• #Pandémie : Le déchainement ! Vaccination en Marche (...forcée) Stratégie du choc
    Grâce aux travail de l’#OMS de la #banque_mondiale et de #bill_gates, tout passe et devient crédible dans la bouche du pire personnage de l’histoire.
    On se croirait dans le bunker qui abrite la cellule de crise de l’Élysée. Le narratif de ce qu’on vit réellement actuellement.
    Je veux qu’ils se jettent sur le vaccin, comme un passager du Lolita Express lorsqu’il voit passer un enfant.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=4kfCJjDBGAA

    #propagande #enfumage #manipulation #histoire #médias #vaccins #internet #réseaux_sociaux #médias #merdias #masques #muselière #Didier_Raoult #Lancet #argent #santé #gros_sous #capitalisme #big_pharma #laboratoires_pharmacetiques #confinement #pandémies #pandémie #grippe #covid-19 #coronavirus #panique #big_pharma #épidémie #EnMarche

    • Le Bunker de la dernière rafale

      https://www.youtube.com/watch?v=FFbyNaAAfZw

      Le Bunker de la dernière rafale est un court métrage français réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet, sorti en 1981.

      Synopsis : Une équipe de militaires dérangés est confinée dans un bunker. Lorsque l’un d’eux découvre un compteur qui défile à rebours, tous sont affolés. Que se passera-t-il à la fin du décompte ? C’est dans cette ambiance lourde de tension qu’ils sombreront tous, peu à peu, dans la plus profonde des folies.Métaphore de la peur inconsidérée qu’a l’homme de l’inconnu, le très peu de paroles de ce court-métrage, lui confère une certaine universalité.

      Fiche technique :
      Réalisation : Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Scénario : Gilles Adrien, Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Production : Zootrope
      Son : Marc Caro
      Photographie : Marc Caro, Jean-Pierre Jeunet & Spot
      Montage : Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Pays d’origine : France
      Format : noir et blanc - 1,66:1 - mono - 35 mm
      Genre : court métrage, science-fiction
      Durée : 26 minutes
      Date de sortie : 1981 (France)
      Distribution : Jean-Marie de Busscher - Marc Caro - Patrice Succi - Gilles Adrien - Spot - Vincent Ferniot - Thierry Fournier - Zorin - Eric Caro - Jean-Pierre Jeunet - Bruno Richard - Hervé di Rosa

      #Cinéma #court_métrage

  • LinkedIn sert d’outil d’espionnage à la Chine | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/193170/linkedin-sert-outil-espionnage-chine-espionnage

    Alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine ne faiblissent pas et que Washington est bien déterminé à lutter contre les espions de Pékin, un universitaire singapourien a plaidé coupable devant un tribunal américain d’être un « agent illégal d’une puissance étrangère ». Jun Wei Yeo, âgé de 39 ans, risque jusqu’à dix ans de prison, rapporte la BBC.

    Cet homme n’est pas un espion comme les autres : il a établi ses contacts essentiels en utilisant LinkedIn, le réseau social consacré à l’emploi et à la carrière des professionnel·les qui y sont inscrit·es et qui est utilisé par plus de 700 millions de personnes dans le monde. Les documents judiciaires se sont contentés de décrire la plateforme comme un site de réseautage, mais son utilisation à des fins d’espionnage a été confirmée par le Washington Post.

    #chine #espionnage #réseaux-sociaux #linkedin

  • Saifuddin: Govt will amend Finas Act, social media users can post videos without licence | The Star
    https://www.thestar.com.my/news/nation/2020/07/24/saifuddin-govt-will-amend-finas-act-social-media-users-can-post-videos-w

    The Cabinet has decided that Malaysians do not need a licence to post their videos on social media, says Communications and Multimedia Minister Datuk Saifuddin Abdullah.

    This appears to be a complete U-turn from his explanations on July 23 when he informed Parliament that anyone who wants to post or publish their videos must have a National Film Development Corporation (Finas) licence.

    Mieuc que la loi Avia ! #censure #réseaux_sociaux #Malaisie

  • TikTok gave rural Indian women fame, fun and more
    https://au.news.yahoo.com/tiktok-gave-rural-indian-women-fame-fun-more-032938968--spt.html
    https://s.yimg.com/uu/api/res/1.2/6Q8oIALfu2gsskmirMQTAg--~B/aD0zNDE7dz01MTI7c209MTthcHBpZD15dGFjaHlvbg--/http://media.zenfs.com/en_AU/Sports/Agence-FrancePresse/f210a2ac79cc6968befa818999030a5cf52610d4.jpg

    Speaking a vast number of languages and dialects, around 70 percent of India’s 1.3 billion people live in rural areas, a world away from big cities such as Mumbai and New Delhi.

    Amitabh Kumar from Social Media Matters, a group encouraging “social media for social change”, said that for many people in this huge hinterland, TikTok was a “glass ceiling breaker”.

    “Instead of Bollywood and rich people, finally there was a chance for common people to create something in 15 seconds which makes you laugh or cry or think or engage,” he told AFP.

    Its different tools were simple to use for those who don’t speak or read English or Hindi, and the app worked well on low-speed internet.

    “Twitter cracked the short-form storytelling in text — with 140 and then 280 (characters). I think TikTok did it with 15 seconds,” he added.

    #TikTok #Inde #réseaux_sociaux #femmes #empowerment

    • Oryx
      @___Oryx
      ·
      27 juil.
      TikTok banni avant tout pour la manière dont l’appli est faite :
      – Un vol de données systématique 10 crans au dessus de Facebook et autres, qui n’y vont pourtant pas de main morte...
      – Possibilité de télécharger des programmes à l’insu de l’utilisateur
      – Opacité délibérée du code

  • The ’cancel culture’ war is really about old elites losing power in the social media age | Nesrine Malik | Opinion | The Guardian
    https://www.theguardian.com/commentisfree/2020/jul/13/cancel-culture-elites-power-social-media-age-online-mobs
    https://i.guim.co.uk/img/media/7cff108c9900f170ca3026f8440d975beec88907/0_101_4924_2955/master/4924.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Whenever I talk to people who are suddenly concerned about “cancel culture” or “online mobs”, my first thought is always: “Where have you been for the last decade?” I’ve been online long enough and, like many others, been receiving criticism and abuse online for long enough, to know that what some see as a new pattern of virtual censure by moral purists is mostly a story about the internet, not ideology or identity.

    If critics of “cancel culture” are worried about opinions, posts and writings being constantly patrolled by a growing group of haters, then I am afraid they are extremely late to the party. I cannot remember a time where I have written or posted anything without thinking: “How many ways can this possibly be misconstrued, and can I defend it if it were?” It’s not even a conscious thought process now, it’s instinct.

    #réseaux_sociaux #pouvoir #presse_alternative #presse_établie #puissance #nouveaux_modes_d_information

  • Youtuber Rezo bringt eigenes Social-Media-Analyse-Tool Nindo heraus | MEEDIA
    https://meedia.de/2020/07/17/youtuber-rezo-bringt-eigenes-social-media-analyse-tool-nindo-heraus

    17.07.2020 von Tobias Singer - Keine Zerstörung – Youtuber Rezo bringt mit Nindo.de ein eigenes Socal-Media-Analyse-Tool für den deutschen Markt heraus, und es ist kostenlos.

    Das Rezo-Video zu Nindo.de
    https://www.youtube.com/watch?v=uEZtckhaRa8

    „An diesem Projekt habe ich zwei Jahre gearbeitet!“ So lautet der Titel des neuestes Rezo-Videos auf Youtube, das bereits nach einem Tag beinahe 500.000 Views eingesammelt hat. Diesmal geht es aber nicht um „die Zerstörung“ einer Partei oder eines Berufszweigs. Youtuber Rezo, der in den vergangenen Jahren immer wieder gesellschaftliche Debatten angestoßen hat und zuletzt für seine Formate mit dem renommierten Henri-Nannen-Preis ausgezeichnet wurde, ist diesmal in eigener Sache angetreten. Rezo hat zusammen mit Freunden ein eigenes Social-Media-Analyse-Tool entwickelt.
    Social Media Tool Nindo fokussiert sich auf den deutschen Markt

    Nindo, so der Name des Produkts, verfügt laut Rezo über „eine Menge Features, die es weltweit noch gar nicht gibt.“ Das Tool zeigt gesammelt „reichweitenstarke Socialmedia-Kanäle aus dem deutschsprachigen Raum an“ wie auf der Webseite zu lesen ist, und, das ist interessant, das kostenlos und werbefrei. Die Seite gibt einen Überblick über die Top-Kanäle geordnet nach den Netzwerken Youtube, Instagram, Twitter, Twitch und Tiktok. Außerdem werden unter „Viral“ Postings angezeigt, die im vergangen Monat „besondere Metriken aufgewiesen haben.“ Die im Social-Web beliebten Rabatt-Codes werden hier unter einem eigenen Menü-Punkt gesammelt und verlinkt und unter „Nächste Meilensteine“ werden alle deutschen Kanäle aufgezeigt, die kurz „vor dem Durchbruch einer Hunderttausender-Grenze an Abonnenten stehen.“

    Wie kam es zu Nindo.de?

    Im Video erklärt Rezo, der selbst Informatik studiert hat, dass die Idee zu einem solchen Tool bereits vor Jahren aus der eigenen Arbeit entstand. Der Youtuber war auf der Suche nach einer geeigneten Darstellung der Aktivitäten auf seinen eigenen Kanälen und entwickelte dafür entsprechende Scripte. Das Wissen hat er schließlich „auch für andere Kanäle und andere Postings ausprobiert“, wie er auf Youtube erklärt. Mit Blick auf existierende Angebote hatte Rezo den Eindruck: „Das kann man auch geiler machen.“ Was ihm fehlte, war die Verbindung der verschiedenen Social Kanäle. Tatsächlich bietet Nindo.de genau dieses Feature sehr komfortabel an. Ein Klick auf einen Instagram-Kanal zeigt auch gleich die anderen Aktivitäten des Künstlers auf anderen Plattformen und dessen aktuelle Performance. Interessant sind dazu Details wie „Likes per Post“ und „Views per Post“, die einen Eindruck über das Engagement auf dem Kanal geben. Dazu sind, optisch ansprechend, die Views pro Woche zu sehen, die Entwicklung der Followerzahlen der letzten sieben Tage und eine Einordnung in einem eigenen Ranking. Dazu zeigen Chartlisten die aktuellen deutschen Top100-Kanäle nach Views, Likes, neuen Abonnenten und Rang. Für Youtuber und Instagramer gibt es dazu einen Extra-Service: Sie können weitergehende Analysen zu ihren eigenen Kanälen über einen gesonderten Google-oder Facebook-Login abrufen.

    Die Finanzierung von Nindo.de

    Wie Rezo im Video erklärt, ist das Projekt zu Nindo.de rein privat entstanden und wurde auch rein privat ausgeführt. „Es ist nicht so, dass da ein Geldgeber im Hintergrund ist oder ein Investor oder Unternehmen“, erklärt er in dem Video. Eine Finanzierung von Nindo könnte laut Rezo über ausführlichere Analysen funktionieren, die Unternehmen angeboten werden.

    #reseaux_sociaux

  • #IOM using #Facebook #advertisment to reach potential #return_migrants

    Mail received by a friend with Pakistani citizenship:

    “I am adding a screenshot of advertising on Facebook by German government which suggest me to ’ If I would like to return my home country and don’t know how then I can contact there’ Advertising is in Urdu which means they already know who they are showing this advertisement. This is interesting that they use my personal data and target me as a refugee I guess. [...]
    Screenshot is attached and the link where the advertisement leads is below.”

    https://www.online-antragsmodul.de/OAM/MIRA/Default.aspx

    #Germany #migration #return_migration #explusion #social_media #social_networks #data_privacy

    ping @cdb_77 @rhoumour @deka

  • (Cyber) guerre des plateforme de #réseaux_sociaux. L’axe du « Mal » passerait-il par TikTok ?

    Les jeunes Américains sont-ils devenus TikTok ?
    https://theconversation.com/les-jeunes-americains-sont-ils-devenus-tiktok-141804

    TikTok est une application de médias sociaux, propriété de l’entreprise chinoise ByteDance. Née en septembre 2016 sous le nom de Douyin, elle a été adaptée aux marchés occidentaux en 2017 tout en conservant des réseaux indépendants afin de se conformer aux restrictions et exigences de la censure chinoise. L’application semble d’apparence on ne peut plus inoffensive ; pourtant, selon le gouvernement américain, elle pose un problème de sécurité nationale.

    Le principe de TikTok repose sur le partage de courtes vidéos. Elle définit sa mission de façon très sympathique :

    « TikTok est la destination incontournable pour les vidéos mobiles au format court. Nous avons pour mission de développer la créativité et d’apporter de la gaieté. »

    #désinformation #propagande #cyberguerre #manipulation #opinion

  • Après avoir connu une chute d’audience... - La France en colère - Carte des rassemblements | Facebook
    https://www.facebook.com/cartedesrassemblements/posts/apr%C3%A8s-avoir-connu-une-chute-daudience-le-17-juin-dernier-le-groupe-la-france-en-/286316079390317

    La France en colère - Carte des rassemblements
    3 h ·
    Après avoir connu une chute d’audience le 17 juin dernier, le groupe « La France en colère - Carte des rassemblements » a été désactivé par Facebook à 21h15 ce jour.
    Le groupe est restreint depuis quelques jours et nous assurons n’avoir autorisé aucune publication justifiant cela.
    Ce groupe de 385 000 personnes est dédié aux partages des initiatives citoyennes de contestation sociale. Nous ne pouvons pas croire qu’il y ait un rapport.
    Au moment de la coupure, nous mettions en avant une enquête exclusive de Quid sur les méthodes et les failles du comptage des manifestants en France. (facebook.com/quidofficiel/videos/348966996065280)
    Nous attendons un retour de Facebook dans les plus brefs délais.

    #facebook #Gilets_jaunes

  • Si vous êtes abonné-e à REDDIT, c’est le moment ou jamais de lever l’ancre en leur disant pourquoi:

    On 29th June, @reddit banned the radical feminist subreddit r/GenderCritical, Reddit’s most active feminist community, which had nearly 65,000 subscribers and more than 27,000 daily users, as part of their campaign to rebrand themselves as being against “hate."
    #RedditHatesWomen #Reddit #censure #antiféminisme #GenderCritical #lobbytransgenriste

  • The Karen/Becky meme has officially gone too far
    https://www.feministcurrent.com/2020/06/23/the-karen-becky-meme-has-officially-gone-too-far

    What began as a joke has become more than that, and has moved into explicitly misogynist (and, in my opinion, dangerous) territory.

    “Becky,” which originated as a means to refer to basic white women — the Uggs-wearing, Starbucks-buying, pumpkin spice-loving kind — probably young, probably blonde, probably not working class. Like “Karen,” I never found this to be particularly offensive, as I had little desire to defend boring people who love Starbucks, but what was once a joke has become something much more egregious.

    Following someone to their home, doxxing, filming, and harassing them because they gave you the finger is unhinged. People are going to act like assholes in this world, and you need to learn to deal with that. Moreover, these viral videos, like the Amy Cooper/Christian Cooper bird watching/dog-off-the-leash incident, are always decontextualized. No one really knows what happened preceding the video, nor do they know why either party reacted as they did. We all know social media leaves little room for nuance, and far too many people enjoy a rage reaction over asking questions or considering they may not know the full story. The truth is that, today, people’s lives can be destroyed in an instant, via a viral post. And our culture is wielding that power with very little care.

    While those participating in the mobs targeting the subjects of these currently popular Karen videos claim some form of racial justice, this is not an accurate representation.

    This has little to do with race, and everything to do with a progressive left that has adopted woman-hating as political virtue signalling.

    Karen, Becky, SWERF, and TERF are nothing more than excuses to hate women. And I am tired of people participating and defending this misogyny simply because it is on trend, and because it results in applause from the male centred left.

    Yes, women can be assholes. Yes, women can be racist. No, women are not all innocent victims. But this has become about much more than calling out annoying, racist, or entitled behaviour. And, in fact, I think it was always about more than that. Let’s stop this before someone gets (literally) hurt.

    C’est intéressant. Bon, je pense que ce n’est pas à une personne blanche de donner des médailles de non-racisme mais oui, ce sont toujours les femelles des classes dominantes qui se font cracher à la gueule, accuser d’entitlement parce qu’elles sont plus attaquables que la bourgeoisie masculine, les mecs blancs, etc. Et oui, c’est un problème que des mecs woke et blancs (donc des alliés) donnent des médailles (et des pains dans la gueule aux autres) car comme je disais ce n’est pas à eux de le faire. Et #violence_sociale, #réseaux_sociaux, #harcèlement_en_ligne...

  • Pourquoi les personnes âgées partagent plus de fake news
    https://www.usine-digitale.fr/article/pourquoi-les-personnes-agees-partagent-plus-de-fake-news.N979141

    Complot mondial, virus créé en laboratoire ou terre plate… Sur Internet, les fake news sont souvent partagées par des internautes plus âgés. Une étude d’Harvard se penche sur les raisons pour lesquelles les seniors sont plus prompts à diffuser de fausses informations que les jeunes sur les réseaux sociaux.

    #fakenews #internet #Réseaux_sociaux #vieillesse

  • Les réseaux sociaux russes, lanceurs d’alerte de la catastrophe de #Norilsk

    Le 3 juin, le président russe Vladimir Poutine a déclaré l’#état_d’urgence au niveau fédéral, après la fuite le 29 mai d’au moins 20 000 tonnes de #diesel dans une rivière du Grand Nord. La catastrophe a été provoquée par l’effondrement d’un réservoir de la #centrale_thermique de Norilsk, en #Sibérie orientale.

    À Vladimir Potanine, dirigeant de l’entreprise en cause Norilsk Nickel (premier producteur de nickel au monde), le chef du Kremlin a adressé les reproches suivants : « Pourquoi les agences gouvernementales n’ont-elles été mises au courant que deux jours après les faits ? Allons-nous apprendre les situations d’urgence sur les réseaux sociaux ? »

    Ce sont en effet des vidéos postées par des citoyens sur les #réseaux_sociaux qui ont alerté les autorités sur le drame. Depuis des années en Russie, ils constituent un canal de communication important pour les experts et les écologistes qui cherchent à alerter sur les #catastrophes_industrielles et les conséquences du #changement_climatique. Cela offre à la #société_civile une mine d’informations et un espace où s’expriment les critiques sur le manque d’action et d’anticipation de l’État et des entreprises face à ces situations d’urgence.

    Cette nouvelle catastrophe a suscité grâce aux réseaux une attention médiatique nouvelle, pour ces régions isolées où des drames écologiques se jouent régulièrement.
    https://www.youtube.com/watch?v=0kakLGwXGzM&feature=emb_logo

    Un temps précieux perdu

    Précisons que la catastrophe du 29 mai est particulièrement préoccupante. Plus encore que le pétrole, le diesel est extrêmement toxique et les sauveteurs de #Mourmansk, spécialisés dans la #dépollution, ne sont arrivés sur place que 40 heures après la catastrophe du fait du délai entre la survenue de l’#effondrement et l’alerte. Un retard qui n’a permis de récupérer qu’une infime quantité de diesel.

    La majeure partie du carburant a coulé au fond de la rivière #Ambarnaïa et déjà atteint le #lac_Piassino. Le #carburant est en train de se dissoudre dans l’#eau ce qui rend sa collecte difficile et il n’est pas non plus envisageable de le brûler, ce qui libérerait des substances toxiques en quantité trop importante.

    L’#Arctique ne compte par ailleurs ni route ni réservoir pour collecter les #déchets. En construire près des zones polluées est impossible, la #toundra étant marécageuse et impraticable. Les sites de déversement ne sont donc atteignables que par hélicoptère et l’été dans l’Arctique étant très court, le temps presse.

    Rappelons que le #Grand_Nord fait continuellement la triste expérience de la #pollution par le #pétrole, lors de son exploitation et de son acheminement.

    Succession de catastrophes

    La région de Norilsk n’en est en effet pas à son premier #désastre_écologique. Dans cette zone industrielle, les #rivières revêtent déjà toutes les couleurs de l’arc-en-ciel, non seulement à cause des #hydrocarbures mais également d’autres #activités_industrielles (rejets de #métaux_lourds et de #dioxyde_de_souffre de la #mine de #nickel et du centre industriel métallurgique).

    Convoquée à l’occasion de la fuite massive, la mémoire d’Internet met en lumière les catastrophes passées. En 2016, la rivière #Daldykan à Norilsk avait elle aussi pris un aspect rouge. Les autorités locales et fédérales et les médias locaux avaient alors gardé le silence pendant plusieurs jours. Après avoir nié l’accident, #Norilsk_Nickel avait fini par l’admettre une semaine plus tard tout en assurant que le phénomène ne présentait aucun danger pour l’#environnement. Sous la pression de la société civile locale, images à l’appui, les autorités avaient été poussées à ouvrir une enquête.

    Et il y a seulement trois mois, le 4 mars, dans la même région, près de 100 tonnes de diesel se répandaient dans les glaces de la rivière #Angara après la rupture d’un #pipeline.

    Ces catastrophes lointaines, qui surviennent dans des régions peu peuplées, n’attirent généralement pas l’attention médiatique. Celle de Norilsk, par son ampleur et sa portée internationale, suscite une prise de conscience nouvelle.

    État incapable et entreprises négligentes

    La catastrophe réveille les débats sur les réseaux sociaux russes autour de la gestion du risque environnemental et l’absence totale de responsabilisation des entreprises polluantes en Russie. Les principes de pollueur-payeur, de prévention et de précaution, si difficiles à faire appliquer en France, n’y existent tout simplement pas.

    Les monstres de l’industrie (pétrole, gaz naturel et divers métaux) échappent au contrôle de l’État. Pour preuve, les services d’inspection fédéraux n’ont même pas été admis sur place par les vigiles de Norilsk Nickel, comme l’a déploré Svetlana Radionova, la responsable du Service fédéral de contrôle des ressources naturelles et de la protection de l’environnement, le 30 mai dernier sur son compte Facebook.

    Cette fuite constitue pourtant la plus grande catastrophe environnementale qu’a connue l’Arctique. Dans cette région, la #décomposition_biologique des produits issus du pétrole est extrêmement lente et pourrait prendre au moins 10 ans. Un drame qui aura des répercussions sur les milieux arctiques, déjà très vulnérables : comme l’expliquait en 2018 la géographe Yvette Vaguet,« Les #lichens peuvent nécessiter jusqu’à 30 ans pour repousser et un saule nain peut ici être vieux d’un siècle ».

    Fonte du #permafrost et catastrophes industrielles

    Depuis des années, des chercheurs spécialistes de l’Arctique tentent d’alerter via les réseaux sociaux, faute d’une prise de conscience dans la classe politique. On ne compte plus les dommages causés par le changement climatique aux écosystèmes : les feux de forêt se multiplient, la couverture neigeuse diminue fortement et l’épaisseur de la glace dans la #mer_de_Kara rétrécit de plus en plus rapidement – elle a commencé cette année à fondre un mois plus tôt que d’habitude.

    Les régions de Russie à permafrost, cette combinaison de glace et de terre qui représente environ 60 % de la masse terrestre du pays, ne peuvent plus supporter la même charge que dans les années 1980. Or la plupart des structures construites à l’époque soviétique pour l’exploitation des ressources n’ont jamais été remplacées, alors même que le problème est connu de longue date.

    Dans la région de Norilsk, la fonte du permafrost entraîne donc l’affaissement des installations, comme l’avait déjà alerté un rapport du ministère des Ressources naturelles et de l’Environnement, publié en 2018. La catastrophe du 29 mai en est la conséquence directe, provoquée par l’effondrement d’un des piliers du réservoir que la compagnie n’avait jamais remplacé depuis 1985.

    La #faune et la #flore du Grand Nord menacées

    Parmi les avertissements adressés par les chercheurs sur les réseaux sociaux, une préoccupation revient régulièrement, celle des effets du changement climatique et des activités humaines sur la faune et la flore du Grand Nord.

    La région de #Taimyr, dont Norilsk est la capitale, a déjà déploré la disparition d’un emblématique renne sauvage : en l’espace de 15 ans, 40 % des animaux du plus grand troupeau sauvage de rennes au monde ont disparu.

    En cette période de crue printanière, le diesel répandu par la catastrophe va imprégner tous les pâturages de #cerfs de la plaine inondable. Or la #chasse – au #cerf notamment – constitue avec la #pêche le principal moyen de subsistance des peuples indigènes de Taimyr. Sur les sites et les pages Internet où échangent ces populations, l’inquiétude est palpable. Gennady Shchukin, chef de la communauté #Dolgan, militant et adjoint du conseil de district #Dolgano-Nenets, a d’ailleurs publié sur les réseaux sociaux une lettre adressée au président Poutine et à différents hauts fonctionnaires pour réclamer une enquête publique et transparente et faire part de sa préoccupation.

    « Les cerfs ne survivront pas lorsqu’ils traverseront la rivière. Le diesel se déposera sur le corps de l’animal. Il ne survivra pas à l’hiver. L’animal ne pourra pas se débarrasser de ce film, et il ne pourra pas se réchauffer. Nous ne pourrons pas non plus vendre cette viande car elle aura une odeur de diesel. Les cerfs mourront et se décomposeront dans cette mer de diesel, dans la toundra. Le même sort attend les oiseaux et les poissons de l’Arctique. »

    Une autre voix, celle d’Alexander Kolotov, président de l’ONG écologiste Plotina.Net, résume ainsi la situation.

    « Je pense qu’un déversement de diesel de cette ampleur montre que nous ne disposons pas actuellement de technologies suffisamment sophistiquées pour faire face à des catastrophes d’une telle ampleur. Et cela soulève la question suivante : dans quelle mesure devrions-nous continuer à envahir et vouloir dompter l’Arctique, si nous ne pouvons faire face à la catastrophe ? »

    Sur l’Internet russe, des informations circulent, des alertes sont lancées, des critiques sont adressées. On y découvre effectivement les situations d’urgence… mais aussi l’histoire des catastrophes industrielles d’une région, leurs effets à long terme et l’incurie de l’État en la matière.

    https://theconversation.com/les-reseaux-sociaux-russes-lanceurs-dalerte-de-la-catastrophe-de-no
    #peuples_autochtones

  • Farida : la victime n’était pas coupable – L’image sociale
    http://imagesociale.fr/8700

    Les images virales, comment ça marche ? Pour les journalistes comme pour le plupart des usagers du web, ces vidéos qui montrent un événement dramatique ou significatif sont des données qui émergent du terrain, de façon spontanée et naturelle, et constituent des faits objectifs dont l’intérêt est établi par leur diffusion même. Mais les images virales ne sont pas des faits objectifs : ce sont au contraire des récits en formation, des constructions sociales en temps réel, forgées par la conversation sur les réseaux sociaux. La lecture de ces séquences évolue rapidement en fonction de l’état du débat public, dont elles révèlent et orientent simultanément les contours.

  • Traçages et fusions
    https://laviedesidees.fr/Tracages-et-fusions.html

    Dans le cadre de la lutte contre la contamination, tout pousse au renforcement du traçage par fusion de bases de données. Or cette fusion est le nouveau modèle d’affaires des plateformes de #réseaux_sociaux en ligne, propulsées par l’intelligence artificielle et la conception de nouvelles institutions.

    #Société #police #big_data #intelligence_artificielle #surveillance
    https://laviedesidees.fr/IMG/pdf/20200601_lazega.pdf

  • La police de Dallas appelle à dénoncer des manifestants, son app tombe grâce à des vidéos de K-pop
    https://cyberguerre.numerama.com/5388-la-police-de-dallas-appelle-a-denoncer-des-manifestants-s

    La police de Dallas a demandé aux habitants de la ville de dénoncer tout comportement répréhensible sur l’app iWatch Dallas. Mais au lieu de recevoir des vidéos de manifestants en action, elle a été inondée de vidéos de K-pop, au point que l’app est devenue temporairement indisponible. L’application iWatch Dallas de la police locale a subi une forme de cyberattaque plus qu’originale : un déni de service (ou DDoS), orchestré manuellement depuis les réseaux sociaux, par les nombreux fans de K-pop. Tout a (...)

    #activisme #algorithme #police #délation #bug #hacking

    //c0.lestechnophiles.com/cyberguerre.numerama.com/content/uploads/sites/2/2020/06/Bts-boys-with-love.jpg

  • Coronavirus: Under lockdown, Iranians turn to Instagram for taboo-breaking content -Middle East Eye

    As Iranians have spent much of the past three months under lockdown in the Middle Eastern country worst hit by the coronavirus, many have, like elsewhere in the world, turned to the internet to find distractions from the pandemic.

    Livestreams on Instagram - one of the few available social networks in the country - have become more and more popular, as Iranian celebrities have used them to attract more followers in various ways.

    But these live videos have brought about an unexpected social dilemma in the Islamic republic, as their often explicit content has clashed with government-mandated modesty and social taboos.

    #Covid-19#Iran#confinement#Société_civile#Réseaux_sociaux#migrant#migration

  • Quand des villes refusent d’être vendues à des multinationales

    Écrasées de #dettes, poussées à la #marchandisation, les villes sont sommées de se vendre aux multinationales. Mais partout dans le monde, des municipalités cherchent à se réapproprier leur #pouvoir_d’agir.

    Comment les élus locaux et les citoyens peuvent-ils s’opposer à la main-mise grandissante des firmes ? C’est tout l’objet d’une publication inédite, parue ce jeudi 27 février, intitulée Villes contre multinationales, éditée par Ritimo. De la privatisation de l’eau à l’essor d’Airbnb en passant par la « smart city » connectée en 5G, « les villes sont devenues un champ de bataille face au poids croissant des grandes entreprises », peut-on lire en introduction.

    La publication réunit une série d’articles rédigés par des journalistes, des militants, des élus et des chercheurs européens, membres d’Enco, un réseau de médias et d’ONG « qui se consacrent à enquêter et informer sur les entreprises multinationales et leur pouvoir ».

    Un travail qui tombe à pic, à deux semaines des élections municipales : « On espère donner des idées aux candidats et futurs élus, casser ce sentiment qu’il n’y a pas d’alternatives, pas de possibilités de s’opposer aux multinationales », explique Olivier Petitjean, membre de l’Observatoire des multinationales, joint par Reporterre. De l’Espagne au Royaume-Uni, en passant par la Tchéquie et la France, de nombreuses municipalités ont en effet cherché à se réapproprier leur pouvoir d’agir.

    Car il s’agit bien d’une reconquête démocratique. Depuis la crise financière de 2008, « la pression économique et politique sur les villes s’est considérablement accrue, soulignent les auteurs. Nombre d’entre elles se sont retrouvées écrasées de dettes, poussées à vendre des biens, privatiser des services publics, réduire leurs dépenses. » Les fonds financiers en quête de nouveaux placements profitables ont investi le secteur du tourisme et de l’immobilier, mais également celui des nouvelles technologies.

    Laia Forné, sociologue espagnole spécialiste des questions d’urbanisme, de démocratie et de communs, évoque ainsi une « marchandisation des villes » :

    La gouvernance urbaine de nos villes a été basée sur une coopération entre les secteurs public et privé qui a mené à la privatisation de biens fondamentaux comme la terre, le logement, l’eau et le patrimoine municipal, tout en créant des structures de gouvernance opaques et antidémocratiques. Le modèle de gouvernance qui a prévalu était celui de la concession public-privé, où le secteur privé engrange les bénéfices de grands projets spéculatifs tandis que le secteur public en assume les risques. »

    L’un des principaux leviers des firmes réside ainsi dans la spéculation immobilière, comme le raconte Max Carbonell, membre de l’Observatoire de la dette dans la globalisation (ODG), et militant espagnol du mouvement pour le logement. Blackstone, une des multinationales qui possèdent le plus de propriétés (ou « actifs financiers ») au monde, a acquis de nombreux bâtiments à Barcelone, notamment un immeuble dans le quartier de Raval, l’un des plus pauvres de la ville.

    « Blackstone n’y voyait qu’un actif financier sur lequel spéculer et se préparait à mettre les familles à la rue pour pouvoir le revendre – ou le relouer – à un prix bien plus élevé, écrit-il. [Pour Blackstone et d’autres sociétés du même type, le] mode opératoire commun se résume à "buy it, fix it, sell it", acheter, réparer, revendre). »

    Aujourd’hui, les villes du monde sont sommées d’entrer en compétition les unes avec les autres sur le marché international pour attirer le maximum de touristes et d’opportunités d’affaires financières et immobilières possibles (avec tous les secteurs d’activité qui leur sont liés). En d’autres termes : on vend des villes, on vend notre ville, à des investisseurs du secteur du tourisme et de l’immobilier.

    À Barcelone, une mobilisation populaire portée par le Syndicat des habitants du Raval (SHR) a finalement contraint Blackstone à négocier : en 2019, l’entreprise a fini par accepter que les familles restent et paient un loyer modéré, en partie financé par la municipalité.

    Ainsi, la publication Villes contre multinationales diffuse des exemples de luttes locales, souvent longues et difficiles, tant la puissance des firmes apparaît illimitée. En Croatie, le journaliste Igor Lasic explique comment la société Razvoj Golf, porteuse d’un projet de golf géant dans la ville touristique de Dubrovnik, a porté plainte en 2017 contre l’État auprès d’un tribunal d’arbitrage dans le cadre d’un accord de libre-échange, réclamant 500 millions d’euros de compensation pour le blocage de ses projets par un mouvement citoyen.

    À Bruxelles, le chercheur Kenneth Haar relate les manœuvres d’Airbnb auprès de la Commission européenne « pour reprendre la main » face à la contestation croissante des métropoles comme Amsterdam ou Berlin : « La Commission fait depuis lors pression sur les États membres [leur] faisant savoir que les restrictions trop strictes aux activités d’Airbnb et des autres plateformes peuvent contrevenir à la législation européenne ».
    « La "ville intelligente" n’est qu’un nouveau nom pour la ville privatisée »

    Nouveau cheval de Troie des multinationales, le concept de « smart cities » a le vent en poupe. Selon Olivier Petitjean, « la "ville intelligente" n’est qu’un nouveau nom pour la ville privatisée ». Pour les entreprises comme Suez et Veolia, « la "smart city" est surtout promue comme un moyen d’intégrer la gestion des services publics locaux comme l’eau, les déchets, le transport public, le chauffage urbain, l’éclairage, la gestion des équipements, pour rendre le tout plus "efficient" ». Au-delà, ces « smart cities » sont une aubaine pour les géants du numérique et les plateformes comme Google, Uber, Amazon, Airbnb ou Deliveroo car elles permettent non seulement « une collecte massive de données sur les habitudes individuelles et les tendances urbaines, mais aussi de ce fait une capacité d’influencer la fabrique même des villes (par exemple ses flux de trafic, le développement économique de certains quartiers, etc.) sans contrôle par les élus locaux ».

    Le combat des David citadins contre les Goliath multimillionnaires serait-il perdu d’avance ? « La bataille est en cours, dit Olivier Petitjean. Il existe des marges de manœuvre, mais il y a besoin que les villes créent des alliances, échangent leurs idées, fassent contre-poids aux multinationales. » Pour lui, « la transition écologique et sociale est une opportunité pour que les villes sortent de la dépendance aux multinationales. Pour réduire ses déchets, une ville peut décider de s’engager dans une démarche zéro déchet, en impliquant les citoyens, plutôt que de s’en remettre à la construction d’un nouvel incinérateur par une multinationale comme Suez. »

    De fait, les 200 pages de la publication regorgent d’initiatives portées par des villes. Hazel Sheffield, journaliste anglaise, détaille l’histoire de Preston, petite ville de 140.000 habitants dans le nord de l’Angleterre, fortement touchée par la désindustrialisation, qui « a réorienté radicalement ses achats publics pour favoriser le tissu économique et social local, plutôt que les grandes entreprises ». « Les gros contrats, par exemple pour la rénovation du marché de Preston, sont divisés en lots plus petits pour permettre aux PME de répondre aux appels d’offres, et des clauses sociales y sont attachées, comme de garantir aux travailleurs des salaires décents », raconte-t-elle. Bien que les règles européennes, d’inspiration néolibérale, ne soient pas favorables à de telles clauses, « tant que les autorités assurent une procédure équitable, elles peuvent sélectionner les fournisseurs en fonction d’une série de critères dont le prix, mais aussi la qualité, le risque, la valeur sociale et d’autres facteurs », précise la journaliste. Les achats de services, de travaux et de fournitures des villes de l’Union européenne représentent près de 2.000 milliards d’euros par an, soit environ 14 % du PIB de l’Union. « Le potentiel de transformation de ces nouvelles politiques progressistes de marchés publics est donc énorme », note aussi Olivier Hoedeman, co-fondateur du Corporate Europe Observatory.
    L’eau à Grenoble, la gestion des ordures à Naples... Autant d’exemples de remunicipalisation

    Outre les achats publics, la publication met en avant de multiples exemples de (re)municipalisation : l’eau à Paris et Grenoble, les terres agricoles à Mouans-Sartoux ou Vannes, la gestion des ordures à Naples ou la distribution d’électricité dans certaines communes espagnoles.

    Pour la sociologue Laia Forné, cette reconquête n’est possible et durable qu’à travers la mise en place d’un « municipalisme public-citoyens », alliant élus et mouvements sociaux. À Barcelone, le nouveau système qui oblige les grandes développeurs immobiliers à consacrer 30 % de leurs opérations à du logement social, en fournit un bon exemple : « Tandis que la municipalité apportait le savoir-faire technique pour rédiger une législation adaptée, les mouvements sociaux pour le logement ont mobilisé l’opinion publique et exercé une pression politique suffisante pour dépasser les logiques partisanes. » Elle parle également de « co-responsabilité », illustrée par la création du programme barcelonais de « Patrimoine citoyen », dont l’objectif est « de créer des cadres innovants associant citoyens et institutions pour gérer les ressources publiques, y compris les édifices publics, les vergers urbains, l’espace public et certains services sociaux. »

    « Les élus ne peuvent pas tout, les villes sont face à des pouvoirs puissants et riches, conclut Olivier Petitjean. Il est donc essentiel que les municipalités volontaristes soient soutenues par des mouvements sociaux. Il est aussi nécessaire que ces villes se mettent en réseau, s’allient pour peser face aux multinationales. Et surtout, il faut une bonne dose de courage. »

    https://reporterre.net/Quand-des-villes-refusent-d-etre-vendues-a-des-multinationales

    #villes #géographie_urbaine #résistance #multinationales #Barcelone #eau #Grenoble #remunicipalisation #Blackstone #Airbnb #Bruxelles #smart_cities #ville_intelligente #ubérisation #Preston #désindustrialisation #UK #Angleterre #Naples #ordures #Mouans-Sartoux #Vannes #terres #Espagne #municipalisme_public-citoyens #co-responsabilité #patrimoine_citoyen #mouvements_sociaux #réseaux #livre #ressources_pédagogiques #urban_matter

    –---

    Pour @etraces :

    Nouveau cheval de Troie des multinationales, le concept de « smart cities » a le vent en poupe. Selon Olivier Petitjean, « la "ville intelligente" n’est qu’un nouveau nom pour la ville privatisée ». Pour les entreprises comme Suez et Veolia, « la "smart city" est surtout promue comme un moyen d’intégrer la gestion des services publics locaux comme l’eau, les déchets, le transport public, le chauffage urbain, l’éclairage, la gestion des équipements, pour rendre le tout plus "efficient" ». Au-delà, ces « smart cities » sont une aubaine pour les géants du numérique et les plateformes comme Google, Uber, Amazon, Airbnb ou Deliveroo car elles permettent non seulement « une collecte massive de données sur les habitudes individuelles et les tendances urbaines, mais aussi de ce fait une capacité d’influencer la fabrique même des villes (par exemple ses flux de trafic, le développement économique de certains quartiers, etc.) sans contrôle par les élus locaux ».

  • Près de la moitié des Canadiens dupés par des théories du complot sur la COVID-19 | Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/579354/pres-de-la-moitie-des-canadiens-dupes-par-des-theories-du-complot-sur-la-c

    Près de la moitié des Canadiens souscrivent à des théories du complot ou des croyances trompeuses entourant le coronavirus, notamment sur des remèdes miracles qui n’en sont pas, le rôle de la technologie 5G ou la conception du virus dans un laboratoire chinois à des fins malveillantes, selon une nouvelle étude.

    Un sondage mené auprès de 2000 Canadiens par l’école de journalisme de l’Université Carleton à Ottawa révèle que 46 % d’entre eux croient en au moins une des quatre théories principales qui circulent en ligne concernant le virus.

    Sa crainte, dit-elle, c’est que les gens ne prennent pas la menace de la COVID-19 au sérieux et fassent fi des recommandations de la santé publique, notamment sur la distanciation physique, ouvrant la porte à une résurgence de l’épidémie.

    Un quart (26 %) des répondants, selon le sondage, croit en la véracité de la principale fausse nouvelle, soit que le coronavirus a été conçu comme une arme biologique dans un laboratoire en Chine et disséminé dans la population.

    11 % ne croient pas que la maladie soit grave et pensent qu’elle a été propagée pour dissimuler les effets nocifs présumés sur la santé de la nouvelle technologie 5G.

    Près du quart (23 %) croit, à l’instar du président américain Donald Trump, que des médicaments comme l’hydroxychloroquine sont efficaces dans le traitement de la maladie, ce qui n’a pas été prouvé scientifiquement.

    Et 17 % pensent que se rincer le nez avec une solution saline fournira une protection contre l’infection.

    Le sondage a été mené du 5 au 8 mai et a une marge d’erreur de 2,19 %.

    Les chercheurs soulignent que les gens passant beaucoup de temps sur les réseaux sociaux sont plus susceptibles de croire aux théories du complot.

    Environ 57 % des répondants croient également pouvoir détecter la désinformation. Cette trop grande confiance explique pourquoi ces gens « se laissent duper », estime Mme Everts.

    Réponse populaire à la propagande et au mensonge d’État, ainsi qu’à la capacité des élites de tirer un bon gros profit (économique ou politique : les lois d’exception) de la crise.
    #pas_dupe #rumeurs #complotisme #réseaux_sociaux

    • Près du quart (23 %) croit, à l’instar du président américain Donald Trump, que des médicaments comme l’hydroxychloroquine sont efficaces dans le traitement de la maladie, ce qui n’a pas été prouvé scientifiquement.

      Krkrkrkr…

      En même temps c’est n’importe quoi de, une fois de plus, mélanger sous l’intitulé « théorie du complot » des thèses soutenues très ouvertement par des gouvernements (HCQ, Chine), et des rumeurs plus « populaires » (5G, rinçage du nez). Parce que pour le coup, ce sondage permet en même temps de conclure que les gens croient les médias et qu’ils ne croient pas les médias, qu’ils suivent les politiques et qu’ils s’en défient, qu’ils écoutent les scientifiques ou qu’ils s’en moquent.

    • On n’oublie pas non plus Macron qui va visiter Raoult comme si c’était la Vierge à Lourdes.

      Oui, ces rumeurs sont une pauvre manière de gober certains trucs tout en n’étant « pas dupes » d’autres. Dans un contexte globalement populiste et qui ne respire pas l’intelligence (je parle des élites politiques crasseuses), c’est une réponse pas très étonnante. Les plus dupes sont ceux (très majoritairement des hommes) qui se débattent avec le constat qu’ils ne valent rien (vu la baisse régulière des caractères démocraties du régime libéral représentatif et avec un président qui dit qu’on peut n’être rien) pour essayer de se revaloriser en ne gobant que la moitié du message.

  • Mom-Shaming Ourselves - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/05/20/parenting/mom-shaming-social-media.html?smid=tw-nytimes&smtyp=cur

    I am usually fairly immune to the social media performance of parenthood. I know that behind the curtain there is someone else watching the children as the crackers are being made, or that the compliant toddler ripped her mask off moments after the photo was taken.

    But now, two months into staying at home, I find myself engaging in painful comparisons with other moms. I’m particularly disgusted with myself for the pettiness, considering how much death, fear and disruption I read about and report on every day.

    And yet, I can’t help myself from getting sucked into the scroll and compare. I asked Amanda Hess, the host of The Times’s video series “Internetting with Amanda Hess” and an incisive cultural critic, about why it is so irresistible. “I have also been thinking about the insane explosion of low-level gossip,” Hess said. “We don’t have these in-person bonds, where if I saw you at a bar, we might gossip a little bit about a friend, and that might release something in us.” Because we’re deprived of those bonds right now, when you see some cracker-making jerk on your timeline, “it looms in your mind.”

    Kathryn Jezer-Morton, a sociology Ph.D. candidate at Concordia University who researches the internet and motherhood and has written for NYT Parenting, said that part of the reason that comparing ourselves to others may feel irresistible right now is that we’re all under lockdown orders, and so our lives are superficially similar. “It flattens the playing field in a disturbing way,” she said.

    There’s a body of research about what psychologists call “social comparison,” or the comparison of one’s self to others. Researchers have described social comparison as “a fundamental psychological mechanism influencing people’s judgments, experiences and behavior.” During health scares, the need for social comparison increases, because the future isn’t clear and there are “no objective standards of how to cope,” researchers have found. In other words, we look to our peers even more intensely to figure out how we’re supposed to behave and what we’re supposed to feel.

    #psychologie_sociale #confinement #réseaux_sociaux #maternité #femmes #chez_soi

    https://www.nytimes.com/2020/04/16/parenting/mommy-influencers.html
    https://www.nytimes.com/video/arts/100000007120740/celebrity-bookshelves-coronavirus.html

  • 510 People Detained Over Coronavirus Posts in 2 Months - Bianet English
    In a statement released by the Ministry of Interior, it has been announced that 10,111 social media accounts have been probed due to “provocative” and “baseless” coronavirus posts in the last 65 days

    #Covid-19#Turquie#Réseaux_sociaux#Répréssion#Liberté_expression#prison#migrant#migration

    http://bianet.org/english/human-rights/224638-510-people-detained-over-coronavirus-posts-in-2-months