• Paris : les agents de la RATP bientôt armés comme les policiers - Le Point
    http://www.lepoint.fr/societe/paris-les-agents-de-la-ratp-bientot-armes-comme-les-policiers-31-08-2018-224


    Bizarrement, plus il y a d’#armes en circulation, moins je me sens en #sécurité. Ça sent la #bavure, tout ça.

    Pour pouvoir utiliser ces pistolets semi-automatiques, les membres du GPSR doivent obtenir un port d’arme, délivré par la préfecture de police et renouvelable tous les cinq ans. « Chaque agent subit une enquête de moralité avant l’octroi d’une nouvelle arme », explique le directeur sûreté, précisant qu’ils doivent également suivre une formation obligatoire avec deux séances de tirs par an : « On leur impose de tirer au moins 90 cartouches par session de tirs, alors que le décret n’en impose que 50. » Aucun de ces agents RATP n’a eu à utiliser son pistolet depuis 2016. Alors pourquoi ce renouvellement ? « Il faut que les agents puissent réagir s’ils tombent sur des gens armés. Ces armes (...) ont été commandées pour ça », conclut Stéphane Gouaud.

  • [Terrorisme d’Etat] : cette nuit, 168 perquisitions administratives et 104 assignations à résidence
    http://cettesemaine.info/breves/spip.php?article1297

    Attentats : 23 interpellations, 104 assignations à résidence, 168 perquisitions Libération — 16 novembre 2015 à 10:05 Des opérations anti-terroristes ont été menées cette nuit dans 19 départements en France après les attentats de Paris et Saint-Denis. Elles ont conduit à des interpellations et à la saisie (...) — Propagande policière

    • Toujours dans le cadre de l’#état_d’urgence en vigueur depuis vendredi soir, le ministre a déjà prononcé au cours des dernières 48 heures « 104 assignations à résidence » à l’encontre « d’individus qui font l’objet d’une attention particulière de nos services », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse.

      Cette opération antiterroriste concernait des dossiers « pas encore judiciarisés », à mi-chemin entre délinquance de droit commun et radicalisme, a-t-on précisé de même source. Elle n’avait pas de lien direct avec l’enquête sur les attentats de Paris.

      Vers un durcissement de la loi sur la sûreté ferroviaire

      Pas encore discutée, la proposition de #loi_sur_la_sûreté_ferroviaire, qui prévoit notamment un renforcement des pouvoirs de la #police_ferroviaire, va faire l’objet de plusieurs aménagements. Contacté hier, son rapporteur, le député de la Gironde Gilles Savary (PS), souhaite, compte tenu des attentats de vendredi soir, accentuer les mesures de sûreté contenues dans son texte déposé au début du mois d’octobre et qui doit être débattu à partir du 25 novembre.

      Plus de contrôles des personnels des entreprises de #transport. « Je vais essayer d’introduire le motif d’exclusion, c’est-à-dire la possibilité pour une entreprise de sortir un salarié d’un poste ou même de la société, parce qu’il aurait un comportement dangereux, annonce le député. Ce peut être pour des liens avec des personnes soupçonnées de terrorisme ou même un salarié qui aurait un comportement suicidaire. Cela permettrait, par exemple, d’éviter des drames comme le crash de l’avion de la Germanwings. »

      Homogénéiser le pouvoir des agents de sûreté. Gilles Savary le reconnaît, le texte actuel est essentiellement construit pour renforcer les pouvoirs des agents de la #Suge (Surveillance générale) de la SNCF et ceux du #GPSR (Groupe de protection et de sécurisation des réseaux) de la RATP. Bref, pour la région parisienne. Ces nouveaux pouvoirs permettront notamment de #fouiller_les_sacs_des_voyageurs. « Je souhaiterais qu’ils soient étendus aux agents des transports de province », explique le député. Mais de là à armer ces agents, comme ceux de la compagnie ferroviaire et du métro parisien, le parlementaire préfère rester évasif.

      Faciliter les #relevés_d’identité par les contrôleurs. « Aujourd’hui, le contrôleur ne peut vérifier l’identité d’un contrevenant que s’il ne paye pas l’amende sur place, note Gilles Savary. Je souhaiterais qu’il puisse le faire même quand il paye. Cela permettrait de constituer une base de données. »