça m’a fait penser à Pisani en 1985 : trois ans plus tard, ça s’est fini avec des morts. »

    Soumia, 35 ans, éducatrice spécialisée à Paris. « Ce qui me conduit là, c’est le ras-le-bol de toute la pression qu’on reçoit en tant que salariés, comme professionnels du social y compris. Notre métier, c’est d’aider les gens fragilisés mais quand on commence la carrière à 1 320 euros, on se retrouve à être nous-mêmes des personnes fragilisées. Dans le secteur, le manque de moyens est criant. À Paris, je pense à la suppression en cours des contrats “jeunes majeurs” [pour les jeunes pris en charge jusque-là par l’Aide sociale à l’enfance]. On va les laisser sans rien à 18 ans. Bref, je suis là pour la défense des services publics et pour qu’on vive sans peur des fins de mois. »

    Jonas, 40 ans, ancien de la Légion étrangère. « Le meilleur slogan que j’ai vu aujourd’hui c’est : “Vivre debout !” Ça pourrait remplacer la devise française. Si le mouvement s’essouffle ? Certainement pas ! Mais il y a eu beaucoup plus de filtrages, des interpellations préventives, des gens condamnés à de la prison pour la détention de lunettes de piscine. Il s’est surtout transformé : au départ, c’était contre les taxes, c’est devenu un combat pour la dignité, ce n’est même plus une question de classe. On se bat pour la cohésion sociale et la survie du pays. Vous avez vu ? Des généraux et un amiral ont commencé à se manifester contre le “Pacte de Marrakech” [le Pacte mondial des migrations de l’ONU], dans une lettre ouverte au président [en allant jusqu’à dénoncer une “trahison”]. C’est une convention qui a pour objectif de modifier considérablement la société. Je suis pour des référendums citoyens comme en Suisse, parce que la République aujourd’hui nous est confisquée. Par des gens qui criminalisent tout débat sur ces sujets [les migrants], en nous traitant de fachos. Ce que j’ai voté en 2017 ? Je n’ai pas voté en 2017, je refuse de participer à cette mascarade. »

    Alexandre, ancien professeur et Insoumis parisien, 66 ans. « On a reçu un mail des Insoumis : “Venez nombreux !” Mais je n’ai pas encore vu grand monde… Au début, ce mouvement spontané des gilets jaunes, je ne le sentais pas trop, j’hésitais, je le pensais un peu poujadiste, pour dire vite. En fait, il y a toute une série de revendications qui collent bien avec les Insoumis, sur la justice sociale et un système plus démocratique de consultation directe. Pour la suite, je ne sais pas trop comment faire : ça tourne un peu en boucle, les manifs comme ça du samedi. On est un peu coincés par les mouvements violents… Faut trouver des idées. »

    Sarah, 30 ans, en formation d’éducatrice spécialisée à Reims. « Je suis là pour l’urgence sociale et climatique, comme la semaine dernière déjà. Je suis revenue dès hier pour une action contre la Société générale montée par Les amis de la Terre et Action non-violente COP21, contre le financement des énergies fossiles. L’articulation entre ça et les gilets jaunes ? C’est le même fond : la surexploitation des ressources humaines et terriennes. En soi, taxer le carbone est une bonne idée, à condition que des alternatives soient offertes, sinon c’est une prise d’otages. La suite ? Il faut encore trouver d’autres modes d’action, manifestement, sinon on va avoir du mal à passer les vacances. »

    Jannick, 63 ans, ancienne femme de ménage, descendue du Nord avec son compagnon retraité de la SNCF. « Nous on ne souffre pas, mais on est solidaires. Cela dit, je dois toucher 100 euros de retraite depuis décembre dernier [elle a très peu travaillé, ndlr] et j’attends toujours… Et puis, on est en accession à la propriété, avec 14 ans encore à payer. J’aurai fini à 76 ans ! Surtout, j’ai un petit-fils qui vient d’avoir le bac et qui trouve pas de job parce qu’il n’a “pas de formation”… Il suffit donc pas de traverser la rue, comme dit Macron ! En 2017, moi, j’ai voté Le Pen, parce qu’on n’a pas encore essayé, mais on ne parle jamais de politique avec les gilets jaunes : on est tous dans le même bain, et y en a qu’un qu’est visé : Macron. C’est la haine, on le déteste. On en est à notre quatrième manifestation. Avant, la seule fois où j’étais venue à Paris, c’était pour Charlie Hebdo. Mais on n’en a pas fini avec lui : je veux qu’il remette l’ISF, et le référendum citoyen pour avoir la démocratie dans ce pays. Je me demande encore comment il est arrivé là. Enfin, je sais : propulsé par ses amis financiers. »

    https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/gilets-jaunes-paroles-d-un-peuple-divers

    #giletsjaunes #gilets_jaunes #témoignages


  • La hausse mécanique du SMIC finalement revue à la baisse
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/12/14/20002-20181214ARTFIG00142-la-hausse-mecanique-du-smic-finalement-revue-a-la

    La revalorisation automatique du Smic au 1er janvier ne sera en effet que de 1,54%, et non de 1,8% comme évoqué par le gouvernement ces dernières semaines. La raison : le net du ralentissement de l’inflation en novembre, selon le calcul de l’AFP jeudi. Le gouvernement annoncera officiellement la hausse du Smic le 19 décembre, mais le président du groupe d’experts sur le Smic, Gilbert Cette, a d’ores et déjà confirmé le chiffre .

    Si l’exécutif s’en tient à la revalorisation automatique, sans coup de pouce comme il l’a répété à plusieurs reprises, cela signifie que le Smic horaire passera de 9,88 à 10,03 euros brut et le Smic mensuel de 1.498,47 à 1.521,56 euros brut à temps plein. Avec une hausse de 1,8%, le Smic mensuel aurait été de 1525,44 euros, soit 4 euros plus élevé.

    • C’était donc une mécanique mal huilée ? Ooooooooooohhhhhhhh <- simulation de la déception des journalistes du monde, du figaro, de qui vous voulez d’autre capable de ce genre de titre dont les mots sont perchés sur une ligne à haute tension dont on ignore si elle réside dans notre propre dimension.


  • Ce matin, ouvrant la page du Monde pour me livrer à ma petite gymnastique dyslexique matinale, je me dis, rasséréné, que tout doit baigner dans l’huile désormais dans le Monde et dans notre petit pays parce que le fait mis en avant c’est que l’équipe de France féminine de handball est arrivée en finale de la coupe du monde.

    Elles n’ont pas gagné (pas encore, peut-être le feront elles) la finale, le hand-ball ce n’est pas le rugby (sport populaire), encore moins du ballon rond et c’est une équipe féminine, autant de raisons qui devraient reléguer cette nouvelle dans les arrières-coulisses de l’information, mais non, c’est cette nouvelle qui est mise en avant.

    J’en déduis que nous ne serons plus jamais embêtés par le terrorisme, que les gilets jaunes peuvent aller se rhabiller et qu’en augmentant (un (tout petit) peu) le SMIC (ce qui va demander des efforts budgétaires dont je ne vous parle même pas et c’est vous dire si la manœuvre est audacieuse et disruptive) on a réglé absolument tous les problèmes sociaux de ce pays. Et sinon en Syrie, au Yémen plus de problème non plus et les Balkans ne sont probablement que scènes de liesse en ce moment à l’approche de Noël.

    Je retourne me coucher, je retourne lire, je fais la grève de_la_dyslexie_créative, je porte mon pyjama jaune.