• Divorce juif  : à Grenoble, coup d’arrêt au « chantage au guett » Mélinée Le Priol - La Croix - 23 Juillet 2018

    https://harissa.com/news555/fr/divorce-juif-grenoble-coup-darret-au-chantage-au-guett

    Alors que dans le judaïsme, le divorce ne se fait pas sans l’accord du mari, une décision forte a été prise récemment à Grenoble pour sanctionner un époux récalcitrant.

    Quatre ans après un scandale retentissant à Paris, les « chantages au guett » continuent de se pratiquer en France.

    Un communiqué placardé à la mi-juin dans les synagogues de Grenoble (Isère) annonçait que des sanctions religieuses avaient été prises à l’encontre d’un fidèle qui refusait de remettre à son ex-femme le guett, l’acte de divorce religieux juif. / Benjamin Barda/CIRIC

    Le communiqué a été placardé à la mi-juin dans les synagogues grenobloises. Il annonçait que des sanctions religieuses avaient été prises à l’encontre d’un fidèle qui refusait de remettre à son ex-femme le guett (acte de divorce religieux juif, lire ci-dessous). Le mari récalcitrant, cité nominativement dans ce document public, ne peut désormais plus participer à la prière synagogale et se trouve exclu du minian (quorum de dix hommes nécessaire à la prière).

    Radicale, cette mesure est inédite en France. Inspirée des pratiques de shaming qui ont cours en Israël ou aux États-Unis pour dénoncer le « chantage au guett » – il arrive même que la photo de l’homme soit publiée –, elle a été prise par deux rabbins grenoblois, sous l’autorité du grand rabbin de France Haïm Korsia. Celui-ci assume la sévérité de sa décision  : « Il faut une condamnation unanime, une sorte de mise au ban sociale de ces hommes qui n’ont pas la dignité de rendre sa liberté à leur femme », explique-t-il à La Croix.
     
    Pratiques de chantage
    Connu pour sa bienveillance vis-à-vis des femmes dans ces affaires de divorces conflictuels, où l’homme se venge parfois d’une procédure civile qui lui a été défavorable, Haïm Korsia aimerait voir l’ensemble des juifs de France participer au « rejet moral » des pratiques de chantage, « sans la moindre compassion »pour ces hommes. Mais il sait que du chemin reste à faire. Ces dernières semaines, il a reçu plusieurs lettres lui demandant de revenir sur sa décision prise à Grenoble, arguant que ce mari était « un homme bien » et qu’il ne méritait pas une telle marginalisation.

    Si la position de l’actuel grand rabbin de France ne souffre pas d’ambiguïté sur cette question, ce n’est pas le cas de celle de son prédécesseur par intérim, Michel Gugenheim, aujourd’hui grand rabbin de Paris  : en 2014, le tribunal rabbinique de Paris avait été accusé d’avoir cautionné une forme de « chantage au guett » en présence du rabbin Gugenheim. L’affaire avait défrayé la chronique et déchiré la communauté juive de France.

    « Le scandale du guett de 2014 a révélé des dysfonctionnements graves dans le tribunal rabbinique de Paris, dont les membres et le président ne sont pas des juges rabbiniques. Les règles de procédure n’y sont pas respectées, et les décisions y sont parfois prises à la tête du client. Ni la composition du tribunal ni l’équipe du service du divorce n’ont changé depuis 2014 », assure Liliane Vana, spécialiste en droit hébraïque et talmudiste, très mobilisée auprès des femmes dans le judaïsme. Avec l’écrivaine Éliette Abécassis (1), cette juive orthodoxe vient de créer un hashtag pour inviter ces femmes à sortir du silence sur les réseaux sociaux  : #stopchantageauguett.
    . . . . . . . . . .

    #Divorce #chantage #femmes #religion_juive #guett #religion #tribunal_rabbinique #domination_masculine #couple #violence #france


  • Jüdisches Gebet, in dem der Mann - Religion & Spiritualität / Religion - wer-weiss-was.de die Experten- und Ratgeber-Community
    https://www.wer-weiss-was.de/t/juedisches-gebet-in-dem-der-mann/5741020


    J’ai voulu vérifier (je me cultive grâce à l’internet ...) si c’était un myte.

    Frage von Laika 22.02.2010
    Jüdisches Gebet, in dem der Mann Gott dankt, dass er nicht als Frau geboren wurde. Guten Tag, gibt es das noch? Wir das noch gebetet?
    Danke, Laika

    Réponse d’un religieux moderne :

    Ja, dieser Segen ist immer noch Teil des morgendlichen Gebets und seit langem Anlass zu vielen Missverständnissen und Vorurteilen. Darum wurde es auch bei einigen liberalen Siddurim (Gebetsbüchern), Ordnungen angepasst bzw. die Stelle ganz weggelassen.
    Es ist aber kein Dank, dafür nicht als Frau geboren worden zu sein, sondern ein Segen, eine Bracha, welche nicht unbedingt einem Dank, sondern mehr einer gegenseitigen Verpflichtung entspricht:

    בָּרוּךְ אַתָּה ה’ אֱל’ינוּ מֶלֶךְ הָעולָם. שֶׁלּא עָשנִי אִשָּׁה

    Hintergrund und Kontext dieses Segens ist, die nun antstehnden Verpflichtungen des Tages, welches für einen Juden mehr als für einen Nichtjuden, für einen Freien mehr als für einen Sklaven und für einen Mann mehr als für eine Frau sind.
    Dieses mehr an Pflichten soll aber nicht als Last empfunden und gedacht werden und darum haben die Weisen hier diese Segen aufgenommen, dass vor der Verpflichtung dafür gedankt wird, dass man sie auf sich nimmt.
    Gruss, Eli

    Une autre réponse plus claire :

    Hallo Laika
    ja, das gehört zu den morgendlichen Brachot (Segenssprüchen). Allerdings gibt es hierüber oft Missverständnisse.
    Im Judentum ist es so, dass nicht alle die gleichen Pflichten haben. Am meisten Mitzwot müssen die Männer erfüllen, dann kommen die Frauen (die von den zeitpunktgebundenen Mitzwot weitestgehend entbunden sind), dann kommen die Sklaven (auch wenn es die heute nicht mehr gibt) und dann die Nichtjuden (die nur die sieben noachidischen Gebote einhalten sollten).
    Ein jüdischer Mann dankt G’tt morgens dafür, dass er so viele Mitzwot einhalten darf/muss.
    Daher ist die Reihenfolge:
    1. ... der mich nicht als Nichtjude erschaffen hat
    2. ... der mich nicht als Sklave erschaffen hat
    3. ... der mich nicht als Frau erschaffen hat.
    Frauen beten stattdessen
    3. ... der mich nach Seinem Willen erschaffen hat.
    Gruß, Fini

    Résultat : Oui, les hommes jufs remercient dieu en priant parce qu’ils ont été nés comme tels. Dans cette prière traditionnelle ils se répètent qu’ils sont meilleurs que ...
    – les non juifs (donc moi)
    – les esclaves (que prient les esclaves juifs ?)
    – les femmes (ca. 50% de l’humanité)

    Deuxième question : Qu’est-ce que cela nous apprend ? Réponse : On trouve toujours plus c... que soi.

    Alors c’est vrai ?
    Il semble que les choses changent.

    Jewpop
    http://jewpop.com/chantage-au-guett-une-initiative-courageuse-du-grand-rabbinat-de-france

    Pour donner la parole aux femmes victimes de chantage au guett, nous créons un hashtag #stopchantageauguett. Ainsi les femmes pourront raconter leur histoire de chantage au guett.

    À Grenoble, pour la première fois en France, des sanctions religieuses ont été prises par les rabbins Nissim Sultan et Méïr Knafo sous l’autorité du grand rabbin de France, Haïm Korsia, contre un mari qui refuse le guett* à sa femme. Dorénavant et jusqu’à la remise du guett, ce mari récalcitrant ne pourra plus participer à la prière synagogale, sera exclu du minyan, le quorum de dix participants nécessaires à la prière, et cette décision sera placardée dans les synagogues.

    #religion #hommes #femmes #wtf