provinceorstate:miranda

  • Venezuela : peu d’informations sur les événements en cours.
    Point à 14h30 (20h30 à Paris) : regroupements, utilisation de lacrymogène, un véhicule blindé a renversé des opposants, ailleurs (Puerto Ordaz) les véhicules auraient été éloignés des manifestants,…

    Los acontecimientos más relevantes de este 30 de abril en Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/politica/los-acontecimientos-mas-relevantes-este-abril-venezuela_280996

    Este martes el presidente interino de Venezuela, Juan Guaidó, hizo un llamado a materializar el cese de la usurpación. Guaidó se dirigió a la ciudadanía desde la Base Aérea La Carlota, donde anunció el alzamiento militar de los funcionarios de ese sitio y el respaldo a la causa opositora. 

    Guaidó: “El cese de la usurpación es irreversible”
    En la base militar también estuvo el dirigente opositor Leopoldo López, preso por motivos políticos desde el 18 de febrero del año 2014. 

    El dirigente opositor aseguró que el grupo de políticos y militares que se alzó en esta misma jornada contra Nicolás Maduro ha mantenido comunicación con altos cargos del gobierno chavista.

    López burló la condena de más de 14 años de cárcel que pagaba en su domicilio y se trasladó hasta la Base Aérea militar de La Carlota, en el este de Caracas, para acompañar al jefe del Parlamento, Juan Guaidó, quien junto con una centena de militares que se pronunciaron pidió a los venezolanos salir a las calles.

    Leopoldo López dice que alzados y gobierno de Maduro se comunican
    Luego del llamado de Juan Guaidó a la calle para apoyar el primer paso para el restablecimiento de la democracia, la ciudadanía se movilizó hasta el distribuidor Altamira, en la autopista Francisco Fajardo, así como a la plaza Altamira, en la avenida Francisco de Miranda. 

    Desde el momento en que llegaron, los manifestantes se enfrentaron a bombas lacrimógenas arrojadas por funcionarios afectos a Nicolás Maduro para dispersar la movilización. 

    Una tanqueta manejada por funcionarios castrenses arrolló a un grupo de manifestantes en el distribuidor Altamira. Hasta el momento se conoce que hubo un herido. 

    Ciudadanos llegaron al Distribuidor Altamira en apoyo a Juan Guaidó
    Funcionarios de Nicolás Maduro se manifestaron a través de las redes sociales en rechazo a las acciones de Juan Guaidó y de Leopoldo López para materializar el cese de la usurpación del gobierno de Venezuela. 

    Nicolás Maduro aseguró en su cuenta de Twitter que la situación está bajo control. Dijo que se ha comunicado con los comandantes de las regiones estratégicas de defensa integral y las zonas operativas de defensa integral, que supuestamente le indicaron normalidad en las filas militares y le expresaron su lealtad. 

    Delcy Rodríguez aseguró este martes que han “derrotado los golpes de Estado” y lo harán “nuevamente” con el alzamiento del presidente del Parlamento y también presidente interino, Juan Guaidó, quien recibió el apoyo de un grupo de militares de la Base Aérea La Carlota. 

    Vladimir Padrino dijo este martes que los cuarteles del país están funcionando con «normalidad» y rechazó el pronunciamiento que hizo más temprano Juan Guaidó desde la base aérea militar. También acusó a la oposición de «buscar derramamiento de sangre» y la hizo responsable de «toda muerte que ocurra en las calles».

    Ningún funcionario de Maduro, incluido este, ha ofrecido declaraciones televisadas en vivo. 

    Maduro asegura que tiene bajo su mando a todas las fuerzas armadas
    La comunidad internacional se ha manifestado con respecto a la situación que atraviesa Venezuela en estos momentos. Los presidentes de Panamá, Brasil, Francia, Estados Unidos, Colombia, Costa Rica manifestaron su respaldo a las aspiraciones democráticas de los venezolanos. 

    El Parlamento Europeo apoyó la gesta de Guaidó, mientras que la Organización de Naciones Unidas pidió a todas las partes en Venezuela evitar la violencia. 

    Comunidad Internacional apoya mayoritariamente el alzamiento en Venezuela

    (note : les titres graissés correspondent à des liens vers les articles mentionnés)

  • #Venezuela : encore une panne affectant la quasi totalité du pays. La cause n’est pas connue. La précédente a duré 48 heures…
    (un seul état n’est pas cité dans l’énumération ci-dessous : Amazonas)

    21 estados de Venezuela se quedaron sin electricidad este viernes
    http://www.el-nacional.com/noticias/servicios/estados-venezuela-quedaron-sin-electricidad-este-viernes_276955

    Una falla grave en el servicio eléctrico dejó sin energía 21 estados del país este viernes en la noche. Se desconocen las causas del apagón.

    Ciudadanos reportaron que los estados sin energía eléctrica son hasta ahora Táchira, Trujillo, Carabobo, Aragua, Anzoátegui, Vargas, Zulia, Miranda, Distrito Capital, Barinas, Sucre, Portuguesa, Apure, Cojedes, Falcón, Guárico, Lara, Mérida, Monagas, Nueva Esparta y Yaracuy.

    En Bolívar y Delta Amacuro hay reportes de bajones de luz. 

    Las entidades estaban recobrándose del apagón anterior, que duró más de 48 horas y afectó el servició de agua, por lo que ciudadanos debieron recurrir a ríos y quebradas para surtirse.

  • Venezuela : 14 (des 23) états affectés par une nouvelle panne électrique, cet après-midi. Une grande partie de la capitale également.

    14 estados afectados por falla eléctrica este lunes
    http://www.el-nacional.com/noticias/sociedad/estados-afectados-por-falla-electrica-este-lunes_276206

    Una nueva falla eléctrica se registra durante la tarde de este lunes en varias zonas de los estados Aragua, Anzoétegui, Miranda, Falcón, Mérida, Táchira, Sucre, Portuguesa, Nueva Esparta, Carabobo, Vargas, Lara, Yaracuy y Zulia.

    • En l’absence d’informations de Corpoelec, l’entreprise d’état, c’est Juan Guaidó qui, aidé par «  des travailleurs qui veulent le changement et produire l’énergie pour le Venezuela  », fournit le diagnostic : un incendie sur une ligne HT qui aurait provoqué des surcharges.

      Guaidó informó que apagón ocurrió por un incendio en una línea de tensión
      http://www.el-nacional.com/noticias/politica/guaido-informo-que-apagon-ocurrio-por-incendio-una-linea-tension_276286

      Un nuevo incendio en una línea de tensión provocó una sobrecarga que dejó a 16 estados del país sin flujo continuo de energía”, indicó Guaidó durante una entrevista a TV Venezuela.

      El mandatario indicó que el diagnostico y posterior conocimiento del motivo de la falla fue gracias a los trabajadores de Corpoelec que quieren un cambio en el país.

      Lo primero que hicimos fue levantar un nodo diagnóstico gracias a los trabajadores de Corpoelec que quieren cambiar y generar energía para Venezuela”, añadió.

    • La panne a été provoquée par une explosion dans la salle des transformateurs du barrage du Guri…

      ¿Cómo quedó el patio de transformadores del Guri luego del apagón ?
      http://www.el-nacional.com/noticias/servicios/como-quedo-patio-transformadores-del-guri-luego-del-apagon_276355

      Venezolana de Televisión publicó en su cuenta de Twitter una serie de fotografías en la que muestra cómo quedó el patio de transformadores de la central hidroeléctrica del Guri, en el estado Bolívar, luego de la explosión que causó el apagón de este lunes por la noche.

      Jorge Rodríguez sur Twitter : https://twitter.com/jorgerpsuv/status/1110562416969084928

      Al calcinar el patio y las vías de transmisión los terroristas lograron su cometido de que las máquinas de generación y la transmisión cayera generando el apagón. La derecha no tiene límites en su ambición y afán homicida

    • Juan Guaidó : le régime est si inefficace, qu’il mène une guerre électrique imaginaire et qu’il la perd en trois jours.

      _Les militaires russes ne sont pas venus avec des générateurs électriques ou des spécialistes. Ils n’apportent pas d’aide humanitaire [, eux !], ils se moquent bien que le peuple n’ait pas de lumière…

      Guaidó : El régimen es tan inútil que tiene una guerra eléctrica imaginaria
      http://www.el-nacional.com/noticias/politica/guaido-regimen-tan-inutil-que-tiene-una-guerra-electrica-imaginaria_276

      Este régimen es tan inútil que tiene una guerra eléctrica imaginaria y la perdieron en tres días”, comentó en una sesión de la Asamblea Nacional.

      De la misma forma consideró que el problema del sector eléctrico del país no se solucionará hasta que Nicolás Maduro salga del poder.

      Es evidente que no habrá solución al problema eléctrico mientras usurpen funciones”, agregó.

      Asimismo, criticó la teoría de que un sabotaje eléctrico dejó sin luz a 21 estados del país este lunes y consideró que Maduro no confía en las Fuerzas Armadas de Venezuela.

      Ahora es un sabotaje cuando ellos tienen militarizadas cada una de las instalaciones eléctricas. Pareciera que no confían en las Fuerzas Armadas porque traen fuerzas extranjeras a Venezuela”, dijo.

      Señaló que los militares rusos que llegaron al país no trajeron plantas eléctricas, ni técnicos especializados para El Guri, ni plantas alternativas para atender los equipos que estaban dañados.

      No trajeron ayuda humanitaria. No confían en los organismos de seguridad del Estado. No les importa que el pueblo no tenga luz”, aseguró.

    • Pour Maduro, il y a eu deux attaques « terroristes sournoises », en début d’après-midi et dans la nuit du lundi.

      Maduro denuncia que « un incendio » provocado prolonga apagón en Venezuela
      http://www.el-nacional.com/noticias/politica/maduro-denuncia-que-incendio-provocado-prolonga-apagon-venezuela_276378

      De acuerdo con tweet que el mandatario socialista difundió, «el sistema eléctrico nacional sufrió dos arteros ataques terroristas de manos de violentos con fines desestabilizadores». El primero de los ataques, sostiene Maduro, ocurrió a las 13:29 pm locales del lunes (17H29 GMT) en el área de generación y transmisión de la hidroeléctrica de Guri, en el estado Bolívar (sur), que provee de energía a 80% de Venezuela. El segundo se habría registrado a las 21:47 pm (01H47 GMT del martes), cuando los trabajos de recuperación habían alcanzado «los más altos niveles de generación» desde el 7 de marzo, fecha en la que un masivo apagón hizo colapsar al país por una semana.

  • #Venezuela : la crise du Système électrique national
    (avec un bref historique des grandes pannes, 2009, 2011, 2018,…)

    El desastre eléctrico
    http://www.el-nacional.com/noticias/columnista/desastre-electrico_274680

    Si alguien quiere informarse acerca de los antecedentes del desastre eléctrico que arrancó el jueves 7 de marzo y cuyos efectos todavía se hacen sentir al día de hoy, no tiene más que leer el documento que elaboró la Comisión Eléctrica del Colegio de Ingenieros de Venezuela, titulado “Crisis en el Sistema Eléctrico Nacional”, el cual se hizo público en abril de 2016 y cuya versión digital (PDF) puede encontrarse a través del motor de búsqueda de Google. Ahí leemos señalamientos como los que registramos a continuación de manera reducida y no textual.

    Para el momento en que Hugo Chávez Frías asumió la Presidencia de la República por primera vez, el 2 de febrero de 1999, Venezuela tenía uno de los sectores eléctricos más desarrollados de América Latina. Entonces contábamos con un moderno parque de generación hidroeléctrica y térmica, una red de transmisión de alta tecnología y otra de distribución que abarcaba 96% de la población y a casi todo el territorio nacional. En esa industria eléctrica participaban el Estado y el sector privado nacional.

    ¿Qué hizo que todo cambiara? Las razones fueron múltiples y acá solo destacaremos cuatro de ellas. La primera fue el predominio de lo político sobre lo técnico y económico. Al igual que ocurrió con nuestra industria petrolera, se inició un proceso de desplazamiento de los altos niveles gerenciales y técnicos, que fueron sustituidos por figuras vinculadas al gobierno, sin la preparación y experiencia necesarias.

    La segunda causa del cambio fue la centralización que se llevó a cabo de toda la industria. El gobierno procedió a crear una entidad única (Corpoelec) para atender todo el servicio eléctrico, la cual absorbió las tareas que llevaban a cabo catorce empresas estatales, mixtas y privadas, distribuidas en todo el país. De esa manera el proceso de toma de decisiones se concentró en Caracas y las diferentes regiones perdieron su capacidad de respuesta rápida a los requerimientos de sus usuarios. En pocas palabras, la centralización generó retardos en las tareas operativas y de mantenimiento.

    La tercera fue la insuficiencia de ingresos. Las tarifas cobradas por las políticas populistas de Chávez no permitían cubrir los gastos que generaba la prestación del servicio. Lo que no deja de asombrar es que los principales deudores de la corporación son el Estado, sus empresas y los distintos organismos que le están adscritos.

    Y la cuarta fue el abandono de los planes de mediano y largo plazo que la industria eléctrica venía ejecutando a lo largo de los años, los cuales se sustituyeron por decisiones improvisadas. Eso generó un grave desfase entre la demanda y la oferta del servicio, lo cual condujo al deterioro de todo el sistema eléctrico.

    De los anteriores polvos viene el lodo de hoy. De modo que los recientes señalamientos de Nicolás Maduro de culpabilizar a Estados Unidos por supuestos ataques cibernéticos al cerebro de distribución de Corpoelec, no son más que el producto de su fantasía desbocada y acomodaticia.

    No hay que olvidar que la primera “emergencia eléctrica” del país arrancó el 21 de diciembre de 2009. El propio Chávez firmó ese día un decreto reconociendo la situación, la cual se mantuvo hasta el 30 de noviembre de 2010, aun cuando el problema no estaba resuelto. De hecho, el 14 de mayo de 2011, luego de que el país experimentase dos apagones nacionales, el gobierno puso en práctica un plan de racionamiento “temporal” y reconoció que el sistema eléctrico continuaba enfrentando dificultades. Inicialmente el racionamiento incluyó a Caracas. Pero tras la medida, las protestas comenzaron y Hugo Rafael no tuvo más alternativa que excluirla de sus planes. El fantasma del “Caracazo” le generó fríos súbitos en todo el cuerpo.

    El problema se mantuvo con variada intensidad a lo largo de toda la gestión de Hugo Chávez y continuó durante el gobierno de Maduro. Ello se hizo notar el 5 de marzo de 2018, una fecha especial para la revolución. Ese día un apagón eléctrico afectó varios estados del centro de Venezuela, ensombreciendo los actos de conmemoración del quinto aniversario de la muerte de Hugo Chávez. El Distrito Capital, Miranda y Vargas fueron las zonas más perjudicadas; y en el caso de Caracas, la falla afectó puntos neurálgicos de la ciudad, tales como la Candelaria, Chacao, El Paraíso, Los Palos Grandes y Sabana Grande.

    De allí en adelante, en todos los centros poblados del país la situación se estuvo repitiendo con mayor o menor intensidad, hasta que finalmente alcanzó la condición de colapso total. Ahora detentamos el desgraciado honor de ser el país que ha sufrido la paralización eléctrica más grande de América.

  • #Venezuela : Bienvenue à l’empire … de la loi.

    Bienvenido el imperio
    http://www.el-nacional.com/noticias/columnista/bienvenido-imperio_271785

    No cabe la menor duda de que vivir bajo el imperio es hasta ahora la mejor forma de vida para la humanidad y particularmente la contemporánea. Desde el siglo XIX ya lo avizoraban mentes tan preclaras como Francisco de Miranda o don Andrés Bello, ambos con visiones muy diferentes pero coherentes en sus discursos, siempre aconsejaron vivir bajo sus órdenes.

    El imperio obliga a obedecer, a comportarse y aceptar todas las limitaciones que delimitan el derecho individual, impone la única ruta de convivencia que permite el logro de la prosperidad en paz y el desarrollo en avenencia.

    Ya Venezuela no debe esperar más, debe aceptar, renovar y comprometerse a vivir bajo el imperio, ya es evidente que el habernos apartado tanto de su protección se ha convertido en una verdadera tragedia, un genocidio y una destrucción sistemática que satisfacía solo a la cleptocracia bolivariana y cuyo resultado además de la siembra de crímenes, odios y muertes, deja una cosecha de ruinas en el aparato productivo, población famélica y abundancia de inanición solo para exhibir la salida de más de 4 millones de venezolanos a otros países en búsqueda de los derechos a la vida que les ha negado su propia patria, Venezuela.
    […]
    Bienvenido el imperio, el imperio de la ley. No más dictadura.

  • Venezuela : les coulisses de l’ascension de Juan Guaido, jeune député devenu visage de l’opposition
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/21/juan-guaido-le-recit-d-une-irresistible-ascension_5426055_3210.html


    Manifestation des partisans du président autoproclamé vénézuélien Juan Guaido à Maracaibo, le 12 février
    ISAAC URRUTIA / REUTERS

    Tiens ! une équipe (solide !) du Monde enquête sur le phénomène Guaidó … (sous #paywall, hélas…)

    Par Claire Gatinois, Gilles Paris, Sandrine Morel, Marie Delcas et Jean-Pierre Bricoure

    La main droite est ouverte et levée, l’autre posée sur un exemplaire de la Constitution. Il est peu avant 14 heures et le jeune député de l’opposition Juan Guaido fait face à plusieurs dizaines de milliers de manifestants rassemblés sur l’avenue Francisco de Miranda, cœur de Caracas. « Aujourd’hui 23 janvier 2019, lance-t-il, en tant que président de l’Assemblée nationale, invoquant les articles de la Constitution bolivarienne, devant Dieu tout-puissant et devant mes collègues de l’Assemblée, je jure d’assumer formellement les pouvoirs de l’exécutif national en tant que président en charge du Venezuela. » Tonnerres d’applaudissements.

    A peine une dizaine de minutes plus tard, alors que les opposants au régime de Nicolas Maduro battent encore le pavé, Donald Trump annonce dans un communiqué et un Tweet qu’il reconnaît le président par intérim. La déclaration du président américain fait l’effet d’une bombe. Non seulement elle prend de court les dirigeants chavistes, et surprend par son côté abrupt et risqué en termes diplomatiques, mais elle renvoie à une action coordonnée inédite.

    Il est 15 heures et Luis Almagro, secrétaire général de l’Organisation des Etats américains, basée à Washington, félicite l’impétrant. Encore un quart d’heure et c’est au tour du Canada de reconnaître Juan Guaido. Arrive le Brésil, cinq minutes plus tard. Puis la Colombie et le Pérou. Encore deux heures, et c’est le président du Conseil européen, Donald Tusk, qui dit « espérer que toute l’Europe va être unie en soutien des forces démocratiques au Venezuela ».

    Jamais un opposant au régime chaviste n’avait suscité un tel élan d’unanimité. En moins d’une après-midi, Juan Guaido, encore inconnu quelques jours plus tôt de la majorité des Vénézuéliens et de la communauté internationale, est devenu le visage d’une opposition qui s’était surtout distinguée, depuis des années, par ses divisions malgré les faiblesses du régime. Pour la première fois, glisse un diplomate occidental à Caracas, elle fait preuve d’une capacité …

  • #Venezuela : Bilan du 12F : c’est pour le 23F…

    Guaidó: El 23 de febrero ingresará la ayuda humanitaria
    http://www.el-nacional.com/noticias/politica/guaido-febrero-ingresara-ayuda-humanitaria_270527


    Foto: Asamblea Nacional (@AsambleaVE)

    Juan Guaidó, presidente interino de Venezuela, informó este martes que el día pautado para el ingreso de la ayuda humantaria a Venezuela es el 23 de febrero.

  • Guaidó se juramentó como presidente interino de Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/politica/guaido-juramento-como-presidente-interino-venezuela_267699

    Juan Guaidó, presidente de la Asamblea Nacional, se juramentó esta tarde como presidente interino de Venezuela con base en el artículo 233 de la Constitución.

  • #Miranda_Kiraly et #Meagan_Tyler : Préface de l’ouvrage Freedom Fallacy
    https://tradfem.wordpress.com/2018/02/25/preface-de-louvrage-freedom-fallacy


    L’individualisme est au cœur du féminisme libéral, glorifiant les avantages du « choix » et l’hypothèse que la liberté est à portée de main, ou parfois, qu’elle existe déjà si les femmes choisissent de la revendiquer. Cet individualisme va jusqu’à prétendre – tantôt ouvertement et tantôt furtivement – qu’une égalité substantielle est déjà-là et qu’il ne tient qu’aux femmes d’en réaliser les possibilités. Le féminisme libéral a contribué à recadrer notre libération comme un effort individuel et privé plutôt qu’une lutte qui prend acte des lacunes structurelles des systèmes de pouvoir et de privilège existants, ceux qui continuent à maintenir les femmes opprimées, en tant que classe. Notre libération a ainsi été réduite à une série de déclarations personnelles quant à l’appréciation ou non par les femmes de tels ou tels aspects particuliers de leur personnalité ou de leur vie.

    Ce problème n’est pas nouveau. En 1990, les contributrices à l’ouvrage The Sexual Liberals and the Attacks on Feminism déploraient essentiellement le même problème : que le « féminisme » était passé d’une critique de l’oppression patriarcale – et d’une résistance collective à cet égard – à un modèle libéral individualisé de « libre choix ». Ainsi, Catharine MacKinnon, dans son chapitre intitulé « Liberalism and the Death of Feminism » [Le libéralisme et la mort du féminisme], postulait que le libéralisme est l’antithèse même d’un mouvement de libération des femmes. Comme elle l’indique :

    Là où le féminisme était collectif, le libéralisme est individualiste… Là où le féminisme est ancré socialement et critique, le libéralisme est naturaliste, attribuant l’oppression des femmes à la sexualité naturelle des femmes, la faisant « nôtre ». Là où le féminisme critique les façons dont les femmes ont été socialement déterminées, dans l’espoir de changer cette contrainte, le libéralisme est volontariste, en ce sens qu’il agit comme si nous disposions de choix que nous n’avons pas. Là où le féminisme se base sur la réalité concrète, le libéralisme se base sur un univers idéal, présent seulement dans la tête. Et là où le féminisme est rigoureusement politique, parlant du pouvoir et de son absence, le meilleur qui puisse être tiré de ce nouveau mouvement est une forme diluée de moralisme : ceci est bon, ceci est mauvais, mais sans la moindre analyse du pouvoir et de l’absence de pouvoir.

    Traduction : #Tradfem

    #féminisme_libéral #féminisme_radical #mobilisations

  • Mientras tanto,…
    … au #Venezuela, l’opposition prépare activement les élections présidentielles du 22 avril…

    Capriles pide “trabajar juntos” a quienes buscan un cambio de gobierno
    http://www.el-nacional.com/noticias/politica/capriles-pide-trabajar-juntos-quienes-buscan-cambio-gobierno_222813

    El ex gobernador de Miranda, Henrique Capriles, pidió este domingo a quienes quieren un “cambio” de gobierno “trabajar juntos” así como continuar la “lucha” por “unas elecciones verdaderamente libres y democráticas”.

    Venezuela reclama medidas urgentes. La política es precisamente para eso, para ofrecer soluciones al pueblo. Quienes queremos cambio tenemos que trabajar juntos y elegir un rumbo que nos conduzca por el camino hacia el cambio”, sostuvo.

    La coalición opositora Mesa de la Unidad Democrática (MUD), de la que forma parte el partido Primero Justicia (PJ) del que es miembro Capriles, todavía no ha decidido si se presentará a las elecciones presidenciales convocadas por el Consejo Nacional Electoral (CNE) para el 22 de abril.

  • Des trans féministes s’insurgent contre une proposition de réforme législative au Royaume-Uni
    https://tradfem.wordpress.com/2017/11/14/des-trans-feministes-sinsurgent-contre-une-proposition-de-reforme


    Un article de #Lucy_Bannerman, dans The TIMES de Londres, le 6 nov. 2017
    Yardley, activiste transgenre, fait partie d’un nombre croissant de critiques qu’horrifie le manque apparent de réflexion des ministres sur les conséquences d’une telle réforme.

    Pour Yardley, cette législation « profondément régressive » fera non seulement très peu pour lutter contre la discrimination que vivent les transsexuel·le·s comme elle, mais une telle politique rendra également les femmes incapables de tenir tête aux hommes opportunistes qui s’en serviront de mauvaise foi pour accéder à des domaines comme les refuges, les salles d’essayage de vêtements et les groupes de soutien pour survivantes d’agression sexuelle.

    « Cela enlève aux femmes des droits pour en accorder à des hommes. C’est tout à fait pervers », a déclaré #Miranda_Yardley, 50 ans, comptable d’Essex, né de sexe masculin et qui a subi un changement de sexe il y a presque dix ans. Il se définit comme transsexuel, mais jamais comme une femme, « par respect pour les femmes. Je n’essaie aucunement de prétendre être une femme. Je n’ai pas eu la même vie. »

    Lors d’une réunion au Parlement britannique la semaine dernière, Yardley s’est joint à un large éventail de cliniciens, parents, thérapeutes, universitaires et groupes de défense des droits des homosexuel·le·s et des femmes, toutes et tous unis dans leur frustration d’être incapables d’avoir la moindre discussion sur la politique gouvernementale concernant le transgenrisme – notamment sur des enjeux tels que l’opportunité de prescrire à des enfants des traitements qui transforment toute leur vie pour des conditions encore mal comprises, ou l’inquiétude de voir une politique d’auto-déclaration fausser les statistiques sur la criminalité féminine – sans se faire huer par un micro-lobby militant de transactivistes. Ces intervenant·e·s ont prévenu les parlementaires que la possibilité d’un contrôle légitime était actuellement réduite au silence par un seul mot : l’accusation d’être « transphobe ». (LIRE SON INTERVENTION AU BAS DE LA PAGE)

    Traduction : #Tradfem

    #Royaume-uni #transgenre

  • Le Venezuela s’offre un répit - Le Courrier - Lundi 16 octobre 2017 -
    Benito Perez

    https://www.lecourrier.ch/153504/le_venezuela_s_offre_un_repit

    Le chavisme officiel qui se refait une santé dans les urnes... La nouvelle pourra surprendre, tant le gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro était apparu aux abois, ce printemps, face aux manifestations et à la crise économique extrêmement aigue. La séquence était pourtant attendue : les régionales de dimanche, marquées par le succès des candidats socialistes dans 17 Etats sur 23, closent le calamiteux épisode de la violence de rue ouvert en avril par l’opposition.

    En réalité, l’échec de cette stratégie de la tension était acté depuis août dernier, lorsque la MUD, la coalition d’opposition allant du centre à l’extrême droite, avait accepté, à peine l’Assemblée constituante installée, de participer au scrutin suivant. Après avoir vilipendé le Conseil national électoral (CNE) et la crédibilité du vote au Venezuela, l’opposition rentrait soudainement dans le rang, tirant le bilan de l’impopularité des violences et de son incapacité à renverser Nicolas Maduro par la force.

    Dimanche, l’opposition a pu surveiller le scrutin et s’assurer de sa fiabilité, maintes fois confirmée par des observateurs neutres, à l’instar du Centre Carter. S’il restera finalement un doute quant à la validité de l’élection du 30 juillet à la Constituante – doute provoqué notamment par le boycott de l’opposition –, la victoire du Parti socialiste unifié (PSUV) ce week-end est manifeste. La « non-reconnaissance » des résultats dans le camp de la MUD et l’acceptation du recomptage par le gouvernement font partie du folklore habituel destiné aux médias internationaux et aux chancelleries. Les rares « irrégularités » dénoncées concernent quelque 270 locaux de vote dans des bastions de l’opposition qui auraient été « déplacés » pour « tromper » le votant ou pour des raisons sécuritaires, suite aux violences de juillet dernier, selon le CNE. Péripéties qui ne remettent pas en cause les dix points d’avance séparant le PSUV de la MUD, qui plus est dans un contexte de forte participation (61%) pour une élection locale.

    Dès lors, comment expliquer ce succès ? En premier lieu, par la crainte que l’instabilité politique n’aggrave encore la crise économique affectant le Venezuela. Il y a fort à parier qu’une frange de l’électorat du PSUV qui lui avait tourné le dos lors des législatives de décembre 2015 soit revenue au bercail.

    A contrario, la MUD a sans doute vu une partie de ses anciens soutiens bouder les urnes, en signe de sanction contre les méthodes insurrectionnelles défendues au printemps par ses dirigeants. Ou en réaction à une stratégie pour le moins déconcertante : comment convaincre des électeurs de se rendre massivement aux urnes en octobre alors que trois mois plus tôt, on les invitait à boycotter le piège électoral d’une « dictature » ? La défaite de la MUD dans l’Etat de Miranda, bastion de l’ancien candidat à la présidentielle Henrique Capriles et second Etat le plus abstentionniste, ne s’explique pas autrement.

    Nicolas Maduro, à un an de la présidentielle, peut donc savourer une victoire de bon augure. Sans pour autant se bercer d’illusions. Les difficultés économiques écrasent toujours la population et les défauts du régime (faiblesse des contrepouvoirs, corruption, violence endémique, intolérance à la critique, productivité en berne) demeurent intacts. Dans douze mois, les errements de la MUD seront peut-être oubliés. Et la participation sans doute bien supérieure. Pour l’emporter, un chavisme fidèle à ses valeurs devra proposer un projet mobilisateur. Nicolas Maduro s’est gagné un répit : l’heure de la remise en question ?

  • Un précis scientifique magistral et accessible sur les ondes électromagnétiques
    28 novembre 2016 / Yves Heuillard (Reporterre)
    https://reporterre.net/Un-precis-scientifique-magistral-et-accessible-sur-les-ondes-electromagn

    Dans un magistral petit ouvrage de 128 pages, Carl de Miranda, polytechnicien et ingénieur en électricité, explique l’impact des ondes sur la santé et propose des stratégies pour s’en protéger.

    Réduire les ondes électromagnétiques, c’est parti , par Carl de Miranda, Jouvence éditions, 128 p., 6,90 €

  • Oposición buscará llenar tres avenidas principales de Caracas | Política | Venezuela | El Tiempo - El Periódico del Pueblo Oriental
    http://eltiempo.com.ve/venezuela/politica/oposicion-buscara-llenar-tres-avenidas-principales-de-caracas/227893

    Vamos al llenar los tres ejes fundamentales de Caracas”, expresó el secretario ejecutivo de la Mesa de la Unidad Democrática (MUD), Jesús “Chúo” Torrealba, al anunciar ayer que la movilización “ #Toma_de_Caracas ”, convocada para mañana, tendrá como destinos finales las avenidas Libertador, Río de Janeiro y Francisco de Miranda.

    L’opposition prévoit la «Prise de Caracas» le 1er septembre et vise à remplir 3 grandes avenues.

  • cartes (1/4) : Actualité des parutions : entretien avec Miranda Spieler puis avec Jean-Paul Amat

    http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/cartes-14-actualite-des-parutions-entretien-avec-miranda-spieler

    En première partie, un entretien avec Miranda Spieler pour évoquer son livre « Liberté, liberté trahie, faire et défaire des citoyens français Guyane 1780-1880 » puis un échange avec Jean-Paul Amat pour évoquer les cartes mémorielles de l’IGN.

    –--------------

    cartes (2/4) : Les Cassini, carte sur table

    http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/cartes-24-les-cassini-carte-sur-table

    Un documentaire de Victor Macé de Lépinay, réalisé par Anne Fleury. Giovanni Domenico, Jacques, César, Jean-Dominique. Ils sont quatre, le père, le fils, le petit-fils et l’arrière petit-fils, à avoir œuvré, entre le Grand siècle et l’Empire, à l’élaboration d’une première carte de France.

    –----------------

    cartes (3/4) : Emission autour de la cartographie coloniale en Algérie
    http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/cartes-34-emission-autour-de-la-cartographie-coloniale-en

    Balade radiophonique au Mucem dans le cadre de l’exposition « Made in Algeria, généalogie d’un territoire », avec Zahia Rahmani et Didier Guignard. Puis un entretien avec Hélène Blais pour évoquer son livre "Mirages de la carte : l’invention de l’Algérie coloniale".

    #cartographie #histoire

  • Grâce à @mona Chollet

    j’ai écouté la première émission de la série "les nouveaux territoires de la carte" proposé cette semaine sur France culture (du 5 au 9 octobre)

    http://www.franceculture.fr/emission-les-nouvelles-vagues-des-cartes-15-cartes-sensibles-2015-10-0

    Marie Richeux lit en introduction de cette première émission l’extrait d’un livre. La citation est très intéressante en ce qu’elle compare et associe l’auteur d’un livre et l’auteur d’une carte (le statut d’auteur du cartographe n’étant pas quelque chose qui va de soit) , et revient avec une belle évocation sur ce dialogue entre l’imaginaire et le réel dont je parle souvent en atelier (« ... l’artifice et le naturel s’alimentent l’un l’autre, s’interpénètrent, se confondent ... ») :

    « La cartographie transmue en texte et en image une lecture du monde qui jamais n’est univoque. Le cartographe n’est pas une instance anonyme, hors du monde, comme on l’estime tacitement quand il invente une carte : il est un auteur, un artisan, parfois un artiste qui modélise une vision rêvée de l’environnement humain, une manière d’alchimiste qui couvre de dorures les territoires inconnus. Il livre une œuvre au même titre que l’écrivain. Apparemment, il se fixe l’objectif de couler le monde dans son produit : il vise à le transposer tel quel, selon un référant naturel, alors que l’écrivain, comme tout artiste élaborant une représentation imaginative, le transfigure. Mais en vérité, le cartographe enclenche une dynamique globale ou l’artifice et le naturel s’alimentent l’un l’autre, s’interpénètrent, se confondent quelquefois, tout en prétendant reproduire un modèle supposé — le réel objectif — que la vision géographique sublime. Il crée un territoire »

    Bertrand Westphal, Le Monde plausible. Espace, lieu, carte , éditions de minuit, 2011

    Cette première session était consacrée à Emmanuel Ruben qui revient sur on expérience de "géographe/écrivain/dessinateur" et qui parle de deux de ses livres.

    http://www.franceculture.fr/oeuvre-jerusalem-terrestre-de-emmanuel-ruben

    et cet autre ouvrage au titre légèrement énigmatique : "Dans les ruines de la carte"

    http://www.franceculture.fr/oeuvre-dans-les-ruines-de-la-carte-de-emmanuel-ruben

    Titre qui fait sans aucun doute référence au célèbre texte de Borges et qui est cité par le géographe cartographe Gilles Palsky dans cet article mémorable :

    Borges, Carrol et la carte au 1/1
    https://cybergeo.revues.org/5233

    DE LA RIGUEUR DE LA SCIENCE

    En cet empire, l´Art de la Cartographie fut poussé à une telle Perfection que la Carte d´une seule Province occupait toute une ville et la Carte de l´Empire toute une Province. Avec le temps, ces Cartes Démesurées cessèrent de donner satisfaction et les Collèges de Cartographes levèrent une Carte de l´Empire, qui avait le Format de l´Empire et qui coïncidait avec lui, point par point. Moins passionnées pour l´Etude de la Cartographie, les Générations Suivantes réfléchirent que cette Carte Dilatée était inutile et, non sans impiété, elle l´abandonnèrent à l´Inclémence du Soleil et des Hivers. Dans les Déserts de l´Ouest, subsistent des Ruines très abimées de la Carte. Des Animaux et des Mendiants les habitent. Dans tout le Pays, il n´y a plus d´autre trace des Disciplines Géographiques. (Suarez Miranda, Viajes de Varones Prudentes, Livre IV, Chapitre XIV, Lérida, 1658.)

    .

    L’entretien avec Emmanuel Ruben est passionnant. Vous n’êtes plus "sur la carte", mais avec lui, vous rentrez dans la carte et dans un univers qui est à la fois de l’art, de la poésie, de l’imaginaire et un tout petit peu de géographie

    #imaginaire #géographie #cartographie #borges #bertrand_westphal #perception #réalité #cartoexperiment

  • Rémunération des #auteurs en chute libre : la solution est-elle politique ? - Rue89 - L’Obs
    http://rue89.nouvelobs.com/rue89-culture/2015/07/21/remuneration-auteurs-chute-libre-solution-est-politique-260372

    C’est pourquoi, explique l’auteur, il faut penser cette question de façon politique. Car le problème n’est pas celui des artistes qui ne peuvent payer leur loyer mais celui de la place de l’#art dans la #société.

    Si on laisse décliner les revenus des artistes jusqu’au point où de moins en moins de gens choisiront cette carrière, on laissera de fait l’art aux mains des plus aisés.

    Que faut-il faire ? Plutôt que d’appeler à l’extension du droit d’auteur, Miranda Campbell, s’appuyant sur les travaux de plusieurs critiques, en appelle à l’intervention de l’Etat :

    financer des institutions publiques tels des espaces de travail partagé ou des logements à prix modérés ;
    protéger les petits lieux qui prennent des risques et exposent des auteurs inconnus ;
    réfléchir au revenu de base universel, qui permettrait à tous les volontaires de s’investir dans des projets non lucratifs, artistiques ou autres.

    #RdB

  • James Miranda Barry, par @fil - Tetue.net
    http://www.tetue.net/?article811

    le premier médecin anglais à réaliser une césarienne, sauvant la mère et l’enfant ; inutile de rappeler qu’il n’existait alors ni antibiotiques ni anesthésiants…

    à propos de http://seenthis.net/messages/363192
    #histoire #médecine #genre #shameless_autopromo

  • Dessinateurs et travailleurs de l’industrie de la bande dessinée exhortent : pas de “Business As Usual” avec Israël - AURDIP
    http://www.aurdip.fr/dessinateurs-et-travailleurs-de-l.html

    Déclaration de solidarité

    Nous voulons exprimer notre chagrin et notre indignation face à l’assassinat de cinq caricaturistes, Wolinski, Cabu, Charb, Tignous, Honoré, parmi beaucoup d’autres, dans les bureaux de Charlie Hebdo. Ces horribles actes de violence nous incitent à agir encore plus urgemment pour un monde où la dignité, la liberté et l’égalité de toutes les personnes sont respectés et promus. Nous réaffirmons que le mouvement de boycott palestinien est une étape importante de cette vision, et nous espérons que vous continuerez à nos côtés dans ce mouvement.

    Lettre ouverte à :

    Monsieur Franck Bondoux

    Direction du Festival international de la bande dessinée

    71 rue Hergé, 16000 Angoulême

    Nous, dessinateurs, illustrateurs, écrivains, éditeurs, distributeurs, traducteurs, critiques et travailleurs dans l’industrie de la bande dessinée, aux côtés de gens de conscience de tous les pays du monde, ré-affirmons notre appel de Février 2014 au Festival international de BD d’Angoulême d’abandonner tous liens avec la société israélienne Sodastream. En outre, nous demandons instamment au Festival d’Angoulême, ainsi qu’à tous les festivals, conventions, et célébrations de la bande dessinée et de l’art de la caricature auxquels nous participons, de rejeter tout partenariat, financement ou coopération avec une société israélienne ou une institution qui ne favorise pas explicitement la liberté et la justice pour les Palestiniens, ainsi que l’égalité des droits et l’égalité entre les israéliens Juifs et Palestiniens, en particulier le gouvernement israélien et ses consulats, tant qu’Israël continuera à dénier aux Palestiniens leurs droits.

    Aujourd’hui, la société Sodastream se vante fièrement de l’emplacement de son usine dans la colonie illégale de Maale Adumim, ce qui la rend complice du crime d’occupation militaire. Cependant, même si, grâce entre autres à la campagne de pression lancée l’an dernier, Sodastream déplace sa fabrication dans le Néguev (territoire palestinien dont les Bédouins sont menacés d’expulsion de leurs terres ancestrales par le “Plan Prawer” du gouvernement israélien), elle, comme d’autres entreprises et institutions israéliennes complices, fait partie d’un système basé sur le nettoyage ethnique de masse des communautés palestiniennes, et maintenu en place par le racisme et la discrimination. Comme d’autres entreprises israéliennes, elle contribue à l’économie d’un Etat qui a procédé à une agression militaire brutale contre la population civile dans la bande de Gaza à l’été 2014, faisant plus de 2100 morts, dont plus de 500 enfants.

    Nous ne pouvons pas accepter que notre art soit utilisé pour blanchir ces crimes, comme le ministère israélien des Affaires étrangères a explicitement déclaré qu’il tentera de le faire, à travers sa campagne « Brand Israël ». Angoulême, un centre d’appréciation de la bande dessinée à l’échelle internationale, ne devrait pas être utilisé de cette manière.

    Nous vous demandons à nouveau de couper les liens entre le Festival et Sodastream, et nous étendons notre appel aux administrateurs et organisateurs, aux éditeurs et aux associations de bande dessinée et d’illustrateurs à travers le monde. Pas de “business as usual” avec Israël !

    Cordialement,

    Palestine Comics Festival

    Leila Abdul Razaq (USA), Zainab Akhtar (UK), Khalid Albaih (Sudan/Qatar), Albertine (Switzerland), Hilary Allison (USA), Enzo Apicella (Italy), Serge Baeken (Belgium), Alex Baladi (Switzerland), Edd Baldry (UK/France), Edmond Baudoin (France, 3 Angoulême prizes), Kate Beaton (Canada), Alison Bechdel (USA), Sofiane Belaskri (Algeria), Faiza Benaouda (Algeria), Peter Blegvad (USA/UK, Angoulême prize in 2014), David Brothers (USA), Paul Buhle (USA), Nicole Burton (Canada), Jennifer Camper (USA), Gilles Ciment (France, former director of the Cité internationale de la bande dessinée in Angoulême from 2007 to 2014), Rob Clough (USA), Sean T. Collins (USA), Gianluca Costantini (Italy), Jean-Luc Coudray (France, Angoulême prize in 1990), Philippe Coudray (France, Angoulême prize in 2011), Molly Crabapple (USA), Pino Creanza (Italy), Marguerite Dabaie (USA), Bira Dantas (Brazil), Eleanor Davis (USA), Marcel « Lidwine » De la Gare (France, Angoulême prize in 1999), Guy Deisle (Canada, Angoulême Prize for Best Album in 2012), Dror (France), Warren Ellis (UK), Magdy El Shafee (Egypt), elchicotriste (Spain), Brigitte Findakly (France), Ganzeer (Egypt/USA), Lucile Gomez (France), Jenny Gonzalez-Blitz (USA), Graphic History Collective : Sam Bradd, Sean Carleton, Robin Folvik, Mark Leier, Trevor McKilligan, Julia Smith (Canada), Dominique Grange (France), Thierry Groensteen (France, former director of the Cité internationale de la bande dessinée in Angoulême from 1993 to 2001), Jeet Heer (Canada), Ethan Heitner (USA), Delphine Hermans (Belgium), Anaële Hermans (Belgium), Jaime Hernandez (USA), Dylan Horrocks (New Zealand, nominated for two Angoulême prizes in 2002), Igort (Italy, nominated in Angoulême in 2003), Hatem Imam (Lebanon), Jiho (France), Monica Johnson (USA), Ben Katchor (USA), Mazen Kerbaj (Lebanon), Peter Kuper (USA), Carlos Latuff (Brazil), Wilfrid Lupano (France), Rodolphe « Ohazar » Lupano (France), Katie Miranda (USA), Anne Elizabeth Moore (USA), Mric (France), José Muñoz (Argentina, 3 Angoulême prizes and Grand Prix in 2007), Ernest Pignon-Ernest (France), Maël Rannou (France), Patricia Réaud (France), Barrack Rima (Lebanon/Belgium), Mohammad Sabaaneh (Palestine), Amitai Sandy (Israel), Gabby Schulz (USA), Siné (France), Jean Solé (France), Philippe Squarzoni (France, nominated in Angoulême in 2003), Sylvain-Moizie (France, Angoulême prize in 2000 and in residence at the Cité internationale de la bande dessinée in Angoulême in 2014-2015), Tardi (France, 5 Angoulême prizes and Grand Prix in 1985), Seth Tobocman (USA), Lewis Trondheim (France, 2 Angoulême prizes and Grand Prix in 2006, creator of the Angoulême mascot), Guillaume Trouillard (France), Willis From Tunis (Tunisia), Jordan Worley (USA), Wozniak (France/Poland), yAce (France), Germano Zullo (Switzerland)

    http://handalahasaposse.tumblr.com

  • James Barry
    http://en.wikipedia.org/wiki/James_Barry_%28surgeon%29

    James Miranda Stuart Barry (vers 1789-1799 – 25 juillet 1865, née Margaret Ann Bulkley) est un chirurgien militaire dans l’armée britannique. Après son diplôme de l’University of Edinburgh Medical School, Barry sert en Inde et au Cap, en Afrique du Sud. À la fin de sa carrière, il atteint le grade d’inspecteur général chargé des hôpitaux militaires. Dans ses voyages, il a non seulement amélioré les conditions des soldats blessés, mais aussi les conditions des habitants indigènes. Parmi ses réalisations, on trouve la première césarienne en Afrique par un chirurgien britannique par laquelle la mère et l’enfant ont tous deux survécu à l’opération1.

    Bien que Barry a vécu sa vie d’adulte en tant qu’homme, il est estimé qu’il est né de sexe féminin, élevé comme une fille, sous le nom de Margaret Ann Bulkley, et qu’il a choisi de vivre comme un homme pour être accepté comme étudiant à l’université et poursuivre une carrière de chirurgien. Il serait en quelque sorte la première femme médecin britannique.


    Dr James Barry (left) with a servant and his dog Psyche, c. 1862, Jamaica

    #historicisation #travestis

  • Crece la acción sindical e implantación de CNT en el sector cárnico
    http://internationalworkersassociation.blogspot.com/2013/12/crece-la-accion-sindical-e-implantacion.html

    CNT ha experimentado un aumento en afiliación procedente del sector cárnico, así como la implantación en empresas y cooperativas del sector por distintos puntos del estado, como son Servicarne, Martínez Loriente (principal suministrador cárnico de Mercadona), Avinorsa, Sada… etc.La Anarcosindical denuncia la precariedad y situación de indefensión de los trabajadores/as en un sector que sigue generando gran cantidad de beneficios para la patronal. El sindicato ha detectado irregularidades en materia de cesión ilegal de trabajadores/as que se viene produciendo en la mayoría de empresas de este sector. CNT-Miranda de Ebro ya ha interpuesto una demanda en este sentido.Una práctica abusiva y común es que las empresas utilizan la cesión ilegal de trabajadores/as para ahorrarse los gastos propios, IRPF, (...)

    • ...

      “Additionally the disclosure, or threat of disclosure, is designed to influence a government and is made for the purpose of promoting a political or ideological cause. This therefore falls within the definition of terrorism...”

      ...

      Dans ce cas, on atteint à une définition quasi-parfaite dans le sens orwellien et ubuesque du “terrorisme”, dans le chef des autorités du Système. La logique à l’œuvre est que le terrorisme devient une évidence catastrophique et une menace universelle constitutives de tout ce qui n’est pas l’autorité-Système dans ceci que tout ce qui se conçoit, se pense et se fait qui ne soit pas strictement conforme aux consignes du gouvernement (dito, du Système) relève nécessairement du domaine de la “terreur”. La définition implicite est vertigineuse et dépasse largement dans son opérationnalité sophistiquée la raideur un peu abrupte et sommaire du cas orwellien, et on doit alors la qualifier également d’ubuesque par le ridicule dont elle témoigne dans le chef perturbé de ceux qui l’ont conçue. Dans ce cas, on ne touche plus seulement aux questions politiques, de pouvoir discrétionnaire, du totalitarisme dans la justification systématique par la surveillance intrusive et globale de la prévention répressive (tactique délicieusement en forme d’oxymore puisque mariant les deux termes de l’alternative d’habitude contradictoire, entre prévention et répression, ou la prévention pour éviter la répression, alors qu’il s’agit de la prévention devenue répression) ; dans ce cas, on touche à un comportement de pure pathologie, habillé d’une dialectique sécuritaire à la fois grossière et monstrueusement disproportionnée (indice de la pathologie) quant à l’objet considéré et aux conditions à la fois légales et sémantiques où on le considère.

  • La détention de David Miranda et la « guerre contre le terrorisme »
    http://www.wsws.org/fr/articles/2013/aou2013/pers-a21.shtml

    La détention et l’interrogatoire par les autorités britanniques de David Miranda, le compagnon du journaliste du Guardian, Glenn Greenwald, est un acte effrayant d’intimidation politique.

    Miranda a été détenu et interrogé neuf heures durant – le maximum prévu par la loi antiterroriste britannique de 2000 (British Terrorism Act). On lui a refusé le droit d’avoir l’assistance d’un avocat et de garder le silence. Des effets personnels ont été confisqués sans être restitués, dont son ordinateur, son téléphone portable, sa caméra et ses clés USB avec les documents divulgués par l’ancien employé de l’Agence nationale de sécurité (NSA), Edward Snowden.

    Références historiques sur http://www.counterpunch.org/2013/08/22/the-right-to-remain-silent-in-an-age-of-mass-surveillance avec une traduction de LGS ici : http://www.legrandsoir.info/le-droit-de-garder-le-silence-a-l-age-de-la-surveillance-de-masse-coun