#gaël_giraud

  • Gaël Giraud meilleur antidote à la connerie ambiante et à la propagande macronienne...
    https://www.youtube.com/watch?v=L_vqi3nYWAs&feature=youtu.be

    Pour ce premier grand entretien d’économie, Salomé Saqué reçoit, pour Blast, l’économiste Gaël Giraud. Adulé par une partie de la gauche, exécré par les néolibéraux, qualifié d’“inclassable” par plusieurs médias, l’économiste Gaël Giraud dresse un bilan sans concession de la réponse gouvernementale à une crise économique qu’il qualifie d’inédite.

    Le directeur de recherche au CNRS et président de l’#Institut_Rousseau est catégorique : le gouvernement ne prend absolument pas les mesures nécessaires pour remédier à cette situation.
    Trappe déflationniste qui nous pend au nez, krach boursier à venir, gestion calamiteuse du Covid, Agenda néolibéral du gouvernement ou encore les solutions pour reconstruire écologiquement la planète : un premier grand entretien passionnant que Blast est fier de vous présenter !

    • Un peu fatiguante son obsession pour les bons pères de famille, ca fait vraiment réac et phallocentré. Il ressort cette expression au moins 4-5 fois comme si la population n’était constituée que de bons pères de famille.

    • C’est une formule de droit fort ancienne, et dépréciée depuis peu de temps, ce qui peut expliquer qu’il ait du mal à s’en départir (et comme on le sait tous, comme le disaient Sarko puis Valls en leurs temps, quand on explique... on excuse..., mais non, non, non, tel n’est pas mon ambition ;-) )

      La notion de « bon père de famille » est supprimée
      http://leparticulier.lefigaro.fr/jcms/p1_1566165/la-notion-de-bon-pere-de-famille-est-supprimee

      C’est la fin de la notion de bonus pater familias ! La loi pour l’égalité entre les hommes et les femmes a ainsi supprimée l’expression juridique « en bon père de famille », utilisée pour désigner le comportement d’une personne prudente, diligente et soucieuse des biens qui lui sont confiés.

    • oui, c’est brillant, convaincant et tout et tout,…

      juste : comment fait-on pratiquement ?
      comment convaincre la BCE d’annuler les dettes ?
      Euh, on n’a qu’à faire comme Tsipras et Varoufakis, c’est ça ?

      Il reconnait que si Mme Merkel a lâché sur les Eurobonds c’est sous la pression de la crise montante. Qui met la pression politiquement sur ces questions ? Qui râle devant la montée du chômage, les privatisations (apocalyptiques qu’il annonce) ? À l’entendre, Macron va repasser et poursuivra son programme.

      Il annonce, sortis du chapeau, des Gilets Jaunes en version +++, mais le lien pour faire avancer cette réflexion, il est où ? le porteur politique du projet ?

      De toutes façons, il se barre à Washington réfléchir à des trucs encore plus planétaires…

      Brillant, désespérant, sans perspectives, …

    • Je sais d’ou viens l’expression et ce qu’elle signifie, c’est juste qu’elle sent la naphtaline phallosophique et son emploi répété allume mes détecteurs à machos qui sont je recconnais facils à enclenchés. Ils se sont allumés aussi avec sa manie de nommer la journaliste par son prénom, son emploi du masculin stricte, son idée de prendre I.Bettencourt comme seule exemple de milliardaire, mais bon c’est la routine du monde d’avant, de maintenant et d’après. J’ai tiqué aussi sur son utilisation des violences policières focalisées uniquement sur les GJ qui efface le coté imbriqué sociale et racial du problème. De toute façon comme souligne @simplicissimus il se barre à Washington réfléchir avec des physiciens quantiques...
      Il a surement des perspectives non euclidiennes qui m’échappent totalement. Mais au regard de ceci https://seenthis.net/messages/901932 whashington c’est probablement le bon endroit pour avoir de l’influence sur les masses mondialisées.

    • Meg : oui, mais en même temps, vues les orientations politiques générales en cours sur Seenthis, je ne crois pas qu’on référence Giraud pour ses propositions et « solutions », toutes à base de grandes interventions étatiques et des banques centrales, de hauts fonctionnaires honnêtes et compétents, d’administrations au service du service public…, mais plutôt pour ses analyses du fonctionnement du système. Il dit d’ailleurs qu’il va à Washington parce que l’administration Biden aurait l’intention de réellement faire sa fameuse reconstruction écologique. Je doute que quiconque ici croit à la possibilité d’une telle chose.

    • Je n’ai pas regardé, mais l’ensemble de tes alertes par l’accumulation méritent d’être entendues assurément. Surtout quand à la fin, on découvre que le bonhomme va à Washington. Il n’aurait pas aussi un chalet à Davos par hasard, histoire de boucler la boucle ? :-))

      Ceci dit, si je me suis benoitement permis d’intervenir, c’est que récemment je me suis trouvé bête à utiliser l’expression, dans un contexte où je n’ai pas su immédiatement exprimer mon idée autrement.

    • Pas de souci @biggrizzly c’est toujours interessant de donner des infos sur le vocabulaire. J’ai mes réflexes anti-mecsplications qui partent aussi au quart de tour et j’aurais pas du prendre tes explication pour moi.

      @arno je connaissait pas ce monsieur et l’économie est un domaine qui me dépasse. Les explications qu’il donne sur la banque qui fabriquent de l’argent en tapant des lignes de code me semblent tellement incroyable. Je suis un peu perplexe sur son histoire de physique quantique (que je comprend pas mieux que l’économie) mais j’étais pas ironique quand je disait que Washington était probablement le bon endroit pour avoir de l’influence sur le cours du monde.

    • Le champ sémantique est la colonne vertébrale de la pensée, donc oui, ces alertes sont très pertinentes.
      D’autant qu’à gauche, le fait de structurellement remettre à plus tard la question de l’exploitation des femmes comme sous-partie de l’exploitation générale est un très vieux réflexe.

      Le sexism blind est un peu comme le color blind  : il révèle l’absence d’une capacité d’intégration des différentes composantes de la domination capitaliste et signe donc en filigrane le futur échec d’une politique d’émancipation partielle.

    • La solution : on passe à la 6ème république et on se bat contre l’abstention...
      Il faut rendre la #dette_publique_perpétuelle pour éviter le saccage des services publics et les #plans_d'austérité drastiques à venir au nom du sacro-saint #ordolibéralisme allemand !

      Le #plan_de_relance_européen ?

      Attendez-vous surtout à travailler plus et à oublier la retraite pour rembourser le « cadeau empoisonné ».

      Bruno Lemaire ne négociera rien des réformes structurelles demandées par Bruxelles et s’appliquera à les appliquer.

      https://twitter.com/Poulin2012/status/1361387455413370881

      Nicolas Dufrêne : « l’idéologie aveugle les économistes de la #BCE »
      https://www.youtube.com/watch?v=ezW8Tij8YSQ&feature=youtu.be

      Avec 100 économistes, il demande à la BCE l’annulation des dettes publiques.

    • « Rembourser la dette est un acte de foi. »

      La dette est le talon d’Achille du capitalisme globalisé. Depuis des années je dis qu’elle ne sera pas remboursée et que les sacrifices faits par les peuples en son nom sont vains. En mai dernier, j’ai déposé à l’Assemblée nationale une proposition de résolution pour annuler la dette à la banque centrale européenne. C’est possible et cela ne spoliera aucun investisseur privé. Car la banque centrale possède dans ses coffres entre 20% et 25% de la dette française. Elle peut l’effacer ou la geler grâce au pouvoir qu’elle a sur la monnaie. Elle crée elle-même les euros en circulation. On voit à la réaction des libéraux combien ils craignent de perdre leur fétiche. La Commission européenne, le FMI, Macron se préparent déjà à un nouveau tour de vis sur les services publics et les systèmes de sécurité sociale. Plutôt Je dis : au lieu de consacrer notre énergie à cette activité absurde qu’est rembourser la dette nous pouvons l’investir dans la reconstruction écologique et le progrès humain.

      Jlm

      https://www.latribune.fr/opinions/melenchon-mes-solutions-pour-nous-liberer-d-un-futur-enchaine-au-rembourse

      https://melenchon.fr/2020/05/06/en-europe-le-mur-de-la-dette-doit-tomber

  • Gaël Giraud : « Le monde financier sait que ses jours sont comptés » | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/gael-giraud-le-monde-financier-sait-que-ses-jours-sont-comptes-183433

    Quelle sera l’ampleur de la crise économique ?

    La crise sera plus grave que celle de 2008. Nous entrons dans une spirale déflationniste extrêmement dangereuse. L’Europe de l’Ouest pourrait connaître une trajectoire à la japonaise. Dans les années 1990, le Japon a connu une grande répétition de la crise des subprimes, avec une gigantesque bulle financière qui a gonflé sur une bulle immobilière. Les deux bulles ont explosé au même moment, et le Japon est entré dans la déflation, c’est-à-dire dans un régime macroéconomique dans lequel il n’y a plus de croissance, plus d’inflation, énormément de dette privée et un chômage de masse. Nous risquons de subir le même sort si nous continuons de pratiquer l’austérité budgétaire.

    Vous êtes très pessimiste, à un moment où les marchés financiers semblent se porter plutôt bien. Comment expliquez-vous cette bonne santé des marchés ?
    Les marchés financiers sont profondément inefficients, irrationnels, traversés par des bulles spéculatives et des mouvements erratiques qui n’ont rien à voir avec l’économie réelle. On ne peut pas demander aux marchés financiers de prédire l’avenir. Ils en sont incapables.

    #Gaël_Giraud, mon #social-démocrate préféré, écolo et tout, sur la #crise_économique à venir. #Cassandre écolo qui comme Cochet et Larrouturou en 2007 doit avoir environ un an, un an et demie d’avance sur les marchés. Ça fait six mois que je les entends dire ça, je me disais que peut-être la crise sanitaire avait atténué la surchauffe mais non... C’est peut-être pour cet automne, avec une deuxième vague par dessus. Et plein de #dettes évidemment.

  • Gaël Giraud : « Il est temps de relocaliser et de lancer une réindustrialisation verte de l’économie française »
    Par Eugénie Bastié | 10 avril 2020 à 13:53,
    https://www.lefigaro.fr/vox/economie/gael-giraud-il-est-temps-de-relocaliser-et-de-lancer-une-reindustrialisatio

    FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - L’économiste et ancien directeur de l’Agence française de développement (AFD) nous donne ses pistes pour sortir après le confinement de la plus grave crise économique depuis 1945. Il plaide pour un retour massif de l’Etat dans l’économie et l’annulation d’une partie de notre dette.

    • Gaël GIRAUD.- Le discours du 12 mars dernier du président de la République reprenait un thème présent depuis longtemps dans ses allocutions —la mise “hors marché” des biens communs, et la santé en est un — et semblait faire un réquisitoire contre sa propre politique. Le sens qu’il convient de donner à une parole est inséparable des actes qui l’accompagnent. Attendons les actes.

      On accuse volontiers les « dogmes néolibéraux » ou l’austérité budgétaire d’avoir ruiné les systèmes de santé des pays occidentaux. Cependant on voit aussi que les pays qui s’en sortent le mieux tels la Corée du sud, Taïwan, Singapour ou l’Allemagne sont aussi ceux qui disposent d’un Etat moderne, de finances publiques saines, d’une industrie puissante. Par railleurs, la France semble dépenser plus que la moyenne des pays de l’UE dans le système de santé. Faut-il vraiment accuser l’austérité ?

      Un peu de comptabilité nationale ne fait jamais de mal : la contribution des administrations publiques à la valeur ajoutée, et donc au PIB, est de l’ordre de 18,2% en France. Elle n’augmente quasiment pas depuis 1983. Les fameux 56,6% brandis trop souvent proviennent d’une erreur consistant à confondre la valeur ajoutée avec les dépenses de fonctionnement : les dépenses des ménages et des entreprises non financières représentent 150% du PIB mais cela n’inquiète personne, à juste titre, car tout le monde sait que ce ratio n’a pas de sens. Quant à nos dépenses publiques de santé, près des deux tiers alimentent la dépense privée : ce sont des revenus des professionnels de santé libéraux, des cliniques privées et des laboratoires pharmaceutiques.

      La Corée du sud, Taïwan et le Vietnam (dans une version non-démocratique) démontrent qu’un secteur public puissant étroitement articulé à un secteur industriel qui ne rêve pas de se délocaliser en Chine ou en Europe de l’Est sont les clefs du succès économique et sanitaire.

      Notre fiasco sanitaire me paraît d’abord dû à une culture comptable qui confond toujours la gestion de “bon père de famille” avec celle d’une Nation
      Alors quelles sont les raisons de notre fiasco sanitaire ?

      Notre fiasco sanitaire me paraît d’abord dû à une culture comptable qui confond toujours la gestion de “bon père de famille” avec celle d’une Nation : non, la macro-économie n’est pas de la micro-économie élargie car les dépenses des uns y font les revenus des autres (ce qui n’est pas vrai pour un ménage ou une entreprise). Et qui confond gestion intelligente avec réduction toujours et partout de la dépense publique à (très) court terme. Le stock (de masques), la réserve (d’enzymes) ne sont pas des immobilisations inutiles, de l’argent public dormant. Le budget de l’Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires (EPRUS) créé en 2007 a été, depuis lors, divisé par dix. Résultat : par delà les morts, nous allons prendre au moins dix points supplémentaires de ratio dette publique sur PIB (un autre ratio qui n’a pas de sens) et cela fera hélas la démonstration que, jugé à l’aune de ses propres critères, cet “esprit comptable” conduit à sa propre défaite face au réel : la nécessaire explosion de la dépense publique et la destruction partielle de notre appareil productif pour sauver des vies. Mais ce n’est pas aujourd’hui l’heure des comptes. L’urgence est à la solidarité nationale avec nos compatriotes qui meurent chez eux, dans nos hôpitaux ou nos Ehpads et avec tous ceux qui souffriront de séquelles à vie. Cela doit passer par la réquisition des cliniques privées (comme en Espagne), la production de ventilateurs pour sauver des vies (comme aux Etats-Unis), de masques et matériel de dépistage sans lesquels aucun déconfinement ordonné n’est possible. (...)

      Le plus urgent, à la sortie du confinement, sera de remettre au #travail le plus grand nombre de nos compatriotes : en pratiquant des tests de dépistage aléatoires groupés pour circonscrire les risques de reprise de la contagion, en généralisant le port du masque pour tous et partout, en renforçant de toute urgence notre système sanitaire. Encore faut-il que les salariés d’hier retrouvent un travail. Le chômage partiel permet de freiner l’hémorragie mais nous n’avons pas encore les chiffres de la débâcle en matière d’emplois. Par ailleurs, le COVID19 peut malheureusement devenir une épidémie saisonnière (comme la grippe) et le réchauffement climatique risque de multiplier les pandémies tropicales. Reconduire le « monde d’hier », fondé sur la thermo-industrie et des économies de court terme faites sur le dos des services publics serait irrationnel. Il faut donc profiter du déconfinement pour inaugurer le « monde de demain ».

      #esprit_comptable #déconfinement #réindustrialisation_verte #marché_intérieur

  • Dépister et fabriquer des masques, sinon le confinement n’aura servi à rien
    https://reporterre.net/Depister-et-fabriquer-des-masques-sinon-le-confinement-n-aura-servi-a-ri

    Pour sortir efficacement de la pandémie du Covid-19, le confinement seul ne suffira pas, explique l’auteur de cette tribune. Qui rappelle la priorité dans un contexte d’hôpital public martyrisé par des décennies de #politiques_néolibérales : permettre le dépistage et distribuer des #masques de protection.

    Ce dont nous sommes en train de faire l’expérience, au prix d’une souffrance inouïe pour des pans significatifs de la population, c’est que l’Occident vit au Moyen Âge, et pas seulement sanitaire. Comment sortir du Moyen Âge sanitaire très vite et entrer au XXIe siècle ? C’est cet apprentissage que les Occidentaux doivent faire, en quelques semaines. Voyons pourquoi et comment.

    Il faut commencer par le redire, au risque de choquer aujourd’hui, la #pandémie du #Covid-19 aurait dû rester ce qu’elle est : une pandémie un peu plus virale et létale que la grippe saisonnière, dont les effets sont bénins sur une vaste majorité de la population mais très graves sur une petite fraction. Au lieu de cela, le démantèlement du système de #santé européen et nord-américain commencé depuis plus de dix ans a transformé ce virus en catastrophe inédite de l’histoire de l’humanité qui menace l’entièreté de nos #systèmes_économiques.

    #Gaël_Giraud #dépistage #test #quarantaine #système_de_santé_public #service_public #capitalisme #État-providence #individualisme

  • Climat : « La priorité est de réduire le train de vie des plus riches, pas la natalité des plus pauvres »
    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/24/climat-la-priorite-est-de-reduire-le-train-de-vie-des-plus-riches-pas-la-nat

    la moitié des émissions de gaz à effet de serre liées à l’activité humaine n’est le fait que de 10 % de la population mondiale, les plus fortunés – en majorité situés au Nord, mais pas uniquement. Parmi ceux-ci, le centile le plus riche de la planète émet en moyenne 71 tonnes de CO2 et bénéficie d’un revenu annuel moyen de 135 000 dollars (en parité de pouvoir d’achat 2014). En revanche, les 50 % des humains les plus pauvres du globe n’émettent qu’un dixième des gaz responsables du réchauffement d’origine anthropique. Ceux-ci vivent tous avec un revenu annuel moyen inférieur à 8 000 dollars, pour des émissions inférieures à 6,5 tonnes de CO2 per capita.

    Où se situe la priorité ? Dans la réforme des habitudes de consommation des plus privilégiés d’entre nous, notamment des 70 millions les plus fortunés, ou dans le contrôle des naissances de 3,5 milliards de personnes qui continuent de vivre avec un revenu voisin du RSA (revenu de solidarité active) français ?

  • Excellente émission (@rezo) sur l’état actuel de la théorie économique, d’un point de vue théorique, pratique et sociale (un peu) :

    Steve Keen : "Les #économistes étaient très fiers avant la #crise"
    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/les-crises-en-theme-14-steve-keen-les-economistes-etaient-tres-fiers-a


    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10081-18.09.2017-ITEMA_21437551-0.mp3

    L’économiste australien Steve Keen, auteur du fameux livre L’imposture économique, dans lequel il critique la pensée #néo-classique dominante, vient nous présenter ses #théories, pourquoi il a su voir venir la crise de 2008 et comment on pourrait penser autrement l’économie.

    Le livre de #Steve_Keen a été traduit en français par un doctorant de #Gaël_Giraud en économie :

    Steve Keen et Gaël Giraud : « L’économie est semblable à l’astronomie d’avant Copernic »
    https://www.humanite.fr/steve-keen-et-gael-giraud-leconomie-est-semblable-lastronomie-davant-copern

    L’imposture économique - Steve Keen
    http://www.editionsatelier.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=bookshop-flypage.tpl&pr

    L’Imposture économique est la traduction du livre « coup de poing » de l’économiste australien Steve Keen paru sous le titre Debunking Economics. Cet ouvrage, « fondateur » pour l’économiste Gaël Giraud (qui a assuré la direction scientifique de la traduction et en signe la préface), démonte une à une les grandes pièces de l’édifice dogmatique : aucune des théories qui composent le « dur » de l’ #économie universitaire depuis la fin du xixe siècle ne résiste à l’analyse, depuis la micro-économie du consommateur jusqu’à la théorie néo-keynésienne de la déflation, en passant par l’efficience des marchés financiers et la théorie du capital. Et, sur les ruines de l’ #orthodoxie défaite, Steve Keen jette les bases solides d’une « autre économie », suggérant d’autres manières, beaucoup plus cohérentes et scientifiques, de penser l’économie.

    Le livre a suscité de nombreux débats lors de sa publication en anglais : il répond aux questions que chacun se pose sur la pertinence des arguments économiques exposés depuis la crise des subprimes, et invite à engager une réforme profonde de l’enseignement et de la recherche en économie dans le monde.

    En Suisse, le livre est publié en coédition avec les Editions d’En-Bas

    • A paraître dans un mois : « L’impérialisme du XXIème siècle ou le crépuscule du dieu capital » par Benoît Boussemart

      4ème de couverture :

      " En 1917, Lénine publiait « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme ». Il décrivait notamment l’importance qu’avaient pris les grands groupes dans l’économie mondiale, la puissance des banques et du capital financier, les luttes pour l’accès aux ressources de la planète, le rôle particulier des Etats ... Et il insistait sur les multiples contradictions qui subsistaient dans cette phase du capitalisme, contradictions qui prennent leur origine dans la nature du « capital », et qui ne cesseront qu’avec la fin du capitalisme, comme mode de domination des classes.

      Un siècle plus tard, il est indispensable de reprendre ce texte, ne serait-ce que pour démontrer les erreurs fondamentales d’économistes qui - comme Piketty (le capital au XXIème siècle) - oublient que le capital reste d’abord et avant tout un rapport social de domination ; et que tous les modes de régulation (qui ne représentent en fait qu’une parenthèse historique lors des 30 glorieuses) se heurtent inévitablement aux intérêts des groupes capitalistes, qui n’existent en exploitant leurs salariés que dans une logique de marché. Il suffit de regarder la « mise en concurrence des Etats » par ces groupes dans de multiples domaines (le moins disant salarial et social, la fiscalité « optimale », la socialisation des pertes liées aux crises redevenues périodiques avec le retour en force des lois du marché ...). Les Etats ne régulent plus (s’ils l’ont un jour fait), ils sont « aux ordres » ; et Macron en est la caricature française.

      Lénine insistait également - comme Marx - sur la contradiction entre les rapports sociaux de production et l’évolution des forces productives qu’ils mettent en oeuvre : c’est le principe du matérialisme historique. Ainsi, lorsqu’un mode de production entre en contradiction avec la socialisation croissante des forces productives qu’il contribue à modifier, il cède inévitablement la place à un autre mode de production. Cette socialisation - déjà significative à l’époque de Lénine - a été démultipliée depuis, avec la conquête de l’espace mondial par le rapport capitaliste, avec des moyens de production de plus en plus « socialisés », qui rendent les individus de plus en plus interdépendants, interconnectés ... Ainsi, à l’heure où ces forces productives pourraient libérer les individus de multiples travaux, le rapport capitaliste vise à en maîtriser l’usage, sous son seul pouvoir et pour son seul intérêt (avec les conséquences bien connues sur la course à l’efficacité, qui met au rebut de multiples catégories sociales non « rentables »). Quant à la « connectivité », elle devient une nouvelle religion, celle de l’individualisme forcené, nouvel opium du peuple.

      Tout ceci ne va pas sans amener une accentuation des contradictions inhérentes au capitalisme.

      Sur le plan factuel, nous les avons mises en évidence dans l’ouvrage, à partir d’un travail sur les plus grands groupes mondiaux (un paquet de 2 500 groupes pour les données boursières ; un paquet plus restreint de 850 groupes, analysés en détail. Nous avons également confronté ces nombreuses données financières (fonds propres, résultats, chiffre d’affaires ...) à l’économie « réelle », qu’il s’agisse des flux de marchandises, de production ou financiers.

      Et les données ainsi recueillies montrent que plus que jamais, la loi de la baisse tendancielle du taux de profit se vérifie. Et comme Marx l’a démontré, une telle baisse mène inévitablement à des crises, de plus en plus importantes. Les contradictions nous mènent droit dans le mur ... Nous le savons, nous le démontrons .... Nous sommes au crépuscule du dieu capital."

      http://richessem.eklablog.com/a-paraitre-limperialisme-du-xxieme-siecle-ou-le-crepuscule-du-di

  • Gaël Giraud, économiste : « On est dans un avion, la planète Terre, qui a une chance sur dix de s’écraser »
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20/l-invite-de-8h20-22-septembre-2016

    #collapsologie #gael_giraud

    L’accord de Paris est un immense succès diplomatique, et en même temps, il est largement insuffisant … Si tout le monde tient sa promesse, on a une chance sur dix d’avoir une température moyenne de 6° de plus à la fin du siècle. Sans trop d’emphase, on peut dire là que la survie de l’humanité est en jeu

    http://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/15273-22.09.2016-ITEMA_21084110-5.mp3