• #Amnesty_International déboutée par un tribunal israélien pour son procès contre le groupe NSO :

    Israël continuera d’exporter ses systèmes d’espionnage
    Nicolas Barotte, La Figaro, le 14 juillet 2020
    https://www.lefigaro.fr/international/israel-continuera-d-exporter-ses-systemes-d-espionnage-20200714

    NSO l’a échappé belle. Cette firme israélienne connue de tous les services de renseignement dans le monde et à la réputation sulfureuse est sortie victorieuse d’une bataille juridique engagée notamment par Amnesty International. Un tribunal de Tel-Aviv a rejeté la demande présentée par l’ONG d’annuler les permis d’exportation délivrés par le ministère de la Défense israélien à cette firme privée.

    #Palestine #israel #NSO #Pegasus #surveillance #WhatsApp #Espionnage #Illégal

  • Phone of top Catalan politician ’targeted by government-grade spyware’
    https://www.theguardian.com/world/2020/jul/13/phone-of-top-catalan-politician-targeted-by-government-grade-spyware

    Exclusive : Guardian and El País find regional speaker was targeted in ‘possible domestic political espionage’ One of Catalonia’s most senior politicians has been warned his mobile phone was targeted using spyware its makers say is only sold to governments to track criminals and terrorists. A joint investigation by the Guardian and El País has revealed that the speaker of the Catalan regional parliament, Roger Torrent and at least two other pro-independence supporters were told they were (...)

    #Pegasus #smartphone #spyware #activisme #écoutes #hacking #surveillance

    https://i.guim.co.uk/img/media/c979cd1e8f761c8c0e6b38bc64b6791806eef185/1387_1224_2360_1416/master/2360.jpg

  • » 34-Year Old Palestinian Woman Dies of Wounds Sustained in Israeli Offensive
    July 14, 2020 12:26 PM Celine Hagbard – IMEMC News
    https://imemc.org/article/34-year-old-palestinian-woman-dies-of-wounds-sustained-in-israeli-offensive

    Aseel Mahmoud Hamad Dheir , 34, died on Monday in Rafah, in the southern part of the Gaza Strip, from wounds she suffered at the hands of the Israeli army during their invasion of Gaza in the summer of 2014.

    Dheir was severely injured in an Israeli airstrike on her home in southern Gaza, and became hemaplegic (paralyzed on one side of her body) as a result of her injuries.

    According to medical sources, she had suffered tremendously from her egregious wounds over the last six years, and finally succumbed to them on Monday July 13th, 2020.

    According to the Palestinian Ministry of Health in Gaza, some 2,147 Palestinians were killed during the 51-day Israeli offensive on Gaza in 2014, including 72 who later succumbed to their wounds.

    UN records state that and estimated 84 per cent of Palestinians that were killed were civilians, not engaged in armed resistance to the Israeli invasion of their land.

    #Palestine_assassinée

  • Des militants catalans visés par un logiciel espion ultraperfectionné
    Damien Leloup, Le Monde, le 14 juillet 2020
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/07/14/des-militants-catalans-vises-par-un-logiciel-espion-ultraperfectionne_604613

    M. Torrent a été prévenu de la campagne l’ayant ciblé directement par WhatsApp. L’entreprise américaine a découvert à la mi-2019 l’existence d’une faille de sécurité dans son logiciel, qui était utilisée par l’entreprise israélienne NSO Group pour installer, à l’insu des utilisateurs, de puissants logiciels espions sur leurs téléphones. Cette faille est notamment suspectée d’avoir permis la mise sur écoute du téléphone du multimilliardaire Jeff Bezos ou du journaliste Jamal Khashoggi, assassiné dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en 2019.

    #Palestine #israel #NSO #Pegasus #surveillance #WhatsApp #Espagne #Catalogne #Députés #Militants #Espionnage #Illégal

  • asad abukhalil أسعد أبو خليل sur Twitter : “To Western media: please spare me your outrage (while I oppose Erdogan’s decision to turn the church into a mosque). Where were you when Israel transformed so many mosques and churches in Israel? Some were turned into barns and nightclubs and even Bars. https://t.co/vKIB7e1X82” / Twitter
    https://twitter.com/asadabukhalil/status/1282830969557250048

    https://www.theweek.in/news/world/2019/04/16/historic-mosque-converted-into-nightclub-in-israel-report.html
    Historic mosque converted into nightclub in Israel: Report

  • Oui, c’est bien Israël de l’apartheid. Même sans annexion
    Par Michael Sfard, le 9 juillet 2020 | Agence Media Palestine
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/07/13/oui-cest-bien-israel-de-lapartheid-meme-sans-annexion

    Le 1er juillet est passé sans annexion, tout comme les jours suivants. Nous assistons peut-être à l’évaporation de la politique la plus téméraire de la droite dans le conflit israélo-palestinien, une politique dont les plus grands partisans d’Israël ont averti qu’elle allait le transformer en un État d’apartheid. La suppression de l’annexion de l’ordre du jour supprime-t-elle aussi le danger de l’apartheid ?

    Malheureusement, la réponse est non. Ces derniers mois, j’ai étudié la question en profondeur et, dans un avis juridique que j’ai rédigé pour le groupe de défense des droits Yesh Din, je suis arrivé à une conclusion démoralisante sur la pertinence de ce terme pour décrire le type de contrôle exercé par Israël en Cisjordanie. Oui, même sans annexion.

    Le mot « apartheid » est utilisé de diverses manières dans différents contextes ; la signification de ce terme dans l’arène publique n’est pas identique à sa signification en science politique, en histoire et en droit. (...)

    #Apartheid
    traduction de https://seenthis.net/messages/866580

  • A la fin de l’année dernière, Solidaires a publié une brochure de près de 300 pages sur la Palestine, une mise à jour significative de l’édition précédente de 2009 qui était épuisée.

    Elle est disponible à l’achat au prix public de 8 euros :

    Revue internationale n°14 Palestine (2019)
    Solidaires, Hiver 2019-2020
    https://www.syllepse.net/palestine-_r_37_i_796.html

    Mais aussi par téléchargement gratuit ici :

    Revue internationale n°14 Palestine (2019)
    Solidaires, Hiver 2019-2020
    https://solidaires.org/Revue-internationale-no14-Palestine-fragments-luttes-et-analyses

    Fichier pdf :
    https://solidaires.org/IMG/pdf/_palestine_sol_inter.pdf

    Revue internationale n°14 Palestine (2019)
    Solidaires, Hiver 2019-2020

    Cette revue donne la parole à des militant·e·s palestinien·ne·s et israélien·ne·s qui témoignent de ce quotidien qui leur est imposé depuis plusieurs décennies. Ces femmes et ces hommes nous parlent aussi de leurs attentes et de leurs combats pour défendre les intérêts des travailleur·euse·s, des étudiant·e·s, de celles et ceux qui ont perdu leur emploi depuis qu’elles-ils n’ont plus le droit d’aller travailler en Israël ou ont été dépossédé·e·s de leurs terres. Ces textes esquissent le portrait de Palestinien·ne·s qui luttent pour rester debout, collectivement et individuellement.

    Nous avons ajouté une partie avec des textes d’analyses qui permettent de mieux cerner la situation sur place, d’avoir de nombreux arguments pour expliquer et raconter la Palestine autour de nous, et de réfléchir collectivement aux meilleures façons de soutenir la lutte de nos camarades.

    Puisse cette nouvelle édition permettre à toutes celles et ceux qui souhaitent en savoir un peu plus ou même s’engager sur la Palestine, d’y trouver les informations, l’envie de partir voir sur place, faire avancer la solidarité internationale et de revenir militer en soutien à l’autodétermination du peuple palestinien.

    Plan :
    Palestine, histoire et géographie
    Qu’est-ce qu’être « Palestinien-ne » ?
    Partis et organisations politiques
    La défense des droits des travailleurs-euses
    Témoignages
    Le devoir de solidarité internationale
    Analyse
    La culture palestinienne

    #Palestine #Solidaires #Histoire #Politique #Syndicats #Travail #Solidarité #Culture

  • Sylvain #Cypel : « Malgré leur énorme supériorité, les Israéliens ne peuvent pas gagner » | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/entretiens/cypel-palestine-israel-sionisme-juifs-bds-netanyahou-france

    Au-delà de l’impunité dont semble jouir Israël, le journaliste Sylvain Cypel interroge dans son nouveau livre, L’État d’Israël contre les juifs, la fascination que cet État semble exercer sur des dirigeants nationalistes tels l’Indien Narendra Modi, le Hongrois Viktor Orbán ou encore l’Américain Donald Trump. 

    À travers les principes de « guerre préventive », « ethnicité de la citoyenneté », « guerre contre le terrorisme », mépris du droit international au profit du culte de la force, l’auteur retrace ce qu’il appelle l’« israélisation du monde », à savoir « la soumission progressive des Israéliens à un État sécuritaire où l’abandon, imposé ou volontaire, de tout ce qui fait l’État de droit devient la norme ». 

    Or, selon le mot de l’anthropologue Jeff Halper, que rappelle l’auteur, « l’israélisation des États et de leurs forces militaires et policières, c’est notre propre palestinisation à tous ».

    #Palestine

  • Le chanteur #basque #Fermin_Muguruza, ancien punk, fan de reggae, ami de Manu Chao, est aussi engagé en solidarité avec la #Palestine. Il tente de convaincre la compagnie ferroviaire basque #CAF de ne pas construire le #tramway israélien qui franchit la ligne verte et ainsi collabore à l’occupation illégale de #Jérusalem Est.

    Il reprend et adapte la chanson de Bob Marley et Peter Tosh intitulée Stop That Train :

    Fermin Muguruza - Stop That Train ! Jaitsi Zaitez !
    https://www.youtube.com/watch?v=tuXCcuI7-sw

    #Musique #Musique_et_politique #BDS #Boycott #Désinvestissement

  • » Israeli Soldiers Kill A Palestinian, Injure Another, Near Salfit
    July 10, 2020 2:04 AM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-soldiers-kill-a-palestinian-injure-another-near-salfit

    The Palestinian Health Ministry has confirmed, on Thursday at night, the death of a Palestinian man who was shot by Israeli soldiers near the main intersection of Kifl Hares town, north of Salfit in central West Bank, and added that the soldiers injured Palestinian teen.

    The Ministry stated that the soldiers shot Ibrahim Mustafa Abu Yacoub , 33, with a live round in his neck, causing life-threatening wounds.

    It added that Palestinian medics rushed the seriously wounded Palestinian to Salfit Governmental Hospital, where succumbed to his injuries.

    The soldiers also shot and injured a Palestinian teen man with a live round in his thigh.

    There were no protests when the soldiers opened fire at the Palestinians who were just walking near the main entrance of the town, which was blockaded by the army four days ago, and the soldiers have been preventing the Palestinians from entering or leaving it.

    Eyewitnesses said Abu Ya’coub was just walking with a few of his friends when the soldiers targeted them with live fire without any cause or justification.

    #Palestine_assassinée

    • Proche-Orient. Un Palestinien tué par l’armée israélienne en Cisjordanie

      Un jeune palestinien a été abattu par l’armée israélienne dans les environs de Naplouse. Les circonstances des faits n’ont pas été précisées.
      Ouest-France Avec AFP Publié le 09/07/2020
      https://www.ouest-france.fr/monde/israel/proche-orient-un-palestinien-tue-par-l-armee-israelienne-en-cisjordanie

      Un Palestinien a été tué par l’armée israélienne jeudi dans le nord de la Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère de la Santé palestinien, sans préciser dans l’immédiat dans quelles circonstances.

      « Un citoyen a été tué par les forces israéliennes », a indiqué le ministère palestinien dans un communiqué, précisant qu’il avait reçu « une balle dans le cou » dans le village de Kifl Hares, au sud de Naplouse.

      Le Palestinien tué se nommait Ibrahim Moustapha Abou Yacoub et était âgé de 29 ans, selon Abdullah Kamil, le gouverneur de la province de Salfit où se trouve le village de Kifl Hares.

      Contactée par l’AFP, l’armée israélienne a indiqué que « deux assaillants ont lancé des cocktails Molotov en direction de soldats israéliens, qui ont riposté en ouvrant le feu ».

      L’incident a eu lieu dans les environs de Naplouse, a précisé un porte-parole de l’armée, sans faire état de morts. La Cisjordanie est un territoire palestinien occupé depuis 1967 par l’armée israélienne.

  • Les dirigeants sud-américains (Dilma Rousseff, Lula da Silva, Evo Morales, José Mujica, Rafael Correa) soutiennent l’appel à des sanctions contre Israël
    Palestinian BDS National Committee (BNC), le 3 juillet 2020
    https://www.aurdip.org/les-dirigeants-sud-americains.html

    La version originale qui permet de voir la liste complète de politiciens mais aussi d’artistes (comme Caetano Veloso et Chico Buarque) :
    https://www.laligaporlosddh.com/post/contra-la-anexi%C3%B3n-de-cisjordania

    #Palestine #annexion #Amérique_du_Sud

  • Même si, sous l’effet des pressions, Netanyahou fait mine de renoncer à l’annexion formelle, l’annexion effective continue à vive allure :

    Les démolitions de maisons s’envolent en prévision de l’annexion
    Maureen Clare Murphy, The Electronic Intifada, le 7 juillet 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/07/08/les-demolitions-de-maisons-senvolent-en-prevision-de-lannexion
    https://www.youtube.com/watch?v=uCs6jp_hZ0I

    #Palestine #annexion #destruction #racisme

  • ARDI : le premier concept store aux saveurs palestiniennes à Paris !
    Agence Média Palestine, le 3 juillet 2020
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/07/03/ardi-le-premier-concept-store-aux-saveurs-palestiniennes-a-pari

    Ardi
    10 rue Lydia Becker
    75018 Paris
    Métro Porte de la Chapelle

    Resto, café, traiteur, épicerie, artisanat, littérature et musique du Moyen-Orient, Ardi est ouvert sur réservation, par message privé :
    https://www.facebook.com/ardiconceptstore

    Suite de :
    https://seenthis.net/messages/781384

    #Palestine #Nourriture #Cuisine #Restaurants #Traiteurs #Cheffes #LaResistanceDanslAssiette #Paris

    A rajouter à ma recension sur « appropriation culturelle et Palestine » et sur la « vraie cuisine palestinienne ou moyen-orientale » :
    https://seenthis.net/messages/767469

  • Palestine-based Radio Alhara is organising a three-day worldwide protest starting on the 8th of July, in response to the proposed annexation of the West Bank. The three-day lineup of international artists is being mirrored by radio stations around the world. Tune in on their website to listen.

    #palestine #westbank #protest #radio #contemporaryart #activism #solidarity #music #soundart #radiostation #radioalhara #annexation

    Radio Alhara emerges in a time of isolation and boredom, a time where the future of the world as we know it remains unknown.

    The project is inspired by Radio il Hai Beirut and Radio Alhuma Tunis, which were in turn inspired by Radio Quartiere Milano.

    This is a communal radio station/program/project, it begins in Bethlehem and Ramallah, and aims to extend to other places in Palestine and throughout the world, an open platform for listening, adding, discussing, and chatting. So we can all go through this time of solitude while communicating and reminding each other of each other. We hope this is the beginning of a collective space that will continue once this worldwide crisis is over.

    We won’t know all the ones who are listening, nor the ones who will be adding and broadcasting, such is this digital situation we are living in now. But we send hope and courage to everyone, and we tell you: See you soon!

    https://yamakan.place/palestine

  • Gratuit pendant une semaine :

    INFILTRATORS, de Khaled JARRAR, 2012, 70 mn (sous titres français)
    https://vimeo.com/96930510

    Le checkpoint est fermé : un chauffeur de taxi crie "Détour ! Détour !" annonçant le début d’une nouvelle recherche aléatoire pour contourner les barrières qui entravent la circulation des Palestiniens en Cisjordanie.
    "Infiltrators" est un "road movie" viscéral qui raconte l’obligation quotidienne pour les Palestiniens de toutes origines de rechercher les itinéraires à travers, sous, autour et au-dessus d’une déconcertante matrice d’obstacles. Khaled Jarrar accompagne ce « jeu » du chat et de la souris à l’aide d’une caméra vidéo portative.
    Ce film, son premier #documentaire, a remporté le prix "Muhr" du documentaire arabe, le prix spécial du jury, le prix international de la critique et le prix Gold Hugo du meilleur documentaire au Festival international du film de Dubaï en 2012.

    Né en 1976 à Jenine, #Khaled_JARRAR est diplômé en design d’intérieur, Université polytechnique de #Palestine, Hébron, il a suivi le Cours avancé de photographie de l’Université de Birzeit, il est diplômé en arts visuels, Académie internationale des arts, Ramallah.
    Il vit et travaille à Ramallah., il expose dans le mode entier (parfois en son absence quand il est empêché de sortir de Cisjordanie par les autorités israéliennes).

  • La top model Bella Hadid critique Instagram pour avoir censuré sa publication sur la #Palestine | Middle East Eye édition française
    https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/bella-hadid-mannequin-critique-instagram-censure-palestine

    On ne sait pas exactement pourquoi la plateforme a choisi de supprimer la photo, toutefois, Bella Hadid a plus tard publié une capture d’écran du message qu’elle a reçu d’Instagram, citant des infractions aux règles de la communauté, notamment le harcèlement et l’intimidation. 

    Bella Hadid a taggué Instagram, demandant à la plateforme pourquoi sa publication avait été supprimée.

    « En quoi le fait d’être fière du lieu de naissance de mon père, la Palestine, constitue “de l’intimidation, du harcèlement, une nudité choquante ou à caractère sexuel” ? Ne sommes-nous pas autorisés à être Palestiniens sur Instagram ? Pour moi, ça, c’est de l’#intimidation », estime-t-elle dans sa publication. 

    « Vous ne pouvez pas effacer l’histoire en réduisant les gens au silence. Cela ne fonctionne pas comme ça », ajoute-t-elle.

    #censure #sans_vergogne

  • Israel annexation plan: Jordan’s existential threat | Middle East Eye

    https://www.middleeasteye.net/opinion/israel-annexation-why-jordan-problem-too

    http://www.middleeasteye.net/sites/default/files/images-story/king+abdullah%20ii%202020%20%28Yousef%20Allan%3AJordanian%20Royal%20P

    More than any other Arab state, Jordan’s past, present and future are inextricably linked to the question of Palestine. Jordan’s emergence is an outcome of British imperialism, which imposed the infamous Balfour Declaration and the Zionist settler-colonial project on the indigenous population of Palestine and the region.

    Settler-colonialism is the essence of the question of Palestine. All else is derivative. Jordan emerged out of this historical reality, and therefore, its present and future will always be subject to it.

    #israël #palestine #jordanie #annexion

  • Elderly Palestinian dies in Israeli jails due to medical negligence | Days Of Palestine
    Jul 06, 2020
    https://daysofpalestine.com/post/14574/Elderly-Palestinian-dies-in-Israeli-jails-due-to-medical-negligence

    A 75-year-old Palestinian man from Gaza serving a life sentence in Israel for resisting the occupation has died today of cancer, said the Palestinian Detainees Commission, which in turn blamed his death on medical negligence by the Israel Prison Service (IPS).

    It said Sadi Gharabli , from Shajayeh in the northern Gaza Strip, has served 26 years of his life sentence when he died of prostate cancer.

    Gharabli was arrested in 1994 and then placed in solitary confinement until 2006 during which he developed various health problems, including diabetes and poor sight and hearing until he recently was diagnosed with prostate cancer.

    The Detainees Commission said the IPS has refused several appeals to move him to Ramla prison clinic for treatment and left him in his cell causing a serious setback to his health until he was said to be in a coma before pronouncing him dead. (...)

    #Palestine_assassinée

    • Statement : “Death Of Palestinian Detainee Not Confirmed”
      July 7, 2020 9:28 AM Saed Bannoura
      https://imemc.org/article/statement-death-of-palestinian-detainee-not-confirmed

      The Israeli Prison Service has not yet officially informed the Palestinians or the Red Cross of the death of a Palestinian detainee in prison, while the current information reveals that the detainee is likely clinically dead, but so far, there has been no official confirmation, despite various conflicting reports.

      Former political prisoner, researcher and the head of the Studies and Documentation Committee of the Palestinian Commission of Detainees and Ex-Detainees, has informed the International Middle East Media Center (IMEMC) that the Israeli Prison Service has not informed any party that the detainee, Sa’ad al-Gharabily, 75, has died, and only announced he is in a critical condition, or possibly clinically dead.

      Ferwana added that his department is still awaiting an official confirmation about the detainee’s condition, and held Israel fully responsible for his life, especially amidst the lack of proper medical treatment to the detainees.

      “We can only hope that al-Gharabily is alive, and we wish him a full recovery; we also hold Israel fully responsible for what happens to him,” Ferwana told the IMEMC, “All that we know, especially since Israel is not providing much information, is that the detainee is still alive, but in a very critical condition.”

      It is worth mentioning that al-Gharabily is from the Gaza Strip, and was taken prisoner in the year 1994, before he was sentenced to life in prison after being convicted of participating in attacks against Israeli occupation targets.

      Ferwana voiced an appeal to media outlets to refrain from publishing unconfirmed reports, that are largely conflicting and only cause more agony and suffering to the families of the detainees.(...)

    • Elderly Palestinian Detainee Dies In Captivity
      July 8, 2020 10:56 AM - Saed Bannoura
      https://imemc.org/article/elderly-palestinian-detainee-dies-in-captivity

      The Palestinian Commission of Detainees’ Affairs has confirmed, on Wednesday morning, the death of an elderly Palestinian political prisoner at Israeli medical center following years of medical neglect.

      The Commission stated that Sa’adi Khalil al-Gharabily , 75, from Gaza, has died on Wednesday morning, at an Israeli medical center, after suffering for several years from various health conditions, including cancer.

      Qadri Abu Bakr, the head of the Commission, has reported that Israel confirmed his death to one of its lawyers, adding that the detainee died at Kaplan Medical Center.

      Although some media outlets have reported his death, Tuesday, the detainee was still in a critical condition hooked life support machines, before he was declared clinically dead, and eventually died.

      It is worth mentioning that his family has been denied the right to visit with him since the year 1999.

      The Commission called on Israel to transfer his corpse to the Palestinians for an autopsy and a proper burial ceremony.

      Former political prisoner, researcher and the head of the Studies and Documentation Committee of the Palestinian Commission of Detainees and Ex-Detainees, Abdul-Nasser Ferwana, has confirmed to the IMEMC the death of al-Gharabily, and stated that the deceased was the second oldest detainee in Israeli prisons, the oldest being Fuad Shobaki, 80.

  • L’anti-impérialisme en France aujourd’hui :
    La gogôche « radicale » aux abonnés absents Jean-Pierre Garnier
    http://www.librairie-tropiques.fr/2020/07/la-gogoche-radicale-aux-abonnes-absents.html

    Il fut un temps où nos intellos «  degauche  », soit l’élite de la petite bourgeoisie intellectuelle — alias la « classe moyenne éduquée » — soutenaient sans faillir, ne serait-ce que verbalement, les luttes de libération menées par les peuples contre le colonialisme et l’impérialisme qui les opprimaient. Or, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Depuis la fin du siècle dernier, la majorité d’entre eux font écho, quand ils ne se taisent pas, à la propagande « occidentale » contre les « régimes » décrétés incompatibles avec le respect de la démocratie et des droits de l’homme. Comme par hasard, tous ceux qui font obstacle à l’hégémonie d’une bourgeoisie devenue transnationale.

    Cela a commencé avec le démembrement programmé de la Yougoslavie où des « penseurs critiques » parmi les plus en vue dans le landerneau universitaire où ils achevaient de rompre avec le gauchisme qu’ils avaient professé naguère, discernaient en Slobodan Milosevic le « Hitler des Balkans ». Cela continua avec les interventions militaires successives, directes ou par djihadistes interposés, pour « reconfigurer le Moyen Orient », menées par la coalition États-Unis-Grande-Bretagne-France, avec l’aide des pétromonarchies vassalisées de la région. Les bombardements et massacres en tout genre de populations civiles auxquels ont donné lieu ces opérations menées sous la bannière du « devoir d’ingérence » n’ont pas suscité d’indignation et encore moins de mobilisations parmi nos diplômés ès causes humanitaires. Et que dire de la contre offensive étasunienne visant des gouvernements « démocratiquement élus » au Brésil, en Équateur, en Bolivie ou au Venezuela qui tentaient d’améliorer vaille que vaille le sort des classes populaires en desserrant l’étreinte du voisin du nord qui fait depuis des lustres de l’Amérique latine son « arrière-cour » ? A t-on vu nos vaillants marxistes de la chaire et autres rebelles de confort s’élever contre les manœuvres, les chantages, les blocus et tentatives de renversement voire d’assassinat opérés pour se débarrasser de ces gêneurs qu’étaient Lula da Silva, Rafael Correa, Evo Morales ou, aujourd’hui encore, Nicolás Maduro ?

    Tous ces sachants s’étaient voulus « Charlie » en 2015 à la suite des attentats terroristes contre le journal du même nom, défilant sagement au sein une énorme manifestation sponsorisée par un État qui, avec d’autres au même moment, apportait son appui aux djihadistes qui mettaient la Syrie à feu et à sang, pour en finir avec un « régime » dont le dirigeant «  ne méritait d’être sur terre  », selon Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères du gouvernement sociétal-libéral cornaqué par François Hollande, et qui trouvait de ce fait que Al Nosra faisait « du bon boulot » . Et voilà maintenant que le régime sioniste peut poursuivre ses exactions sans que les autres États du monde ne prennent la moindre mesure pour en bloquer le cours, avec le silence de ces porte-voix de la France « degôche », qui vaut approbation tacite. L’annexion de la Palestine passera simplement d’une situation de fait à une normalisation qui permettra au système d’apartheid israélien d’étendre encore ses frontières et réduire l’archipel palestinien déjà ghettoïsé à la portion congrue. Après quelques semaines de turbulences, les choses rentreront dans l’indifférence habituelle puis l’oubli, la période estivale tombant à point nommé. Nos petits bourgeois titrés seront alors sur les plages ou dans leurs résidences secondaires, attendant la rentrée pour déverser à nouveau leur logorrhée érudite sur les « nouveaux possibles ouverts à l’émancipation » par la coalition rosâtre-verdâtre sortie victorieuse des municipales, annonciatrice de « Lundis matins »[1] qui chanteront au rythme de la préparation de la présidentielle de 2022. Dans quel type de combat vont-ils donc s’engager d’ici là, mis à part la signature d’« appels » aussi grandiloquents que dérisoires pour que le « jour d’après » non plus la pandémie, mais la prochaine échéance électorale, ne ressemble pas à ceux qui ont précédé ?

    On en aura déjà une petite idée à la lecture d’une tribune collective — une de plus ! — d’intello hexagonaux de haut rang, incendiaire voire menaçante, publiée dans L’ImMonde , sitôt connue la victoire du Rassemblement national aux municipale à Perpignan. Cette tribune n’a rien à voir a priori, et a posteriori non plus, avec le contexte géopolitique actuel marqué plus que jamais par les initiatives mortifères de l’impérialisme hors de l’hexagone et, en particulier au Moyen Orient, avec le concours actif, dans ce dernier cas, de l’État sioniste. Mais c’est précisément ce contraste entre, d’une part, la non intervention, si l’on peut dire, persistante des membres de notre caste d’humanistes mondains, dans les affaires du monde, et, d’autre part, le raffut auquel un échantillon représentatif de ses membres a cru bon de se livrer à propos d’une affaire interne ne concernant que les Français — et encore seulement une infime minorité d’entre eux — qui est en lui-même significatif.

    À peine le nouveau maire de Perpignan, Louis Aliot, élu, une quarantaine d’intellectuels de haute volée labélisés « degôche » — encore que nombre d’entre eux eussent voté Macron à la présidentielle de 2017 pour, comme de coutume, « faire barrage à… » — se sont précipités pour fustiger par avance sa mainmise sur un centre d’art au nom emblématique pour les gens dotés d’une culture progressiste conséquente : Walter Benjamin. La célérité extrême de leur réaction collective — l’article, en date du mercredi 1er juillet et paru à la mi-journée du jour précédent, a été sans doute rédigé dès le lendemain des élections voire peut-être avant —, laisse soupçonner que ses rédacteurs avaient anticipé l’arrivée au pouvoir municipal de l’ex-compagnon de Marine Le Pen. Quoiqu’il en soit, par la violence même de leurs propos, ils laissaient clairement entendre qu’un sacrilège serait en voie d’être commis, et que laisser la nouvelle municipalité gérer cet équipement culturel reviendrait à profaner la mémoire de Walter Benjamin et, au-delà, de toutes les victimes du fascisme. Indignés, les signataires ont en effet découvert, « non sans frémir » [sic], au fil du programme de Louis Aliot, son intention de dédier ce lieu actuellement fermé à « la création et au devoir de mémoire » . Comble d’impudence de la part d’un leader d’extrême droite : il n’aurait pas hésité à évoquer, comme thèmes d’exposition et de conférence, « outre la mémoire juive, les Gitans et l’histoire tragique la Retirada espagnole » des Républicains vaincus par le franquisme. Une double phrase tirée des écrits de Walter Benjamin sert d’intitulé à la tribune et en résume la problématique : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté. Et cet ennemi n’a pas fini de triompher. »

    Bref, nous voilà une fois de plus replongés dans « les heures les plus sombres de notre histoire » !

    Il s’ensuit que l’urgence serait une fois de plus à la « résistance » . Le « No pasarán ! » reprend évidemment du service, et nos insurrectionnels de papier d’appeler à « arracher le nom de Walter Benjamin — pour le mettre en sûreté — des mains de l’extrême droite et de ceux qui réécrivent l’histoire à l’encre des oppresseurs d’hier ». Menaçants, ils promettent même de s’opposer « fermement, et par tous les moyens disponibles » à ce qu’ils considèrent comme une forfaiture : associer le nom d’un intellectuel apatride, pourchassé, exilé, sans argent, drogué et incompris qu’ils se sont choisi comme figure emblématique de la dissidence dont ils se revendiquent, à la réouverture d’un centre d’Art sous la mandature d’un maire appartenant au R.N. « Louis Aliot sera-t-il obligé de débaptiser le centre d’art Walter Benjamin ? » , s’interrogeait peu après un plumitif du journal local, L’Indépendant ? Peu importe, même si ce changement de nom, aussi bien intentionné soit-il, risquerait d’aggraver le cas le Louis Aliot aux yeux de certains de ces furieux qui y verraient une seconde mort, symbolique cette fois-ci, infligée à celui qui se l’était lui-même donnée une première fois non loin de Perpignan, à Port Bou. Car, ce qui est idéologiquement significatif avec cette mobilisation post mortem de quelques notabilités de la pensée critique[2], est qu’un Georges Ibrahim Abdallah, un Marwan Bargouthi ou encore un Julian Assange, emprisonnés jusqu’à ce que mort s’ensuive pour avoir lutté contre l’iniquité de régimes pseudo-démocratiques, n’aient pas bénéficié de pareille attention de la part de nos clercs.

    Que ceux-ci ne se soient pas dressés sans attendre pour exiger leur libération immédiate, alors que ces véritables « combattant de la liberté » sont encore vivants. Il est vrai que, à la différence de Walter Benjamin, ces prisonniers politiques n’ont pas laissé d’œuvres littéraires se prêtant à d’innombrables gloses savantes et donnant lieu à de multiples colloques ou séminaires. Mais la malchance de ces militants engagés en actes et pas seulement en paroles est surtout, semble t-il, de l’avoir fait au mauvais endroit, c’est-à-dire dans le camp du Mal, et au mauvais moment, soit dans une période, historique aux deux sans du terme, où notre intelligentsia a rallié, ouvertement ou non, le camp du Bien tel que le définit l’Occident.

    Le syntagme « intellectuel de gauche » serait-il, dès lors, en passe de devenir une contradiction entre les termes ? C’est du moins la question que l’on s’autorise à poser quand on confronte les prises de positions, toutes tendances idéologiques confondues, qu’adoptent publiquement des individus qui se posent en réfractaires vis-à-vis de la société capitaliste qu’ils dénigrent, à la position objective qu’ils occupent en son sein. Tout se passe, en effet, comme s’ils aimeraient garder (ou acquérir, pour les nouveaux venus) les avantages symboliques que procure la posture critique tout en conservant le train et le mode de vie confortables attachés au statut d’intellectuel professionnel.
     
    Jean-Pierre Garnier.

    [1] Lundi matin : site internet qui sert de bible aux anarchoïdes.
    [2] Mentionner leurs noms serait leur faire une publicité supplémentaire. Les médias mainstream y pourvoient déjà.

    go#Gôche #classe_moyenne #CSP+ #bourgeoisie #bourgeoisie_transnationale #Yougoslavie #Moyen_Orient #devoir_d’ingérence #Brésil #Équateur #Bolivie #Venezuela #Lula_da_Silva #Rafael_Correa #Evo_Morales #Nicolás_Maduro #sociétal-libéral #charlie #Syrie #laurent_fabius #degôche #Palestine #ImMonde #tribune #Perpignan #Louis_Aliot #Walter_Benjamin #Perpignan #Georges_Ibrahim_Abdallah #Marwan_Bargouthi #Julian_Assange #intellectuel_de_gauche

    • Vers un boom immobilier « post-annexion » dans des colonies israéliennes du nord de la Cisjordanie
      https://www.rtbf.be/info/monde/detail_vers-un-boom-immobilier-post-annexion-dans-des-colonies-israeliennes-du-

      Dans la colonie israélienne d’Ariel, Perri Ben Senior n’attend qu’une chose : qu’Israël annexe cette partie du nord de la Cisjordanie occupée, avec pour conséquence espérée une hausse des prix de la pierre, ce qui serait une aubaine pour son agence immobilière.

      Ariel, ses 20.500 habitants, son université et ses centres commerciaux ont été mentionnés ces dernières semaines comme pouvant faire partie d’un premier round d’annexion de l’ensemble des colonies israéliennes et de pans de la Cisjordanie par l’Etat hébreu dans le cadre d’un plan proposé par l’administration américaine.

      Cela fera grimper les prix
      Selon certains observateurs, le gouvernement, qui peut en principe se prononcer depuis mercredi sur ce projet, pourrait chercher à temporiser ou commencer par annexer certaines grandes colonies, comme Ariel.

      Dans son agence immobilière, Perri Ben Senior espère que le Premier ministre, Benjamin Netanyahu, aille de l’avant avec le plan américain. « Cela fera grimper les prix des appartements et des terrains car il y aura plus de demandes », prédit-elle.

      Hausse de la demande

      Ailleurs en Cisjordanie, d’autres agents ont déjà constaté un changement depuis que le sujet de l’annexion monopolise les débats, à peine éclipsé ces derniers mois par la pandémie de nouveau coronavirus.

      Daniel Wach, dont l’agence est située dans la colonie d’Eli, à quelques kilomètres d’Ariel, dit avoir réalisé autant de transactions depuis mai que « ces dernières années ».

      « Ces 10 derniers jours, nous avons vendu six logements dans la colonie d’Alfei Menashe », raconte-t-il à l’AFP. « Ces maisons étaient sur le marché depuis des mois, j’ai donc demandé à nos clients pourquoi ils s’étaient soudainement décidés à acheter. Ils m’ont répondu que c’était par crainte d’une hausse des prix en cas d’annexion », ajoute-t-il.

      « Un endroit normal »
      Si Israël annexe des parties de la Cisjordanie, territoire palestinien qu’il occupe depuis 1967 —, les colons seront considérés par l’Etat hébreu comme des Israéliens à part entière et seront soumis à la loi civile israélienne et non plus militaire comme c’est le cas actuellement.

      « La Judée-Samarie (nom que les autorités israéliennes donnent à la Cisjordanie, NDLR) va devenir un endroit normal », se réjouit M. Wach.

      Et nombreux sont ceux qui estiment qu’Israël, une fois ces terres annexées, ne pourra plus les transférer aux Palestiniens en cas de création d’un Etat à eux, comme prévu par les accords d’Oslo signés en 1993.

      Prix plus accessibles
      Aujourd’hui, « les gens ont peur d’acheter dans les Territoires (palestiniens) parce qu’ils se disent : ’Et si demain on rend les Territoires (aux Palestiniens), qui va nous rembourser ? Qu’est-ce qui va advenir de cette maison que j’ai achetée ?’  », explique Perri Ben Senior.

      Depuis les accords d’Oslo, la population des colonies israéliennes, illégales selon le droit international, a plus que triplé pour dépasser aujourd’hui les 450.000 personnes.

      Outre les colons qui habitent en Cisjordanie pour des raisons idéologiques et religieuses, de nombreux Israéliens ont été attirés par les prix de l’immobilier, beaucoup plus bas qu’en Israël où ils ont flambé ces dernières années.

      Opportunité
      A 12 km d’Alfei Menashe, de l’autre côté de la « Ligne verte » qui sépare d’Israël la Cisjordanie, se trouve la ville de Kfar Saba, où il faut débourser environ 4,5 millions de shekels (1,1 million d’euros) pour une maison de sept pièces sur un terrain de 200 m2, explique M. Wach.

      A Alfei Menashe, un bien similaire coûte environ 2,2 millions de shekels (566.000 euros), soit moitié moins cher.

      « Immédiatement après l’annexion, les prix de l’immobilier bondiront de 10 à 15% dans les colonies. Et dans cinq à sept ans, ils auront augmenté de 30%, pas moins », assure M. Wach.

      Zeev Epstein, promoteur qui a enregistré un nombre record de ventes le mois dernier, partage le même optimisme.

      Le marché va devenir encore plus important
      La décision d’annexer « fera une grande différence », dit celui dont l’entreprise Harei Zahav ("Montagnes dorées" en hébreu) travaille exclusivement dans les implantations israéliennes.

      « Le marché va devenir encore plus important, il faut qu’on se prépare à travailler dur pour saisir cette opportunité », dit-il à l’AFP.

      En attendant que le gouvernement décide ou non d’aller de l’avant vers une annexion, M. Wach s’y voit déjà : « Quand Israël décidera que cet endroit est à nous, la réaction générale sera : ’ah ! Enfin !’ »

      #immobilier #logement #spéculation #annexion #colonies #Palestine #économie #urbanisme #spéculation #finance #politique #israël  #israel #bds #palestine_assassinée #occupation #colonisation #cisjordanie

  • The forgotten refugees of Palestine and Syria - IOL

    In many refugee camps around the world, death by starvation has become a bigger threat than the coronavirus.

    This is the result of an appalling abdication of responsibility by governments to protect refugees in what is fast becoming a human rights catastrophe.

    In Lebanon, which hosts an estimated 1.5 million Syrian refugees and 175,000 Palestinian refugees, seven out of 10 refugee households have lost their livelihoods and are barely surviving. Refugees are far more afraid of hunger than Covid-19.

    Lebanon has descended into economic collapse and its people are struggling to provide for themselves, which has eroded the capacity for even the smallest acts of generosity towards the refugees.

    #Covid-19#Liban#Palestine#migrant#camps#syriens#santé

    https://www.iol.co.za/news/opinion/the-forgotten-refugees-of-palestine-and-syria-50284481

  • Achille Mbembe : « La lutte contre l’antisémitisme échouera si l’on en fait une arme pour pratiquer le racisme »
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2020/06/30/achille-mbembe-la-lutte-contre-lantisemitisme-echouera-si-lon-e

    Le philosophe, historien, politologue et penseur post-colonialiste camerounais a été la cible d’une intense controverse en Allemagne. La raison ? Il lui est reproché d’avoir dressé un parallèle entre l’apartheid en Afrique du Sud et la situation des Palestiniens. Source : Agence Media Palestine

  • All eyes on the West Bank as Israel makes fateful decision in its modern history

    ‘I BELIEVE that this would be a historic mistake.” So wrote former Israeli Foreign minister Tzipi Livni last week in an opinion piece in the Washington Post. She was of course talking about the prospective moves by the current Israeli government to begin unilaterally annexing territories in the West Bank, moves that could begin as early as this Wednesday.

    Livni’s misgivings would appear to be shared by many. In a joint letter published last Wednesday, 1080 parliamentarians from 25 European countries expressed their “serious concern” about the plan. More than 240 of the signatories are legislators in Britain, according to the BBC, who on its website said the Israeli embassy in London had declined to comment.

    “We are deeply worried about the precedent this would set for international relations at large,” the letter stated, adding that “acquisition of territory by force has no place in 2020”, while warning of the “commensurate consequences” such a move could spark.

    The letter, part of a wider global expression of concern, was initiated by four other prominent Israeli figures, including Avraham Burg, a former speaker of the Knesset, and Michael Ben-Yair, a former attorney general of Israel.

    Adding to the international appeal for Israel to think again about the plans, the United Nations secretary general, Antonio Guterres reiterated the UN’s own message “that annexation would be not only against international law but it would be a major factor to destabilise the region”.

    Speaking ahead of a high-level UN security council meeting on Wednesday on the Middle East, Guterres said annexation “would undermine what I believe is necessary, which is a two-state solution in which Israelis and the Palestinians can live together in peace, respect each other, and guarantee each other’s security”.

    “I hope that this voice of reason that is not only mine, it is echoing across the world, will be heard by the Israeli authorities and that annexation does not take place on July 1,” the secretary general added.

    For their part, Palestinian officials have threatened to abolish bilateral agreements with Israel if Prime Minister Benjamin Netanyahu goes ahead with the annexation.

    Senior Palestinian Authority (PA) official Hussein al-Sheikh told The New York Times that the PA was “not a charity” and would not stand idly by while Israel undermined its authority in the West Bank.

    His comments chimed with those of PA leader President Mahmoud Abbas, who in a speech before the Arab Parliament, the legislative body of the Arab League, said that if Israel went forward it would be forced to carry “the responsibilities of an occupier on the civilian population”.

    “Such an illegitimate measure will oblige Israel to assume the responsibilities of occupying power in accordance with the Fourth Geneva Convention,” said Abbas.

    The wording of the convention that Abbas referenced is very clear, stating its objective to protect any person “who, at a given moment and in any manner whatsoever, finds themselves, in case of a conflict or occupation, in the hands of a party to the conflict or occupying power of which they are not nationals”.

    In this case that occupying power would of course be Israel. Other Palestinian officials were quick also to stress how the annexation moves could cause an uptick in violence.

    Nabil Abu Rudeineh, an aide to President Abbas, warned of the dangers of retaliation for such a move, saying “there will be no security and stability without giving the Palestinian people their rights”.

    Perhaps more predictably, the armed wing of the Gaza Strip’s ruling Hamas group said annexation would be considered “a declaration of war on our people”.

    “We will make the enemy bite at its fingers with regret for this decision,” a Hamas spokesman said in a video message.

    It was following a power-sharing deal that led to the formation of the current Israeli government last month that allowed annexation to be put to a vote from July 1.

    In seeking to extend Israeli sovereignty over parts of the West Bank containing Jewish settlements, Netanyahu earlierwon the backing of US President Donald Trump’s administration in January.

    Trump’s version of his so-called Peace to Prosperity plan, allows Israel to keep up to 30% of the West Bank, including the Jordan Valley, as well as all existing Jewish settlements, which most of the world considers illegal.

    Flying in the face of previous US foreign policy, Trump has also slashed aid to Palestinians, severed diplomatic ties and declared all of the city of Jerusalem Israel’s capital, despite Palestinian claims over part of the city.

    Netanyahu’s annexation plans have also been given added urgency because of the impending US presidential election in November. Trump’s potential departure from the White House could scupper what Netanyahu and his supporters see as a “historic opportunity” to extend Israeli sovereignty over the West Bank, even if widely deplored as a violation of an international treaty forbidding annexation of occupied land.

    With the clock ticking down to a US election, Netanyahu might be encouraged to move quickly this week given that Trump is the only US president to have endorsed annexation and there are no guarantees Joe Biden would do the same were he to replace the incumbent US leader in November’s presidential ballot.

    Today more than 400,000 Jewish settlers live inside the West Bank, while another 230,000 others live in East Jerusalem. Alongside them are some three million Palestinians who see the West Bank as the heart of their future state.

    Israel has already annexed East Jerusalem and the Golan Heights, two other territories captured in 1967.

    Last month Jordan’s King Abdullah warned that if Israel annexed parts of the West Bank it would lead to a major clash with the kingdom.

    Along with Egypt, Jordan is the only Arab nation to have signed a peace treaty with Israel. But opinion polls in the kingdom have consistently shown that Jordanians overwhelmingly oppose the 1994 treaty that was signed one year after the Oslo peace accords between Israel and the Palestinians.

    Jordan would be “forced to review all aspects of our relations with Israel”, Prime Minister Omar al-Razzaz told French news agency AFP recently. The report also cited ordinary Jordanians as saying that Israel’s proposed move poses an “existential threat” for a country where more than half of the 10 million population are of Palestinian origin.

    As tension with Jordan grows, Israeli media reported that Yossi Cohen, chief of Israel’s external security service Mossad, visited Jordan and met with King Abdullah.

    For some time there have been suggestions that there are those within the Israeli political and military hierarchy who have been uneasy about taking unilateral steps on annexation that could influence the future of ties with Amman.

    Reports suggest that Cohen was apparently sent to Jordan directly by Netanyahu (below) and while few details have emerged, the aim of the visit, say some observers, was likely an attempt to reassure the Jordanian monarch.

    Such uneasiness is not confined to Israel’s neighbours, with reports in The Times of Israel that the country’s own security chiefs appear to be at loggerheads over the potential fallout from the annexation moves.

    According to Israel’s Channel 12 news last Thursday and cited by The Times of Israel, the heads of the Israel Defence Forces (IDF), Shin Bet (internal security) and Mossad (external intelligence) took part in a meeting of the high-level security cabinet last week during which ministers had distinctly differing views on the possible ramifications of West Bank annexation.

    Quoting unnamed ministers present at the meeting, the network said IDF chief of staff Aviv Kochavi and military intelligence commander Tamir Hayman warned annexation could spark violent unrest in the West Bank, including shooting attacks on Israeli civilians and soldiers.

    THE military chiefs and their Mossad counterparts were also said to be “at odds” on whether the move will be met with significant Palestinian violence or not. Yossi Cohen was said to be dismissive of IDF concerns and predictions of a violent response by Palestinians.

    “I don’t accept the claim that annexation will necessary lead to violent responses,” Cohen was quoted as saying in the meeting.

    According to Channel 12, two ministers were also reported as admitting that they had not seen such a sharp disagreement between the security services for some time.

    “There seems to be no homogeneity in thinking, intelligence or insights,”

    Channel 12 cited them as saying.

    Some observers suggest that such differences of opinion at both a military and diplomatic level appear to be compounded by the continuing uncertainty over precisely what Netanyahu’s next move might entail next week or beyond.

    For the Israeli leader, a clear green light from Washington is a prerequisite for the start of any annexation process and the signs are that the White House remains cautious. “There is as yet no final decision on the next steps for implementing the Trump plan,” one of the US officials told Reuters news agency on Thursday, referring to the president’s Israeli-Palestinian blueprint that could provide a basis for Netanyahu’s next move.

    Among the main options under US consideration is a gradual process in which Israel would initially declare sovereignty over several settlements close to Jerusalem instead of the 30% of the West Bank envisaged in Netanyahu’s original plan, a source close to the matter is said to have told Reuters.

    The uncertainty has left many senior Israeli diplomats in something of a quandary.

    A few days ago Bloomberg international news agency, citing an Israeli foreign ministry official who asked for anonymity in discussing internal affairs, described how it had “put the nation’s representatives in the uncomfortable position of having to fend off allies peppering them with requests for information”.

    A ministry spokeswoman declined to comment on the remarks, the Bloomberg agency also confirmed.

    As this weekend’s edition of The Economist observed, for the moment July 1 is less a deadline than a starting point over annexation.

    The Israeli leader continues to play his cards close to his chest. The magazine also reported that on June 3 Israeli security officials held a war game manoeuvres in preparation for possible violence, but remained unclear about their own government’s intentions.

    “Annexation? What annexation?” the magazine quoted an Israeli diplomat as asking.

    Even with just days to go, Netanyahu’s government still hasn’t spelled out in public or apparently in private what it intends to do.

    On the one hand Netanyahu could decide to annex large swathes of territory or annex nothing at all. Then again, as many observers now believe, he will most likely do something in between.

    “We’re sort of haphazardly leaping into this,” said Chuck Freilich, a former deputy national security adviser and member of the Commanders for Israel’s Security group, which opposes the move.

    “This isn’t the way you go about one of the most important and consequential decisions in Israel’s history,” Freilich told Bloomberg in an interview, as the clock continues to tick down towards July 1.

    There remains, of course, the unlikely possibility that Netanyahu might reconsider his annexation plans.

    This would not only go down badly with his supporters but also do little to change the reality on the ground for Israelis and Palestinians alike, say Middle East watchers.

    Be it European parliamentarians, diplomats, those Democrats in America who oppose annexation or ordinary Israelis and Palestinian alike, there is much apprehension over how events will unfold in the coming days and weeks.

    “Israel is about to make one of the most fateful decisions in its modern history – a decision that will have a profound impact on its future as a Jewish democratic state and on the prospect for peace,” observed Livni in her Washington Post opinion piece last week, underlining the seriousness of what is at stake.

    Palestinians likewise are under no illusions over what it means for their community. All eyes are on what Benjamin Netanyahu does or doesn’t do next.

    https://www.thenational.scot/news/18547371.eyes-west-bank-israel-makes-fateful-decision-modern-history/?ref=twtrec
    #Cisjordanie #Israël #Palestine #annexion

    ping @reka @nepthys

  • La France vient de prendre la présidence du Conseil de sécurité de l’ONU :

    Nous sommes à un tournant dans l’histoire du conflit israélo-palestinien
    INTERVENTION A TITRE NATIONAL DE M. NICOLAS DE RIVIERE REPRESENTANT PERMANENT DE LA FRANCE AUPRES DES NATIONS UNIES AU CONSEIL DE SECURITE, New York, le 24 juin 2020
    https://onu.delegfrance.org/Nous-sommes-a-un-tournant-dans-l-histoire-du-conflit-israelo-palest

    Ces paramètres sont clairs et bien connus : deux Etats, vivant en paix et en sécurité le long de frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem comme capitale des deux Etats. Une annexion, quelle qu’en soit le périmètre, serait un pas sans doute irréversible dans la direction inverse : celle de l’Etat unique, qui mettrait un terme aux aspirations nationales des Palestiniens et au projet démocratique israélien.

    Même s’il veut bien faire, le passage en gras est une affirmation raciste, qui reprend le discours de Jean-Yves Le Drian au Sénat :
    https://seenthis.net/messages/863022

    #Palestine #ONU #France #annexion #racisme