• Les accidents du travail à un niveau historiquement bas
    https://www.lemonde.fr/emploi/article/2018/11/16/les-accidents-du-travail-a-un-niveau-historiquement-bas_5384333_1698637.html

    Les accidents du travail n’ont jamais été aussi peu fréquents depuis soixante-dix ans. En 2017, il y en a eu 33,4 pour 1 000 salariés, soit une diminution de 0,5 % par rapport à l’année précédente, selon les statistiques dévoilées, jeudi 15 novembre, par la direction des risques professionnels de l’Assurance-maladie.
    Ce recul de la « sinistralité » est général, à l’exception de deux secteurs. Celui de « l’aide et des soins à la personne » continue d’enregistrer une progression, avec un ratio de 52,8 ‰ – les activités les plus touchées se situant dans l’aide à domicile et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), avec un score de 97,2 ‰. L’autre branche concernée par une poursuite de la hausse est l’intérim, où « l’indice de fréquence » atteint 53,6 ‰ : une tendance liée, en partie, à la bonne santé des entreprises de travail temporaire depuis quelques années.
    Le bâtiment et les travaux publics (BTP) demeure à des niveaux élevés (56,8 ‰, soit 23 points de plus que la moyenne nationale) mais l’indicateur reste orienté à la baisse, de façon « quasi continue depuis vingt ans ». [...]
    26 % des travailleurs déclarent avoir été blessés au moins une fois dans le cadre de leur activité professionnelle.

    #travail #accidents_du_travail #CPAM #Insee

    • Si c’est Le Monde, celui du Décodex qui le dit, c’est donc que c’est la vérSi c’est Le monde qui l’écrit, celui du Décodex, c’est que c’est la vérité officielle !

      Combien de morts hors des le lieux de travail ?
      Infirmières ? Policières ? Caissières ? . . . . .
      le monde, le journal des diners parisiens.

    • Oui, l’article est abstrait (pas même foutu de citer le nombre de morts au travail) et plus que partiel, oui, chercher à dénombrer les accidents du travail (et pas seulement au travail) non reconnus comme tels, en entreprise (sans papiers), pour des clients (travail non déclaré), en lien avec l’emploi, dans les transports/trajets, et au chômage ! serait un exercice intéressant. En revanche moraliser sur l’ImMonde (lorsqu’on aime Les crises ?), c’est pas intéressant. Surtout pas avec une cuillère de « pauvres policiers » dans la soupe.

    • 26% des travailleurs déclarent avoir été victime d’un accident du travail pendant leur carrière
      https://www.latribune.fr/economie/france/26-des-travailleurs-declarent-avoir-ete-victime-dun-accident-de-travail-pe

      Selon une étude de l’Insee publiée jeudi 15 novembre, un travailleur sur quatre est victime d’un accident du travail pendant sa carrière. Les #ouvriers sont les plus exposés avec 40% d’entre eux déclarant au moins un accident avec blessure au cours de leur vie professionnelle.

      Les dommages physiques causés par le travail ne sont pas rares. Selon une étude de l’Insee publiée ce jeudi, 26% des personnes qui travaillent ou ont travaillé déclarent avoir été victime d’au moins un accident du travail* au cour de leur vie professionnelle (35% pour les hommes, 18% pour les femmes). Bien entendu, la proportion de blessés varie selon la catégorie socioprofessionnelle des salariés. Ainsi, et sans surprise, les accidents sont plus fréquents chez les ouvriers. Ils sont deux fois plus nombreux à en déclarer que les cadres (40% contre 16%). En effet, les personnes exposées à une accumulation de conditions de travail pénibles (bruit, vibrations, tensions au travail, froid, solicitations physiques intenses...), à l’instar des ouvriers, subissent plus souvent des accidents.

  • La Sécu dévoile à des employeurs les motifs d’arrêt de travail de leurs salariés - L’Express L’Entreprise
    https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/management/la-cpam-devoile-a-des-employeurs-les-motifs-d-arret-de-travail-

    Pour lutter contre l’absentéisme, l’Assurance maladie lance une expérimentation hardie. Elle dévoile aux entreprises des données que l’on pensait secrètes.

    Il y a des entreprises qui, aux yeux de l’Assurance maladie, présentent un niveau d’absentéisme « anormal » : quatre fois plus d’arrêts de travail que leurs consoeurs de leur secteur dans la même région. Pour les faire revenir dans le droit chemin, elle a lancé une expérimentation inédite : les alerter sur leur score record, tout en les informant sur les motifs d’absences de leurs salariés. Entretien avec Laurent Bailly, responsable du département des services aux assurés [sic], en charge du programme. 

    Pourquoi cette expérimentation, qui a donné lieu à des premières visites d’entreprise en novembre et décembre 2017 ? 

    L’entreprise connaît son taux absentéisme, mais n’a pas de point de comparaison avec ses concurrents. Lui apporter ces informations peut la « challenger ». Et lui faire amorcer une réflexion sur ses conditions de travail, puisqu’on sait qu’il y a une corrélation entre ces dernières et le nombre et la durée des arrêts. Pour encourager la prise de conscience, nous convertissons les absences en coût direct (valeur des salaires versés) et en coûts indirects (nous renvoyons à des études ayant calculé que ceux-ci atteignent un à quatre fois les coûts directs). 

    REPORTAGE >> « Elle est en arrêt maladie, on la découvre radieuse sur Facebook, à Deauville » 
    https://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/elle-est-en-arret-maladie-on-la-decouvre-radieuse-sur-facebook-

    Mais vous allez aussi plus loin en divulguant à l’entreprise les motifs des arrêts de travail de ses salariés... 

    Effectivement. En cas de contrôle de l’assuré, le motif de l’arrêt est codifié, nous disposons donc de l’information. En l’absence de contrôle, nous parvenons à reconstituer la pathologie à partir des consultations et des remboursements de médicaments. Par exemple, si le salarié a vu un psychiatre et pris des antidépresseurs, on peut en conclure qu’il a été arrêté pour dépression. Ce sont des algorithmes qui font le travail. Ils ont été développés à l’origine par le service du contrôle médical, pour essayer de mieux prévoir les contrôles en fonction des pathologies. 

    Et le secret médical, dans tout cela ? 

    Toutes les données sont analysées avec les médecins conseils et les Carsat (caisses retraite et santé au travail), et on s’assure qu’il n’est pas possible, même de manière indirecte, de tracer les personnes. Par ailleurs, nous nous focalisons uniquement sur les établissements de plus de deux cent salariés. Dans les plus petites sociétés, l’employeur pourrait trop facilement établir un lien évident avec tel ou tel collaborateur. Les partenaires sociaux nous ont donné le feu vert pour cette expérimentation, convaincus par les garanties de secret médical que nous leur avons apportées. 

    Qu’en dit la Commission nationale de l’informatique et des libertés ? 

    Nous n’avons pas de demande d’autorisation à effectuer auprès de la Cnil. Pour l’utilisation de de ces données à titre expérimental, nous sommes couverts par des décrets qui permettent une simple déclaration de conformité.

    #travail #contrôle #CPAM #data #absentéisme #entreprise #santé

  • Si vous ne souhaitez pas rentrer dans la case « misérable-parasite-qui-dépouille-le-brave-travailleur-français-suant-sang-et-eau-pour-la-croissance-du-cac40 », non seulement par un patriotisme économique de bon aloi mais aussi pour garder les quelques droits qu’il vous reste,

    si vous êtes déjà dans la merde, genre fin de droits, RSA + CMU complémentaire, et qu’il vous arrive un gros pépin de santé, que vous vous déclarez nonobstant en arrêt maladie pour justifier à Police Emploi que vous n’êtes pas en mesure d’en chercher un, d’emploi,

    alors prenez la peine de déclarer cet arrêt à la Caf en joignant une attestation de non indemnisation journalière de la CPAM (« aucune indemnité journalière n’est versée pour cette période »).

    Sinon :

    « Après transmission de vos ressources [les fourbes], nous avons besoin d’informations complémentaires.

    Vous avez exercé une activité professionnelle [non] ou avez été en situation de maladie [oui], maternité [non] ou accident du travail [non]. Or, vous ne déclarez aux services fiscaux aucun revenu correspondant à ces situations [ben non].

    C’est pourquoi, pour vous permettre de calculer tous vos droits, vous devez nous renvoyer cette lettre complétée, datée et signée au verso dans un délais d’un mois.

    En l’absence de réponse de votre part, le versement de vos prestations sera interrompu. »

    Évidemment, dans le formulaire à remplir, aucune case ne correspond à la situation, la seule approchante est :

    « vous avez été indemnisé(e) au titre de la maladie, maternité, paternité »

    Renseignement pris, non sans se contenir difficilement devant la guichetière qui n’y est pour rien (oui, 9 fois sur 10 c’est une guichetière), en effet le cas de non indemnisation n’est pas prévu, c’est à vous de vous justifier.

    « Nous vous rappelons que vous devez signaler tout changement de situation (familiale ou professionnelle) à votre Caf.

    Restant à votre disposition, Votre caisse d’allocations familiales. »

  • Dans la série brimades « Parce que c’est çà la vie Auchan chez les mulliez »
    Auchan City continue de faire payer sa "faute" à Rachida...

    Malgré les belles paroles de Auchan France, à ce jour, Fadila ne perçoit AUCUN REVENU.

    En effet, la CPAM apprend à notre adhérente que son employeur n’a pas fait le nécessaire pour que celle-ci puisse percevoir ses indemnités liées aux suites de son accident du travail (non reconnu...)

    Il s’agit juste de remplir un formulaire et de le faire parvenir à la CPAM...

    Très fréquemment nous défendons des salariés dans la même situation, et nous avons bien compris qu’il s’agit de « faire payer » à ces salariés leur vélléités de résistance.

    Auchan en serait donc là...

    Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à cette situation.

    UNION LOCALE CGT DE TOURCOING ET ENVIRONS
    43 rue de Lille 59200 TOURCOING

    Source : http://ulcgt-tourcoing.fr/2017/02/02/dans-la-serie-brimades-parce-que-cest-ca-la-vie-auchan

    NDR  : Avant de faire vos courses à auchan, n’oubliez pas ! La caissière, ça pourrait être Fadila, votre fille, votre épouse, votre soeur. . . . . .

    #auchan #auchan_city #mulliez #grande_distribution #Tourcoing #caissière #Fadila #harcèlement #culture_de_la_violence #travail #France #domination #CPAM

  • Au guichet de la Sécurité sociale, les plus précaires sont les moins bien reçus, entretien avec Pascal martin | AlterEco+ Alterecoplus
    http://www.alterecoplus.fr/guichet-de-securite-sociale-plus-precaires-bien-re/00012719

    Dans Les métamorphoses de l’assurance maladie, conversion managériale et nouveau gouvernement des pauvres, le sociologue Pascal Martin propose une plongée dans le quotidien des agents d’accueil de la Sécurité sociale et s’intéresse aux effets des dispositifs d’accueil sur les plus vulnérables (les personnes éligibles aux dispositifs d’assistance que sont la couverture maladie universelle et l’aide médicale d’Etat). Ce travail à partir d’une enquête ethnographique réalisée entre 2004 et 2008 dans des centres de Sécurité sociale en Ile-de-France prend aussi appui sur la connaissance qu’a l’auteur du fonctionnement de l’institution dont il a été salarié, exerçant notamment des fonctions de formateur des agents chargés de l’accueil.

    (...) Pour les agents à l’accueil, des consultants externes ont été sollicités au moment de la mise en place du logiciel Sirius. Ceux-ci ont eu pour mission d’apprendre aux agents à faire le tri entre « bons » et « mauvais » pauvres, à partir de livrets de formation contenant des exemples caricaturaux. Le « mauvais » pauvre, celui qui pourrait subvenir à ses besoins mais préfère vivre de l’assistance, est soit un jeune de banlieue, avec un casque sur les oreilles, et le dernier téléphone portable à la main, qui a garé sa BMW dans une rue adjacente, soit un Rom qui roule en Mercedes et vient « toucher la #CMU à l’accueil » (alors que la CMU est une couverture sociale, personne ne reçoit de l’argent parce qu’il est bénéficiaire de la CMU).

    #CPAM #AME #Précarité #guerre_aux_pauvres

  • Chroniques de permanences 5
    http://marciawanders.tumblr.com/post/148832367573/chroniques-de-permanences-5

    Monsieur Uddin a 23 ans et de grosses cernes sous les yeux. Je le remarque, parce que ma collègue vient me chercher dans mon bureau pour me demander de m’occuper de lui. « Fais attention, il est fragile ». J’y vais tout en douceur. Il s’assoit, je lui explique le dossier d’assurance maladie qu’on est en train de remplir, les méandres de l’#OFII qui ne lui donne que 17€ par mois au lieu des 330€ prévus, le fonctionnement des hôpitaux qui pourraient soigner son hépatite gratuitement et sans attendre. J’écris des lettres, plein de lettres, qui ressemblent à celles que j’écris depuis deux ans. J’écris qu’il est vulnérable, #précaire, sans ressources, dans une situation compliquée. J’écris tous les synonymes de #pauvre que je connais. Il a le sourire, mon imprimante qui débite le rassure, ça veut dire qu’on fait des choses, que la situation va avancer.

    Deux semaines plus tard, je reçois une réponse de l’OFII, qui me dit que des ressources ont été inscrites dans son dossier, mais qu’elles vont être enlevées, et que tout ça va être réglé dans un mois.

    Monsieur Uddin revient me voir deux mois plus tard. Rien n’a avancé. Il n’y a pas de traces de son dossier à la sécurité sociale, qui me répond sans gêne qu’ils l’ont « sans doute perdu ». Ça me rappelle que l’année dernière, on avait appris que la #CPAM de Seine Saint Denis avait décidé de jeter les dossiers de demande d’Aide Médicale d’Etat reçus entre octobre et décembre. Pour #déstocker. C’est manifestement ce qui vient d’arriver au dossier de Mr Uddin. On recommence (...)

    #permanences #Accueil #santé #revenu #xénophobie_d'État #austérité
    #toctoc

  • Une première dans l’Aude avec le visio-guichet - 24/11/2015 - ladepeche.fr
    http://www.ladepeche.fr/article/2015/11/24/2223638-une-premiere-dans-l-aude-avec-le-visio-guichet.html

    Le président de la #CAF de l’Aude Guy Garcia insistait sur le caractère novateur de l’installation des visio-guichets : « Dites bien que nous sommes des précurseurs en France ».

    Ce lundi, dans le RSP (#relais_services_publics) de Capendu, était inauguré le système « Visiopart », permettant aux usagers de communiquer et d’instruire leurs dossiers par un guichet virtuel avec un agent de la CAF, de la #CPAM ou de la #MSA et demain auprès d’autres administrations intéressées comme #Pôle_Emploi, le conseil départemental, la préfecture, la Carsat… La Caisse d’allocations familiales de l’Aude, porteuse du projet, a équipé cinq RSP à ce jour : outre Capendu, Les Illes-Cabardès, Mouthoumet, Villasavary et Salles-sur-l’Hers. Dans un avenir proche, une dizaine de plus seront opérationnels dans les points les plus reculés du département : haute vallée de l’Aude, pays de Sault, Hautes Corbières.

    Grâce à ces #visio-guichets équipés d’un écran tactile, d’une imprimante multifonctions, d’une webcam, d’un stylo tactile, avec une connexion sécurisée au réseau Internet, l’allocataire peut désormais résoudre pratiquement tous les problèmes administratifs à distance. Ainsi que nous l’indique Thierry Autard, directeur de la CAF : « Avant tout, il s’agit de répondre à un besoin de #contact de la part des usagers, autre que la venue au guichet ou l’appel téléphonique, surtout pour un public fragile ayant des difficultés de déplacement. La visio permet d’opérer quasiment l’ensemble des démarches à distance et d’échanger de visu avec le technicien ».

    Un système de #rendez-vous (le jeudi après-midi) garantit la souplesse pour l’allocataire et permet ainsi d’éviter les attentes au guichet. Ce dernier se connecte à l’heure prévue et est alors instantanément pris en charge par l’agent.

    Avant-hier, les élus, au premier rang desquels le président de Piémont d’Alaric Philippe Rappenau et le conseiller départemental Robert Alric, ne cachaient pas leur satisfaction que leur territoire soit en pointe technologique par le biais d’un tel équipement.

  • Avec les communications surtaxées, les #pauvres casquent pour faire valoir leurs #droits,
    http://blogs.mediapart.fr/blog/siemprecha/030415/les-pauvres-casquent-aussi

    J’appelle la CPAM à propos de ma demande de #CMU-Complémentaire en date du 26 février 2015 (plus d’un mois) : 7 minutes d’attente (contre 10 minutes annoncées) et 5 minutes de communication. J’obtiens une réponse complète à ma question : je vais devoir attendre entre 15 jours et 1 mois de plus pour que soit traité mon dossier. Ils traitent actuellement les demandes du 1er février 2015… = 3,95€

     J’ai oublié quelques questions alors je rappelle la #CPAM : rupture inopinée de la #communication au terme du message d’accueil = 0,40€. Troisième appel à la CPAM : 2 minutes d’attente et 5 minutes de communication : j’obtiens un début de réponse à mes questions, puis rupture inopinée de la communication = 2,48€. Quatrième appel à la CPAM : 3 minutes d’attente et 6 minutes de communication : j’obtiens enfin des réponses complètes à mes questions sur mes remboursements, puis rupture inopinée de la communication = 3,22€. Opération CPAM = 10,05€, 13 minutes d’attente au total, et des réponses que j’aurais pu obtenir sur internet si mon espace abonné n’avait pas été immédiatement fermé sur améli.fr lors de mon inscription au #RSI alors que j’avais encore des droits au régime de #sécurité_sociale général... Impossible d’accéder à ameli.fr donc d’obtenir simplement et gratuitement des relevés de décomptes de la caisse primaire d’assurance maladie.

    #précarité #Appels_surtaxés #CAF #RSA #39_49 #Pôle_emploi

  • Boissy : Suppression des points CAF et sécurité sociale : les élus éconduits au ministère | 94 Citoyens
    http://94.citoyens.com/2015/suppression-des-antennes-caf-et-securite-sociale-les-elus-de-boissy-eco

    Alors que 5 antennes #CAF (Caisse d’allocations familiales) ont fermé définitivement cet été dans le Val de Marne à Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Villiers-sur-Marne et Vincennes et que l’antenne #CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie) de Boissy-Saint-Léger avait déjà fermé en juillet 2012, une délégation d’élus de Boissy se sont rendus au ministère des affaires sociales ce jeudi 29 janvier, auprès duquel ils avaient demandé une audience.

    « La permanence CAF de Boissy était fixée le vendredi au centre social et voyait se présenter régulièrement de 30 à 40 personnes. Le point d’accueil Sécurité sociale (maladie) du centre commercial recevait, lui, jusqu’à 200 assurés sociaux du secteur par jour. De nombreux assurés ont besoin d’un service de proximité et d’interlocuteurs compétents pour régler leur dossier.(...)
    Nous insistons sur ce terme : il s’agit bien d’un « droit », non d’une assistance ou encore moins d’une aumône. Le bénéfice des 3 branches de la Sécurité sociale (maladie, famille, vieillesse) appartient aux salariés. Ce sont eux qui, chaque mois, financent la Sécurité sociale avec une part de leurs salaires (cotisations sociales) », y défendaient l’adjoint au maire Christian Mache et autres signataires* dans un courrier à #Marisol_Touraine, ministre de la Santé, déplorant la nouvelle organisation reposant sur une convention passée avec les communes concernant la Caf.
    « Seuls, les agents de la CAF ont accès aux informations confidentielles nécessaires à la solution des dossiers. Pas un agent communal. Comment une borne informatique pourrait-elle résoudre le problème ? D’autre part, la population n’a aucune raison de payer avec ses impôts locaux ce qu’elle a déjà payé avec ses cotisations sociales« , insistaient les élus locaux, réclamant une audience au ministère.

    Venus en délégation au ministère des affaires sociales ce jeudi 29 janvier, ils n’ont pas été reçus.

    #non_recours (fabrique du) #Bureaucratie #droits_sociaux

    • Un souci avec « le libre penseur ». C’est le blog d’un vieux pote de Dieudonné (quoique fâché avec Soral depuis peu) : un certain Salim Laïbi, alias le Libre Penseur, vendeur de salades toxiques.
      https://quartierslibres.wordpress.com/2014/05/26/le-dentiste-jesus-et-les-soucoupes-volantes

      L’article cité est un copié collé de http://millebabords.org. Pas trouvé le lien d’origine mais l’info étant archivée sur une maling list (mel du 29/05/2014), je la restitue ici pour mémoire.

      Mobilisation contre la fermeture des CAF à Marseille, Collectif contre la Traque des pauvres


      Un collectif d’allocataires en colère a investi le toit du siège de la Caf 13

      « Les courriers en retard ? C’est pire que dans le bureau de Gaston Lagaffe ! » s’écrie un manifestant qui a gardé le sens de l’humour, tout assurant « sauf qu’ici, ça fait pas rire. C’est même grave. Ceux qui en ont besoin sont pauvres et se retrouvent vite sur la paille avec un dossier qui bloque ». Si la direction de la Caf 13 se félicitait encore mercredi dernier du traitement de « plus de 42% des dossiers en attente », les allocataires ont beaucoup à perdre dans cette réorganisation des services et ils le disent haut et fort…depuis le toit du siège de l’administration.

      Des marins-pompiers, des voitures de police… pas de casse au chemin de Gibbes hier matin au siège de la Caf 13, mais un « envahissement » des locaux par un collectif d’usagers en colère. Tout relatif, d’un dizaine d’individus. Les autres sont restés devant les grilles fermées. C’est que les allocataires n’en peuvent plus des couacs administratifs dont ils subissent les conséquences très rapidement. « Dossier bloqué, Caf occupée » titre leur banderole.

      Il y a ce problème récurrent, structurel, des dossiers en retard. Difficile à résorber puisque même en fermant les centres, les nouvelles demandes s’accumulent. Et il y a, en prime, le parti pris de la direction de réorganiser ses services en usant des guichetiers pour traiter les dossiers, remplaçant ces derniers par des bornes, des rendez-vous téléphoniques ou un site Internet, qui ne soulagent guère les attentes. Bien au contraire, les allocataires, privés d’accès à leurs droits, demandent l’embauche de personnels.

      Comment on fait ?

      Rien de drôle en effet hier matin devant les grilles closes. Désespérée, une dame s’adresse au vigile « Mais je fais quoi moi ? Mon mari en à l’hôpital et j’ai besoin d’un papier pour la CMU ». Devant ses larmes, l’homme cède le passage. Une autre usagère confie à un monsieur accroché aux barreaux « si on est gentil, ils nous laissent entrer…mais dedans y’a personne. Même le téléphone est cassé ».

      Assiata est venue de Saint Barthélémy pour un acte de naissance qu’elle a déjà envoyé trois fois depuis le 7 avril mais qui n’a pas été pris en compte. « J’ai tenté Internet, mais ça bloque, il y a un truc que je ne comprends pas. Alors j’ai téléphoné, mais je n’ai que le disque ». Sabia, du Panier, n’est pas mieux lotie : « le téléphone ne répond pas, Internet ne marche pas. En attendant depuis mars que je n’ai pas touché le RSA mon frigo est vide, j’emprunte, je m’endette…Comment on fait ? »

      Houria savait qu’on recevait sur rendez-vous maintenant, mais « j’ai téléphoné et j’ai eu la musique. Je paye la communication…mais je n’ai toujours pas de rendez-vous ». Gilles a fini par avoir un conseiller au bout du fil, il y a un mois. Il attend encore que le technicien le rappelle… « car le loyer tombe, lui ».

      source : la Marseillaise

      Communiqué des usagers en colère des CAF de Marseille

      Lundi 26 mai, les usagers en colère des caisses d’allocations familiales des Bouches-du-Rhône ont décidé d’occuper les locaux de la direction de la CAF, chemin de Gibbes dans le 14ème arrondissement.

      Depuis plusieurs mois maintenant, la direction de la CAF a décidé de fermer ses bureaux d’accueil public pour ne plus recevoir les allocataires que sur rendez-vous, pris par un numéro surtaxé. Plus de contact direct, c’est l’obligation de payer plusieurs dizaines d’euros de téléphone pour réussir à prendre rendez-vous et c’est surtout l’impossibilité de régler des problèmes urgents avant plusieurs semaines. Ce sont des situations dramatiques. Des centaines d’allocataires se sont fait brutalement couper leurs aides au logement ou leur RSA, et ne peuvent plus aller demander un rétablissement de leur situation. Le choix de la fermeture des accueils dans les CAF de Marseille n’est qu’un test avant un élargissement national, et nous voulons faire entendre à la direction que ce dispositif ne passera pas auprès des usagers. Nous savons que ce dispositif est une mesure d’austérité qui se met en place. Elle vise à pousser des allocataires en situation précaire et excédés par la lourdeur administrative à abandonner les aides auxquels ils ont droit. A terme, elle vise également à supprimer des postes de personnels déjà débordés et en sous effectifs.
      Nous refusons ce dispositif et nous occuperons la CAF jusqu’à ce que les accueils publics soient ouverts de nouveau.

      Collectif contre la Traque des pauvres :

      Contre la fermeture des CAF !

      La CAF au 215 rue de Gibbes occupée lundi matin

      Les personnes arrêtées ont été relâchée hier sans poursuite.
      Ce matin suite à l’occupation du toit des locaux de la CAF par des usagers et un rassemblement devant ces locaux, des arrestations ont eu lieu.
      Un rassemblement de plus de deux heures a eu lieu où les usagers scandent "dossiers bloqués CAF occupées !" et discutent de leurs situations, de leurs difficultés depuis quelques mois à avoir des réponses, du devenir de leur droits d’allocataires, de leurs relations uniques aux bornes et vigiles de la CAF.
      La police était là en nombre et sous différentes formes.
      Les usagers qui trouvent portes closes font part de leur incompréhension sur l’absence de mobilisation des salariés de la CAF contre cette réforme.
      Plus d’information à venir.

      NON À LA FERMETURE DES CAF !

      Depuis plus d’un mois, les CAF de Marseille sont fermées. Si on ne réagit pas, elles resteront fermées.
      Depuis le début, la direction de la CAF nous ment. La direction parle de fermeture, soit-disant à cause des dossiers en retard de traitement ouà cause des agressions subies par les agents.

      La réalité c’est qu’ils veulent virer des allocataires pour que l’État puisse économiser de l’argent sur notre dos !
      La direction réduit continuellement le nombre d’agents de la CAF, du coup le nombre de dossier en retard augmente. Et les bureaux ferment.
      L’objectif est de rendre l’accès aux allocs encore plus compliqué, nous décourager et réduire le nombre d’allocataires.

      Depuis 2012, les Bouches-du-Rhône sont le laboratoire d’un nouveau dispositif de gestion des CAF : fermeture au public, un numéro payant pour prendre rendez-vous, des dossiers qui se perdent, des temps d’attente de plusieurs mois pour obtenir un rendez-vous ... Si nous ne réagissons pas, il sera ensuite étendu à toute la France !
      Cette restructuration de la CAF n’est que le début de la politique d’austérité, dont nous allons tous faire les frais ... sauf les riches ! Le capitalisme est en crise. Pour sauver ce système et ceux qui en profitent, c’est aux pauvres (avec ou sans travail) qu’on impose de payer l’addition.
      Organisons nous collectivement pour lutter contre la fermeture des CAF

      RASSEMBLEMENT DEVANT LA CAF DE GIBBES (13014)
      LUNDI 26 MAI À 10H30
      #Collectif_contre_la_traque_des_pauvres

  • Un couple écroué pour avoir escroqué 60.000 € d’aides sociales à #Nice
    http://www.nicematin.com/nice/un-couple-ecroue-pour-avoir-escroque-60000-€-daides-sociales-a-nice.1583049.html

    Pas moins de 19 500 € ont été volés à cet organisme. 28.500 € à la #CAF, première lésée dans l’affaire. 2.000 € à la #CPAM. Et 11.500 € au #RSI (régime social des indépendants). Nanti de cet arsenal de prestations sociales, le couple vivait dans le Vieux-Nice avec 2.100 € par mois… [[et quatre enfants…, ndc]]] sans travailler. « À ce compte-là , grince le président du tribunal David Hill, c’est sûr, ça ne vaut pas le coup de travailler ! »

    Brahim, 44 ans, est pourtant #maçon. Imen, 34 ans, #coiffeuse. Mais aucun n’exerçait d’activité, trois ans après leur arrivée en France.

    #sans_papiers #escroquerie #prison

  • Assurance-emploi - Ottawa isole les chômeurs | Le Devoir
    http://www.ledevoir.com/politique/canada/378744/ottawa-isole-les-chomeurs

    Ceux qui aident les #chômeurs ne peuvent plus parler avec les fonctionnaires

    Ici, tout administré peut encore essayer de faire valoir son droit d’être accompagné de la personne de son choix lors de ses démarches (#CAF, #Pôle_emploi, #CPAM, etc.). Ce n’est pas toujours évident, se prévaloir de l’article 24 de la Loi n° 2000-321 du 12 avril 2000 relative aux droits des citoyens dans leurs relations avec les administrations : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do;jsessionid=43832B5F39B1AFAF5D6EB6CE0FAED2BB.tp

    #allocation #précarité #droits_sociaux

    Le gouvernement des individus (voir cette présentation d’une université ouverte sur ce thème : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=4023), n’est pas sans reste, contradictions, marges de manoeuvres pour ceux qui y sont confrontés.

  • Mort de froid après une coupure d’énergie | Humanite
    http://www.humanite.fr/monde/mort-de-froid-apres-une-coupure-d-energie-517907

    Au bout de six mois d’arrêt de travail, la caisse primaire d’assurance maladie de l’Hérault recalcule ses droits et se rend compte d’une erreur qui suspend les paiements. Jean-Baptiste se retrouve sans ressources. En octobre 2012, le conseil général donne sa réponse pour le FSL : c’est non. Le motif ? «  L’absence totale de ressources ne vous permet pas de faire face à l’ensemble des charges relatives au logement.  » La collectivité se refuse à toute communication arguant qu’une enquête de gendarmerie est en cours.

    Ironie du sort, la #CPAM a fait un virement à Jean-Baptiste le 29 novembre 2012 de 1 456,45 euros. Ce qui lui aurait permis de payer les 643,38 euros réclamés par #EDF. Martine analyse la situation : «  Ça aurait pu arriver n’importe où en Europe. Ce continent vient de passer soixante ans sans guerre, mais la guerre économique, elle, est bien présente. C’est la machine sociale qui est en panne !  » Aujourd’hui encore est resté collé sur l’écran d’ordinateur de Jean-Baptiste un Post-it rose où il avait écrit en majuscules : «  LA VIE  ».

    #bureaucratie_de_merde #pauvreté
    On devrait pouvoir porter plainte contre non assistance à personne en danger, non ?