• Au Chili, les mégabassines néfastes depuis 35 ans
    https://reporterre.net/Au-Chili-les-megabassines-nocives-depuis-35-ans

    Avec ses 1 200 fleuves et 3 500 glaciers perchés dans les Andes, le Chili est la troisième réserve mondiale d’eau douce. Et pourtant, il est aussi parmi les vingt pays au monde qui subissent le plus haut stress hydrique : les ressources en eau disponibles sont inférieures à la demande. Estefanía González, coordinatrice chez Greenpeace, explique que « le problème de l’eau n’est pas seulement dû à la sécheresse et au changement climatique, mais aussi à la manière dont l’eau est gérée. Seulement 2 % sont utilisés pour l’eau potable ». Depuis la dictature de Pinochet, l’eau au Chili est une propriété privée. Le plus grand consommateur, et donc propriétaire de l’eau, est l’agriculture, à hauteur de 73 %. Grand exportateur d’avocats, de noix ou de raisins, le pays andin a privilégié depuis 1985 les retenues d’eau (barrages, bassins…) pour sécuriser le développement de son modèle agroexportateur.

  • Moyen-Orient : vers des millions de déplacés climatiques ?

    AFP 30/10/2022

    https://www.boursorama.com/actualite-economique/actualites/moyen-orient-vers-des-millions-de-deplaces-climatiques-ea9fa788624c2958b

    Pluies rares, canicules et sécheresses : au Moyen-Orient, la région du monde la plus pauvre en eau, le changement climatique pourrait faire des millions de déplacés, charriant avec eux le risque d’une urbanisation néfaste pour l’environnement et même de conflits pour les ressources.

    Au quotidien, Hussein Abou Saddam, président du syndicat des agriculteurs égyptiens, le constate déjà : « des jeunes des zones rurales migrent à l’étranger ou vers les grandes villes pour travailler dans l’industrie par exemple », raconte-t-il à l’AFP.

    Derrière ces départs, il y a des raisons climatiques, dit-il.

    Si l’Egypte souffre déjà de « sa surpopulation (104 millions d’habitants) et du fait qu’elle est un des pays les plus arides au monde », les nouveaux aléas liés au changement climatique « comme l’apparition de nouveaux parasites » ont rendu l’agriculture moins rentable, poursuit-il.

    Déjà, « 90% des réfugiés de la planète viennent de territoires extrêmement vulnérables au changement climatique », note le Haut commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR).

    - 216 millions de migrants -

    « Si les populations ne peuvent plus se nourrir ou travailler leurs terres, elles n’ont que peu d’alternatives au déplacement », explique à l’AFP Amy Pope, directrice adjointe de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

    En 2021, l’augmentation des catastrophes naturelles a forcé « presque trois millions de personnes à quitter leur maison en Afrique et au Moyen-Orient », rappelle Mme Pope. « Et nous pensons que la situation ne va faire que s’aggraver ».

    En Egypte, en 2060, le changement climatique pourrait avoir emporté la moitié du secteur agricole, selon les spécialistes du climat.

    Outre « la baisse de la production » agricole, « il y a aussi l’attrait pour la ville, son mode de vie et ses services », nuance Florian Bonnefoi, chercheur rattaché au Centre d’études et de documentation économiques, juridiques et sociales (CEDEJ) au Caire.

    Malgré tout, pour la Banque mondiale, en 2050, si rien n’est fait, il y aura 216 millions de migrants climatiques, des familles forcées de se déplacer au sein même de leur pays, dont 19,3 millions dans les cinq pays d’Afrique du Nord.

    Si cette zone est particulièrement exposée, c’est que ses côtes densément peuplées sont parmi les plus menacées par la montée des eaux : 7% des habitants y vivent à moins de cinq mètres au-dessus du niveau de la mer, selon l’Institut européen de la Méditerranée (IEMed).

    Naturellement, les populations convergeront vers les métropoles : Le Caire, Alger, Tunis, Tripoli, le corridor Casablanca-Rabat et Tanger.

    Mais, prévient la Banque mondiale, ces « foyers d’immigration climatique » sont eux-mêmes vulnérables à la montée des eaux.

    A Alexandrie par exemple, sur la côte égyptienne, deux millions de personnes, soit près du tiers des habitants, seront déplacées et 214.000 emplois disparaîtront si la mer monte de 50 centimètres.

    - « Conflits violents » -

    De tels regroupements « augmentent la pression sur les ressources », prévient l’économiste Assem Abu Hatab, ce qui « peut mener à des conflits violents » dans une région où l’agriculture représente 22% de l’emploi.

    Au Soudan déjà, les affrontements entre tribus pour l’accès à l’eau et à la terre font chaque année des centaines de morts. Ces derniers jours, dans le seul Etat du Nil Bleu, au moins 250 personnes ont péri dans ces combats.

    Selon l’Unicef, sur les 17 pays les plus pauvres en eau du monde, onze se trouvent au Moyen-Orient ou en Afrique du Nord .

    En Irak par exemple, si rien n’est fait d’ici 2050, « avec un degré supplémentaire et 10% de pluies en moins, 20% de l’eau douce » du pays de 42 millions d’habitants risque de disparaître, privant un tiers des terres agricoles de leur irrigation, selon la Banque mondiale.

    La Jordanie, l’un des pays les plus secs du monde, a dû doubler en 2021 ses importations d’eau d’Israël et la bande de Gaza, sous blocus de l’Etat hébreu, souffre d’une pénurie chronique d’eau depuis plusieurs années.

    A Copenhague puis à Paris, la communauté internationale « s’est engagée à aider les pays en développement à faire face à l’impact du changement climatique » en accompagnant « une pratique différente de l’agriculture et une meilleure gestion de l’eau », rappelle Mme Pope.

    Début septembre, 24 pays africains l’exhortaient à respecter ses engagements au plus vite.

    Ils plaideront de nouveau leur cause à la COP27 qui s’ouvrira le 6 novembre en Egypte.

    Car il va falloir, affirme Mme Pope, « trouver des sources alternatives d’emploi et donc de revenus » pour endiguer les migrations climatiques.

    #Climat#Migration#Sécheresse#Egypte#Soudan#COP27#Migrations_Climatiques#Moyen_Orient#Jordanie#Gaza#eau

  • Dans les #Deux-Sèvres, la #mobilisation contre les #mégabassines atteint ses objectifs malgré son interdiction... et les lacrymogènes

    Plusieurs milliers de personnes et de nombreux élus ont manifesté, samedi 29 octobre, à #Sainte-Soline, contre le plus gros projet en cours de mégabassine, pour dénoncer l’#accaparement_de_l’eau par l’agro-industrie. À l’appel de 150 organisations, le rassemblement, qui dure depuis plusieurs jours, a été le théâtre de tensions avec les forces de l’ordre.

    SainteSainte-Soline (Deux-Sèvres).– Il est 15 h 15 ce samedi 29 octobre quand plus de deux cents personnes avancent pacifiquement au milieu de l’immense cratère de Sainte-Soline. Après avoir marché au pas de course depuis le camp de base, à deux kilomètres de là, déjoué plusieurs barrages de police et traversé des nuages lacrymogènes, dérouté les forces de l’ordre par la progression de trois cortèges distincts à travers champs, une partie de la foule manifestante a atteint son but : pénétrer à l’intérieur du chantier très protégé de la dernière mégabassine en cours d’aménagement dans les Deux-Sèvres.

    Cette gigantesque excavation artificielle, couverte de cailloux calcaires et bordée de massifs remblais encore inachevés, doit accueillir, pendant l’hiver, de l’eau pompée dans les nappes phréatiques afin de constituer une réserve pour arroser, l’été, les cultures irriguées du coin, maïs en tête. Avec une emprise au sol de 16 hectares – soit la taille de vingt-deux terrains de foot –, cette mégabassine est la plus grosse jamais construite dans les Deux-Sèvres. Un mur de gaz lacrymogènes chasse toutefois la foule au bout de quelques minutes.

    Qu’à cela ne tienne, la manifestation est une réussite aux yeux de celles et ceux qui l’ont organisée : 7 000 personnes selon leurs estimations ont pris part à la marche et ont réussi à s’approcher des grilles du chantier. Et ce malgré l’interdiction du rassemblement par la préfecture, le blocage des routes alentour depuis le matin et une mobilisation impressionnante des forces de l’ordre : quelque 1 600 gendarmes et policiers étaient mobilisés, tandis que plusieurs hélicoptères survolaient la manifestation.

    Malins, des activistes avaient commencé à installer le camp dès le début de la semaine et se trouvaient sur place avant que les accès ne soient bloqués. Chapiteaux, barnums, toilettes sèches… et des centaines de tentes ont poussé en quelques jours. La mobilisation se poursuit tout au long du week-end avec des concerts, une « assemblée des luttes », des balades archéologiques et naturalistes… et de nouvelles actions.

    « On voulait quelque chose de festif, un moment sympathique à partager ensemble », précisait en amont du rassemblement Léna Lazare des Soulèvements de la Terre - l’un des collectifs, avec Bassines non merci et environ 150 autres organisations, à l’origine de la mobilisation.

    Quatrième moment de la mobilisation antibassine après celle de Mauzé-sur-le-Mignon en septembre 2021, celle de Cramchaban en novembre, puis celle d’Épannes en mars – toutes trois dans le marais poitevin - la marche de Sainte-Soline, à une cinquantaine de kilomètres au sud-ouest de Poitiers, avait pour but d’arrêter le prochain chantier qui démarrerait dans la région. Avec pour demande un moratoire sur la construction de ces équipements destinés à alimenter en eau une poignée d’agriculteurs. Il faut dire qu’entre-temps, un été de sécheresse record a posé avec une nouvelle urgence la question d’une gestion équitable de l’eau et ne fait que conforter les activistes dans leur combat.

    « On lutte contre un projet d’accaparement d’eau, explique Mélissa Gingreau, l’une des porte-paroles de Bassines non merci. On s’oppose à la construction de seize mégabassines dans les Deux-Sèvres. Mais si on ne veut pas qu’elles se construisent ici, on veut surtout qu’elles ne se fassent pas ailleurs. Car il s’agit d’une privatisation de l’eau au profit d’une minorité de gens. »

    La bassine de Sainte-Soline est destinée à l’usage de douze exploitants agricoles. Avec son tee-shirt « L’eau est un commun. Protégeons-là, partageons-là », le porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod, défend l’idée qu’une autre agriculture est possible, qui stocke naturellement l’eau dans les sols. « Les mégabassines, ce sont des outils de l’agro-industrie qui font disparaître paysannes et paysans, tout comme les fermes-usines, les produits de synthèse, les OGM… Pomper une eau qui a réussi à s’infiltrer dans les sols est un non-sens écologique. Ce qu’il faut, c’est sortir des pratiques de monocultures intensives et retrouver des sols qui ne soient plus stériles. »

    Philippe Beguin, l’agriculteur qui a prêté le terrain pour le campement militant, a précisément fait ce chemin quand, il y a quelques années, il s’est fâché avec les concepteurs d’une autre mégabassine du secteur. « Ils ne répondaient pas précisément à mes questions. Or moi j’avais fait mes calculs, j’avais vu qu’avec les charges d’emprunt liées à cet équipement, on ne gagnerait pas plus d’argent en faisant du maïs irrigué qu’en faisant du blé en culture sèche », raconte-t-il à Mediapart.

    Il a fini par claquer la porte, remettant en cause le système dans lequel il était. « Je ne suis pas fier de ce que je faisais… Mais les paysans, on a été tellement formatés ! Beaucoup de mes voisins critiquent mon retournement, mais j’observe qu’avec la médiatisation du combat contre les mégabassines, certains changent aussi d’avis. »

    Aujourd’hui, Philippe a mis l’une de ses parcelles en jachère, car elle se trouve, entre mai et septembre, sur la zone de nidification d’un oiseau migrateur : l’outarde canepetière. Et là où il faisait du maïs et du tournesol irrigués, il fait désormais pousser du blé et du millet blanc destiné à l’alimentation d’oiseaux. Il a conservé un peu de tournesol et de maïs, mais « seulement là où il y a les bonnes terres profondes, sans irrigation, quitte à faire la moitié du rendement », dit-il.

    C’est bien à cette « agriculture de qualité », et non pas à « une agriculture destructrice de la faune et de la flore », qu’il faut parvenir, estime Lisa Belluco, députée EELV (Europe Ecologie Les Verts) de la 1re circonscription de la Vienne - circonscription voisine de celle de Sainte-Soline avec laquelle elle partage le même bassin versant. « Dans le secteur, ce sont 31 mégabassines que la préfecture veut faire passer. Si nous gagnons ici, nous gagnerons pour les autres projets. Si l’on prend en compte tous les usagers de l’eau, on voit bien que ce système ne peut pas fonctionner dans un contexte de changement climatique. »

    Comme elle, Manon Meunier, élue LFI (La France insoumise) à l’Assemblée nationale sur la Haute-Vienne, est venue manifester pour, dit-elle, « faire bifurquer l’agriculture ». « Il faut investir dans la transition agroécologique, dans une agriculture intensive en emploi. »

    Lors de son intervention en juillet dernier devant la commission Développement durable et aménagement du erritoire de l’Assemblée nationale, la climatologue coprésidente du Giec Valérie Masson-Delmotte ne disait pas autre chose. « Ces simples politiques de substitution et de bassines ne seront pas à l’échelle par rapport aux besoins, indiquait la scientifique. […] Là, on peut être dans des cas de mal-adaptation parce que l’on créerait du stockage et [...] on accentuerait le niveau de réduction des nappes. Il faut aussi se projeter sur ce que nécessiterait une adaptation à l’échelle d’ici à 2050, et là on se rend compte qu’on aura besoin de toute manière de changement dans les systèmes de production pour réduire les besoins d’irrigation, et pour parvenir du coup à un meilleur équilibre avec le climat tel qu’il évolue. »

    Dans les rangs militants, au-delà des organisations et des syndicats – des députés européens, le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), la CGT et Solidaires sont également présents – on trouve aussi des gens des environs, secoués par l’« éco-anxiété », choqués par l’impasse dans laquelle nous conduit l’agro-industrie.

    C’est le cas de Pascale et Clara Niveau, mère et fille présentes depuis le début du mouvement. « Mes grands-parents étaient de petits paysans à quelques kilomètres d’ici, je suis attachée à cette paysannerie, ça fait de la peine de voir ce que devient la terre... », déplore Pascale. Clara, étudiante aux Beaux-Arts à Poitiers, porte dans son dos un panneau composé de tissus de récup’ avec les mots « eau voleur ». « J’essaie d’allier mon travail artistique avec ces sujets, dit-elle. Cela me préoccupe beaucoup... »

    Aïssate Ba, elle, est venue de plus loin avec un petit groupe militant originaire des Vosges. C’est la première fois que la chanteuse participe à une mobilisation contre les mégabassines. « Nous nous battons contre Vittel et ses déchets plastiques qui polluent les nappes phréatiques vosgiennes, raconte-t-elle à Mediapart. C’est tout aussi injuste que ce qui se passe ici. »

    Au cours de la marche vers la mégabassine, cible de nombreuses bombes lacrymogènes lancées dans les airs par les forces de police, de bombes assourdissantes, de grenades de désencerclement et de tirs de LBD planait la mort de Rémi Fraisse sous un tir de grenade, il y a précisément huit ans au cours de la contestation du barrage de Sivens. Hier, 50 personnes ont été blessées dans le cortège, parmi lesquelles cinq sont hospitalisées, indique la coordination de Bassines non merci. La police, de son côté, fait état de 61 blessés.

    Cette mobilisation grandissante et rejointe par de nombreux politiques finira-t-elle par être entendue ? Pour l’heure, le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, présidé par le socialiste Alain Rousset, continue de soutenir le modèle des mégabassines, qui bénéficie d’importants financements publics.

    Quelques heures avant le début de la marche, Christophe Béchu, le ministre de la transition écologique, enfonçait le clou, avançant que les bassines étaient une solution face à la sécheresse. « On a la moitié des départements de France encore en situation de sécheresse. L’agriculture est en première ligne, et il nous faut des alternatives pour continuer à nourrir les Français », déclarait-il samedi matin sur France Inter.

    https://www.mediapart.fr/journal/ecologie/301022/dans-les-deux-sevres-la-mobilisation-contre-les-megabassines-atteint-ses-o
    #résistance #industrie_agro-alimentaire #eau #agriculture #cortèges #maïs #nappe_phréatique #extractivisme #manifestation #Soulèvements_de_la_Terre #Bassines_non_merci #sécheresse #gestion_de_l'eau #lutte #privatisation #agro-industrie #irrigation #répression

  • Siccità e desertificazione: l’Italia rischia di prosciugarsi

    Più di un quinto del territorio italiano è a rischio desertificazione e la situazione idrica è peggiorata in seguito a un inverno secco che ha visto le precipitazioni ridursi di un terzo rispetto alla normale. In tutto il Paese, i segnali della scarsità idrica stanno alimentando i timori di siccità e desertificazione.


    https://www.nationalgeographic.it/ambiente/2022/10/contenuto-sponsorizzato-siccita-e-desertificazione-litalia-rischi
    #sécheresse #Italie #cartographie #visualisation #carte_interactive #désertification

  • Les voix croisées (109mn)

    Fruit de luttes de travailleurs immigrés en France, l’expérience d’un retour à la terre et au pays à travers une coopérative paysanne exemplaire au Mali. Sur fond de violences coloniales et écologiques, un puissant récit polyphonique.

    https://www.arte.tv/fr/videos/107176-000-A/les-voix-croisees

    Pendant près d’un demi-siècle, Bouba Touré (1948-2022), ouvrier malien chez Chausson, devenu photographe et projectionniste après un passage par l’université de Vincennes, a documenté les luttes des travailleurs immigrés en France. De la grève des « foyers-taudis » au combat contre le colonialisme d’un empire portugais à l’agonie, du mouvement des sans-papiers aux mobilisations pour l’égalité salariale à l’usine, ses archives, ici entrelacées avec d’autres – films, photos et sons –, chroniquent l’histoire d’une communauté venue d’Afrique de l’Ouest. En proie à la précarité, à la misère et au racisme, celle-ci ne désarme pas pour faire valoir ses droits. De ce cheminement politique, qu’accompagne l’Association culturelle des travailleurs africains en France (Actaf), émerge, en 1977, l’utopie d’un retour au pays et à la terre, au travers d’une coopérative agricole, Somankidi Coura. Créée sur les rives du fleuve Sénégal au Mali, entre autres par Bouba Touré, elle répond aussi aux épisodes de sécheresse à l’origine des famines au Sahel, lesquels sont imputables à la violence écologique des anciennes puissances coloniales et à la pratique de la monoculture.

    #migration#Soninkés#Foyers#FTM#Somankidi_coura#Kayes#Mali#Région_du_fleuve_Sénégal#Sans_papiers#Bouba_Touré#Révolution_Afrique#Sécheresse_1974#St_Bernard#René_Dumont#Agriculture#Radio_rurale

  • Un million de personnes déplacées par la sécheresse en Somalie

    Communiqué de presse conjoint du HCR et du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC)

    Plus de 755 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur de la Somalie en raison de la grave sécheresse qui sévit cette année, ce qui porte le chiffre total à 1 million de personnes déplacées depuis janvier 2021, date du début de la sécheresse, selon les chiffres publiés aujourd’hui par le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, et le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

    https://www.unhcr.org/fr/news/press/2022/8/62f4e7de13/million-personnes-deplacees-secheresse-somalie.html

    #somalie#sécheresse#somali#eau#réfugiés_climatiques#Corne_de_l'Afrique

    Pour info, la population Somalie vit en Somalie, au Somaliland, au Puntland, au Kenya, à Djibouti, en Ethiopie, ce qui se passe sur l’un de ces territoire a à terme des répercutions sur les autres... et bien au delà...

  • Heatwave in China is the most severe ever recorded in the world

    A long spell of extreme hot and dry weather is affecting energy, water supplies and food production across China


    Low rainfall and record-breaking heat across much of China are having widespread impacts on people, industry and farming. River and reservoir levels have fallen, factories have shut because of electricity shortages and huge areas of crops have been damaged. The situation could have worldwide repercussions, causing further disruption to supply chains and exacerbating the global food crisis.

    People in large parts of China have been experiencing two months of extreme heat. Hundreds of places have reported temperatures of more than 40°C (104°F), and many records have been broken. Subway stations have set up rest areas where people can recover from the heat.

    On 18 August, the temperature in Chongqing in Sichuan province reached 45°C (113°F), the highest ever recorded in China outside the desert-dominated region of Xinjiang. On 20 August, the temperature in the city didn’t fall below 34.9°C (94.8°F), the highest minimum temperature ever recorded in China in August. The maximum temperature was 43.7°C (110.7°F).

    It is the longest and hottest heatwave in China since national records began in 1961. According to weather historian Maximiliano Herrera, who monitors extreme temperatures around the world, it is the most severe heatwave recorded anywhere.

    “This combines the most extreme intensity with the most extreme length with an incredibly huge area all at the same time,” he says. “There is nothing in world climatic history which is even minimally comparable to what is happening in China.”

    Together with the extreme heat, low rainfall in parts of China has led to rivers falling to low levels, with 66 drying up completely. In parts of the Yangtze, water levels are the lowest since records began in 1865. In a few places, local water supplies have run out and drinking water has had to be trucked in. On 19 August, China announced a national drought alert for the first time in nine years.

    Hydroelectricity generation has fallen because of the low water levels. Sichuan has been especially affected because it normally gets 80 per cent of its electricity from hydropower. Thousands of factories in the province have had to cease operations because of electricity shortages amid high demand for air conditioning. Offices and shopping malls were also told to reduce lighting and air conditioning to save power.

    In Sichuan alone, 47,000 hectares of crops are reported to have been lost and another 433,000 hectares damaged. The agriculture ministry has said it will try to increase rainfall by seeding clouds. It remains scientifically unclear whether cloud seeding makes a significant difference.

    China is far from the only place affected by drought. Europe is having what may be its worst drought in 500 years. There is also a drought in the Horn of Africa, and across much of the US and Mexico.

    Lower crop yields in these regions could worsen the global food crisis. Global food prices hit record levels even before Russia invaded Ukraine, and though they have fallen since March, they remain higher than in previous years. However, China has built up large grain reserves in recent years, so it can make up for some shortfall.

    According to a 2021 report from the Intergovernmental Panel on Climate Change, droughts have been increasing as a result of global warming and will become more frequent and severe as the planet continues to warm.

    https://www.newscientist.com/article/2334921-heatwave-in-china-is-the-most-severe-ever-recorded-in-the-worl

    #Chine #sécheresse #changement_climatique #climat #vague_de_chaleur #chaleur

    • Chinese city dims lights as record heatwave hits energy supplies

      Highs of over 40C in Chengdu dry up hydropower reservoirs and raise demand for air conditioning

      A provincial capital in south-west China has dimmed outdoor advertisements, subway lighting and building signs to save energy as the area struggles with a power crunch triggered by record-high temperatures.

      Temperatures rose past 40C (104F) in Sichuan province this week, fuelling massive demand for air conditioning and drying up reservoirs in a region reliant on dams for most of its electricity.

      Factories including a joint venture with the Japanese car maker Toyota in the provincial capital, Chengdu, have been forced to halt work, while millions in another city, Dazho, grappled with rolling power cuts.

      “Hot and muggy weather has caused the city’s electricity supply for production and daily life to be pushed to its limit,” Chengdu’s urban management authorities said in a notice on social media on Thursday.

      Faced with a “most severe situation”, the city, which is home to more than 20 million people, had ordered landscape illumination and outdoor advertising lights to be switched off in notices issued Tuesday, the statement said. Building name signs will also be darkened.

      Chengdu metro said in a video on China’s Weibo social media platform that it would also turn off advertisement lights and “optimise” the temperature in stations to save energy.

      Photos circulating on Weibo showed dimmed lights on metro platforms, walkways and in malls, with commuters walking in partial darkness.

      China has suffered a series of heatwaves and record-breaking temperatures this summer. By Friday, the national meteorological administration had issued red-level heat warnings for eight consecutive days, bringing the total to 30 days since June. The heat is expected to continue in some areas for the next 10 days.

      On Thursday, the south-western city of Chongqing registered a record high of 45C, state media reported, hitting a record 11 consecutive days above 40C. As of Friday, Hangzhou had also experienced a record 30 days of high temperatures, the national meteorological administration said.

      Multiple heat records have been broken and a worsening drought has reduced water levels in the country’s largest lake by 75%. On Thursday morning, the total area of Poyang lake in Jiangxi province had reduced by more than 2,200 sq km, to 737 sq km.

      The drought is also drying up the critical Yangtze River, with water flow on its main trunk about 51% lower than the average over the last five years, state media outlet China News Service reported on Thursday.

      Sichuan’s power woes could also have ripple effects on the wider Chinese economy – the province is a key supplier of energy generated by hydropower, including to eastern industrial powerhouses like Jiangsu and Zhejiang.

      China is battling extreme weather on several fronts, with 17 people killed in a flash flood in the north-west of the country on Thursday after torrential rains.

      Meanwhile, weather authorities in the eastern Jiangsu province warned drivers of tire puncture risks on Friday as the surface temperatures of some roads were expected to hit 68C.

      The China Meteorological Administration earlier said the country was going through its longest period of sustained high temperatures since records began in 1961.

      Scientists say extreme weather across the world has become more frequent due to the climate crisis and that urgent global cooperation is needed to slow an impending disaster. The world’s two largest emitters are the US and China.

      But earlier this month Beijing announced it was freezing its cooperation with Washington on global heating in protest over a visit by the US House speaker, Nancy Pelosi, to Taiwan.

      https://www.theguardian.com/world/2022/aug/19/chinese-city-dims-lights-as-record-heatwave-hits-energy-supplies

      #énergie

    • China issues alert as drought and heatwave put crops at risk

      Local authorities told to take measures and ‘use every unit of water carefully’ in effort to save autumn harvest

      A drought in China is threatening food production, prompting the government to order local authorities to take all available measures to ensure crops survive the hottest summer on record.

      On Tuesday, four government departments issued an urgent joint emergency notice, warning that the autumn harvest was under “severe threat”. It urged local authorities to ensure “every unit of water … be used carefully”, and called for methods included staggered irrigation, the diversion of new water sources, and cloud seeding.

      A record-breaking heatwave combined with a months-long drought during the usual flood season has wreaked havoc across China’s usually water-rich south. It has dried up parts of the Yangtze River and dozens of tributaries, drastically affecting hydropower capacity and causing rolling blackouts and power rationing as demand for electricity spikes. There is now concern about future food supply.

      Even Pay, an analyst at Trivium China who specialises in agriculture, said her immediate concern was for fresh produce.

      “The kinds of fresh vegetables that supply the local markets where people buy their produce each day – that’s the category that is least likely to be in a major irrigation area, and which is not likely to be strategically prioritised in a national push to protect grain and oil feeds,” she said.

      Crop losses would also hit supply chains and exacerbate supply problems, Pay said, as a Chinese city’s produce supply was often grown close to that city, but would have to be sourced from further away and could rot on longer journeys.

      Pay said the concerns were mainly domestic, and that categories of food that would affect the global markets were “keeping pretty safe”. But she said attention should be paid to rapeseed if the drought was still going when crops are planted in the autumn.

      China is now relying more heavily on its own corn production – 4% of which was grown in drought affected Sichuan and Anhui – after Russia’s invasion of Ukraine drastically destabilised global supplies.

      Pay added:“I think we’re going to start to see reports of livestock farmers getting hit. A lot of pig farmers have upscaled in recent years … There are big intensive vertical farms, and if the AC gets cut off [the pigs] are not going to be in good shape.”

      Pay was relatively optimistic about the measures announced on Tuesday, and its call for tailored local solutions. The order to divert water sources would probably help areas where water is inaccessible, she said, and subsidies have already been announced.

      “But we’ve now had 35 straight days of heat warnings. We have dry season water levels, or below typical dry season water levels. The conditions are very, very extreme and there’s no question that there will be some loss of crops.”

      Tuesday’s notice heavily emphasised that it came from the highest levels of government, partially titled “emergency notice on thoroughly implementing the spirit of general secretary Xi Jinping’s important instructions”.

      “That’s a really important signal to localities that there is a very high degree of political will behind the push to do anything and everything possible to support farmers and ensure crops can be saved,” said Pay.

      It was also a sign of the pressure on China’s Communist party to avoid food price rises and inflation, as it prepares for its five-yearly congress meeting in the coming months.

      “It’s signalling to markets, anyone with the jitters, or thinking of stocking up on food, that: hey everybody is mobilised and we’re going to do everything we can,” said Pay. “It’s also signalling to local province and county level governments that they need to get out and be seen to do something even if there is nothing that can be done.”

      China has made climate crisis commitments to peak its carbon output before 2030, but – along with some European countries – has recently reprioritised coal production to stave off a global energy crisis.

      Pay said China was making big efforts in adaptability. She said the hydropower failure in Sichuan – where it contributes 80% of power supply – would probably lead to a fossil fuel-driven response in the short term before efforts to boost other renewable sources which had struggled to compete with cheap hydropower.

      “What’s happening this summer is going to be the base case for what a climate emergency looks like, and we’re likely to se a lot of policy research and redesign … and a lot more attention around water availability.”

      https://www.theguardian.com/world/2022/aug/24/china-issues-alert-drought-heatwave-put-crops-at-risk
      #agriculture

  • Les méga-bassines sont-elles des solutions viables face aux sécheresses ?

    Un article très fourni sur les Méga-Bassines à partager absolument.

    Texte de Magali Reghezza, géographe et membre du Haut Conseil pour le climat (HCC) et Florence Habets, Directrice de recherche CNRS en hydrométéorologie, professeure à l’École normale supérieure (ENS) – PSL.

    https://bonpote.com/les-mega-bassines-sont-elles-des-solutions-viables-face-aux-secheresses

    {{Lire aussi :}}

    Gestion de l’eau : devons-nous être des plombiers de l’environnement ?

    https://lejournal.cnrs.fr/billets/gestion-de-leau-devons-nous-etre-les-plombiers-de-lenvironnement

    Florence Habets, Le Journal du CNRS, 22 mars 2022.

  • Le #Niger provoque la #pluie pour éloigner le spectre de la #sécheresse
    https://www.voaafrique.com/a/le-niger-provoque-la-pluie-pour-%C3%A9loigner-le-spectre-de-la-s%C3%A9cheresse/6716650.html

    Cette technologie de « pluies provoquées » consiste, à l’aide d’un avion, à introduire dans les nuages des produits chimiques, notamment un mélange d’argent, de sodium et d’acétone.

    #climat

  • Sécheresse : la crise de l’#eau ne fait que commencer | Alternatives Economiques
    https://www.alternatives-economiques.fr/secheresse-crise-de-leau-ne-commencer/00104296

    Le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, a fait lui-même œuvre de pédagogie sur le lien entre chaleur, #sécheresse et #inondations, expliquant qu’une température élevée de la mer augmente le risque d’orage et que « des orages puissants ne remplissent pas les nappes et conduisent à du ruissellement ».

    Cette mécanique entre hausse des températures, assèchement des #sols et fortes #précipitations s’intensifie, faisant des sécheresses et des inondations les deux faces d’un même risque climatique.

    #climat

  • En proie à une canicule inédite, la Chine craint pour ses récoltes

    AFP, 24 août 2022

    <https://www.arte.tv/fr/afp/actualites/en-proie-une-canicule-inedite-la-chine-craint-pour-ses-recoltes>

    Une « grave menace » : les températures record en Chine, qui provoquent l’assèchement des cours d’eau, mettent désormais en péril les récoltes, ont averti les autorités qui craignent pour la sécurité alimentaire du géant asiatique.

    Extraits :

    « La Chine assure plus de 95% de ses besoins en riz, blé et maïs.
    Mais de mauvaises récoltes risquent d’accroître les importations du pays plus peuplé du monde, au moment où l’offre de céréales est déjà mise à mal par la guerre en Ukraine »

    « Début août, les services météorologiques chinois ont reconnu que le pays a vu depuis 1951 ses températures augmenter deux fois plus vite que la moyenne mondiale, une tendance qui devrait se poursuivre à l’avenir »

    #Chine#agriculture#sécheresse#riz#blé#maïs#eau

  • Face à l’urgence climatique, les activistes écologistes ont soif de radicalité

    Sous l’effet d’un été de sécheresse, d’incendies et de pénurie d’eau, les activistes pour le climat durcissent le ton. Sachant le soutien croissant de la population, certains assument de causer des dégâts matériels au nom de la lutte contre une violence systémique.

    Mathieu Dejean / Mediapart / 23 août 2022 à 13h36

    « J’ai 22 ans, et je sais que chaque été est le plus froid du restant de ma vie. Il faut qu’on soit à la hauteur de cette radicalité. » Au bout du fil, Alizée, militante pour le climat à Dernière Rénovation, collectif qui s’est fait connaître en s’attachant au filet en pleine demi-finale hommes de Roland-Garros le 3 juin dernier, témoigne d’un état d’esprit en voie de normalisation.

    À l’instar de ses camarades qui ont bloqué le périphérique de Paris ou le Tour de France cet été pour demander la rénovation thermique (six d’entre eux seront jugés en novembre, une autre en janvier), et comme de plus en plus de collectifs écologistes, elle se dit prête à aller « jusqu’au procès » pour entraver le « business as usual ».

    Les espoirs déçus de bifurcation lors des dernières échéances électorales, la virulence de la sécheresse estivale et l’inertie du gouvernement ont achevé de modifier les options stratégiques d’une fraction du mouvement climat.

    « Pendant toute une période, le mouvement climat a mis l’accent sur sa respectabilité, sur le fait de ne pas s’en prendre aux biens et aux personnes, dans l’hypothèse que ça permettrait de construire un mouvement de masse. Maintenant on est à un point où, sous l’effet d’un sentiment d’urgence, des actions d’un autre type redeviennent légitimes. Il y a des choix à faire, qui sont exclusifs les uns des autres », observe Nicolas Haeringer, directeur des campagnes pour l’ONG 350.org et activiste depuis le début des années 2000.

    S’il constate, depuis une dizaine d’années déjà, une « montée en puissance de l’idée de désobéissance civile », Vincent Gay, membre du bureau d’Attac France et coauteur de Pour la justice climatique : Stratégies en mouvement, voit aussi émerger un flanc plus radical, qui agit spontanément et assume d’avoir « un impact matériel plus important » : « Cette tendance prend de l’ampleur. Face à l’accroissement de la crise, les débats entre organisations sur “jusqu’où aller” sont un peu derrière nous », affirme-t-il depuis l’université d’été d’Attac.

    En parallèle, comme pour nourrir un peu plus cette colère due à la destruction du vivant, le sécessionnisme des riches, consenti de fait par le gouvernement, devient plus criant que jamais – des terrains de golf arrosés aux itinéraires ridiculement courts effectués en jet privé et exposés publiquement.

    « L’immensité de la catastrophe a accentué la colère, comme l’absence de réaction du gouvernement. Maintenant, on est dans le mur, on le ressent dans nos chairs, et pourtant l’État protège les puissants qui nourrissent ce système », dénonce ainsi la militante écologiste Claire Lejeune, qui ne voit que la « résistance collective » comme solution, à l’Assemblée nationale et sur le terrain des luttes.

    « Le fait que ces caprices soient visibles et acceptés par le gouvernement rend légitimes des actions plus radicales », abonde le député de Paris Julien Bayou, secrétaire national d’Europe Écologie Les Verts (EELV), tout en posant la violence comme ligne rouge.

    Neutraliser, désarmer, saboter

    De fait, les activistes ciblent plus qu’avant la racine du problème, s’affranchissant des listes de revendications adressées aux ministères, dans l’espoir d’avoir un impact direct, même à petite échelle. Trous de terrains de golf bouchés avec du ciment, pneus de SUV dégonflés, jacuzzis éventrés ou encore mégabassines démantelées ont ainsi émaillé les mois de juillet et d’août.

    « La radicalité a une longue histoire dans le mouvement écologiste, du démontage du McDonald’s de Millau en 1999 à celui de la ferme-usine des mille vaches en 2014, mais ce qui est nouveau, c’est qu’aujourd’hui c’est beaucoup plus spontané et gazeux, signe que la colère monte », analyse la députée de La France insoumise (LFI) Aurélie Trouvé.

    Au sein du collectif des Soulèvements de la Terre, qui a organisé plusieurs actions contre des mégabassines (ces cratères géants qui pompent l’eau des nappes phréatiques afin d’alimenter les grandes cultures intensives), on constate aussi que les lignes bougent.

    Le 6 novembre 2021, la pompe d’une mégabassine (reconnue comme illégale) a ainsi été démontée lors d’une manifestation à laquelle 1 500 personnes ont participé à Mauzé-sur-le-Mignon (Deux-Sèvres), un acte revendiqué par le porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod, qui a voulu remettre un bout de la pompe au ministre de l’agriculture.

    Une tribune demandant l’arrêt immédiat de la construction de « ces projets aberrants d’accaparement de l’eau », signée tant par la CGT que par des candidats à la présidentielle (Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot), a été publiée dans la foulée dans Le Monde, validant la légitimité de l’action.

    Certes, les pratiques de sabotage ou de résistance offensive ne sont pas nouvelles dans le milieu des luttes écologistes. Du sabotage de la centrale nucléaire de Fessenheim en 1975 à la résistance de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes contre l’« opération César » en 2012, elles font partie d’un répertoire d’actions collectives balisé. C’est l’importance qu’elles acquièrent dans cet arsenal relativement au plaidoyer et leur « capital sympathie » dans l’opinion publique qui constituent une nouveauté.

    « Le curseur bouge. J’ai dix-sept ans de recul, et je vois que ce qui pouvait être perçu comme extrémiste à l’époque est davantage compris aujourd’hui, voire conçu comme le minimum vital », affirme ainsi Lamya Essemlali, présidente de Sea Shepherd France, l’ONG de défense des océans réputée pour sa radicalité. « La crainte, c’est plutôt que l’attentisme de l’État face aux destructions du vivant provoque une situation hors de contrôle, avec les plus forts qui bouffent les plus faibles, et qu’on entre dans une guerre civile incontrôlable », ajoute-t-elle.

    Pour conserver ce soutien de la population, et faire comprendre leur nouveau modus operandi, les activistes revendiquent des actions de « désarmement », plutôt que de « sabotage ». « Cette notion a un sens assez clair : les bassines ou les cimenteries [des centrales à béton ont été volontairement dégradées fin juin 2021 à l’appel des Soulèvements de la Terre – ndlr] sont des armes de destruction, et il est nécessaire de les désarmer, dans un contexte de guerre contre le vivant », explique ainsi Justin, de la coordination des Soulèvements de la Terre.

    Lamya Essemlali qui, avec Sea Shepherd, s’est interposée contre des baleiniers, a confisqué des filets illégaux ou encore détruit des pièges de braconniers, est sur la même ligne. « On n’a jamais blessé personne en quarante-cinq ans, et détruire l’arme de quelqu’un qui s’apprête à agresser quelqu’un d’autre, ce n’est pas de la violence », affirme-t-elle.

    Ce renversement de l’accusation, où la question tacitement posée n’est plus celle de la légitimité de la violence, mais de sa nécessité dans des situations de violence systémique, est assez largement partagé par les mobilisations contemporaines. « Les critiques, voire le refus, de la non-violence sont […] portés par certain·es activistes comme l’affirmation du droit à la légitime défense dans un état d’urgence », note la directrice de recherche CNRS à Sciences Po Réjane Sénac dans son ouvrage Radicales et fluides.

    Avec la fin de l’abondance, la guerre des ressources commence

    « Ce n’est pas nouveau, mais c’est vrai que ça s’accélère en France », convient la députée écologiste de la Drôme Marie Pochon, venue de l’ONG Notre Affaire à Tous, qui anticipe qu’« un jour ou l’autre, malheureusement, ces actions vont dépasser les limites de la désobéissance civile ». Bien sûr, la culture de la non-violence demeure très forte dans le mouvement climat, comme en témoigne le récent Manifeste pour la non-violence de Pauline Boyer et Johann Naessens.

    Les deux coauteurs y affirment notamment : « La destruction de matériel ou le sabotage ne sont envisageables que si le groupe d’action les pense légitimes aux yeux de l’opinion publique. À l’inverse des stratégies violentes ou armées, où les activistes font tout pour ne pas se faire prendre ni juger pour leurs actions, les activistes des luttes non violentes mènent leurs actions à visage découvert, revendiquent publiquement leurs actions et sont prêt·es à subir des poursuites judiciaires. »

    Mais certain·es militant·es commencent à interroger ces règles, voire à passer outre. Le géographe et militant suédois Andreas Malm a ouvert la voie en brisant le tabou sur la « violence collective non armée » et la destruction de biens dans Comment saboter un pipeline.

    « Il n’est pas nécessaire de vouloir à tout prix s’exposer à la loi – au contraire, ce paragraphe du protocole de la désobéissance civile devient plus caduc chaque jour, un pouvoir qui détruit les fondements de la vie ne pouvant attendre aucune loyauté de ses sujets. Le sabotage peut s’accomplir dans l’obscurité », écrit-il. Les partisans d’une insurrection climatique lui ont emboîté le pas.

    À la mi-août, le collectif Rivières en colère revendiquait ainsi dans un communiqué le débâchage clandestin de deux mégabassines en Vendée : « La nuit du 8 au 9 août, nous avons enfilé des gants et masqué nos visages, nous avons pris des pinces et des couteaux, et nous avons enlevé la bâche qui recouvrait deux mégabassines du Sud-Vendée », détaillaient ses signataires, avant de mettre en garde la préfecture et le gouvernement que tout nouveau projet de ce type serait désormais accueilli de même.

    Joint par Mediapart, Andreas Malm, qui vient de passer plusieurs semaines avec le mouvement climat en Italie et en Allemagne, est formel : « J’ai longtemps hésité à le dire, mais on peut désormais affirmer que le sabotage est une tendance émergente dans le mouvement climat. Ce n’est pas un raz-de-marée, loin de là, mais ça arrive de plus en plus souvent, et le mouvement climat en Europe en parle et se demande sérieusement comment s’y engager à plus large échelle. Cela commence à être une tendance. »

    Il en veut pour preuve la variété des actions qui s’intègrent dans cette tactique : des plus douces, comme le mouvement des « tyre extinguishers » (dégonfleurs de pneus) qui s’en prend aux SUV sans formellement dégrader des biens, aux plus radicales comme le sabotage d’un pipeline en construction sous la rivière Wedzin Kwa, en Colombie-Britannique (Canada) en février 2022, ou celui d’un pipeline à Wilhelmshaven (Allemagne), le 12 août, par le mouvement Ende Gelände, qui a officiellement fait sienne cette tactique depuis un an. « Et ce n’est que le commencement. Tout indique que d’autres sabotages sont en préparation », ajoute Andreas Malm.

    Si les discussions sont encore conflictuelles à ce sujet au sein du mouvement climat dans son ensemble, le militant suédois estime que le passage à des méthodes d’action plus radicales est logique, compte tenu de l’aggravation du dérèglement climatique et de « la détermination de la classe dirigeante à brûler la planète aussi vite que possible ».

    « Le mouvement climat a connu une vague de mobilisations de masse en 2018-2019, qui doit être suivie par autre chose, quelque chose de nouveau : il doit y avoir une prochaine étape adaptée à la situation actuelle », conclut-il.

    Dépassement des organisations traditionnelles

    Pour la députée écologiste Marie Pochon, ce phénomène observable en France est comparable à celui des « gilets jaunes » dans un autre domaine. Désormais en effet, les actions ne sont plus toutes coordonnées par des collectifs : elles sont plus spontanées, sporadiques, et dépassent les organisations syndicales et partisanes :

    « Cette violence subie aujourd’hui, du fait des pénuries non anticipées d’eau et de l’appropriation des ressources par quelques-uns en ces temps de crise, provoque une colère qui s’exprime de manière moins structurée, et y compris en dehors du champ de la non-violence. »

    Comme les gilets jaunes, ces activistes n’ont plus aucune confiance dans le système institutionnel pour freiner la catastrophe climatique. « C’est le signal qu’il y a une perte totale de confiance dans la capacité de l’État à agir efficacement et rapidement », constate Vincent Gay.

    Les député·es écologistes, qui ont fait leur retour à l’Assemblée nationale, où ils disposent d’un groupe, comptent bien faire la démonstration que l’action politique institutionnelle peut être utile.

    Julien Bayou a ainsi annoncé son intention de déposer une proposition de loi à l’automne pour interdire les jets privés, ou encore demandé un moratoire immédiat sur la chasse, pour préserver la faune après la disparition de 60 000 hectares de forêt partis en fumée. « C’est l’inaction de l’État qui produit ce réflexe de la société. L’enjeu c’est : comment demander une transition à la majorité si les plus riches en sont complètement exemptés ? Ce n’est pas possible », explique-t-il au sujet des jets privés.

    En attendant, les conflits autour de l’eau, de la chasse ou encore de l’agriculture vont continuer à se durcir. Dans un contexte de fin de la situation d’abondance, la privatisation des ressources communes sera au centre des attentions. Le philosophe Mark Alizart, auteur du Coup d’État climatique, fait d’ailleurs sienne l’expression « guerre de l’eau » apparue cet été.

    « C’est la phase 2 du réchauffement climatique : la guerre des ressources, explique-t-il. Le changement climatique restait abstrait ; désormais, sa conséquence très concrète a jailli cet été : c’est la guerre pour s’accaparer des ressources. Dans ce contexte, l’illégalité est de tous les côtés. »

    Mathieu Dejean

    https://www.mediapart.fr/journal/france/230822/face-l-urgence-climatique-les-activistes-ecologistes-ont-soif-de-radicalit

    #eau #sécheresse #activisme #écologie #climat #réchauffement #sabotage #désobéissance_civile

  • En Chine, 66 rivières à sec, le Yang Tsé à son plus bas niveau...

    En plus du gaz, de l’eau, on va manquer d’engrais, de batteries, de panneaux solaires, de batteries au lithium (Telephones portables)...

    Canicule en Chine : « Dans la province du Sichuan, toutes les usines ont été mises à l’arrêt » (11mn)

    Le mercure dépasse allègrement les 40 °C ces derniers jours au Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine. En raison de la canicule, les cours d’eau de la région sont asséchés, ce qui pèse sur le réseau électrique car les climatiseurs tournent à plein régime. Selon notre correspondante, Lou Kisiela, « toutes les usines ont été mises à l’arrêt depuis deux semaines » pour réduire la consommation en électricité.

    <https://www.france24.com/fr/vid%C3%A9o/20220820-canicule-en-chine-dans-la-province-du-sichuan-toutes-les-usines-o>

    #chine#penurie#batteries#lithium#solaire#secheresse#eau

  • Le Haut Conseil pour le #Climat épingle la France avec Corinne le Quéré
    https://www.blast-info.fr/emissions/2022/le-haut-conseil-pour-le-climat-epingle-la-france-avec-corinne-le-quere-mV

    “La réponse de la France au réchauffement climatique progresse mais reste insuffisante”. C’est le constat sans appel, que fait le Haut Conseil pour Climat, organe indépendant créé en novembre 2018 par Emmanuel Macron. Ses 13 membres qui ont été choisis…

    #Sécheresse
    https://static.blast-info.fr/stories/2022/thumb_story_list-le-haut-conseil-pour-le-climat-epingle-la-france-

  • En #Californie, avec le réchauffement climatique, le risque d’une méga-#inondation dévastatrice a doublé
    https://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-en-californie-avec-le-rechauffement-climatique-le-

    Le réchauffement climatique a fait doubler la probabilité d’une méga-inondation aux conséquences catastrophiques en Californie, selon une étude publiée dans la revue Science Advances, relayée samedi 13 août par le Los Angeles Times

    Selon les travaux de chercheurs de l’université UCLA, le #déluge qui pourrait se produire risquerait d’être aussi dévastateur que la grande inondation de 1862. La pluie s’était alors abattue pendant trente jours consécutifs, déclenchant des inondations monstres dans une grande partie de cet État de l’Ouest américain, rappelle le quotidien.

    Source : Climate change is increasing the risk of a California megaflood | Science Advances
    https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abq0995

    #climat #inondations #sécheresse

  • Uni of Reading sur Twitter : https://twitter.com/UniofReading/status/1557350976725581824

    In this experiment Dr Rob Thompson of UniRdg_Met shows just how long it takes water to soak into parched ground, illustrating why heavy rainfall after a #drought can be dangerous and might lead to flashfloods. @R0b1et @UniRdg_water

    https://video.twimg.com/ext_tw_video/1557350891283517440/pu/vid/540x360/tiWrKGg7GSGyxfFL.mp4?tag=12

    #climat #sols #eau #sécheresse #précipitations #inondations

  • Le vivant compte sur nous ! Il s’agit de notre survie collective et de celle du vivant !
    https://ricochets.cc/Le-vivant-compte-sur-nous-Il-s-agit-de-notre-survie-collective-et-de-celle

    Voici un post de bon sens et de débuts de solutions, tout ce que vous ne trouverez pas dans la bouche gluante des technocrates, des politiciens hauts placés et des grands capitalistes : On compte sur vous ! Le vivant compte sur vous ! 🙏 😰😭Les quelques pluies qui tombent aujourd’hui et celles annoncées en début de semaine prochaine ne feront qu’éteindre la poussière avant une reprise du temps anticyclonique milieu de semaine prochaine 😖 #secheresse2022 Thread sur une situation désespérante, si ce n’est (...) #Les_Articles

    / #Agriculture, #Agriculture_biologique, #Ecologie, #Initiatives_d'habitant.e.s

  • « Une proportion significative des #arbres est en train de mourir », alerte le microbiologiste Francis Martin
    https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-du-vendredi-05-aout-2022-4552600

    Est-ce que l’équilibre de nos forêts est rompu ? « En tout cas il est délicat à trouver. Ca va dépendre des écosystèmes forestiers » , répond Laurent Tillon, responsable biodiversité de l’Office National des Forêts. Privés d’#eau en assez grande quantité, le système immunitaire des arbres est affaibli, ce qui favorise l’arrivée de parasites : « Ils n’ont plus la capacité de se défendre face aux insectes », ajoute-t-il.

    #sécheresse #capitalocène

  • La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
    https://www.mediapart.fr/journal/economie/090822/la-secheresse-aggrave-la-crise-energetique-en-europe

    Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la #sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’#électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.

    Depuis plusieurs semaines, les autorités allemandes surveillent avec inquiétude les eaux du #Rhin. Dans quelques jours, une des principales voies commerciales de l’Europe risque d’être fermée : le cours du fleuve est à son plus bas niveau depuis 2018 – dernière année où la circulation fluviale avait dû être interrompue sur le Rhin, en raison du manque d’eau – et pourrait devenir rapidement impraticable, coupant tout le transport fluvial. Au risque d’aggraver la crise énergétique : le Rhin est la voie privilégiée pour transporter le charbon pour les centrales thermiques de l’ouest du pays, mais aussi pour le transport du pétrole pour tous les pays que le fleuve traverse (Pays-Bas, Allemagne, France et Suisse).

    Alors que les menaces russes de pénurie gazière mettent déjà le système à rude épreuve, les difficultés qui pèsent désormais sur les approvisionnements des centrales au charbon, devenues un ultime recours en Allemagne, viennent compliquer encore la situation. « Les transports de charbon sont déjà réduits en raison du bas niveau des eaux, car peu de bateaux sont utilisables et ceux qui le sont transportent moins de marchandises », a déjà prévenu l’énergéticien allemand EnBW dans un communiqué. « Les coûts de transport du charbon ont donc augmenté, ce qui augmente à leur tour les coûts d’exploitation des centrales à charbon. »

    De son côté, le groupe d’énergie allemand Uniper, qui vient d’être renfloué par le gouvernement, a indiqué qu’il prévoyait de réduire la production de certaines de ses centrales de charbon, en raison des problèmes d’acheminement sur le Rhin. La Suisse, elle, réfléchit à utiliser ses stocks stratégiques afin d’assurer l’approvisionnement en essence et en diesel.

    L’arrêt de la circulation sur le Rhin est la dernière mauvaise nouvelle. Mais la sécheresse a commencé bien avant à prélever une lourde dîme sur le système énergétique en Europe, déjà bouleversé depuis la crise de l’été dernier, puis par la guerre en Ukraine. Toute une partie des moyens de substitution sur lesquels le continent comptait pour pallier les risques de pénuries de gaz et la cherté du pétrole s’est évanouie, faute de pluie.

    Ces tensions se traduisent dans les prix. Jamais le prix de l’électricité n’a été aussi élevé en Europe. À l’exception de l’Espagne et du Portugal, qui ont obtenu de la Commission européenne d’être sortis du marché unique de l’électricité (le prix du MWh est pour eux autour de 150 euros), le cours du MWh s’est installé en moyenne autour de 400-470 euros ce 9 août sur le marché spot. Soit le double du prix de juin, alors que les menaces de pénuries de gaz et les problèmes d’EDF étaient déjà parfaitement connus !

    Le manque d’eau a touché dès les premiers mois de l’année la production hydraulique, qui représente quelque 13 % de la production. En Espagne et en Italie, la production hydroélectrique a diminué de plus de 40 % au premier semestre et les réserves d’eau étaient inférieures de moitié à la normale. Début juillet, un rapport de la Commission européenne sur la sécheresse en Europe, soulignait que la production d’électricité hydraulique avait diminué de 5 039 GWh en Italie, de 3 030 GWh en France, de 2 244 GWh au Portugal par rapport à la moyenne observée entre les années 2015-2021. Sans être grand devin, il avertissait que la situation risquait d’empirer durant l’été dans nombre de pays.

    L’Italie est sans doute un des plus touchés. La production hydroélectrique (47 Twh/an environ) est une des composantes essentielles de son système. La baisse des niveaux d’eau dans les barrages alpins, la chute des niveaux du Pô (20 % de la production hydroélectrique du pays) déstabilise toute la production. L’Italie, qui dépendait lourdement du gaz russe, est obligée non seulement de négocier de nouveaux contrats gaziers plus chers, mais d’importer aussi massivement de l’électricité, faute de production suffisante. À 19 heures, une des heures de pointe sur le marché européen de l’électricité, ce 9 août, le prix spot du MWh en Italie du Nord frise les 600 euros !

    La France est tout autant concernée. L’hydroélectricité représente plus de 10 % de la production électrique du pays. Mais depuis le début de l’année, les réserves d’eau des barrages alpins d’EDF ont diminué de plus du tiers. Le débit du Rhône est inférieur de moitié par rapport à l’an dernier. Responsable des multi-usages (agriculture, population, tourisme) de l’eau sur ces territoires, EDF a dû restreindre la production, d’autant qu’il faut aussi passer la saison hivernale.

    Dans le même temps, la production nucléaire du groupe, déjà diminuée de plus du tiers à la suite de problèmes de corrosion sur certains réacteurs, est menacée par le réchauffement de la température des fleuves et les faibles débits de certaines rivières. Bien qu’il ait obtenu des dérogations sur les normes de température des circuits de refroidissement des réacteurs, EDF a dû réduire sa production nucléaire, et pourrait même être contrainte d’arrêter certains réacteurs – Tricastin (Drôme), Golfech (Tarn-et-Garonne) et Saint-Alban (Isère).

    Alors que la canicule et la sécheresse sévissent dans toute l’Europe, la Norvège a annoncé le 8 août qu’elle étudiait la limitation de ses exportations d’électricité vers le reste de l’Europe, si le niveau de ses barrages ne remontait pas afin d’assurer sa sécurité électrique cet hiver. Les barrages norvégiens sont à leur plus bas niveau depuis 1996, faute d’une pluviométrie suffisante depuis le début de l’année. Le gouvernement norvégien n’exclut pas d’imposer des mesures de restriction si la situation ne s’améliore pas.

    L’annonce du gouvernement norvégien est en train de donner des sueurs froides à ses voisins. Bien qu’elle ne fasse pas officiellement partie de l’Europe, la Norvège est un acteur essentiel dans l’équilibre du marché électrique du continent. Outre sa production gazière, elle exporte massivement son hydroélectricité vers la Suède, la Finlande, les Pays-Bas ou l’Allemagne. En octobre dernier, le Royaume-Uni a inauguré un nouveau réseau haute tension lui permettant d’importer 1,4 GW de Norvège.

    L’annonce d’une possible limitation des exportations norvégiennes serait un nouveau coup porté au système électrique européen. D’autant que tous ses voisins ont choisi de développer la production électrique par éoliennes pour remplacer les énergies fossiles. Or cette production est à son niveau le plus bas : il n’y a pas ou peu de vent actuellement en raison des canicules successives et de la permanence d’anticyclones.

    À l’exception de l’énergie solaire, qui ne représente que 5 % en moyenne en Europe (mais bien plus en Europe du Sud) , le marché électrique européen ne tient donc plus qu’avec les centrales thermiques, fonctionnant notamment au gaz. Si la sécheresse perdure, les tensions risquent de s’exacerber. Et en dépit de toutes les admonestations de la Commission européenne, l’exemple de la Norvège, privilégiant la préservation de sa sécurité électrique et sa population, pourrait créer un précédent et faire école ailleurs.