• Maîtresse en maternelle, sans moi le 11 mai ! (Fanny Le Nevez, Le Club de Mediapart)
    https://blogs.mediapart.fr/fanny-le-nevez/blog/280420/maitresse-en-maternelle-sans-moi-le-11-mai

    Un témoignage, parmi tant d’autres, pour dire l’inquiétude du monde enseignant face à la réouverture des écoles le 11 mai. Ceux qui espèrent gestes barrière et distanciation sociale ne savent rien de notre réalité. Ni héroïne, ni traîtresse, je connais mon métier et mes très jeunes élèves de 4 ans. Je voudrais qu’au milieu des enjeux sanitaires et économiques, on ne les oublie pas.

    #école #confinement #continuité_pédagogique #confinement #inégalités #tri_social

    Retour à l’école sur la base du volontariat : le risque d’instaurer un “tri social” (Télérama.fr)
    https://www.telerama.fr/enfants/retour-a-lecole-sur-la-base-du-volontariat-le-risque-dinstaurer-un-tri-soci

    Hier, mardi 28 avril, le Premier ministre présentait son plan de bataille pour la reprise de l’école. Rentrée progressive en fonction de l’âge, port de masques au collège, retour en classe “sur la base du volontariat”… Un projet qui a peu de chance de combler les enseignants.

  • Apps.education.fr
    http://apps.education.fr

    Pour vous accompagner au quotidien et répondre aux besoins du travail à distance pendant le confinement, nous mettons à votre disposition la version Beta d’apps.education.fr. Cette version expérimentale est issue d’un projet qui a vocation à être pérennisé à l’échelon national. Vous y trouverez les outils essentiels et communs à tous les métiers de l’Éducation nationale.

    #outil #continuité_pédagogique

  • La continuité pédagogique, vraiment ? — pierremerckle.fr
    http://pierremerckle.fr/2020/03/la-continuite-pedagogique-vraiment

    (déja référencé dans la méga-liste de https://seenthis.net/messages/831759 mais tant qu’il n’y aura pas moyen d’épingler un commentaire ping @seenthis... la seule soluce pour retrouver un élément précis dans des listes de plusieurs 10aines ou 100aines de références organisées en commentaires d’un message unique c’est d’en faire un nouveau message...)

    #continuité_pédagogique

  • Societal exit from lockdown/ Déconfinement sociétal /Maatschappelijke exit-strategie

    Apport d’expertises académiques / Inbreng van academische expertise / Contribution of academic expertise

    Preprint Version 1.1April 17, 2020

    https://07323a85-0336-4ddc-87e4-29e3b506f20c.filesusr.com/ugd/860626_731e3350ec1b4fcca4e9a3faedeca133.pdf

    cf. Coronavirus - Une centaine de chercheurs émettent dix recommandations pour le déconfinement
    https://www.lalibre.be/dernieres-depeches/belga/coronavirus-une-centaine-de-chercheurs-emettent-dix-recommandations-pour-le-

    #covid-19 #lockdown #belgique

  • Lecturers condemn #Durham University’s plan to shift degrees online

    The university plans to radically redesign its curriculum to cut in-person teaching by 25%.

    The University and College Union (UCU) has condemned plans by Durham University to provide online-only degrees and significantly reduce face-to-face lecturing in response to the coronavirus pandemic.

    The union’s general secretary Jo Grady called on the university to halt proposals to cut “live” teaching by 25% as part of a radical shift towards providing online learning, which she described as “destructive” and “an attack on staff”.

    The radical redesign of the university’s curriculum, revealed by student newspaper Palatinate, would “invert Durham’s traditional educational model”, based on residential study, with one that places “online resources at the core enabling us to provide education at a distance”.

    The proposals, drawn up by deputy vice-chancellor Antony Long and vice-provost for education Alan Houston, warned that Durham has been slow to develop online education compared to its competitors, which posed “a very significant financial and reputational risk” to the university.

    Under the plans, seen by the Guardian, some students would only study online, some would be taught on campus, and others would do both. The proposals, drawn up without consulting staff or students, would reduce the number of modules taught in person by a quarter in the next academic year, with the goal of providing at least 500 of them completely online by the summer of 2021.

    An anthropology and archaeology student said she feared the plans would devalue her degree. She added: “This is clearly to increase the number of students on the books paying full fees, whilst maintaining existing staff levels. I feel like [a] cash cow and fear more strike action while I’m out of pocket and have very little to show for it in terms of education.”

    The document, due to be considered by the university’s senate later this month, also proposes contracting a private education firm, Cambridge Education Group Digital, to develop a business case to implement the plans.

    The UCU said that universities “should not see the global pandemic as an opportunity to try and drastically alter their different business models”, and urged Durham to consult properly with staff and students over any changes.

    Grady added: “This looks like an attack on the livelihoods and the professional expertise of hard-working staff – all to line the pockets of private providers who don’t have the same track record of providing high standards of education.

    “Durham needs to halt these plans. The fact there has been no consultation with staff or students is unacceptable and we will continue to defend the quality of education staff provide and our members’ jobs.

    “Changes to our higher education system should be led by staff from the ground up, whether they are necessitated by Covid-19 or not. We will do everything we can to challenge this and any other similarly destructive proposals.”

    The Durham plans revealed that a third of its undergraduate and half of postgraduate modules currently lack any online learning, noting: “In the short-term, we risk being unable to provide even a basic ‘minimum viable product’ online for our [academic year] 2020/21 intake.”

    The university aims to provide its key postgraduate and first-year undergraduate degrees online by October 2020, with a focus on delivering those with the most “international market potential”.

    Durham UCU branch held a virtual emergency general meeting this week where members “voted to firmly oppose rushed long-term changes taken without proper consultation”.

    More than 300 Durham academics have also signed a letter to vice-chancellor Stuart Corbridge, describing the proposals as “highly concerning … cynical and reckless”.

    Prof Antony Long, the university’s deputy vice-chancellor, said: “None of us yet know what the 2020-21 academic year will look like, but we must plan now so that when we do, we have options properly developed and ready to implement.

    “Anticipating that some and perhaps a significant number of students will not be able to travel to and live in Durham [then], we are preparing an online, distance learning programme that is both inclusive and high-quality.”

    https://www.theguardian.com/education/2020/apr/17/lecturers-condemn-durham-universitys-plan-to-shift-degrees-online

    Préparation de #le_monde_d'après
    #coronavirus #continuité_pédagogique #confinement #travail #réduction_des_postes #UK #Angleterre #effectifs #coupes_budgétaires #coupes_dans_le_personnel #personnel #universités #facs

    –—

    Ajouté à la métaliste « #le_monde_d'après dans le domaine de l’#éducation et l’#apprentissage dans les différents pays européens » :
    https://seenthis.net/messages/839830

    • Coronavirus UK: Universities face £2.5bn tuition fee loss next year

      Capping student numbers will not avert financial catastrophe, report warns.

      Capping the number of students who can attend each British university will not stave off the financial catastrophe that institutions face following the coronavirus outbreak, a report from the University and College Union (UCU) warns.

      The report forecasts the sector could lose around £2.5bn next year in tuition fees alone, along with the loss of 30,000 university jobs, based on gloomy predictions of international and domestic students staying away if Covid-19 continues unchecked.

      The government is negotiating with the university sector to limit the number of students each institution can admit in September, in the hope that it will help some avoid cutthroat competition and possible bankruptcy if their student intake slumps.

      But the report, commissioned by UCU from London Economics, says a cap could be ineffective if more students are prepared to sit out next year. The consultancy’s forecasts show even the likes of Oxford and Cambridge seeing falling numbers of undergraduates entering from the UK and abroad.

      “Our world-renowned universities are doing crucial work now as we hunt for a [Covid-19] vaccine and will be vital engines for our recovery both nationally and in towns and cities across the UK. It is vital that the government underwrites funding lost from the fall in student numbers. These are unprecedented times and without urgent guarantees, our universities will be greatly damaged at just the time they are needed most,” said Jo Grady, the UCU’s general secretary.

      Rebecca Long-Bailey, the shadow education secretary, backed the call for greater government support. “UK universities must be valued as part of the frontline response to the coronavirus pandemic, supplying students to the NHS and conducting world-class research into the virus,” she said.

      The report suggests that universities could lose £1.5bn in international student fees, more than £600m from UK-based students, and £350m from students from the EU, based on surveys of students’ intentions, including one conducted for Ucas, the admissions service.

      Gavan Conlon, a partner at London Economics, said the pandemic will result in a “very substantial loss” in enrolments and income, requiring significant government support.

      “The proposed student numbers cap will not be enough to avoid an overly competitive market for the remaining pool of applicants, with the impact of this actually being worse for some institutions than the effect of the pandemic itself,” Conlon said.

      But Nick Hillman, the director of the Higher Education Policy Institute, said he thought the report’s forecasts for students numbers – particularly a 16% drop within the UK – were overly pessimistic.

      “I do not want to underestimate the severe impact of Covid-19 on higher education. But, given the diversity of our higher education sector, we must ask if it is right for modelling to assume every single institution will face a recruitment crisis across the board,” Hillman said.

      London Economics’ forecasts did not include the £790m lost in accommodation, catering and conference income identified by the Universities UK group of vice-chancellors in its recent submission to UK governments calling for at least £2bn in bailout funding.

      “The union is absolutely right to warn of the knock-on impacts this would have for jobs, regional economics, local communities and students,” said Alistair Jarvis, the chief executive of UUK.

      “Government must take urgent action to provide the support which can ensure universities are able to weather these very serious challenges, and to protect students, maintain research, and retain our capacity to drive the recovery of the economy and communities.”

      https://www.theguardian.com/education/2020/apr/23/coronavirus-uk-universities-face-25bn-tuition-fee-loss-next-year

  • #Etudiants_confinés : « Certains confient ne pas avoir mangé depuis deux ou trois jours »

    Depuis le début du confinement, un collectif bordelais a distribué plus de 700 colis à des étudiants précaires coincés sur le campus et affamés par la fermeture des restos U.

    Quand on est un grand gaillard de 1,87 mètre enfermé depuis trois semaines dans un logement du #Crous de 9m2, la notion de #confinement prend une tout autre dimension. Pour se brosser les dents, attraper un sachet de pâtes ou travailler à son bureau, Abdessamad, 25 ans, a seulement deux options : pivoter sur lui-même ou tendre le bras. L’étudiant en ingénierie des risques économiques et financiers à l’université de Bordeaux ne se plaint pas. Il a l’habitude. D’origine marocaine, il vit depuis deux ans sur le campus. Ce qui le stresse, surtout, c’est d’attraper le #Covid-19. Alors, tous les jours, il désinfecte à l’eau de Javel le sol, son bureau, les poignées… Mais plus encore que le virus, Abdessamad a peur de ne pas pouvoir manger à sa faim. « J’avais un petit job étudiant. J’ai dû tout arrêter. Là, je suis à découvert depuis une dizaine de jours. Je ne sais pas trop comment je vais faire », soupire-t-il. Il explique « ne pas chercher à manger équilibré », mais plutôt à se « remplir le bide pour pas cher ».
    « Solidarité »

    Comme lui, environ 3 500 étudiants sont restés confinés dans le campus de Bordeaux. Dans cette zone périurbaine désormais quasi déserte, on repère aisément leurs silhouettes. De temps à autre, au milieu du silence, ils passent une tête à travers les seules fenêtres restées ouvertes. La plupart sont des étrangers ou des ultramarins qui n’ont pas pu rentrer chez eux. Les plus fragiles s’enfoncent dans la précarité car ils ont perdu leur job d’appoint ou parce que leurs parents, eux-mêmes en difficulté, ne peuvent plus les soutenir. Il y a ceux aussi qui sont rupture familiale. Tous subissent de plein fouet la fermeture des restaurants universitaires, cafétérias et associations étudiantes.

    C’est le cas d’Imarou, un Nigérian de 22 ans d’allure fluette qui étudie l’électronique : « Jusque-là, je m’en sortais plutôt bien. Les repas sont copieux et pas chers dans les restos U. Mais depuis que tout a fermé, je suis sur le fil. Je me rationne pour tenir sur la durée. » Ce « régime forcé » lui a déjà valu de perdre deux kilos depuis la mi-mars.

    Marqués par « leur #détresse », une quinzaine de doctorants, d’étudiants et d’enseignants - un noyau dur de militants contre la réforme des retraites - ont monté un collectif citoyen baptisé « Solidarité : #continuité_alimentaire Bordeaux ». Depuis le 18 mars, ces bénévoles se relaient chaque jour pour préparer des « colis de survie » dans un local prêté par l’université. « Dès le début, on a diffusé un formulaire de contact sur les réseaux sociaux. On a aussi posé des affiches pour connaître leurs besoins. Certains étudiants nous ont carrément confié ne pas avoir mangé depuis deux ou trois jours », soupire Jean (1), doctorant en philosophie.
    A l’intérieur des sacs distribués gratuitement, des féculents, des conserves, des produits d’hygiène… De quoi tenir au moins une bonne semaine. « On respecte un protocole sanitaire ultrastrict », indique Natacha, étudiante en philo. En vingt jours, plus de 900 requêtes ont été recensées sur le campus et 700 paquets livrés. « Par contre, on ne peut pas mettre de produits frais, c’est trop compliqué à gérer », poursuit la jeune femme.

    « Folie »

    Le collectif, qui réclame le gel des #loyers pour ce public fragile, enregistre environ 40 à 50 demandes par jour. « C’est la folie ! Et la preuve qu’il faut agir sans tarder », alerte Jean. Il précise que « l’initiative a aussi séduit des collectifs lyonnais et parisiens désireux de mettre en place le même système ». A Bordeaux, pour tout financer, une #cagnotte en ligne a été lancée. Elle comptabilise à ce jour environ 45 000 euros de dons. « Le problème, c’est que les fonds sont bloqués le temps que la plateforme vérifie les justificatifs. On a dû avancer 20 000 euros de notre poche et on arrive à court de marchandises », se désolent les bénévoles, qui craignent de ne plus pouvoir assurer leurs livraisons quotidiennes.

    « Ce qu’on aurait aimé, c’est plus de réactivité. De la part du Crous notamment », raille l’une des membres du collectif. « Nous assurons la continuité de nos services, répond Anie Bellance, responsable du service social du Centre régional des œuvres universitaires et scolaires à Bordeaux. Il a fallu toutefois les renforcer durant cette période, ce qui ne se fait pas du jour au lendemain. La temporalité n’est pas la même entre un collectif et une administration… Nous avons dû attendre les directives de l’Etat. » Des distributions alimentaires ont désormais lieu deux fois par semaine, sur présentation de la carte étudiante, grâce au soutien de la Banque alimentaire, de la chambre d’agriculture, de la mairie et de l’université de Bordeaux. Des points de vente sont également prévus. Pour l’heure, 500 étudiants ont été identifiés et bénéficient de cette aide. « Ce chiffre devrait croître. La principale difficulté est de les capter et de les informer. Jusque-là, beaucoup étaient inconnus de nos services », souligne Anie Bellance.

    https://www.liberation.fr/amphtml/france/2020/04/07/etudiants-confines-certains-confient-ne-pas-avoir-mange-depuis-deux-ou-tr
    #confinement #faim #étudiants #France #précarité #précarité_étudiante #étudiants_étrangers #coronavirus

    –--------

    Appel du Collectif « Solidarité : Continuité Alimentaire Bordeaux »
    http://www.club-presse-bordeaux.fr/communiques/appel-collectif-solidarite-continuite-alimentaire-bordeaux

    –------

    En lien avec la maudite #continuité_pédagogique :
    https://seenthis.net/messages/831759

    –----

    Ajouté sur la métaliste coronavirus et faim :
    https://seenthis.net/messages/838565

    ping @_kg_ @karine4

    • « Etre confiné avec des #cafards, c’est terrible » : à #Villeneuve-d’Ascq, les étudiants à l’abandon

      Les étudiants les plus précaires du campus scientifique de l’#université_de_Lille sont logés dans des bâtiments insalubres. Sans ressources financières, ils sont dépendants de l’aide alimentaire fournie par des associations.

      Résidence universitaire Evariste-Galois, à Villeneuve-d’Ascq (Nord), troisième étage, bâtiment B. Vendredi 17 avril, l’heure du déjeuner s’annonce. Mohammed Hassan, 25 ans, étudiant en master de sciences de la santé, prépare son repas. Pas de quoi décourager le cafard en train de courir sur son plan de travail. Partager ses jours, ses nuits, son sommeil avec des blattes et des punaises de lit, c’est, depuis plus d’un mois, le quotidien de centaines d’étudiants logés dans des bâtiments insalubres du campus scientifique de l’université de Lille.

      Au sein de la métropole lilloise, ils sont 5 700 étudiants à passer la période de confinement dans un logement social étudiant. Ceux qui peuvent débourser 330 euros habitent les confortables studios de 18 m2 avec douche et coin cuisine dans l’une des élégantes résidences récemment sorties de terre ou tout juste rénovées. Ceux qui ont dû faire le choix d’un loyer plus modeste (162 euros) doivent supporter de vivre 24 heures sur 24 dans les chambres de 9 m2 des vieux bâtiments des résidences Bachelard, Camus et Galois.


      https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/21/a-villeneuve-d-ascq-les-etudiants-a-l-abandon_6037293_3224.html
      #Lille #insalubrité
      #logement

    • Le Covid tue, la #précarité_étudiante affame

      Étudiant-es et membres du personnel de l’université Paris 8 Saint-Denis, militant-es à Solidaires étudiantes ou à RUSF pour certain-es, nous avons réalisé avec l’antenne Paris 8 du Secours Populaire une distribution de 100 colis alimentaires ce vendredi 17 avril à destination des étudiant-es de notre université. Nous allons continuer : en moins de 5 jours, nous avons reçu plus de 700 mails d’étudiant-es, ayant tou-tes des difficultés pour s’acheter de quoi manger et des demandes continuent d’affluer chaque jour depuis.

      Le confinement est un miroir grossissant de la précarité. Nous sommes mobilisé-es depuis novembre pour dénoncer les conséquences de la précarité étudiante. Aujourd’hui, nous sommes tou-tes dans une situation où il est impossible de fermer les yeux sur la gravité de la situation, en général et spécifiquement pour les étudiant-es de notre université. En effet, nous avons un très grand nombre d’étudiant-es étranger-es, sans-papiers, salarié-es, parents.

      Ne nous y trompons pas, nous le faisons car cela est nécessaire et non pas car nous trouvons cela normal. Il faut maintenant que les universités, les CROUS et les différentes institutions qui ne l’ont pas fait se saisissent réellement de cette urgence. Comment est-il envisageable qu’en 2020 des étudiant-es se rationnent pendant des semaines ou ne puissent plus manger ? Comment est-il possible que des personnes, en ces temps de confinement, craignent plus que tout les expulsions pour causes d’impayés alors qu’ils et elles habitent dans des logements insalubres ?

      Qu’en est-il de la continuité pédagogique quand près d’un-e étudiant-e sur 20 n’a même pas de quoi manger ? Au détour de cette aide alimentaire, les étudiant-es nous glissent quelques mots sur leurs situations. Nombreux et nombreuses sont celles et ceux qui n’ont pas d’accès à un ordinateur, à une connexion internet, à un lieu calme pour travailler. Nombreux également sont les témoignages de détresse psychologique face à la situation exceptionnellement angoissante dans laquelle ils et elles se trouvent. Face à cela, nous l’affirmons, les rendus de devoirs et examens en ligne sont loin d’être une priorité voire même une possibilité pour elles et eux : comment travailler quand on a extrêmement faim ? La validation de cette année reste pourtant un enjeu vital pour les plus précaires, afin de garder leurs bourses et visas. Nous attendons des enseignant-es de notre université plus qu’un don ponctuel : il s’agit de prendre des mesures responsables et courageuses de validation, pour ne pas pénaliser encore plus celles et ceux qui vivent actuellement un enfer.

      De nombreuses autres initiatives de ce type fleurissent un peu partout à destination des étudiant-es (à Bordeaux, Paris, Lyon par exemple) et nous encourageons les personnes qui le peuvent à le mettre en place. Plus que jamais, la solidarité est nécessaire en cette période de confinement et le restera par la suite.

      Le Collectif Solidarité Etudiante Paris 8

      Communiqué reçu via la mailing-list Facs et labos en lutte, le 21.04.2020

    • « En résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes »

      Aujourd’hui, la Confinée Libérée donne à la parole à S., syndiquée à Solidaires Etudiant·es, assistante d’éducation (AED) dans un collège et étudiante en M2 de sciences politiques à l’Université Paris 8. Elle revient sur la précarité étudiante, en s’appuyant sur le récit et les analyses des mobilisations du mois de novembre suite à l’immolation d’un étudiant de Lyon II, jusqu’aux dernières initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire et du confinement, pour assurer la distribution de colis alimentaires aux étudiant·es.

      Je suis étudiante, mobilisée depuis longtemps et syndiquée depuis bientôt deux ans à Solidaires Etudiant·es. Je suis inscrite à l’Université Paris 8 depuis le début de mes études en sciences politiques, et c’est une fac que j’aime profondément. Les gens et les enseignements m’ont séduite, je n’ai pas voulu en changer pour la poursuite en master.

      Le militantisme politique puis syndical m’ont fait, bon gré mal gré, prendre conscience de l’importance dramatique de la précarité étudiante au fur et à mesure des mois. Il faut dire que Paris 8, comme le département dans lequel elle se situe, est une fac hors-norme. Ici, encore plus qu’ailleurs, nous avons des étudiant·es étrangèr·es, sans-papiers, salarié·es, parents, en reprise d’études et pour beaucoup précaires.

      Au mois de septembre je commence mon M2, la fin théorique de mes études tout en me questionnant sur l’éventualité de faire une thèse. Nous avons plein de projets pour le syndicat en local et en national. Je reprends le travail au collège du 18ème où je suis surveillante et je prévois d’aller voir ma meilleure amie qui fait un échange universitaire au Québec.

      Et là, le 8 novembre. Un étudiant tente de s’immoler devant le CROUS et c’est un camarade de Solidaires Etudiant-es. C’était un vendredi, une journée particulièrement chargée pour moi et je ne l’apprends qu’à 23h dans le métro à 23h, en lisant un article à gerber du Figaro qui questionne sa nationalité. Je me prends une sacré claque. Je le connais un peu, il m’a formé l’année passée et son image me revient en tête. On le savait qu’il y a des situations dramatiques, on en est conscient-e, mais on ne l’a jamais autant été.

      Le lendemain, nous avons notre premier week-end fédéral de formation non mixte. Je suis censée animer la première, à 9h, sur la prise de parole en public. Même si tout ça me paraît bien inutile, nous décidons quand même de maintenir et de voir avec des camarades de Lyon qui seront là. Le lendemain la fébrilité est palpable, nous sommes partagé·es entre la tristesse et la colère, l’inquiétude, le stress, l’envie de bien faire. On fait cette formation. Les mots qui sortent de ma bouche me paraissent prononcés par une autre. Je suis épuisée comme les autres, je n’ai presque pas dormi, j’ai réfléchi sans trouver de sens. Je donne des conseils qui me paraissent futiles, j’essaie de rester debout.

      Après cette formation, nous décidons un peu spontanément de devenir une cellule de gestion de crise. Le téléphone fédéral vibre sans arrêt, la presse cherche à nous contacter, d’autres syndicats aussi. Nous établissons dans l’urgence un plan d’action et nous tentons d’être efficaces tout en prenant soin les un-es des autres. Pendant deux jours, nous cherchons des chiffres, construisons notre argumentaire pour dénoncer la précarité qui l’a touché lui comme tant d’autres, le menant à commettre cet acte d’une insoutenable violence. Le mardi 12 nous décidons collectivement d’appeler tou·tes les étudiant·es, à se rassembler devant tous les CROUS de France, pour ne pas laisser ce drame devenir un fait divers. L’acte de notre camarade EST politique, il l’a exprimé, un des enjeux est de ne pas laisser des médias et des politiques personnaliser la chose par des explications psychologisantes et individuelles. Beaucoup d’étudiant-es crèvent de suicide avant de crever de faim. Nous voulons qu’on arrête de balayer cela d’un revers de la main, nous voulons plus de bourses, de logements, un meilleur accès à la santé, que tout-es puissent manger à leur faim. Nos exigences sont nombreuses mais la situation l’exige. Nous voulons qu’on nous entende, qu’on nous écoute et qu’on nous considère. Nous voulons qu’il ne soit plus possible de fermer les yeux sur les situations de précarité.

      Une fois cette mobilisation devenue nationale, quelles réponses avez-vous reçu des institutions comme le CROUS et le Ministère et des universités ?

      D’abord, un long silence des institutions. Nous apprenons que la ministre Frédérique Vidal est allée à Lyon II, la fac de notre camarade, voir la Présidence, en catimini, sans en informer quiconque, surtout pas les camarades sur place. De notre côté, après l’appel du directeur de cabinet du ministère le 9 novembre, plus aucune nouvelle.

      La première communication officielle arrive après le rassemblement national du 12, deux heures après que les grilles du ministère aient cédées face à la colère des étudiant·es. Le ministère reproche aux manifestant·es de Paris, mais aussi de Lyon et de Lille leur violence, les réactions disproportionnées, le manque de rationalité. Pour nous, la violence est dans l’ignorance des institutions, la violence c’est d’attendre tout ce temps pour une réaction publique. Nos camarades de Lille ne respectent pas la République à cause de quelques pages arrachées, à Paris nous entachons la politique pour une porte (grande soit) sortie de ses gonds. Et toujours rien qui est dit, les journaux font des reportages, même depuis l’étranger. Pendant ce temps, le ministère et le CROUS nous accablent d’un silence complice. L’Université de Lyon II rétorque ne pas avoir eu connaissance des problèmes financiers de notre camarade. C’est la foire aux excuses bidons, les officiels se cachent derrière des procédures administratives et un manque d’information, la ministre va rendre visite aux pingouins pour soutenir la recherche à l’autre bout du monde. Et nous nous efforçons de continuer à faire raisonner notre colère, la rendre entendable, qu’elle soit politique.

      Le 18 novembre, le ministère se décide à accueillir les syndicats étudiants représentatifs sur le sujet, et donc pas Solidaire Etudiant-es. Nous n’avons pas de sièges au CNESER donc nous ne méritons pas d’être entendu-es. Encore une fois, le mépris est crasse, l’ignorance blesse. Des militant·es d’autres organisations poussent en notre faveur et finalement, nous sommes reçu·es.

      Tout ça pour quoi ? Nous pensions que ce serait difficile et pourtant le ministère se surpasse, les annonces sont presque pires que le silence. Trois mesures d’urgence. Un numéro vert, qui mettra un mois et demi à être mis en place, pour finalement avoir au téléphone des opérateurs et opératrices (sans doute pas formé·es) qui nous renvoient vers les assistant·es social·es du CROUS. On nous propose également d’appliquer la trêve hivernale aux logements CROUS. Combien de tentatives de suicides le ministère attendra-t-il avant de transformer les baux locatifs du CROUS en baux de droit commun ? Le suspens est complet. Enfin, et là l’indécence prime, on nous propose un « renforcement du statut d’étudiant·es engagé·es ». On veut donc nous acheter. Les tenants de la démocratie représentative libérale pense qu’on fait ça pour nos carrières peut-être ? La colère exprimée dans nos rassemblements et prises de parole serait une tentative d’obtenir des aménagements de validation ? Au cas où le doute plannerait encore, nous ne sommes de toute évidence pas programmé·es de la même manière. L’agrément « solidarité » manque à leur algorithme. Pendant ce temps, les universités votent de banales motions en Conseil d’Administration, dénoncent avec des textes, nous offrent des mots et s’affranchissent des actions courageuses qui auraient du sens.

      Pour vous donc cette mobilisation contre la précarité s’enchaîne avec le mouvement social contre la réforme des retraites, puis vient ensuite s’articuler au mouvement contre la LPPR, plutôt porté par les enseignant·es-chercheur·es titulaires et précaires. Comment cette question de la précarité t’est-elle apparue comme transversale dans ces mobilisations ?

      Prendre en compte la question de la précarité, en partant d’un point de vue situé qu’on essaie d’élargir, c’est un tremplin pour remettre en cause le système dans son ensemble. Avec les témoignages qu’on a pu lire en amont et pendant le mouvement des retraites, la société se précarise. Les vieux et vieilles ont faim et sont obligées de distribuer des pubs dans les boîtes aux lettres avec leurs dos courbés, des travailleur·euses sont contraintes de dormir dans leur voiture et de multiplier les boulots, des étudiant·es squattent des canaps et se contentent d’un repas par jour. Bien sûr que la précarité est transversale, la concentration des richesses s’accroît au niveau international. Comme souvent, je vais te répondre que le problème est le système qui nous fait miroiter l’accumulation des richesses comme une fin en soi et donne à l’argent une valeur en propre. Quand on a un Président qui souhait que les jeunes projettent de devenir millionnaires comme objectif de vie, qui cela étonne encore qu’on laisse les délaissé·es du broyeur capitaliste de côté ?

      Après l’enjeu pour nous était de se joindre aux revendications interprofessionnelles tout en n’étouffant pas nos revendications spécifiques. Qu’on ne s’y méprenne pas, ce n’est pas un enjeu d’égo ou autre, mais une malheureuse habitude de voir vite balayer les demandes étudiant·es avec un effet d’annonce. Et puis, pour une fois qu’on parle de nous aussi comme des personnes entières, qui ont une vie hors de la fac, dont l’avenir n’est pas uniquement dicté par « l’insertion professionnelle à l’issue du diplôme » mais également par « comment je vais payer mon loyer ET mes courses alimentaires ce mois-ci ». Car on nous vante les aides sociales aux étudiant·es, mais on oublie de dire que l’augmentation des bourses n’est pas non plus indexée sur l’inflation, que l’échelon max des bourses n’est même pas 80e supérieur à la moyenne des loyers payés par les étudiant·es. On parle de mérite pour ne pas parler de reproduction. J’ai rien inventé, ça fait des années que les sociologues le disent, et c’est pas les « procédures spécifiques d’entrée à Science Po » pour les élèves de REP+ qui les feront mentir.

      L’enjeu aussi était de mettre en évidence une situation particulièrement inquiétante chez les étudiant·es précaires, pour lesquel·les on peut parler de réelle pauvreté. Car le terme de précaire a été repris à toutes les sauces et perdait à certains moments de son sens. Pendant les luttes contre la LPPR, on a vu des profs titulaires en poste depuis trente ans, nous faire des leçons sur ce qu’est la précarité. Je veux bien entendre que l’état de l’enseignement supérieur dans son ensemble est critique, mais faut pas exagérer non plus. On avait aussi un peu envie de leur répondre : « Qui êtes-vous pour donner des cours de fin de mois difficiles aux étudiant·es qui multiplient les taffs et comptent à l’euro près pendant leur courses et aux enseignant·es vacataires qui signent leur contrat 8 mois après la prise de poste et sont payé-es en dessous du SMIC avec autant de retard ? ». Le système est merdique mais le souci de précision est important pour ne pas tomber directement dans l’indécence.

      L’annonce du confinement intervient la semaine suivant la grande manifestation du 5 mars de l’enseignement supérieur et de la recherche. Où, quand et comment le confinement est venu vous cueillir, si on peut dire ?

      Cette période de mobilisation était pour nous assez chargée, on menait de front ces luttes interprofessionnelles, les luttes spécifiques à l’ESR et la préparation du congrès annuel de Solidaire Etudiant-es, qui est un temps fort de la fédération, où on discute de comment on va continuer à lutter et de nos priorités. Et en fait, c’est exactement là que l’annonce du confinement est venue nous cueillir. Nous hésitions à le maintenir, parce que ça faisait plusieurs semaines qu’on parlait des mesures d’hygiènes spécifiques, de l’achat de masques, de gants, de gel hydroalcoolique. On arrive le jeudi sur place, à Clermont-Ferrand et les débats se déroulent le vendredi, le samedi, le dimanche, entrecoupés des annonces gouvernementales. La crise prend de l’ampleur, on commence toutes et tous à s’inquiéter. On était censé s’arrêter le lundi après-midi. Finalement, dimanche nous mettons un terme au Congrès, en urgence après les annonces de la ministre des transports. L’idée était d’éviter que nous soyons bloqué·es pendant des semaines de confinement à Clermont-Ferrand.

      Pendant qu’on organisait nos changements de billets de train dans l’urgence, des nouvelles inquiétantes tombent pour les étudiant·es hébergé·es en résidences CROUS. Apparemment, ils et elles sont appelé·es à partir sous 72h, et sinon ? Rien n’est clair, tout le monde navigue à vue. Encore une cellule de crise qui se répartit en plusieurs pôles, on réagit aux annonces qu’on a, tout en étant comme beaucoup dans la crainte de la suite. On commence à sentir que le gros du boulot n’est pas passé. Cette situation exceptionnelle risque d’être également exceptionnellement dangereuses pour les étudiant·es déjà précaires. L’inquiétude grandit. Dans le train de retour à Paris, chacun·e y va de ses inquiétudes, les fous rires nerveux tentent péniblement de masquer la fatigue.

      Comment vous y réagissez en tant que syndicat ? Quelles sont les urgences que vous identifiez et comment vous arrivez à travailler en confinement ?

      Le lendemain, on se met au boulot avec l’objectif d’identifier au plus tôt les risques encourus par les étudiant·es. En terme de précarité en premier lieu : risques d’expulsion, perte de revenus (petits jobs, travail non déclaré, interim non renouvelé), risque en terme d’accès à la santé notamment. Et puis ensuite tout ce qui concerne la fameuse « continuité pédagogique » et les modalités de contrôle des connaissances, les fameuses annonces qui garantissent la valeur des diplômes vous voyez de quoi je parle ? Pendant que tout autour de nous à un arrière goût de fin du monde.

      Après deux grosses journées de boulot, on sort une longue lettre ouverte qui liste tous les problèmes urgents que l’on a identifié. On essaie de la publier un peu partout, de l’envoyer aux institutions concernées au niveau national avec la fédération. Ensuite arrive le moment du relai en local, on l’envoie sur nos listes : l’intersyndicale de l’université, les services centraux, les différents départements et UFR mais aussi bien entendu le CROUS (pour toutes les questions d’hébergement). Le boulot est énorme, la fatigue et le stress aussi. Encore une fois, c’est le fait d’être un collectif nous porte et nous aide à supporter tout le reste, tout en gardant les pieds sur terre quand le sol semble se dérober sous nos pieds. Le collectif permet aussi de s’appuyer sur les forces de chacun·es. Qui est meilleur·e en recherche de contact, en rédaction, en analyse de texte de loi ou en communication avec les instances.

      En local, on se dit que vu notre fac et la précarité déjà plus importante des étudiant·es qu’elle accueille qui est plus importante que la moyenne, les risques sont accrus. On tente de mettre en place des permanences téléphoniques, d’être en contact avec des profs qui nous font remonter des cas effarants. Les étudiant·es ont perdu leur taff du jour au lendemain, s’inquiètent pour elleux et leur famille. Tout semble exacerbé, comme passé sous une énorme loupe de la galère.

      Et puis cet appel qui marque un tournant. On fait le point avec une prof membre du Réseau Université Sans Frontière sur la fac, on discute des cas auxquels on se retrouve confronté lors de nos permanences téléphoniques ou par mail. Et là, cet étudiant étranger qui n’ose plus sortir à cause des problèmes de papiers et qui s’est mis en mode rationnement. C’est insoutenable encore une fois. On décide de faire quelque chose. En trois jours on lance une réunion, nous sommes cinq derrières nos ordinateurs et identifions les problèmes : la TUNE d’abord, enfin l’absence de tune plutôt, le manque de nourriture, les problèmes de santé (physique et mentale), les problèmes de loyer. On se sent à la fois impuissantes et dans l’incapacité de rester sans rien faire. Donc on trouve une idée : contacter l’antenne du Secours Pop sur la fac, avec qui on a déjà travaillé. D’abord, s’assurer qu’ils et elles puissent manger. Mettre en place une boîte mail, faire tourner l’appel auprès des étudiant·es et des profs qui servent de relais. En trois jours, c’est publié sur les réseaux sociaux et ça tourne dans les différents UFR. Lancement de l’appel un lundi à 19h, le mardi à 10h30 je me connecte et j’ai déjà 180 messages. Le sentiment d’urgence encore, je mets entre parenthèses le télétravail et j’y passe ma journée. Les mails continuent d’arriver. On met en place une première liste : cette première distribution, ce sera 100 colis permettant de tenir deux semaines qui seront distribués aux étudiant·es de l’université. On gère d’un côté les demandes et de l’autre on s’organise pour avoir des bénévoles : gérer les mails, aider sur place pour les distributions, aller livrer les personnes dans une totale impossibilité de se déplacer.

      Et puis, les problèmes de continuité pédagogique bien sûr. Mon énervement contre ces profs qui sont attaché·es à leurs ethos comme des moules à leur rocher. On présume que le confinement libère du temps, certain·es donnent plus de boulot du coup avec des « Profitez en pour avancer sur vos recherches ». Face à cela, des étudiant·es nous confient leur épuisement mental, leurs problèmes de réseaux, l’absence d’ordinateur. Des personnes qui composent des dossiers de dix pages sur leur portable et nous demande si nous pouvons les aider à recharger leur forfait 4G, de crainte de ne pouvoir valider leur année et donc de perdre leur bourse ou encore de ne pouvoir renouveler leur titre de séjour.

      Une année de la colère, qui n’est pas finie. Et cette interview de Frédérique Vidal dans le journal 20 minutes, qui romantise tout ça. Elle affirme que le confinement permet de développer un tout nouveau lien entre étudiant·es et professeur·es et que dans l’ensemble les problèmes d’accès aux outils de travail concernent une minorité. J’aimerais bien l’inviter dans notre boîte mail, lui montrer la réalité. Heureusement qu’elle préserve la valeur des diplômes. Pendant que certain·es essaient juste de survivre et de préserver leur santé physique et mentale. De toute évidence, en résidence CROUS ou dans les palais de la République, les priorités ne sont pas les mêmes.

      https://universiteouverte.org/2020/04/29/en-residence-crous-ou-dans-les-palais-de-la-republique-les-priori

    • Étudiant·es confiné·es dans 9m² : précarité au carré

      À l’annonce du confinement, les étudiant·es résidant dans les quelque 700 résidences CROUS de France ont été invité·es à quitter leurs logements exigus pour rejoindre le domicile familial : 25 à 40% d’entre elles et eux sont alors resté·es, par choix (crainte de contaminer leur famille) ou par obligation (cherté des billets de transport, précarité administrative interdisant tout déplacement international, etc.). Si les résident·es des CROUS figurent déjà parmi les étudiant·es les moins privilégié·es – le statut de boursièr·e est un prérequis à la demande – celles et ceux qui furent contraint·es de rester dans leur chambre à la mi-mars l’étaient donc encore moins. Cela a été confirmé dès les premiers jours du confinement lorsque le collectif Solidarité : Continuité Alimentaire a reçu plusieurs centaines de demandes de colis de produits d’alimentation et d’hygiène fondamentaux de la part des étudiant·es confiné·es dans les CROUS de Bordeaux. En causes : la perte de leurs salaires, la cessation de l’activité des restaurants universitaires et la fermeture quasi-totale des épiceries solidaires, par manque de bénévoles et d’approvisionnements. En d’autres termes, le confinement a été l’accélérateur d’une problématique connue depuis déjà bien longtemps : celle de la précarité étudiante.

      Pour réagir face à cette situation de crise, nous, étudiant·es et jeunes chercheur·ses de l’ESR, avons décidé de créer le 2 avril dernier, dans la continuité de l’initiative bordelaise et de son homologue lyonnaise, Solidarité étudiante, le collectif Solidarité alimentaire (Paris). Chaque semaine, nous proposons aux étudiant·es d’une cinquantaine de CROUS parisiens de remplir un formulaire en ligne indiquant leurs besoins. Les distributions sont effectuées tous les week-ends devant les CROUS, en respectant les règles sanitaires : désinfection de tous les produits des colis, port de masques et respect des distances de sécurité. Nous avons jusqu’à présent distribué plusieurs centaines de colis et les demandes ne cessent d’augmenter chaque semaine, preuve que le gouvernement se contente d’effets d’annonce pour se défausser de la responsabilité d’une précarité aux conséquences trop souvent dramatiques.

      À une semaine de la fin du confinement, alors que certaines universités sont davantage occupées à l’organisation à distance des évaluations de fin de semestre, et ce dans l’inconsidération des situations d’inégalité dans lesquelles elles placent les étudiant·es, il est temps que le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et de l’Innovation regarde la réalité en face et cesse de botter en touche : certes, des fonds d’urgence ont été débloqués il y a plusieurs semaines, mais il est scandaleux qu’en France des milliers d’étudiant·es ne puissent, en plein confinement, répondre à leurs besoins élémentaires. Il est scandaleux que seul·es les étudiant·es ayant réussi à quitter leurs résidences soient défrayé·es de leur loyer quand celles et ceux qui ont été contraint·es d’y rester, souvent les plus précaires, doivent continuer à le payer, et ce alors même qu’ils et elles n’ont plus de sources de revenus. Et il est tout aussi scandaleux que ces mêmes étudiant·es continuent d’être évalué·es dans de telles conditions au prétexte d’une prétendue continuité pédagogique. Au-delà des actions d’urgence mises en place pendant le confinement, il est absolument nécessaire que l’État, sans se satisfaire de solutions d’appoint, encore moins d’effets d’annonce, trouve des solutions pérennes capables d’endiguer la précarité étudiante, comme celle du salaire étudiant, sans lesquelles jamais les mauvais jours ne finiront.

      https://universiteouverte.org/2020/05/05/etudiant%c2%b7es-confine%c2%b7es-dans-9m%c2%b2-precarite-au-carre

      –-> Collectif solidarité alimentaire :
      https://www.facebook.com/collectifsolidaritealimentaire

  • Il n’y a pas de « continuité pédagogique » : éteignez les tablettes ! | Des membres du collectif de l’Appel de Beauchastel contre l’école numérique
    https://sniadecki.wordpress.com/2020/04/11/num-confinement

    Confinement oblige, l’Éducation nationale invite à la « continuité pédagogique », possible grâce au numérique. Or, selon les auteurs de cette tribune, « la pédagogie virtuelle n’existe pas », et « seuls les élèves éveillés, enfermés avec des parents désœuvrés au fort niveau d’études vont bénéficier d’une pédagogie efficace : l’instruction en famille ». Source : Et vous n’avez encore rien vu...

    • Il est urgent que le ministre annonce : […] en lien avec le ministère de la Santé, que le temps d’écran doit être limité : tant pour préserver sa santé que sa capacité à étudier, il faut réduire au strict minimum sa consommation d’écran – travail scolaire compris ;

      Et comment ils comptent faire pour que les gamins ne passent pas leur journée devant BFMTV, Netflix et Gully, ou WhatsApp, au motif que Blanquer leur aurait dit que « le temps d’écran doit être limité » ? A coup de LBD ou en faisant débarquer les flics à l’improviste dans les appartements pour contrôler les « temps d’écran » ?

      Je n’arrive pas à comprendre pourquoi il faudrait préférer une solution imparfaite à une solution absolument pire, avec des gamins laissés en total désœuvrement, enfermés à la maison et quasiment aucune chance de faire autre chose que regarder la téloche. Parce qu’on ne peut pas sortir, on ne peut pas aller se promener avec ses gamins, on ne peut pas faire de sport avec ses gamins, on ne peut pas les laisser jouer dehors avec les voisins, on ne peut même pas les emmener quand on fait les courses, etc. Je veux dire qu’ici le désœuvrement n’est pas un jugement moraliste, c’est le fait social incontournable imposé par le confinement. Je suis désolé, mais pour le coup, les tentatives (que je trouve pas du tout satisfaisantes par ailleurs) de garder le contact avec l’école, c’est un motif assez incontournable – le seul ? – pour arrêter de regarder la téloche.

      Je note notamment que le texte évacue avec une facilité déconcertante les cours en téléconférence, pour ensuite se plaindre du fait que sans interaction avec les enseignants l’école ça peut pas fonctionner, que les parents laissés seuls avec leurs gamins ça creuse les inégalités… Ce que, justement, les cours en téléconférence tentent de limiter.

      Enfin je pige pas quoi.

    • Un autre argument : et comment les auteurs comptent interdire aux familles qui le peuvent d’assurer la « continuité pédagogique » tout seuls au motif que d’autres ne peuvent pas et que ce serait un facteur d’inégalités ?

      C’est tout de même épatant cette logique : d’un côté on aura toujours les parents qui, comme actuellement, sont capables d’assurer « l’école à la maison » (bagage éducatif, qui ont le temps…), même si les structures scolaires n’essaient plus de maintenir cette « continuité pédagogique ». Les plus aisés se tourneront directement vers des écoles privées spécialisées, qui savent très bien faire ça.

      Et de l’autre côté, tous les autres qui, du coup, n’auront même plus les quelques outils fournis par l’école publique – dont, par exemple en Italie, les cours en téléconférence avec les enseignants pour les établissements publics.

      La logique de l’appel ci-dessus revient à imposer un renforcement des inégalités qu’il prétend dénoncer : ceux qui peuvent déjà continueront à assurer la pédagogie à la maison, les autres n’auront plus rien du tout.

    • Je vois pas en quoi les cours en téléconférence assurent une forme de "contact avec l’enseignant" particulièrement susceptible de "limiter le creusement des inégalités".

      Au contraire, la "culture" de la téléconférence, c’est aussi et d’abord celle de celles et ceux qui, justement, "sont [aussi] capables d’assurer « l’école à la maison »"

    • Je n’ai pas du tout écrit : « particulièrement susceptible ». J’ai au contraire explicitement précisé « que je trouve pas du tout satisfaisantes par ailleurs », et « tentent de limiter » ; deux formulations qui signifient à peu près l’exact opposé de « particulièrement susceptible ».

      Mes deux arguments principaux (dans les deux messages successifs), c’est que si, au motif que les tentatives sont insatisfaisantes et déjà inégalitaires (ce avec quoi je suis bien d’accord), il faudrait totalement s’en priver sans les remplacer par quoi que ce soit, alors en pratique ce qu’on propose c’est une situation encore plus catastrophique : téloche 12 heures par jour pour des gamins à qui on interdit rigoureusement toute autre activité et renforcement de l’inégalité d’accès à l’éducation.

      Parce que (1) on retirera la seule alternative vaguement « obligatoire » pour que les gamins fassent autre chose que regarder la télé ou buller sur Whatsapp, (2) de toute façon les parents « qui peuvent déjà » pourront toujours.

    • Tout à fait d’accord avec @arno j’allais écrire sensiblement la même chose (en moins développé) quand j’ai lu cette tribune.

      Je trouve ça dit de manière totalement théorique et hors-sol. Comme si c’était dans un autre monde, avec des si si si. Là on ne parle pas de deux semaines sans école, mais de plusieurs mois, dans le monde actuel.

      La conséquence très concrète, s’il n’y avait pas ce suivi avec internet, y compris s’il y avait des manuels papiers, ça serait de renforcer encore plus les inégalités qu’actuellement, et que seuls les familles avec un capital culturel élevé ET du temps (il faut avoir les deux) forcent les enfants à continuer d’apprendre. On pourra toujours arguer que telle famille populaire le fait aussi etc, on s’en fout, dans tout il y a des exceptions. Sur la population entière ça sera négligeable.

      Quand bien même c’est la présence en face à face qui restera à jamais le moyen d’avoir de vraies relations pédagogiques (j’en suis convaincu), les profs actuellement font ce qu’ils peuvent pour suivre où en sont leurs élèves (et la majorité le font au mieux), les incite à poser des questions, savoir où ils en sont, etc. En tout cas à partir du collège, car ça doit être bien plus compliqué en maternelle et primaire.

      Par ailleurs les profs sont pas gogols hein. Au collège le prof de français du fils leur fait bien lire des textes longs, des nouvelles (Poe en ce moment).

      Que les auteurices de la tribune répondent à cette question : s’il n’y avait pas ce suivi fort imparfait, concrètement là maintenant tout de suite il se passerait quoi dans les familles avec moins de capital culturel, les familles nombreuses, les parents qui bossent ? Répondre sans aucun « si » dans la phrase.

      Par contre je suis tout à fait d’accord qu’il faut insister sur le fait que tout devra reprendre où ça en était, sans préjuger que les élèves aient tous acquis des nouvelles choses.

    • Je trouve, pour ma part, qu’il n’y a aucune « tentative de limitation » des inégalités par l’usage de la téléconférence, mais, qu’au contraire, cet usage renforce les inégalités existantes. L’usage « productif » de la téléconférence dans le domaine de l’éducation ne peut se déployer qu’en s’inscrivant dans un habitus qui est déjà celui concourant aux inégalités croissantes en ce domaine. Raison pour laquelle il faut bien s’en passer, et ce non pas en la dénonçant comme solution individuelle de repli, mais comme mesure systématique préconisée par un ministère cherchant un mettre en œuvre un agenda qui a peu à voir avec l’attention à porter aux gamins.
      D’ailleurs, le terme « continuité pédagogique » est brandi par Blanquer comme un écran de fumée : il n’est pas là question du lien enseignant/écolier, mais bien de la continuité du fonctionnement de l’institution (sa capacité à « produire », en temps et en heure, des instruits conformes aux attentes du « plan quinquennal » défini par les indicateurs PISA et autres)

      Les enseignant.e.s n’ont pas attendu Blanquer pour ne pas laisser totalement sombrer une version de continuité pédagogique qui, cette fois ci, correspond bien au lien privilégié entre pédagogue et enfant, non médiatisé par un appareil de « production »). Illes ne s’en sont pas remis à la téléconférence, qui s’avère une bien piètre solution dans ce cas, à la fois sur le plan technique et sur le terrain de la pédagogie.

      La téléconférence n’est pas un moyen « imparfait » de maintenir un lien prof/élève ou d’occuper à moindre conséquence l’esprit des enfants. C’est un moyen parfaitement efficace pour renforcer l’habitus des gagnants et se donner des prétextes de renvoyer les superflus à leur incapacité de « bien utiliser les outils qu’on leur donne ». La télévision, en son temps, a connu exactement les même débats et sert aujourd’hui, par les usages différenciés qui en ont émergé, de marqueur social assurant la reproduction des inégalités.

    • Mais pourquoi tu ne parles que de téléconférence ? La tribune ne parle absolument pas de ça spécialement mais de « continuité pédagogique par le numérique » en général, téléconférence ou pas.

      Concrètement, il n’y a quasiment aucun prof qui utilise la téléconférence, ou alors seulement ponctuellement. La majorité des profs utilisent les ENT en place (pronote nous), qui sont uniquement textuels, et ils l’utilisent pour lister des choses à faire ou à lire, et pour messagerie (textuelle encore donc) pour que les élèves leur posent des questions et renvoient parfois leur travail régulièrement (faire des exercices de maths, et les donner au prof etc).

      Pour l’instant la seule téléconférence que j’ai vu, c’est en langue, la prof d’italien qui leur donne parfois rendez vous (à son heure habituelle de ses cours) sur une visioconf, où elle leur parle en italien à l’oral donc, et elle leur demande de parler eux, histoire de leur faire prononcer des choses.

      Mais bref, aussi bien la tribune que nos réponses sont sur l’ensemble, pas juste la téléconférence.

    • Je crois que c’est important qu’émergent des discours critiques de la possibilité non pas de faire de la sous-école en temps de crise comme celle-ci mais des discours qui ne manquent pas sur « qu’est-ce que c’est génial la continuité pédagogique le seul problème c’est notre manque de préparation alors préparons-nous mieux ». Ça me fait assez flipper qu’on s’empare de ces semi-succès (litote) pour avancer sur une voie aussi inquiétante en se disant qu’on fera ça mieux et sans en saisir l’enseignement principal qui est : c’est en présentiel que se passent les interactions les plus constructives.

      C’est un peu comme le revenu garanti : on ne peut pas dire que le revenu garanti, c’est génial en général simplement parce que c’est le meilleur moyen d’assurer la survie en temps de crise. Mais on ne peut pas non plus se passer des béquilles que ça représente dans cette situation si particulière.

      Et ceci dit, je teste la continuité pédagogique à Langues O’ et nos profs ont continué les cours pendant toutes les vacances d’avril : d’abord pour compenser l’enseignement de moindre qualité en ce moment, en plus parce qu’on y prend tou·tes plaisir, enseignant·es et étudiant·es (effectif de 3 à 6), c’est le truc anti-déprime pour les étudiant·es isolé·es qui n’arrivent pas à s’y mettre (malgré des années d’études sup, il n’y a pas que les gosses de pauvres qui ont du mal). On a tout essayé : Teams (pas pu entrer dans le salon), Skype (pour les cours magistraux ou avec la fonction chat pour des TD), WhatsApp pour les cours moins magistraux (je rattrape ceux-là en lisant le fil après coup avec les trads AV envoyées à côté par Wetransfer). C’est du bricolage avec des outils corporate...

    • Il me semble que le temps ordinairement passé devant la télé depuis les années 70, et depuis un bon moment, d’autres écrans, réseaux ou pas, en fait déjà -hors confinement - un temps de formation des subjectivités et à des savoirs, ce qui a contribué à une mise en cause radicale de l’école comme institution, mise en cause tout autre que celle autrefois exercée par des critiques internes (Freinet, pédagogie institutionnelle, etc), ou externes (Illitch, par exemple).
      La disqualification sociale (et salariale) des profs tient pour partie à cette émergence de la formation hors l’école. Hanouna-Youtube valent plus qu’eux. On peut avoir une capture par le divertissement, mais il y a des usages étonnants qui se greffent sur ce primat de l’image, si on envisage ce que font certains youtubeurs, ou encore l’application tiktok, bien plus horizontale, et ancrée dans des réseaux de relations affectives, où les utilisateurs font sur le mode du jeu des apprentissages, produisent et se produisent.
      Pédagogiser l’utilisation des écrans (téléconférence) suffira pas à modifier ce rapport. Surtout si l’investissement de ces moyens est laissée à l’atomistique de la famille nucléaire. Quelque chose comme une « éducation populaire », supposerait l’invention de collectifs ad hoc. Est-ce que c’est ce qui se cherche à travers ce basculement (bien partiel, socialement distribué) des pratiques, à travers ces débats ? No sé.

      #enfants #école #continuité_pédagogique #téléconférence #éducation #capital_humain #formation #famille #habitus

    • Je me demande comment se positionne « Acadomina » (© @mad_meg)

      École à la maison - COVID-19
      [Acadomina] propose des solutions d’accompagnement scolaire en ligne, depuis votre domicile, quotidiennes ou hebdomadaires : cours particuliers en visioconférence, cours collectifs en classes virtuelles.
      Nos Conseillers Pédagogiques sont joignables par téléphone au : 09XXXXXXXX
      Dans le contexte du confinement, les cours à distance bénéficient de 50% de crédit d’impôt sur le coût horaire.
      EN SAVOIR PLUS

    • Je viens mettre l’image d’Acadomina
      http://www.madmeg.org/delizie/#5/0.117/0.220
      Illes sont sympas de faire une remise de 50% de crédit d’impôt chez Acadomina - encore faut il être imposable !

      On ne prête qu’aux riches et comme on dit dans le management (et dans l’évangile dans la parabole des talents)
      WINNER TAKES ALL (version cannibale)
      https://www.youtube.com/watch?v=mjxaa_Vu7bU

      The winner takes it all
      The loser standing small

    • @rastapopoulos

      Effectivement ; je ne parle jusque là que de téléconférence car je réagissais en premier lieu à la dernière phrase du premier commentaire d’@arno

      Concernant le rapport au numérique en général, j’aurais du mal à résumer ici mon approche en quelques lignes. Je peux éventuellement envoyer à https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-02493223 dans un premier temps.

      Si je m’accorde avec les promoteurs de l’appel de Beauchastel sur la nécessité de critiquer le numérique dans l’éducation et au-delà, je sais par ailleurs que cette position n’est pas fondée aujourd’hui sur les mêmes prémisses.

    • @arno "Un autre argument : et comment les auteurs comptent interdire aux familles qui le peuvent d’assurer la « continuité pédagogique » tout seuls au motif que d’autres ne peuvent pas et que ce serait un facteur d’inégalités ?"

      Ta logique est en effet épatante. Personne parmi les signataires n’ambitionne de devenir Blanquer à la place de Blanquer. Quand pense-tu ?

      @rastapopoulos En ce qui concerne la téléconférence, Renaud Garcia nous a donné un aperçu de son usage sur Radio Zinzine mardi dernier : il y a des prof qui fond l’appel de leurs élèves dès 8h comme ça.

      Mais bon, à part ça, tout va très bien, tout va très bien, madame la marquise (air connu)...

    • C’est évidemment une question rhétorique par l’absurde (et donc absurde d’y répondre en disant que c’est illogique) : si évidemment les signataires de la tribune ne comptent pas interdire aux familles qui le peuvent (avec le temps, les savoirs, etc) d’assurer la continuité, alors encore une fois concrètement c’est ce qui va se passer, dans des proportions bien bien plus qu’actuellement : celles qui le peuvent vont évidemment le faire à fond, et toutes les autres ne vont juste rien faire (alors qu’actuellement les profs tentent de garder un lien et donc de fait, sans la supprimer évidemment, réduisent quand même cette inégalité).

      S’il n’y avait pas ce lien, aussi nul soit-il, mais ce lien quand même, sans « si on avait fait ci ou ça avant » (là on parle de quoi faire dans le monde de maintenant), il se passerait quoi pour la majorité des familles sans temps et sans capital culturel ? Les N gosses iraient gambader dans la garrigue et « apprendraient de la vie » comme dans un bon Pagnol ? Ah bah non, on n’a pas le droit. Ils seraient juste en train de binge-watcher les 220 épisodes de Naruto, pendant que les parents bossent (à la maison ou ailleurs).

    • alors qu’actuellement les profs tentent de garder un lien et donc de fait, sans la supprimer évidemment, réduisent quand même cette inégalité

      Je pense que rien aujourd’hui ne démontre que le lien numérique réduit l’inégalité, que ce soit par rapport à la situation de pédagogie en présence, bien sûr, mais aussi par rapport au scénario « binge-watcher les 220 épisodes de Naruto, pendant que les parents bossent ». L’hypothèse qu’il le renforce peut même être légitimement mise sur la table si l’on se réfère à d’autres exemples historiques, comme la télévision ou le plan informatique pour tous de 1985, que je connais bien.

      Ce que j’essaye de dire, c’est que se convaincre malgré tout que c’est le cas est peut-être un biais qui peut avoir deux sources : la distinction, au sens bourdieusien, et la confiance mal placée dans l’outil pour celleux qui y sont trop bien acclimatés par leur pratique professionnelle

  • A settembre possibile riapertura anno scolastico con didattica a distanza. Azzolina conferma, “piano già pronto”

    Non è uno scenario fantascientifico quello di una apertura in modalità didattica a distanza per il 2020/21. Ci sarebbero tutti i sentori in quella “fase 2” dell’emergenza che potrebbe significare per le scuole ancora chiusura.
    In cosa consisterà la fase 2?

    Si tratta di un piano ancora da delineare nei dettagli, ma già qualche idea circola tra gli esperti. Si tratterà di una lenta riapertura delle attività e di ritorno alla normalità, ma durante la quale sarà necessario “convivere col virus”.

    Con molta probabilità, indossare mascherine e guanti sarà una regola. Ieri lo scienziato Burioni ha affermato che con le mascherine dovremo conviverci per un po’. Altra questione riguarderà le distanze, con le quali sarà necessario prendere confidenza durante una lunga “fase 2”.
    Fase 2 e scuola

    Di certo è che se l’emergenza dovesse perdurare le scuole sarebbero le prime imputate, non potendo garantire la sicurezza richiesta. Basti pensare alle aule che non consentono di certo una distanza di un mentre tra un alunno ed un altro o tra gli studenti e il docente, mentre il Ministro ha già affermato che non si tornerà in classe con le mascherine.

    L’unica soluzione è quindi quella della didattica a distanza, per la quale al Ministero si sta lavorando alacremente. Da un lato dando indicazioni ben precise sulla sua “esecuzione”, dall’altro trasformandola in un servizio da garantire per gli studenti (al meno secondo quanto contenuto nella bozza di decreto che probabilmente sarà varanto quest’oggi). Infine, fornendo aggiornamento e contenuti a scuole e docenti.
    Le parole del Ministro

    E’ stato lo stesso Ministro ad aver confermato la possibilità di un prosieguo della DaD in autunno, ieri, durante la trasmissione “Che tempo che fa”.

    “E’ previsto un piano per riprendere le scuole in modalità in distanza se si riproponesse il problema virus anche in autunno?” ha chiesto Fazio. “E’ uno degli scenari a cui stiamo pensando”, ha risposto Lucia Azzolina. “Penso al problema atavico alle classi pollaio in cui è difficile tenere il metro di distanza. Con lo staff del Ministero lavoreremo a tutti gli scenari”.

    Così, se da un lato il Ministro ha ribadito che le scuole non riapriranno se non ci sarà certezza per la salute e il virologo Burioni, ospite da Fazio, ha risposto che la scelta è politica, la scuola si prepara ad un autunno difficile.

    https://m.orizzontescuola.it/a-settembre-possibile-riapertura-anno-scolastico-con-didattica-a-distanza-azzolina-conferma-piano-gia-pronto/amp
    #éducation #écoles #coronavirus #confinement #continuité_pédagogique #le_monde_d'après #Italie

    Ajouté à cette métaliste sur le même sujet mais au niveau européen:
    https://seenthis.net/messages/839830

    #didactique

  • NOS VIES, NOS FORMATIONS, NOTRE VOIX!

    Les temps sont aux grandes annonces concernant nos #examens, nos diplômes, la suite de nos cursus. Les discours des directions d’institutions de formation, qui suivent ceux des autorités, se ressemblent affreusement, partout.

    On ne parle nulle part de ce qui attend les personnes, innombrables, pour qui la crise du coronavirus a complètement chamboulé la vie et les possibilités d’apprendre. Nulle part les directions d’institution ont engagé un réel effort d’enquête pour savoir quelles étaient les capacités de travail résiduelles des étudiant·e·s/apprenti·e·s. C’est la grande #fuite_en_avant, ordonnée par les autorités cantonales : « Continuité pédagogique ! En avant, comme en 40 ! Zoom, Webex, Skype, mails ! Whatsapp ! Moodle fois 1000 ! Surtout on ne s’arrête pas pour réfléchir ! »

    C’est affligeant. Mais le personnel enseignant et les étudiant·e·s/apprenti·e·s y mettent du cœur. Les directions et les autorités ont beaucoup applaudi à cela... Merci, mais nous n’avions pas le choix ! Nous aimons ce que nous faisons, ce vers quoi nous allons. Mais nous n’aimons pas le faire comme ça.

    Les discours des directions, donc, sont les mêmes partout. Pour autant, toutes les catégories d’apprenant·e·s ne sont pas mangées à la même sauce :

    A l’#école_obligatoire, on promouvra les élèves comme d’habitude mais sans examen, un point c’est tout. Les apprenti·e·s en fin de formation auront leurs #diplômes cette année, et ceci sans examens théoriques ni pratiques, c’est déjà annoncé (les Cantons l’ont demandé, la Confédération suivra) : le marché a besoin des apprenti·e·s, force de travail jeune et docile, peu chère encore…

    Dans les #gymnases et dans le #tertiaire (ES, #HES, HEP, HEU), toutefois, on tergiverse. On veut maintenir une « qualité » de façade, on cherche des formulations alambiquées pour dire que l’on maintient formellement les exigences… Le seul résultat tangible, c’est le maintien du #stress et de la #pression sur nous autres, personnes en #formation.

    C’est une vaste mascarade. Le système a besoin de nous et il a besoin que nous continuions d’avancer dans nos cursus. Il ne peut pas absorber six mois, un an, de report, ni le redoublement de la majorité d’une cohorte. S’il y a moins d’enseignant·e·s diplômé·e·s cette année dans les #HEP, les écoles primaires et secondaires implosent. S’il y a moins de travailleuses/eurs diplômé·e·s dans la santé et le social cette année, toutes les institutions publiques et privées de ces secteurs implosent. Si une grande part d’entre nous allonge son cursus de six mois, ou d’un an, nos établissements de formation explosent... Alors que faire des milliers d’étudiant·e·s/apprenti·e·s mobilisé·e·s par l’Etat (PC, armée, etc.), de la foule d’étudiant·e·s/apprenti·e·s qui ont leur(s) enfant(s) à la maison sans solution de garde et sans temps ni espace à disposition pour leur formation, de la masse de celles et ceux que l’enseignement à distance a largué·e·s, etc.? Mises ensembles, ces personnes constituent une immense part de la population "en formation"... Alors quoi...?

    Alors aux directions, aux autorités, nous disons : STOP au maintien de sessions d’examens sous prétexte de « qualité » des diplômes. STOP au maintien des exigences d’avant la crise.

    Nous sommes réalistes. Nous savons la #pénibilité de ce que nous vivons. Nous savons aussi notre force, qui est celle du nombre et de l’unité.

    Quelques pistes d’action, déjà :

    1) A l’UNIL où, contrairement aux autres étudiant·e·s, les propédeutiques verront leur(s) éventuel(s) échec(s) aux sessions d’examens post-coronavirus comptabilisés, nous les appelons à faire valoir massivement leur #droit_de_retrait aux examens dès à présent.

    Ceci afin de préserver leur droit à des tentatives dans des conditions sereines l’année prochaine, et afin d’envoyer à la direction le message suivant : « Vous nous discriminez, nous allons engorger l’Université ! » La direction l’a dit : cette mesure discriminatoire vise à ce que les taux d’échecs en propédeutiques soient maintenus : de 30 à 60%. Quel plaisir de voir la haute estime où l’on nous tient... ! [IMPORTANT : Jusqu’au 12 mai, la réinscription sera possible et nous entendons gagner l’égalité de traitement avant cette date !]

    2) A la HEP Vaud : comme partout, la Direction ne tient pas compte de la réalité des étudiant·e·s qui sont parents avec leurs enfants à la maison, ni de tous les types de situations difficiles que nous traversons. Le mantra est aussi le même qu’ailleurs : « C’est dur pour tout le monde, les choupinous, alors fermez-la et bossez ! » (Plus d’infos ici) A ces gens-là, il faudra coller un préavis de #grèvedesétudes parce que la tolérance au mépris a des limites.

    3) Partout, à l’Université de Neuchâtel (UNINE), à celle de Genève (UNIGE), dans les écoles professionnelles, les gymnases, les Ecoles supérieures et les Hautes Ecoles, notre message doit être collectif, simple et ferme :

    Tou-te-s autant que nous sommes, nous voulons continuer à nous former, y compris à distance, dans la mesure de nos possibilités. Nous voulons donc que ce que nous vivons soit pris en compte : notre moindre disponibilité physique et mentale, nos multiples problèmes liés à la pandémie. Nous ne voulons pas de « cas par cas », nous voulons des garanties pour tout le monde. Nous ne voulons pas de traitement particulier pour situations exceptionnelles : nous sommes tou-te-s en situation exceptionnelle !

    Partout, il faut dire STOP à la mascarade et à la pression. Nous ne voulons pas de pseudo-examens, pas de pseudo-évaluations, pas de demi-solutions, pas de discriminations entre nous ! Nous sommes uni·e·s et nous refusons que celles et ceux que la crise aura le plus durement affecté·e·s en paient le plus gros tribut.

    –----

    Post-scriptum : Les pétitions sont un premier pas sur le chemin de la mobilisation. Quelques initiatives à soutenir :

    UNIGE : pétition pour « repenser la solution des examens »
    https://www.change.org/p/le-rectorat-de-l-universit%C3%A9-pour-repenser-la-solution-des-examens-%C3%A

    UNIL : pétition – Egalité pour tou-tes-x-s concernant les modalités d’examen :
    https://www.change.org/p/egalit%C3%A9-pour-tous-te-x-s-concernant-les-modalit%C3%A9s-d-examens

    EPFL : pétition contre les examens en août et pour des examens adaptés à la situation :
    https://www.change.org/p/epfl-epfl-contre-les-examens-en-ao%C3%BBt-et-pour-des-examens-adapt%C3%A9s-%

    * Post-scriptum 2 : Un peu de lecture, encore..

    https://www.sud-ep.ch/mettons-un-terme-a-la-mascarade

    https://www.sud-ep.ch/de-nos-conditions-detudes-par-temps-de-pandemie

    –-> Reçu par le syndicat SUD Etudiant-e-s et Précaires via mail, le 06.04.2020

    #éducation #apprentissage #Suisse #continuité_pédagogique #université #mascarade #égalité #ESR #enseignement_supérieur

    • #Acharnement_pédagogique ? Malgré la crise, les universités maintiennent les examens coûte que coûte

      En pleine épidémie de coronavirus, et alors qu’une crise sanitaire et économique des plus importantes frappe le monde entier, dans les universités françaises, seule la « continuité pédagogique » et les examens semblent être la priorité.

      Dans les universités, les examens maintenus dans des conditions particulièrement inégalitaires

      Alors que l’épidémie de Covid-19 a imposé, pour des raisons évidentes, la fermeture des centres universitaires et la fin des cours traditionnels à partir du 13 mars au soir, les cours continuent en ligne au nom de la « continuité pédagogique ». Si la poursuite des activités pédagogiques peut permettre à au moins une partie des étudiants de maintenir des liens avec leurs enseignants et leurs camarades dans une période de confinement difficile à traverser, le maintien des programmes habituels et des examens dans ces conditions, par contre, ne vont absolument pas de soi.

      Les étudiants, déjà forcés de suivre coûte que coûte les cours prévus au programme et de rendre des devoirs en ligne depuis le début du confinement, pourraient également devoir passer leurs examens de fin de semestre malgré la crise et les difficultés que cela engendre. De fait, les dernières ordonnances du gouvernement donnent aux présidences d’université la possibilité de modifier les modalités de validation des enseignements, suggérant le recours à des oraux en visio-conférence, à des devoirs maison, voire à des examens télésurveillés, c’est-à-dire des devoirs en temps limité surveillés au moyen d’un webcam par des entreprises spécialisées – moyennant un coût élevé.

      Ces solutions sont cependant synonymes d’un approfondissement des inégalités universitaires. Les témoignages recueillis et les enquêtes menées actuellement dans de nombreuses universités révèlent l’ampleur des difficultés. Premièrement, les étudiants n’ont pas le même accès au numérique selon leurs revenus et ceux de leurs parents. En outre, dans la mesure où un étudiant sur deux travaille sur le temps universitaire, beaucoup sont impactés sur ce plan : ceux qui sont salariés dans la grande distribution ont vu leur volume hebdomadaire de travail significativement augmentés pour faire face à la crise, tandis que d’autres ont perdu leur emploi et n’ont plus ou quasiment plus de revenus actuellement. D’autres habitent dans des logements insalubres et/ou ne leur permettant pas de s’isoler pour travailler ; certains encore secondent leurs parents dans l’accompagnement scolaire de leurs frères et sœurs. Enfin, il est évident que certains ont été touchés directement par le virus, et ont été malades eux-mêmes, ont dû aider un proche malade, ont perdu un proche. La question des examens en temps de crise profonde exacerbe les inégalités qui existent au sein de l’université bourgeoise.
      A l’Université Paris Dauphine, ainsi qu’à Nanterre et à Paris 1 pour les masters, ce seront des partiels en ligne qui seront organisés. Même si cela implique de laisser de côté les étudiants qui n’ont pas accès à l’informatique, ou de les forcer à se déplacer. Dans certaines facs, on parle encore de partiels fin mai ou en juin, mais dans quelles conditions vu les difficultés à prévoir au moment du déconfinement ? Plus encore, comment vont faire les étudiants qui comptent sur leur travail d’été pour financer leur année universitaire suivante, c’est-à-dire se loger et se nourrir à partir de septembre ?

      A Paris 7, ce sont même les partiels télésurveillés qui sont envisagés dans certaines UFR. Chaque département peut en effet prendre des décisions différentes, ce qui dévoile les logiques individualistes ayant cours dans l’Enseignement Supérieur. La concurrence qui règne entre départements et entre universités conduit à l’obsession pour les notes au nom d’une prétendue « valeur du diplôme », loin du mythe de l’enseignement universitaire émancipateur. La logique néolibérale appliquée à l’université, qui a conduit ces dernières années à la légalisation de la sélection en licence comme en master, impose ainsi aux étudiants une pression scolaire renforcée.

      A l’USMB, à Chambéry, des étudiants ont décidé de se mobiliser pour contredire les discours de la direction de l’Université qui expliquait que le déroulement des partiels ne posait pas de difficultés. Ils ont réalisé une enquête auprès des étudiants qui révèle de façon brutale la réalité de leur situation. Ainsi, 75% d’entre eux se disent largement angoissés par la situation ainsi que les nouvelles modalités de cours et d’examens, pendant que seuls 21 % disent réussir à travailler correctement actuellement. 65% déclarent devoir travailler pour vivre, certains ayant perdu leur travail (licenciement ou disparition des offres par exemple pour la garde d’enfant, l’aide au devoirs ou la restauration).
      Dans une période de crise, les examens sont-ils vraiment si nécessaires ?

      Face à la crise, les étudiants sont la première ligne d’ajustement. Entre ceux qui, livreurs Deliveroo ou salariés de MacDo et de la grande distribution, sont forcés à continuer de travailler en pleine crise sanitaire, ou ceux qui ont été licenciés ou ne reçoivent plus d’offre de travail, les étudiants font partie de ceux qui vont payer la crise. La crise actuelle renforce donc l’angoisse de l’avenir sur fond de précarité alimentaire ou locative. Dans ces conditions, il est clair qu’il est impossible pour de nombreux étudiants de se concentrer et de se préparer à passer leurs examens. Le maintien des examens coûte que coûte revient donc à condamner une large partie des étudiants, et notamment les précaires, à la seule perspective d’un redoublement, voire à l’éjection du système universitaire : un redoublement a en effet des conditions financières qui peuvent être dramatiques pour les étudiants les plus modestes, mais aussi, dans un système devenu de plus en plus sélectif, des conséquences sur la poursuite d’études – notamment en master.

      Plus largement, cette obsession à maintenir les évaluations dit quelque chose de l’enseignement universitaire et des logiques qui l’habitent. En effet, si le maintien des examens dans une période de crise profonde peut sembler simplement absurde à tel point il est déconnecté des préoccupations engendrées par cette crise, il a également pour conséquence de maintenir le contrôle sur les jeunes. En les maintenant dans le régime de la concurrence, en continuant le « business as usual », on évite que les jeunes scolarisés prennent la mesure de la situation et se politisent plus en profondeur. Concentrer l’attention sur des cours hors sols par rapport au drame mondial que nous vivons permet ainsi de freiner l’expression d’une colère suscitée par le renforcement de la précarité et par la gestion gouvernementale de la crise sanitaire. A l’opposé de cela, il s’agit de revendiquer la validation totale du second semestre pour tous les étudiants, et le recensement suivi de la mise à disposition de tous les moyens (laboratoires etc) des universités au service de la résolution de la crise.

      https://www.revolutionpermanente.fr/Malgre-la-crise-les-universites-maintiennent-les-examens-coute-

  • #Confinement : enquête sur les #conditions_de_vie et d’études

    Dès le 26 mars, l’université a ouvert une enquête anonyme en ligne sur les conditions de vie et d’étude de ses étudiant·e·s. Synthèse des 1ers résultats, grâce aux 3400 contributions recueillies.

    Panorama global de l’ensemble des réponses

    La consultation étudiante a été organisée avec 2 objectifs : cerner les conditions dans lesquelles se trouvent nos étudiant·e·s en cette période de confinement et identifier au mieux les difficultés rencontrées (financières, pédagogiques, pratiques, psychologiques…).

    Une majorité d’ étudiant·e·s déclarent ne pas être isolé·e·s, se sentir plutôt bien, mais une part importante déclare également rencontrer des difficultés. Une proportion non négligeable d’étudiant.e.s se trouve dans des situations problématiques, voire préoccupantes (entre 10 et 20% des étudiant·e·s selon les indicateurs retenus).


    Un peu plus de 10% des étudiant·e·s ont déclaré être seul·e.s pendant cette période de confinement. Les ⅔ sont avec leur famille et un peu moins d’⅕ est confiné·e avec d’autres personnes. Si une petite majorité se confine sur Rennes ou Saint-Brieuc ou à moins d’une heure de leur campus, 45% sont plus éloigné·e·s, à plus d’une heure, dans les Dom-Tom ou à l’étranger.
    L’équipement informatique et la connexion : ¼ en difficulté

    Parmi les étudiants qui ont pu répondre à cette enquête, disposant donc d’un minimum de moyen de connexion, 80% des étudiant·e·s disposent d’un ordinateur à usage personnel mais 7% doivent le partager et 1,4% n’en disposent pas du tout. L’accès au réseau Internet est un problème pour 15% d’étudiant·e·s, qui déclarent un accès limité, souvent compris dans les forfaits téléphoniques.

    Plus de la moitié des étudiant·e·s (58%) disent se sentir bien ou plutôt bien à l’issue de 10 jours de confinement. Mais un quart se reconnaît hésitant, affirmant ne pas vraiment savoir s’ils se sentent bien ou pas et plus de 10% déclarent se sentir mal ou plutôt mal.

    Plus de la moitié déclare des difficultés, pas toujours dues au confinement mais à tout le moins aggravées par le confinement.

    Les difficultés « scolaires », liées à la continuité pédagogique, sont les plus fréquentes puisque qu’elles concernent plus d’⅓ des étudiant·e·s. Elles sont suivies par des difficultés psychologiques (plus d’¼), financières et pratiques (⅙ dans les deux cas). Mais ces difficultés se cumulent… et l’on recense environ 10% d’étudiant·e·s qui déclarent 3 types de difficulté ou plus.
    Les points d’alerte sur la continuité pédagogique, les finances, le stress

    Les difficultés scolaires, pratiques, financières signalées sont probablement à mettre en lien avec la proportion importante d’étudiant·e·s (plus d’¼) mentionnant des difficultés psychologiques. Concrètement, les réponses font état de stress, voire de situations d’épuisement (en particulier pour les étudiant·e·s travailleu.r.se.s et parents). Au-delà de l’anxiété liée à l’épidémie (peur pour soi et pour ses proches), la vie se trouve bouleversée et certain·e·s étudiant·e·s se disent débordé·e·s, perdu·e·s et inquiet·e·s. Et l’absence de visibilité sur les conditions de déroulement des examens a un effet amplificateur.
    La continuité pédagogique satisfaisante pour ⅔ des étudiants mais des aménagements à faire

    ⅔ des étudiant·e·s considèrent les solutions proposées par les équipes pédagogiques comme (plutôt) appropriées dans ces circonstances exceptionnelles. Les étudiant·e·s sont néanmoins nombreux·ses à signaler des difficultés liées à l’enseignement à distance : augmentation de la charge de travail, difficultés à s’organiser, interactions avec les autres étudiant·e·s difficiles…

    L’inégal aménagement des conditions d’étude et de travail

    Pour certain·e·s, les difficultés pratiques semblent lourdes et pèsent sur les conditions d’étude à distance : accès aux outils numériques (absence ou nécessité de partage), au réseau Internet, présence d’enfants ou de frères et sœurs dont il faut s’occuper, conciliation avec un emploi voire avec une réquisition (hôpitaux, commerces d’alimentation).
    Les difficultés financières

    Elles sont souvent décrites, principalement en lien avec une perte d’emploi (projet de vacations, d’intérim, pas de relais par pôle emploi, etc.). Ces situations critiques peuvent concerner des couples qui traversent cette même situation. Les inquiétudes relatives au paiement du loyer et des factures sont fréquentes.
    Face aux difficultés exprimées, que faire dans l’immédiat ?

    Pour ce qui concerne les difficultés liées à la continuité pédagogique, l’ensemble des équipes pédagogiques a été informée des difficultés rencontrées par des étudiant·e·s.
    Le nouveau calendrier des examens terminaux, en cours de validation devant les instances de l’université, sera diffusé en milieu de semaine prochaine.

    Pour les difficultés d’ordre psychologique, financier, de santé, les équipes de l’université travaillent à renforcer, diversifier et coordonner les différentes aides pour répondre au plus vite. Des aides d’urgence se mettent en place avec le Service de santé des étudiant·e·s (SSE) et le CROUS. Enfin les établissements d’enseignement supérieur poursuivent la mobilisation de fonds afin de renforcer et diversifier les aides exceptionnelles au plus vite.
    Détail des répondants
    Qui sont les répondant·e·s ?

    L’analyse porte sur 3468 répondant·e·s. ayant répondu entre le 26 et le 27 mars 2020.

    Les graphiques ci-dessus indiquent la répartition par niveau et par site géographique. Le taux de retour par rapport à l’effectif total d’étudiant·e·s accueilli·e·s à Rennes 2 est d’environ 16%, respectant la répartition des étudiant·e·s sur les différents campus.

    Les retours en fonction des années d’études sont assez proches de la structure observée sur la population totale d’étudiant·e·s à Rennes 2 même si on constate une légère surreprésentation des étudiant·e·s de L2 et L3 parmi les répondant·e·s.

    Référent·e·s Université Rennes 2 de l’enquête :

    Céline Piquée, Vice-présidente chargée de la vie étudiante et de la vie des campus
    Patricia Legris, Vice-Présidente, Santé, Solidarité et Accompagnement social des étudiants
    Fabien Caillé et Clément Gautier, Vice-Présidents étudiants

    https://www.univ-rennes2.fr/article/confinement-enquete-sur-conditions-vie-detudes
    #conditions_d'études #étudiants #ESR #enseignement_supérieur #statistiques #chiffres #université #facs #coronavirus #France #enquête #inégalités #fracture_numérique #Rennes #Rennes_2

    ... et toujours cette maudite #continuité_pédagogique :
    https://seenthis.net/messages/831759

    • Confinement et suivi des cours à distance durant l’épidémie de COVID-19. Premiers résultats d’un questionnaire envoyé aux étudiant·e·s de la Licence sciences sanitaires et sociales (SSS), des Masters de santé publique, mention « Santé, Populations et Territoires » (SPT) et mention « Santé, sécurité au travail »(SST)de l’Université Sorbonne Paris Nord (USPN)

      https://onedrive.live.com/?authkey=%21AC%2DVYtA9hLcfPFk&cid=A27E9A0DA6A579D7&id=A27E9A0DA6A579D

    • La continuité pédagogique, vraiment ?

      Plutôt que supposer que tout cela était possible, nous avons alors choisi, avec mon collègue Olivier Zerbib qui co-anime avec moi ces travaux dirigés, de réaliser un sondage auprès de nos étudiant.es pour essayer d’évaluer leur capacité à suivre des cours à distance. Ce sont les résultats de ce sondage, que nous avons finalement étendu à la totalité des étudiant.es de licence de sociologie de l’Université Grenoble Alpes ainsi qu’aux quelques étudiants du master (SIRS) “Sociologie de l’innovation et recompositions sociales”, que je voudrais vous présenter rapidement dans ce billet.

      https://seenthis.net/messages/835290
      #sondage #Grenoble

    • Continuité pédagogique, ruptures sociales. Comprendre nos étudiant·es en temps de confinement

      Notre texte se base sur la démarche d’enseignant·es chercheur·es de la Licence Sciences sanitaires et sociales et de Masters de Santé publique de l’Université Sorbonne Paris Nord (ex-Université Paris 13).

      Ayant le sentiment de ne pas bien cerner les difficultés vécues par les étudiant·es durant cette période de confinement, nous avons décidé d’aller vers elles et eux pour essayer de comprendre leur quotidien. Nous avons à cet effet construit un petit questionnaire en ligne qui nous a permis de recueillir de précieux renseignements.

      Il ne s’agit pas de présenter ici ce questionnaire dans son ensemble1, mais de discuter certains aspects de ce qu’il permet de saisir de l’expérience du confinement parmi nos étudiant·e·s, et de ce que cela implique dans leur rapport à l’université. Ces remarques permettent aussi d’avancer quelques pistes quant à la relation à développer vis-à-vis de nos étudiant·e·s, dans une période si singulière : ne faudrait-il pas, dans ces temps particuliers, revoir nos priorités et faire vivre, en lieu et place d’une illusoire « continuité pédagogique », une « continuité critique » basée sur le maintien du lien et le refus de l’évaluation à tout prix ?
      Au départ de la réflexion : des signaux faibles de difficultés sociales et d’inégalités face à la poursuite de l’enseignement à distance

      Le 16 mars 2020 les universités se sont « arrêtées » – elles étaient toutefois déjà en partie « à l’arrêt » du fait de la contestation des réformes envisagées par le gouvernement, et nos cours étaient en partie « alternatifs ». Mais cet arrêt-là n’était pas préparé : annoncé brutalement, il a été mis en œuvre comme la plupart les décisions récentes du gouvernement, c’est-à-dire sans concertation, sans préparation, sans cohérence. Le 17 mars, c’est finalement la population dans son ensemble qui était confinée — hormis bien sûr celles et ceux qui continuaient de faire vivre les services de santé, le secteur de l’alimentation, etc. S’en est suivie une forme de silence au sein de la communauté académique. Silence entre collègues, du fait des multiples difficultés à organiser sa vie personnelle en temps de confinement, mais aussi silence dans notre relation à toute une partie de nos étudiant·es. Bien sûr, rapidement, nos échanges ont repris et quelques cours à distance ont remplacé nos cours d’amphi et nos TD : envois de documents, tchats, cours enregistrés, parfois cours en direct… Mais personne ne croyait réellement que ces cours de substitution allaient toucher l’ensemble nos étudiant·es. Nous en avons rapidement eu la confirmation.

      Plusieurs constats se sont ainsi imposés à nous. Une poignée d’étudiant·es seulement interagissait avec nous et nous recevions des mails inquiets faisant état de difficultés de compréhension. Surtout, nous recevions des signaux inquiétants sur leurs conditions de vie : certain·e·s étudiant·es disant être sans accès à internet, d’autres relatant leur travail d’aide-soignante ou de caissière (emplois devenu beaucoup plus fatigants depuis le confinement), ou encore signalant qu’elles et eux-mêmes ou leurs proches étaient malades, parfois jusqu’à l’hospitalisation. Mais il ne s’agissait encore que de quelques messages, dont nous partagions le contenu général entre collègues régulièrement. Le confinement se prolongeant, l’inquiétude grandissait de notre côté concernant la situation de nos étudiant·es, d’autant que s’annonçait la question de l’évaluation des connaissances de fin de semestre…

      Nous avons donc lancé, le 6 avril, un questionnaire en ligne, envoyé via les mails personnels récupérés dans différents cours par les enseignant·es, et avons reçu en deux jours 411 réponses, soit un taux de réponse de plus de 80% pour nos trois années de licence et deux de nos masters.
      Des étudiant·es aidant·es à l’intérieur, exposé·es à l’extérieur

      Tout d’abord, il est important de préciser que nos formations sont très largement féminisées : il y a, sans grande variation dans les dernières années, environ 5% d’hommes seulement dans nos promotions (6,6% dans le présent questionnaire). Une part importante de nos étudiant·es est par ailleurs issue des classes populaires, et plus de la moitié résident en Seine-Saint-Denis, où est localisée l’université. Pour les autres, les temps de trajet pour rejoindre l’université sont parfois très longs, dépassant fréquemment une heure pour venir sur le campus2. Nos étudiant·es vivent fréquemment, cela ressort du questionnaire, dans des logements partagés, déclarant par exemple vivre avec, en moyenne, 3,8 autres personnes dans leur logement.

      Surtout, nous l’avons compris à la lecture des réponses à une question ouverte en fin de questionnaire, les conditions de confinement sont très diverses. Certes, une partie importante de nos étudiant·es parvient à se ménager un « espace à soi » (70,6% disposent d’un espace dans lequel ils ou elles peuvent s’isoler pour travailler) mais nombre d’entre elles et eux passent une partie de leur temps à s’occuper de membres de leur foyer ou ont continué à occuper un emploi salarié durant cette période (en télétravail pour une part, mais surtout dans des emplois exposés, aux caisses des grandes surfaces, à l’hôpital ou en EPHAD…).

      Une étudiante explique ainsi vivre à cinq personnes dans un appartement de trois pièces. Elle explique qu’il est, chez elle, impossible de se concentrer et précise :

      “Il faudrait se lever à 5h du matin pour pouvoir étudier dans le calme mais vous comprenez que c’est compliqué. Pour ma part, j’allais toujours à la bibliothèque pour pouvoir étudier dans le calme et lire des ouvrages. Cela fait deux semaines que j’essaye de lire un livre mais en vain. C’est vraiment démotivant. J’en arrive à faire des crises d’angoisses, j’ai une éruption de boutons qui sont apparus dû à ce stress. Enfin voilà c’était juste pour que vous compreniez bien ma situation qui est sans aucun doute la situation de beaucoup d’autres étudiants”.

      Pour une autre étudiante, elle aussi confinée, la difficulté à se concentrer sur le travail universitaire se double de la nécessité d’assurer la « continuité pédagogique » pour des frères et sœurs :

      « Durant le confinement, c’est très difficile de se concentrer sur le travail universitaire car je dois m’occuper du travail scolaire de mes petits frères et sœurs et m’occuper du foyer (la cuisine, le ménage, etc.)”.

      Une autre souligne :

      “Avec le confinement, les crèches sont fermées, ma fille est donc exclusivement gardée par moi. J’ai du mal à trouver le temps pour me consacrer à mes études. Je dois aussi m’occuper de ma mère qui est actuellement hospitalisée”.

      De fait, 64% des répondant·es estiment que le temps consacré à d’autres personnes (frères, sœurs, parents, personnes âgées, enfants, etc.) a augmenté depuis le début du confinement.

      Parmi les étudiant·es ayant continué à occuper une activité salariée, évoquons cette étudiante qui, vivant seule dans son logement, parle de son travail aux caisses d’un supermarché :

      « Étant donné que je suis caissière dans un supermarché mes horaires, en cette période de confinement, ont énormément changé, je travaille beaucoup plus ce qui fait que je suis moins chez moi et lorsque je rentre je suis fatiguée de mes journées de travail qui ne cessent d’être plus chargées de jour en jour (…) De mon côté, dans le supermarché dans lequel je travaille, je ne peux me permettre d’être absente puisque vu la situation de nombreux collègues sont absents, ce qui rend la charge de travail plus conséquente« .

      Pour d’autres, la “double-journée” travail salarié / travail domestique, prend actuellement un poids particulier, comme pour cette étudiante qui écrit :

      “Je suis salariée dans le domaine médical en plus de cela j’ai quatre enfants dont deux en primaire où il m’a fallu m’improviser professeur !! Avec en plus tous mes cours à revoir, c’est vraiment compliqué ”.

      Malgré le maintien d’une activité salariée chez certain·es, les difficultés financières provoquées par le confinement semblent importantes, puisque 31,4% des répondant·e·s disent éprouver des difficultés financières nouvelles depuis le début du confinement. Quelques réponses évoquent d’ailleurs une inquiétude quant au prolongement éventuel de l’année universitaire, qui les empêcherait de commencer rapidement un « job d’été ».

      De façon générale, certain·es étudiant·es évoquent la “charge émotionnelle” qui pèse sur eux (et surtout elles) durant cette période. On ressent cette charge dans cette réponse par exemple :

      “Aide-soignante, j’ai dû, grâce à mon diplôme, aider les hôpitaux. Je suis également maman. Malheureusement mon conjoint a contracté le virus il est actuellement sous surveillance nous sommes séparés de notre fille qui est actuellement chez ma mère pour éviter toute contamination. Le moral n’y est pas du tout, je tente tant bien que mal de prendre les cours, les récupérer ce n’est pas facile”.

      Ou encore ici :

      “C’est une situation très difficile moralement, je me sens perdue avec tous ces mails, même si je sais bien que les enseignants essayent de faire de leur mieux ! Et même si je sais que je dois consacrer du temps pour mes tâches universitaires, je ne peux laisser mes parents s’occuper à eux seuls du foyer et se fatiguer physiquement sachant que c’est assez dur pour eux aussi, nous avons tant de responsabilités dans cette maison !”.

      D’autres types de difficultés sont encore évoquées telles que les tensions provoquées par la promiscuité dans une colocation.

      Rares sont finalement les étudiant·es qui affirment pouvoir “profiter” de cette période, au contraire ils et elles sont près de 65% à affirmer vivre cette période avec difficulté. Ceci nous rappelle à quel point la romantisation du confinement est un privilège de classe, parfois relayé par des universitaires sur les réseaux sociaux, appelant leurs étudiant·es à « relire » tel ou tel auteur ou à « prendre le temps de faire le point sur leur orientation »3.
      L’illusion d’une continuité pédagogique à distance et les effets amplifiés d’un recours massif aux vacations

      Faut-il pour autant en conclure que nous (enseignant·es, enseignant·es-chercheur·es) ne pouvons rien face à cette situation, et qu’il nous faut simplement attendre la fin du confinement pour reprendre une activité « normale » ?

      Avant de répondre, il convient d’abord de revenir sur la notion de« continuité pédagogique » d’abord élaborée pour le primaire et le secondaire, avec le succès mitigé que l’on sait. Reprise à la fois dans le discours ministériel et dans l’expression de certain·es collègues du supérieur, en particulier sur les réseaux sociaux, il s’agit d’expliquer qu’au fond, tout peut se passer à distance comme si de rien n’était. Il faut dire que le distanciel est par ailleurs déjà encouragé dans nos universités, où les amphis pleins à craquer semblent voués à se transformer en cours à distance. Une absurdité, en particulier dans une filière qui accueille nombre de lycéen·nes des filières technologiques, parfois en difficulté scolaire au lycée. Non préparée, dotée de moyens techniques aléatoires, la tenue de cours à distance semble encore plus illusoire actuellement qu’en temps « normal » : nos étudiant·es ne sont ainsi que 53% à posséder un ordinateur personnel pour travailler à distance, et 65% estiment avoir une connexion « moyenne » ou « mauvaise » qui ne leur permet pas de suivre parfaitement une visioconférence. Voilà qui ne manque pas de questionner lorsque certain·es enseignant·es choisissent de dispenser des cours en temps réel via des plateformes qui ne permettent pas l’archivage de la séance, ou lorsque certaines universités envisagent même des examens de fin d’année en temps limité. Mais au-delà des difficultés « normale », la grande faiblesse des cours dématérialisés semble être… la dématérialisation ! Parmi tous les motifs expliquant les difficultés de celles et ceux qui affirment avoir du mal à suivre les cours, la difficulté à comprendre« sans la présence physique de l’enseignant·e » arrive en tête, juste avant« la difficulté à se concentrer » et loin devant « les difficultés à accéder aux contenus ».Indice que la relation étudiant·e/enseignant·e en présentiel a peut-être quelque chose à faire avec l’efficacité de l’apprentissage…

      Par ailleurs, signe que l’éloignement pédagogique n’est pas seulement le fait des étudiant·e·s, 65,9% d’entre elles et eux disent avoir été mal informé·es depuis le début du confinement ou avoir perdu le contact avec leurs enseignant·es. La difficulté du contact avec les enseignant·es de TD, qui sont, pour la plupart, vacataires, ressort nettement des réponses au questionnaire. Les hypothèses sur les causes de cette situation ne sont pas difficiles à formuler. Nos collègues vacataires sont, pour une part, doctorant·es : elles et eux aussi peuvent être concerné·es par des conditions de confinement difficiles, et l’injonction à finir sa thèse dans les temps malgré le confinement. Une autre part de ces collègues sont des professionnel·les ayant une activité hors de l’université (avocat·es, formateurs et formatrices en travail social, enseignant·es du secondaire, etc.) : pour elles et eux, il est probable que cette période ait nécessité beaucoup d’adaptations familiales et/ou professionnelles. On ne peut dès lors leur tenir rigueur d’avoir priorisé leur activité principale sur leur activité secondaire, payée en deçà du SMIC4 dans nos universités… Cette diversité de statuts est d’ailleurs bien saisie par des étudiant·es qui en notent les effets dans leurs réponses au questionnaire, à l’instar de ces étudiantes :

      “La difficulté réside principalement dans le manque de réponse de la part de certains enseignants – je comprends parfaitement que certains ne soient pas titulaires et qu’ils ont d’autres emplois en parallèle, mais ceci nous pénalise et des zones d’ombres persistent par rapport à certains cours” ; “ certains enseignants de TD nous délaissent. (…) Je veux bien comprendre que certains d’entre eux ont une activité autre que celle d’enseignant, mais tout de même.” ; “il reste difficile de contacter certains enseignants et notamment ceux qui ont une autre activité professionnelle en parallèle de l’enseignement« .

      Là encore, il faut souligner que ces critiques sont d’autant plus entendables que les étudiant·es n’hésitent pas en même temps à souligner l’investissement de certain·es collègues5. Les personnes nommément désignées pour leur investissement sont le plus souvent titulaires ou contractuelles, c’est-à-dire qu’il s’agit de personnes pour lesquelles enseigner est à la fois le métier et l’activité principale… Ici encore il ne s’agit absolument pas de dire que les enseignant·es vacataires seraient de mauvais·es pédagogues ou ne s’investiraient pas dans leur mission : il s’agit simplement de souligner que leur statut ne les met pas toujours dans la situation de pouvoir assurer le meilleur enseignement possible, en particulier lorsqu’une crise survient.

      Les quelques titulaires de nos formations (une quinzaine pour cinq cents étudiant·es) continuent globalement à répondre aux mails, à assurer une forme de continuité numérique en envoyant des supports, en relayant ceux des vacataires qui n’ont pas accès aux plateformes en ligne, etc. Mais cela ne peut pas suffire ! Une reconfiguration totale, dans l’urgence, de tout le parcours pédagogique, nécessiterait une réactivité considérable de chacun·e et une parfaite coordination de l’équipe enseignante pour clarifier les consignes, répartir la charge de travail des étudiant·es, mutualiser ce qui peut l’être. Déjà difficile à construire entre titulaires, comment atteindre une telle configuration lorsque des équipes de TD composées de vacataires sont parfois sous la responsabilité… d’enseignant·es de CM également vacataires ?

      La période que nous vivons accroît donc manifestement les effets de la précarisation de l’enseignement supérieur dénoncée depuis plusieurs années… et qui l’étaient encore bien plus ces derniers mois depuis l’annonce du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) !

      Le questionnaire ne laisse d’ailleurs aucun doute sur les limites de la “continuité pédagogique”. À la question “Depuis la fermeture de l’université, avez-vous réussi à suivre les enseignements proposés à distance ?”, 80% des étudiant·es répondent par la négative. Une étudiante parle ainsi de sa difficulté à “accrocher aux cours à distance”, une autre nous dit : “j’ai peur de ne pas valider mon deuxième semestre car dans les cours envoyés il y a plein de choses que je ne comprends pas”. Un dernier enfin affirme : “je suis clairement en train de lâcher prise”.
      Savoir réviser ses priorités, faire vivre une continuité critique

      Il est bien difficile d’affirmer de manière définitive ce qu’il aurait fallu mettre en place pour que les choses se passent mieux, pour que nos étudiant·es (ou du moins une partie d’entre elles et eux) ne perdent pas pied durant le confinement. D’autant que les réponses recueillies ne se réduisent en rien à des questions organisationnelles : ce n’est pas d’un meilleur environnement numérique de travail (ENT) que nous avons vraisemblablement le plus besoin (celui de notre université n’est d’ailleurs pas si mal…), ni (même si cela est bienvenu…) d’une distribution d’ordinateurs ou de clefs 4G ! Nous avons besoin d’universités qui recrutent davantage de titulaires et qui leur permettent de construire un vrai lien de confiance avec leurs étudiants·es, c’est-à-dire qui leur donnent du temps en classe, des amphis qui ne soient pas surchargés, des bureaux pour recevoir les étudiant·es, car la confiance paie dans la relation pédagogique. On voit par exemple dans les réponses ouvertes que nous avons recueillies que même lorsqu’il était fait état de grandes difficultés, nombre de nos étudiant·es nous remercient d’avoir conçu ce questionnaire, de nous intéresser à elles et eux, de leur demander leur avis sur la tenue des examens.

      Si l’on élargit encore le champ des réponses possibles à cette crise, il est clair nous avons besoin d’une société qui réduit enfin les inégalités qui font que dans notre université de Seine-Saint-Denis, seul·es 53% des étudiant·es possèdent un ordinateur personnel quand ils et elles sont 92,1% dans une licence de l’Université Paris Dauphine6 !

      Mais quant aux actions à mener dans l’urgence, la réflexion doit sans doute porter sur le type de lien que l’on souhaite maintenir avec nos étudiant·es. Nous sommes quelques un·es à considérer que ne pouvons pas faire comme si de rien n’était, comme si la population n’était pas massivement confinée, inquiète, exposée à une précarité économique actuelle ou future. Nous avons continué à envoyer des documents à nos étudiant·es en lien avec nos cours, mais surtout parce qu’une grande partie d’entre eux sont utiles à la compréhension de ce qui se passe (droit de la santé, sociologie des politiques sociales, histoire de la santé publique…) et non dans la perspective de « finir un programme » en vue d’examens à venir. Nous avons surtout fait le choix de proposer de répondre aux questions individuelles de nos étudiant·es, par tchat, par mails, et avons initié une revue de presse hebdomadaire envoyée tous les mardis à nos 500 étudiant·es7 : il s’agissait alors de leur proposer une sélection de sources pour s’informer et réfléchir à la crise en cours… mais aussi de découvrir des films, podcasts, sites internet pour penser à autre chose !

      Enfin, puisque cette question est devenue inévitable, nous avons dû réfléchir aux examens. Le consensus n’est malheureusement pas au rendez-vous de ce côté-là dans les universités, et la perspective d’une neutralisation du semestre ne s’est pas imposée dans la plupart des formations8. Les examens en présentiel étant exclus du fait de la situation sanitaire, des examens en distanciel s’organisent, sous la forme de « devoirs maison », avec un délai permettant aux étudiant·es de s’organiser. De notre côté, le questionnaire dont nous avons fait état dans cet article a été important pour choisir cette solution d’entre-deux : il montrait trop de difficultés dans les conditions de travail de nos étudiant·es pour permettre d’envisager des partiels « en temps réel ». Cependant, nous restons insatisfait·es. L’évaluation, au regard de la situation des étudiant·es évoquée ci-dessus, n’a plus grand sens : s’y accrocher à tout prix, n’est-ce pas faire le jeu du “tout va bien” ? N’est-ce pas nous complaire dans ce rôle de dispensateur de diplôme auquel on cherche à nous assigner ?


      *

      En dépit ou grâce à l’ensemble des difficultés que nous avons repérées pour les étudiant·es ou les enseignant·es durant le confinement, nous espérons que cette crise sanitaire et sociale sera l’occasion de prendre conscience de la nécessité, dans le secteur éducatif et de la recherche comme à l’hôpital, d’un service public préparé à affronter au mieux ce type de situation. Un service public doté en personnel stable et à même de remplir sa mission : répondre aux besoins fondamentaux de quiconque, sans distinction de fortune, partout, tout le temps.

      Nous remercions vivement nos étudiant·e·s de la Licence Sciences sanitaires et sociales et des Masters de Santé publique (Santé, population et territoires et Santé et sécurité au travail), qui ont pris le temps de répondre au questionnaire et se sont parfois livrés à nous par mail sur leurs conditions de vie durant le confinement.

      https://academia.hypotheses.org/22921

      Etude complète :
      https://f.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/793/files/2020/04/P13_Carayon_Vuattoux_Synthe%CC%80seResultats_versionpublique.pdf

  • Mon école a fait un « sondage » qui vaut ce qu’il vaut sur les conditions matérielles de la #continuité_pédagogique. Il en ressort qu’une part importante d’étudiant·es (qui ont répondu au sondage par Internet !) n’ont qu’un smartphone ou pas Internet ou pas de forfait suffisant pour suivre les cours en ligne... À cela s’ajoute la grosse inconnue de celles et ceux qui n’ont pas répondu (dont moi).

    Chères et chers collègues, chères étudiantes, chers étudiants,

    En espérant que ce courriel vous trouve toutes et tous en bonne santé, je reviens vers vous afin de vous communiquer les premiers résultats de l’enquête menée sur Moodle depuis le 23 mars dernier auprès des étudiant.e.s. Le but de ce sondage est 1) d’évaluer leur possibilité matérielle de bénéficier de l’enseignement à distance déployé dans le cadre de la continuité pédagogique et 2) de collecter leurs avis, suggestions et éventuelles difficultés relatives aux outils et modalités de ces enseignements.

    On notera tout d’abord une faible participation. En effet, jusqu’à présent seulement 8% des étudiants inscrits sur Moodle (5990) ont répondu. J’invite d’ailleurs toutes celles et tous ceux qui n’ont pas encore répondu à le faire dès maintenant (Participer à l’enquête). Même en réduisant la population de référence aux seuls étudiants s’étant connectés au moins une fois depuis le début du semestre (4167), le taux de participation reste faible à moins de 12%. On peut se demander si cette « non-participation » n’est pas déjà révélatrice de la difficulté de nos étudiants à utiliser le principal outil dont nous disposons pour assurer cette fameuse continuité pédagogique ?

    Sans surprise, tous les étudiants qui ont répondu au sondage disposent d’au moins un équipement informatique (ordinateur de bureau ou portable, tablette, smartphone). Mais une fois encore on peut se demander si le défaut d’équipement n’a pas été pour certains la raison de leur absence de participation. Il est a souligné que 14% des sondés disposent uniquement d’un smartphone. Cet équipement ne permet clairement pas de travailler dans de bonnes conditions et n’est pas adapté à de nombreuses tâches demandées par les enseignants.

    A cette inadaptation de l’équipement, s’ajoute pour certains l’impossibilité d’accéder à internet dans des conditions leur permettant de bénéficier des ressources que nous proposons. En effet, 22% de ceux qui ne possèdent qu’un smartphone n’ont pas de forfait internet mobile (3% du total des sondés). Par ailleurs, 19% des sondés qui ont une connexion internet mobile ont une capacité data inférieure ou égale à 10 Go (9% ont une capacité inférieure à 5 Go). Enfin, 22% des sondés ont une puissance de connexion inférieure ou égale à la 3G. Autrement dit, compte tenu de la faiblesse de leur puissance de connexion et de la faible capacité de leur forfait data, environ 20% des sondés n’ont pas la possibilité de bénéficier des ressources gourmandes en data telles que la visio-conférence ou les enregistrements vidéo déposés sur Moodle.

    D’un autre côté, près de 61% des sondés disposent à la fois d’un ordinateur (portable ou de bureau) et d’un smartphone. Ils sont également 77% à disposer d’un forfait 4G et 40% à disposer d’un forfait data supérieur à 50 Go. S’il en était encore nécessaire, ces chiffres soulignent les inégalités criantes entre nos étudiants quant à leur accès aux ressources numériques. Dans ces conditions, la continuité pédagogique n’est clairement pas pour tous et tous ne se présenteront pas aux examens avec les mêmes chances, quand bien même ceux-ci pourraient être organisés en présentiel.

    Pour tenter de pallier au moins partiellement les problèmes d’équipement informatique et de connexion internet, nous lançons dès cette semaine l’opération « Restons connectés », qui comportera deux actions : une aide financière pour l’achat ou l’extension d’un forfait data mobile et la distribution de matériel informatique via une plateforme de partage communautaire. Je reviendrai très prochainement vers vous, pour vous donner toutes les informations relatives à cette opération.

    Contrairement à ce que les chiffres que je viens de vous donner pourraient nous laisser penser, les obstacles que rencontrent nos étudiants dans la poursuite à distance de leur cursus ne sont pas uniquement de nature technologique. C’est ce que nous montrent les très nombreux commentaires libres recueillis (29% des sondés ont laissé un commentaire). Ils permettent en effet de prendre la dimension des très nombreuses difficultés rencontrées par les étudiants. Les conditions de vie et parfois de promiscuité sur leur lieu de confinement (28% des sondés ne disposent pas d’un espace où s’isoler pour travailler), la précarité économique accrue pour certains, l’incompatibilité des horaires des cours avec leurs nouvelles contraintes professionnelles et familiales sont autant de facteurs qui dégradent leurs conditions d’étude. Les commentaires les plus récurrents et qui doivent impérativement nous interpeller signalent la difficulté de faire face à la multiplication des travaux demandés, la pression parfois exercée quant aux délais, à l’assiduité ou aux évaluations, l’apparent manque de concertation au sein de certaines équipes enseignantes, le manque de retour sur les devoirs rendus. Je nous invite à prendre connaissance des quelques commentaires reproduits ci-après et à en à tenir compte au cours des prochaines semaines.

    Déployer une offre de formation à distance aussi complète que possible en l’espace de quelques jours dans le contexte du confinement était un formidable défi que nous avons relevé avec beaucoup d’enthousiasme et d’investissement avec l’appui constant de l’équipe TICE. Cela nous a permis de maintenir un lien pédagogique avec beaucoup de nos étudiants. Cependant, comme le révèle l’enquête, cet enseignement à distance se heurte à des difficultés de tous ordres, matérielles, organisationnelles, psychologiques. Cet état de fait doit nous conduire à la plus grande bienveillance envers nos étudiants. Il nous invite aussi à réfléchir à ces pratiques, une démarche salutaire au moment où il va falloir penser la fin de l’année universitaire et donc les évaluations.

    En vous souhaitant à toutes et à tous bon courage pour les jours et les semaines à venir,

  • Mobilisation contre la #continuité_pédagogique en #Allemagne

    Le réseau des initiatives des précaires dans l’#ESR allemand, le #Netzwerk_für_Gute_Arbeit_in_der_Wissenschaft (#NgAWiss), mobilise en ce moment contre la #rentrée du deuxième semestre (qui se fait à la mi-avril outre-Rhin). Les arguments pour la soi-disant „continuité pédagogique" avancés par les président.e.s des #facs sont aussi hallucinants qu’en France - avec la différence notable que 11.000 travailleur.e.s de l’ESR allemand, dont une grande partie de titulaires (et notamment de PU), ont signé une lettre ouverte demandant l’#annulation du prochain semestre : https://www.nichtsemester.de/cbxpetition/offener-brief

    Les arguments sont les mêmes que celles qu’on mobilise en France : la #précarité_étudiante, notamment des étranger.e.s, la précarité des #non-titulaires, les responsabilités du #care que les unes et les autres assurent à la maison, etc.

    Dans son communiqué, le NgAWiss souligne également l’#absurdité de maintenir les #financements_par_projet pour la #recherche urgente sur le coronavirus (l’agence qui correspond à l’ANR outre-Rhin, la DFG, joue le même jeu) : https://www.mittelbau.net/stellungnahme-solidarisch-durch-die-krise-prekaere-wissenschaft-in-der-pa

    Le syndicat unter_bau de l’université de Francfort sur le Main appelle de son côté à résister à la transformation néolibérale de l’#université allemande qui risque de s’accélérer avec la crise (#digitalisation, suppression d’instances de décision démocratique, etc.) et a développé un catalogue de revendications très ciblées : https://unterbau.org/2020/03/30/gegen-unsicherheit-in-der-corona-krise

    Je suis frappé par la similitude des revendications avec les nôtres. C’est à garder en mémoire quand on ressortira pour reconstruire notre mouvement, approfondir son internationalisation et en finir avec „les connards qui nous gouvernent“ (Lordon) des deux côtés du Rhin et au delà.

    Message reçu via la mailing list Facs et labos en lutte, le 03.04.2020

    #université #enseignement_supérieur

    • German academics revolt over ‘business as usual’ plans

      More than 10,000 signatories want summer exams made optional and teaching loads cut, raising the question: how productive can academics really be during a pandemic?

      German university leaders are at loggerheads with more than 10,000 academics and students over whether to press ahead with mandatory exams in the upcoming summer semester – and over the wider question of how productive academics are expected to be in the middle of a pandemic.

      Delaying exams would mean overloaded courses and student housing in the winter semester later this year, university leaders fear.

      “It has to continue; this is our general conviction. It’s important to have a semester that is mandatory for all,” said Peter-André Alt, president of the German Rectors’ Conference.

      This debate, which is playing out in the pages of Germany’s national newspapers, has exposed inequalities between the country’s tenured professors and younger scholars stuck on fixed-term contracts.

      More than 10,000 academics and students have signed a petition calling for the summer term, which normally starts in mid-April, to not be “business as usual”. They want students not to be penalised if they cannot work or take exams as normal, fixed-term contracts extended and teaching loads cut as lecturers struggle to shift teaching online.

      “There are the students who have to generate an income, have visa issues, have care duties now. We all are home schooling now,” said Paula-Irene Villa, professor of sociology and gender studies at LMU Munich, and one of the authors of the petition.

      Institutional responses need to be based on the “real, actual, factual, empirical situation that universities find themselves in” and “not as if universities were all run by people like me” − that is, senior, financially secure, tenured professors, she said.

      Switching to online teaching “takes more than just saying: let’s all go to Slack or Zoom”, she said.

      But Professor Alt believes that while moving teaching online will be a “high burden” for academics, less time will be spent on activities such as class discussion. “In the end, I don’t think it’s more [work]” for academics, he said.

      In reality, university leaders and petitioners do agree on some things, such as the need for a blanket extension of temporary contracts. Additionally, subjects such as lab-based disciplines and engineering that require physical teaching might have their semesters extended to June or July, Professor Alt said.

      But the clash is as much about tone as about practical policies. During the pandemic, can academics be expected to be as productive as ever?

      Professor Alt, an expert on German literature, recalled a period early in his career when the university library unexpectedly had to close – just as he was writing his second book.

      “But I was very productive in those two months,” he said. “This was one of the most productive periods of my whole life.” He did acknowledge, however, many scholars are now working amid the “turmoil of children” at home. “There are problems,” he said. But “if scientists can’t be creative [in response], who can be?”

      “Sure, for some this is going to be a very creative period,” responded Professor Villa. “I should be honest, for me, it’s amazing. I have months without conference travel...I can read much more than I could otherwise.”

      But for many academics and students in more precarious situations, the pandemic has sent their lives into a tailspin, she said. One colleague’s father-in-law was dying of coronavirus in Madrid, she revealed, while some of her students do not know how they will pay their rent. “That’s also the normal,” she said.

      https://www.timeshighereducation.com/news/german-academics-revolt-over-business-usual-plans

  • Le #confinement des précaires de l’#ESR et la #fracture_numérique. Appel à #témoignages

    En cette période de confinement, dans l’éducation nationale, mais également dans l’enseignement supérieur, les injonctions à suivre des enseignements à distance, et à poursuivre ses activités professionnelles chez soi ne cessent de pleuvoir et de s’abattre sur tou·te·s.

    Au-delà de l’impréparation évidente de la plupart de nos institutions d’enseignement supérieur, plusieurs questions peinent à s’imposer véritablement dans le milieu :

    1. Qu’en est-il de l’accès des étudiant·es et des personnels précaires de l’ESR aux outils, appareils et réseaux numériques (hors et pendant la période de confinement) ? Beaucoup de collègues de l’ESR partent du principe que tou·te·s les étudiant·e·s et personnels sont suffisamment équipé·e·s pour faire face à l’épreuve actuelle. Travailleur·se·s et étudiant·e·s précaires prennent-ils par ailleurs des risques pour accéder à ces équipements et réseaux (rupture du confinement notamment, sorties plus fréquentes) ?

    ex : comment suivre une visio-conférence s’il l’on n’a pas de wifi (coût prohibitif si l’on passe par un forfait téléphonique) ?

    2. Indépendamment de ces questions d’équipement, qu’en est-il des conditions de vie et de travail de ces personnels et étudiant·e·s précaires durant cette période de confinement ? Travailler à la maison confiné, est-ce la même chose que de venir en cours ou sur son lieu de travail ? Quelles sont les conséquences psychologiques de ces conditions de vie et de travail, en particulier pour les précaires ? Les personnels et étudiant·e·s précaires sont-ils "disponibles" pour des enseignements à distance, qui plus est pour des réunions à distance ?

    ex de témoignage : "Au même moment une étudiante m’écrivait pour s’excuser de ne pas avoir participé au chat que j’avais planifié, parce qu’elle est caissière en supermarché et fait plus d’heures à cause des absences. Au supermarché, bordel, pendant que nous on est confinés avec nos 2500 bouquins et qu’on glose sur « oui mais alors faudrait pas donner leur semestre aux fainéants »"

    Les précaires de l’ESR d’Île-de-France vous proposent de témoigner, sur votre propre situation ou sur celle de collègues et/ou étudiant·e·s précaires, qui souffrent actuellement de ces injonctions à la "continuité pédagogique" et au travail à distance. Des témoignages sur la situation d’étudiant·e·s, de personnels BIATSS et ITA, de chercheur·ses, enseignant·es et enseignant·e·s chercheur·se·s sont les bienvenus !

    Merci de ne pas mentionner de noms de personne(s) dans vos billets !

    Vous pouvez également nous faire parvenir les témoignages pour publication à l’adresse suivante (et notamment en cas de problèmes techniques sur cette page) : confinementprecairesesr@gmail.com

    https://confinementprecairesesr.tumblr.com
    #précarité #précarité_numérique #enseignement_supérieur #facs #université
    #continuité_pédagogique —> https://seenthis.net/messages/831759

  • « Ce gouvernement de premiers de cordée révèle son absolue ignorance de ce que représente le travail des autres »
    https://www.bastamag.net/continuite-pedagogique-inegalites-temoignage-professeur-universite-conditi

    Enseigner à distance n’est pas une sinécure, au contraire de ce que semblent croire certains membres du gouvernement. Cécile Boulaire, professeure d’université à Tours, réagit aux propos insultants de Sibeth Ndiaye et raconte comment elle tente de compenser un peu la rupture pédagogique liée au confinement. Depuis 10 jours, en tant que directrice de département et de filière universitaire, je me dois de relayer à mes collègues les injonctions, toujours plus pressantes, en faveur de la « continuité (...) #Témoignages

    / #Conditions_de_travail, #Education

  • Listes de #livres mis en #accès_libre par les maisons d’#édition.
    #gratuit

    Éditions La Découverte
    https://editionsladecouverte.fr/art_home/article.php?id=14351

    Dans ces circonstances exceptionnelles, La Découverte a décidé de rendre certains de ses ouvrages accessibles en ligne durant toute la durée du confinement, avec l’accord et l’enthousiasme des auteurs et autrices concerné·e·s. Nous espérons que cela vous permettra de vous occuper mais aussi que cela contribuera à votre réflexion sur l’après et vous permettra de vous projeter dans d’autres horizons.

    Chez soi de Mona Chollet (à lire ici)

    Abondance et liberté du philosophe Pierre Charbonnier (à lire ici)

    Fabuler la fin du monde de Jean-Paul Engélibert (à lire ici)

    L’An 2440 de Louis-Sébastien Mercier (à lire ici)

    * Le droit à la paresse de Paul Lafargue (à lire ici)

    Éditions Amsterdam
    https://fr.calameo.com/accounts/6196393

    Les Briques rouges
    http://www.editionsamsterdam.fr/les-briques-rouges

    Quentin Ravelli
    Les briques rouges
    Dettes, logement et luttes sociales en Espagne

    En Espagne, la brique (ladrillo) est bien davantage qu’un matériau de construction. Elle est l’un des rouages essentiel du capitalisme. Elle est au coeur de la crise de suraccumulation que connait le pays depuis le début des années 2000. Située dans la région de la Sagra en Castille, l’enquête au long cours de Quentin Ravelli, issue d’un documentaire cinématographique, parvient à reconstituer la biographie d’une marchandise ordinaire sur laquelle repose un système entier de domination économique et politique.
    « Pour Angel, la cinquantaine, le choc est ce jour-là violent : il court, nerveux et angoissé, de l’extrudeuse à la “guillotine”, du “piano” au poste de contrôle. Habitué à la tuile, il a dû se reconvertir à la brique en une matinée. Il tremble, il sue, il s’énerve pour un rien. Derrière lui, un enchevêtrement de tapis roulants grincent et crient en acheminant la terre des carrières, tandis que la grosse caisse du mélangeur d’argile, surnommé le “moulin”, pousse des râles graves qui résonnent sous les tôles à chaque passage de la meule. Devant lui, l’extrudeuse ronronne. Sous pression, elle pousse sans fin un gros ruban d’argile chaud et fumant – une brique infinie, un churro géant. »

    Le Propriétaire absent
    http://www.editionsamsterdam.fr/le-proprietaire-absent

    Takiji Kobayashi
    Le propriétaire absent

    À mi-chemin du reportage et du roman, Le Propriétaire absent peint la vie des paysans à Hokkaido dans les années 1920. Partis défricher et coloniser l’île par milliers après son annexion définitive à la fin du XIXe siècle, ces migrants découvrent les duretés de l’exploitation et de la lutte. Dans cet ouvrage, l’auteur livre, par des voies détournées, quelque chose de sa propre expérience et dénonce les abus de la Hokkaidô Takushoku Bank, qui l’emploie alors et qui s’en sépare quand paraît ce roman à charge. Après la publication du
    Bateau-usine, voici un autre ouvrage majeur de la littérature prolétarienne japonaise.

    « Les fabriques de conserves, les bâtiments de l’administration coloniale, les grandes banques, les usines de XX, les canaux, les entrepôts, les parcs, les villas, les automobiles, les bateaux à vapeurs, le quai au charbon… tout ça se mélange, ça hurle comme dans un grand tourbillon. À marcher dans cette ville saturée, on en vient même à douter que quelque part dans ce monde puissent exister des ­paysans tout tordus et couverts de boue. Herbe, montagne, épis, rivières, engrais – c’est ça, un village de paysans ! À ceci près que les habitants d’Otaru, ils n’ont peut-être jamais vu de leurs propres yeux, pas même une fois, un vrai paysan. […] La seule chose, c’est qu’on ne peut plus se laisser avoir éternellement comme des “paysans”. »

    La Petite Ville
    http://www.editionsamsterdam.fr/la-petite-ville

    Éric Chauvier
    La petite ville

    Depuis la fermeture de son abattoir, de sa mine d’or et de ses usines, la petite ville de Saint-Yrieix la Perche, située en Haute Vienne, connaît une déprise démographique et économique. Les mutations du capitalisme ont produit une ville sans qualité. Dans une enquête anthropologique où se mêlent mélancoliquement l’histoire intime du narrateur et l’histoire sociale des habitants de Saint-Yrieix, Éric Chauvier revient sur les traces de son enfance.

    « C’est ici, sur une carte mentale, la mienne probablement, dans un nœud de mémoire, à Saint-Yrieix la Perche, petite ville française du sud du département de la Haute-Vienne, que je suis né (Une nuit de neige et de vent, je m’en souviens comme si c’était hier), le 17 novembre 1971, dans une chambre de la maternité de la ville. Tout au long du xxe siècle naissent en ce lieu des milliers ­d’Arédiens – le nom donné aux habitants de Saint-Yrieix la Perche, étymologiquement référés à Arédius, le saint qui, dit-on, fonda la ville (Ton père était venu à la maternité avec tes grands-parents…). Mais aujourd’hui ce temps est révolu (C’était une nuit très froide), car ce lieu prévu pour donner la vie (Il y avait des congères le long des routes), comme la plupart des usines, comme l’abattoir, comme les magasins du centre-ville, comme les enfants courant dans les rues, criant, riant, explorant ce monde – qui va bientôt disparaître –, a disparu à jamais. »

    #littérature_prolétarienne #sciences_sociales

    Les Liens qui libèrent
    Bullshit Jobs - David Graeber
    https://fr.calameo.com/read/006196667134f1b042fa2

    #travailleurs_exposés (exposés pour leur utilité sociale pas reconnue ou bien pour le seul bénéfice des patrons)

    La Fabrique
    https://lafabrique.fr/offres-epub

    En attendant la réouverture des librairies, La fabrique vous offre 10 livres en téléchargement libre et gratuit.

    Grégoire Chamayou
    Théorie du drone

    Le drone est l’instrument d’une violence à distance, où l’on peut voir sans être vu, toucher sans être touché, ôter des vies sans jamais risquer la sienne. Cette forme de violence télécommandée, […]

    Andreas Malm
    L’anthropocène contre l’histoire

    Du delta du Nil aux cercles polaires, le constat est effrayant : la Terre se réchauffe dans des proportions qui nous mènent aujourd’hui au seuil de la catastrophe. Le concept d’Anthropocène, s’il […]

    Eric Hazan
    La dynamique de la révolte

    Un livre d’histoire ? oui et non. Oui, parce qu’on y parcourt quelque 220 ans d’émeutes, soulèvements, insurrections et révolutions, depuis la prise de la Bastille jusqu’à la chute de Ben Ali […]

    Alain Badiou, Pierre Bourdieu, Judith Butler, Georges Didi-Huberman, Sadri Khiari, Jacques Rancière
    Qu’est-ce qu’un peuple ?

    Peuple, un mot qui implique la disparition de l’État existant ? Populaire, un adjectif à travers lequel les dominés acceptent les conditions les plus défavorables à leur propre langage ? « Nous, le […]

    Mathieu Rigouste
    La domination policière

    La violence policière n’a rien d’accidentel, elle est rationnellement produite et régulée par le dispositif étatique. La théorie et les pratiques de la police française sont profondément enracinées dans le système colonial […]

    Kristin Ross
    L’imaginaire de la Commune

    William Morris, Élisée Reclus, Pierre Kropotkine : ce ne sont pas les premiers noms qui viennent à l’esprit s’agissant de la Commune de Paris. S’ils tiennent dans ce livre un rôle important, […]

    Joëlle Fontaine
    De la résistance à la guerre civile en Grèce

    Platon, Aristote, l’invention de la démocratie : c’est une tout autre image de la Grèce que montre ce livre, celle d’un pays sacrifié et humilié – comme il l’est aujourd’hui. On y […]

    Françoise Vergès
    Un féminisme décolonial

    Dans le débat public, être décolonial est une infamie. Dans les universités, dans les partis de gauche et d’extrême gauche, les syndicats, les associations féministes, partout on traque une « pensée décoloniale » infiltrée […]

    Houria Bouteldja
    Les Blancs, les Juifs et nous

    Ce livre est un cri – pas un cri de guerre, plutôt un cri de paix. Plus exactement, c’est une série de claques alternant avec des caresses. Appliquées à qui ? Aux Blancs […]

    La Révolution russe, une histoire française
    Éric Aunoble
    La Révolution russe, une histoire française

    En France, la révolution russe est devenue un repoussoir, le moment fondateur d’un totalitarisme aussi terrifiant que le nazisme. Elle n’est plus envisagée que sous l’angle de ses victimes, aussi bien dans le […]

    Les éditions Libertalia
    https://www.editionslibertalia.com/blog/epub-et-pdf-en-acces-libre

    Pour vous accompagner pendant le confinement, nous vous offrons les versions numériques de quelques-uns de nos livres.
    D’autres titres s’ajouteront ces prochains jours.
    • Mon histoire, Rosa Parks : epub (540 ko) / pdf (626 ko).
    • Trop classe !, Véronique Decker : epub (214 ko) / pdf (283 ko).
    • Appel à la vie, Raoul Vaneigem : epub (153 ko) / pdf (229 ko).
    • Les Historiens de garde, Blanc, Chéry & Naudin : epub (379 ko) / pdf (545 ko)

    Codine, Panaït Istrati : epub (152 ko) / pdf (328 ko)

    Raisons d’agir
    La Casse du siècle. À propos des réformes de l’hôpital public
    Pierre-André Juven, Frédéric Pierru et Fanny Vincent
    http://www.raisonsdagir-editions.org/wp-content/uploads/Casse_siecle_pages.pdf

  • Aide aux agriculteurs : « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas de traverser toute la #France pour aller récolter des #fraises », précise Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement

    https://twitter.com/BFMTV/status/1242810900387631106
    #agriculture #main-d'oeuvre #fermeture_des_frontières #aide #solidarité

    Et cette belle petite phrase...

    « Il va s’en dire que nous nous entendons pas demander à un #enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser la France entière pour aller récolter des fraises »...

    –-> on dirait que #Sibeth_Ndiaye n’a pas entendu parler du #plan_de_continuité_pédagogique #continuité_pédagogique

    • Pour Sibeth Ndiaye, les enseignants ne travaillent pas actuellement

      Oups.

      La déclaration passe mal. Alors que la porte-parole du gouvernement Sibeth #Ndiaye précisait en sortie de Conseil des ministres l’appel aux personnes sans activité à venir « rejoindre la #grande_armée_de_l'agriculture_française », un des exemples utilisés a provoqué l’ire des enseignants. « Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser toute la France pour aller récolter des fraises », a-t-elle lancé avec aplomb.

      Petit bémol, comme le martèle le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer depuis le début de la crise sanitaire, les élèves et par conséquent leurs enseignants ne sont pas en vacances. Ces derniers rivalisent d’ailleurs d’ingéniosité pour assurer la fameuse « continuité pédagogique » à distance, la plupart du temps via des outils numériques plus ou moins saturés. D’autres sont également encore dans les locaux pour assurer la garde des enfants des personnels soignants.

      Les profs n’ont pas tardé à réagir sur les réseaux sociaux. Certains se demandent avec une pointe d’ironie s’ils doivent cesser leurs efforts, tandis que d’autres réclament des excuses. Des parents d’élèves n’ont pas hésité non plus à apporter leur soutien. Deux heures après sa fameuse déclaration, Sibeth Ndiaye a fait son « mea culpa » sur Twitter : « Mea culpa. Mon exemple n’était vraiment pas le bon. Je suis la première à mesurer combien l’engagement quotidien des professeurs est exceptionnel. »

      https://www.liberation.fr/direct/element/sibeth-ndiaye-declare-que-les-enseignants-ne-travaillent-pas-actuellement

    • Tu voudrais aller cueillir des fraises quand :

      tu te fais engueuler par une mère de famille parce que tu as appelé sur le portable de Monsieur, alors que son portable à elle ne fonctionne plus, que le fixe ne fonctionne plus, que le numéro de portable écrit sur Pronote pour monsieur ne fonctionne plus, que tu avais un deuxième numéro de fixe (et que tu en étais déjà au 4e numéro essayé) mais que la dame t’explique être la grand-mère de l’élève que tu désespères pouvoir un jour joindre parce qu’en fait, « vous gardez ça pour vous », Monsieur est revenu vivre un temps ici, donc c’est son numéro qu’il avait écrit, et donc elle te file le nouveau numéro de portable de Monsieur, mais que ça ne plaît pas à Madame que tu aies appelé Monsieur alors que tu t’en fous royalement de leurs histoires...

      tu appelles une famille qui vient d’apprendre que la maman et le fiston sont malades (Covid 19) et que tu te retrouves complètement démunie face à l’injonction d’appeler les familles une fois par semaine, sans savoir si tu ne vas pas être intrusive à un moment où, franchement, l’exercice d’histoire non fait, on s’en fout...

      tu viens d’écrire un mail pour expliquer un exercice de technologie alors que tu es prof d’histoire-géo

      tu te lèves avec 50 mails en attente parce que les mômes galèrent à déposer sur Pronote avec une fonction que tu n’as jamais pu leur montrer puisque tu n’y as eu accès qu’après la fermeture du collège

      tu viens de signer un mail à une maman d’élève « Bénée » comme tu le fais quand c’est un mail pour tes collègues

      tu n’as aucune idée du jour qu’il est, mais tu es devant ton ordinateur à répondre à des mails alors que tu as quitté l’université pour ne pas vivre à courir après les mails

      * tu commences tous tes pots Facebook avec une histoire de fraises

      texte de @ville_en posté sur Facebook :
      https://www.facebook.com/benedicte.tratnjek.2/posts/229925068373116

  • Tous les #livres des éditions #Entremonde sont disponibles en libre accès PDF sur notre site internet depuis notre fondation en 2009.

    Depuis 2008 dans cette folle équipée éditoriale, malgré tous les obs­­ta­­cles qui jalon­nent la confec­­tion de nos ouvra­­ges, nous sommes plus obs­­ti­­nés que jamais à faire de l’édition un foyer de dys­­fonc­­tion­­ne­­ment du sys­tème et d’évoluer plei­­ne­­ment dans notre époque.

    Dans l’ancien régime, l’aris­to­cra­tie lit­té­raire pre­nait pos­ses­sion de la répu­bli­que des let­tres, leur pro­duc­tion mar­quée par la grâce royale était pro­duite par une cor­po­ra­tion qui mono­po­li­sait la chose impri­mée. Depuis, l’ancien régime a cédé sa place à de nou­veaux régi­mes. La pro­duc­tion lit­té­raire n’y est plus mar­quée de la grâce royale, mais de celle des capi­taux et les mono­po­les y sont confé­rés par le roi argent.

    https://entremonde.net/ebook
    #pdf #libre_accès

    J’utilise aussi le tag #continuité_pédagogique, car ça complète la liste de #films compilée ici :
    https://seenthis.net/messages/832035

    • Covid-19 : recensement des facilités offertes par les #éditeurs du fait de la pandémie

      Nous souhaitons pouvoir relayer les initiatives des éditeurs pour aider le monde académique, et la population en général, à faire face aux conséquences de la crise sanitaire actuelle. Ce recueil d’initiatives peut également avoir un caractère incitatif auprès d’autres éditeurs.

      https://www.couperin.org/site-content/145/1413-covid19-recensement-des-facilites-offertes-par-les-editeurs-du-fait-d
      #liste #recueil

      ping @karine4

    • A l’université de #Grenoble :

      Sélection d’#ebooks dans le cadre du confinement COVID19

      En raison de la crise sanitaire liée au COVID19 que la France et notre établissement traversent en ce moment et afin de faciliter le travail à distance, spécialement pour les étudiants, vous trouverez sur cette page quelques ouvrages numériques fondamentaux dans toutes les disciplines.

      https://bibliotheques.univ-grenoble-alpes.fr/collections/collections-numeriques/selection-d-ebooks-dans-le-cadre-du-confinement-co
      #ebook

    • #LibGen et #Sci-Hub, what and how ?

      Library Genesis et Sci-Hub sont deux projets, certes illégaux, mais utiles, visant à mettre à disposition de tous un grand corpus de littérature scientifique. Le second recense des articles de recherche, le premier des livres, et s’est étendu à des thèmes plus vastes (fiction, bande dessinée, manuels…). Les pages Library Genesis et Sci-Hub de Wikipedia expliquent en détail ce dont il s’agit, ainsi que l’histoire de ces projets :

      Puisque ces sites ne respectent pas la législation sur le droit d’auteur, des éditeurs scientifiques (Elsevier et Springer en tête) ont obtenu de la justice française que ces sites soient bloqués par les fournisseurs d’accès Internet (Orange, Free, Bouygues…).

      La méthode choisie est un blocage DNS — c’est-à-dire qu’ils ont retiré ces entrées de leurs serveurs DNS. Rappelons juste qu’un serveur DNS est une espèce d’annuaire qui transforme une adresse littérale (du genre academia.hypotheses.org en une adresse IP numérique telle 134.158.39.133).

      Il y a plusieurs méthodes pour contourner ce blocage.

      1. Utiliser un autre serveur DNS.

      Ceux proposés par Google sont très connus et faciles a retenir, mais on peut vouloir diminuer sa dépendance à ce géant, ni lui fournir la liste de toutes nos requêtes réseaux — nous ne savons pas ce qu’il en fera, mais lui sait ce qu’il pourrait en faire.
      Il faut ensuite modifier vos préférences réseaux pour le mettre en place.

      Une recherche sur « open dns server » va vous en proposer plein.

      C’est une solution efficace, surtout si, confinés chez vous, vous n’avez qu’une seule config réseau.
      2. Connaître par cœur l’adresse IP (numérique) de ces sites

      Plus prudent, car ces adresses ont tendance à changer : savoir les retrouver, par exemple grâce aux pages de Wikipedia ou au compte Twitter @scihub_love.
      Il est aussi possible d’utiliser un site comme nslookup qui est une espèce de « serveur DNS manuel ».

      3. Configurer son navigateur

      L’intérêt de de ne pas avoir à changer sa configuration réseau mais de laisser le navigateur s’en charger.

      Avec Firefox, l’option DnsOverHttps le conduit à demander à d’autres serveurs de lui fournir les adresses IP correspondant à une adresse texte. Pas mal de sites web expliquent comment activer cette option, cette explication dans Zdnet m’a semblé assez claire.

      Le navigateur Opera offre un VPN (virtual private network) qui, si je comprends bien, revient plus ou moins à cela.
      4. Utiliser Tor

      Tor ressemble de l’extérieur à un navigateur en mode de navigation privé, mais le fonctionnement interne est plus compliqué, de sorte que les sites ne puissent pas retracer l’origine de la requête, laquelle passe par tellement d’endroits que le blocage initial est inopérant.

      5. Et sur un téléphone portable (en 4G) ?

      Je ne sais pas mettre en œuvre l’option 1.
      Les options 2 (connaître l’adresse IP) et 4 (Tor) sont transparentes.
      L’option 3 (DnsOverHttps) est un peu plus compliquée à mettre en place parce que la page de paramétrage de la version Android de Firefox est moins conviviale.

      Il paraît aussi que des applications comme Intra ou nextDNS font ça automatiquement, très simplement.
      6. Et pour une solution légale ?

      De nombreuses institutions académiques ont souscrit des abonnements à des portails de littérature scientifique. L’accès est contrôlé par l’origine des requêtes Internet : si vous êtes depuis votre bureau, cela marche de façon transparente.

      Grâce au système de proxy, vous pouvez faire croire aux sites que vous êtes au travail. Par exemple, l’extension EzProxy, disponible pour Chrome ou Firefox (à ne pas confondre avec ce que propose l’entreprise privée du même nom) est préconfigurée pour vous permettre, en cliquant simplement sur l’icone de la toque universitaire puis en utilisant vos identifiants usuels d’ENT, d’accéder à ces sites. À l’installation, il faut juste sélectionner votre institution parmi les préférences de l’extension (à ce jour, l’extension en recense 591 ! dont 27 en France, si votre institution est absente, prenez contact avec le service informatique afin qu’ils s’ajoutent à la liste).

      Le logiciel Zotero a également une extension pour navigateur capable de reconnaître ces proxys.

      https://academia.hypotheses.org/21190
      #articles_scientifiques #édition_scientifique

    • #Dalloz, #La_Découverte : des éditeurs en accès libre pendant le grand confinement

      Plusieurs institutions culturelles ou médiatiques ont décidé de rendre accessibles une partie de leur fonds. C’est le cas du MET, du Berliner Philharmoniker, par ex.

      Pour ce qui est de la recherche, nous sommes heureux d’apprendre que les éditions La Découverte ainsi que les éditions Dalloz participent à l’effort national en donnant accès à une (petite) partie de leur catalogue.


      https://academia.hypotheses.org/21271

    • Où trouver des ouvrages en ligne ?

      Après la fermeture des bibliothèques universitaires et des écoles d’architecture (vous avez fait des stocks de livres impressionnants le vendredi de fermeture), et avec le passage en stade 3 de l’épidémie de coronavirus, c’était celle de « tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays » … dont les bibliothèques publiques (et les librairies) ! (et oui, votre plan B était à l’eau !).

      Mais les Lab&docs ont recensé pour vous les ouvrages numérisés que beaucoup de bibliothèques ou de services institutionnels proposent et dont l’accès est gratuit pour vous. Quand vous aurez épuisé toutes les bibliothèques d’ouvrages libre de droit et leurs milliers de livres numériques (Wikisource, Gutenberg Project, Gallica), les bibliothèques numériques académiques, les plateformes des éditeurs, les services d’accès aux ressources du CNRS ou de votre bibliothèque universitaire, il vous restera votre abonnement à la bibliothèque municipale … certaines possèdent des ressources numériques susceptibles de vous intéresser et leur accès est actuellement facilité (abonnement en ligne possible).

      Et si cela ne suffit pas, vous pouvez toujours relire (lire ?) certains livres de votre propre bibliothèque …

      Services de consultation de livres numérisés

      Google Livres : https://books.google.fr : si le livre relève du domaine public ou si l’éditeur ou l’auteur en a donné l’autorisation, un aperçu du livre est présenté et, dans certains cas, le texte intégral. Si l’ouvrage relève du domaine public, vous pouvez en télécharger librement un exemplaire en PDF

      Google Scholar : https://scholar.google.com : base de données bibliographique spécialisé sur la recherche de documents scientifiques et universitaires : articles approuvés ou non par des comités de lecture, thèses, livres, abstracts, rapports techniques, citations, etc. Tous ces documents sont issus de laboratoires de recherche, écoles et universités.

      HathiTrust https://www.hathitrust.org : bibliothèque numérique mettant en commun le contenu de plusieurs bibliothèques numériques d’universités des États-Unis et d’Europe, ainsi que de Google Livres et d’Internet Archive.

      Gutenberg project – http://www.gutenberg.org : livres numériques, revus et corrigés par des volontaires ; grande littérature mondiale, particulièrement les ouvrages anciens désormais libres de droits. Des titres disponibles en histoire de l’architecture

      Wikisource : https://fr.m.wikisource.org/wiki/Wikisource:Accueil : projet de bibliothèque soutenu par la Wikimedia Foundation. Il est animé, entretenu et élaboré par des contributeurs bénévoles. Catégorie Architecture

      Internet Archive : https://archive.org/details/texts

       : organisme à but non lucratif consacré à l’archivage du Web qui agit aussi comme bibliothèque numérique. Pour avoir accès à ces ouvrages, les internautes doivent s’inscrire à une liste d’attente.

      Open Library : https://openlibrary.org projet de l’Internet Archive visant à cataloguer tous les livres publiés, quelle que soit leur langue, dans une base de données librement accessible sur Internet

      COVID 19 : National Emergency Library : Internet Archive supprime cette contrainte en offrant un accès illimité jusqu’au 30 juin 2020.

      Nos livres : http://noslivres.net : La Bibliothèque électronique du Québec (BEQ), la Bibliothèque numérique romande (BNR), Ebooks libres et gratuits, éFéLé et Projet Gutenberg ont rassemblé sur le site près de 5500 livres catalogue de livres électroniques du domaine public francophone . Des titres pour l’architecture et le paysage
      Bibliothèques numériques issues d’initiatives institutionnelles et académiques

      Gallica Livres https://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&startRecord=0&maximumRecords=15 Plusieurs milliers de livres sont téléchargeables au format EPub gratuitement depuis Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF.

      Europeana : https://www.europeana.eu/fr/portal bibliothèque numérique permettant de consulter en ligne un grand nombre de documents de tous types, textes imprimés, images, vidéo, grâce aux liens donnant accès aux catalogues des institutions participantes.

      Numelyo : https://numelyo.bm-lyon.fr bibliothèque numérique de la Bibliothèque municipale de Lyon. En libre accès, elle regroupe des livres numérisés, des revues, des photos, des affiches et des estampes

      Cnum : Conservatoire numérique des Arts et Métiers : http://cnum.cnam.fr bibliothèque numérique consacrée à l’histoire des sciences et des techniques (Catalogues de constructeurs, Construction, Énergie, Expositions universelles, Transports …)

      Bibliothèque numérique de l’Institut national d’histoire de l’art : https://bibliotheque-numerique.inha.fr : collections des Bibliothèque de l’Institut National d’Histoire de l’Art, collections Jacques Doucet, Bibliothèque centrale des musées nationaux (BCMN), de l’École nationale supérieure des beaux-arts (ENSBA)

      Digital Collections | Library of Congress : https://www.loc.gov/collections

      https://www.loc.gov/search/index/location/?fa=partof:open+access+books : 300 ebooks

      Digital Public Library of America (DPLA) : https://dp.la La DPLA sert de point d’entrée aux collections numériques de plus d’un millier d’institutions culturelles ou d’enseignement américaines (dont la New York public library, les bibliothèques de Harvard…). Elle contient 5,5 millions de documents dont plus de 1,6 millions de livres et périodiques numérisés.

      Classiques des sciences sociales : http://classiques.uqac.ca hébergée par l’Université du Québec à Chicoutimi. Elle propose en ligne des textes, libres de droit au Québec, d’auteurs classiques en sociologie, anthropologie, économie, politique ou philosophie. (ouvrages en français numérisés, sans droits d’auteur, et téléchargeables).

      La Bibliothèque numérique mondiale – World Digital Library (WDL) : https://www.wdl.org/fr : bibliothèque numérique lancée par l’UNESCO et la Bibliothèque du Congrès américain, elle regroupe un ensemble de documents en provenance du monde entier, dont des ouvrages .

      OAPEN (Open Access Publishing in European Networks) : la Fondation basée aux Pays-Bas gère deux plateformes : the OAPEN Library (www.oapen.org), plateforme de livres électroniques en texte intégral dans le domaine des sciences humaines et sociales et DOAB : www.doabooks.org : répertoire de livres numériques diffusés selon le modèle du libre accès par divers éditeurs universitaires comme Taylor & Francis ou Academia Press

      OECD Library (bibliothèque en ligne de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)) :https://www.oecd-ilibrary.org : permet l’accès à des publications ainsi qu’à une base de données statistiques

      Open Knowledge Repository (Banque Mondiale) https://openknowledge.worldbank.org :dépôt électronique en libre accès de livres, de rapports et de documents de recherche (working papers) produits par la Banque mondiale
      Services d’accès institutionnels

      BibCNRS : https://bib.cnrs.fr Accès aux ressources documentaires des unités de recherche du CNRS via Janus (Sésame) : livres électroniques openeditionBooks, Springer, 2500 livres électroniques Elsevier, 26 livres Ebsco, …)

      COVID-19 : liste des facilités offertes par les fournisseurs : https://bib.cnrs.fr/covid-19-liste-des-facilites-offertes-par-les-fournisseurs-portees-a-notre-connaissance/?category=biologie

      Services d’accès des éditeurs ou de fournisseurs

      Cairn livre : https://www.cairn.info/ouvrages.php : Service d’accès aux publications en sciences humaines et sociales de divers éditeurs francophones. L’abonnement donne accès au texte intégral portail web d’ouvrages et revues en SHS ; sur abonnement, consultez votre BU

      COVID -19 : Cairn propose aux établissements membres de votre réseau un test gratuit et sans engagement de ses offres d’ouvrages et de poches jusqu’à la fin du mois d’avril. Cairn.info propose temporairement une méthode simplifiée d’accès distant si votre institution ne le propose pas ou s’il vous est impossible d’utiliser le système d’authentification actuel

      Ebsco ebooks : https://www.ebsco.com/products/ebooks : plate-forme d’e-books . Sur abonnement, consultez votre bibliothèque et BU . (collection académique, collection Presses Universitaires)

      COVID-19 Tous les titres EBSCO ebooks passent en accès illimité (pour les éditeurs participant à l’opération) jusqu’au 30 juin 2020.

      OpenEdition Books : https://books.openedition.org Plateforme de livres électroniques, Open Edition Books permet l’accès à 233 titres en texte intégral en sciences humaines, majoritairement en français. La plupart sont édités par le CNRS ou par des presses universitaires.

      COVID 19 : Ouverture élargie des publications sur OpenEdition Books : https://leo.hypotheses.org/16941

      Quae Open : https://www.quae-open.com maison d’édition scientifique et technique issue de la recherche publique française ; Plus d’une centaine d’ouvrages scientifiques (développement durable, environnement, etc.) en français ou en anglais, disponibles gratuitement et librement aux formats PDF ou ePub.

      The National Academies Press (NAP) (Whashington, DC) : https://www.nap.edu : 3000 ouvrages à lire en ligne gratuitement sur le site de l’éditeur. Certains téléchargements sont payants (Sciences, Engineering, and Medicine)
      Bibliothèques universitaires et de recherche

      BNF- Bibliothèque de recherche : https://www.bnf.fr/fr/les-ressources-accessibles-distance pour les détenteurs du Pass Recherche, une centaine de bases de données thématiques (presse, droit, sciences) et 100 000 livres électroniques (accès à Scholarvox by Cyberlibris)

      Ressources des BU : les bibliothèques ont acquis de nombreuses ressources en ligne (accès par vos codes doctorants ou lecteurs)

      Covid-19 : les éditeurs et fournisseurs ont été contactés par les BU afin d’obtenir des accès gratuits à leurs revues et ouvrages. La situation évolue régulièrement : consulter les listes sur les sites de vos bibliothèques ou sur la liste de recensement proposés par le Consortium Couperin : https://www.couperin.org/site-content/261-a-la-une/1413-covid19-recensement-des-facilites-offertes-par-les-editeurs-du-fait-d

      Vous pouvez vous inscrire par exemple à :

      (frais d’inscriptions pour certaines hors convention !)

      BIS : Bibliothèque Interuniversitaire Sorbonne – La Sorbonne https://www.biu.sorbonne.fr/bius

      qui donne accès à :

      Numérique Premium : livres électroniques en sciences humaines et sociales.

      Covid 19 : Jusqu’au 19 avril 2020, l’éditeur a ouvert les accès à l’intégralité des collections.

      Cyberlibris ScholarVox : https://univ.scholarvox.com : bibliothèque numérique communautaire dédiée aux institutions académiques, écoles de commerce et écoles …

      Covid-19 : Accès aux collections jusqu’à la fin de l’été

      Cairn.info – Encyclopédies de poche : Accès en ligne à l’ntégralité des collections Que sais-je ? et Repères : environ 1600 titres disponibles dans toutes les disciplines.

      De Gruyter – Ebooks : 223 eBooks en langue française, édités par De Gruyter et publiés sous différentes marques éditoriales entre 1965 et 2017 dans sept disciplines des sciences humaines dont art et architecture

      Cambridge Histories Online : quinze domaines des sciences humaines et sociales, avec une concentration sur l’histoire politique et culturelle, la littérature, la philosophie, les études religieuses

      Wiley Online Library : 73 livres électroniques de l’éditeur Wiley en antiquité, histoire, religion et philosophie, etc. quelques titres en architecture

      Classiques Garnier en ligne – Livres numériques

      Dawsonera : plate-forme de livres électroniques de Dawson ; 2500 titres en architecture

      Numérique Premium – Atlas : collection “Atlas” des éditions Autrement

      COVID-19 : La BIS ouvre à la communauté universitaire un accès à ses collections électroniques aux étudiants et enseignants-chercheurs pouvant bénéficier d’une accréditation à la BIS (étudiants à partir du Master, enseignants et chercheurs) : inscription gratuite de 6 semaines, du 24 mars au 8 mai.

      Ou à :

      La BULAC : https://www.bulac.fr/?id=3604 négocie depuis son ouverture un accès distant aux ressources électroniques pour l’ensemble de son public, quel que soit son statut et son affiliation institutionnelle.

      https://labedoc.hypotheses.org/7565

    • Où trouver des #thèses en ligne ?

      Rechercher des thèses en France
      Les catalogues

      SUDOC : Catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche.
      Recherche avec type de document = thèse et mot sujet : « Architecture », « Paysage »,
      « Urbanisme ». Vous aurez les liens vers celles qui sont en ligne.
      TRHAA (Travaux de Recherche en Histoire de l’Art et Archéologie) : recense l’ensemble des travaux soutenus (maîtrises, DEA, master 1, master 2, doctorats, habilitations à diriger des recherches) et des sujets de doctorats déposés en histoire de l’art et en archéologie dans les universités et les grands établissements d’enseignement supérieur.

      Les portails

      Tel (thèses-en-ligne) : serveur d’auto-archivage en ligne des thèses de doctorat et habilitations à diriger des recherches (HDR). Elles sont toutes en ligne en version intégrale. Recherche par discipline : « Architecture et aménagement de l’espace », « Art et histoire de l’art ».
      Theses.fr : moteur de recherche des thèses en cours et soutenues en France depuis 1985. Recherche thèses soutenues par discipline et uniquement en ligne : « Architecture »,
      « Paysage », « Urbanisme ».
      Pastel : thèses soutenues dans les Grandes écoles parisiennes d’ingénieurs. Recherche par discipline : « Architecture et aménagement de l’espace ».

      Les bibliothèques numériques

      Bibliothèque doctorale numérique de la Cité de l’architecture et du patrimoine : accès aux thèses émanant des unités de recherche rattachées aux écoles nationales supérieures d’architecture françaises.
      Bibliothèque numérique Octaviana de la BU de Paris 8 : Fonds des thèses (1970-2014) : Plus de 800 thèses et mémoires avec recherche par thème dont « Architecture » et « Urbanisme ». Fonds de thèses nativement numérique depuis 2014.

      et quelques autres sites pour approfondir :
      – Liste des universités françaises : accédez à la liste des universités par académie.
      – Annuaire des bibliothèques universitaires : informations principales relatives à plus de 700 bibliothèques.
      – Les trésors des bibliothèques de l’enseignement supérieur : panorama des documents remarquables conservés dans les bibliothèques des établissements d’enseignement supérieur français.
      – Sites de l’ABES : sélection de site de l’ABES (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur) d’accès aux thèses en texte intégral.
      Rechercher des thèses en Europe

      Plusieurs bases de données, portails, bibliothèques numériques vous permettent d’accéder à des thèses en ligne en version intégrale en Europe.

      Ainsi, Dart-Europe, portail de thèses en texte intégral provenant d’environ 600 universités européennes et 28 pays et en recherchant avec mot clé : “Architecture“, “Paysage“, “Urbanisme“.

      Vous pouvez rechercher aussi via des portails nationaux :
      – BICTEL (répertoire commun des thèses électroniques des universités de la communauté française de Belgique),
      – Dialnet (portail des thèses espagnoles en SHS, Recherche avec mot clé : « Architecture »,
      « Paysage », « Urbanisme »),
      – DissOnline (base des thèses électroniques allemandes),
      – DIVA (base comportant les thèses et travaux de recherche de 28 universités scandinaves, Recherche avec Thèse et Sujet : « Architecture », « Histoire de l’art »),
      – EThOS (base national des thèses du Royaume-Uni),
      – ORBi (Open Repository and Bibliography) (open access de l’Université de Liège (Belgique) dont les thèses, Recherche avec type de document thèse et mot-clé : « Architecture », « Paysage »,
      « Urbanisme »),
      – RERODOC (bibliothèque électronique du réseau RERO (réseau de suisse romande) comportant livres, thèses, mémoires en texte intégral, Recherche avec type de document « thèse » et mot clé :
      « Architecture », « Urbanisme » ).

      Pour approfondir vos recherches par université, vous pouvez consulter la liste des contributeurs au portail Dart-Europe : 619 universités.
      Rechercher des thèses dans le monde

      Des moteurs de recherche et portails vous permettent de repérer et consulter des thèses en ligne dans le monde.

      4 moteurs de recherche vous donnent cette possibilité :
      – BASE (Bielefeld Academic Search Engine) : méta-moteur de recherche référençant et donnant accès à plus de 120 millions de documents universitaires en texte intégral, dont des thèses. Recherche avec type de document « Doctoral and postdoctoral thesis » et accès « Open Access » et entrées matières : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme »
      – Dissertation reviews : recense les thèses qui viennent d’être soutenues, avec le résumé de la thèse et présentation des sources utilisées (Pas d’Open access).
      – FreeFullPdf : Indexe les documents .pdf, accessibles gratuitement en texte intégral, dont les thèses.
      – OATD (Open Access Thesis Dissertation) : moteur de recherche international dédié aux thèses électroniques diffusées en libre accès. Certaines thèses sont accessibles en texte intégral. Recherche avec sujet : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».

      et 1 portail :
      – NDLTD : Networked Digital Library of Theses and Dissertations : thèses et mémoires électroniques dans le monde. Recherche avec sujet : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».

      Plusieurs moteurs de recherche et portail vous donneront des thèses en ligne par pays :
      – ADT (Australasian Digital Theses) : thèses soutenues dans les 22 plus grandes universités australiennes Recherche de thèse avec mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Cybertesis : portail de thèses soutenues principalement en Amérique Latine et en Amérique du Nord Recherche sur type de document « Thesis » et sujet : « Architecture ».
      – Erudit : plateforme de diffusion et valorisation numérique de publications en SHS dont les thèses et mémoires de plusieurs universités canadiennes. Recherche avec Type de document thèse et mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Shodhganga : réservoir des thèses indiennes.
      – Theses Canada : catalogue des thèses et mémoires réalisés dans les universités canadiennes Recherche avec Mot-clé : « Architecture », « Paysage », « Urbanisme ».
      – Toubk@l : catalogue national des thèses et mémoires du Maroc.

      Via la plateforme BibCnrs avec vos identifiants Janus (pour les membres des UMR) :
      – ProQuest (Dissertations & Theses) : base proposant thèses et mémoires en arts, sciences sociales, langues et littérature des universités américaines et canadiennes.

      Vous pouvez consulter le site de NDLTD qui vous liste une sélection de sites par pays pour accéder aux thèses en ligne.

      https://labedoc.hypotheses.org/7511

    • #Public_Books_Database

      With university classrooms and libraries shuttered because of the COVID-19 crisis, scholars are facing disruptions not only in their teaching lives but also in their ability to access research materials. In response, many academic presses have made hundreds of their titles freely accessible online. The Public Books Database aims to catalog such resources in a single location and to highlight titles of particular interest. We’ll be updating the list regularly as additional materials are made available.

      https://www.publicbooks.org/public-books-database/#cornell

  • Est-ce que vous avez de votre côté des témoignages sur la façon dont ça se passe, le collège à distance ? Chez nous, je ne suis pas du tout convaincu :
    – jamais de séance de cours en visioconférence ;
    – il n’y a pas vraiment de « cours », uniquement des devoirs que ma grande doit se démerder à faire ;
    – les devoirs à faire arrivent pour certains profs par EcoleDirecte, le système auquel on été déjà habitués en temps normal ;
    – certains sont directement postés sur le compte Google Classroom qu’a ouvert l’école,
    – et d’autres semblent arriver par mail ;
    – comme ça ne passe plus par EcoleDirecte, sur lequel non seulement notre fille a un compte, mais aussi les parents, on n’a plus moyen de suivre les devoirs de notre côté. Comme elle est en sixième, elle n’est pas encore autonome, alors si on ne l’accompagne pas, elle ne fait pas grand chose. Là, du coup, on galère parce qu’on doit passer par elle pour savoir ce qu’elle doit faire, et justement savoir ce qu’elle doit faire c’est déjà un problème…
    – et évidemment, elle doit travailler avec l’ordinateur. Bon, ça, c’est pas ce qui manque à la maison. Le problème, c’est que tu lui laisses l’ordinateur, toute seule, et dix minutes plus tard elle est sur Youtube en train de mâter des Gachalife. C’est pas une méchanceté, c’est juste qu’à son âge, son manque d’autonomie, lui coller un ordinateur pendant sans surveillance pendant qu’elle est censée travailler, ça ne peut pas fonctionner. Y’a beaucoup plus de fric investi, massivement, dans l’économie du captage de l’attention, que dans la pédagogie en ligne, je ne vois même pas comment elle pourrait résister à son âge sans être accompagnée à intervalles très réguliers (et nous on a notre boulot).

    Mon frère m’a téléphoné ce matin. Il me dit que la cousine, qui a le même âge, elle, tous les matins elle est devant l’écran, en visioconférence avec l’enseignant·e, et c’est comme le vrai collège, avec quelqu’un qui te parle, qui interagit et qui te guide.

    Bref : de notre côté c’est pas bon du tout.

    C’est comment chez vous ?

    • Ecole direct, pareil. Sauf que les cours arrivent aussi sous forme de PDF. Total, c’est moi qui fait cours, ce qui n’est pas plus mal, au moins je suis sur qu’elle suit.

    • 5ème, tout sur pronote, des choses à faire chaque jour (et cocher qu’on les a fait), parfois en renvoyant le travail par l’interface, mais pas de cours. Donc oui tout à suivre par les parents, ET avoir un ordi dédié à l’enfant, ce qui n’est pas gagné (moi j’ai juste mon ordi du boulot), et alors celleux qui ont plusieurs gosses à la fois avec chacun leur boulot… Sa mère bossait pas et elle a passé beaucoup d’heures à suivre cette semaine, mais moi la semaine qui arrive en bossant en même temps, ça va être sympa…

      Je discutais justement ya 5min que ça va renforcer à mort les inégalités entre les gosses suivant les parents.

    • Chez nous en Norvège : it’s learning + google hangout + google meet avecen plus Seesaw, prodigy et readingeggs pour une classe de CE2 et de CM2, Et ça marche assez bien. Vidéo conférence tous ls jours en intro à 8:30 et en conclusion à 12:30. Pour le grand en 6e, tout se fait par Mail, Skype, PDF, Powerpoint,Word et It’s learning pour poster les exercices. Je dirai que ça va, mais en fait je suis occupé à faire prof instit de 8:00 à 13:30 à 100 % de mon temps. Faut juste pas avoir trop de projets professionnels à côté, mais en ce moment tout est décalé. Et finalement c’est sympa, je révise mes maths, mon norvégien et j’ai ré-appris à calculer la surface d’un cercle.

    • Ma compagne est prof en lycée pro dans le Nord de la France. L’équipe pédagogique a trouvé un compromis : les cours se font sur Discord. Car de nombreux élèves « savent l’utiliser ». Un salon par prof et un salon vocal « récréation ». Au bout de 2 jours E-mail de la hiérarchie qui s’inquiète « de l’utilisation commerciale des données ».

    • Mon ado, seize ans et demi, en première, est assujetti à 4 séances d’une heure par jour, séparées par des plages d’une heure de pause.

      Trois profs ne maitrisent toujours pas l’outilL La directrice est seule au lycée pour gérer les innombrables demandes des parents et des élèves.

      Ceux-ci maîtrisent parfaitement le bouzin ; le bavardage en classe étant astucieusement remplacé par le clavardage en direct, y compris pendant le cours :-)

      Pour le reste plutôt bonne disposition d’esprit avec inquiétude sur la prise compte effective du contrôle continu de cette année pour le bac de l’année prochaine...

    • Mon fils est en terminale. Tout passe par pronote. Pas d’interaction. Essentiellement des devoirs et exercices, pour l’instant en tout cas. Au début il s’est retrouvé avec une montagne de travail car les profs ont tout balancé en même temps. Ça a l’air de se réguler.

    • Nous mauvais parents, on laisse nos kids gérer et on s’occupe de rien. Continuité pédagogique à la fac = néant, au lycée ça semble démarrer doucement mais elle s’est organisée avec ses ami·es pour garder le contact ; c’est quand même plus important que de savoir si tu vas avoir 11,5 ou 14 de moyenne.

    • Mon fils en 2nde. Des tentatives d’utilisation de Discord, pour bénéficier de la présence massive des jeunes et des fonctions d’interactivité disponibles. Mais des pbs de filtrage des présents et des comportements vandales où des pseudos non identifiés effacent des données. Sur une autre plateforme, « la classe virtuelle » (titre incertain), des profs volontaires se font insulter et du coup débrayent collectivement des dispositifs interactifs. Du coup, c’est pronote et mail mais sans interactivité. Et youtube occupe une grande part de l’attention du gamin.

  • Academics are not a #vital_profession

    Amidst the COVID-19 crisis, Dutch universities claim the status of ‘vital profession’, but that claim gambles with the health of academics and support and maintenance staff. Shocking as it may be to take in, most academics do not perform ‘vital’ tasks, and ‘business as usual’ is not what is demanded from educational leadership at this moment.

    There is no democracy without a vibrant intellectual climate, and universities are an important constitutive element of such a climate. Acutely, however, most of what academics in universities do can be missed, or at the very least postponed. At this point in the COVID-19 crisis, we should admit this, rather than claim special status in order to stick to the bureaucratic formats that have become the prevailing ways in which academic teaching is performed. It may come as a shock to academics, well-versed as we are in accumulating signs of status, but nurses, doctors, firemen, (hospital) janitors, primary school teachers, shop keepers, and electricity mechanics are much more vital at this moment than most academics. And this should have consequences for the ways universities respond to the current situation.
    A vital profession?

    When Dutch academics began asking for a ‘vital profession’ status in this pandemic, this initially struck us as a joke. The Dutch government had decided to close all schools, but remain open for parents with a ‘vital profession’ and no alternative childcare. ‘Vital professions’ include educational staff, but mostly as a way to support health care professionals, meaning teachers in primary schools. And beyond that, ‘vital professions’ include teachers with responsibility for secondary schooling exams. It soon turned out that, indeed, academics and universities were not joking but were actively lobbying to be considered ‘vital’, so that they too could claim continued access to childcare and schools. The lobby was successful, apparently, because on March 17, the VSNU sent the following press release:

    “University staff fall under the ‘crucial professions’ when they are needed to organise (distance) education, as the VSNU is assured by the Ministry of Education, Culture and Science. According to the VSNU, this definition applies in practice in any case, but not exhaustively, to:

    Teachers
    ICT personnel required to maintain the ICT infrastructure and distance learning support programmes.

    For further information we refer to the website of the central government.”

    Subsequently, emails were distributed with messages such as this: ‘The ministry has clarified that university teachers belong to the vital occupations in the Netherlands. This means that if you have no one else at home who can take care of your children, you have a right to send them to daycare or school.’

    As of yet, however, this ‘vital profession’ status is not made explicit on the official government website the VSNU refers to, although the Ministry of Education sent a letter to Parliament on March 19th confirming this ‘vital profession’ status. The list on the central government’s website, however, still only mentions ‘school teachers’ – a label university boards appear, all of a sudden, to be entirely comfortable with.

    “It may come as a shock to academics but nurses, doctors, firemen, (hospital) janitors, primary school teachers, shop keepers, and electricity mechanics are much more vital at this moment.”

    These emails were surely meant to support staff that was struggling to combine work and care at home. Teaching staff in particular has indeed been put in a highly stressful and overwhelming situation, trying to ‘move’ teaching to online spaces, navigate anxieties about the pandemic and worries about loved ones, often while juggling homeschooling and childcare. It makes sense to provide support. Yet, the ‘vital professions’ claim makes clear that universities as employers have difficulty organizing solidarity.

    Yes, some courses run through this semester and certainly, students should be enabled to graduate this academic year (that is, in absence of compensation enabling an extra year of study). But not all staff is involved in these tasks. Instead of effectively redistributing work and supporting staff that needs the support, the universities opted for a general ‘vital profession’ claim, effectively overburdening the already quite precarious health care system and schools in the Netherlands while exposing more people than necessary to infection. In the process, choices that are highly personal and ethical – do I take my child to daycare in the midst of a pandemic? – are decided by decree.
    The delirium of ‘impact’

    For some time now, Dutch universities are in a delirium over their ‘impact to society’. Being a ‘vital profession’ is part of that delirium. And it takes our mind off of what should now be done. Many students are not coping with the situation in such a way that it allows for the ‘business as usual’ model currently adopted. Especially international students are struggling. They are anxious about the virus itself and are far away from family, or they have moved back home and are therefore far away from the university. Students do not always have the support network in place to help them through this crisis and they often live in very small rooms. With hospitality and other businesses locked down, many also have to survive without the additional income they earn in part time jobs. The students need support and universities’ staff is offering this, often by digital means and from home. But many students, and in particular international students, we find, need more to alleviate mental stress and financial uncertainty about the future.

    The first thing not to do, is to act as if we’re in ‘business as usual’. What we see happening is massive resources being deployed to keep students to deadlines rather than apply leniency, to not change teaching objectives (bureaucratically expressed in ‘learning goals’), to move all face-to-face teaching to online, digitally mediated teaching, through platforms controlled by the tech industry. This is madness. We are experiencing a crisis unprecedented in the history of modern higher education, which is profoundly changing the nature of higher education while putting everybody, students and staff, under intense pressure. In the face of a transformation of such magnitude, ‘business as usual’ cannot be the preferred course of action. There are two main reasons for this.
    We cannot teach, so don’t pressure students to learn

    The first is that teaching cannot properly be done. Only when education and pedagogy is expressed in bureaucratic ‘learning goals’ does it make sense to provide students with recorded lectures and consider it equivalent to what the meeting of students and teachers can and should be. Digital alternatives are, of course, provided with the best intentions, and considered as substitutes for lack of better options. But the very idea that they are substitutes is revealing with respect to how our society has to come understand what education is. What we have to resist is the idea that we are now doing ‘online teaching’.

    “Students are anxious about the virus itself, about being far away from family, or moved back home and therefore far away from the university.”

    What we are doing, rather, is trying to make it to the end of the semester without harming the interests of our students. But in the current crisis, the flight to the digital is a form of denial rather than a way of coping with the crisis. This is the hard pill to swallow: teaching, challenging each other’s minds, studying and discovering together, is not possible at the moment. Therefore, in order to ensure that students do not incur delays, why not enact leniency, and adapt learning goals given the circumstances under which learning must take place? Why stick to bureaucratically engrained ‘learning goals’? Alternative options should be considered, such as a pass or fail grading option, or adapting exam requirements.

    The second is that the ‘business as usual’ approach takes an exorbitant toll on supporting staff and outsourced personnel and heightens inequalities between tenured and temporary staff, and therefore signifies a lack of solidarity of academics with support staff, catering services, cleaning staff, as well as with primary school teachers and day care professionals. When we received the first emails requesting us to work from home and ‘move teaching online’, it became apparent which workers were asked to continue being on site: maintenance staff. Some of those e-mails assured staff who needed to come in for emergency meetings that ‘coffee machines will continue to be maintained, and can be used.’ So, workers were, and currently are, maintaining coffee machines and cleaning offices, after academics were already working home and before the buildings began to close (but note that many buildings remain open).

    “The first thing not to do, is to act as if we’re in ‘business as usual’.”

    This put maintenance staff, generally badly paid and often non-white, at risk of being infected with COVID-19. The vitality of academics, thus depends on the vulnerability of others to a potentially lethal disease. And after the schools closed on Monday March 16th, it also put them in the situation of needing to make arrangements for childcare in order to show up for their job, just because we presumably cannot endure without our coffee. It is crucial that in the time to come, we include outsourced maintenance staff in our considerations of who is the university and who is actually ‘vital’. This crisis has made visible, yet again, that, to a large extent, vital work is indeed social reproductive work – the work that makes so-called productive work possible in the first place. We should make sure that, like academic staff, maintenance staff should continue to be paid throughout this crisis, and that no one loses their job in this crisis.

    What we demand from Dutch universities:

    1) Barring medical researchers and staff who are immediately involved in managing the COVID-19 crisis, the claim to a ‘vital profession’ should be rescinded;

    2) All efforts should be aimed at providing relief for students, and this includes leniency, adjusting deadlines, extra retakes, all in such a way as to make sure students can both move on with their studies or graduate, and incur the least financial burdens;

    3) Both the safety and the continuation of pay for support and maintenance staff should be secured, regardless of whether their work has been outsourced;

    4) Temporary staff in particular requires extra support; leniency should be applied in tenure tracks, and PhD trajectories should be extended.

    5) Pressure should be put on the central government to provide financial support for temporary staff, but in particular for students. Government has announced a huge package of financial relief measures for businesses. Why not for students? The forgiving of student debt and the extension of studies without tuition are two obvious options beyond postponing debt payments and, effectively, extending student debt, as announced by the Ministry’s letter to Parliament of March 19.

    Earlier this, week, hundreds of Cambridge students asked their university to let them retake this year. These are not outrageous demands; they are demands that appreciate the size of what hit us, and of what is likely to come. It is time to start operating in radically different registers, that face the magnitude of what is happening to our educational institutions in and beyond this crisis. Rather than a digitized ‘business as usual’, this is what is demanded of the kind of educational leadership now required.

    https://www.scienceguide.nl/2020/03/academics-are-not-a-vital-profession
    #Pays-Bas #profession_vitale #coronavirus

    Ce terme de #profession_vitale , appliquée au monde académique... à rapprocher avec celui de #continuité_pédagogique en France :
    https://seenthis.net/messages/831759

    #terminologie #mots #vocabulaire