• Pour échapper aux braconniers, les éléphants marchent la nuit et se cachent le jour

    http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/09/14/pour-echapper-aux-braconniers-les-elephants-marchent-la-nuit-et-se-cachent-l

    Une étude menée au Kenya révèle que les pachydermes, animaux normalement diurnes, adaptent leur comportement en fonction de la menace humaine.

    Les éléphants d’Afrique, animaux diurnes, ont appris à se déplacer et à se nourrir la nuit pour mieux se cacher le jour et échapper ainsi à l’attention des braconniers dans les zones où ceux-ci sévissent particulièrement, révèle une étude menée par l’organisation de protection des animaux Save The Elephants et l’Université de Twente (Pays-Bas).

    Normalement, les éléphants se reposent la nuit et sont plus actifs le jour. Mais les chercheurs ont constaté que « les éléphants bougeaient plus la nuit que le jour lorsque le niveau de braconnage était élevé », comme en 2010-2012, souligne l’étude. Cette attitude était encore plus marquée chez les femelles que chez les mâles. Entourées d’éléphanteaux, elles sont souvent plus prudentes, expliquent les chercheurs.

    « Pour les éléphanteaux, le risque d’être attrapés par des lions ou des hyènes la nuit pourrait être plus grand », indique à l’AFP Festus Ihwagi. « Et pour les éléphants adultes, cela implique une altération de leur vie sociale » et peut avoir un impact sur leur activité sexuelle, ajoute-t-il.

  • « Tu prendras bien soin de ta mère » - Crêpe Georgette
    http://www.crepegeorgette.com/2016/06/09/prendre-soin-mere

    Arrive le héros qui a alors cette phrase sublime, face à un gosse de 5 ans en pleurs « tu prendras bien soin de ta mère ». Le gamin a 5 ans, il est d’évidence incapable de ne gérer ne serait ce qu’un paquet de farine (et c’est normal, rappelez-vous il a 5 ans) mais on lui demande de s’occuper de sa mère, qui rappelons-le a fait preuve d’un grand sang-froid face à une situation plus que tendue. Je pourrais multiplier les exemples. Peu importe que le gamin ait 5 ans ou 12, peu importe qu’il soit en larmes ou pas, surgit toujours cette phrase qui nous dit clairement qu’un môme de sexe masculin sera toujours plus apte qu’une femme adulte.
    Vous allez me rétorquer que c’est pour donner confiance à l’enfant et autres fadaises que les gens trouvent toujours pour excuser les situations sexistes. L’argument fonctionnerait si l’on disait aussi à une fillette de 5 ans de prendre soin de son père, ce qu’on n’a jamais vu nulle part. J’imagine encore mieux un héros se pencher à hauteur d’une petite fille de 5 ans qui a perdu sa mère et lui susurrer « c’est maintenant toi le chef de famille ». Si par hasard l’enfant mâle a une sœur, même si elle est plus âgée, le même schéma se reproduit, l’enfant se voit confier la responsabilité de ces péronnelles inconscientes.

    #sexisme #domination

    • Ca me rappel des souvenirs. Quant mes parents on divorcé, mon petit frère qui avait 6 ans c’est installé en bout de table à la place de notre père et à déclaré être désormais le chef de famille. Ma mère l’a envoyé s’asseoir à sa place habituel mais n’a pas pris la place « du chef » et cette place est resté vide jusqu’à ce qu’elle se remarie.

      Il y a donc, comme toujours, une double injonction et une double humiliation portant sur les femmes.
      D’une part elles sont censées savoir s’occuper des enfants et ce à tous instants, aucun moment de répit ne leur est accordé. La pression est de toutes façons si forte qu’elles se surveillent entre elles, en s’imposant au fil des années des règles qui changent en fonction des saisons. Rien que de plus normal que de chercher à donner de la valeur à des capacités que la société dédaigne à reconnaitre mais, malheureusement comme souvent, cela passe par le dénigrement des autres mères.
      De l’autre, on leur rappelle sans cesse, en particulier si elles ont un fils, qu’elles ne vaudront jamais autant que lui, qu’elles seront toujours suspectées d’être aptes à faire n’importe quoi.

      #injonction_paradoxale #double_contraire #chefferie

  • Odile
    http://www.ousopo.org/Odile.html

    « Il ne s’est rien passé. Pas de loup. Quand je me suis retournée elle n’était plus là. Ma mère a disparu. Il y avait toujours le vieux piano dans le hall de l’entrée. Sur le plafond de ma chambre, il n’y avait plus que les traces des phares des voitures. » Chronique d’une disparition. Durée : 39 min. Source : Ousopo

    • Ah le yogi qui donne une chance aux carottes et se nourrie de leur présence m’a beaucoup plu (1:20). Il est trop mignon ce monsieur et les crudivores ont l’air gentils, mais ils manque quant même beaucoup de femmes dans leur « club ».
      Je vais tester la methode de l’instinctotérapeute, ca à l’air amusant.
      Merci à toi @marcimat

  • De même, la #théorie marxiste de l’#histoire, et toute théorie générale et simple du même type, est nécessairement amenée à postuler que les #motivations fondamentales des hommes sont et ont toujours été les mêmes dans toutes les #sociétés. Les « forces », productives ou autres, ne peuvent agir dans l’histoire qu’à travers les actions des hommes et dire que les mêmes forces jouent partout le rôle déterminant signifie qu’elles correspondent à des mobiles constants partout et toujours. Ainsi la théorie qui fait du « développement des forces productives » le moteur de l’histoire présuppose implicitement un type invariable de motivation fondamentale des hommes, en gros la motivation économique : de tout temps, les sociétés humaines auraient visé (consciemment ou inconsciemment, peu importe) d’abord et avant tout l’accroissement de leur production et de leur consommation. Mais cette idée n’est pas simplement fausse matériellement ; elle oublie que les types de motivation (et les valeurs correspondantes qui polarisent et orientent la vie des hommes) sont des créations sociales, que chaque culture institue des valeurs qui lui sont propres et dresse les #individus en fonction d’elles. Ces dressages sont pratiquement tout-puissants car il n’y a pas de « nature humaine » qui pourrait leur offrir une résistance, car, autrement dit, l’homme ne naît pas en portant en lui le #sens défini de sa vie. Le maximum de consommation, de puissance ou de sainteté ne sont pas des objectifs innés à l’enfant, c’est la culture dans laquelle il grandira qui lui apprendra qu’il en a « #besoin ». Et il est inadmissible de mêler à l’examen de l’histoire le « besoin » biologique ou l’ « #instinct » de conservation. Le « besoin » biologique ou l’ « instinct » de conservation est le présupposé abstrait et universel de toute société humaine, et de toute espèce vivante en général, et il ne peut rien dire sur aucune en particulier. Il est absurde de vouloir fonder sur la permanence d’un « instinct » de conservation, par définition partout le même, l’histoire, par définition toujours différente, comme il serait absurde de vouloir expliquer par la constance de la libido l’infinie variété de types d’organisation familiale, de névroses ou de perversions sexuelles que l’on rencontre dans les sociétés humaines. Lorsque donc une théorie postule que le développement des forces productives a été déterminant partout, elle ne veut pas dire que les hommes ont toujours eu besoin de se nourrir (auquel cas ils seraient restés des singes). Elle veut dire au contraire que les hommes sont allés toujours au-delà des « besoins » biologiques, qu’ils se sont formé des « besoins » ont été, partout et toujours et de façon prédominante, des besoins économiques. Et en cela, elle ne parle pas de l’histoire en général, elle ne parle que de l’histoire du capitalisme. Dire, en effet, que les hommes ont toujours cherché le développement le plus grand possible des forces productives, et qu’ils n’ont rencontré comme obstacle que l’état de la technique ; ou que les sociétés ont toujours été « objectivement » dominées par cette tendance, et agencées en fonction d’elle, c’est extrapoler abusivement à l’ensemble de l’histoire les motivations et les valeurs, le mouvement et l’agencement de la société actuelle – plus exactement, de la moitié capitaliste de la société actuelle. L’idée que le sens de la #vie consisterait dans l’accumulation et la conservation des richesses serait de la folie pour les Indiens Kwakiutl, qui amassent des richesses pour pourvoir les détruire, l’idée de rechercher le pouvoir et le commandement serrait de la folie pour les Indiens Zuni, chez qui, pour faire de quelqu’un un chef de la tribu, il faut le battre jusqu’à ce qu’il accepte. Des « marxistes » myopes ricanent lorsqu’on cite ces exemples qu’ils considèrent comme des curiosités ethnologiques. Mais s’il y a une curiosité ethnologique dans l’affaire, ce sont précisément ces « révolutionnaires » qui ont érigé la mentalité capitaliste en contenu éternel d’une nature humaine partout la même et qui, tout en bavardant interminablement sur la question coloniale et le problème des pays arriérés, oublient dans leurs raisonnements les deux tiers de la population du globe. Car un des obstacles majeurs qu’a rencontré et que rencontre toujours la pénétration du #capitalisme c’est l’absence des motivations économiques et de la mentalité de type capitaliste chez les peuples des pays arriérés. Le cas est classique, et toujours actuel, des Africains qui, ouvriers pour un temps, quittent le travail dès qu’ils ont réuni la somme qu’ils avaient en vue, et partent à leur village reprendre ce qui est à leurs yeux la seule vie normale. Lorsqu’il a réussi à constituer chez ces peuples une classe d’ouvriers salariés, le capitalisme n’a pas seulement dû, comme #Marx le montrait déjà, les réduire à la misère en détruisant systématiquement les bases matérielles de leur existence indépendante. Il a dû en même temps détruire impitoyablement les #valeurs et les #significations de leur culture et de leur vie – c’est-à-dire en faire effectivement cet ensemble d’un appareil digestif affamé et de muscles prêts à un travail privé de sens, qui est l’image capitaliste de l’homme.

    Cornelius Castoriadis, L’institution imaginaire de la société