• WeWork sauvé par Softbank, au prix de son p.-d.g. Luc Olinga - Agence France-Presse à New York - 23 Octobre 2019 - Le devoir
    https://www.ledevoir.com/economie/565364/wework-sauve-par-softbank-au-prix-de-son-p-d-g

    La chute est violente pour WeWork : célébré il y a encore peu comme une des étoiles de l’économie du partage, le géant des espaces de travail partagés a dû se résoudre mardi à accepter l’offre de sauvetage de son actionnaire, au prix du départ définitif de son emblématique p.-d.g..


    Le conseil d’administration de The We company, maison mère de WeWork, a accepté à contrecoeur une offre du groupe japonais SoftBank, prévoyant 5 milliards de dollars d’investissements supplémentaires en échange du contrôle de la société, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier. SoftBank, qui détient actuellement 29 % du capital, en prendra le contrôle avec une participation d’environ 80 %, a précisé cette source.

    Le plan de sauvetage de SoftBank, propriété du milliardaire nippon Masayoshi Son, implique le départ définitif de l’ancien p.-d.g. Adam Neumann, dont les frasques ont fini par lasser les milieux d’affaires et étaient devenues un repoussoir pour de potentiels investisseurs. L’extravagant patron ne conservera plus qu’une petite participation au capital et abandonnera sa casquette de président du conseil d’administration, a-t-on précisé. Pour autant, il ne part pas les mains vides : une partie des 5 milliards, soit 1,7 milliard, lui sera reversée.

    Cette prise de contrôle par le groupe japonais est destinée à enrayer la chute spectaculaire de WeWork, dont la valorisation a fondu de près de 39 milliards de dollars en l’espace de quelques semaines. Sans cet apport financier, WeWork, relégué dans la catégorie des investissements spéculatifs par les agences de notation, se serait retrouvé à court de liquidités d’ici la fin novembre, estiment les analystes financiers.

    WeWork, qui n’a pas souhaité faire de commentaires, devrait officialiser ces changements à l’issue d’un conseil d’administration mardi au cours duquel l’entreprise devait décider entre deux offres de sauvetage, dont l’une émanant de la banque JPMorgan Chase.

    Le sauvetage de WeWork illustre la déchéance d’une entreprise qui a vu trop vite les choses en grand, confortée par des investisseurs prêts à passer beaucoup de choses aux « stars » de la nouvelle économie. Mais, comme avec Uber et Lyft, les interrogations se sont multipliées ces derniers mois sur la capacité de WeWork à être rentable et à faire face au ralentissement économique mondial, l’immobilier étant souvent l’un des premiers secteurs touchés.

    WeWork, dont les bureaux ultramodernes sont souvent situés au coeur des mégalopoles comme Londres ou encore New York, a ainsi été contraint de renoncer en septembre à ce qui devait être l’une des introductions en Bourse les plus attendues de l’année. L’entrée à Wall Street aurait pu lui permettre de lever au moins 3 milliards et de bénéficier en plus d’une ligne de crédit de 6 milliards auprès de grandes banques.

    En y renonçant, la société doit également sabrer les dépenses, notamment celles, luxueuses, de M. Neumann. Réputé pour dépenser beaucoup d’argent afin d’alimenter sa rapide expansion, le groupe a encore accusé en 2018 une perte de 2 milliards pour un chiffre d’affaires de 1,82 milliard.

    WeWork devrait en outre lancer une grande restructuration comprenant la vente d’actifs non stratégiques et des suppressions d’emplois, selon des sources proches du dossier. Au fil des ans, et des intérêts de son ancien patron, le groupe avait notamment investi dans l’activité de colocation avec WeLive, dans l’éducation avec WeGrow, et dans le réseau social Meetup.

    Adam Neumann a réinventé le concept de bureaux partagés et a donné à WeWork une image d’entreprise à la fine pointe et hipster qui lui a valu un succès fulgurant en seulement quelques années. Mais son style de gestion, ses méthodes comptables controversées et d’apparents conflits d’intérêts ont entamé l’enthousiasme des investisseurs.

    WeWork gère aujourd’hui plus de 500 sites répartis dans une trentaine de pays, et emploie 12 500 salariés.

    #WeWork #espaces de #travail partagés #bureaux #startup #colocation #éducation #réseau_social #WeLive #WeGrow #Meetup.

  • #MDR : Voler une tesla avec un bout de câble electrique
    http://www.lessentiel.lu/fr/news/insolites/story/leur-technique-folle-pour-voler-une-tesla-garee-28866660

    Deux voleurs ont utilisé une étonnante technique pour voler une voiture électrique garée devant un pavillon au Royaume-Uni. Ils ont été filmés.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=13&v=hj3ZRv9cMBw

    . . . .
    il n’aura fallu qu’une trentaine de secondes, pour que deux voleurs s’emparent de sa voiture, garée devant son domicile, dans la nuit de mardi à mercredi.

    L’homme a pu revoir toute la scène grâce aux images de surveillance capturées par sa sonnette connectée Ring. Elles montrent un homme s’approcher de la porte d’entrée de l’habitation et sortir de son sac une sorte de long câble électrique servant de système relais. Sans toucher le véhicule, la Model S se déverrouille après quelques secondes permettant à un complice de repartir au volant de la voiture valant plus de 90 000 pounds (99 000 euros) .
    En pratique, les malfrats ont étendu le signal de la clef électronique de la voiture en misant sur le fait que la victime l’avait laissée près de la porte d’entrée.
    . . . . .

    #tesla #piege_à_cons #elon_musk #baudruche #Actualités_High-Tech #High_Tech #voiture_électrique #vol

  • #MDR La nouvelle basket connectée de Nike connaît des ratés Jean-Baptiste Bernardeau - 22/02/2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/conso/2019/02/22/20010-20190222ARTFIG00182-la-nouvelle-chaussure-connectee-de-nike-connait-d

    Disponible sur le marché depuis une semaine, les nouvelles baskets connectées de Nike semblent déjà en difficultés. Baptisées « Adapt BB », ses chaussures du futur font face à une série de dysfonctionnements, au grand dam des consommateurs.

    S’affranchir de l’obligation de faire et défaire ses lacets : c’est la promesse que Nike fait auprès de ses clients en présentant ses toutes nouvelles baskets autolaçantes. Équipées d’un petit moteur dans leurs semelles, les chaussures peuvent être pilotées à distance via une application mobile. L’utilisateur est notamment amené, pour optimiser son confort, à régler le resserrement de ses baskets selon le type d’activité sportive pratiqué.

    Mais la technologie livre parfois quelques surprises. Après quelques jours de commercialisation, des commentaires sur les plateformes App Store et Google Play signalent déjà des problèmes techniques. En cause, des difficultés de connexions entre l’application et les chaussures pour les utilisateurs Android et iOS. C’est une semaine difficile qui s’achève pour l’entreprise américaine. Il y a deux jours, la semelle du basketeur phénoméne Zion Williamson s’est littéralement décomposée lors d’une chute du joueur. Scandale retentissant aux États-Unis, Nike a accusé une perte de près d’un milliard de dollars sur les marchés financiers.

    « Impossible de connecter ma chaussure gauche »
    À la lecture des commentaires sur les nouvelles baskets autolaçantes, les situations ubuesques dans lesquelles se trouvent les utilisateurs des « Adapt BB » prêtent à sourire : « l’application dit qu’elle est connectée avec une autre paire de chaussures » ; « Chaussure gauche associée mais problème avec la chaussure droite » peut-on lire sur le web.

    D’autres déplorent la non-compatibilité de l’application avec certains téléphones : “ J’ai passé 1h30 à essayer d’associer chaussures et appli (…) après un tour sur le support Nike, je me rends compte que mon téléphone n’est pas compatible  » écrit un internaute.

    Sans tarder, le groupe Nike a réagi : « Nous constatons des problèmes de connectivité isolés liés à la configuration de la Nike Adapt BB et nous travaillons activement à la résoudre », a déclaré la société américaine dans un communiqué avant d’ajouter « Si un consommateur en fait l’expérience, nous les encourageons à contacter le service clientèle de Nike. » Le service client a récemment indiqué avoir résolu les dysfonctionnements qui lui ont été présentés. Nike précise par ailleurs aux utilisateurs, que les lacets peuvent se serrer manuellement en utilisant les commandes latérales situées directement sur les chaussures . Néanmoins, la marque se serait bien passé de ce démarrage compliqué.

    Présenté comme une révolution technologique, ce nouveau prototype de chaussure est en enjeu majeur pour l’équipementier. Utilisant des microprocesseurs à haute valeur technologique, les « Adapt BB » sont autant une rupture technologique qu’un pari financier. Le lourd investissement consenti par Nike se ressent dans sa politique tarifaire : compter pas moins de 300 euros pour acquérir la chaussure du futur.

    Afin de rassurer ses clients, le groupe américain promet une mise à jour intégrale de son logiciel , avec une meilleure connectivité et davantage de fonctionnalités. Les utilisateurs pourront notamment sauvegarder leurs paramètres favoris . Il s’agit pour l’équipementier de garder le leadership de la chaussure connectée, dans un marché ou son concurrent Puma vient d’annoncer la sortie imminente de baskets similaires.

    #nike #ratage #échec #loupage « Just blew it » #business #internet_des_objets #objets_connectées #objets_inutiles

  • #MDR : Washington taxe le marché des placards de cuisine importés de Chine AFP - 8 Aout 2019 - Le Figaro
    http://www.lefigaro.fr/flash-eco/washington-taxe-l-important-marche-des-placards-de-cuisine-importes-de-chin
    Le département américain du Commerce a annoncé jeudi l’imposition de droits compensateurs sur des milliards de dollars d’importations de placards de cuisine et d’armoires de salles de bains fabriqués en Chine.

    Le ministère américain, qui agit à la suite d’une plainte de l’organisation professionnelle des Fabricants américains d’armoires de cuisine (American Cabinet Kitchen Alliance), estime que ces meubles de bois fabriqués en Chine sont exportés à prix bradés vers les Etats-Unis et qu’ils bénéficient de subventions.

    . . . . . .

    #Humour #Economie #Guerre_commerciale #dérisoire #collapsologie #effondrement #catastrophe #fin_du_monde

  • Panne temporaire des terminaux fixes de paiement par carte dans tous les magasins Ikea 3 Aout 2019 - RTBF

    Aux environs de 13h15, l’ensemble des magasins de la chaîne de meubles « Ikea », présents dans le monde, ont connu une panne de leurs terminaux de paiement par carte. A 15h tout était rentré dans l’ordre.
    . . . .
    Ikea ne connaît pour l’instant pas l’origine de cette panne interne. « Les responsables mettent tout en œuvre pour trouver la cause du problème, » renseigne-t-on auprès de l’enseigne.

    Source : https://www.rtbf.be/info/societe/detail_les-terminaux-de-paiement-de-chez-ikea-victimes-de-dysfonctionnements-ce

    #ikéa #mdr #monde #multinationale

  • Les clés pour un barbecue plus éco-responsable cet été La rédaction - 25 Juillet 2019 - Le figaro madame
    http://madame.lefigaro.fr/cuisine/les-cles-pour-un-barbecue-plus-eco-responsable-cet-ete-250719-165820

    À la belle saison, les Français réalisent en moyenne 17 barbecues par an (1). Une goutte d’eau dans l’océan, en termes de pollution atmosphérique ? Peut-être, mais leur accumulation à la belle saison, couplée aux fortes chaleurs, participe aux pics de pollution. En région Auvergne-Rhône-Alpes, par exemple, un arrêté signé par le préfet en mai 2017, prévoyait un plan gradué de mesures de limitation ou d’interdiction des activités industrielles, agricoles, résidentielles et dans le secteur des transports. Parmi les mesures qui concernent le secteur résidentiel, le texte prévoyait l’interdiction des barbecues à combustible solide (bois, charbon, charbon de bois) durant un épisode de pollution. Alors, quels sont les choix et gestes éco-responsables pour profiter, sans culpabiliser, de bonnes grillades cet été ?

    Si l’on pense écologie au moment d’investir, il faut regarder du côté des barbecues au gaz. Moins cher à l’achat et plus répandu, le barbecue au charbon de bois émet un cocktail de substances polluantes pour l’air (particules fines, dioxyde de carbone, monoxyde de carbone, oxydes d’azote, composés organiques volatils, HAP, etc.), pouvant occasionner des effets néfastes sur notre santé. Le barbecue électrique, lui, se révèle particulièrement énergivore. La version au gaz est sans conteste la plus propre. En effet, il utilise du propane, un gaz moins polluant, émettant moins de CO2. Un barbecue au gaz émet 500 fois mois de particules fine (PM10) et 100.000 fois mois de benzo[a]pyrène, un hydrocarbure cancérogène, qu’un barbecue au charbon de bois (2). Des chiffres qui donnent à réfléchir.

    Du charbon, oui mais lequel ?
    Si votre barbecue au charbon a encore de belles années devant lui, il est possible, pour cuire ses grillades de façon plus responsable, de s’orienter vers un combustible de meilleure qualité. La France importe beaucoup de charbon de bois, les deux tiers de sa consommation. Or, sur les 120.000 tonnes importées chaque année, 43% des emballages seulement mentionnent la provenance du combustible, d’après une étude récente de l’ONG Earthworm Foundation, qui a analysé 30 références de charbon de bois. Certains pays exportateurs, comme le Nigeria, contribuent à la déforestation, parfois de zones protégées, le tout dans des conditions de travail discutables. Alors on fuit les sacs de charbon sans origine affichée et on privilégie le charbon français - le « qualité restaurant ». En plus de laisser peu de cendres et de se consumer plus lentement, ce qui engendre moins de matières volatiles, il est moins nocif pour la santé. Autre intérêt, ce charbon aura parcouru moins de kilomètres pour arriver dans notre barbecue.

    Les plus audacieux s’essayeront aux charbons écologiques, fabriqués à base de coco, de rafle de maïs, de bois de vigne ou de bois dur, 100% chêne. Bien sûr, là encore, on fait attention à l’origine. Car tout écolo qu’il est, ce charbon, s’il a parcouru 7.000 kilomètres pour arriver dans notre garage, aura une lourde empreinte carbone.

    Dans le monde des barbecues écologiques, les allume-feux liquides sont bannis. Non seulement ils sont dangereux - ils présentent des risques de retours de flamme et sont, à ce titre, déconseillés par la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC) - mais ils peuvent en plus être toxiques. Alcool à brûler ou hydrolysat de pétrole dégagent des gaz hydrocarbures de combustion toxiques qui polluent l’air et les aliments cuits sur le barbecue. Il en va de même pour les gels et autres cubes allume-feu qui libèrent des substances peu recommandables. On s’oriente donc vers des allume-feux fabriqués à partir de bois recyclé, transformés en sciure puis imprégnées de cire ou d’huile végétale. C’est inodore et non toxique. Les amateurs de petit bois pourront quant à eux rester fidèle à leur habitude, si et seulement si le bois est sec, c’est-à-dire qu’il a séché au moins deux ans avant d’être utilisé. Pour faire un barbecue éco-responsable, il n’y a pas de fumée sans feu, il faut se donner un peu de mal.

    (1) D’après une étude réalisée en 2016, par l’institut de sondage Idealo.

    (2) L’intégralité de l’article "Barbecue, qualité de l’air et santé" https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/actualite/barbecue-qualite-de-lair-et-sante sur le site de l’ATMO Auvergne-Rhône-Alpes, observatoire agréé par le ministère de la Transition écologique et solidaire, pour la surveillance et l’information sur la qualité de l’air.

    #fouttage_de_gueule #capitalisme_vert #publicité #médias #presse #mdr

  • Les trés trés trés riches se plaignent de la loi de l’offre et de la demande. #MDR
    A Davos (GR), la hausse des prix menace le site du Forum économique ats/ani - 6 Juin 2019 - RTS
    https://www.rts.ch/info/economie/10557327-a-davos-gr-la-hausse-des-prix-menace-le-site-du-forum-economique-.html

    *

    Selon le fondateur du Forum économique mondial (WEF) Klaus Schwab, l’explosion des prix à Davos pourrait devenir un problème si elle se poursuit. Il n’exclut pas un départ de la station grisonne, et donc de la Suisse. *

    Les participants du WEF seraient heureux de payer pour une bonne performance, a déclaré Klaus Schwab dans une interview accordée au quotidien alémanique Südostschweiz et publiée samedi. Cependant, ils réagiraient de manière très sensible s’ils avaient le sentiment d’être exploités.

    « Si une hausse des prix devait se poursuivre, il se pourrait que nous soyons exposés à une pression telle de la part de nos participants que nous devions abandonner le site de Davos malgré notre bonne volonté », a-t-il déclaré. « Mais je dois aussi dire que nous parlons de cas isolés et que nous sommes heureux que les hôteliers, les loueurs d’appartements et les restaurateurs soient conscients de la responsabilité collective », a-t-il encore dit.

    Capacité d’accueil trop faible
    Selon lui, Davos n’est pas une simple collaboration, mais un véritable partenariat à ne pas briser. Après cinquante ans, le WEF ne veut pas dissoudre une communauté qui a fait ses preuves et a grandi ensemble. « Au contraire nous ne voulons pas seulement la maintenir, mais la développer davantage. Il faut pour cela que les conditions nécessaires soient réunies », a ajouté le fondateur du WEF.

    Le Forum économique a récemment indiqué aux autorités de Davos que, pour accueillir les participants, il faudrait au moins 2800 chambres d’hôtel à des prix raisonnables. Il est également souhaité qu’il y ait suffisamment d’appartements pour héberger les collaborateurs.

    « Si ces conditions ne sont pas remplies, nous devrons chercher un autre endroit, le #coeur_lourd ». Cela signifierait qu’il faudrait quitter la Suisse, car il n’y existe aucune alternative en termes d’infrastructure pour les conférences.

    à #davos l’#obscénité doit être considéré comme un #Art , tout comme le #fouttage_de_gueule #prix #inflation #économie #wef #multinationales #en_vedette #international #riches #capitalisme #exploitation #hébergement #hôtel

  • Quatre armoires relais d’opérateurs de téléphonie sabotées à Villeneveuve d’Ascq (59650). perturbations pour 15000 usagers, auchan France, l’hôpital privé de Villeneuve mardi 11 juin 2019 - Attaque noblogs

    Des individus, ont pris pour cible plusieurs postes-relais d’opérateurs de téléphonie dans la nuit de lundi à mardi. Quatre armoires ont été vandalisées, dont deux pour l’opérateur SFR qui déplore des perturbations pouvant affecter environ 15 000 clients.

    



    Un acte de vandalisme [joli, qu’on espère pourra servir de suggestion à d’autres ; NdAtt.] prive depuis le milieu de la nuit plus de 15 000 abonnés de leurs connexions internet et d’une partie des services mobiles. La plupart des personnes touchées sont basées à Villeneuve-d’Ascq et dans les communes alentour, puisque les actes de vandalisme ont été commis rue de la Recherche et dans la zone de la Cimaise, ce mardi peu après minuit. L’opérateur SFR a été le plus impacté, avec deux groupages de câbles de transports sectionnés, mais des dégâts ont également été constatés sur le réseau Bouygues et sur un poste d’Orange.

    « Nos équipes ont été envoyées sur place dès 3 heures du matin pour trouver les pannes et réparer ce qui peut l’être », explique Salvatore Tuttolomondo, directeur régional de SFR. Une opération qui peut être longue, car il faut d’abord identifier les postes concernés par les actes de vandalisme avant de réparer, une à une, les fibres optiques sectionnées. « Il peut y avoir plus de 280 fibres à ressouder une à une sur un seul câble », souligne le directeur de SFR, très agacé par ces actes qui provoquent d’importantes perturbations (l’hôpital privé de Villeneuve-d’Ascq est notamment touché en partie par ces coupures).
    Sur place, les équipes s’attachent à remettre aussi vite que possible le réseau en fonction, mais les techniciens préviennent : « Il faudra au moins attendre mardi soir pour retrouver un réseau fonctionnel… sous réserve d’autres dégâts ».

    Comme le fait justement remarquer André de Radio Campus, au 200 rue de la recherche à Villeneuve d’Ascq sied le siège d’Auchan France . Bien que cette honnête société doit disposer de lignes sécurisées, il y a du avoir des impacts, comme ils disent.

    Source : https://attaque.noblogs.org/post/2019/06/13/villeneuve-dascq-nord-quelques-cables-coupes-et-voila-15000-clients
     #téléphone #auchan #opérateurs #mobile #télécoms télécommunication #sabotage #enquête #mulliez

  • Vous prenez la Tesla, vous la plongez dans l’eau entre 3 jours et une semaine ! #MDR

    Une voiture électrique Tesla prend feu alors qu’elle était en train de charger à Anvers - Belga - 2 Juin 2019
    https://www.rtbf.be/info/economie/detail_une-voiture-electrique-tesla-prend-feu-a-anvers-alors-qu-elle-etait-en-t

    Une voiture électrique de la marque Tesla est partie en fumée dans la nuit de samedi à dimanche alors qu’elle était reliée à une station de recharge à Anvers. Celle-ci a d’ailleurs également pris feu, ont indiqué les pompiers.


    Illustration Turbo.fr

    Un problème technique au véhicule pourrait expliquer cet incendie, qu’ont pu rapidement circonscrire les pompiers. Pour éviter que la voiture ne reprenne feu, elle a été immergée dans un conteneur rempli d’eau. « Il faut beaucoup de temps pour refroidir correctement la batterie d’une telle voiture électrique. L’expérience de nos corps de pompiers et d’autres nous apprend qu’immerger complètement le véhicule dans l’eau est le moyen le plus efficace », expliquent les hommes du feu anversois.

    La procédure en vigueur prévoit que la voiture reste durant 24 heures dans le conteneur rempli d’eau. Le véhicule en sera ensuite sorti et les pompiers utiliseront une caméra thermique pour voir si la batterie est complètement refroidie. Si ce n’est pas le cas, il retournera dans l’eau. _ « Lors de précédents incendies, il a parfois fallu entre trois jours et une semaine pour que la batterie soit complètement refroidie  », _ a-t-on jouté de même source.

    #tesla #piege_à_cons #elon_musk #baudruche #batteries #électricité #Actualités_High-Tech #High_Tech #voiture_électrique #incendie

  • #MDR : Des stations du métro parisien remplies de détritus, la RATP s’explique Le figaro - 28 Mai 2019

    Plusieurs voyageurs ont exprimé leur dégoût sur les réseaux sociaux.

    Ce matin, certains usagers du métro parisien ont dû voyager parmi de nombreux détritus déversés dans les couloirs des stations de la ligne 6. Sur les réseaux sociaux, plusieurs voyageurs ont exprimé leur dégoût, en publiant des photos. La RATP s’explique.

    « Un conflit social »
    Sur Twitter, la RATP s’explique : « Des détritus ont été déversés dans certaines de nos stations par des salariés d’un prestataire de nettoyage, en raison d’un conflit social avec leur employeur ", peut-on lire.

    « Nos agents sont mobilisés pour rétablir la situation dans les meilleurs délais. Merci pour votre compréhension », conclut la RATP sur son compte Twitter de la ligne 6.

    #Conflit_Social #Grève #déchets

  • Duplex, l’assistant intelligent de Google, cache encore des humains bien réels Kesso Diallo - 23 Mai 2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/duplex-l-assistant-intelligent-de-google-cache-encore-des-humains-bien-reel

    Une intelligence artificielle peut cacher des humains. L’année dernière, Google a présenté son assistant intelligent Duplex lors de sa conférence pour les développeurs. Capable de prendre les rendez-vous à la place de son utilisateur, il avait impressionné, et un peu inquiété, les observateurs avec sa voix « si humaine ». Mais si celle-ci ressemble autant à celle d’un humain, c’est parce qu’il s’agit parfois d’une véritable personne. Un article du New York Times révèle en effet que des employés travaillant dans des centres d’appels peuvent effectuer ces réservations. Google a déclaré au journal américain qu’environ 25% des appels de Duplex sont passés par des humains. De plus, environ 15% de ceux lancés par l’assistant intelligent sont pris en charge par une vraie personne à un moment donné.

    L’entreprise a expliqué qu’il était parfois nécessaire qu’un humain soit impliqué dans la conversation, notamment lorsqu’elle n’est pas certaine que le restaurant prenne les réservations ou que l’utilisateur du service n’est pas un spammeur (personne qui passe des appels indésirables en grande quantité).
    . . . . .

    #duplex #réseaux_neuronaux #Google #robotique #Assistant #domotique #intelligence_artificielle #algorithme #robotisation #robots #innovation en nougat #MDR

  • Reconnaissance faciale à Londres : 96 % d’erreurs | lepetitjournal.com
    https://lepetitjournal.com/londres/reconnaissance-faciale-londres-96-derreurs-257475

    À Londres, le logiciel de reconnaissance faciale utilisé par la police montre ses limites. D’après des tests menés dans la capitale entre 2016 et 2018, il s’est avéré que dans 96 % des cas le logiciel a abouti à des faux positifs.

    Cela signifie que lorsque le système croit reconnaître et détecter une personne recherchée par la police, plus de neuf fois sur dix c’est une erreur. À ce jour, les procès qui ont découlé de ces méprises ont coûté plus de £222 000 à Londres et font l’objet d’une contestation judiciaire accompagnée d’une enquête distincte de la part du Commissaire à l’information.

    #surveillance #biométrie #industrie_de_l'armement

  • #Adobe menace ses clients

    reçu ce jour :

    Cher client,
    Adobe s’efforce d’offrir toujours plus d’avantages à ses clients, notamment en déployant les nouvelles fonctionnalités les plus attendues, des correctifs majeurs et des mises à niveau de sécurité. Pour cette raison, nous recommandons à l’ensemble de nos clients d’utiliser la dernière version des applications Creative Cloud.
    Nous avons récemment mis fin au support d’anciennes versions des applications Creative Cloud. Par conséquent, en vertu des dispositions du contrat qui nous lie mutuellement, vous n’êtes plus autorisé à utiliser ces versions. Compte tenu des préférences que vous avez définies, nous ne sommes pas en mesure de voir si vous utilisez l’une de ces versions.
    *Sachez qu’en utilisant des versions non autorisées, vous vous exposez à une plainte pour contrefaçon de droits de tiers.*
    Nous vous invitons à passer à la dernière version de ces applications en suivant les instructions fournies ci-dessous. En procédant à cette mise à jour, vous continuerez de bénéficier de tous les avantages de Creative Cloud.

    #sans_déconner

    • Une étudiante dans une école d’arts graphiques de ma connaissance s’est vue obligée, à tarif préférentiel mais quand même faut raquer, de prendre toute la suite Adobe.
      Pas question de leur apprendre à être autonomes avec leurs outils, genre Gimp, sous prétexte que c’est une école professionnalisante. Entendez par là que si le monde pro utilise Phshp alors faut savoir se servir de ça et de rien d’autres.
      Ça me fait penser à une location avantageuse de moissonneuse qui fabrique des bottes géantes qui t’obligent à acheter un grand hangar pour pailler tes vaches mais … à la reprendre les années suivantes, mais plus cher hein, quand même.

      #libertés

    • @touti pour avoir largement pratiqué les deux (et devoir quotidiennement travailler sur un logiciel graphique depuis mon premier amiga, aaah, mon Deluxe paint !), il n’y a pas que des différences de marché qui imposent PsP contre Gimp. Faut pas trop déconner non plus.
      Qu’on oblige qui que ce soit à raquer pour ça est un autre problème, scandaleux sans aucun doute, oui (et se taper toute la suite Adobe franchement dégueulasse si on ne veut qu’un logiciel graphique, c’est de la subordination de vente et c’est interdit par le code français du commerce, aux alentours de l’article L113 si ma mémoire est bonne mais y’a forcément des juristes plus pointus que moi ici !), mais faire croire qu’on peut indifféremment faire un travail complet sur l’un ou l’autre logiciel est une blague. Si tu dis ça à ton amie étudiante, tu lui vends des tas d’obstacles au travail pour une promesse de bonheur et c’est nul.

    • C’est marrant @l_l_de_mars parce que GIMP je m’en sers professionnellement et j’ouvre même des psd dedans (oulala). Certes, le passage a été long, mais je me fais pas chier à payer un truc qui fait l’équivalent de ce que je veux, c’est pas la technique qui commande, c’est mon cerveau. Et du travail graphique j’en ai fait sur PC en lançant les programmes depuis MSDOS et sur Silicon Graphics nanana Donc dire que je déconne ou que je mens est pure calomnie !

      Ce que je dénonce c’est la politique d’#hégémonie d’Adobe ou d’autres qui sont de le même veine. Forcer des débutants à commencer sur un logiciel c’est s’accaparer leurs cerveaux en leur faisant croire qu’ils ne peuvent faire qu’avec ce truc et pas un autre.
      #guerre_culturelle

    • Pareil que @touti : graphisme pro 100% Linux depuis 14 ans.

      Oui, il faut désapprendre les logiciels propriétaires, mais en fait, depuis 14 ans que je suis sous Linux, je me démerde avec des tas de logiciels différents et je n’ai plus de soucis d’adaptation. En gros, c’est toujours plus ou moins la même chose et même en pro, on utilise quoi d’un logiciel, au final ? 15-20% des possibilités, en usage intensif.

      Non, le souci, c’est le confort de l’habitude.

    • je vais me faire adorer sur Seenthis et chez tous mes proches libristes....
      Bon.
      @touti @monolecte si vous en êtes persuadés, libre à vous. J’ai aucune raison d’essayer de vous convaincre d’un truc qui n’engage que vos pratiques, vos exigences, vos objectifs et l’adaptation à vos usages des performances et des limite d’un outil. Le telos, pour moi, ce n’est pas le bien , mais la rigoureuse capacité d’un outil à se faire oublier devant mes exigences. Et l’intelligence qui en a guidé l’organisation, la prise en main, la fluidité des solutions proposées, et son aptitude à proposer plusieurs voies pour le même problème.

      c’est pas la technique qui commande, c’est mon cerveau

      est une déclaration qui rencontre assez vite ses limites

      Comme on ne peut pas passer dix heures ici à comparer ce que nous foutons réellement, matériellement (on parle de processus de travail, d’efficacité, d’intelligence ergologique bien plus que de performances éventuelle des productions comme caractères elles-mêmes) comme objets plastiques dans différents domaines de l’image fixe et animés et les moyens que nous offrent les différents logiciels pour y parvenir sans se confronter matériellement aux problèmes posés dans tous les détails, que dire ? Pas grand chose d’autre que : si ça vous convient, parfait.
      Ce qu’il faudrait faire un jour, si on veut causer sérieusement des problèmes de ce genre - que je rencontre régulièrement dans ma sphère politique ou l’éthique aveugle les autres champs trop régulièrement -, point par point, problème par problème, dans une chaine graphique, c’est de tester, en double, avec un objectif complet et complexe, les deux logiciels.
      Je n’ai pu le faire que seul en testant les deux bidules (ce qui implique l’abandon d’une précision nécessaire de mesure du TEMPS, notion essentielle dans un chaîne de travail), dans toutes sortes de version (je couple psp avec le Painter de Corel pour certains détails). Je me suis beaucoup fatigué à ce jeu et j’ai laissé tomber Gimp au bout de ? Je sais plus. Bref, j’ai laissé tomber. Et je n’en conseille jamais l’usage à qui que ce soit. Tant pis.
      Rapidement, je dirais que PSp a l’air d’avoir été pensé par des usagers (graphistes, plasticiens) et gimp par des concepteurs de logiciel qui voulaient faire un outil concurrentiel libre sans en avoir eux mêmes besoin. Les différentes versions, pas à pas, pallient des problèmes qui n’auraient jamais vus le jour sans un manque criant de nécessité de ce logiciel par ses concepteurs même. A chaque fois que j’ai vu Gimp avancer dans son histoire, c’est en intégrant des outils de psp plus tard, et plus ou moins bien.
      Je n’ai aucun problème d’adaptation, aucune sorte d’habitude, quand je rencontre un logiciel mieux conçu qu’un autre, je change sans vergogne (j’ai passé ma vie à changer de logiciel de montage video, sautant de l’un à l’autre au gré des versions quand ça avait du sens. Je fais la même chose musicalement, qu’il s’agisse de logiciels de compos, de montage sonore, de modulaires ou de sculpture sonore. Je suis infidèle absolument).

      Que Adobe soit hégémonique de façon brutale, oui, c’est un fait, c’est au-delà de déplaisant, je me suis même beaucoup) agacé de les voir racheter des outils de macromedia en n’en faisant rien d’intéressant ou de se lancer dans la PAO sans aucune forme d’imagination logicielle ; et la version cloud, cette conception même de l’outillage et des usages, me dégoûte absolument ; en termes de subordination totale de l’usager à une mainmise technique unilatérale, on peu difficilement faire mieux que cette location.
      Ceci ne me rend pas aveugle aux faiblesses de Gimp.
      Donc, qu’ai je fait ? rien que pour psp, un dual boot pour le linux des camarades que je forme pour l’affiche ou d’autres trucs, c’est la solution que nous avons choisie.

    • L’occasion d’avouer que moi non plus que je n’ai jamais réussi à travailler avec Gimp. Même impression, comme L.L., d’être face à un logiciel développé par des codeurs, pas par des usagers graphistes.

      Depuis une grosse année, en revanche, j’ai totalement basculé sur Affinity Photo et Affinity Designer. Pour le coup, c’est la première fois que j’arrive à abandonner Photoshop et Illustrator. Alors certes je ne suis plus le gros utilisateur que j’étais avec ces logiciels quand je faisais du print, mais tout de même j’ai mes habitudes et des besoins précis, et c’est la première fois que je m’en sors complètement dans Photoshop et Illustrator.

      Alors c’est pas du libre. Mais le modèle économique est largement plus raisonnable qu’Adobe, vu que c’est 55€ une bonne fois pour toute pour chaque logiciel, c’est quand même pas cher vu la qualité des bouzins.

      Accessoirement les deux existent aussi sur iPad (attention : c’est un nouvel achat de 22€ pour les versions iOS), ça peut être intéressant pour profiter de la qualité d’un écran haute définition, et éventuellement pour l’usage du crayon.

      Par ailleurs je teste la bêta de leur « Affinity Publisher », qui concurrencera InDesign. Pour l’instant c’est très prometteur ; pas encore utilisable en production (notamment : pas encore d’images ancrées), mais je suis assez confiant dans le fait que pour moi ça fera l’affaire (surtout que je ne fais plus de livres de 256 pages pour mon boulot…).

      Ah si, le gros manque : ça ne gère pas les textes en arabe. (Mais essaie de faire de l’arabe avec les versions usuelles de Photoshop et Illustrator, tu vas rigoler.)

    • Dans tous les cas, je n’ai jamais considéré ni Psp ni Gimp comme des logiciels répondant à mes exigences de facilité et de convivialité d’interfaces. Ça c’est un peu amélioré quand les codeurs ont arrêté de croire qu’ils étaient de supers créateurs et lâchés un peu de leur superbe pour développer avec celleux pour qui étaient destinés les applications.
      En sortant des Beaux-arts, j’ai passé beaucoup d’années à tester des interfaces pour que les codeurs les modifient, au début avec la DP422, Harry puis Matador puis chez Duboi … J’ai pratiqué différents logiciels visuels pour des effets spéciaux cinéma mais pas que, j’ai dû me reformer une vingtaine de fois, voire plus. Je suis passée des effets vidéos/télé/cinéma au … web, par nécessité mentale et politique. J’en ai eu ras le bol du turnover de l’ultra libéralisme et des productions de merde qui méprisent l’humain. Nous sommes devenus des presses boutons interchangeables (surtout avec un plafond de béton pour les femmes) qui font toujours la même chose mais avec des interfaces différentes. A part sur les effets spéciaux en image mouvement 3D de matières comme la foule etc, je ne vois pas où se situe le progrès. La technique a mis au pas les jeunes dingues d’informatique sans aucune réflexion sur ce qu’ils produisaient. On a fini par fabriquer des images au mètre en mettant dehors les vieux qui savaient ce qu’était le montage d’un film, une marchandisation complète, avant de mettre les jeunes dehors pour en prendre des moins chers. Donc j’ai beaucoup de raisons pour m’être éloigné du processus industriel de la « création », ça ne m’intéresse plus.

      Cependant, je trouve que les outils graphiques peinent à intégrer des trucs du web qui sont intuitifs et assez géniaux comme la css ou la gestion global des couleurs. (A moins que Psp le fasse aujourd’hui ?) Et l’inverse est aussi valable, on attend des variables css faciles à utiliser pour les courbes ou le mouvement par exemple.

      @l_l_de_mars Le libre n’est pas donné à tous c’est une question d’habitude, et l’habitude est liée à ce qu’on met dans sa notion de liberté. Si ta notion du confort passe avant tes idées éthiques et politiques, libre à toi d’utiliser Psp, mais arrête de t’exprimer de façon méprisante pour toutes celleux qui ne font pas comme toi.

    • @touti @

      Si ta notion du confort passe avant tes idées éthiques

      travailler avec les bons outils = confort ?
      on n’a pas du tout la même conception du travail :
      si mes camarades fabriquaient des meuleuses de merde avec leurs petits doigts communistes d’amour, j’irais quand même meuler avec ce que j’estime être le meilleur outil en me le procurant dans un magasin (j’ai le même rapport politique que @philippe_de_jonckheere à l’appropriation, le prix de la meuleuse n’est donc pas un critère).

      Le libre est donné à tous depuis un bon moment, j’ai familiarisé sans peine ma vieille maman (75 ans) avec Ubuntu parce qu’elle voulait voir ce que c’était « le libre » (parce qu’elle m’entend parler du copyleft depuis 20 ans). C’est donc pas le problème.
      Essayé aussi Scribus pour monter une plaquette en urgence avec des camarades pour une manif. J’ai envoyé tout chier à la fin de la journée par ce que le temps començait à manquer, pour tout refaire illico et correctement avec Xpress (ça aurait pu être indesign, ça n’a pas d’importance, ils ont tous les deux de gros défauts) en disant au camarade qui voulait absolument faire ça en libre au début qu’il pouvait bien le faire tout seul si vraiment il voulait s’acharner : à chaque question que je lui posais pour avancer, il me disait : je sais pas si on peut faire ça.
      Je veux bien admettre qu’il était pas le meilleur maquettiste du monde, mais j’ai jamais eu besoin de cinq heures pour prendre en main un logiciel de texte. Si celui-ci avait été conçu par des maquettistes, des typographes, conscients des besoins et des usages, ça aurait surement été différent.

      et politiques, libre à toi d’utiliser Psp, mais arrête de t’exprimer de façon méprisante pour toutes celleux qui ne font pas comme toi.

      désolé pour mon ton. Je te méprise pas. Quand je dis à quelqu’un « fais ce que tu veux », je veux dire « fais ce que tu veux ». Pas d’implicite là-dedans. J’ai peut-être pas les rondeurs qu’il faut à l’écrit, mais c’est bien pire à l’oral.

      « il en a décidé ainsi »
      Sénèque
      (moment désabusé et assez drôle chez lui où il établit la limite au champ d’action bienveillantes des uns envers les autres)

      ni plus, ni moins

    • Je travaille sur la suite Adobe 5.5 et je fais de la résistance pour ne pas passer au cloud (et malgré l’insistance d’un client qui préfèrerait). Cela me contraint à ne pas aller au-delà de la version 10.12 de mac sinon ça merdouille (d’après ce que j’ai lu à propos de la compatibilité adobe/mac). @arno je me suis bien emmerdé avec illustrator pour insérer un texte arabe sur une carte. Et sinon j’attends avec impatience que le logiciel de mise en page d’Affinity soit au point pour passer à Affinity.

    • Sinon, sur les raisons du courrier d’Adobe, l’explication qui circule (non confirmée officiellement donc), c’est qu’ils ont un procès avec Dolby, qui les poursuit pour une histoire de propriété intellectuelle et de violation de contrat :
      https://www.macrumors.com/2019/05/13/adobe-creative-cloud-legal-action-older-apps

      In a statement to AppleInsider, Adobe said that it could not comment on the third-party infringement issue because it “concerns ongoing litigation.”

      Adobe recently discontinued certain older versions of Creative Cloud applications. Customers using those versions have been notified that they are no longer licensed to use them and were provided guidance on how to upgrade to the latest authorized versions.

      Unfortunately, customers who continue to use or deploy older, unauthorized versions of Creative Cloud may face potential claims of infringement by third parties. We cannot comment on claims of third-party infringement, as it concerns ongoing litigation.

      Adobe is in the midst of a lawsuit with Dolby and has accused Adobe of copyright infringement and breach of contract, which could be the reason why past versions of Creative Cloud apps are now restricted.

    • Pour le coup, autant je suis carrément dans le camp des voleurs de logiciels propriétaires, autant je sais que Scribus (que j’ai pratiqué moi même avec douleur) a été utilisé par les créateurs du Tigre pendant toute son existence ce qui laisse penser qu’on peut faire de belles choses avec…

    • @baroug c’est beau l’abnégation
      je suis très admiratif
      je sais aussi qu’en passant dix fois plus de temps sur tout, je suis capable d’obtenir avec Gimp ce que j’obtiens avec psp (j’ai déjà du faire des planches avec des pinceaux hypo merdiques, en prenant un temps fou, dans des conditions où je pouvais pas faire autrement. J’ai pas décidé pour autant que j’allais renoncer à vie aux poils de martre Isabey à partir de là).
      tu me croiras si tu veux : j’ai trouvé aucune raison de faire un truc aussi fou de ma vie et de mon temps !
      le point sur lequel, franchement, j’achoppais depuis le début, c’est moins une guerre de position personnelle que le rapport à l’enseignement, aux conseils, etc. Conseiller des outils moyens en prétendant qu’ils en valent des bons, c’est vraiment nul. Je peux tout-à fait imaginer que des étudiants, des stagiaires, des potes qui commencent un travail, me demandent s’il existe des outils libres pour tel ou tel truc. Je leur parlerai de Gimp, mais je leur ferai pas croire qu’ils auront entre les mains un outil aussi intelligemment conçu et efficace que psp, parce que c’est simplement faux. Un de mes chers amis libristes, dont le principal travail une grande partie de vie (il fait autre chose depuis 4 ans, peut-être que des trucs ont bougé) aura été de former les gens sur des outils videos libres ne leur prétend jamais qu’ils ont l’équivalent du dernier Première ou Final cut. Il commençait toujours par évoquer la balance éthique / performance sans barguigner.

    • Creative Cloud : Adobe intime à ses clients de ne plus utiliser d’anciennes versions de leurs apps | MacGeneration
      https://www.macg.co/logiciels/2019/05/creative-cloud-adobe-intime-ses-clients-de-ne-plus-utiliser-danciennes-versions

      Adobe ne précise pas qui est le « tiers » qui est susceptible de prendre des recours à l’encontre de ces abonnés. Il s’agit peut-être de Dolby, qui a intenté un procès à Adobe aux États-Unis en mars pour « violation de copyright et rupture de contrat ».
      Dolby reproche à l’éditeur de ne pas lui permettre de vérifier le nombre de personnes utilisant les applications du Creative Cloud incluant des technologies Dolby. Or, le montant des licences payé par Adobe à Dolby est calculé en fonction de ce nombre d’utilisateurs.

      Une autre interprétation,…

      Adobe Creative Cloud is turning into a big legal mess - SlashGear
      https://www.slashgear.com/adobe-creative-cloud-is-turning-into-a-big-legal-mess-13576505

      In short, Dolby is suing Adobe and Adobe is now warning users they might be sued by someone like Dolby in turn. It’s plausible but almost unlikely that the most recent version of Adobe CC software no longer includes Dolby-licensed technologies. It is more likely to be using vague legal threats to “convince” users to move up the subscription ladder and pay for the guarantee not to be sued by unnamed third-parties.

    • j’ai trouvé aucune raison de faire un truc aussi fou de ma vie et de mon temps !

      Je pense que dans le cas de Laetitia Bianchi et Raphaël Metz, 15 ans d’utilisation quotidienne en a fait des expert qui auraient probablement du mal à aller à la même vitesse sous indesign ou autre. Aucun doute que Gimp est moins bien foutu que Photoshop, et que c’est valable pour beaucoup de couples proprio-libres, mais il est encore plus certain que l’habitude et l’usage sont premiers, dans l’appréhension d’un logiciel.

    • Conseiller des outils moyens en prétendant qu’ils en valent des bons, c’est vraiment nul. Je peux tout-à fait imaginer que des étudiants, des stagiaires, des potes qui commencent un travail, me demandent s’il existe des outils libres pour tel ou tel truc. Je leur parlerai de Gimp, mais je leur ferai pas croire qu’ils auront entre les mains un outil aussi intelligemment conçu et efficace que psp, parce que c’est simplement faux.

      Comme je suis vraiment nulle, je ne vois pas bien l’intérêt de discuter avec quelqu’un adepte des procès d’intention et du mépris.
      Avec une optique centrée sur un usage purement technique quand je parle d’autonomie et d’outils libres, on risque pas d’aller loin.

      Et ça me fait bien rire que grâce à ta grande magnanimité tu parles de Gimp à un·e quelconque débutant·e. Je doute qu’ille ait encore envie d’essayer Gimp après une telle présentation. Tu as gagné le premier prix de vendeur de moissonneuse batteuse à grandes bottes @l_l_de_mars !

    • @baroug tu sais avec quoi ils composaient « R de réel » ?
      @touti l’un n’est pas censé empêcher l’autre. Si la construction, la création, la culture ou l’élevage éthiquement pensé étaient accompagnés d’un médiocrité générale du résultat, quel serait le sens de tout ça ? Il se trouve que la plupart des réalisations collectives dont je suis entouré sons supérieures à leur équivalent industriel, marchand. Et que je ne doute pas que c’est la meilleure des motivations pour arrêter de s’encombrer de saloperies.
      Ce n’est pas le cas pour ce logiciel. s’arque bouter à des réalisations médiocres sous le prétexte qu’elles sont faites selon l’éthique (à définir), c’est quoi le sens ? Je vois pas.

      Quand une chorale amateur, sous le prétexte même de son amateurisme, n’a pas l’ambition de se placer à la hauteur des exigences des chorales dites professionnelles (à définir) , tu crois que je vais aller me faire chier deux heures à l’écouter ? Sachant que je dois des grands bouleversements à des chœurs baroques amateurs, je n’ai aucune espèce d’indulgence ou de sympathie pour celles qui , médiocres, se réfugient derrière leur bon cœur, leur bonne volonté, pour massacrer ce qu’ils chantent.
      Je suis fatigué des dessins merdiques qu’on doit trouver cool sur un affiche parce qu’elle est faite bénévolement par un pote qui l’a mis sous copyleft ; j’en ai ras la couenne des repas végans insipides et sinistres des cantines camarades qu’on doit trouver chouettes parce que l’équipe de bénévoles du jour les ont préparés selon les belles règles éthiques sans jamais se soucier de ce truc qu’on appelle la cuisine. Faire libre n’interdit pas de faire bien.
      C’est un procès d’intention, ça ? c’est tout ce que tu as trouvé pour te débarrasser du problème posé par l’angle mort d’une grande quantité de nos productions si éthiques qu’elles oublient d’être autre chose ?

    • Oui c’est un procès d’intention dès lors que tu inventes un discours que je n’ai jamais tenu.

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien. Dès lors qu’il y’a du libre, c’est ridicule et c’est un effet de mode d’ignorants prétentieux ? Oulala, c’est facile de taper sur les 0,1% de personnes qui en ont entendu parlé un jour, s’y sont intéressés et ont décidé d’essayer de s’y investir parce que le système marchand les révulse. Bon, certes ils n’ont pas fait non plus d’école de graphisme, ni étudiés la sémiologie, ni lu Deleuze et ont pas le fric non plus pour se payer psp, alors ils bidouillent des trucs pas toujours avec bonheur pour toi qui sait.

      Il y a bien autant de merdes faites avec psp qu’avec Gimp, rassure toi. Le monde regorge de personnes qui ont de la merde dans les yeux et pensent qu’en achetant Psp ils vont devenir graphistes, le numérique c’est magique, mais non. J’ai justement un gars qui vient de péter le travail d’un graphiste en recentrant tout, aahh la symétrie du débutant quel horreur, et en ajoutant un fond gris atroce, c’est nul à chier, mais il est très fier de lui. Dans ces cas là, je suis très circonspecte sur mon jugement et je cherche à comprendre ce qui motive un tel manque de discernement. Et là, c’est clairement pas une question d’outil, c’est culturel, un manque flagrant d’éducation à l’image et une culture de la toute puissance de l’égo qui prime sur tout. Ouvrir les yeux et savoir utiliser des mots pour apprendre, ne serait-ce qu’à distinguer formes couleurs et signifiants c’est pas du tout vers quoi notre société de paillettes se dirige.
      Justement, dans cette école de graphisme dont je parlais, ils sont même pas foutu d’avoir une bibliothèque de références. Résultat : des horreurs scolairement bien faites qui sont accrochés aux expos de l’école et qui me dépriment totalement, quel ennui. Rien à voir avec une histoire de logiciel, juste un regard étroit noyé de pubs.

      Bref, noyer le poisson du libre au milieu des alternatifs c’est facile, comme de taper sur ceux qui font autrement, je me demandais même quand les vegans allaient y avoir droit eux aussi. Et hop, voila, on est arrivé au #point_vegan.
      Prendre le risque de tenter de nouvelles recettes c’est très courageux même si c’est raté, c’est comme ça que je considère les capacités d’invention, au moins au départ, dans le chaos, le raté, l’essai.
      Mais comme je suis fière d’avoir régalé des potes qui détestaient le tofu, j’estime que peu importe la casserole pourvu qu’on ait le sens du goût !

    • @touti

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien.

       ?????

      Lis moins vite, ce sera pas plus mal.

      Bref, noyer le poisson du libre au milieu des alternatifs c’est facile, comme de taper sur ceux qui font autrement, je me demandais même quand les vegans allaient y avoir droit eux aussi. Et hop, voila, on est arrivé au #point_vegan.

      essaie de ne pas imaginer les gens qui te parlent :
      j’étais hier à la cantine de la mg pour le enième repas végan, suivant une rencontre avec Pierre Madelin. Repas plus soucieux de son éthique que du reste. Je n’en peux plus de bouffer de cette façon (et je me refuse, comme je le disais très clairement en égrenant les conséquences d’un tel mode de pensée, à vivre de cette façon).

      Je parle de ce que j’affronte tous les jours dans ma vie politique depuis des années. Fin de la conversation pour moi. Je suis pas ton homme de paille. Le mépris vient effectivement de commencer. Salut.

    • @baroug tu sais avec quoi ils composaient « R de réel » ?

      Je ne suis pas sur quils étaient deja sur scribus à l’epoque, le logiciel n’etait pas encore au point et eux peut-être pas encore dans cette demarche la ; il me semble qu’ils en parlent quelque part mais je serais bien incapable de dire ou...

    • @baroug je suis même sûr du contraire ; Scribus, si j’en crois la fiche wpedia est créé en 2003. « R de Réel », c’est 2000/2004. J’ai jamais causé de ça avec eux, et je les ai perdus de vue depuis quelques temps. Je me demande sur quoi ils composaient. Je vais fouiner dans la bibliothèque, c’est peut-être écrit dans les numéros.

    • Juste quelques remarques :
      La dernière fois que tu as essayé d’utiliser Gimp pendant plus de 5 minutes, c’était quand ?
      C’est quoi au juste pour toi, un Pro (avé la majuscule) ?
      Penses-tu que les mêmes gus, sympa par ailleurs, qui font des trucs faiblards avec Gimp feraient mieux avec PS ?
      Je suppose que tu apprécies les livres, tutos, stages et autres moyens de formation professionnelle où on t’explique que pour éclaircir une image, il faut appuyer sur Contrl M (Pomme M pour les Vrais Pros), puis cliquer sur l’icône ☉ en bas à droite ? (mais Adobe travaille sur l’intelligence artificielle, ne t’inquiète !)

    • Oui c’est un procès d’intention dès lors que tu inventes un discours que je n’ai jamais tenu.

      Donc maintenant pour toi le libre interdirait de faire bien.

      Il ne me semble pas avoir lu ça (donc procès d’intention juste après avoir critiqué un procès d’intention ?).

      Il a été dit que le libre/éthique/mon-bord-politique n’est pas garant de faire bien, mais à aucun moment ça ne dit que ça peut jamais être bien. Il ne me semble pas que ce soit la même chose.

      De fait, la description de Gimp loin plus haut n’est pas une supposition, quand on a suivi un peu l’histoire de Gimp c’est très exactement ça : ça n’a jamais été conçu en étant piloté par les vrais utilisateurs finaux, mais pas deux développeurs. Et effectivement aussi la plupart des mises à jour ont été de corriger des problèmes justement dû parce que pas conçu par les utilisateurs ou pour ajouter des copies de fonctions de PSP longtemps (très longtemps, des années) plus tard.

      Après c’est totalement normal hein : Gimp c’est genre… UNE personne qui le maintient ou presque (et oui : c’est ça souvent le logiciel libre, même chez les gros trucs connus). Et en face c’est des centaines de gens avec des milliards de dollars. On peut pas faire des miracles non plus… et en fait c’est même un miracle tout ce que ça sait déjà bien faire avec si peu de moyens réels.

      Sur les logiciels (libres) que je produis moi, je râle quand l’ergonomie est pourrie, et qu’on n’a pas le temps/les moyens de l’améliorer, alors c’est logique que j’ai le même regard sur les problèmes ergonomiques pour les autres logiciels. Le fait de comprendre les raisons n’empêchent pas que factuellement ya toujours ces soucis ergonomiques.

      Donc suivant la quantité de choses qu’on a à faire dessus, bah c’est comme réparer un vélo avec des outils en plastique quoi : c’est vite relou. :D

      J’en connais qui persiste hein (wink wink). Mais je comprends qu’on cherche (sans forcément vouloir rester sur Adobe !) à utiliser un truc plus agréable au quotidien, Affinity ou autre.

    • @innomine1 je comprends pas la langue que tu parles, désolé. Je suppose que c’est l’ironie, mais je pratique pas assez souvent pour la conversation courante
      @rastapopoulos

      Sur les logiciels (libres) que je produis moi, je râle quand l’ergonomie est pourrie, et qu’on n’a pas le temps/les moyens de l’améliorer, alors c’est logique que j’ai le même regard sur les problèmes ergonomiques pour les autres logiciels. Le fait de comprendre les raisons n’empêchent pas que factuellement ya toujours ces soucis ergonomiques.

      si tu bosses sur des logiciels sons, images, pao, je peux bétatester si tu veux. Et si t’as besoin de peaufiner des interfaces graphiques, je peux donner un coup de main de temps en temps.

    • ah d’accord @arno & @simplicissimus [edited] — merci pour l’info c’est encore plus intéressant : Adobe a (putativement) volé un brevet à Dolby et l’a vendu (cher) à ses clients — et comme ça leur retombe sur le coin du nez, il explique que oui mais non, c’est les utilisateurs en fait qui sont coupables : tous des receleurs de propriété intellectuelle volée ! Si on appliquait la jurisprudence TPB il faudrait faire fermer Adobe.

    • Ca fait 3 fois que je rédige un truc. Et que je passe à autre chose parce que je sais que ça ne sert pas à grand’chose.

      J’ai arrêté de me poser la question de la qualité de PS le jour où j’ai cessé de vouloir à tout prix l’installer. Depuis, j’installe Gimp, parce que ça prend 3 minutes, et j’utilise Gimp, parce que finalement, quand je retombe sur PS, je me demande comment il faut faire ceci ou cela, comme ça me le faisait à l’époque où je ne savais pas utiliser Gimp. Ca a déjà été dit, mais un outil complexe, quoi qu’on en dise, ça reste toujours complexe, et voir des trésors d’ergonomie dans le fait de l’avoir comprise n’est pas forcément la bonne explication.

      Après, impossible de nier qu’un artisan maîtrisant ses outils, ça ne sert à rien de tenter de le convaincre d’en changer par l’argument qu’il finance le diable en utilisant ces outils particulier. La morale vs le gagne-pain, c’est pas forcément très efficient comme arbitrage. On le comprend bien. On peut le comprendre. Vraiment. Enfin je le comprends.

      N’empêche que personnellement, ça me va bien de ne pas leur filer un centime, à ces parasites. Ils nous ont fait de super outils à une époque, on est d’accord. Mais ils vivent désormais sur une méga-rente, quoi qu’on en dise, et je suis très keynésien (ce qui est très très très raisonnable, relativement à d’autres économistes), c’est à dire que de mon point de vue, si l’argent qui rentre n’est pas redistribué, c’est de la rente, et comme tout le monde le sait... « il faut euthanasier les rentiers », comme le disait, donc, Keynes.

  • Une technologie française de reconnaissance faciale échoue à reconnaître le moindre visage parmi 900 000 véhicules qui passent chaque jour à New York Thomas Giraudet - 10 Avr 2019 - business insider
    https://www.businessinsider.fr/une-technologie-francaise-de-reconnaissance-faciale-echoue-a-reconna

    Ce devait être un test fiable pour identifier les contrevenants à New York grâce à la reconnaissance faciale. Mais un an après, c’est un échec français. La technologie de l’entreprise Idemia, née du rapprochement de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, n’a pas été en mesure de reconnaître le moindre visage parmi les 900 000 véhicules qui passent chaque jour le pont Robert F. Kennedy, qui relie Manhattan au Queen’s et au Bronx, révèle le Wall Street Journal. https://www.wsj.com/articles/mtas-initial-foray-into-facial-recognition-at-high-speed-is-a-bust-11554642000


    Embouteillages à New York. Flickr/Clemens v. Vogelsang

    Le quotidien de la finance cite un mail de l’entreprise chargée des transports publics new yorkais — Metropolitan Transportation Authority (MTA) — qui indique « qu’aucun visage n’a été identifié dans des paramètres acceptables ». Interrogé par le Wall Street Journal, un porte-parole de la MTA précise que l’expérimentation annoncée à l’été 2018 se poursuivra malgré tout. Idemia, qui aurait vendu le logiciel 25 000 dollars, n’a pas répondu aux questions du journal. A ce stade, aucune explication claire sur les raisons de cette faille n’a été formulée.

    Etats et entreprises commencent à s’emparer de la reconnaissance faciale, même si cela soulève de nombreuses oppositions sur la protection de la vie privée. Si Apple propose cette technologie pour déverrouiller son iPhone ou Aéroports de Paris pour éviter les files d’attente, le Japon compte l’utiliser pour contrôler les 300 000 athlètes pendant les Jeux Olympiques de 2020 tandis que la Chine a déjà largement étendu son application. Plusieurs régions scannent ainsi l’intégralité de la population du pays en une seconde pour traquer et arrêter des personnes.

    Sur son site internet, Idemia avance que sa solution d’identification faciale « permet aux enquêteurs, analystes et détectives dûment formés de résoudre des crimes grâce à la recherche automatique des visages et au suivi de photos ou de vidéos ». Pour ce faire, elle compare différentes photos et vidéos à une base de données, même à partir de plusieurs vues partielles.

    Née de la fusion de Morpho, filiale de Safran, avec Oberthur Technologies, Idemia officie sur les marchés de l’identification, de l’authentification et de la sécurité des données. Mais surtout des cartes de paiement : avec Gemalto, elles se partagent la grande majorité du marché mondial des encarteurs. Idemia réalise environ 3 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    #IA #râteau #idemia #intelligence_artificielle #algorithme #surveillance #complexe_militaro-industriel #big-data #surveillance_de_masse #biométrie #business #biométrie #vie_privée #MDR

  • A Pessac, Casino dévoile son magasin de demain à grand renfort de technos Olivier Dauvers - 19 Mars 2019 - Le web grande conso _
    https://www.olivierdauvers.fr/2019/03/18/a-pessac-casino-devoile-son-magasin-de-demain-a-grand-renfort-de-tech

    Direction Pessac, dans la banlieue bordelaise, pour découvrir “le magasin de demain” de Casino. Pourquoi Pessac ? Pour la proximité de Cdiscount (à Cestas, toujours au Sud de Bordeaux) qui, a une époque, a valu à ce magasin d’ouvrir le premier corner aux couleurs du site. De plus, nombre de nouveautés concernent le pure player puisqu’elles ont trait à l’ensemble de la supply chain et pas seulement à l’expérience client sur la surface de vente. Point commun aux différentes initiatives : faire gagner du temps aux employés pour le réinvestir au service des clients. Pour ce faire, après avoir identifié un certain nombre de points noirs tout au long de la supply chain, les équipes de Casino ont collaboré avec une quinzaine d’entreprises de la retail tech afin d’intégrer directement leurs solutions ou d’en co-créer de nouvelles.

    Zoom sur 5 initiatives qui ont particulièrement retenu l’attention de mon associé, Jean-Philippe Gallet, qui a fait le déplacement.

    Le point noir : les ruptures de stock et les erreurs d’étiquetage

    La solution techno : le #robot_Simbe

    Dès l’entrée de la surface de vente, une affiche prévient la clientèle de la présence de cette drôle de machine à roulettes : « Pour votre service, je parcours le magasin et aide mes collègues à s’occuper des rayons ». S’il se déplace d’un rayon à un autre à la même vitesse qu’un être humain, en revanche à l’intérieur d’une allée, son “pas“ est plus modéré puisque Simbe s’arrête pour faire la photo de chaque mètre linéaire et scanner les code-barres de toutes les étiquettes prix. Objectif : relever les ruptures et les éventuelles erreurs d’étiquetage prix. En cas de problème, un rapport est aussitôt imprimé afin qu’un employé puisse y remédier, tout au moins lorsque la référence concernée est présente en stock. A force de passage en rayon et d’apprentissage, Simbe sera à terme en mesure de spécifier le nombre de facings concernés afin de prévoir au plus juste les quantités à apporter en rayon.

    Le gain attendu : Simbe fait économiser “plusieurs dizaines de minutes“ par jour aux employés qui n’ont plus à inspecter systématiquement tous les linéaires à la recherche des ruptures.

    La solution techno : l’application de réalité augmentée #Scandit

    Disponible sur un simple mobile, l’appli permet de scanner à la volée toutes les étiquettes prix d’une gondole. La liaison avec le stock réel du magasin permet qu’à la lecture de chaque code-barres apparaisse, en temps réel et en surimpression, une pastille verte ou rouge selon que l’article en question est disponible ou non. Un simple clic sur la pastille permet d’afficher la quantité de stock en rayon et en réserve, ainsi que la prochaine date de réapprovisionnement.

    Le gain attendu : il s’élève, comme chez Simbe, à “plusieurs dizaines de minutes“ par jour et par employé. La technologie de scan “à la volée“ remplaçant avantageusement le scan manuel de chaque étiquette prix.

    Le point noir : la casse et le gaspillage alimentaire

    La solution techno : l’application #Yoobic et sa passerelle vers l’appli maison Casino Max

    Spécialisé dans le pilotage en temps réel des opérations en points de vente, Yoobic a développé une solution de suivi de DLC réduisant sensiblement le temps passé à cette opération par nature très chronophage. Concrètement : les étiquettes électroniques de SES Imagotag utilisées à Pessac sont munies de leds qui, dans ce cas précis, permettent aux employés de repérer immédiatement les produits dont la date limite de consommation est proche. Ils retirent les articles concernés et saisissent alors dans le module Yoobic la prochaine DLC. A noter que l’application prend en compte les contraintes réglementaires de chaque rayon.

    Au-delà de la gestion proprement dite des DLC courtes, Casino et ses partenaires ont imaginé un moyen d’écouler plus facilement les produits soldés en créant une passerelle vers Casino Max. Dans la partie “promotion“ de l’application, les clients du magasin de Pessac ont ainsi accès en temps réel aux produits à DLC courtes. Au-delà du prix cassé, ils bénéficient d’un avantage carte supplémentaire pour toujours plus encourager la lutte contre le gaspillage alimentaire. Et la casse…

    Le gain attendu : là où auparavant les employés devaient contrôler 100 % des produits pour repérer les DLC courtes, désormais seules les références concernées sont inspectées, soit à peine 10 à 15 %. Objectif à terme : réduire de moité le gaspillage alimentaire.

    Le point noir : le picking en hypermarché pour les clients drive

    La solution techno : la cartographie du magasin par Find & Order et l’application de picking développée par Itelios disponible sur les PDA Bluebird.

    Basée sur le champ magnétique terrestre naturel, la technologie de cartographie Find & Order est, en quelque sorte, le pendant indoor du GPS. Deux nuits sont nécessaires au robot Ronie pour modéliser l’ensemble d’un hypermarché et ainsi pouvoir repérer n’importe quel point de la surface de vente selon ses coordonnés x et y. Autre travail préparatoire : le scan de toute l’offre drive (environ 14 000 produits sur les 80 000 de l’hyper) afin de pouvoir repérer “géographiquement“ chaque produit. Ce que permet le PDA Bluebird, équipé d’un magnétomètre (boussole).

    Ce faisant, la nouvelle application de préparation de commande intègre une carte 3D permettant de géolocaliser chaque produit de la commande et ainsi de faciliter l’orientation de l’opérateur.

    #MDR => Le gain attendu : pour des employés aguerris, connaissant le magasin depuis plusieurs années, le gain de temps est limité (10 à 15 %). En revanche pour de nouveaux arrivants ou des intérimaires, il peut s’élever à 30 % ou plus.

    Le point noir : les émissions de CO2 et les coûts de livraison

    La solution techno : le hub mobile avancé avec les utilitaires électriques #Colibus et les scooters électriques de livraison rapprochée #GreenLiv.

    A la différence des Anglo-saxons, les consommateurs français sont réputés peu enclins à payer le prix réel d’une LAD. L’optimisation des coûts de livraison est une réelle problématique pour Casino et ses concurrents, d’autant plus dans un contexte de circulation urbaine encombrée et face à la nécessaire réduction des émissions de CO2. D’où le projet élaboré par Casino et GreenLiv d’opérer les livraisons de commandes préparées au Géant Pessac et à destination du centre de Bordeaux via un hub logistique mobile. Dans la pratique, un utilitaire électrique Colibus de faible encombrement se rend en centre-ville avec à son bord 30 à 40 bacs, soit une petite dizaine de commandes. Chaque commande est ensuite livrée à l’aide d’un des deux scooters électriques rattachés au hub mobile (4 à 6 bacs/scooter).

    Le gain attendu : l’optimisation des trajets de livraison rendue possible avec cette organisation devrait permettre la prise en charge par Géant Pessac de 2,8 à 3 commandes par heure au lieu de 1,5.

    #centre_commercial #grande_distribution #casino #hyper_marché #super_marché

  • #MDR #Luxembourg : Le chanteur Enrico Macias débouté par la justice 14 Mars 2019 - L’essentiel
    http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/le-chanteur-enrico-macias-deboute-par-la-justice-18855208

    La Cour de cassation a rejeté, jeudi, le pourvoi en cassation du chanteur contre la banque Landsbanki, dont le liquidateur lui réclame 30 millions d’euros.


    Enrico Macias estimait avoir été mal informé sur les risques encourus par le montage proposé par Landsbanki. (photo : AFP/Ludovic Marin)

    #Enrico_Macias vient de perdre une bataille judiciaire. La Cour de cassation du Luxembourg a rejeté jeudi le pourvoi qu’il avait introduit contre Landsbanki Luxembourg, pour une affaire de prêt immobilier consenti en 2007. Le chanteur doit désormais rembourser 30 millions d’euros au liquidateur de la banque islandaise.

    L’affaire a débuté en 2007, lorsque Gaston Ghrenassia (le vrai nom de l’artiste) a emprunté 35 millions d’euros pour rénover sa villa de #Saint-Tropez, en France. Il avait reçu neuf millions en liquide, le solde étant placé essentiellement en contrats d’assurance-vie. En échange, il avait gagé sa propriété, pensant que les intérêts du prêt seraient couverts par le rendement des fonds placés par la banque.

    Mais tout a basculé en 2008, avec la crise financière, lorsque les banques islandaises ont été nationalisées. La filiale Landsbanki Luxembourg a fait faillite et sa liquidatrice a entrepris de recouvrer les créances, quitte à vendre ou menacer de vendre les biens hypothéqués en France. Enrico Macias, qui plaidait la nullité du prêt, estime ne pas avoir été bien informé sur les risques. Les recours judiciaires au Luxembourg sont épuisés, mais l’artiste peut toujours porter le dossier devant la Cour de justice de l’Union européenne. L’affaire est parallèlement en cours devant la justice française. http://www.lessentiel.lu/fr/luxembourg/story/24018717

    #banques #spéculation

  • #MDR Macron veut appliquer à l’Europe les mesures qu’il a prises pour la France Olivier Maurice - 9 Mars 2019 - Conterpoints
    https://www.contrepoints.org/2019/03/09/338920-macron-veut-appliquer-a-leurope-les-mesures-quil-a-prises-pour-

    La tribune publiée par Emmanuel Macron et intitulée « Pour une renaissance Européenne » a été froidement accueillie par nos voisins, en particulier par les Allemands qui ont mis un certain temps avant de réagir poliment. Il faut dire qu’elle illustre parfaitement deux particularités bien françaises : celle de faire la leçon et celle de considérer détenir la vérité universelle. En dehors de la forme irritante à laquelle nos partenaires européens ont dû finir par s’habituer, c’est surtout le fond qui a irrité nos voisins et partenaires. . . . . . .

    #emmanuel_macron #ue #union_européenne #efficacité #professionnalisme #projet

  • #MDR Pincé avec de la cocaïne, le conseiller national Luzi Stamm prend une pause ats/gma - 9 Mars 2019 - RTS

    https://www.rts.ch/info/suisse/10276787-pince-avec-de-la-cocaine-le-conseiller-national-luzi-stamm-prend-une-pa

    Le conseiller national Luzi Stamm (UDC/AG) a annoncé samedi qu’il prendra une pause parlementaire. Il a besoin de repos après avoir fait les titres des médias pour s’être présenté au Palais fédéral avec de la cocaïne et des faux billets.
    . . . . . . .
    Coup sur coup la presse a révélé que Luzi Stamm était entré au Palais fédéral avec une mallette contenant un million d’euros en fausses coupures lors de la session d’hiver, puis avec de la cocaïne achetée dans la rue à Berne, la semaine dernière.

    Dans le premier cas, l’élu, qui est aussi avocat, a déclaré que la mallette appartenait à un client et qu’il ne voulait pas en dire plus en raison du secret professionnel.

    A propos du gramme de cocaïne, il a affirmé s’être procuré la drogue pour mieux dénoncer ce trafic et alerter le monde politique. La police cantonale bernoise a annoncé qu’elle allait examiner comment le conseiller national s’est procuré la drogue et d’où elle vient.

    #Suisse #cocaïne #fausse_monnaie #hypocrisie la plus totale

  • Grand Débat national : A Abbevile, ville #enMarche 5 Mars 2019 - Le Courrier Picard

    Le grand débat a commencé à 20 heures à la salle des fêtes d’Abbeville.
    Treize personnes sont présentes dont le socialiste Cyrille Becuwe et la conseillère municipale RN Patricia Chagnon.

    Source : http://www.courrier-picard.fr/169810/article/2019-03-05/treize-personnes-au-grand-debat-dabbeville

     ?

    Abbevile : 23 231 habitants en 2016. Maire : Nicolas Dumont, PS puis #LREM

    #en_vedette #Grand_Débat_national #popularité #MDR

  • La parité chez décathlon - Visite du magasin décathlon campus ce Vendredi 1 Mars 2019 11h50. Compte rendu et dénombrement

    _ Suite à la commercialisation d’un hijab de running par cette société, je suis allé faire un tour à leur magasin géant de Villeneuve d’Ascq, afin de vérifier l’application de la diversité par cette enseigne, au niveau du personnel employé. C’était au 4 Boulevard de Mons, 59650 Villeneuve-d’Ascq

    Restaurants à l’entrée
    « Le plaisir en équilibre »
    2 femmes.
    « Salade & co »
    2 hommes, 1 femme.
    « La Famille finest lunch »
    3 femmes, 3 hommes.

    – Accueil galerie.
    1 femme, 1 homme.

    La parité et la diversité semblent respectées, par rapport à ce qui se fait dans ce secteur d’activité. _ Ceci dit, ces enseignes sont peut être indépendantes du magasin.

    Magasin
    16 hommes, 4 femmes cantonnées dans certains rayons vêtement.
    + Accueil magasin.
    2 femmes.
    + Sécurité - Caisses
    3 hommes
    + Atelier vélo
    3 hommes.

    Salle de réunion donnant sur la galerie
    4 hommes, 2 femmes.
    Tout le monde est occupé à découper, avec des ciseaux, ce qui semble être des étiquettes prix. Nous sommes en 2019, ils ne semblent pas connaître le massicot #MDR

    Dans la galerie vers les bureaux
    Groupe d’une douzaine d’employés sortant pour manger.
    10 hommes, une femme.

    Est il utile de dire qu’il m’étonnerai qu’un.e seul.e salarié.e que j’ai croisé en magasin ait des ancêtres musulmans.
    La faible proportion de femmes s’explique probablement par la dureté des conditions de travail.
    Inutile de dire aussi, que dans ce magasin, qui est aussi une école de formation des cadres de cette société. Aucun des salarié.e.s croisé.e.s ne semble avoir des parents sénégalais, guadeloupéens, ou réunionnais . . . . . liste non exhaustive.

    Dans le magasin, je ne le compte pas, croisé un cadre dirigeant, c’est le seul qui n’agresse pas systématiquement les clients en leur disant bonjour, son pardessus et ses chaussures devaient couter plus cher qu’un mois du salaire des employé.e.s de l’usine à vendre. Le mépris sur le visage.

    En conclusion, je me demande ce que la société décathlon connait aux femmes et à la religion musulmane.

    Photo révélatrice - décat Great Place to work *

    #décathlon #femmes #parité #sexisme #france #discrimination #inégalités #travail #esclavage #ségrégation #sport #commerce

  • Des millions en cryptomonnaies inaccessibles après la mort d’un p.-d.g. AFP à Ottawa - 5 Février 2019 - Le Devoir _
    https://www.ledevoir.com/economie/547153/des-millions-en-cryptomonnaies-inaccessibles-apres-la-mort-d-un-p-d-g

    Un site canadien d’échange de cryptomonnaies a saisi la justice pour dénouer un imbroglio juridique après la mort de son jeune p.-d.g., seul à connaître le mot de passe permettant d’accéder aux centaines de millions de dollars appartenant à ses clients.

    La Cour suprême de Nouvelle-Écosse devait se pencher mardi sur la requête de la société Quadriga CX, basée à Vancouver, qui demande à être placée sous le régime des faillites. Une déclaration sous serment a été déposée par la veuve de l’ancien président, Jennifer Robertson, au nom de la plateforme numérique.

    Selon ce document cité mardi par plusieurs médias canadiens, Mme Robertson affirme que l’ex-patron de Quadriga, Gerald Cotten, était le seul à connaître les codes permettant d’accéder notamment à l’équivalent de 180 millions de dollars canadiens (120 millions d’euros) en cryptomonnaies appartenant à 115 000 clients.


    Photo : Lars Hagberg Archives Agence France-Presse La société Quadriga CX permet d’échanger bitcoin, litecoin et etherum.

    La société a annoncé mi-janvier que Cotten, âgé de 30 ans, était mort des suites de complications de la maladie de Crohn lors d’un voyage humanitaire en Inde le 9 décembre.

    Dans sa déclaration transmise à la justice, sa veuve explique que son mari avait emporté dans la tombe les codes d’accès à son ordinateur portable crypté avec lequel il gérait sa compagnie.

    Cet ordinateur donne notamment accès aux fonds en cryptomonnaies déposés dans des « portefeuilles froids », un support numérique codé hors ligne permettant d’échapper aux pirates informatiques, explique la presse.

    « Je ne connais pas le mot de passe ni les codes de récupération », a assuré Jennifer Robertson. « Malgré des recherches répétées et méticuleuses, je n’ai pu en trouver aucune trace écrite ».

    La société, présentée comme la principale plateforme de cryptomonnaies au Canada, permet d’échanger bitcoin, litecoin et etherum.

    #MDR #bitcoin #blockchain #monnaie #économie #numérique #ethereum #litecoin #crypto-monnaie #internet #finance #bitcoins #innovation_disruptive

  • Derniers préparatifs pour l’ouverture du Forum économique de Davos Le suivi du WEF - 21 Janvier 2019 - RTS
    La globalisation 4.0 : concevoir une nouvelle architecture mondiale à l’ère de la quatrième révolution industrielle"

    https://www.rts.ch/info/economie/10153687-derniers-preparatifs-pour-l-ouverture-du-forum-economique-de-davos.html

    - Les derniers préparatifs sont en cours à #Davos (GR), à la veille de l’ouverture du Forum économique mondial (#WEF). L’élite mondiale se réunit en l’absence de Donald Trump et de ses ministres, mais aussi d’Emmanuel Macron et de Theresa May.

    – Malgré ces absences, Davos attend plus de 3000 participants pour cette nouvelle édition du forum dont le thème est « La globalisation 4.0 : concevoir une nouvelle architecture mondiale à l’ère de la quatrième révolution industrielle ». Le WEF 2019 sera officiellement ouvert mardi par le président de la Confédération Ueli Maurer.

    – Parmi les personnalités présentes figurent 65 chefs d’Etat et de gouvernement, dont le vice-président chinois Wang Qishan, l’Allemande #Angela_Merkel, le Japonais #Shinzo_Abe, l’Israélien #Benjamin_Netanyahu, l’Espagnol #Pedro_Sanchez, l’Italien #Giuseppe_Conte ou encore le nouveau président brésilien #Jair_Bolsonaro, dont ce sera le premier voyage à l’étranger.

    Mesures sécuritaires : Pas de baisse malgré les absences

    La #police cantonale des Grisons et l’#armée ont présenté lundi le dispositif de sécurité mis en place. Malgré l’absence de chefs d’Etat de premier plan, les mesures de sécurité sont loin d’avoir été revues à la baisse.

    Le commandant de la police cantonale grisonne a précisé que le nombre de personnalités à protéger plus de cent - restait important cette année. Le nouveau président brésilien Jair Bolsonaro pourrait bien être la cible des manifestations en marge du WEF.

    Le dispositif de sécurité va en outre, comme chaque année depuis 2015 et les attentats de Paris, prendre en compte de façon spécifique la menace terroriste.

    L’espace aérien est verrouillé dans un rayon de 46 kilomètres autour de la station grisonne et jusqu’à 6000 mètres d’altitude. L’Autriche et l’Italie, pays voisins de la Suisse, sont impliquées dans le dispositif

    Une économie mondiale qui s’essoufle : Un rapport du FMI présenté à Davos
    Le Fonds monétaire international a dévoilé devant l’élite économique mondiale réunie à Davos le tableau d’une croissance mondiale encore solide mais qui ralentit plus que prévu, contrariée par les tensions commerciales et les risques politiques, tels le Brexit au Royaume-Uni et la fronde sociale en France.

    Le FMI a annoncé qu’il abaissait, pour la deuxième fois en quelques mois, le rythme d’expansion désormais estimé à 3,5% (-0,2 point) pour cette année après 3,7% en 2018. La prévision pour 2020 est également moins bonne à 3,6% (-0,1 point).

    Les projections 2019 pour les deux premières économies - Etats-Unis (+2,5%) et Chine (+6,2%) - sont, elles, restées inchangées après avoir été abaissées en octobre. Le FMI a pris acte d’une trêve commerciale annoncée le 1er décembre par Donald Trump et Xi Jinping. « Mais la possibilité que les tensions refassent surface au printemps assombrit les perspectives de l’économie mondiale », a commenté le FMI.

    Interrogé lundi dans La Matinale, l’économiste Stéphane Garelli décrit lui une manifestation « tournée vers les questions de société », susceptible de préparer le terrain de négociations à venir.

    Les jeunes au coeur du WEF - Les « Global shapers » sont coprésidents
    Pour la première fois, le Forum économique mondial de Davos donne une partie du contrôle aux jeunes. La 49e édition est coprésidée par des « global shapers », le nom donné à un groupe de jeunes de moins de 30 ans, parrainé par le WEF depuis plusieurs années.

    Six jeunes, au profil inconnu mais aux ambitions gigantesques, vont représenter les quelque 7000 « global shapers » répartis dans 160 pays et qui ont chacun développé une initiative locale.
    . . . . . .

    L’interview de Klaus Schwab : « Il faut un retour de la morale dans l’économie »
    Le patron du World Economic Forum (WEF) de Davos, Klaus Schwab, a annoncé qu’il faisait de la « moralisation » un des thèmes de l’édition 2019. « Il faut une moralisation de la mondialisation », assurait-t-il récemment lors d’un entretien accordé à la RTS.

    Ce retour de la morale dans l’économie passe par « les comportements privés » et par des « patrons plus modestes », affirme le fondateur du Forum de Davos. Selon l’économiste, il faut sortir de l’idée de « tout ce qui n’est pas interdit est permis » et la situation d’incertitude a amené « un nouvel égoïsme ». « Certains se disent ’me first’ et veulent ramasser le plus possible. »

    3000 participants attendus - Mais des absences de marque
    Après avoir renoncé à se rendre à Davos en plein « shutdown », le président américain Donald Trump a décidé jeudi d’annuler le déplacement de l’ensemble de sa délégation. Le président français Emmanuel Macron n’y participera pas non plus, en raison d’un « agenda surchargé » et de la crise des « gilets jaunes », tout comme la Première ministre britannique Theresa May, qui se consacre au Brexit.

    #globalisation_4.0 #économie #économie_mondiale #FMI #crise #global_shapers #initiatives_locales #morale #Klaus_Schwab #moralisation (#MDR)

  • les caméras de surveillance n’avaient pas de lunettes #MDR

    Un pont s’affaisse à Grimbergen : « Conséquences dramatiques pour la navigation et le trafic routier » Belga - 17 Janvier 2019 - RTBF
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-pont-s-effondre-sur-le-canal-a-grimbergen?id=10120815

    Un pont surplombant le canal de Bruxelles à l’Escaut (canal de Willebroeck), à Grimbergen en périphérie bruxelloise, s’est affaissé jeudi matin. C’est plus précisément sur le territoire de Humbeek, qui fait partie de Grimbergen, que l’incident a eu lieu. 

    Une péniche se dirigeait vers Bruxelles, suivie d’une seconde péniche. La caméra de surveillance n’a vu que la première et le système de contrôle du pont a lancé la commande de descente. La péniche a donc heurté la partie mobile du pont, qui a été déplacée de 5 ou 6 mètres.

    La police locale confirme jeudi l’information, dévoilée par le quotidien flamand Het Nieuwsblad. « Il n’y a pas eu de blessé, mais les dégâts sont immenses », précise-t-on à la police locale. « Les conséquences pour la navigation et le trafic routier sont dramatiques ».

    Le canal maritime connait une circulation fluviale intense, et la route qui empruntait le pont accidenté est un chemin prisé des camions, souligne la police. La fermeture de la zone devrait donc avoir des conséquences non négligeables.

    #intelligence_artificielle #algorithme #critique_techno #automatisation #MDR #Belgique #Bruxelles

  • Films pornos : l’embarrassant héritage du prince saoudien - L’Express
    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/films-pornos-l-embarrassant-heritage-du-prince-saoudien_2057202.html

    Voyez avec quelle élégance on est venu, un an après la mort de leur père, leur dire : ’votre père commandait des films pornos, merci de payer ses dettes’ !" Pour sa cliente, cette affaire est une véritable atteinte à la dignité et une tache sur la mémoire du paternel. « C’est facile de jeter l’opprobre sur une famille royale saoudienne, vue comme garante d’un islam wahhabite. »

    Comme dit Angry Arab où j’ai trouvé l’info, on ne peut pas dire qu’il y ait eu une énorme couverture médiatique... #arabie_saoudite

  • A Promobot robot was killed by a self-driving Tesla car
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=14&v=0s4nxcleVd0

    Jan, 6 2019. A self-driving Tesla Model S hit and destroyed an autonomous Promobot the robot model v4 in Las Vegas in a car accident. The incident took place at 3000 Paradise Rd, Las Vegas.

    #tesla #piege_à_cons
    #voiture_autopilotée #voiture_autonome #transport #voitures_autonomes #voiture #mobilité #automobile #robotisation #innovation #accidents#elon_musk #baudruche #police #MDR