person:philippe menut


  • Cinéma-débat : «La tourmente Grecque»
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article771

    Jeudi 29 septembre à 20H30 En collaboration avec Les Amis du Monde Diplomatique, l’Université Populaire de Toulouse, Horizons Grecs et Égalité Toulouse Mirail 31 : projection unique suivie d’une rencontre avec le réalisateur Philippe Menut et Christos Zias, président de l’association Horizons Grecs. Documentaire de Philippe Menut France 2015 1h15 « La Grèce est un laboratoire pour tester sur un petit pays une politique effroyable au nom d’une dette artificiellement gonflée. Depuis le début des (...)

    #Cinéma_-_débat


  • Projection de ’La tourmente grecque II’
    https://zad.nadir.org/spip.php?article3575

    En présence de Philippe Menut , réalisateur du film et journaliste indépendant et de Patrick Dubreil , médecin généraliste. Ce dernier s’est rendu à Athènes en mai 2015 au sein du Collectif France Grèce pour la Santé (CFGS) et début novembre 2015 avec des adhérents de son syndicat, à la rencontre des citoyens-militants, soignants ou non, qui font vivre depuis 8 ans une cinquantaine de dispensaires médico-sociaux et pharmacies solidaires auto-gérés dans toute la Grèce, des personnels de dispensaires (...)

    #Agenda


  • « La #Tourmente_grecque » : mortalité infantile + 43 %
    http://blogs.mediapart.fr/blog/yves-faucoup/310715/la-tourmente-grecque-mortalite-infantile-43

    Le taux de mortalité infantile a progressé en Grèce, depuis le début de la crise, de 43 %. C’est à ce taux que l’on reconnaît le niveau de développement d’un pays. La Tourmente grecque, film de Philippe Menut, rappelle cette triste réalité, et bien d’autres, qui montrent que la Grèce sert de « cobaye » aux spéculateurs.

    Le réalisateur, Philippe Menut, a été journaliste à France 2 et à France 3. Ce film, débuté en 2012, est régulièrement actualisé. Il décrit la crise humanitaire, véritable « guerre économique et sociale » : 30 000 sans-abri à Athènes, retraites réduites de 25 %, budget de la santé amputé du tiers, chômage multiplié par 3, services publics sinistrés. Alors que les prix sont ceux de Paris ou de Londres, les salaires sont ceux de Bulgarie. Le salaire minimum est à 480 €, 40 % des Athéniens ont passé le dernier hiver sans chauffage.

    #Grèce #austérité

    • Alors que les prix sont ceux de Paris ou de Londres, les salaires sont ceux de Bulgarie.

      c’est pas pour faire l’avocat du diable, mais les loyers Athéniens sont (très) loin de ceux de Paris ou de Londres... Je ne sais pas pour la Bulgarie, mais le Smic Serbe est à 150 euros, alors que le grec est de 500... Je sais pas s’il y a vraiment un intérêt à rendre la situation plus dramatique qu’elle n’est...

    • bon selon ce truc http://seenthis.net/messages/377073

      le salaire minimum en #Bulgarie est de 173 euros... (161 pour les serbes). Je ne connais pas Yves Faucoup, peut-être qu’il bosse sérieusement, mais du coup, j’aimerais bien savoir d’où ça vient ce truc de 43%... Il y a quand même un truc dégueulasse à renvoyer la crise grecque dans les cordes de l’imaginaire des balkaneux qui puent des pieds... (aux stéréotypes de merde sur les balkans pour le dire intelligiblement). Je suis franco-grec, j’ai grave les boules avec ce qui se passe en ce moment, mais Syriza a déjà assez merdé comme ça avec ce genre de propagande.

    • D’après Eurostat
      http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui/show.do?dataset=demo_minfind&lang=fr

      +------------------------+------+------------+-------+
      | taux de mortalité infantile (‰)                    |
      +------------------------+------+------------+-------+
      | année                  | UE27 | EuroZone18 | Grèce |
      +------------------------+------+------------+-------+
      | 2004                   |  5,1 |        4,1 |   4,1 |
      | 2005                   |  4,9 |        4,0 |   3,8 |
      | 2006                   |  4,7 |        3,8 |   3,7 |
      | 2007                   |  4,5 |        3,7 |   3,5 |
      | 2008                   |  4,3 |        3,6 |   2,7 |
      | 2009                   |  4,2 |        3,6 |   3,1 |
      | 2010                   |  4,0 |        3,4 |   3,8 |
      | 2011                   |  3,9 |        3,4 |   3,4 |
      | 2012                   |  3,8 |        3,3 |   2,9 |
      | 2013                   |      |            |   3,7 |
      +------------------------+------+------------+-------+

      Mêmes données sur le site de l’Institut de statistiques grec (moins l’année 2013) - publication de mars 2015
      http://www.statistics.gr/portal/page/portal/ESYE/BUCKET/General/LivingConditionsInGreece_0315.pdf

      Graphiquement

      soit une évolution similaire à celle de l’Eurozone
      (les fluctuations sont importantes car les effectifs sont plus faibles - 300-350 décès infantiles par an en Grèce)

      En revanche, d’après les mêmes sources, les naissances (2013) ont baissé de 20% depuis 2008.
      Après une hausse de 14% depuis 2002, il est vrai.

    • pfff je dis merci mais je comprends rien à ces tableaux... Juste la Bulgarie a l’air bien plus loin (7,3 en 2015 (7,3% des enfants qui meurent ?), et la comparaison est conne et blessante pour tout le monde... Bon je veux pas troller non plus... fuck it

    • L’article cite Médecins du monde comme source de cette statistique, et d’autres articles ont diffusé cette affirmation en mars 2013. Ils s’appuient sur une citation extraite de ce papier (sous paywall, mais trouvable ailleurs) :
      http://www.lalibre.be/actu/international/grece-une-decomposition-pure-et-simple-du-systeme-de-sante-530cd36b35708d729

      Selon Liani Maili, présidente de Médecins du Monde Grèce, la régression ne s’arrête pas là. « La mortalité infantile a augmenté de 43 % », indique-t-elle. « Ici, la situation est extrême. On assiste à la décomposition pure et simple du système de santé. Il y a des millions de gens exclus du système. Et ceux qui en bénéficient ne peuvent y avoir accès, car il a fermé ses portes. Il y a aussi ceux, de plus en plus nombreux, qui ont un travail et un salaire, mais qui ne peuvent payer leurs médicaments. Ceux-là aussi, on doit s’en occuper. La situation est tragique. »

      Même date, autre source ici (mais l’eurodéputé a pu reprendre les données de MDM)
      http://www.euractiv.fr/sante/lausterite-grecque-augmente-le-n-news-534001

      Selon l’eurodéputé allemand libéral Jorgo Chatzimarkakis, le pays a atteint le taux de mortalité de nouveau-nés le plus haut depuis la Seconde Guerre mondiale : il a augmenté de 43 % depuis la mise en place des mesures d’austérité.

      Et... cela avait fait l’objet d’un « décryptage » par France Info en janvier 2015, qui cite l’OMS comme véritable source et indique que le calcul est biaisé : « L’austérité a fait bondir la mortalité infantile en Grèce ? »
      http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2014-2015/les-plans-d-austerite-ont-fait-bondir-la-mortalite-infantile-en-grece-20-

      D’après Cécile Duflot, « les plans d’austérité imposés par la troïka ont provoqué une hausse de la mortalité infantile de 42%. Voilà la réalité de ce pays, qui est membre de l’Union européenne ».

      Faux.

      L’ancienne ministre reprend en fait le chiffre et le postulat d’un article publié par deux chercheurs dans la revue médicale The Lancet en février 2014.

      « Les mesures d’austérité en Grèce ont affecté la santé des enfants, en raison de la baisse des revenus des familles et du chômage des parents (...). La baisse de long-terme de la mortalité infantile s’est inversée, augmentant de 43% entre 2008 et 2010 », expliquent notamment les deux auteurs, chercheurs à la London School of Hygiene & Tropical Medecine et à l’Université d’Oxford.

      Ce chiffre de 43% vient en fait des statistiques officielles de l’Organisation mondiale de la santé. D’après l’OMS, pour un millier de naissance sur une année, il y a eu 2,65 décès d’enfants de moins d’un an en 2008 contre 3,15 en 2009 et 3,8 en 2010. Ce qui fait donc une augmentation de 43,4% sur les deux premières années de la crise économique.

      Pas d’augmentation continue de la mortalité infantile

      Mais pour dégager une véritable tendance, il faut comparer l’évolution du taux de mortalité infantile entre les années qui précédent la crise et celles qui la suivent. En clair : ne pas se contenter de la période 2008-2010, comme l’explique un autre article publié en réaction dans The Lancet.

      En l’occurence, on se rend compte que 2008 a été marquée par un taux de mortalité infantile historiquement faible, avec une baisse record de 25% en un an. Il est donc difficile de prendre cette année comme période de référence de l’avant-crise économique. En 2010, le taux de mortalité infantile en Grèce était en fait équivalent à celui de 2005 (3.8).

      Ensuite, si les années 2009 et 2010 ont effectivement vu le taux de mortalité infantile augmenté de 43% par rapport à 2008, cette hausse n’a pas continué. Le deux années suivantes, il a ainsi chuté de 23,’% pour atteindre en 2012 le deuxième taux le plus bas depuis plusieurs décennies (2.91). A contrario, le taux est reparti à la hausse en 2013. Bref, il est difficile de constater une tendance stable sur la mortalité infantile en Grèce depuis la crise.

    • La vache, merci @intempestive je sais pas comment tu fait pour retrouver tout ça aussi vite...

      #les_chiffres_c'est_complexe (duh) on pourrait dire... Sais pas quoi penser du dit-décryptage... Sûr que le système de santé s’est pris une béquille, pas besoin d’eurostat pour savoir ça, le reste...

      De toute façon, j’ai pas vu le film, à peine lu l’article, donc je ferais mieux de me taire.

      Voulais juste dire que c’est pas la peine de prendre la Bulgarie comme référence du pays de merde (y a Puerto Rico qui monte en ce moment).

      Et que les loyers ne sont pas les même à Paris et à Athènes (les clopes et tout un tas d’autres trucs, d’accord, c’est plus cher ou équivalent en Grèce, ce qui est scandaleux ok ok).

      Aussi dire qu’il y a un drama biz journalo-critique que je sais pas si ce bulgarophobe (eh) en fait parti... mais ça y ressemble quand même un chouia... En tout cas, ça me saoule. Donc ce truc à peut-être pris pour les autres, j’en sais rien, j’ai pas vu le film (bis)...

      En fait peut-être juste qu’ils pensent rééquilibrer le rapport de force en tordant les choses à leur tour, mais ça ne me paraît pas du tout une bonne tactique de combat (en tout cas, c’est fourbe et malhonnête (comme quand Syriza se sert de la ERT pour faire sa propagande). D’autant plus que c’est pas les saloperies qui manquent...

    • Les « chiffres de l’OMS » sont ceux d’Eurostat qui, eux-mêmes, sont ceux de l’Institut statistique de Grèce (il n’y a pas 3 sources différentes pour ce type de statistiques). Et sont ceux reproduits dans le tableau ci-dessus.

      De fait, si on prend 2008-2010, on a bien +41% (différence dues aux arrondis), mais si on prend 2010-2012, on a -24%

      Si on prend du recul (graphique), on a bien un retournement en 2008 avec remontée de la mortalité infantile, mais avec des fluctuations importantes.

    • “Trollation” c’est pas mieux que “trollage” a mon avis @tintin mais c’est aussi rigolo. Sinon essay “Trollisme” peut être, les ismes Ca s’accorde avec tout. Sinon j’ai déjà entendu l’expression avec “troll” sans modification. Ça donnerait « En ce qui me concerne ton “troll” etait bienvenu... »

    • tiens tiens, il semblerait que la comparaison Bulgare ait une plus longue histoire que ce que je croyais :

      Lorsque nous avons réagi devant leur exigence de réduire nos salaires pratiqués chez nous, et lorsque nous avons voulu les comparer avec les salaires des autres pays européens correspondants, vous savez ce que M. Thomsen avait-il dit ? ‘Vous faites une grosse erreur. Regardez les salaires en Europe du Sud-est et dans les Balkans, parce que vous y appartenez.’ Lorsque je lui ai demandé, ce qu’il en pensait, et ce que devrait être alors le salaire grec, il m’a dit, ‘300 €, c’est bon". “Quand je leur ai dit, ’tombons d’accord pour comparer la Grèce à un pays européen sur cette question des salaires’, alors leur position fut aussitôt bien claire : ’Il faut pratiquer les salaires de la Bulgarie’ . Rien n’a été implicite de leur part, ils nous l’ont dit”, propos cités par la presse grecque

      via : http://seenthis.net/messages/396379


  • Cinema-debat : La tourmente Grecque
    http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.php?article394

    Débat autour du documentaire la Tourmente Grecque en présence de l’auteur Philippe Menut et Nikos Smyrnaios à l’initiative de UD CGT31 et de l’Université Populaire de Toulouse le jeudi 2 avril à 20H30 à la Bourse du Travail. LA TOURMENTE GRECQUE donne la parole aux salarié-e-s, militant-e-s, économistes, médecins, ministres, chômeurs-euses, philosophes… Ils-elles donnent leur éclairage sur la crise vécue de l’intérieur, et témoignent de la résistance du peuple grec. Une analyse précise et claire des (...)

    #Cinéma_-_débat