• Are Israel and Hezbollah on the verge of a full-blown war ? | Inside Story - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=5017EsGx72E&pp=ygUaamF6ZWVyYSBlbmdsaXNoIGZ1bGwtYmxvd24%3D

    L’expert pro-israélien totalement incohérent, affirme à la fois que la « #doctrine_dahiya » étendue à Beyrouth intra-muros permettra de venir à bout du Hezbollah et qu’Israel comptera sur l’intervention de la « #communauté_internationale » pour arrêter très rapidement la guerre (après qu’il ait « ramené le Liban à l’âge de pierre ») parce qu’il n’a pas les moyens de mener une longue guerre.

    Nicholas Noe lui répond que son analyse relève de la “fantasy”.

    • En fait les dires de l’expert en question sont ceux du terroriste Giora #Eiland, mais revisités de manière optimiste…

      Ynetnews Opinion -
      https://seenthis.net/messages/633905

      A long war will cause intolerable damage to Israel’s military and civilian infrastructures.
       
      The only way to ensure that the next war is short requires us to fight the state of Lebanon, not just Hezbollah. Israel can destroy Lebanon’s infrastructures and army within several days. Since there is no one in the world—neither the Lebanese nor Hezbollah, Syria or Iran, and of course Saudi Arabia, France, Russia and the United States—who wants to see Lebanon destroyed, it will lead to massive international pressure to reach a ceasefire within a week or less, and that’s just what Israel needs.

      Et, au cas où il aurait surestimé le degré de compassion des grandes puisssances, le terroriste préconise de leur faire comprendre dès maintenant qu’il faudra stopper Israël au bout d’une semaine maximum, au lieu de leur promettre comme maintenant que l’état sioniste est capable de battre le Hezbollah...

      Reaching such a decision in real time, when the conflict erupts, is insufficient. Israel should already start conveying this message, for two reasons: First of all, we will achieve deterrence and possibly prevent the next war since, as mentioned, no one in the world wants to see Lebanon destroyed. Second, if a war does break out in the end, it’s important that the Western states—at least the US—understand in advance that Israel chose this strategy having no other choice. Unfortunately, Israel is conveying the opposite messages.

      About a week ago, at the end of the major military exercise in northern Israel, the defense minister and army chiefs conveyed the message that Israel is capable of defeating Hezbollah. That’s a mistake. Even if Israel wins, but the war lasts about five weeks like in 2006, we will all pay a huge price which we will have trouble living with.

  • (Il m’a fallu un immense effort pour lire de bout en bout cet article extraordinaire du début à la fin)

    Dans le cabinet de guerre israélien, le jeu d’équilibre du général Gad #Eisenkot
    https://archive.ph/2023.12.15-175117/https://www.lemonde.fr/international/article/2023/12/15/dans-le-cabinet-de-guerre-israelien-le-jeu-d-equilibre-du-general-gadi-eisen

    Dans l’armée, il a laissé le souvenir d’un chef terre à terre, sans goût pour la gloriole, plus agressif que Benny Gantz et rompu au jeu politique. Il a fait l’essentiel de sa carrière dans la brigade Golani, à l’époque où celle-ci avait la réputation d’un corps rugueux, loin des cols blancs de l’aviation et du renseignement. Le New York Times a le premier affirmé qu’il avait fait rempart dans les premiers jours de la guerre au ministre de la défense, Yoav Gallant, qui militait pour qu’Israël porte le conflit contre le Hezbollah libanais, allié du Hamas, au mépris des conseils de prudence de Washington.

    Mais M. Eisenkot n’est pas une colombe : il assume la paternité de la #doctrine_Dahiya, du nom d’un quartier du sud de Beyrouth ravagé par l’aviation israélienne durant la guerre de 2006 contre le Hezbollah libanais.

    Cette doctrine postule que des zones civiles où le mouvement chiite est puissant doivent subir une riposte disproportionnée en cas de tirs de roquettes contre Israël. L’armée l’applique comme jamais à Gaza, en rasant, depuis le 7 octobre, une agglomération de plus d’un million d’habitants.

    Numéro un de l’armée de 2014 à 2019, M. Eisenkot a aussi été l’architecte de la « campagne entre les guerres », ces frappes menées par l’aviation israélienne contre des intérêts iraniens en Syrie et au Proche-Orient, censée repousser la perspective d’une guerre ouverte.

    L’administration américaine a trouvé en lui un interlocuteur privilégié, l’un des rares au sein de l’Etat israélien qui soient prêts à envisager l’après-guerre en termes politiques, alors que M. Nétanyahou exclut tout retour du Fatah et de l’Autorité palestinienne à Gaza, dessinant une gestion unilatérale sans fin des territoires palestiniens par Israël. « Il fait partie des quelques braves Israéliens qui sont encore prêts à considérer une solution politique au conflit, veut croire son ami Izhar Shai. Il comprend la nécessité d’impliquer une force internationale à Gaza et d’engager une discussion au-delà du militaire, qui ait le soutien du Proche-Orient et des Etats-Unis. » Le général se garde pourtant d’évoquer une solution à deux Etats, que Washington souhaite raviver.

    Combien de temps pourra-t-il tenir cet équilibre ? M. Eisenkot a promis de quitter le gouvernement à la fin de la guerre, mais les objectifs ambitieux de cette campagne – la destruction du Hamas et la libération de tous les otages – autorisent le premier ministre à promettre une opération étalée sur des années. La menace du Hezbollah libanais prolonge encore l’incertitude : des dizaines de milliers d’Israéliens ont quitté leur domicile à la frontière nord, craignant des bombardements quotidiens et une répétition du raid mené par le Hamas au pourtour de Gaza.

    « Eisenkot pourrait considérer son travail achevé lorsque ces gens auront assez confiance pour rentrer chez eux. Il sera difficile de déclarer la guerre finie avant cela », estime M. Shai. Son départ pourrait donner le signal d’élections législatives, à moins qu’il ne choisisse de demeurer une vigie au sein du gouvernement jusqu’à la chute annoncée, et sans cesse repoussée, de M. Nétanyahou, comme des officiers d’active l’envisagent eux-mêmes. Il risquerait alors de se trouver dans la position difficile du ministre de la défense, Yoav Gallant, qui avait mis en garde durant les neuf premiers mois de l’année contre le danger posé par la réforme de la justice, mais qui n’a jamais osé démissionner pour mieux se faire entendre.

  • ‘A mass assassination factory’: Inside Israel’s calculated bombing of Gaza

    Permissive airstrikes on non-military targets and the use of an artificial intelligence system have enabled the Israeli army to carry out its deadliest war on Gaza, a +972 and Local Call investigation reveals.

    The Israeli army’s expanded authorization for bombing non-military targets, the loosening of constraints regarding expected civilian casualties, and the use of an artificial intelligence system to generate more potential targets than ever before, appear to have contributed to the destructive nature of the initial stages of Israel’s current war on the Gaza Strip, an investigation by +972 Magazine and Local Call reveals. These factors, as described by current and former Israeli intelligence members, have likely played a role in producing what has been one of the deadliest military campaigns against Palestinians since the Nakba of 1948.

    The investigation by +972 and Local Call is based on conversations with seven current and former members of Israel’s intelligence community — including military intelligence and air force personnel who were involved in Israeli operations in the besieged Strip — in addition to Palestinian testimonies, data, and documentation from the Gaza Strip, and official statements by the IDF Spokesperson and other Israeli state institutions.

    Compared to previous Israeli assaults on Gaza, the current war — which Israel has named “Operation Iron Swords,” and which began in the wake of the Hamas-led assault on southern Israel on October 7 — has seen the army significantly expand its bombing of targets that are not distinctly military in nature. These include private residences as well as public buildings, infrastructure, and high-rise blocks, which sources say the army defines as “power targets” (“matarot otzem”).

    The bombing of power targets, according to intelligence sources who had first-hand experience with its application in Gaza in the past, is mainly intended to harm Palestinian civil society: to “create a shock” that, among other things, will reverberate powerfully and “lead civilians to put pressure on Hamas,” as one source put it.

    Several of the sources, who spoke to +972 and Local Call on the condition of anonymity, confirmed that the Israeli army has files on the vast majority of potential targets in Gaza — including homes — which stipulate the number of civilians who are likely to be killed in an attack on a particular target. This number is calculated and known in advance to the army’s intelligence units, who also know shortly before carrying out an attack roughly how many civilians are certain to be killed.

    In one case discussed by the sources, the Israeli military command knowingly approved the killing of hundreds of Palestinian civilians in an attempt to assassinate a single top Hamas military commander. “The numbers increased from dozens of civilian deaths [permitted] as collateral damage as part of an attack on a senior official in previous operations, to hundreds of civilian deaths as collateral damage,” said one source.

    “Nothing happens by accident,” said another source. “When a 3-year-old girl is killed in a home in Gaza, it’s because someone in the army decided it wasn’t a big deal for her to be killed — that it was a price worth paying in order to hit [another] target. We are not Hamas. These are not random rockets. Everything is intentional. We know exactly how much collateral damage there is in every home.”

    According to the investigation, another reason for the large number of targets, and the extensive harm to civilian life in Gaza, is the widespread use of a system called “Habsora” (“The Gospel”), which is largely built on artificial intelligence and can “generate” targets almost automatically at a rate that far exceeds what was previously possible. This AI system, as described by a former intelligence officer, essentially facilitates a “mass assassination factory.”

    According to the sources, the increasing use of AI-based systems like Habsora allows the army to carry out strikes on residential homes where a single Hamas member lives on a massive scale, even those who are junior Hamas operatives. Yet testimonies of Palestinians in Gaza suggest that since October 7, the army has also attacked many private residences where there was no known or apparent member of Hamas or any other militant group residing. Such strikes, sources confirmed to +972 and Local Call, can knowingly kill entire families in the process.

    In the majority of cases, the sources added, military activity is not conducted from these targeted homes. “I remember thinking that it was like if [Palestinian militants] would bomb all the private residences of our families when [Israeli soldiers] go back to sleep at home on the weekend,” one source, who was critical of this practice, recalled.

    Another source said that a senior intelligence officer told his officers after October 7 that the goal was to “kill as many Hamas operatives as possible,” for which the criteria around harming Palestinian civilians were significantly relaxed. As such, there are “cases in which we shell based on a wide cellular pinpointing of where the target is, killing civilians. This is often done to save time, instead of doing a little more work to get a more accurate pinpointing,” said the source.

    The result of these policies is the staggering loss of human life in Gaza since October 7. Over 300 families have lost 10 or more family members in Israeli bombings in the past two months — a number that is 15 times higher than the figure from what was previously Israel’s deadliest war on Gaza, in 2014. At the time of writing, around 15,000 Palestinians have been reported killed in the war, and counting.

    “All of this is happening contrary to the protocol used by the IDF in the past,” a source explained. “There is a feeling that senior officials in the army are aware of their failure on October 7, and are busy with the question of how to provide the Israeli public with an image [of victory] that will salvage their reputation.”
    ‘An excuse to cause destruction’

    Israel launched its assault on Gaza in the aftermath of the October 7 Hamas-led offensive on southern Israel. During that attack, under a hail of rocket fire, Palestinian militants massacred more than 840 civilians and killed 350 soldiers and security personnel, kidnapped around 240 people — civilians and soldiers — to Gaza, and committed widespread sexual violence, including rape, according to a report by the NGO Physicians for Human Rights Israel.

    From the first moment after the October 7 attack, decisionmakers in Israel openly declared that the response would be of a completely different magnitude to previous military operations in Gaza, with the stated aim of totally eradicating Hamas. “The emphasis is on damage and not on accuracy,” said IDF Spokesperson Daniel Hagari on Oct. 9. The army swiftly translated those declarations into actions.

    According to the sources who spoke to +972 and Local Call, the targets in Gaza that have been struck by Israeli aircraft can be divided roughly into four categories. The first is “tactical targets,” which include standard military targets such as armed militant cells, weapon warehouses, rocket launchers, anti-tank missile launchers, launch pits, mortar bombs, military headquarters, observation posts, and so on.

    The second is “underground targets” — mainly tunnels that Hamas has dug under Gaza’s neighborhoods, including under civilian homes. Aerial strikes on these targets could lead to the collapse of the homes above or near the tunnels.

    The third is “power targets,” which includes high-rises and residential towers in the heart of cities, and public buildings such as universities, banks, and government offices. The idea behind hitting such targets, say three intelligence sources who were involved in planning or conducting strikes on power targets in the past, is that a deliberate attack on Palestinian society will exert “civil pressure” on Hamas.

    The final category consists of “family homes” or “operatives’ homes.” The stated purpose of these attacks is to destroy private residences in order to assassinate a single resident suspected of being a Hamas or Islamic Jihad operative. However, in the current war, Palestinian testimonies assert that some of the families that were killed did not include any operatives from these organizations.

    In the early stages of the current war, the Israeli army appears to have given particular attention to the third and fourth categories of targets. According to statements on Oct. 11 by the IDF Spokesperson, during the first five days of fighting, half of the targets bombed — 1,329 out of a total 2,687 — were deemed power targets.

    “We are asked to look for high-rise buildings with half a floor that can be attributed to Hamas,” said one source who took part in previous Israeli offensives in Gaza. “Sometimes it is a militant group’s spokesperson’s office, or a point where operatives meet. I understood that the floor is an excuse that allows the army to cause a lot of destruction in Gaza. That is what they told us.

    “If they would tell the whole world that the [Islamic Jihad] offices on the 10th floor are not important as a target, but that its existence is a justification to bring down the entire high-rise with the aim of pressuring civilian families who live in it in order to put pressure on terrorist organizations, this would itself be seen as terrorism. So they do not say it,” the source added.

    Various sources who served in IDF intelligence units said that at least until the current war, army protocols allowed for attacking power targets only when the buildings were empty of residents at the time of the strike. However, testimonies and videos from Gaza suggest that since October 7, some of these targets have been attacked without prior notice being given to their occupants, killing entire families as a result.

    The wide-scale targeting of residential homes can be derived from public and official data. According to the Government Media Office in Gaza — which has been providing death tolls since the Gaza Health Ministry stopped doing so on Nov. 11 due to the collapse of health services in the Strip — by the time the temporary ceasefire took hold on Nov. 23, Israel had killed 14,800 Palestinians in Gaza; approximately 6,000 of them were children and 4,000 were women, who together constitute more than 67 percent of the total. The figures provided by the Health Ministry and the Government Media Office — both of which fall under the auspices of the Hamas government — do not deviate significantly from Israeli estimates.

    The Gaza Health Ministry, furthermore, does not specify how many of the dead belonged to the military wings of Hamas or Islamic Jihad. The Israeli army estimates that it has killed between 1,000 and 3,000 armed Palestinian militants. According to media reports in Israel, some of the dead militants are buried under the rubble or inside Hamas’ underground tunnel system, and therefore were not tallied in official counts.

    UN data for the period up until Nov. 11, by which time Israel had killed 11,078 Palestinians in Gaza, states that at least 312 families have lost 10 or more people in the current Israeli attack; for the sake of comparison, during “Operation Protective Edge” in 2014, 20 families in Gaza lost 10 or more people. At least 189 families have lost between six and nine people according to the UN data, while 549 families have lost between two and five people. No updated breakdowns have yet been given for the casualty figures published since Nov. 11.

    The massive attacks on power targets and private residences came at the same time as the Israeli army, on Oct. 13, called on the 1.1 million residents of the northern Gaza Strip — most of them residing in Gaza City — to leave their homes and move to the south of the Strip. By that date, a record number of power targets had already been bombed, and more than 1,000 Palestinians had already been killed, including hundreds of children.

    In total, according to the UN, 1.7 million Palestinians, the vast majority of the Strip’s population, have been displaced within Gaza since October 7. The army claimed that the demand to evacuate the Strip’s north was intended to protect civilian lives. Palestinians, however, see this mass displacement as part of a “new Nakba” — an attempt to ethnically cleanse part or all of the territory.
    ‘They knocked down a high-rise for the sake of it’

    According to the Israeli army, during the first five days of fighting it dropped 6,000 bombs on the Strip, with a total weight of about 4,000 tons. Media outlets reported that the army had wiped out entire neighborhoods; according to the Gaza-based Al Mezan Center for Human Rights, these attacks led to “the complete destruction of residential neighborhoods, the destruction of infrastructure, and the mass killing of residents.”

    As documented by Al Mezan and numerous images coming out of Gaza, Israel bombed the Islamic University of Gaza, the Palestinian Bar Association, a UN building for an educational program for outstanding students, a building belonging to the Palestine Telecommunications Company, the Ministry of National Economy, the Ministry of Culture, roads, and dozens of high-rise buildings and homes — especially in Gaza’s northern neighborhoods.

    On the fifth day of fighting, the IDF Spokesperson distributed to military reporters in Israel “before and after” satellite images of neighborhoods in the northern Strip, such as Shuja’iyya and Al-Furqan (nicknamed after a mosque in the area) in Gaza City, which showed dozens of destroyed homes and buildings. The Israeli army said that it had struck 182 power targets in Shuja’iyya and 312 power targets in Al-Furqan.

    The Chief of Staff of the Israeli Air Force, Omer Tishler, told military reporters that all of these attacks had a legitimate military target, but also that entire neighborhoods were attacked “on a large scale and not in a surgical manner.” Noting that half of the military targets up until Oct. 11 were power targets, the IDF Spokesperson said that “neighborhoods that serve as terror nests for Hamas” were attacked and that damage was caused to “operational headquarters,” “operational assets,” and “assets used by terrorist organizations inside residential buildings.” On Oct. 12, the Israeli army announced it had killed three “senior Hamas members” — two of whom were part of the group’s political wing.

    Yet despite the unbridled Israeli bombardment, the damage to Hamas’ military infrastructure in northern Gaza during the first days of the war appears to have been very minimal. Indeed, intelligence sources told +972 and Local Call that military targets that were part of power targets have previously been used many times as a fig leaf for harming the civilian population. “Hamas is everywhere in Gaza; there is no building that does not have something of Hamas in it, so if you want to find a way to turn a high-rise into a target, you will be able to do so,” said one former intelligence official.

    “They will never just hit a high-rise that does not have something we can define as a military target,” said another intelligence source, who carried out previous strikes against power targets. “There will always be a floor in the high-rise [associated with Hamas]. But for the most part, when it comes to power targets, it is clear that the target doesn’t have military value that justifies an attack that would bring down the entire empty building in the middle of a city, with the help of six planes and bombs weighing several tons.”

    Indeed, according to sources who were involved in the compiling of power targets in previous wars, although the target file usually contains some kind of alleged association with Hamas or other militant groups, striking the target functions primarily as a “means that allows damage to civil society.” The sources understood, some explicitly and some implicitly, that damage to civilians is the real purpose of these attacks.

    In May 2021, for example, Israel was heavily criticized for bombing the Al-Jalaa Tower, which housed prominent international media outlets such as Al Jazeera, AP, and AFP. The army claimed that the building was a Hamas military target; sources have told +972 and Local Call that it was in fact a power target.

    “The perception is that it really hurts Hamas when high-rise buildings are taken down, because it creates a public reaction in the Gaza Strip and scares the population,” said one of the sources. “They wanted to give the citizens of Gaza the feeling that Hamas is not in control of the situation. Sometimes they toppled buildings and sometimes postal service and government buildings.”

    Although it is unprecedented for the Israeli army to attack more than 1,000 power targets in five days, the idea of causing mass devastation to civilian areas for strategic purposes was formulated in previous military operations in Gaza, honed by the so-called “Dahiya Doctrine” from the Second Lebanon War of 2006.

    According to the doctrine — developed by former IDF Chief of Staff Gadi Eizenkot, who is now a Knesset member and part of the current war cabinet — in a war against guerrilla groups such as Hamas or Hezbollah, Israel must use disproportionate and overwhelming force while targeting civilian and government infrastructure in order to establish deterrence and force the civilian population to pressure the groups to end their attacks. The concept of “power targets” seems to have emanated from this same logic.

    The first time the Israeli army publicly defined power targets in Gaza was at the end of Operation Protective Edge in 2014. The army bombed four buildings during the last four days of the war — three residential multi-story buildings in Gaza City, and a high-rise in Rafah. The security establishment explained at the time that the attacks were intended to convey to the Palestinians of Gaza that “nothing is immune anymore,” and to put pressure on Hamas to agree to a ceasefire. “The evidence we collected shows that the massive destruction [of the buildings] was carried out deliberately, and without any military justification,” stated an Amnesty report in late 2014.

    In another violent escalation that began in November 2018, the army once again attacked power targets. That time, Israel bombed high-rises, shopping centers, and the building of the Hamas-affiliated Al-Aqsa TV station. “Attacking power targets produces a very significant effect on the other side,” one Air Force officer stated at the time. “We did it without killing anyone and we made sure that the building and its surroundings were evacuated.”

    Previous operations have also shown how striking these targets is meant not only to harm Palestinian morale, but also to raise the morale inside Israel. Haaretz revealed that during Operation Guardian of the Walls in 2021, the IDF Spokesperson’s Unit conducted a psy-op against Israeli citizens in order to boost awareness of the IDF’s operations in Gaza and the damage they caused to Palestinians. Soldiers, who used fake social media accounts to conceal the campaign’s origin, uploaded images and clips of the army’s strikes in Gaza to Twitter, Facebook, Instagram, and TikTok in order to demonstrate the army’s prowess to the Israeli public.

    During the 2021 assault, Israel struck nine targets that were defined as power targets — all of them high-rise buildings. “The goal was to collapse the high-rises in order to put pressure on Hamas, and also so that the [Israeli] public would see a victory image,” one security source told +972 and Local Call.

    However, the source continued, “it didn’t work. As someone who has followed Hamas, I heard firsthand how much they did not care about the civilians and the buildings that were taken down. Sometimes the army found something in a high-rise building that was related to Hamas, but it was also possible to hit that specific target with more accurate weaponry. The bottom line is that they knocked down a high-rise for the sake of knocking down a high-rise.”
    ‘Everyone was looking for their children in these piles’

    Not only has the current war seen Israel attack an unprecedented number of power targets, it has also seen the army abandon prior policies that aimed at avoiding harm to civilians. Whereas previously the army’s official procedure was that it was possible to attack power targets only after all civilians had been evacuated from them, testimonies from Palestinian residents in Gaza indicate that, since October 7, Israel has attacked high-rises with their residents still inside, or without having taken significant steps to evacuate them, leading to many civilian deaths.

    Such attacks very often result in the killing of entire families, as experienced in previous offensives; according to an investigation by AP conducted after the 2014 war, about 89 percent of those killed in the aerial bombings of family homes were unarmed residents, and most of them were children and women.

    Tishler, the air force chief of staff, confirmed a shift in policy, telling reporters that the army’s “roof knocking” policy — whereby it would fire a small initial strike on the roof of a building to warn residents that it is about to be struck — is no longer in use “where there is an enemy.” Roof knocking, Tishler said, is “a term that is relevant to rounds [of fighting] and not to war.”

    The sources who have previously worked on power targets said that the brazen strategy of the current war could be a dangerous development, explaining that attacking power targets was originally intended to “shock” Gaza but not necessarily to kill large numbers of civilians. “The targets were designed with the assumption that high-rises would be evacuated of people, so when we were working on [compiling the targets], there was no concern whatsoever regarding how many civilians would be harmed; the assumption was that the number would always be zero,” said one source with deep knowledge of the tactic.

    “This would mean there would be a total evacuation [of the targeted buildings], which takes two to three hours, during which the residents are called [by phone to evacuate], warning missiles are fired, and we also crosscheck with drone footage that people are indeed leaving the high-rise,” the source added.

    However, evidence from Gaza suggests that some high-rises — which we assume to have been power targets — were toppled without prior warning. +972 and Local Call located at least two cases during the current war in which entire residential high-rises were bombed and collapsed without warning, and one case in which, according to the evidence, a high-rise building collapsed on civilians who were inside.

    On Oct. 10, Israel bombed the Babel Building in Gaza, according to the testimony of Bilal Abu Hatzira, who rescued bodies from the ruins that night. Ten people were killed in the attack on the building, including three journalists.

    On Oct. 25, the 12-story Al-Taj residential building in Gaza City was bombed to the ground, killing the families living inside it without warning. About 120 people were buried under the ruins of their apartments, according to the testimonies of residents. Yousef Amar Sharaf, a resident of Al-Taj, wrote on X that 37 of his family members who lived in the building were killed in the attack: “My dear father and mother, my beloved wife, my sons, and most of my brothers and their families.” Residents stated that a lot of bombs were dropped, damaging and destroying apartments in nearby buildings too.

    Six days later, on Oct. 31, the eight-story Al-Mohandseen residential building was bombed without warning. Between 30 and 45 bodies were reportedly recovered from the ruins on the first day. One baby was found alive, without his parents. Journalists estimated that over 150 people were killed in the attack, as many remained buried under the rubble.

    The building used to stand in Nuseirat Refugee Camp, south of Wadi Gaza — in the supposed “safe zone” to which Israel directed the Palestinians who fled their homes in northern and central Gaza — and therefore served as temporary shelter for the displaced, according to testimonies.

    According to an investigation by Amnesty International, on Oct. 9, Israel shelled at least three multi-story buildings, as well as an open flea market on a crowded street in the Jabaliya Refugee Camp, killing at least 69 people. “The bodies were burned … I didn’t want to look, I was scared of looking at Imad’s face,” said the father of a child who was killed. “The bodies were scattered on the floor. Everyone was looking for their children in these piles. I recognized my son only by his trousers. I wanted to bury him immediately, so I carried my son and got him out.”

    According to Amnesty’s investigation, the army said that the attack on the market area was aimed at a mosque “where there were Hamas operatives.” However, according to the same investigation, satellite images do not show a mosque in the vicinity.

    The IDF Spokesperson did not address +972’s and Local Call’s queries about specific attacks, but stated more generally that “the IDF provided warnings before attacks in various ways, and when the circumstances allowed it, also delivered individual warnings through phone calls to people who were at or near the targets (there were more from 25,000 live conversations during the war, alongside millions of recorded conversations, text messages and leaflets dropped from the air for the purpose of warning the population). In general, the IDF works to reduce harm to civilians as part of the attacks as much as possible, despite the challenge of fighting a terrorist organization that uses the citizens of Gaza as human shields.”
    ‘The machine produced 100 targets in one day’

    According to the IDF Spokesperson, by Nov. 10, during the first 35 days of fighting, Israel attacked a total of 15,000 targets in Gaza. Based on multiple sources, this is a very high figure compared to the four previous major operations in the Strip. During Guardian of the Walls in 2021, Israel attacked 1,500 targets in 11 days. In Protective Edge in 2014, which lasted 51 days, Israel struck between 5,266 and 6,231 targets. During Pillar of Defense in 2012, about 1,500 targets were attacked over eight days. In Cast Lead” in 2008, Israel struck 3,400 targets in 22 days.

    Intelligence sources who served in the previous operations also told +972 and Local Call that, for 10 days in 2021 and three weeks in 2014, an attack rate of 100 to 200 targets per day led to a situation in which the Israeli Air Force had no targets of military value left. Why, then, after nearly two months, has the Israeli army not yet run out of targets in the current war?

    The answer may lie in a statement from the IDF Spokesperson on Nov. 2, according to which it is using the AI system Habsora (“The Gospel”), which the spokesperson says “enables the use of automatic tools to produce targets at a fast pace, and works by improving accurate and high-quality intelligence material according to [operational] needs.”

    In the statement, a senior intelligence official is quoted as saying that thanks to Habsora, targets are created for precision strikes “while causing great damage to the enemy and minimal damage to non-combatants. Hamas operatives are not immune — no matter where they hide.”

    According to intelligence sources, Habsora generates, among other things, automatic recommendations for attacking private residences where people suspected of being Hamas or Islamic Jihad operatives live. Israel then carries out large-scale assassination operations through the heavy shelling of these residential homes.

    Habsora, explained one of the sources, processes enormous amounts of data that “tens of thousands of intelligence officers could not process,” and recommends bombing sites in real time. Because most senior Hamas officials head into underground tunnels with the start of any military operation, the sources say, the use of a system like Habsora makes it possible to locate and attack the homes of relatively junior operatives.

    One former intelligence officer explained that the Habsora system enables the army to run a “mass assassination factory,” in which the “emphasis is on quantity and not on quality.” A human eye “will go over the targets before each attack, but it need not spend a lot of time on them.” Since Israel estimates that there are approximately 30,000 Hamas members in Gaza, and they are all marked for death, the number of potential targets is enormous.

    In 2019, the Israeli army created a new center aimed at using AI to accelerate target generation. “The Targets Administrative Division is a unit that includes hundreds of officers and soldiers, and is based on AI capabilities,” said former IDF Chief of Staff Aviv Kochavi in an in-depth interview with Ynet earlier this year.

    “This is a machine that, with the help of AI, processes a lot of data better and faster than any human, and translates it into targets for attack,” Kochavi went on. “The result was that in Operation Guardian of the Walls [in 2021], from the moment this machine was activated, it generated 100 new targets every day. You see, in the past there were times in Gaza when we would create 50 targets per year. And here the machine produced 100 targets in one day.”

    “We prepare the targets automatically and work according to a checklist,” one of the sources who worked in the new Targets Administrative Division told +972 and Local Call. “It really is like a factory. We work quickly and there is no time to delve deep into the target. The view is that we are judged according to how many targets we manage to generate.”

    A senior military official in charge of the target bank told the Jerusalem Post earlier this year that, thanks to the army’s AI systems, for the first time the military can generate new targets at a faster rate than it attacks. Another source said the drive to automatically generate large numbers of targets is a realization of the Dahiya Doctrine.

    Automated systems like Habsora have thus greatly facilitated the work of Israeli intelligence officers in making decisions during military operations, including calculating potential casualties. Five different sources confirmed that the number of civilians who may be killed in attacks on private residences is known in advance to Israeli intelligence, and appears clearly in the target file under the category of “collateral damage.”

    According to these sources, there are degrees of collateral damage, according to which the army determines whether it is possible to attack a target inside a private residence. “When the general directive becomes ‘Collateral Damage 5,’ that means we are authorized to strike all targets that will kill five or less civilians — we can act on all target files that are five or less,” said one of the sources.

    “In the past, we did not regularly mark the homes of junior Hamas members for bombing,” said a security official who participated in attacking targets during previous operations. “In my time, if the house I was working on was marked Collateral Damage 5, it would not always be approved [for attack].” Such approval, he said, would only be received if a senior Hamas commander was known to be living in the home.

    “To my understanding, today they can mark all the houses of [any Hamas military operative regardless of rank],” the source continued. “That is a lot of houses. Hamas members who don’t really matter for anything live in homes across Gaza. So they mark the home and bomb the house and kill everyone there.”
    A concerted policy to bomb family homes

    On Oct. 22, the Israeli Air Force bombed the home of the Palestinian journalist Ahmed Alnaouq in the city of Deir al-Balah. Ahmed is a close friend and colleague of mine; four years ago, we founded a Hebrew Facebook page called “Across the Wall,” with the aim of bringing Palestinian voices from Gaza to the Israeli public.

    The strike on Oct. 22 collapsed blocks of concrete onto Ahmed’s entire family, killing his father, brothers, sisters, and all of their children, including babies. Only his 12-year-old niece, Malak, survived and remained in a critical condition, her body covered in burns. A few days later, Malak died.

    Twenty-one members of Ahmed’s family were killed in total, buried under their home. None of them were militants. The youngest was 2 years old; the oldest, his father, was 75. Ahmed, who is currently living in the UK, is now alone out of his entire family.

    Ahmed’s family WhatsApp group is titled “Better Together.” The last message that appears there was sent by him, a little after midnight on the night he lost his family. “Someone let me know that everything is fine,” he wrote. No one answered. He fell asleep, but woke up in a panic at 4 a.m. Drenched in sweat, he checked his phone again. Silence. Then he received a message from a friend with the terrible news.

    Ahmed’s case is common in Gaza these days. In interviews to the press, heads of Gaza hospitals have been echoing the same description: families enter hospitals as a succession of corpses, a child followed by his father followed by his grandfather. The bodies are all covered in dirt and blood.

    According to former Israeli intelligence officers, in many cases in which a private residence is bombed, the goal is the “assassination of Hamas or Jihad operatives,” and such targets are attacked when the operative enters the home. Intelligence researchers know if the operative’s family members or neighbors may also die in an attack, and they know how to calculate how many of them may die. Each of the sources said that these are private homes, where in the majority of cases, no military activity is carried out.

    +972 and Local Call do not have data regarding the number of military operatives who were indeed killed or wounded by aerial strikes on private residences in the current war, but there is ample evidence that, in many cases, none were military or political operatives belonging to Hamas or Islamic Jihad.

    On Oct. 10, the Israeli Air Force bombed an apartment building in Gaza’s Sheikh Radwan neighborhood, killing 40 people, most of them women and children. In one of the shocking videos taken following the attack, people are seen screaming, holding what appears to be a doll pulled from the ruins of the house, and passing it from hand to hand. When the camera zooms in, one can see that it is not a doll, but the body of a baby.

    One of the residents said that 19 members of his family were killed in the strike. Another survivor wrote on Facebook that he only found his son’s shoulder in the rubble. Amnesty investigated the attack and discovered that a Hamas member lived on one of the upper floors of the building, but was not present at the time of the attack.

    The bombing of family homes where Hamas or Islamic Jihad operatives supposedly live likely became a more concerted IDF policy during Operation Protective Edge in 2014. Back then, 606 Palestinians — about a quarter of the civilian deaths during the 51 days of fighting — were members of families whose homes were bombed. A UN report defined it in 2015 as both a potential war crime and “a new pattern” of action that “led to the death of entire families.”

    In 2014, 93 babies were killed as a result of Israeli bombings of family homes, of which 13 were under 1 year old. A month ago, 286 babies aged 1 or under were already identified as having been killed in Gaza, according to a detailed ID list with the ages of victims published by the Gaza Health Ministry on Oct. 26. The number has since likely doubled or tripled.

    However, in many cases, and especially during the current attacks on Gaza, the Israeli army has carried out attacks that struck private residences even when there is no known or clear military target. For example, according to the Committee to Protect Journalists, by Nov. 29, Israel had killed 50 Palestinian journalists in Gaza, some of them in their homes with their families.

    Roshdi Sarraj, 31, a journalist from Gaza who was born in Britain, founded a media outlet in Gaza called “Ain Media.” On Oct. 22, an Israeli bomb struck his parents’ home where he was sleeping, killing him. The journalist Salam Mema similarly died under the ruins of her home after it was bombed; of her three young children, Hadi, 7, died, while Sham, 3, has not yet been found under the rubble. Two other journalists, Duaa Sharaf and Salma Makhaimer, were killed together with their children in their homes.

    Israeli analysts have admitted that the military effectiveness of these kinds of disproportionate aerial attacks is limited. Two weeks after the start of the bombings in Gaza (and before the ground invasion) — after the bodies of 1,903 children, approximately 1,000 women, and 187 elderly men were counted in the Gaza Strip — Israeli commentator Avi Issacharoff tweeted: “As hard as it is to hear, on the 14th day of fighting, it does not appear that the military arm of Hamas has been significantly harmed. The most significant damage to the military leadership is the assassination of [Hamas commander] Ayman Nofal.”
    ‘Fighting human animals’

    Hamas militants regularly operate out of an intricate network of tunnels built under large stretches of the Gaza Strip. These tunnels, as confirmed by the former Israeli intelligence officers we spoke to, also pass under homes and roads. Therefore, Israeli attempts to destroy them with aerial strikes are in many cases likely to lead to the killing of civilians. This may be another reason for the high number of Palestinian families wiped out in the current offensive.

    The intelligence officers interviewed for this article said that the way Hamas designed the tunnel network in Gaza knowingly exploits the civilian population and infrastructure above ground. These claims were also the basis of the media campaign that Israel conducted vis-a-vis the attacks and raids on Al-Shifa Hospital and the tunnels that were discovered under it.

    Israel has also attacked a large number of military targets: armed Hamas operatives, rocket launcher sites, snipers, anti-tank squads, military headquarters, bases, observation posts, and more. From the beginning of the ground invasion, aerial bombardment and heavy artillery fire have been used to provide backup to Israeli troops on the ground. Experts in international law say these targets are legitimate, as long as the strikes comply with the principle of proportionality.

    In response to an enquiry from +972 and Local Call for this article, the IDF Spokesperson stated: “The IDF is committed to international law and acts according to it, and in doing so attacks military targets and does not attack civilians. The terrorist organization Hamas places its operatives and military assets in the heart of the civilian population. Hamas systematically uses the civilian population as a human shield, and conducts combat from civilian buildings, including sensitive sites such as hospitals, mosques, schools, and UN facilities.”

    Intelligence sources who spoke to +972 and Local Call similarly claimed that in many cases Hamas “deliberately endangers the civilian population in Gaza and tries to forcefully prevent civilians from evacuating.” Two sources said that Hamas leaders “understand that Israeli harm to civilians gives them legitimacy in fighting.”

    At the same time, while it’s hard to imagine now, the idea of dropping a one-ton bomb aimed at killing a Hamas operative yet ending up killing an entire family as “collateral damage” was not always so readily accepted by large swathes of Israeli society. In 2002, for example, the Israeli Air Force bombed the home of Salah Mustafa Muhammad Shehade, then the head of the Al-Qassam Brigades, Hamas’ military wing. The bomb killed him, his wife Eman, his 14-year-old daughter Laila, and 14 other civilians, including 11 children. The killing caused a public uproar in both Israel and the world, and Israel was accused of committing war crimes.

    That criticism led to a decision by the Israeli army in 2003 to drop a smaller, quarter-ton bomb on a meeting of top Hamas officials — including the elusive leader of Al-Qassam Brigades, Mohammed Deif — taking place in a residential building in Gaza, despite the fear that it would not be powerful enough to kill them. In his book “To Know Hamas,” veteran Israeli journalist Shlomi Eldar wrote that the decision to use a relatively small bomb was due to the Shehade precedent, and the fear that a one-ton bomb would kill the civilians in the building as well. The attack failed, and the senior military wing officers fled the scene.

    In December 2008, in the first major war that Israel waged against Hamas after it seized power in Gaza, Yoav Gallant, who at the time headed the IDF Southern Command, said that for the first time Israel was “hitting the family homes” of senior Hamas officials with the aim of destroying them, but not harming their families. Gallant emphasized that the homes were attacked after the families were warned by a “knock on the roof,” as well as by phone call, after it was clear that Hamas military activity was taking place inside the house.

    After 2014’s Protective Edge, during which Israel began to systematically strike family homes from the air, human rights groups like B’Tselem collected testimonies from Palestinians who survived these attacks. The survivors said the homes collapsed in on themselves, glass shards cut the bodies of those inside, the debris “smells of blood,” and people were buried alive.

    This deadly policy continues today — thanks in part to the use of destructive weaponry and sophisticated technology like Habsora, but also to a political and security establishment that has loosened the reins on Israel’s military machinery. Fifteen years after insisting that the army was taking pains to minimize civilian harm, Gallant, now Defense Minister, has clearly changed his tune. “We are fighting human animals and we act accordingly,” he said after October 7.

    https://www.972mag.com/mass-assassination-factory-israel-calculated-bombing-gaza

    #bombardement #assassinat_de_masse #Gaza #7_octobre_2023 #Israël #bombardements #AI #IA #intelligence_artificielle #armée_israélienne #doctrine_Dahiya

    via @freakonometrics

    ici aussi via @arno:
    https://seenthis.net/messages/1029469

    • #The_Gospel’: how Israel uses AI to select bombing targets in Gaza

      Concerns over data-driven ‘factory’ that significantly increases the number of targets for strikes in the Palestinian territory

      Israel’s military has made no secret of the intensity of its bombardment of the Gaza Strip. In the early days of the offensive, the head of its air force spoke of relentless, “around the clock” airstrikes. His forces, he said, were only striking military targets, but he added: “We are not being surgical.”

      There has, however, been relatively little attention paid to the methods used by the Israel Defense Forces (IDF) to select targets in Gaza, and to the role artificial intelligence has played in their bombing campaign.

      As Israel resumes its offensive after a seven-day ceasefire, there are mounting concerns about the IDF’s targeting approach in a war against Hamas that, according to the health ministry in Hamas-run Gaza, has so far killed more than 15,000 people in the territory.

      The IDF has long burnished its reputation for technical prowess and has previously made bold but unverifiable claims about harnessing new technology. After the 11-day war in Gaza in May 2021, officials said Israel had fought its “first AI war” using machine learning and advanced computing.

      The latest Israel-Hamas war has provided an unprecedented opportunity for the IDF to use such tools in a much wider theatre of operations and, in particular, to deploy an AI target-creation platform called “the Gospel”, which has significantly accelerated a lethal production line of targets that officials have compared to a “factory”.

      The Guardian can reveal new details about the Gospel and its central role in Israel’s war in Gaza, using interviews with intelligence sources and little-noticed statements made by the IDF and retired officials.

      This article also draws on testimonies published by the Israeli-Palestinian publication +972 Magazine and the Hebrew-language outlet Local Call, which have interviewed several current and former sources in Israel’s intelligence community who have knowledge of the Gospel platform.

      Their comments offer a glimpse inside a secretive, AI-facilitated military intelligence unit that is playing a significant role in Israel’s response to the Hamas massacre in southern Israel on 7 October.

      The slowly emerging picture of how Israel’s military is harnessing AI comes against a backdrop of growing concerns about the risks posed to civilians as advanced militaries around the world expand the use of complex and opaque automated systems on the battlefield.

      “Other states are going to be watching and learning,” said a former White House security official familiar with the US military’s use of autonomous systems.

      The Israel-Hamas war, they said, would be an “important moment if the IDF is using AI in a significant way to make targeting choices with life-and-death consequences”.

      From 50 targets a year to 100 a day

      In early November, the IDF said “more than 12,000” targets in Gaza had been identified by its target administration division.

      Describing the unit’s targeting process, an official said: “We work without compromise in defining who and what the enemy is. The operatives of Hamas are not immune – no matter where they hide.”

      The activities of the division, formed in 2019 in the IDF’s intelligence directorate, are classified.

      However a short statement on the IDF website claimed it was using an AI-based system called Habsora (the Gospel, in English) in the war against Hamas to “produce targets at a fast pace”.

      The IDF said that “through the rapid and automatic extraction of intelligence”, the Gospel produced targeting recommendations for its researchers “with the goal of a complete match between the recommendation of the machine and the identification carried out by a person”.

      Multiple sources familiar with the IDF’s targeting processes confirmed the existence of the Gospel to +972/Local Call, saying it had been used to produce automated recommendations for attacking targets, such as the private homes of individuals suspected of being Hamas or Islamic Jihad operatives.

      In recent years, the target division has helped the IDF build a database of what sources said was between 30,000 and 40,000 suspected militants. Systems such as the Gospel, they said, had played a critical role in building lists of individuals authorised to be assassinated.

      Aviv Kochavi, who served as the head of the IDF until January, has said the target division is “powered by AI capabilities” and includes hundreds of officers and soldiers.

      In an interview published before the war, he said it was “a machine that produces vast amounts of data more effectively than any human, and translates it into targets for attack”.

      According to Kochavi, “once this machine was activated” in Israel’s 11-day war with Hamas in May 2021 it generated 100 targets a day. “To put that into perspective, in the past we would produce 50 targets in Gaza per year. Now, this machine produces 100 targets a single day, with 50% of them being attacked.”

      Precisely what forms of data are ingested into the Gospel is not known. But experts said AI-based decision support systems for targeting would typically analyse large sets of information from a range of sources, such as drone footage, intercepted communications, surveillance data and information drawn from monitoring the movements and behaviour patterns of individuals and large groups.

      The target division was created to address a chronic problem for the IDF: in earlier operations in Gaza, the air force repeatedly ran out of targets to strike. Since senior Hamas officials disappeared into tunnels at the start of any new offensive, sources said, systems such as the Gospel allowed the IDF to locate and attack a much larger pool of more junior operatives.

      One official, who worked on targeting decisions in previous Gaza operations, said the IDF had not previously targeted the homes of junior Hamas members for bombings. They said they believed that had changed for the present conflict, with the houses of suspected Hamas operatives now targeted regardless of rank.

      “That is a lot of houses,” the official told +972/Local Call. “Hamas members who don’t really mean anything live in homes across Gaza. So they mark the home and bomb the house and kill everyone there.”
      Targets given ‘score’ for likely civilian death toll

      In the IDF’s brief statement about its target division, a senior official said the unit “produces precise attacks on infrastructure associated with Hamas while inflicting great damage to the enemy and minimal harm to non-combatants”.

      The precision of strikes recommended by the “AI target bank” has been emphasised in multiple reports in Israeli media. The Yedioth Ahronoth daily newspaper reported that the unit “makes sure as far as possible there will be no harm to non-involved civilians”.

      A former senior Israeli military source told the Guardian that operatives use a “very accurate” measurement of the rate of civilians evacuating a building shortly before a strike. “We use an algorithm to evaluate how many civilians are remaining. It gives us a green, yellow, red, like a traffic signal.”

      However, experts in AI and armed conflict who spoke to the Guardian said they were sceptical of assertions that AI-based systems reduced civilian harm by encouraging more accurate targeting.

      A lawyer who advises governments on AI and compliance with humanitarian law said there was “little empirical evidence” to support such claims. Others pointed to the visible impact of the bombardment.

      “Look at the physical landscape of Gaza,” said Richard Moyes, a researcher who heads Article 36, a group that campaigns to reduce harm from weapons.

      “We’re seeing the widespread flattening of an urban area with heavy explosive weapons, so to claim there’s precision and narrowness of force being exerted is not borne out by the facts.”

      According to figures released by the IDF in November, during the first 35 days of the war Israel attacked 15,000 targets in Gaza, a figure that is considerably higher than previous military operations in the densely populated coastal territory. By comparison, in the 2014 war, which lasted 51 days, the IDF struck between 5,000 and 6,000 targets.

      Multiple sources told the Guardian and +972/Local Call that when a strike was authorised on the private homes of individuals identified as Hamas or Islamic Jihad operatives, target researchers knew in advance the number of civilians expected to be killed.

      Each target, they said, had a file containing a collateral damage score that stipulated how many civilians were likely to be killed in a strike.

      One source who worked until 2021 on planning strikes for the IDF said “the decision to strike is taken by the on-duty unit commander”, some of whom were “more trigger happy than others”.

      The source said there had been occasions when “there was doubt about a target” and “we killed what I thought was a disproportionate amount of civilians”.

      An Israeli military spokesperson said: “In response to Hamas’ barbaric attacks, the IDF operates to dismantle Hamas military and administrative capabilities. In stark contrast to Hamas’ intentional attacks on Israeli men, women and children, the IDF follows international law and takes feasible precautions to mitigate civilian harm.”
      ‘Mass assassination factory’

      Sources familiar with how AI-based systems have been integrated into the IDF’s operations said such tools had significantly sped up the target creation process.

      “We prepare the targets automatically and work according to a checklist,” a source who previously worked in the target division told +972/Local Call. “It really is like a factory. We work quickly and there is no time to delve deep into the target. The view is that we are judged according to how many targets we manage to generate.”

      A separate source told the publication the Gospel had allowed the IDF to run a “mass assassination factory” in which the “emphasis is on quantity and not on quality”. A human eye, they said, “will go over the targets before each attack, but it need not spend a lot of time on them”.

      For some experts who research AI and international humanitarian law, an acceleration of this kind raises a number of concerns.

      Dr Marta Bo, a researcher at the Stockholm International Peace Research Institute, said that even when “humans are in the loop” there is a risk they develop “automation bias” and “over-rely on systems which come to have too much influence over complex human decisions”.

      Moyes, of Article 36, said that when relying on tools such as the Gospel, a commander “is handed a list of targets a computer has generated” and they “don’t necessarily know how the list has been created or have the ability to adequately interrogate and question the targeting recommendations”.

      “There is a danger,” he added, “that as humans come to rely on these systems they become cogs in a mechanised process and lose the ability to consider the risk of civilian harm in a meaningful way.”

      https://www.theguardian.com/world/2023/dec/01/the-gospel-how-israel-uses-ai-to-select-bombing-targets

    • Comment l’armée israélienne utilise l’intelligence artificielle pour bombarder Gaza

      Suggestions de cibles, plans d’attaque automatisés : des outils algorithmiques, développés par Tsahal ou des entreprises privées, servent à mener une guerre « totale » à Gaza. D’anciens officiers du renseignement parlent d’une « usine d’assassinat de masse ».

      L’intelligence artificielle mise au service du bombardement sur la bande de Gaza, l’un des plus destructeurs et meurtriers du XXIe siècle. L’idée, qui appartenait il y a peu à la science-fiction, est désormais une réalité. L’armée israélienne le revendique officiellement dans sa communication.

      Le sujet, qui avait déjà intéressé plusieurs titres de la presse israélienne et internationale ces dernières années, a été remis sur le devant de la scène, ces derniers jours, par une longue enquête du média israélo-palestinien de gauche +972, publiée le 30 novembre. En s’appuyant sur des témoignages de militaires et d’ex-militaires, l’article détaille les rouages de la campagne aérienne sans précédent menée par Tsahal sur Gaza depuis le 7 octobre. Et l’usage, fait par l’armée dans ce contexte, d’outils d’intelligence artificielle.
      Tsahal revendique une « guerre par IA »

      L’utilisation de ce type de technologies dans un cadre militaire par les forces israéliennes a été documentée à plusieurs reprises. En 2021, après la campagne de bombardements menée pendant onze jours sur Gaza, le Jerusalem Post rapportait que Tsahal revendiquait avoir mené cette année-là la première « guerre par IA », mentionnant plusieurs outils algorithmiques destinés à optimiser l’action sur le terrain. Le quotidien israélien nommait alors trois algorithmes, nommés « Alchemist », « Gospel », et « Depth of Wisdom ». Un autre système, « Fire Factory », a été décrit en juillet 2023 par le média Bloomberg.

      Dans un contexte militaire, l’IA est utilisée pour analyser un très grand nombre de données issues du renseignement (ou de la logistique dans certains cas), et estimer rapidement les effets des différents choix stratégiques possibles. Deux outils, en particulier, seraient utilisés par Tsahal dans le cadre des attaques menées depuis le 7 octobre. Le premier, « Gospel » (ou « Habsora »), vise à suggérer les cibles les plus pertinentes pour une attaque, dans un périmètre donné. Le second, « Fire Factory », sert à optimiser, en temps réel, les plans d’attaques des avions et des drones, en fonction de la nature des cibles choisies. L’algorithme se chargerait de calculer la quantité de munitions nécessaires, d’attribuer les cibles aux différents avions et drones, ou de déterminer l’ordre le plus pertinent pour les attaques.

      Une capture d’écran de « Fire Factory », publiée en juillet par Bloomberg à titre d’illustration, montre une carte avec plusieurs cibles entourées, ainsi qu’une frise chronologique sur laquelle se succèdent différentes frappes. A noter que la séquence d’attaque présentée est fictive ou que, tout du moins, un certain nombre d’éléments à l’image ont été altérés avant publication, les noms des cibles en hébreu étant ici fantaisistes (des restaurants de Tel Aviv, par exemple).

      Toujours d’après Bloomberg, les systèmes d’intelligence artificielle de l’armée israélienne seraient développés par l’armée elle-même, mais aussi par des acteurs privés, comme l’entreprise du secteur de la défense Rafael, qui fournirait « Fire Factory ». A propos d’un outil du même genre (mais d’un autre nom), l’entreprise vante sur son site « un changement de paradigme révolutionnaire dans l’analyse de la situation et le circuit entre le capteur et le tireur, permettant une efficacité, une vitesse et une précision sans précédent ».
      De 50 cibles par an à 100 cibles par jour

      Dans les deux cas, les systèmes sont supervisés (d’après les déclarations de Tsahal cet été à Bloomberg) par des opérateurs humains qui, derrière l’écran, doivent vérifier et approuver tant les cibles que les plans de raids. Dit autrement, ces systèmes ne prendraient pas directement la décision de tirer, bien qu’une partie du processus soit automatisé. Selon des représentants des forces armées israéliennes interrogées par Bloomberg, ces solutions informatiques avaient été élaborées dans l’hypothèse de la conduire d’une « guerre totale » (« all-out war »).

      D’après le média +972, l’utilisation de ces solutions technologiques explique comment l’armée israélienne a pu bombarder la bande de Gaza à un rythme aussi effréné (15 000 cibles durant les seuls 35 premiers jours de bombardement, selon les chiffres mêmes de Tsahal). De fait, dans un communiqué publié début novembre, les forces armées israéliennes reconnaissaient elles-mêmes que « Gospel » (cité nommément) leur permettait de générer, de manière automatique, « des cibles à un rythme rapide ».

      Dans un article paru fin juin sur le média israélien YNet, l’ancien chef d’état-major de l’armée israélienne Aviv Kochavi expliquait que, lors de la guerre de 2021, « Gospel » générait 100 cibles par jour, ajoutant : « Pour mettre cela en perspective, dans le passé, nous produisions 50 cibles à Gaza par an. » Et de préciser que, lors de ces opérations militaires, la moitié des cibles suggérées par le logiciel avaient été attaquées. Au regard du rythme auquel l’algorithme propose de nouvelles cibles à bombarder, d’anciens officiers de renseignement critiques du procédé, interrogés par +972, assimilent le processus à une « usine d’assassinat de masse ».
      « Rien n’arrive par hasard »

      Les pertes civiles font partie des éléments dont « Gospel » tient compte pour identifier de nouvelles cibles. En effet, selon l’enquête de +972, l’armée israélienne dispose d’informations sur la majorité des cibles potentielles à Gaza, permettant notamment d’estimer le nombre de personnes civiles susceptibles d’être tuées en cas de frappes. Or, selon une autre source interrogée par le média israélien, depuis le 7 octobre, le nombre de morts civils jugé acceptable par le commandement militaire israélien dans l’objectif d’atteindre un dirigeant du Hamas serait passé de « dizaines » à « des centaines ».

      Nous ne sommes pas le Hamas. Ce ne sont pas des missiles aléatoires. Tout est intentionnel.
      — Une source anonyme au média israélien « +972 »

      « Rien n’arrive par hasard, déclare une autre source aux journalistes de +972. Lorsqu’une fillette de 3 ans est tuée dans une maison à Gaza, c’est parce que quelqu’un, dans l’armée, a décidé que ce n’était pas grave qu’elle soit tuée – que c’était un prix qui valait la peine d’être payé pour frapper [une autre] cible. Nous ne sommes pas le Hamas. Ce ne sont pas des missiles aléatoires. Tout est intentionnel. Nous savons exactement combien de dommages collatéraux il y a dans chaque maison. »
      Des milliers d’arbitrages invisibles

      Outre l’intensification des frappes permise par ces outils, se pose également la question de la qualité des données de renseignement sur lesquelles reposent les analyses. En 2020, une enquête du quotidien britannique The Independent, citant des militaires israéliens, pointait déjà des failles dans le cibles visées par les bombardements de l’armée de l’air israélienne, y compris sur des cibles obsolètes, pour remplir des quotas.

      Si ces données sont imprécises, périmées ou erronées, les suggestions logicielles n’auront aucune valeur stratégique. Or, si d’après un militaire interrogé par Bloomberg, une partie du choix des IA est transmise aux militaires décisionnaires, ces derniers ignorent le détail des milliers d’arbitrages invisibles réalisés par l’IA, et ne peuvent pas interroger leur fiabilité ou leur pertinence. De façon plus générale, l’utilisation de ces algorithmes rend plus difficile, pour les militaires, de comprendre ou de justifier leurs décisions.

      https://www.liberation.fr/checknews/comment-larmee-israelienne-utilise-lintelligence-artificielle-pour-bombar

    • Gaza: una “fabbrica di omicidi di massa” grazie all’intelligenza artificiale

      Israele ha impiegato un sistema di intelligenza artificiale per generare obiettivi di morte che ha trasformato Gaza in una “fabbrica di omicidi di massa”, secondo un nuovo rapporto investigativo, di forte impatto, pubblicato dall’organo israeliano di informazione +972 Magazine. Il sistema differisce in modo significativo dalle precedenti operazioni militari, provocando uccisioni indiscriminate e un numero estremamente elevato di vittime civili durante l’attuale offensiva di Israele a Gaza.

      L’esercito israeliano dispone di dossier che riguardano la stragrande maggioranza dei potenziali obiettivi a Gaza – comprese le case – e che stabiliscono il numero di civili che probabilmente saranno uccisi in caso di attacco, hanno dichiarato le fonti a +972. Questo numero è calcolato e conosciuto in anticipo, e le unità di intelligence dell’esercito sanno anche, poco prima di effettuare un attacco, quanti civili saranno sicuramente uccisi.

      Mettendo in evidenza lo scioccante disprezzo per la vita dei civili, il rapporto ha rilevato che il comando militare israeliano ha consapevolmente approvato l’uccisione di centinaia di civili palestinesi nel tentativo di assassinare un singolo comandante militare di spicco di Hamas. “I numeri sono aumentati da decine di morti civili [permessi] come danni collaterali nell’ambito di un attacco a un alto funzionario nelle operazioni precedenti, a centinaia di morti civili come danni collaterali”, ha dichiarato una fonte a +972.

      I protocolli sviluppati per la selezione degli obiettivi utilizzati da Israele hanno visto l’esercito aumentare significativamente i bombardamenti di infrastrutture che non sono di natura prettamente militare. Queste includono residenze private, edifici pubblici, infrastrutture e grattacieli che, secondo le fonti, l’esercito definisce “obiettivi di potere”.

      “Nulla accade per caso”, ha riferito un’altra fonte.

      “Quando una bambina di 3 anni viene uccisa in una casa a Gaza, è perché qualcuno nell’esercito ha deciso che non costituiva un grosso problema il fatto di ucciderla, che era un prezzo da pagare per colpire [un altro] obiettivo”.

      “Noi non siamo Hamas. Questi non sono razzi casuali. Tutto è intenzionale. Sappiamo esattamente quanti danni collaterali ci sono in ogni casa”.

      Gli ingenti danni alla vita dei civili a Gaza sono dovuti all’uso diffuso di un sistema di intelligenza artificiale chiamato Habsora (Il Vangelo). A quanto pare, il sistema raccomanda potenziali obiettivi di Gaza con un ritmo automatizzato senza precedenti. Citando ex ufficiali, l’indagine sostiene che questa tecnologia consente una “fabbrica di omicidi di massa” che privilegia la quantità rispetto all’accuratezza, permettendo danni collaterali più elevati. L’obiettivo è stato esplicitamente menzionato dal portavoce dell’esercito israeliano Daniel Hagari che, all’inizio dell’operazione militare israeliana di ottobre, ha dichiarato: “L’enfasi è sul danno e non sulla precisione”.

      Sebbene non sia mai accaduto che l’esercito israeliano abbia attaccato oltre 1.000 obiettivi energetici in cinque giorni, secondo il rapporto, l’idea di provocare devastazioni di massa nelle aree civili per scopi strategici è stata formulata anche in precedenti operazioni militari a Gaza, affinate dai tempi della cosiddetta “Dottrina Dahiya” applicata durante la Seconda Guerra del Libano del 2006.

      Secondo la dottrina – sviluppata dall’ex capo di Stato Maggiore dell’IDF Gadi Eizenkot, che ora è membro della Knesset e fa parte dell’attuale gabinetto di guerra – in una guerra contro gruppi di guerriglieri come Hamas o Hezbollah, Israele deve usare una forza sproporzionata e schiacciante, colpendo le infrastrutture civili e governative, al fine di stabilire una deterrenza e costringere la popolazione civile a fare pressione sui gruppi per porre fine ai loro attacchi. Si ritiene che il concetto di “obiettivi di potere” sia nato da questa stessa logica.

      Finora sono stati uccisi oltre 15.000 palestinesi, tra cui un numero sproporzionatamente alto di donne, bambini e anziani che non erano militanti. L’uccisione indiscriminata da parte di Israele è stata descritta come un “caso da manuale di genocidio” dai maggiori esperti nel campo degli studi sui genocidi.

      Il bilancio delle vittime civili e delle distruzioni a Gaza ha spinto i gruppi per i diritti umani e alcuni studi legali a chiedere indagini indipendenti per far emergere le responsabilità di quello che, secondo molti, è un genocidio.

      https://www.osservatoriorepressione.info/gaza-fabbrica-omicidi-massa-grazie-allintelligenza-artific

  • #Gaza Civilians, Under Israeli Barrage, Killed at Historic Pace - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2023/11/25/world/middleeast/israel-gaza-death-toll.html

    L’article est jonché de déclarations de terroristes criminels de l’armée sioniste qui expliquent encore et encore que c’est parce que le Hamas utilise les civils comme des boucliers humains, sans que jamais ne soit opposée la ultra-publique et multi-répétée (depuis 2008 !) #doctrine_dahiya.

    Edit : sans même compter les déclarations génocidaires de Netanyahou, du président et autres ministres de l’état sioniste après le 7 octobre 2023.

    Israeli officials have pointed not just to U.S. actions in Iraq and Syria, but also to the conduct of America and its allies during World War II.
    In an address on Oct. 30, for example, Prime Minister Benjamin Netanyahu cited the accidental bombing of a children’s hospital by Britain’s Royal Air Force when it was targeting the Gestapo headquarters in Copenhagen in 1945. And during visits to Israel by Secretary of State Antony J. Blinken, Israeli officials privately invoked the 1945 U.S. atomic bombings of Hiroshima and Nagasaki, which together killed more than 100,000 people.

    Modern international laws of war were developed largely in response to the atrocities of World War II.

    In 1949, the Geneva Conventions codified protections for civilians during wartime. International law does not prohibit civilian casualties, but it does say that militaries must not target civilians directly or indiscriminately bomb civilian areas, and that incidental harm and the killing of civilians must not exceed the direct military advantage to be gained.

    In the first two weeks of the war, roughly 90 percent of the munitions Israel dropped in Gaza were satellite-guided bombs weighing 1,000 to 2,000 pounds, according to a senior U.S. military official who was not authorized to discuss the matter publicly.

    Those bombs are “really big,” said Mr. Garlasco, the adviser for the PAX organization. Israel, he said, also has thousands of smaller bombs from the United States that are designed to limit damage in dense urban areas, but weapons experts say they have seen little evidence that they are being used frequently.

    In one documented case, Israel used at least two 2,000-pound bombs during an Oct. 31 airstrike on Jabaliya, a densely populated area just north of Gaza City, flattening buildings and creating impact craters 40 feet wide, according to an analysis of satellite images, photos and videos by The New York Times. Airwars independently confirmed that at least 126 civilians were killed, more than half of them children.

    The Israeli military said it had been targeting a Hamas commander and fighters, but acknowledged that it knew civilians were present . Lt. Col. Richard Hecht, an Israeli military spokesman, said the casualties were a “tragedy of war.”

    Every day, local journalists in Gaza report strikes that hit private homes, some of which kill a dozen or more people as families shelter together in tight quarters. On Oct. 19, Israel struck a Greek Orthodox church where hundreds of Gaza’s small Christian community were sheltering at dinnertime, killing 18 civilians, according to an investigation by Amnesty International.

    Lieutenant Colonel Conricus, the Israeli military spokesman, said that Hamas and its deliberate strategy of embedding itself in — and underneath — the residents of Gaza are “the main reason why there are civilian casualties.”

    […]

    #civils #victimes_civiles #génocide #intentionnalité #impunité #complicité #indécence

    • D’une violence génocidaire à l’autre, l’impossible destruction de la Palestine - CONTRETEMPS
      https://seenthis.net/messages/1028515

      « Nous déploierons une puissance disproportionnée contre chaque village d’où des coups de feu sont tirés sur Israël, et nous causerons d’immenses dégâts et destructions », s’est vanté un général israélien de haut rang, Gadi #Eisenkot, en exposant la doctrine au journal Ha’aretz. « Il ne s’agit pas d’une suggestion, a-t-il ajouté, mais d’un plan qui a déjà été autorisé ».[22] Le plan est maintenant en cours de mise en œuvre : comme l’a dit un responsable militaire israélien en décrivant l’offensive actuelle, « l’accent est mis sur les dégâts et non sur la précision ». En d’autres termes, l’abandon total des principes de proportionnalité et de distinction qui sous-tendent le droit international humanitaire est désormais au cœur de la stratégie militaire israélienne.[23] Ce à quoi nous assistons à Gaza est une série de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité prémédités et assumés en direct à la télévision, sous les yeux du monde entier.

    • Et Eisenkot est toujours là aujourd’hui

      Guerre Israël-Hamas : l’armée israélienne « change les règles » dans sa guerre contre le Hamas
      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/10/14/guerre-israel-hamas-l-armee-israelienne-change-les-regles-pour-detruire-le-h

      Ainsi, la doctrine Dahiya, élaborée en 2006 par Gadi Eisenkot, ancien chef d’état-major de l’armée israélienne – et qui vient de rejoindre, en observateur, le « cabinet de guerre » israélien –, théorise l’usage d’une force disproportionnée afin d’atteindre ses objectifs, y compris viser une zone civile pour y éliminer des cibles militaires. Le nom de la doctrine fait référence à un quartier de la banlieue sud de Beyrouth où était basée la direction du Hezbollah lors de la guerre de l’été 2006 entre le Liban et Israël. Le rapport Goldstone demandé par les Nations unies après le premier conflit entre Israël et le Hamas en 2008-2009 avait conclu que la doctrine avait été « conçue pour punir, humilier et terroriser la population civile »

  • Fermes, coopératives... « En #Palestine, une nouvelle forme de #résistance »

    Jardins communautaires, coopératives... En Cisjordanie et à Gaza, les Palestiniens ont développé une « #écologie_de_la_subsistance qui n’est pas séparée de la résistance », raconte l’historienne #Stéphanie_Latte_Abdallah.

    Alors qu’une trêve vient de commencer au Proche-Orient entre Israël et le Hamas, la chercheuse Stéphanie Latte Abdallah souligne les enjeux écologiques qui se profilent derrière le #conflit_armé. Elle rappelle le lien entre #colonisation et #destruction de l’#environnement, et « la relation symbiotique » qu’entretiennent les Palestiniens avec leur #terre et les êtres qui la peuplent. Ils partagent un même destin, une même #lutte contre l’#effacement et la #disparition.

    Stéphanie Latte Abdallah est historienne et anthropologue du politique, directrice de recherche au CNRS (CéSor-EHESS). Elle a récemment publié La toile carcérale, une histoire de l’enfermement en Palestine (Bayard, 2021).

    Reporterre — Comment analysez-vous à la situation à #Gaza et en #Cisjordanie ?

    Stéphanie Latte Abdallah — L’attaque du #Hamas et ses répercussions prolongent des dynamiques déjà à l’œuvre mais c’est une rupture historique dans le déchaînement de #violence que cela a provoqué. Depuis le 7 octobre, le processus d’#encerclement de la population palestinienne s’est intensifié. #Israël les prive de tout #moyens_de_subsistance, à court terme comme à moyen terme, avec une offensive massive sur leurs conditions matérielles d’existence. À Gaza, il n’y a plus d’accès à l’#eau, à l’#électricité ou à la #nourriture. Des boulangeries et des marchés sont bombardés. Les pêcheurs ne peuvent plus accéder à la mer. Les infrastructures agricoles, les lieux de stockage, les élevages de volailles sont méthodiquement démolis.

    En Cisjordanie, les Palestiniens subissent — depuis quelques années déjà mais de manière accrue maintenant — une forme d’#assiègement. Des #cultures_vivrières sont détruites, des oliviers abattus, des terres volées. Les #raids de colons ont été multipliés par deux, de manière totalement décomplexée, pour pousser la population à partir, notamment la population bédouine qui vit dans des zones plus isolées. On assiste à un approfondissement du phénomène colonial. Certains parlent de nouvelle #Nakba [littéralement « catastrophe » en Arabe. Cette expression fait référence à l’exode forcé de la population palestinienne en 1948]. On compte plus d’1,7 million de #déplacés à Gaza. Où iront-ils demain ?

    « Israël mène une #guerre_totale à une population civile »

    Gaza a connu six guerres en dix-sept ans mais il y a quelque chose d’inédit aujourd’hui, par l’ampleur des #destructions, le nombre de #morts et l’#effet_de_sidération. À défaut d’arriver à véritablement éliminer le Hamas – ce qui est, selon moi, impossible — Israël mène une guerre totale à une population civile. Il pratique la politique de la #terre_brûlée, rase Gaza ville, pilonne des hôpitaux, humilie et terrorise tout un peuple. Cette stratégie a été théorisée dès 2006 par #Gadi_Eizenkot, aujourd’hui ministre et membre du cabinet de guerre, et baptisée « la #doctrine_Dahiya », en référence à la banlieue sud de Beyrouth. Cette doctrine ne fait pas de distinction entre #cibles_civiles et #cibles_militaires et ignore délibérément le #principe_de_proportionnalité_de_la_force. L’objectif est de détruire toutes les infrastructures, de créer un #choc_psychologique suffisamment fort, et de retourner la population contre le Hamas. Cette situation nous enferme dans un #cycle_de_violence.

    Vos travaux les plus récents portent sur les initiatives écologiques palestiniennes. Face à la fureur des armes, on en entend évidemment peu parler. Vous expliquez pourtant qu’elles sont essentielles. Quelles sont-elles ?

    La Palestine est un vivier d’#innovations politiques et écologiques, un lieu de #créativité_sociale. Ces dernières années, suite au constat d’échec des négociations liées aux accords d’Oslo [1] mais aussi de l’échec de la lutte armée, s’est dessinée une #troisième_voie.

    Depuis le début des années 2000, la #société_civile a repris l’initiative. Dans de nombreux villages, des #marches et des #manifestations hebdomadaires sont organisées contre la prédation des colons ou pour l’#accès_aux_ressources. Plus récemment, s’est développée une #économie_alternative, dite de résistance, avec la création de #fermes, parfois communautaires, et un renouveau des #coopératives.

    L’objectif est de reconstruire une autre société libérée du #néolibéralisme, de l’occupation et de la #dépendance à l’#aide_internationale. Des agronomes, des intellectuels, des agriculteurs, des agricultrices, des associations et des syndicats de gauche se sont retrouvés dans cette nouvelle forme de résistance en dehors de la politique institutionnelle. Une jeune génération a rejoint des pionniers. Plutôt qu’une solution nationale et étatique à la colonisation israélienne — un objectif trop abstrait sur lequel personne n’a aujourd’hui de prise — il s’agit de promouvoir des actions à l’échelle citoyenne et locale. L’idée est de retrouver de l’#autonomie et de parvenir à des formes de #souveraineté par le bas. Des terres ont été remises en culture, des #fermes_agroécologiques ont été installées — dont le nombre a explosé ces cinq dernières années — des #banques_de_semences locales créées, des modes d’#échange directs entre producteurs et consommateurs mis en place. On a parlé d’« #intifada_verte ».

    Une « intifada verte » pour retrouver de l’autonomie

    Tout est né d’une #prise_de_conscience. Les #territoires_palestiniens sont un marché captif pour l’#économie israélienne. Il y a très peu de #production. Entre 1975 et 2014, la part des secteurs de l’agriculture et de l’#industrie dans le PIB a diminué de moitié. 65 % des produits consommés en Cisjordanie viennent d’Israël, et plus encore à Gaza. Depuis les accords d’Oslo en 1995, la #production_agricole est passée de 13 % à 6 % du PIB.

    Ces nouvelles actions s’inscrivent aussi dans l’histoire de la résistance : au cours de la première Intifada (1987-1993), le #boycott des taxes et des produits israéliens, les #grèves massives et la mise en place d’une économie alternative autogérée, notamment autour de l’agriculture, avaient été centraux. À l’époque, des #jardins_communautaires, appelés « les #jardins_de_la_victoire » avait été créés. Ce #soulèvement, d’abord conçu comme une #guerre_économique, entendait alors se réapproprier les #ressources captées par l’occupation totale de la Cisjordanie et de la #bande_de_Gaza.

    Comment définiriez-vous l’#écologie palestinienne ?

    C’est une écologie de la subsistance qui n’est pas séparée de la résistance, et même au-delà, une #écologie_existentielle. Le #retour_à_la_terre participe de la lutte. C’est le seul moyen de la conserver, et donc d’empêcher la disparition totale, de continuer à exister. En Cisjordanie, si les terres ne sont pas cultivées pendant 3 ou 10 ans selon les modes de propriété, elles peuvent tomber dans l’escarcelle de l’État d’Israël, en vertu d’une ancienne loi ottomane réactualisée par les autorités israéliennes en 1976. Donc, il y a une nécessité de maintenir et augmenter les cultures, de redevenir paysans, pour limiter l’expansion de la #colonisation. Il y a aussi une nécessité d’aller vers des modes de production plus écologiques pour des raisons autant climatiques que politiques. Les #engrais et les #produits_chimiques proviennent des #multinationales via Israël, ces produits sont coûteux et rendent les sols peu à peu stériles. Il faut donc inventer autre chose.

    Les Palestiniens renouent avec une forme d’#agriculture_économe, ancrée dans des #savoir-faire_ancestraux, une agriculture locale et paysanne (#baladi) et #baaliya, c’est-à-dire basée sur la pluviométrie, tout en s’appuyant sur des savoirs nouveaux. Le manque d’#eau pousse à développer cette méthode sans #irrigation et avec des #semences anciennes résistantes. L’idée est de revenir à des formes d’#agriculture_vivrière.

    La #révolution_verte productiviste avec ses #monocultures de tabac, de fraises et d’avocats destinée à l’export a fragilisé l’#économie_palestinienne. Elle n’est pas compatible avec l’occupation et le contrôle de toutes les frontières extérieures par les autorités israéliennes qui les ferment quand elles le souhaitent. Par ailleurs, en Cisjordanie, il existe environ 600 formes de check-points internes, eux aussi actionnés en fonction de la situation, qui permettent de créer ce que l’armée a nommé des « #cellules_territoriales ». Le #territoire est morcelé. Il faut donc apprendre à survivre dans des zones encerclées, être prêt à affronter des #blocus et développer l’#autosuffisance dans des espaces restreints. Il n’y a quasiment plus de profondeur de #paysage palestinien.

    « Il faut apprendre à survivre dans des zones encerclées »

    À Gaza, on voit poindre une #économie_circulaire, même si elle n’est pas nommée ainsi. C’est un mélange de #débrouille et d’#inventivité. Il faut, en effet, recycler les matériaux des immeubles détruits pour pouvoir faire de nouvelles constructions, parce qu’il y a très peu de matériaux qui peuvent entrer sur le territoire. Un entrepreneur a mis au point un moyen d’utiliser les ordures comme #matériaux. Les modes de construction anciens, en terre ou en sable, apparaissent aussi mieux adaptés au territoire et au climat. On utilise des modes de production agricole innovants, en #hydroponie ou bien à la #verticale, parce que la terre manque, et les sols sont pollués. De nouvelles pratiques énergétiques ont été mises en place, surtout à Gaza, où, outre les #générateurs qui remplacent le peu d’électricité fournie, des #panneaux_solaires ont été installés en nombre pour permettre de maintenir certaines activités, notamment celles des hôpitaux.

    Est-ce qu’on peut parler d’#écocide en ce moment ?

    Tout à fait. Nombre de Palestiniens emploient maintenant le terme, de même qu’ils mettent en avant la notion d’#inégalités_environnementales avec la captation des #ressources_naturelles par Israël (terre, ressources en eau…). Cela permet de comprendre dans leur ensemble les dégradations faites à l’#environnement, et leur sens politique. Cela permet aussi d’interpeller le mouvement écologiste israélien, peu concerné jusque-là, et de dénoncer le #greenwashing des autorités. À Gaza, des #pesticides sont épandus par avion sur les zones frontalières, des #oliveraies et des #orangeraies ont été arrachées. Partout, les #sols sont pollués par la toxicité de la guerre et la pluie de #bombes, dont certaines au #phosphore. En Cisjordanie, les autorités israéliennes et des acteurs privés externalisent certaines #nuisances_environnementales. À Hébron, une décharge de déchets électroniques a ainsi été créée. Les eaux usées ne sont pas également réparties. À Tulkarem, une usine chimique considérée trop toxique a été également déplacée de l’autre côté du Mur et pollue massivement les habitants, les terres et les fermes palestiniennes alentour.

    « Il existe une relation intime entre les Palestiniens et leur environnement »

    Les habitants des territoires occupés, et leur environnement — les plantes, les arbres, le paysage et les espèces qui le composent — sont attaqués et visés de manière similaire. Ils sont placés dans une même #vulnérabilité. Pour certains, il apparaît clair que leur destin est commun, et qu’ils doivent donc d’une certaine manière résister ensemble. C’est ce que j’appelle des « #résistances_multispécifiques », en écho à la pensée de la [philosophe féministe étasunienne] #Donna_Haraway. [2] Il existe une relation intime entre les Palestiniens et leur environnement. Une même crainte pour l’existence. La même menace d’#effacement. C’est très palpable dans le discours de certaines personnes. Il y a une lutte commune pour la #survie, qui concerne autant les humains que le reste du vivant, une nécessité écologique encore plus aigüe. C’est pour cette raison que je parle d’#écologisme_existentiel en Palestine.

    Aujourd’hui, ces initiatives écologistes ne sont-elles pas cependant menacées ? Cet élan écologiste ne risque-t-il pas d’être brisé par la guerre ?

    Il est évidemment difficile d’exister dans une guerre totale mais on ne sait pas encore comment cela va finir. D’un côté, on assiste à un réarmement des esprits, les attaques de colons s’accélèrent et les populations palestiniennes en Cisjordanie réfléchissent à comment se défendre. De l’autre côté, ces initiatives restent une nécessité pour les Palestiniens. J’ai pu le constater lors de mon dernier voyage en juin, l’engouement est réel, la dynamique importante. Ce sont des #utopies qui tentent de vivre en pleine #dystopie.

    https://reporterre.net/En-Palestine-l-ecologie-n-est-pas-separee-de-la-resistance
    #agriculture #humiliation #pollution #recyclage #réusage #utopie

    • La toile carcérale. Une histoire de l’enfermement en Palestine

      Dans les Territoires palestiniens, depuis l’occupation de 1967, le passage par la prison a marqué les vécus et l’histoire collective. Les arrestations et les incarcérations massives ont installé une toile carcérale, une détention suspendue. Environ 40 % des hommes palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967. Cet ouvrage remarquable permet de comprendre en quoi et comment le système pénal et pénitentiaire est un mode de contrôle fractal des Territoires palestiniens qui participe de la gestion des frontières. Il raconte l’envahissement carcéral mais aussi la manière dont la politique s’exerce entre Dedans et Dehors, ses effets sur les masculinités et les féminités, les intimités. Stéphanie Latte Abdallah a conduit une longue enquête ethnographique, elle a réalisé plus de 350 entretiens et a travaillé à partir d’archives et de documents institutionnels. Grâce à une narration sensible s’apparentant souvent au documentaire, le lecteur met ses pas dans ceux de l’auteure à la rencontre des protagonistes de cette histoire contemporaine méconnue.

      https://livres.bayard-editions.com/livres/66002-la-toile-carcerale-une-histoire-de-lenfermement-en-pal
      #livre

  • D’une violence génocidaire à l’autre, l’impossible destruction de la Palestine - CONTRETEMPS
    https://www.contretemps.eu/violence-genocidaire-destruction-palestine

    D’une violence génocidaire à l’autre, l’impossible destruction de la Palestine
    Saree Makdisi 25 novembre 2023

    Dans cet article, l’universitaire palestinien Saree Makdisi examine les conséquences catastrophiques de la campagne de violence génocidaire contre Gaza. À travers une perspective historique, l’auteur montre en outre que l’objectif israélien d’éliminer le Hamas est sans doute vain, et que la seule issue possible au conflit israélo-palestinien est le démantèlement de l’État colonial d’Israël, soit la libération de la Palestine et le retour des réfugiés.

    Saree Makdisi est professeur d’anglais à l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA). Il est l’auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels Tolerance is a Wasteland : Palestine and the Culture of Denial (University of California Press, 2022).

    *

    J’ai grandi pendant la guerre civile au Liban. Avec mes parents et mes frères, j’ai enduré le siège israélien de Beyrouth en 1982. Je me souviens également de ce que nous pensions être la violence inégalée de l’invasion israélienne du Liban en 2006. Mais rien de ce que j’ai vu, de ce que mes proches ont vu, n’égale même de loin ce dont nous sommes les témoins impuissants à Gaza aujourd’hui.

    Depuis le 7 octobre, les Israéliens bombardent la bande de Gaza et ont tué plus de 11 000 personnes, dont près de 5 000 enfants [au 14 novembre]. L’ampleur et l’horreur de ces chiffres, l’étendue de la calamité infligée méthodiquement à toute une population aux yeux du monde entier, deviennent encore plus évidente lorsqu’on les considère en termes comparatifs. En trois semaines, Israël a tué plus de civil.es que les Russes en près de deux ans de guerre totale en Ukraine, un pays dont la population est vingt fois supérieure à celle de Gaza et dont la superficie en est plus de mille fois supérieure[1]. Save the Children a indiqué qu’Israël avait tué plus d’enfants au cours des trois premières semaines de bombardement de Gaza que le nombre d’enfants tués chaque année depuis 2019 dans toutes les zones de conflit du monde[2]. Cette déclaration date d’il y a environ deux semaines : plus de 2 000 enfants ont été tués depuis. En une journée à Gaza, Israël tue en moyenne 136 enfants. Vingt-huit mille Gazaoui.es, dont plus d’un millier d’enfants, ont été blessé.es, et d’innombrables autres sont enterré.es, vivant.es ou mort.es, sous les décombres d’immeubles d’habitation détruits. Des familles entières, de plusieurs générations, ont été anéanties : grands-parents, pères, mères, sœurs, frères, cousins, tantes, oncles et enfants. Chacun.e d’entre eux a un nom, une famille, un visage, une voix, un sourire, un rire. Que ce soit en termes absolus ou comparatifs, ces chiffres mettent à l’épreuve notre capacité à la fois intellectuelle et morale à saisir l’ampleur des pertes et des dégâts. Et nous ne sommes pas au bout du compte.

    Le gouvernement israélien publie de manière quotidienne un décompte des « installations terroristes », des « infrastructures terroristes », des « positions terroristes » et des « cellules terroristes » qu’il prétend avoir « éliminées ». Ces déclarations sont prises pour argent comptant et répétées par les salles de presse anglophones du monde entier, dans un contexte où les médias sont limités par la censure des grands patrons qui en sont souvent propriétaires et par celle qu’exercent les gouvernements, et où l’information est rendue difficile par les conditions de terrain, à savoir les bombardements, l’état de siège et le harcèlement des journalistes à Gaza. Par ailleurs, tous les reportages en provenance d’Israël sont soumis à la censure militaire, qui contrôle strictement ce qui peut et ne peut pas être dit.[3] En parallèle, le gouvernement américain a demandé à plusieurs reprises à Al Jazeera de « modérer » sa couverture jugée trop crûe de ce qui se déroule à Gaza, où trente-cinq journalistes ont été tué.es par des tirs à l’aveugle israéliens.[4]

    Malgré les censures, les images provenant en direct des ruines dans les quartiers détruits de Gaza révèlent la réalité dans toute son horreur. Ce ne sont pas seulement des immeubles d’habitation, mais des voisinages entiers qui ont été réduits à l’état de décombres. On y voit des cratères de vingt mètres de diamètre et de dix mètres de profondeur, d’où les survivant.es s’efforcent désespérément de sauver des personnes piégées sous des morceaux de ciment. Vidéo après vidéo, des équipes de civil.es non formé.es et sans équipement tentent d’aider les ambulanciers à récupérer les blessé.es dans les ruines de ce qui était, il y a à peine quelques semaines, leurs maisons. Parmi ces blessé.es, des enfants terrifiés, ensanglantés, hurlant, le visage recouvert de cendres, pleurent leurs parents à présent disparus.[5]

    Le 31 octobre, des bombardiers israéliens ont largué une série de bombes soigneusement calibrées, de plus de 900 kilogrammes chacune, au milieu du camp de réfugié.es de Jabalia, détruisant en un seul instant un pâté de maisons entier et blessant ou tuant des centaines de civil.es. Israël a déclaré que la cible visée était un responsable spécifique du Hamas, dont la présence n’avait même pas été confirmée, et que ces centaines de personnes se trouvaient simplement au mauvais endroit.[6] « Quand bien même ce commandant du Hamas se trouvait-il au milieu de toustes ces réfugié.es palestinien.nes dans le camp de Jabalia, comment Israël a-t-il décidé de bombarder cet endroit tout en sachant que de nombreux civil.es innocent.es, hommes, femmes et enfants, seraient vraisemblablement tué.es ? », a demandé sur CNN Wolf Blitzer, incrédule, à un porte-parole militaire israélien. « C’est la tragédie de la guerre, Wolf », lui a répondu le porte-parole. « Comme nous le disons depuis des jours, les populations doivent partir vers le sud ». Même pour Blitzer, c’en était trop : « Donc vous saviez qu’il y avait des réfugié.es, toutes sortes de réfugié.es, mais vous avez quand même largué une bombe sur ce camp pour tenter de tuer le commandant du Hamas ».[7]

    La justification des responsables israéliens est que tout homme, femme ou enfant parmi les quelque 300 000 personnes restées dans le nord de Gaza peut être considéré.e comme « complice des terroristes », justifiant ainsi leur assassinat.[8]En suivant cette logique, le bombardement de Jabalia du 31 octobre a été répété le lendemain sur ce qui restait de Jabalia. Le surlendemain, fut pris pour cible le camp de réfugié.es de Bureij, et le surlendemain celui de Maghazi… et ainsi de suite dans tout Gaza, que ce soit dans les zones dites « sûres » (au sud et au centre) ou dans le nord de l’enclave. Israël a beau évoquer à tout bout de champ des « cibles terroristes », les vidéos ne montrent que les corps brisés et ensanglantés de pères, mères et enfants.[9] D’une scène de carnage et de dévastation à l’autre, d’une soi-disant « cible terroriste » à l’autre, les caméras montrent aussi quelques survivant.es émergeant des débris et demandant ce qu’ielles avaient fait pour mériter d’être bombardé.es sans avertissement. « Nous étions chez nous, disent-ielles ; nous étions en famille, nous fêtions l’anniversaire d’un enfant, nous prenions le thé, nous célébrions une nouvelle naissance ». (Car, guerre ou pas, 150 bébés naissent chaque jour à Gaza[10] : chaque naissance apporte une brève lueur de joie et de vie aux nouveaux parents, même si, comme cela s’est produit à maintes reprises, ces nouvelles vies s’éteignent souvent trop vite).

    Plus que les séquences vidéo, ce sont les enregistrements audios des suites de ces bombardements qui viennent marquer au fer chaud nos consciences : les cris des blessé.es, d’hommes demandant du matériel – « tirez avec moi, allez, un, deux, trois, tirons ensemble » – suivis des gémissements des survivant.es qui, à l’agonie, appellent les mort.es, les démembré.es, les disparu.es : « Où est ma femme ? Ma fille ? Mon fils ? Où sont mes parents ? Où sont mes enfants ? ». L’autre jour, j’ai vu dans un reportage un adolescent qui pleurait en répétant doucement « baba, baba, baba » (papa, papa, papa) alors qu’un infirmier plaçait les parties démembrées du corps de son père sur une civière. Même s’il survit physiquement, comment cet enfant pourra-t-il se remettre émotionnellement du traumatisme auquel il est soumis sans aucun ménagement, comme un million d’autres enfants à Gaza ?

    Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies souligne que les deux tiers des personnes tuées par Israël à Gaza sont des femmes et des enfants, et que les personnes âgées constituent également un pourcentage important des victimes. Cela prouve la nature aveugle des bombardements israéliens et le prix si élevé que paient les quartiers résidentiels qui en sont les cibles principales. Étant donné la pénurie alarmante de nourriture à Gaza (selon l’ONU, les stocks de riz, de sucre et de légumineuses sont réduits à zéro, et le pain est très rare), les pères, les maris et les fils passent la majeure partie de la journée à chercher des vivres ou à rassembler les maigres provisions qu’ils peuvent trouver : lorsqu’il y en a, l’attente pour une demi-ration de pain peut durer jusqu’à six heures et implique fréquemment des bousculades, voire pire. Les mères et les enfants restent à la maison. « J’envoie mes fils à la boulangerie et huit heures plus tard, ils reviennent avec des bleus et parfois sans pain », a déclaré une femme.[11] Ainsi, lorsque les pilotes israéliens lancent « avec précaution » leurs bombes de « haute technologie » sur les immeubles d’habitation, ce sont généralement les femmes et les enfants qui subissent le plus gros des dégâts.

    Les bombardiers israéliens ont attaqué des mosquées, des églises, des écoles et des universités (279 établissements d’enseignement ont été endommagés ou détruits)[12] ; ils ont frappé des ambulances aux portes même des hôpitaux, et ont visé les hôpitaux eux-mêmes. Les 9 et 10 novembre, cinq grands hôpitaux ont été les cibles de tirs israéliens directs : l’hôpital pour enfants al-Rantissi, l’hôpital turc, l’hôpital indonésien, l’hôpital al-Quds et le centre médical al-Shifa. Le 10 novembre, un opérateur de drone israélien a tiré un missile Hellfire RX9 sur la cour de l’hôpital al-Shifa : il s’agit d’une variante du missile, qui ne porte non pas une ogive explosive mais une série d’imposantes lames (proches de celle d’une épée de samouraï) qui se déploient à l’explosion. Elles tuent et démembrent toute personne sur leur passage, et ont éparpillés sur le parvis de l’hôpital des membres et des torses ensanglantés.[13]

    Le même jour, à la tombée de la nuit, tous les hôpitaux du nord de Gaza ont déclaré être sous le feu de l’artillerie et des missiles israéliens : averses de phosphore incendiaire à l’extérieur, bâtiments secoués par des explosions successives et recouverts à l’intérieur de poussière et de débris et, dans certains cas, d’éclats et de douilles d’obus. Médecins Sans Frontières a rapporté que des tireurs d’élite israéliens visaient les hôpitaux. Des dizaines de milliers de réfugié.es terrifié.es s’étaient mis à l’abri dans les hôpitaux, et celleux qui ont tenté de quitter l’hôpital Rantissi et al-Shifa ce jour-là ont essuyé des tirs des troupes israéliennes et ont dû rentrer dans les établissements sous le feu. Les deux hôpitaux ont signalé des corps éparpillés à l’extérieur, hors de portée des médecins, lesquels ont également été visés par des tirs lorsqu’ils ont tenté de les secourir.

    Au matin du 11 novembre, le centre médical al-Shifa, la plus ancienne et la plus grande institution médicale de Gaza, s’est déclaré hors service en raison des tirs israéliens : il n’y avait plus d’eau, d’électricité ou de lumière. Six cents patient.es gravement blessé.es ne pouvaient plus être soigné.es. En l’absence d’électricité, le personnel a tenté des réanimations manuelles pour les trente-neuf bébés prématurés en couveuse et les autres patient.es en soins intensifs sous respirateur, mais il savait que, sans oxygène, il y avait peu de chance de survie. Les bébés ont commencé à mourir un par un. Les médecins de l’hôpital pédiatrique Nasr, qui fait partie du complexe Rantissi, ont pris les enfants qu’ils pouvaient sauver alors qu’ils s’enfuyaient pour échapper aux tirs d’obus israéliens, mais ils n’ont pas eu d’autre choix que de laisser derrière eux cinq bébés, livrés à eux-mêmes dans les couveuses qui clignotaient. « Voilà la situation : laisser les bébés seuls sur les ventilateurs », a déclaré un médecin en état de choc. Dans le grand hôpital al-Shifa, les médecins semblaient déterminés à rester sur place. Le directeur, Muhammad abu Salmiya, a promis que le personnel médical resterait auprès de ses patient.es jusqu’à la fin : « Nous ne partirons pas, car nous savons que si nous quittons l’hôpital, des dizaines de patient.es mourront », a-t-il déclaré à Al Jazeera.[14]

    Mais tout cela remonte au 10 novembre. Depuis lors, les hôpitaux du nord de Gaza sont restés silencieux, entièrement coupés du monde extérieur. Pour l’instant, personne ne connaît le sort des médecins, des patient.es et des milliers de réfugié.es qui y sont hébergé.es. Sous les bombardements incessants, la ville de Gaza est désormais privée de services médicaux. L’armée israélienne n’autorise aucune ambulance à pénétrer dans la zone depuis le sud : toutes les personnes blessées par les incessants bombardements israéliens vont très certainement mourir, même si leurs blessures auraient pu être soignées. Il ne reste plus aucun journaliste et toutes les lignes de communication ont été coupées. Quelles que soient les horreurs qui s’y déroulent, elles ont lieu dans l’obscurité, à l’abri des regards du monde.

    Israël est convaincu que le Hamas avait des quartiers généraux souterrains sous les hôpitaux, une affirmation réfutée non seulement par le Hamas et les hôpitaux eux-mêmes, mais aussi par des médecins étrangers qui les connaissent bien. Mads Gilbert, un médecin norvégien qui a travaillé à Gaza pendant des années et qui est actuellement bloqué en Égypte, pour essayer, à l’âge de 76 ans, de retourner à Gaza pour apporter son aide, a réfuté catégoriquement l’affirmation israélienne concernant al-Shifa. « Pendant seize ans, je me suis promené librement à l’intérieur du complexe hospitalier. Nous entendons ces affirmations depuis 2009 et ils [les Israéliens] menacent de bombarder al-Shifa depuis lors, sans fournir aucune preuve ».[15] Ils ont finalement réussi à bombarder l’hôpital.

    En d’autres termes, ce à quoi nous assistons à Gaza n’est pas de l’autodéfense, c’est une grande offensive opportuniste. Il ne s’agit pas d’une « guerre », mot utilisé de manière mensongère et trompeuse par la plupart des grands médias occidentaux, mais d’une campagne de violence génocidaire. En effet, il s’agit d’un « cas d’école de génocide », comme l’a dit Craig Mokhiber dans la lettre de démission de son poste de directeur du bureau de New York du Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme.[16] Ses propos ont été repris par de nombreux.ses spécialistes des génocides et de l’Holocauste. Après tout, le génocide est le terme utilisé par le droit international pour désigner une situation dans laquelle un groupe impose à un autre « une soumission intentionnelle (..) à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle », en plus d’« atteintes graves à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ».[17]

    Outre les 11 000 civil.es tué.es, l’ONU a estimé que 262 000 unités résidentielles avaient été endommagées ou détruites, soit environ la moitié de l’ensemble des logements de Gaza, et que 1,7 million de personnes avaient été déplacées de leur domicile. Les infrastructures de base du territoire, à savoir les réseaux d’électricité, d’eau et d’égouts, maintes fois malmenées lors des précédents assauts israéliens, ont été abimées au point d’être irréparables. Les panneaux solaires nouvellement installés ont été délibérément pris pour cible et détruits. Israël a détruit onze boulangeries produisant l’aliment de base dont la population dépend pour sa survie ; il a bombardé les bateaux de pêcheurs qui sont, ou étaient, une autre source potentielle d’alimentation ; il a bombardé les champs qui assurent la survie de l’agriculture de Gaza ; il a bombardé les conduites d’eau et les réservoirs. Les habitant.es sont contraint.es de boire de l’eau sale, polluée, contaminée ou saumâtre, ce qui entraîne inévitablement des diarrhées et des maladies. Des centaines de cadavres pourrissent sous les décombres. Les survivant.es des bombardements devront boire de l’eau de mer et manger du blé non cuit, s’ielles ne meurent pas de faim ou des maladies qui prolifèrent déjà à cause des eaux usées qui s’écoulent dans les rues. Et ielles n’auront nulle part où vivre.

    Depuis des années, les Israéliens parlent ouvertement d’éliminer Gaza ou de pousser sa population dans le désert, voire dans la mer. Aujourd’hui, ils semblent avoir l’occasion de le faire, avec la bénédiction sans réserve des capitales occidentales. Les gouvernements occidentaux, ne semblent avoir aucun scrupule, se précipitent pour apporter leur soutien financier et fournir davantage de bombes à Israël – se rendant ainsi complices de toutes ces atrocités et des violations grotesques du droit humanitaire international commises par Israël. A la question de savoir s’il y a une limite au nombre de victimes civiles que les Etats-Unis accepteraient à Gaza, le sénateur Lindsay Graham a répondu catégoriquement : « Non ».[18] Le porte-parole de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby, a déclaré que l’administration Biden ne fixerait aucune ligne rouge pour Israël, ce qui signifie qu’en ce qui les concerne, aucune atrocité ne va trop loin. Il en va de même à Londres, Paris, Berlin et Bruxelles qu’à Washington. Tout cela, nous dit la classe politique occidentale d’un ton moralisateur, revient au droit d’Israël à « l’autodéfense ».[19]

    Les politiciens israéliens, en ce qui les concerne, utilisent pourtant un langage tout à fait différent pour décrire leurs actions. Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, l’a exprimé avec sa franchise caractéristique, sans sophistication, dès le 9 octobre : « Nous imposons un siège complet à Gaza. Pas d’électricité, pas de nourriture, pas d’eau, pas de carburant. Tout est fermé. Nous combattons des animaux humains et nous agirons en conséquence ». S’il subsistait un doute quant aux intentions d’Israël, il a été dissipé par le rappel de Benjamin Netanyahou au public israélien et à l’armée : « la Bible nous appelle à nous souvenir d’Amalek ». Son allusion biblique, sans équivoque, réfère au passage suivant : « Maintenant, allez frapper Amalek, et détruisez tout ce qu’ils possèdent, sans les épargner ; tuez hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et moutons, chameaux et ânes » (1 Samuel 15:3). Netanyahou n’est pas le seul à faire des déclarations génocidaires. Il a lui-même dû retenir l’un des membres de son gouvernement, Amichai Eliyahu, qui a déclaré que l’utilisation d’armes nucléaires sur Gaza « est l’une des possibilités ».[20]

    Israël a l’habitude de tuer aveuglément des habitants de Gaza (1 400 en 2008 et 2009 ; 2 100 en 2014 ; et 260 en 2021)[21], utilisant l’expression obscène de « tondre la pelouse » pour désigner ces punitions périodiques. Aussi désastreux qu’aient été ces épisodes précédents, ce qu’Israël fait aujourd’hui est une punition collective d’une toute nouvelle ampleur. Il s’agit de la mise en œuvre de la doctrine israélienne dite de Dahieh, en référence à la banlieue sud de Beyrouth, que l’armée de l’air israélienne a pratiquement rayée de la surface de la terre par des bombardements intensifs au cours de l’été 2006. Après la guerre de 2006 au Liban, l’armée israélienne a élaboré un plan visant à infliger un niveau de dommages similaire aux zones civiles lors de futurs conflits : « Nous déploierons une puissance disproportionnée contre chaque village d’où des coups de feu sont tirés sur Israël, et nous causerons d’immenses dégâts et destructions », s’est vanté un général israélien de haut rang, Gadi Eisenkot, en exposant la doctrine au journal Ha’aretz. « Il ne s’agit pas d’une suggestion, a-t-il ajouté, mais d’un plan qui a déjà été autorisé ».[22] Le plan est maintenant en cours de mise en œuvre : comme l’a dit un responsable militaire israélien en décrivant l’offensive actuelle, « l’accent est mis sur les dégâts et non sur la précision ». En d’autres termes, l’abandon total des principes de proportionnalité et de distinction qui sous-tendent le droit international humanitaire est désormais au cœur de la stratégie militaire israélienne.[23] Ce à quoi nous assistons à Gaza est une série de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité prémédités et assumés en direct à la télévision, sous les yeux du monde entier.

    Mais dans quel but ? Le 17 octobre, l’Institut Misgav pour la sécurité nationale et la stratégie sioniste, qui entretient des liens étroits avec le gouvernement israélien actuel, a publié un document de synthèse appelant à la « relocalisation et la réinstallation définitives de l’ensemble de la population de Gaza ».[24] Le moment actuel offre « une occasion unique et rare d’évacuer l’ensemble de la bande de Gaza en coordination avec le gouvernement égyptien », indique le document. Il décrit plusieurs scénarios dans lesquels l’ensemble de la population de Gaza – plus de deux millions de personnes, dont la moitié sont des enfants – peut être transférée (pour utiliser un terme sioniste dont l’héritage remonte aux années 1920) en Égypte. Le gouvernement israélien n’a pas officiellement approuvé ce plan, mais ses actions vont certainement dans ce sens. « En ce moment, un seul objectif : la Nakba », a déclaré le député israélien Ariel Kallner. « Une Nakba qui éclipsera la Nakba de 1948. Une Nakba à Gaza, une Nakba pour tous ceux qui osent en redemander ! », a-t-il ajouté.[25] « S’ils sont déjà réfugié.es, il vaut mieux être réfugié.e au Canada qu’à Gaza », a déclaré Ram Ben Barak, l’ancien directeur adjoint du Mossad. « Répartissons donc les Gazaoui.es dans le monde entier. Ils sont 2,5 millions. Chaque pays en accueille 25 000. Cent pays. C’est humain et c’est ce qu’il faut faire ».[26]

    Bien que les États-Unis affirment qu’ils ne soutiennent pas le nettoyage ethnique de Gaza et qu’ils s’opposent aux attaques israéliennes contre les civil.es de Gaza, ils ne font rien pour les arrêter et, en fait, les encouragent activement. Selon certaines informations, les soutiens occidentaux d’Israël, en particulier les États-Unis, ont fait pression sur l’Égypte pour qu’elle déverrouille le point de passage de Rafah, à la frontière égyptienne, afin de permettre à la population de Gaza d’affluer dans le Sinaï, en promettant notamment au pays une remise de sa dette. La question de savoir si les Égyptiens céderont et laisseront entrer une partie ou la totalité de la population de Gaza est réelle. Quant à savoir si les habitant.es de Gaza elleux-mêmes accepteront ce nettoyage ethnique (alors que 80 % des habitant.es de Gaza sont déjà des survivant.es de la Nakba de 1948, ou leurs descendant.es), c’est une toute autre question.

    Pour que les Israéliens réussissent à expulser la population palestinienne de Gaza, il faudrait non seulement poursuivre la destruction aérienne, mais aussi intervenir sur le terrain pour rassembler les gens et les forcer à partir, selon la méthode consacrée des génocides passés. Mais chaque pas que les Israéliens font dans la bande de Gaza est vivement contesté et a un coût difficilement supportable pour leur gouvernement, comme l’a montré leur histoire récente. Ainsi, lorsqu’Israël a envahi le Liban en 2006, il a infligé des dommages considérables aux infrastructures civiles libanaises et tué plus de 1 100 personnes, pour la plupart des civils ; mais les 156 décès israéliens (des militaires pour la plupart) infligés par la résistance libanaise ont suffi pour qu’Israël renonce à ses objectifs déclarés et abandonne la guerre dans une défaite amère. Aujourd’hui, à Gaza, les chars et les véhicules blindés d’Israël – complètement scellés et tirant donc en grande partie à l’aveugle – sont détruits par des attaques à bout portant de la part de combattants de la résistance palestinienne, à une distance rapprochée contre laquelle aucun blindage au monde n’est suffisant.[27] L’infanterie inefficace d’Israël, plus habituée à harceler les Palestinien.nes aux points de contrôle qu’à affronter des ennemis entrainés et qui ripostent réellement, n’est pas préparée au combat rapproché dans un paysage de ruines urbaines, ce qui, depuis la bataille de Stalingrad, a toujours donné l’avantage aux défenseurs sur les attaquants.

    « Malgré la pression exercée » par l’armée israélienne, a rapporté le correspondant militaire du Ha’aretz, Amos Harel, le 5 novembre, « il n’y a pas d’effet significatif apparent sur le commandement et le contrôle du Hamas, qui continue de fonctionner ». Quiconque a regardé les vidéos d’attaques palestiniennes contre des troupes et des blindés israéliens sur Al Jazeera Arabic aurait pu arriver à la même conclusion.[28] Depuis son incursion terrestre dans la bande de Gaza il y a deux semaines, Israël a reconnu que des centaines de soldats ont été tués ou blessés : comme l’armée impose des limites strictes à la déclaration de ces pertes, les journalistes affirment que les chiffres réels sont sans aucun doute plus élevés. Il est difficile de savoir combien de pertes supplémentaires l’armée israélienne peut supporter en son propre camp – en dépit de l’indifférence face aux victimes que son acharnement aveugle cause parmi les civil.es palestinien.nes.

    Pour parer à toute éventualité au cas où Israël ne parviendrait pas à mettre en œuvre un processus massif de nettoyage ethnique, les soutiens étasuniens d’Israël, en particulier le secrétaire d’État Anthony Blinken, ont concocté divers scénarios en partant du principe que la majeure partie de la population de Gaza resterait à Gaza et que le Hamas disparaîtrait miraculeusement d’une manière ou d’une autre. Peut-être, suggèrent-ils, les cadres politiques et militaires du Hamas peuvent-ils être persuadés d’abandonner leurs positions et leur peuple à la merci d’Israël, comme l’Organisation de libération de la Palestine a été persuadée de le faire après le siège de Beyrouth en 1982 ? De toute évidence, non : chaque Palestinien.ne vous rappellera que ce qui a immédiatement suivi le retrait de l’OLP a été le massacre, supervisé par Israël, de civil.es palestinien.nes sans défense dans les camps de réfugié.es de Sabra et Chatila. Tenant pour acquis le départ ou la défaite du Hamas – qui ne montre pourtant aucun signe de fléchissement – une force multinationale de maintien de la paix a également été proposée.[29] Les États-Unis ont manifestement oublié ce qui est arrivé à la dernière force multinationale de maintien de la paix qu’ils ont imposée pour nettoyer le chaos laissé par Israël au Liban en 1982 – par exemple, les bombardements de la caserne des Marines américains à l’aéroport de Beyrouth en 1983 [qui ont contribué au retrait de la force multinationale du Liban en 1984].[30]

    Peut-être les Nations Unies peuvent-elles gouverner Gaza ? Peut-être les États-Unis peuvent-ils faire appel à l’Autorité palestinienne de Cisjordanie, ouvertement collaborationniste et détestée, pour diriger Gaza ? Depuis début novembre, Blinken se rend d’une capitale arabe à l’autre, s’inspirant du manuel diplomatique américain des années 1970, selon lequel les États-Unis peuvent parler des Palestinien.nes à tout le monde, sauf aux Palestinien.nes. Pendant ce temps, Netanyahou – acculé et luttant pour sa survie politique – a proposé la réoccupation de Gaza. D’autres responsables israéliens ont appelé à la démolition de la ville de Gaza et au confinement de la population survivante sur la moitié du territoire de l’enclave. Un ministre, Itamar Ben-Gvir, a proposé de réoccuper les ruines de Gaza grâce à l’installation de nouveaux colons juifs.[31] Un autre, Avi Dichter, a déclaré, de manière plus directe, qu’il s’agissait de la Nakba de Gaza : « Nous lançons la Nakba 2023 », a-t-il annoncé à la télévision.[32] Tous ces projets imaginaires reposent sur une victoire israélienne. Et que se passera-t-il si Israël ne parvient pas à déloger le Hamas et s’essouffle avant de terminer sa campagne de violence génocidaire ? Ou bien si les gouvernements britannique et américain estiment à un moment que les dommages infligés à Gaza nuisent trop à leurs propres intérêts, à leur propre situation intérieure ? Que se passera-t-il alors ?

    Personne ne sait ce que les semaines à venir apporteront à part des morts et de la misère. Mais le plus probable est que, s’étant une fois de plus fixé un objectif irréalisable (la destruction ou l’élimination du Hamas) Israël échouera, comme il a échoué à maintes reprises dans le passé, parce que sa capacité à tuer et à détruire n’a jamais produit de solution politique durable. Les Israéliens auront tué dix, vingt, trente mille personnes et fait de la vie à Gaza un véritable enfer pour celleux qui resteront. Ils n’auront rien accompli de plus que de montrer leur soif de sang et de vengeance. En revanche, ils auront alimenté le sentiment de plus en plus puissant autour du monde, qui circule non pas dans les couloirs du pouvoir occidental mais dans les rues où des manifestant.es se réunissent par centaines de milliers, que les véritables racines du problème ne sont pas les acteurs et actions qui ont émergé en réponse à ces sept décennies d’occupation et d’apartheid (tel que le Hamas) mais bien l’occupation et l’apartheid eux-mêmes.

    La triste ironie est que c’est Gaza qui représente l’exemple le plus clair de cette situation et qui peut provoquer cette prise de conscience. Gaza est le résultat tangible de la politique de dépossession des Palestinien.nes par Israël depuis 1948. La nature transitoire de la vie à Gaza, où les habitant.es vivent dans d’immenses quartiers urbains toujours appelés, à tort, « camps » [alors qu’ils se sont pérennisés], nous rappelle constamment que l’écrasante majorité des habitant.es de Gaza ne sont pas originaires de Gaza. Ils viennent d’Isdood, de Simsim, de Najd et d’autres villages situés à une heure de marche des clôtures et des murs qui les isolent de leur propre terre. Elleux-mêmes ou leurs parents ont été poussé.es vers Gaza lors de la création d’un État qui exigeait leur expulsion ; ielles y sont enfermé.es depuis lors parce que leur liberté est inconciliable avec un projet d’État fondé sur l’épuration ethnique et la violence génocidaire. Ce projet d’État est le principal moteur du conflit. Il l’est depuis 1948 et le restera jusqu’à ce que cette entreprise d’exclusion raciale impliquant l’apartheid, l’occupation et la mort prenne fin et qu’un nouvel État soit formé à sa place, constitué sur la base de l’inclusion, de la démocratie et de l’égalité pour toustes. Il s’agit de la seule issue possible, et la situation à Gaza le montre clairement : si seulement ces clôtures et ces murs étaient démantelés et si la majorité des habitant.es de Gaza étaient autorisé.es à rentrer chez elleux, tout ce cauchemar prendrait fin.

    https://seenthis.net/messages/1024080

  • L’article ci-dessous évoque, Ô miracle, la #doctrine_dahiya (qui est appliquée depuis des décennies et non pas depuis 2006 comme il est affirmé ici, l’article confondant sa reconnaissance verbale avec le début de sa pratique)

    Deuxième remarque : la vraie traduction de « Dahiya » (“Dahyé” dans la prononciation libanaise) est “banlieue” (et non pas comme le dit RFI “quartiers sud de Beyrouth qui sont l’un des fiefs du [hezbollah]”)

    Les opérations israéliennes à #Gaza sont-elles conformes au #droit_international ?
    https://www.rfi.fr/fr/moyen-orient/20231116-israel-op%C3%A9rations-%C3%A0-gaza-sont-elles-conformes-au-droit-intern

    Doctrine Dahiya

    Pour être conformes au droit international, les attaques sur des objectifs militaires doivent aussi répondre au principe de proportionnalité. Vendredi dernier 10 novembre, l’armée israélienne a annoncé avoir frappé plus de 15 000 « cibles terroristes » depuis le début de la guerre, dans un territoire pourtant réduit. Israël a lâché durant les deux premières semaines plus de bombes à Gaza que les États-Unis en Afghanistan en un an. Mais « le principe de proportionnalité est souvent mal présenté. Il stipule que, dans chaque attaque, il faut évaluer les dommages, les blessures et les pertes de vies humaines que l’on peut attendre de la part des civils. Si les dommages civils attendus sont excessifs par rapport à l’avantage militaire que vous essayez d’obtenir, l’attaque est alors disproportionnée et vous ne pouvez pas la mener à bien », indique le major Ben. « Il faut donc évaluer chaque attaque individuellement et ne pas se baser sur le nombre global de personnes tuées », précise t-il.

    Mais les principaux ennemis de l’armée israélienne aujourd’hui ne sont pas des armées. Ce sont des groupes qu’Israël qualifie de terroristes et qui contrôlent des territoires : le Hezbollah au Nord, le Hamas au Sud. La guerre est devenue asymétrique car il ne s’agit plus d’armée. Et en 2006 [sic], lors de la dernière guerre du Liban où elle affrontait le Hezbollah, elle a changé ses règles d’engagement. Durant ce conflit contre le Hezbollah, elle a appliqué la doctrine de Dahiya, du nom des quartiers sud de Beyrouth qui sont l’un des fiefs du mouvement.

    « Force disproportionnée »

    « Un concept de sécurité israélien concernant la réponse d’Israël aux menaces de roquettes et de missiles en provenance de Syrie, du Liban et de la bande de Gaza évolue progressivement », écrit Gabi Siboni, colonel réserviste dans un article publié par l’Institut pour les études de sécurité nationale en 2008. « En cas d’ouverture des hostilités, les forces israéliennes devront agir immédiatement, de manière décisive et avec une force disproportionnée par rapport aux actions de l’ennemi et à la menace qu’il représente. Une telle réponse vise à infliger des dommages et à punir dans une mesure qui nécessitera des processus de reconstruction longs et coûteux », explique-t-il. Un « concept stratégique », explique le major Ben qui établit qu’il faut frapper plus de cibles qu’il n’y a eu de tirs. Mais elle n’affirme pas que « nous devrions violer le principe de proportionnalité du droit international et causer des dommages aux civils », assure-t-il.

    Toutefois, cette doctrine de Dahiya « affirme en substance que le problème réside dans les règles du jeu, c’est-à-dire dans le droit international : le concept de proportionnalité », analyse pour sa part Yehuda Shaul, ancien soldat israélien et co-directeur d’Ofek, un groupe de réflexion israélien qui défend une résolution du conflit israélo-palestinien. « Si le Hezbollah tire une roquette et que nous bombardons un bâtiment vide, le Hezbollah s’en moquera et tirera une autre roquette. La solution consiste à enfreindre les règles. La solution est une réponse délibérément disproportionnée afin que vous réfléchissiez un million de fois avant de vous battre à nouveau avec moi. »

    Précédents

    Il est trop tôt pour dire si la doctrine de Dahiya a été appliquée dans cette guerre [sic]. Il faudra enquêter sur chaque frappe une fois le conflit terminé. « Cependant, les déclarations des hauts responsables israéliens et l’ampleur des destructions font déjà craindre que l’armée ne suive la même doctrine que lors des opérations précédentes : la doctrine Dahiya » indique Breaking the Silence (Brisons le silence), une organisation de vétérans de l’armée israélienne qui veut alerter sur les effets d’une occupation prolongée des territoires palestiniens, et la légalité de certaines opérations de l’armée israélienne à Gaza dans le passé, relève Yehuda Shaul, qui est l’un des co-fondateurs de Breaking the Silence.

    En 2014, elle avait par exemple bombardé à la fin du conflit des immeubles de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, dans lesquels les troupes israéliennes s’étaient installées durant cette opération terrestre. Mais « s’il y avait des tunnels là, les soldats n’y seraient pas restés pendant plusieurs semaines. Si les bâtiments étaient piégés, les soldats auraient été tués. Alors pourquoi bombarder ces immeubles ? »

  • Et maintenant au tour du Sud de Gaza.

    #Gaza : L’armée israélienne appelle les habitants de certains quartiers de #Khan_Younès à évacuer | Moyen-Orient
    https://www.yenisafak.com/fr/international/gaza-larmee-israelienne-appelle-les-habitants-de-certains-quartiers-de-kh

    Le texte du communiqué a explicité l’avertissement : « Aux habitants des quartiers orientaux de Khan Younès, Al-Qarara, Khuza’a, Bani Suhaila et Abasan, pour votre sécurité, vous devez évacuer immédiatement votre lieu de résidence et vous rendre dans les abris connus ».

    Il convient de noter qu’il n’y a pas d’abris dans la bande de Gaza et qu’il n’y a aucun endroit sûr à cause des bombardements israéliens qui s’étendent sur toute la bande.

    L’armée a affirmé dans son message que « les actions du Hamas » l’obligeaient « à agir dans votre zone de résidence », sans fournir de plus amples précisions. La radio militaire a déclaré que des discussions se tiennent autour d’"une étape importante qui indique une expansion attendue des opérations de l’armée israélienne" vers le sud de la bande de Gaza.

    #génocide

  • Diplomatiek memo van Nederlandse ambassade : Israël gebruikt ‘onevenredig geweld’
    https://www.nrc.nl/nieuws/2023/11/13/diplomatiek-memo-van-nederlandse-ambassade-israel-gebruikt-onevenredig-geweld-a4

    Israël gebruikt in Gaza „onevenredig geweld” en voert doelbewust aanvallen uit op de „civiele infrastructuur”, zoals bruggen, wegen en wooncomplexen. Deze aanpak verklaart het „hoge aantal doden in Gaza” en vormt volgens critici „een schending van internationale verdragen en oorlogswetten”.

    Dat staat in een vertrouwelijk memo van de Nederlandse ambassade in Tel Aviv, dat is ingezien door NRC.

    Het memo is opgesteld door de Defensieattaché op de ambassade, die met een militair team de situatie rond Gaza intensief volgt. Volgens de rapportage heeft de Israëlische politieke en militaire top geen duidelijke strategie en is de Israëlische wens om definitief af te rekenen met Hamas „een militair doel dat vrijwel onmogelijk te behalen is”.

    • Marieke Kuypers sur X :

      According to a confidential memo from the Dutch Defense attaché in Tel Aviv, the Israeli army “intends to deliberately cause massive destruction to infrastructure and civilian centers” in Gaza. This strategy explains the “high number of deaths” among the civilian population. 🧵" / X
      https://twitter.com/KuypersMarieke/status/1724160083959988376

      The IDF, the embassy writes, tries to minimize losses on its own side in the ground offensive ("zero risk") and therefore uses lethal force ("shoot to kill") more quickly. Moreover, the embassy sees the IDF applying “elements” of the so-called Dahiya doctrine.

      This strategy, first employed in the 2006 war in Lebanon, has “the intent to deliberately cause massive destruction to infrastructure and civilian centers,” taking large numbers of civilian casualties for granted. This violates the law of war.

      Moreover, there seems to be no agreement on the final goal of Operation Swords of Iron. “The current action is first and foremost motivated by the need to deal a final blow to Hamas,” the memo reads, "The feeling that prevails is that after that there will be a look ahead.

      The Dutch Defense Attaché is also concerned about leaked Israeli plans to forcibly relocate, temporarily or otherwise, the more than two million Palestinians in Gaza to Egypt’s Sinai Desert.

      Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu called the plan “hypothetical,” but the Dutch embassy is taking it seriously and says that in Israel “several people - including members of parliament, advisers and the military - do not dismiss this option as extreme, but as real.”

      #doctrine_dahiya

  • Breaking the Silence sur X https://twitter.com/BtSIsrael/status/1722270801238585378

    Everyone’s blood is boiling. We all know someone who was murdered, kidnapped, who is still missing. Many are talking about revenge, about erasing Gaza, referring to its residents as “2.5M terrorists,” discussing forcible transfer. But what’s actually happening on the ground?🧵

    Gaza has been under an unprecedented bombardment for a month now. In the first two weeks alone, the Israeli Air Force dropped more bombs on Gaza than the US dropped on Afghanistan in an entire year . One explanation is Israel’s genuine need to remove threats to ground forces, but this doesn’t fully explain the scope of the bombings or their targets.

    Our work is based on testimonies given by soldiers. Collecting and verifying these testimonies is a long and complex process, and it will be quite some time before we get a full and accurate picture of what’s happening on the ground. Still, statements made by senior Israeli officials and the extent of the destruction already raise suspicions that the army is following the same doctrine it used in previous operations: The #Dahiya_Doctrine.

    The Dahiya Doctrine was formulated around the 2006 Lebanon War. Its main tenet was: disproportionate attacks, including against civilian structures and infrastructure.

    If the doctrine is indeed in play here as it appears to be, then the massive bombings on Gaza in recent weeks are deliberately aimed at damaging infrastructure and property belonging to innocent civilians.

    The heavy bombings in the 2006 Lebanon War did not wipe out Hezbollah or neutralize its military capabilities, nor were they supposed to. They were meant to create deterrence. Since then, Hezbollah has grown stronger and is now firing at civilians in northern Israel daily.

    In Lebanon, too, we wreaked massive destruction on civilians to buy temporary calm and nothing more.

    Israel also used this doctrine during the last ground invasion of Gaza in 2014. Following the war, Gaza residents returned to neighborhoods that were razed to the ground.

    Journalists and soldiers who took part in the operation described the enormous damage. Politicians and members of the security establishment waxed victorious, claiming we’d “seared the Palestinian conscience”, meaning every Palestinian will remember exactly who’s in charge, and won’t dare to resist. The last month has proved, once again, that this approach has brought us zero security.

    […]

    #doctrine_dahiya

  • Cheffe de la diplomatie française ou envoyée spéciale de l’état sioniste ?

    Le #Liban doit tout faire pour rester à l’écart d’un engrenage, insiste Catherine Colonna | RTL Info
    https://www.rtl.be/actu/monde/international/le-liban-doit-tout-faire-pour-rester-lecart-dun-engrenage-insiste-catherine/2023-10-16/article/598856

    « Les responsables libanais ont aussi une responsabilité à cet égard, pour éviter que le Liban ne soit entraîné dans un engrenage, dont il ne se relèverait pas », a déclaré Mme Colonna lors d’une conférence de presse à Beyrouth, dernière étape d’une tournée régionale qui l’a menée en Israël et en Égypte.

    « …. dont il ne se relèverait pas… » : la #doctrine_dahiya en guise de diplomatie et sans vergogne.

    La « diplomatie » occidentale, télécommandée par l’état sioniste, veut s’assurer que que le Hezbollah n’intervienne pas en cas d’envahissement de Gaza pour laisser l’état sioniste vaquer tranquillement à son occupation préférée, les crimes de masse de civils palestiniens.

    #criminels

    • Trop c’est trop ; ces gens savent très très bien que l’ « état » libanais, aussi ennemi du Hezbollah qu’il soit, n’a aucun moyen de tenir tête à celui-ci ; en quoi alors les « responsables libanais » devraient être responsables d’une intervention du Hezbollah ?

      #dégout

  • Pour ceux qui ont perdu le fil : la doctrine militaire israélienne est fondée sur le massacre des civils et la destruction totale des infrastructures civiles. Les responsables israéliens font ce genre de menace de crime de guerre contre Gaza ou le Liban, ouvertement, à intervalle régulier, sans que ça provoque jamais la moindre réaction internationale. Et quand ils le font : (1) c’est trop tard, (2) on s’en fout.

    Doctrine Dahiya
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Doctrine_Dahiya

    La Doctrine Dahiya est une doctrine militaire formulée par le général israélien Gadi Eizenkot qui se rapporte au contexte de guerre asymétrique en milieu urbain, et prône un usage de la force « disproportionné » au cours de représailles contre des zones civiles servant de base à des attaques, dans un but de dissuasion. Il s’agit, en dépit du principe de base du droit de la guerre, de ne plus faire de distinction entre cibles civiles et militaires1.

    Cette doctrine porte le nom de Dahieh Janoubyé, un quartier chiite d’habitations de Beyrouth qui abritait un bastion du Hezbollah avant d’être rasé par l’aviation israélienne au cours du conflit israélo-libanais de 2006.

    La première formulation publique de cette doctrine eut lieu en octobre 2008, dans une interview à l’agence Reuters au cours de laquelle le général Eizenkot déclare :

    « Ce qui est arrivé au quartier Dahiya de Beyrouth en 2006 arrivera à tous les villages qui servent de base à des tirs contre Israël. […] Nous ferons un usage de la force disproportionné [sur ces zones] et y causerons de grands dommages et destructions. De notre point de vue, il ne s’agit pas de villages civils, mais de bases militaires. […] Il ne s’agit pas d’une recommandation, mais d’un plan, et il a été approuvé. […] S’en prendre à la population est le seul moyen de retenir Nasrallah. »

    • Je comprend pourquoi il est comme ça notre général Eizenkot avec qui nous sommes inconditionnellement solidaires. Nos ancêtres on joué un mauvais tour à ses ancêtres en ne leur réservant que le nom de « fer de merde ».
      Ce fut le sort des juifs pauvres qui ne purent acheter un nom agréable lorsqu’on les obigeat à germaniser leur noms de famille.

      Eizen = Eisen = fer
      Kot = Scheiß = merde.

      D’après notre encyclopédie préférée il est par contre possible que les ancêtres du vaillant général étaient des petits rigolos qui furent exprès de choisir un nom bizarre pour des raisons inconnues.
      https://de.m.wikipedia.org/wiki/J%C3%BCdischer_Name

      Je nach Region konnte die Namensgebung unterschiedlich verlaufen, so dass bei der Deutung der Namen auch die Herkunftsregion eine große Rolle spielen kann. Nicht zu verkennen ist aber auch die durch die Namensanalyse vermutete Freude der Juden an Synonymen, am Denken um die Ecke, an Verballhornungen, an Wortspielereien und an (Selbst-)Ironie. Gerade ihre Mehrsprachigkeit und die Eigenart der hebräischen Schrift, nur Konsonanten abzubilden, trugen dazu wesentlich bei.

      #Eisenscheiß #wtf

    • oui mais « est-ce que vous condamnez ?! »

      La réaction Française, cette fois, a été plutôt claire, non ? Soutien total à Israël, ta doctrine on opine, Dahiya pluka, Amen. J’ai faux ?

      En tout cas merci pour le topo ; 2008 ça fait 15 ans ; avant, ils avaient une autre doctrine ou c’est juste qu’elle avait pas encore de nom ?

    • Guerre Israël-Hamas : l’armée israélienne « change les règles » dans sa guerre contre le Hamas

      L’armée assure vouloir mener cette offensive selon « les règles du droit international humanitaire », ou, du moins, son interprétation par les militaires israéliens, plus maximaliste que les armées européennes ou américaine. Ainsi, la doctrine Dahiya, élaborée en 2006 par Gadi Eisenkot, ancien chef d’état-major de l’armée israélienne – et qui vient de rejoindre, en observateur, le « cabinet de guerre » israélien –, théorise l’usage d’une force disproportionnée afin d’atteindre ses objectifs, y compris viser une zone civile pour y éliminer des cibles militaires. Le nom de la doctrine fait référence à un quartier de la banlieue sud de Beyrouth où était basée la direction du Hezbollah lors de la guerre de l’été 2006 entre le Liban et Israël. Le rapport Goldstone demandé par les Nations unies après le premier conflit entre Israël et le Hamas en 2008-2009 avait conclu que la doctrine avait été « conçue pour punir, humilier et terroriser la population civile ».

      « Ils choisissent de mettre leur vie en jeu »

      « Je ne pense pas que cette doctrine s’applique aujourd’hui, estime le professeur Gabi Siboni, de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité. Nous nous occupons de cibler et de détruire des agents du Hamas et d’autres organisations terroristes. Ce sont tous des cibles militaires. » Alors que 2 300 personnes, principalement des civils, dont 600 enfants, ont déjà été tuées, M. Siboni affirme aussi qu’Israël opère selon les principes du droit international humanitaire : « C’est pour cela que l’armée a demandé à la population d’évacuer le nord de Gaza. Quant à ceux qui restent, tant pis. Ils choisissent de mettre leur vie en jeu. »

      Depuis le début de l’opération militaire sur Gaza, l’armée israélienne n’a guère détaillé les cibles qui justifieraient les frappes. Ses services de communication donnent en revanche le tonnage de bombes larguées sur l’enclave, en postant les images de ruines.

      Asa Kasher, professeur de philosophie à l’université de Tel-Aviv, qui a contribué à la rédaction du code d’éthique des forces israéliennes, explique qu’il s’agit d’une équation : « Quand on est attaqué, on peut se défendre sans enfreindre le droit international. S’il y a une position avec des civils et des combattants, on évalue les risques. Si les gains sont militairement intéressants, et les pertes civiles limitées, il faut frapper. Sinon, il faut abandonner. » Quant à l’objectif affiché de détruire le Hamas, Asa Kasher s’interroge : « Détruire le Hamas n’est pas un objectif raisonnable. Détruire leurs capacités militaires ? Oui. Leurs infrastructures financières ? Oui. Mais détruire leur haine des juifs, des Israéliens, de l’Ouest, non. Ce qu’on peut faire, c’est réduire leur potentiel jusqu’à ce qu’ils ne soient plus une source de danger. »

      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/10/14/guerre-israel-hamas-l-armee-israelienne-change-les-regles-pour-detruire-le-h

  • Israel-Palestine war : They were told to leave their homes. They did. They were still bombed | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/news/israel-palestine-war-gaza-area-bombed-after-warning-to-move

    Many in Beit Hanoun, a densely packed area in northeast Gaza, heeded the call.

    They went westwards, some two kilometres away, to the Jabalia refugee camp, in the hope of finding relative safety.

    But instead, they were greeted with death.

    Les soit-disant avertissements avant les bombardements nous avons connu ça au Liban ; pour l’état sioniste, quel que soit l’étiquette politique des criminels au pouvoir, les civils doivent être punis, exécutés.

    #doctrine_dahiya

    • A History of ‘Price-Tag’ Violence Nicola Perugini and Neve Gordon 15 May 2014
      https://seenthis.net/messages/258074

      Incroyablement, dans une réponse faite en 1978 face à des critiques israéliennes contre de récentes attaques au Liban, le général Mordechai Gur, alors chef d’état-major d’Israël et plus tard politicien de premier plan du Parti travailliste, a ouvertement reconnu ce qui ne peut être décrit que comme le #terrorisme_d’état israélien :

      « je suis dans l’armée depuis trente ans. Pensez-vous que je ne suis pas au courant de ce que nous avons fait toutes ces années ? Qu’avons-nous fait le long de tout le Canal de Suez ? Un million et demi de réfugiés.... Depuis quand la population du Sud Liban est-t-elle sacrée ? Ils savaient très bien ce que les terroristes faisaient .... j’ai eu quatre villages dans le Sud Liban bombardé [sous mon commandement] ... [comme, a-t-il dit, cela a été fait en Jordanie]. »

      Le journaliste israélien fait alors remarquer, « Vous maintenez que la population civile doit être punie ? » Gur répond, « Et comment ... je n’en ai jamais douté.... Depuis trente ans ... Nous agissons contre une population qui vit dans des villages et des villes. » Entretien avec Gur dans « Al Hamishar » [journal israélien], le 10 mai 1978.

      Plusieurs jours après les déclarations de Gur, Zeev Schiff, principal correspondant militaire du Haaretz pendant de nombreuses années, a commenté, « Au Sud Liban nous avons frappé la population civile consciencieusement, parce qu’ils l’ont mérité.... »

      L’importance des remarques de Gur réside dans l’admission du fait que l’Armée israélienne frappait toujours les populations civiles, sciemment et consciencieusement…. Même quand les colonies israéliennes n’étaient pas ciblées". Schiff, Haaretz, 15 Mai 1978.

      #sionisme #vitrine_de_la_jungle

    • Pour mémoire :
      https://www.belfercenter.org/sites/default/files/legacy/files/IS3702_Slater.pdf

      The literature on the Israeli attacks on the civilian population of Lebanon and on Palestinian residents and refugee camps in that country is extensive.

      On the 1993 Israeli attack, Shlaim writes that “the ruthless targeting” of the civilian population was designed to induce them to pressure the governments of Lebanon and Syria to end their support of the Hezbollah movement and militias, as well as to give Israel a free hand in southern Lebanon. Shlaim, The Iron Wall, pp. 560–561.

      On the 1982 attacks on civilians, see Michael Jansen, The Battle of Beirut: Why Israel Invaded Lebanon (London: Zed, 1982); Jonathan Randal, Going All the Way: Christian Warlords, Israeli Adventurers, and the War in Lebanon (New York: Viking, 1983); and, especially, the devastating account by two leading Israeli centrist journalists, Zeev Schiff and Ehud Yaari, Israel’s Lebanon War (New York: Simon and Schuster, 1984).

      On the 2006 attack, see Human Rights Watch, “Why They Died: Civilian Ca- sualties in Lebanon during the 2006 War,” Vol. 19, No. 5 (Human Rights Watch, September 2007), http://www.hrw.org/reports/2007/09/05/why-they-died; and Amnesty International, “Leba- non: Deliberate Destruction or ‘Collateral Damage?’ Israeli Attacks on Civilian Infrastructure” (Amnesty International, August 2006), http://www.amnesty.org/en/library/info/MDE18/007 2006.

      Avi Shlaim summed up the evidence on all of the major Israeli attacks on Lebanon: “[T]he massacre of innocent civilians [is] a recurrent feature of Israeli military intervention,” including the 2006 attack, which “involved the deliberate targeting of civilians in flagrant violation of the laws of war.” First quote in Shlaim, “Israel’s Error, Then and Now,” International Herald Tribune, August 4, 2006; and second quote in Shlaim, “The Iron Wall Revisited,” p. 94.
      18. John Kifner, “Human Rights Group Accuses Israel of War Crimes,” New York Times, August 24, 2006.
      19. Q

  • Un peu de géopolitique à l’aune de la stratégie « choc et effroi » (shock and awe). Développement autour du concept de #barbare par Pepe Escobar

    La barbarie commence chez soi. Pepe Escobar - El Correo
    http://www.elcorreo.eu.org/La-barbarie-commence-chez-soi#nb2

    La Grèce a inventé le concept de barbaros. La Rome impériale en a hérité sous le nom de barbarie. La signification originelle de barbaros est ancrée dans le langage : une onomatopée signifiant « parole inintelligible » car les gens font « bar bar bar » quand ils parlent.

    Homère ne fait pas référence à barbaros, mais à barbarophonos (« à la parole inintelligible »), pour ceux qui ne parlent pas grec ou qui parlent très mal. Le poète comique Aristophane a suggéré que Gorgias était un barbare parce qu’il parlait un dialecte sicilien.

    Barbaru signifiait « étranger » en babylonien-sumérien. Ceux d’entre nous qui ont étudié le latin à l’école se souviennent de balbutio (« bégaiement », « balbutiement », babillage »).

    C’est donc la parole qui a défini le barbare par rapport au grec. Thucydide pensait qu’Homère n’utilisait pas le terme « barbare » car, à son époque, les Grecs « n’avaient pas encore été divisés et n’avaient donc qu’un seul nom commun pour marquer le contraste ». Le point est clair : le barbare a été défini comme étant en opposition au Grec.

    Les Grecs ont inventé le concept de barbare après les invasions perses de Darius Ier et Xerxès Ier en 490 et 480-479 avant J.-C. Après tout, ils devaient se séparer clairement des non-Grecs. Eschyle a mis en scène les Perses en 472 avant J.-C. Ce fut le tournant ; derrière ce « barbare », il y avait tous ceux qui n’étaient pas grecs – Perses, Phéniciens, Phrygiens, Thraces.

    A propos de Pepe Escobar : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pepe_Escobar

    et de la stratégie sus-mentionnée : https://fr.wikipedia.org/wiki/Choc_et_effroi

  • Max Blumenthal sur Twitter : “Israeli army chief of staff Avi Kochavi pledges to destroy the critical civilian infrastructure of Lebanon, Gaza and Syria in the event of war, reaffirming state terror as Israel’s official national security doctrine” / Twitter
    https://twitter.com/MaxBlumenthal/status/1210044321929535488

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1210019081715355649/pu/vid/640x360/82wciVFgaph9pbZw.mp4?tag=10

    #doctrine_dahiya #sionisme #criminels #vitrine_de_la_jungle #impunité

  • Hezbollah : première armée du Moyen-Orient ? Par Rai Al Youm - Actuarabe
    http://actuarabe.com/hezbollah-premiere-armee-du-moyen-orient

    Le journal Yediot Aharonot a cité des rapports militaires israéliens disant que le Hezbollah avait obtenu un nouvel arsenal d’armes de pointe incluant des équipements de vision nocturne, du matériel électronique anti-drones et des missiles pouvant être équipés de têtes de plus d’une demi-tonne d’explosifs, sans oublier des centaines de drones.

  • Israeli military chief gives unprecedented interview to Saudi media: ’Ready to Share Intel on Iran’
    https://www.haaretz.com/israel-news/1.823163

    A Saudi newspaper published an unprecedented interview on Thursday with the Israeli military chief, Lt. Gen. Gadi Eisenkot. It marks the first time any senior Israel Defense Forces officer, let alone the chief of staff, has been interviewed by a media organization in Saudi Arabia, which does not have diplomatic ties with Israel.

    In the interview to the Saudi online newspaper Elaph, Eisenkot called Iran the “real and largest threat to the region.” He said Israel and Saudi Arabia are in complete agreement about Iran’s intentions.

    (Juste pour pinailler: qualifier Elaph de « newspaper » me semble très exagéré.)

  • Ynetnews Opinion - Despite alleged Israeli strikes, Hezbollah will keep building its arsenal...
    https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5020144,00.html

    Article assez extraordinaire du terroriste Giora #Eiland (adepte de la « #doctrine_dahiya ») : une agression de plus d’une semaine contre le Liban aurait des conséquences « intolérables » pour Israël, de ce fait il faudra bombarder le Liban de manière si massive que les grandes puissances nous ... empêcheront de poursuivre....

    A long war will cause intolerable damage to Israel’s military and civilian infrastructures.
     
    The only way to ensure that the next war is short requires us to fight the state of Lebanon, not just Hezbollah. Israel can destroy Lebanon’s infrastructures and army within several days. Since there is no one in the world—neither the Lebanese nor Hezbollah, Syria or Iran, and of course Saudi Arabia, France, Russia and the United States—who wants to see Lebanon destroyed, it will lead to massive international pressure to reach a ceasefire within a week or less, and that’s just what Israel needs.

    Et, au cas où il aurait surestimé le degré de compassion des grandes puisssances, le terroriste préconise de leur faire comprendre dès maintenant qu’il faudra stopper Israël au bout d’une semaine maximum, au lieu de leur promettre comme maintenant que l’état sioniste est capable de battre le Hezbollah...

    Reaching such a decision in real time, when the conflict erupts, is insufficient. Israel should already start conveying this message, for two reasons: First of all, we will achieve deterrence and possibly prevent the next war since, as mentioned, no one in the world wants to see Lebanon destroyed. Second, if a war does break out in the end, it’s important that the Western states—at least the US—understand in advance that Israel chose this strategy having no other choice. Unfortunately, Israel is conveying the opposite messages.

    About a week ago, at the end of the major military exercise in northern Israel, the defense minister and army chiefs conveyed the message that Israel is capable of defeating Hezbollah. That’s a mistake. Even if Israel wins, but the war lasts about five weeks like in 2006, we will all pay a huge price which we will have trouble living with.

  • En Israël, la prochaine guerre de Tsahal
    http://www.lemonde.fr/international/article/2016/06/10/israel-la-prochaine-guerre-de-tsahal_4948011_3210.html

    Je tombe là-dessus. Le reste est derrière #paywall (mais je n’ai pas vraiment envie de lire la suite…)

    La guerre des couteaux des Palestiniens. La guerre des tunnels du Hamas. La guerre des missiles du Hezbollah. La guerre nucléaire de l’Iran. « Que faire en priorité ? Voilà main­tenant la question la plus difficile », juge le ­général.

    Donc, si on comprend bien sur qui doit-on taper, maintenant ?, étant entendu que les FDI doivent toujours prendre l’initiative du conflit…

    Alors, « faut-il privilégier la réactivité im­médiate, la préparation de l’armée pour la prochaine guerre dans deux ou trois ans, ou la posture stratégique d’Israël dans les quinze prochaines années ? »

    Euh ! Sérieux ? le responsable de la planification se demande s’il doit privilégier le court terme, le moyen terme ou le long terme ?

    Ça me rappelle une vieille blague : on s’occupera de gérer le long terme quand on aura fini de gérer le court terme.

  • Comme chaque mois, un haut responsable israélien menace ouvertement le Liban de destructions massives et annonce l’intention israélienne de commettre des crimes de guerre au Liban. C’est un des aspects les plus charmants de l’impunité israélienne (et lorsque les Israéliens commettront ces crimes de guerre, on fera une fois de plus mine d’être surpris).

    La prochaine guerre contre le Hezbollah sera "dévastatrice"
    http://www.lorientlejour.com/article/982261/la-prochaine-guerre-contre-le-hezbollah-sera-devastatrice-previent-le

    « Lors de la prochaine crise, ils (le Hezbollah) ne verront pas une petite guerre au Liban. Elle sera décisive. Ce sera une guerre de grande envergure », a-t-il indiqué. Ce conflit pourrait créer des dommages dévastateurs pour le Liban", y compris dans des zones peuplées de civils en raison de la présence, selon lui, de combattants du Hezbollah. « Il n’y a aucun moyen d’éliminer cette menace sans causer des dommages importants aux infrastructures libanaises et aux habitations », a-t-il ajouté.

    • Israel sells its story on a new Lebanon war, and the ’Times’ bites
      http://www.972mag.com/israel-sells-its-story-on-a-new-lebanon-war-and-the-times-bites/106694

      Le genre d’(#excellent) article que l’#OLJ n’écrira jamais hélas....

      In an article published on the New York Times website today, Israel sells the author, Isabel Kershner, the pretense for its next war: its claims that Hezbollah has dramatically beefed up its military infrastructure along Israel’s northern border.

      Those claims on their own don’t come as much of a surprise. It’s been widely acknowledged that Hezbollah has increased its capabilities in southern Lebanon. Nor is the overt battle cry the most ominous part of the piece. What’s most concerning is Israel’s warning that since Hezbollah has embedded its facilities within southern Lebanese villages, all bets are off when it comes to their residents. They are now human shields, Israel says . “At the end of the day, it means that many, many Lebanese will be killed,” the piece quotes Yaakov Amidror, a former national security adviser, as saying.

      That’s one of a number of warnings in the piece, which are quite chilling when taken in context. Israel killed more than 1,000 Lebanese during the 2006 Second Lebanese War. Its relentless air strikes destroyed extensive civilian infrastructure. Human Rights Watch later found that the strikes were indiscriminate, targeting civilian areas long after Hezbollah had left them . (Forty-four Israel civilians were killed in that war, along with 119 soldiers.) There’s little reason to believe the next round will be less bloody, and plenty of reason to believe it will be deeply familiar, or worse:

      [...]

      But beyond reminding readers of what we have to look forward to, it’s hard to understand why this piece was published . Its problems are manifold. It’s a government-packaged story with a bit of added background. It fails to recognize the irony of officials in their central Tel Aviv military headquarters lambasting Hezbollah for embedding among civilians. It doesn’t do much to substantiate the story it’s echoing. “The Israeli claims could not be independently verified,” Kershner (or her editor) writes.

      If Israel is paving the way for another war, shouldn’t its claims be thoroughly, painstakingly investigated before they’re used as a pretense to kill hundreds or thousands of people?

      It’s possible that Kershner indeed believes, as she indicates, that the story she was peddled could prevent the next war. But it’s as hard to imagine Hezbollah retreating from southern Lebanon as it is to believe it will proactively seek to add an Israeli front to its Syrian morass. It’s much easier to imagine a simmering buildup of tensions, a mounting of cross-border incidents, and, heaven help us, another bloodbath. Followed by a ceasefire. Repeat. Just like Gaza. Kershner doesn’t address or even allude to the wisdom of another military campaign – one that is, again, sure to end up empowering the Lebanese group, and one that all signs indicate it doesn’t want.

      It certainly seems that Israel learned the wrong lesson from the most recent Gaza war. Instead of reexamining its rules of engagement, which turn civilians into fair game, it has chosen the tack of trying to preempt criticism of future carnage . “We told you this would happen,” they’ll be able to say.

      With Israel’s war drums only getting steadier, that’s not so surprising. But is it the job of a New York Times journalist to give them her platform?

  • Neve Gordon · The Day After · LRB 4 May 2015
    http://www.lrb.co.uk/2015/05/04/neve-gordon/the-day-after

    Many others began to understand that the ethical dilemmas raised in the briefings were a #farce:

    We knew that we were entering a house and that we could be good kids, on our best behaviour, but even then a D9 [armoured bulldozer] would show up and flatten the house. We figured out pretty quickly that every house we left, a D9 would show up and raze it. The neighbourhood we were in, what characterised it operationally was that it commanded a view of the entire area of the [Israel-Gaza border fence] and also some of the [Israeli] border towns. In the southern and some of the eastern parts of Juhar ad-Dik, we understood pretty quickly that the houses would not be left standing … At a certain point we understood it was a pattern: you leave a house and the house is gone; after two or three houses you figure out that there’s a pattern. The D9 comes and flattens it.

    This is the Dahiya doctrine in action, named after the Beirut neighbourhood which #Israel turned into rubble in 2006.

    #doctrine_dahiya #mascarade #éthique

  • Nouvelles menaces israéliennes : la prochaine fois nous massacrerons volontairement encore plus de civils libanais – « Le Liban subira une expérience aux dimensions qu’il ne peut pas imaginer. Je ne voudrais être à la place d’aucun Libanais ». Air force chief can ’get job done’ if order comes to hit Iran
    http://www.timesofisrael.com/israels-air-force-chief-can-get-job-done-if-order-comes-to-strike-ira

    Referring to the Hezbollah terrorist army in south Lebanon, he warned that Hezbollah was “dragging” Lebanon toward “a very harsh war” and has deployed its military machine in the civilian “towns and villages of Lebanon.”

    Homes where missiles have been deployed by Hezbollah, Eshel warned, “are essentially military bases… and we’ll hit them.

    “Lebanese civilians who live in or close to those homes (where Hezbollah has emplaced missiles) have to know one thing,” he said. If conflict erupts, “they should get out as soon as they can.”

    If Hezbollah, with which Israel fought a bitter war in 2006, sparks another conflict, Eshel said, “Lebanon will go through an experience whose dimensions it cannot imagine. I wouldn’t trade places with a single Lebanese.”

  • Report: Israel strikes Syrian military bases, Hezbollah targets near Syria-Lebanon border - Diplomacy and Defense - Israel News | Haaretz
    http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/1.653448

    The Israeli Air Force attacked Syrian army bases where Hezbollah stored long-range missiles late Friday night, according to an Al Jazeera report.

    According to the report, the airstrikes targeted the bases of strategic missile brigades 155 and 65 in Kalamoon, near the Syria-Lebanon border. Residents of nearby cities Yabroud and Qarah reported hearing explosions.

    The Israeli Prime Minister’s Office and the Ministry of Defense refused to comment on the report.