• La nouvelle a été officialisée mardi 24 mars. Selon les syndicats, la directrice, craignant la #contagion, n’aurait pas voulu augmenter le nombre d’#intérimaires, comme le groupe le lui demandait.
      Le #coronavirus a des effets inattendus. Deux cadres d’Amazon ont démissionné en fin de semaine dernière ou début de celle-ci : le directeur Europe, Roy Perticucci, et la directrice du site de Saran, Ana Fernandes, arrivée voilà environ un an. Celle-ci qui, selon la direction, est partie pour des « raisons personnelles et familiales », sera remplacée par Raphael Delrue, qui était auparavant au centre de distribution d’Amazon à Montélimar.

      Selon Jean-François Bérot, de Solidaires Loiret, Ana Fernandes aurait refusé d’intégrer les intérimaires supplémentaires, contrairement à ce que souhaitait le groupe américain, confronté à un afflux de commandes, conséquence du confinement.

      Un refus qui aurait été motivé par la peur de voir les risques de propagation du virus s’accroître et la crainte, peut-être, de voir sa responsabilité pénale engagée en cas de maladie. Les intérimaires supplémentaires n’auraient d’ailleurs pas encore été intégrés, à la date du 24 mars au matin. « Elle est partie s’occuper de sa famille au Portugal », croit savoir le syndicaliste.

      Les #syndicats avaient appelé à un #débrayage, mercredi 17 mars, contre, notamment, l’augmentation des effectifs. Ils ont déposé un dossier de danger grave et imminent, demandant la fermeture du site. Et, selon Jean-François Bérot, près de la moitié des salariés seraient absents, ce 24 mars, pour une raison ou une autre.

      Des mesures de sécurité « encore insuffisantes »
      Les salariés mécontents dénoncent la promiscuité importante des salariés (1.700 CDI et plusieurs centaines d’intérimaires), le fait que beaucoup soient obligés d’emprunter les transports en commun, le manque de gants et de gel...

      Selon Jean-François Bérot, des mesures se mettent petit à petit en place : marquage au sol pour respecter des écarts de deux mètres, distribution de gants dans certains services et de gel dans les escaliers, échelonnement des arrivées... « Ce n’est pas si mal à Saran, par rapport à d’autres sites, mais ce qui m’ennuie, ce sont les transports en commun. On attend aussi le contrôle de température et l’aménagement des vestiaires ».

      Amazon a, de plus, recentré ses activités sur les commandes de produits de première nécessité (produits d’entretien, d’hygiène, petite épicerie de produits secs, mais aussi bureautique, jeux...). « Une opération de communication », selon Julien Vincent, délégué central CFDT. « L’alimentaire représente une part infime du stock. En fait, rien n’a changé... »

      Source syndicale.

      Cas de #Covid_19 confirmé sur le site d’Amazon à Saran. La personne contrôlée positive faisait partie de l’équipe qui accueillait les camions et aurait été en contact avec 32 autres personnes selon les comptes de la direction du site.

      #travail #logistique #Amazon

  • Le Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes compile des articles faisant état de luttes syndicales chez Amazon de par le monde, en particulier pendant la pandémie...

    Amazon : quelques informations internationales
    Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes, le 17 mars 2020
    http://www.laboursolidarity.org/Amazon-quelques-informations-1058

    #Amazon #travail #syndicats #coronavirus
    #USA, #France, #Italie, #Allemagne, #Espagne, #Pologne

    Voir compile des effets délétères indirects de la pandémie :
    https://seenthis.net/messages/832147

  • The Faces of a New Union Movement | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/culture/photo-booth/the-faces-of-a-new-union-movement

    Haag is part of a wave of young workers who have been unionizing in sectors with little or no tradition of unions: art museums, including the Guggenheim and the New Museum, but also tech companies, digital-media brands, political campaigns, even cannabis shops. At Google, around ninety contract workers in Pittsburgh recently formed a union—a significant breakthrough, even if they represent just a tiny fraction of the company’s workforce. More than thirty digital publications, including Vox, Vice, Salon, Slate, and HuffPost, have unionized. (The editorial staff of The New Yorker unionized in 2018.) Last March, Bernie Sanders’s campaign became the first major-party Presidential campaign in history with a unionized workforce; the campaigns of Eric Swalwell, Julián Castro, and Elizabeth Warren unionized soon after. At Grinnell College, in Iowa, students working in the school’s dining hall unionized in 2016, becoming one of the nation’s only undergraduate-student labor unions. Sam Xu, the union’s twenty-one-year-old former president, said, “Mark Zuckerberg was running Facebook out of his dorm room. I’m running a union out of my dorm room.”

    The American labor movement has been reinvigorated in recent years, with the teacher-led Red for Ed strikes, the General Motors walkout, and the Fight for $15’s push to raise the minimum wage. A Gallup poll last summer found that sixty-four per cent of Americans approve of unions—one of the highest ratings recorded in the past fifty years. The highest rate of approval came from young people: sixty-seven per cent among eighteen-to-thirty-four-year-olds. Rebecca Givan, an associate professor of labor studies at Rutgers University, said that many young people are interested in joining unions because they’re “feeling the pinch”—many “have a tremendous amount of student debt, and, if they’re living in cities, they’re struggling to afford housing.” Givan added that many feel considerable insecurity about their jobs. “The industries that they’re organizing in are volatile,” she said. Jake Rosenfeld, an associate professor of sociology at Washington University, said, “Underemployed college-educated workers aren’t buying what was until recently the prevailing understanding of our economy: that hard work and a college degree was a ticket to a stable, well-paying job.”

    #Syndicats #Gig_economy

  • Surveillés, exploités : dans l’enfer des #livreurs_à_vélo

    Dans cette enquête inédite, Le Média révèle les mécanismes de #surveillance des livreurs mis en place par les plateformes pour mieux les exploiter, et plus largement les conditions de travail scandaleuses auxquelles ils sont soumis : temps de travail excessif, mise en danger de mort...

    Depuis quelques années, les livreurs à vélo sont apparus dans le paysage urbain. Avec leurs sacs colorés, ils parcourent les rues des plus grands villes européennes. Ils travaillent pour des #plateformes_numériques, souvent dans des conditions plus que précaires.

    Dans cette enquête inédite, nous révélons les mécanismes de surveillance des livreurs mis en place par des plateformes telles que #Deliveroo, #Foodora ou #Uber_Eats pour mieux les exploiter, et plus largement les conditions de travail scandaleuses auxquelles ils sont soumis. À partir de l’histoire de #Frank_Page, jeune livreur Uber Eats décédé à la suite d’un accident de voiture près de l’autoroute, nous retraçons la façon dont les plateformes numériques de livraison imposent des rythmes dangereux et affectent aux livreurs des parcours potentiellement meurtriers.

    Mais cette histoire en cache plein d’autres. Derrière cette organisation du travail prétendument novatrice se cachent des pratiques régulières de répression syndicale, chez Deliveroo ou chez Uber. De Bordeaux à Dijon, en passant par Paris, les livreurs qui essaient de s’organiser face aux plateformes en paient le prix, parfois chèrement. Et cela ne se limite pas à la France.

    Ainsi, nous révélons en exclusivité que Deliveroo a espionné des syndicalistes en Angleterre en essayant de recueillir des données privées et en espionnant leurs réseaux sociaux. Le flicage ne s’arrête pas là. Grâce à l’association #Exodus_Privacy, nous avons aussi découvert comment certaines applications - celle de Deliveroo, notamment - surveillent leurs livreurs et récoltent certaines données, qui sont par la suite redirigées vers de régies publicitaires, exposant ces entreprises à une potentielle violation de la loi européenne sur la vie privée.

    https://www.youtube.com/watch?v=vASAMVRiy8s&feature=emb_logo


    https://www.lemediatv.fr/emissions/les-enquetes/surveilles-exploites-dans-lenfer-des-livreurs-a-velo-sJHkn_vURXeCnFw7IvBks

    A partir de la minute 33, il y a une interview avec Paul-Olivier Dehay, fondateur de l’ONG Personal data.io (https://wiki.personaldata.io/wiki/Main_Page).
    Il explique comment les plateformes de livreurs utilisent les données collectées :

    « On peut diviser son groupe d’ ’employés’ grâce à ces outils, et commencer à appliquer des traitements différents à chacun de ces sous-groupes. Par exemple offrir des bonus à certains et pas à d’autres, des encouragements, faire des expériences de traitements différents. C’est un outil managérial pour gérer la force ouvrière des livreurs. Ces plateformes cherchent à opérer en ayant un maximum d’informations sur le marché, mais par contre en livrant un minimum d’informations à chaque entité pour faire son travail. Donc quand un livreur livre un plat il ne sait pas si dans l’heure il va avoir encore 3 ou 4 boulots, il n’a aucune information sur les prédictions ou quoi que ce soit, parce que la plateforme cherche à pousser un maximum de risques économiques vers les livreurs, et cherche à optimiser toujours dans son intérêt. On voit que l’asymétrie d’information pour ces plateformes est stratégique pour eux. Uber n’a pas de voiture, Deliveroo n’a pas de vélo, ce qu’ils ont c’est de l’information, et de l’information qui vaut de l’argent pour des restaurants, pour des livreurs, et pour des consommateurs au final. C’est mettre tous ces acteurs ensemble qui va permettre à la plateforme de faire de l’argent. On peut tout à fait imaginer un scénario où chacune des parties se réapproprie un maximum de ces données et au final se demande ’En fait, pourquoi on a besoin de cet intermédiaire ? Pourquoi est-ce qu’on ne peut pas agir avec des outils qui nous permettent d’interagir directement’. Si on suit cette logique d’exposition de la plateforme, de mise à nu de la plateforme, on se rend compte qu’au final il n’y a rien derrière, il n’y a rien qui a vraiment une valeur, c’est dans l’#asymétrie de l’information qu’ils construisent la valeur »

    #exploitation #travail #conditions_de_travail #précarité #surveillance #gig_economy #économie_de_la_tâche #livreurs #auto-entrepreneurs #liberté #enquête #deliveroo_rider #téléphone_portable #smartphone #syndicats #risques #accidents #coursiers #coursiers_à_vélo #grève #accidents #décès #morts #taxes #résistance #taux_de_satisfaction #Dijon #Brighton #algorithme #déconnexion #Guy_MacClenahan #IWGB #réseaux_sociaux #flexibilité #sanctions #contrôle #Take_it_easy #dérapage #strike #pisteur #géolocalisation #publicité #identifiant_publicitaire #Appboy #segment.io #Braze #information #informations #charte #charte_sociale
    ping @albertocampiphoto

    ping @etraces

  • Did Someone Say Workers? (Part 1 of 2) | The Public Source
    https://thepublicsource.org/did-someone-say-workers

    The conspicuous absence of Lebanon’s labor movement is critical at this juncture; we know that labor mobilization played a crucial role in Egypt and Tunisia’s 2011 revolutions, and that it is a key feature of Sudan’s ongoing uprising. To understand the absence of labor in Lebanon’s revolutionary moment, we must turn to three factors: the assault of post-civil war neoliberal economic policies on Lebanese labor, an inhospitable legal environment, and organizational problems within the labor movement itself.

    #travailleurs #syndicats #Liban

  • #Linda_Kebbab, déléguée nationale d’Unité SGP police FO, le #syndicat majoritaire :
    « On aurait aimé, lors de ses #vœux, que le ministre pense aux policiers qui ont assuré la pérennité de ce gouvernement, fulmine-t-elle. Mais il préfère s’offrir un répit médiatique avant la campagne des municipales. » (https://www.liberation.fr/france/2020/01/14/les-syndicats-policiers-remontes_1773087)

    Commentaire reçu via une mailing-list mobilisation des enseignant·es-charcheur·es, le 15.01.2020 :

    Tout tient dans cette phrase, on a un gouvernement qui tient grace aux forces de l’ordre...et c’est pas une dangeureuse gauchiste qui le dit !

    #police #maintien_de_l'ordre #citation #gouvernement #municipales #France

    ping @davduf @reka @fil

  • Le nouveau système de retraite est un piège pour les syndicats (Romaric Godin, Mediapart, 13 janvier 2020)
    https://www.mediapart.fr/journal/france/130120/le-nouveau-systeme-de-retraite-est-un-piege-pour-les-syndicats?onglet=full

    Les syndicats, limités à la gestion du désastre

    (…) Mais cela va encore plus loin. Car le dernier piège se referme avec l’article 3 du projet de loi de financement de la Sécurité sociale de 2020 voté l’automne dernier. Cet article met fin au principe de la loi Veil de 1994 qui établissait la compensation de toutes les baisses de cotisations par l’État. Le gouvernement peut désormais, sans en aviser les partenaires sociaux, décider de réduire les cotisations sociales et choisir ou non de les compenser.

    Or, l’article 1 du projet de loi organique sur les retraites, s’il fixe le cadre financier par la règle d’or, ne donne aucune garantie sur les ressources. On ne rétablit pas le principe de la compensation. Si donc, comme c’est hautement probable, le gouvernement poursuit sa politique de compétitivité-coût par la baisse du coût du travail, le conseil d’administration du CNRU sera chargé d’ajuster le système par des mesures qui font payer les retraités ou les futurs retraités. Ce sera d’abord l’allongement de la durée du travail grâce à l’âge d’équilibre qui reste bien dans le projet de loi pour le système par points et imposera ainsi un système de bonus/malus. L’âge d’équilibre augmentera avec l’espérance de vie (article 10).

    Ce sera ensuite la baisse du taux de remplacement des retraites par rapport au dernier salaire. De ce point de vue, le projet de loi en son article 9 offre certes une garantie en promettant une évolution positive des taux d’acquisition et de service (ou de conversion) des points acquis. Mais c’est en réalité une faible protection. D’ici à 2045, les deux taux seront compris entre l’inflation et le revenu moyen par tête. À partir de 2045, ils seront par défaut égaux au revenu moyen par tête. On assure que cette situation est meilleure que la revalorisation à l’inflation actuelle.

    Mais il existe trois réserves. D’abord, les retraites de l’ancien système continueront à être revalorisées au niveau de l’inflation, ce qui va concerner pendant longtemps une grande majorité des retraités (les premières pensions issues en partie du système par points arriveront en 2037). Ensuite, la revalorisation au salaire moyen est la règle en Allemagne et cela n’a pas empêché une forte chute du taux de remplacement des salaires et même une baisse de la moyenne des pensions versées pour deux raisons : l’éclatement du marché du travail et la modération salariale. Les réformes du marché du travail vont donc jouer contre les futurs retraités.

    Enfin, l’article 9 prévoit que le gouvernement aura finalement la main sur les taux d’acquisition et de service « en l’absence d’approbation » d’une délibération du CA de la nouvelle caisse de retraite universelle. Bref, l’État pourra, pour financer sa politique de compétitivité, réduire le taux de service du point.

    Autrement dit : le système de retraite qui sera en place dès 2022 sera un système géré par les coûts et uniquement par les coûts. C’est d’ailleurs le vrai intérêt du système par points dit à cotisations définies. Les cotisants ignorent absolument le montant de leurs pensions et le taux de remplacement jusqu’au moment de leur retraite. C’est donc ce critère qui sert de variable d’ajustement. Pour s’en convaincre, on rappellera que les régimes complémentaires par points existant en France ont vu leur taux de remplacement se réduire d’un tiers entre 1993 et 2018.

    Le système est centré sur l’équilibre financier et non sur le maintien du niveau de vie des retraités qui n’est pas évoqué dans le projet de loi. Et comme les syndicats n’auront aucune maîtrise, ni aucune garantie sur les ressources, ils ne seront que les gérants du désastre ou les accompagnateurs de l’ajustement du système par les retraités.

    Accepter un tel système revient donc purement et simplement à accepter cette logique : le maintien d’un coût du travail faible permettra de créer assez d’emplois et de richesses pour équilibrer le système sans baisser le niveau de vie des retraités. C’est donc un aveu de confiance dans la logique de la politique de l’offre et de la défiscalisation du capital comme politique économique. Cette confiance semble étrange. Les cas suédois et allemand montrent que les retraités ont fait les frais de cette logique avec l’explosion du risque de pauvreté chez les personnes âgées de ces deux pays. C’est pourtant le choix implicite de la CFDT.

    De ce point de vue, le gouvernement a remporté samedi 11 janvier une éclatante victoire. Car s’il a, pendant des mois, multiplié les concertations et chercher des compromis, ce n’est pas réellement par hésitation ou incertitude sur la réforme elle-même. Le projet de loi publié le 10 janvier reprend très largement les conclusions du rapport Delevoye dont les grands principes étaient en réalité prêts dès 2017.

    Cette recherche du compromis ne visait donc pas à modifier le projet, mais en réalité, à faire accepter une politique économique centrée sur la compétitivité externe et la protection du capital aux syndicats. Son modèle, c’était la concertation suédoise de 1991-1992 qui avait débouché sur le système qui a constitué l’inspiration de la réforme française. Cette concertation avait créé un large consensus, allant de la droite jusqu’aux syndicats, autour de la nécessité de la stabilité financière et de la préservation du coût du travail. Mais, malgré son adhésion au système par points, la CFDT ne pouvait accepter officiellement des mesures d’économies puisqu’elle défendait une réforme de « justice sociale ». C’était sa position en novembre dernier. Dès lors, elle rejetait effectivement une logique qui est celle de la gestion par les coûts. Avec la tragicomédie de « l’âge pivot », sa position a changé.

    En acceptant de discuter de mesures d’économies dans le cadre restrictif de l’équilibre financier sur cinq ans, d’une gouvernance encadrée et de la préservation du coût du travail, la confédération bascule ouvertement dans le consensus néolibéral. Jadis, le réformisme entendait contraindre le capitalisme à améliorer le sort des travailleurs. Il a aujourd’hui un autre sens : accepter de soumettre davantage les travailleurs à la loi du capital en espérant que ce dernier se montrera reconnaissant. Mais cette victoire du gouvernement pourrait n’être qu’une victoire à la Pyrrhus dans un pays qui n’est pas dupe des intentions de l’exécutif.

  • #Retraites : véritables négociations syndicales ou trahisons marginales ?

    Ce mardi 7 janvier, le gouvernement rouvre la discussion avec les organisations syndicales sur le projet de réforme des retraites alors que le calendrier marque le premier mois de mobilisation. Karel Yon, spécialiste de la sociologie politique et syndicale, nous explique les ressorts et les coulisses de ces négociations.

    https://radioparleur.net/2020/01/07/reforme-des-retraites-veritables-negociations-syndicales-ou-trahisons-
    #retraite #syndicats #négociations #négociations_syndicales

  • Grévolution : 1er round d’une grève généralisée
    http://www.platenqmil.com/blog/2019/12/29/grevolution--1er-round-dune-greve-generalisee

    Une analyse intéressant et très positive du mouvement en cours.

    Grévolution : 1er round d’une grève généralisée
    29 Décembre 2019

    Par Plateforme d’Enquêtes Militantes

    Depuis trois semaines, la France est traversée par un mouvement général de grève de très grande ampleur. Si cette grève est aussi forte, c’est parce qu’elle ne se contente pas de puiser dans le répertoire classique de la mobilisation sociale. Ce mouvement de grève s’appuie sur une année de lutte incroyable avec les Gilets Jaunes. Mais il s’appuie aussi sur la radicalité du mouvement contre la Loi Travail en 2016 et 2017 et sur la bataille des cheminot.e.s et des étudiant.e.s en 2018 – autant de combats dont les échecs sont peut-être en train d’être dépassés et dont certaines réussites se sont finalement consolidées. Comme le soulignait très justement une gréviste de la RATP lors d’une AG à Saint Lazare : « la référence c’est pas 1995 ou autre chose, la référence c’est 2019 ! ».

    En condensant une multitude de révoltes, ce mouvement redonne du souffle à une diversité de pratiques et de mots d’ordre globaux qui se sont renforcés jours après jours plutôt que de se limiter à une offensive par semaine ou par mois. La lutte est en cours et beaucoup de choses restent encore à imaginer et à construire. Mais dans un contexte européen en crise, il faut souligner l’ampleur de ce que suscite le cas français, par couches successives, en termes de production de contre-pouvoirs aux politiques néolibérales et autoritaires. C’est ça l’enjeu de l’affrontement, qui assume de plus en plus une portée historique, se situant bien au-delà du cadre national.

    #Grève #Gilets_jaunes #Syndicats

    • CES FORCES QUI COMPOSENT ET RECOMPOSENT LES LUTTES AUTOUR DES RETRAITES, Temps critiques
      https://lundi.am/Ces-forces-qui-composent-et-recomposent-les-luttes-autour-des-retraites

      UN MOUVEMENT NON RÉDUCTIBLE À CELUI SUR LES RETRAITES

      Depuis le 5 décembre 2019 c’est la grève qui est de retour, alors que depuis Nuit debout, le mouvement contre la loi-travail et l’événement Gilets jaunes, cette forme de lutte apparaissait en retrait, — si on excepte la dernière grève à la SNCF — et avec elle les manifestations de type syndical. Les forces qui composent le mouvement actuel sur les retraites viennent rencontrer, mais aussi heurter d’autres forces qui, soit les précèdent (le mouvement des Gilets jaunes), soit les accompagnent (étudiants, lycéens) à partir de leur propre base qu’on ne peut qualifier de revendicative [1]. Mais si la rencontre peut potentiellement se faire — du moins on peut l’espérer — c’est que toutes posent, à leur propre façon la question des conditions de vie et le fait que la survie n’est pas un mode de vie.

      Dans cette mesure, on peut dire que si le mouvement pour les retraites est au centre de la lutte actuelle et en constitue sa force prédominante, elle n’est pas et doit encore moins devenir l’horizon de la lutte. Le mouvement est en effet bien plus large et les retraites ne représentent que la partie émergée de la révolte actuelle qui s’exprime ici de façon immédiate contre les réformes à travers une sorte de front du refus opposé au « nouveau monde » qui lui est présenté et auquel il faudrait s’adapter (le darwinisme social de la révolution du capital).

      C’est parce que les Gilets jaunes ne pouvaient qu’aller au-delà de cette immédiateté, du fait de leur composition sociale, que leur urgence sociale porte en germe une généralité suffisante pour que s’y intègre aussi la question de la retraite... et pour que, finalement, ils restent eux-mêmes dans le jeu. C’est ce qu’on peut voir dans les AG et dans les rues où le « style Gilets jaunes » tend, si ce n’est à s’imposer, du moins influence certaines fractions de salariés. C’est ce point que les syndicats ont du mal à avaler. Mais cet « effet Gilets jaunes » reste cependant limité : il est à cet égard inapproprié de parler d’une « giletjaunisation » du mouvement.

      #chômage

  • ETUN-Palestine, le réseau des syndicats européens pour la Palestine, publie un rapport (en anglais) sur les droits des travailleu.se.rs palestinien.nes, le rôle de l’occupation israélienne, et la complicité européenne :

    Report : European complicity with Israel’s occupation : Undermining Palestinians’ Right to Decent Work
    ETUN Palestine, décembre 2019
    http://www.etun-palestine.org/site/2019/12/17/report-european-complicity-with-israels-occupation-undermining-pales

    La présentation est traduite ici en français :

    Rapport : Complicité européenne avec l’occupation israélienne : Saper le droit des Palestiniens à un travail décent
    ETUN Palestine, décembre 2019
    https://agencemediapalestine.fr/blog/2019/12/19/rapport-complicite-europeenne-avec-loccupation-israelienne-sape

    #Palestine #ETUN #syndicats #Europe #travail

  • Retraites
    Muleta et contre-feu

    Louis

    https://lavoiedujaguar.net/Retraites-Muleta-et-contre-feu

    Le sens du présent projet de laminage des retraites n’est bien entendu pas celui d’acter un « droit au non-travail », mais bien celui de finaliser la reconstruction et l’adaptation de la contrainte politique du travail aux conditions économiques nouvelles de la crise de la globalité capitaliste.

    Lors de sa présentation du contenu de ce projet de réforme, le monde médiatique a, avec une belle unanimité, souligné une prétendue erreur stratégique du Premier ministre, qui, en repoussant de deux ans l’âge de départ à la retraite au taux plein, aurait malencontreusement fâché son principal soutien syndical. Il s’agit au contraire d’une stratégie délibérée : c’est la technique de la muleta, qui consiste à détourner l’attention du taureau de la contestation sociale en agitant un énorme chiffon rouge, pour focaliser l’attention sur l’âge de la retraite et faire passer à l’arrière-plan le cœur de la réforme, à savoir la baisse globale des pensions à travers la mise en place du système à points. Le gouvernement aura beau jeu, à très court terme, d’organiser une fausse capitulation (provisoire) sur ce point technique précis, en montrant qu’il est ouvert à la négociation et au dialogue. Par la même occasion il redonnera le beau rôle aux syndicats dits réformistes qui pourront se targuer de leur efficacité à faire plier le gouvernement, tout en stigmatisant les autres…

    #retraites #non-travail #syndicats #gouvernement #capitulation #contre-feu #fumée #carrière #smic #collectif #cotisations

  • Le Monde.fr
    Réforme des #retraites : les #syndicats de #policiers appellent à à un « black-out complet » dès le 11 décembre

    Pour protester contre une réforme qui pourrait remettre en cause leur statut, les syndicats menacent de ne plus assurer, au moins partiellement, leurs missions de maintien de l’ordre.

    « Le Monde - Réforme des retraites : les syndicats de policiers appellent à à un « black-out complet » dès le 11 décembre

    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/12/10/la-tension-sociale-monte-au-sein-de-la-police_6022326_3224.html
    | 10.12.2019 à 11:30

    « Par ailleurs, à Pontault-Combault (Seine-et-Marne), un agent a vu sa porte recouverte d’inscriptions, parmi lesquelles « Un flic suicidé à moitié pardonné ». Dans la foulée, les organisations ont alerté sur une série de prises à partie d’agents sur la voie publique ou sur le chemin de leur domicile, à Saint-Dizier (Haute-Marne) ou à Choisy-Le Roy (Val-de-Marne). Ces accrochages ne semblent cependant pas forcément liés à leur statut de policier. Des enquêtes ont été chaque fois ouvertes pour déterminer les circonstances exactes des faits.

    « Il y a un peu une course à l’échalote entre les différents syndicats pour savoir qui aura la main sur la contestation, du coup ils en font beaucoup dans la surenchère », estime un haut gradé, qui souligne l’entrée en vigueur de la loi sur la fonction publique en 2020. La suppression envisagée des commissions administratives paritaires, qui décident des mutations et des avancements, pourrait priver les organisations d’un de leurs principaux leviers d’action et faire baisser la participation aux prochaines élections professionnelles. De quoi resserrer les rangs syndicaux ?

    Ces derniers jours, les vues se sont rapprochées entre Unité SGP Police-FO et ses deux concurrents, Alliance police nationale et UNSA-Police, qui avaient fait cause commune dès le départ. Un front uni qui ne fait pas les affaires de la Place Beauvau, à l’orée d’un hiver mouvementé.« 

  • SNCF : Facebook restreint les comptes des syndicats SUD Rail et CGT cheminots - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/economie/sncf-facebook-restreint-les-comptes-des-syndicats-sud-rail-et-cgt-chemino

    Par Vincent Vérier
    Le 22 octobre 2019 à 21h23, modifié le 22 octobre 2019 à 21h56

    Censure ou simple application de la politique de Facebook ? Depuis le 18 octobre, début des arrêts de travail inopinés à la SNCF, trois comptes ouverts depuis plusieurs années sur le réseau social américain par SUD Rail ont vu leur accès restreint voire bloqué pour l’un d’entre eux. Selon le troisième syndicat de la SNCF, il s’agit des comptes SUD Rail Fédération, Sud Rail centraux et SUD Rail Paris Nord qui rassemblent, cumulés, plusieurs milliers d’abonnés.

    « Tout a commencé vendredi matin, quand nous avons relayé l’appel à déposer un droit de retrait après l’accident dans les Ardennes, raconte Fabien Villedieu, délégué SUD Rail. Quand on a voulu publier des communiqués ou des articles de presse sur cet événement, un message apparaissait pour nous informer que ces trois comptes étaient limités. »

    Des restrictions qui sont allées crescendo. « Le samedi, le compte SUD Rail Paris Nord a même été complètement bloqué jusqu’à lundi matin, affirme Karim, un des administrateurs des comptes Facebook de SUD Rail. Les autres pages ont vu les restrictions se prolonger. Au départ, c’était jusqu’au 26 octobre maintenant c’est jusqu’au 28 octobre. »

    « Facebook ne nous répond pas »

    Même constat du côté de la CGT cheminots. La première organisation syndicale de la SNCF a vu sa page Facebook « CGT produit train ET PSE » qui relate de l’actualité du syndicat sur la zone de la gare de Lyon, soumise à des restrictions. « C’est incompréhensible, s’étonne Pascal Philippe, administrateur du compte. Cela fait sept ans que cette page existe. Il y a environ 11 000 abonnés. Nous faisons très attention à ce qui est publié. Pas de propos injurieux, racistes, antisémites, homophobe ou autre. Nous avons écrit plusieurs mails à Facebook pour avoir des explications. Mais rien. Facebook ne nous répond pas ».

    Contacté sur les raisons de ces restrictions, le réseau social n’a pas souhaité répondre spécifiquement aux problèmes rencontrés par SUD Rail et la CGT cheminots. « Ce sont des comptes privés, c’est confidentiel », justifie Facebook. Dans un communiqué l’entreprise assure simplement de manière générale que « ces pages sont traitées comme n’importe quelle autre page, dans le cadre de nos Standards de la Communauté sans considération de leur orientation politique ou des idées qu’elles véhiculent ».
    « Est-ce que c’est de la censure ? Je ne sais pas »

    Le réseau social indique en outre que « toute action prise à l’encontre d’une page ou d’un contenu est liée à la publication de contenus qui contreviennent à nos Standards de la Communauté ». Quels sont ces standards que n’auraient pas respectés les deux syndicats ? Facebook ne répond pas.

    Il rappelle simplement que : « Les sanctions varient en fonction de la gravité de la violation et de l’historique de l’utilisateur ou de la page concernée, et vont du retrait d’un contenu à la suspension temporaire de certaines fonctionnalités (par exemple, la possibilité de publier ou de partager sur notre plateforme pendant 30 jours), jusqu’au bannissement de la plateforme ».

    Quant à savoir si ces restrictions ont pu, le cas échéant, être demandées par un tiers, le communiqué envoyé par Facebook ne le précise pas. « Est-ce que c’est de la censure ? Je ne sais pas, analyse Béranger Cernon, de la CGT. Je constate simplement que ça intervient à un moment où c’est particulièrement tendu entre les cheminots d’un côté et le gouvernement et la direction de la SNCF de l’autre ». « C’est choquant, conclut Fabien Villedieu. D’autant que nous n’avons rien à nous reprocher et que nous avons reçu aucune explication de Facebook. »

    #Facebook #Censure #Syndicats #Politique

  • Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
    https://reporterre.net/Philippe-Martinez-Avec-les-ecologistes-on-se-parle-ce-n-etait-pas-le-cas

    Plusieurs #syndicats appellent les salariés à participer à la grève pour le #climat et aux manifestations de cette semaine de mobilisation écologiste. Parmi eux, la #CGT. Philippe Martinez, son secrétaire général, nous explique pourquoi, selon lui, « il n’y a pas de #justice_sociale sans #justice_écologique ».

    #modèle_industriel #écologie #syndicalisme #convergence_des_luttes

  • McDonald’s à Marseille : un syndicaliste porte plainte pour tentative de meurtre
    https://www.mediapart.fr/journal/france/300819/mcdonald-s-marseille-un-syndicaliste-porte-plainte-pour-tentative-de-meurt

    Dans un contexte #SOCIAL très tendu, le syndicaliste FO Kamel Guemari a porté plainte mercredi 28 août pour tentative de meurtre devant son lieu de travail, le restaurant McDonald’s de Saint-Barthélemy, à Marseille.

    #syndicats,_McDonald’s,_Marseille,_Kamel_Guemari

  • Pierre Bourdieu, en 1998, sur le néolibéralisme :
    https://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/BOURDIEU/3609

    Le néolibéralisme est un programme de destruction méthodique des collectifs [...] visant à mettre en question toutes les structures collectives capables de faire obstacle à la logique du marché pur : nation, dont la marge de manœuvre ne cesse de décroître ; groupes de travail, avec, par exemple, l’individualisation des salaires et des carrières en fonction des compétences individuelles et l’atomisation des travailleurs qui en résulte ; collectifs de défense des droits des travailleurs, syndicats, associations, coopératives ; famille même, qui, à travers la constitution de marchés par classes d’âge, perd une part de son contrôle sur la consommation.

    #travail #économie #néolibéralisme

  • « La tête haute » : Postiers grévistes des Hauts-de-Seine, le récit d’une lutte victorieuse
    https://lemediapresse.fr/social/la-tete-haute-postiers-grevistes-des-hauts-de-seine-le-recit-dune-lutt

    Entre actions coup de poing, occupations et assemblées générales, les postiers grévistes des Hauts-de-Seine ont conclu, après quinze mois de #Grève, un protocole de fin de conflit avec la direction de La #Poste. Retour sur une #Mobilisation historique.

    #Social #emploi #Quirante #SUD #Sud_Poste #syndicalisme #Syndicat #Syndicats #Travail

  • Un syndicalisme debout | Iffik Le Guen
    http://cqfd-journal.org/Un-syndicalisme-debout

    Apparue dans le paysage syndical français à la fin des années 1990, l’Union syndicale Solidaires a cherché à rompre avec les pratiques les plus détestables en vigueur dans les grandes confédérations. Intérêt plus pratico-pratique pour expliquer cet article, leur local marseillais est situé à deux pas de celui de CQFD. Témoignages croisés. Source : CQFD

  • Contre le travail, tout contre... bibliographie

    https://rverbration.wordpress.com
    https://editionsasymetrie.org
    source : lignes de force/Claude Guillon
    https://lignesdeforce.wordpress.com/2019/06/03/les-editions-de-lasymetrie-a-lhonneur-mercredi-20h-a-la-lib

    Je me suis fait embaucher dans une équipe,
    Là haut dans les montagnes
    J’ai payé une commission au requin
    Et j’ai bientôt senti mes chaînes

    Le patron m’a mis au cloutage
    Et je suais tant que j’en étais aveugle
    Il n’avait pas l’air d’apprécier ma cadence,
    Alors j’ai laissé ce boulot derrière moi

    Et j’ai sauté dans un vieux train de marchandises
    Et je me suis mis à voyager dans le pays ;
    Les mystères de la vie d’un hobo
    M’ont vite été dévoilés.

    J’ai brulé le dur d’est en ouest
    Et les chefs de train ne me sont jamais tombé dessus.
    Le lendemain j’étais déjà très loin
    Du boulot que j’avais laissé derrière moi.

    Et je suis tombé sur une bande de prolos errants
    Qu’on appelait les IWW...
    Ils m’ont appris à me conduire en homme
    Et comment lutter contre les tauliers.

    J’ai versé ma cotise et je me suis joint à eux
    Et maintenant je suis dans l’organisation.
    Hourra pour la cause, et puis merde aux patrons...
    Et au boulot que j’ai laissé derrière moi !

    T-Bone Slim les mystères de la vie d’un hobo chanson tiré de Wobblies & hobos
    http://www.insomniaqueediteur.com/publications/hobos-wobblies
    https://www.youtube.com/watch?v=Rn_Wfydg61c


    #critique_du_travail #IWW #Asymétrie_éditions

  • Sur la révolution britannique oubliée de 1919

    The Limerick Soviet (13 – 27 April 1919) was one manifestation of a series of revolutionary crises that confronted British imperialism in the aftermath of WWI. The events of 1919 offer powerful examples of the potential power of workers, as well as important warnings for future struggles, writes Mike Thompson.
    World War I, like so many wars, was built on lies told to those that fought, by the liars that stood to profit from the slaughter. The lies didn’t end with the armistice in November 1918 – and the British government didn’t want war to end either. It continued to wage war against movements for independence across its empire. The Black and Tans were recruited from returning troops to fight in Ireland; in India, the colonial army massacred civilians in Amritsar in April 1919, at the same time as British troops were suppressing a popular revolt in Egypt. Troops were also being sent to France and Russia. Any mention of ‘home fit for heroes’ has to be seen against the background of resistance, and the fear of the Russian Revolution.

    At the start of 1919 there was a wave of mutinies at Southwick, Folkestone, Dover, Osterley Park, Shortlands, Westerham Hill, Felixstowe, Grove Park, Shoreham, Briston, Aldershot, Kempton Park, Southampton, Maidstone, Blackpool, Park Royal, Chatham, Fairlop and Biggin Hill, as well as at several London railway stations where troops refused to embark for Russia and France. Troops already in Calais and Archangel formed Soviets and made links with local struggles.

    HMS Kilbride joined the revolt, raising a red flag and refused to set sail. The sailors demanded that they wouldn’t be sent to Russia, called for quicker demobilisation and higher pay, and challenged bullying officers. Many ex-service personnel were outraged when employers and authorities attempted to take advantage of the post-war depression to impose the old bonds of discipline upon returning soldiers.

    Against this background, when official celebrations took place after the signing of the peace treaty in 1919, many protested against the money spent on extravagant victory parades and banquets. In Luton, for example, thousands were involved in riots, which resulted in the burning down of the town hall, as the crowd sang ‘Keep the home fires burning’.

    The fightback wasn’t limited to the army and navy – workers across the country showed they wanted change too. Engineers, railway and transport workers, miners and cotton workers were all involved in waves of militant strikes.
    [...]

    https://www.rs21.org.uk/2019/04/13/hope-and-tragedy-in-april-1919
    #révolution #1919 #conseils_ouvriers #grêves #syndicats #Royaume-Uni

  • Liban : sit-in dans les camps de réfugiés palestiniens pour l’emploi
    Paul Khalifeh, RFI, le 18 juillet 2019
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190718-liban-sit-in-camps-refugies-palestiniens-emploi

    La baisse du degré de violence fait suite aux contacts intensifs entrepris à plus d’un niveau pour contenir la colère des réfugiés palestiniens, dans un pays aux lois protectionnistes, où 72 métiers leur sont interdits.

    #Palestine #Liban #Réfugiés #Camps #Discriminations #Xénophobie #métiers_interdits

  • Un documentaire anarchiste et québécois d’une demi heure (en français avec sous-titres en anglais) tente une évaluation et une critique du travail et des luttes sociales dans la société capitaliste actuelle, avec une grand place donnée aux rôles des syndicats :

    Les patrons ont toujours tort
    La CLAC, novembre 2018
    https://www.clac-montreal.net/fr/node/710

    #Documentaire #Québec #Anarchisme #Capitalisme #Syndicats

  • « Vos toilettes propres, nos propres papiers » Maxime Vancauwenberge - 17 Juin 2019 - Solidaire
    https://www.solidaire.org/articles/vos-toilettes-propres-nos-propres-papiers

    Ils et elles sont entre 100 000 et 150 000 en Belgique. Travailleurs et travailleuses sans-papiers. Hormis l’aide médicale urgente et la scolarisation de leurs enfants, les personnes sans-papiers ne jouissent d’aucun droit et ne reçoivent aucune aide. Beaucoup sont employées dans certains secteurs comme l’Horeca, la construction, et le nettoyage.

    « Elles ont peur parce qu’elles sont sans papiers. Elles ont peur des conséquences par rapport à leur employeur », commence Magali Verdier, l’animatrice du MOC (Mouvement ouvrier chrétien) qui coordonne la Ligue des Travailleuses Domestiques, juste avant le début de l’entretien. Nous voilà immédiatement plongés dans le quotidien des personnes sans-papiers : vivre caché et dans la peur. Mais depuis quelques mois, des travailleuses domestiques sans-papiers ont décidé de sortir de l’ombre. Elles revendiquent l’application de la Convention Internationale C189, ratifiée par la Belgique en 2011, qui garantit le respect de certains droits élémentaires comme un salaire minimum, le paiement des heures supplémentaires et la possibilité de porter plainte contre l’employeur en cas d’abus. Elles revendiquent également la possibilité de pouvoir rester légalement en Belgique et de pouvoir ainsi contribuer à la sécurité sociale de notre pays.

    « Le plus dur c’est de ne plus voir sa famille »
    « Je suis venue en Belgique un peu avant 2008 parce que je n’arrivais plus à joindre les deux bouts avec mes deux enfants lorsque leur papa nous a quittés. Je suis aide-soignante mais je travaillais souvent plusieurs mois sans être payée en Afrique. Je ne savais plus quoi faire. Mes enfants sont restés au Cameroun. Je ne savais pas où j’allais. Je ne pouvais pas emmener mes petits bouts avec moi. Je les ai laissés chez mes parents. Ils s’en sortent avec le peu que je leur envoie. Ils me manquent beaucoup. Je me sacrifie pour eux. J’aimerais pouvoir les revoir un jour. Ma maman aussi m’a demandé si elle allait me revoir avant de mourir », explique Lucie, la gorge nouée, avant d’éclater en sanglots. « C’est cela qui est vraiment le plus dur : ne plus pouvoir voir sa famille », confirme Alexandra, qui n’a pas pu assister à l’enterrement de son père. Alexandra est originaire de la Colombie, qu’elle a quittée il y a plus de 10 ans. Elle ne se voit pas retourner là-bas à présent. Elle se sent chez elle en Belgique. « Nous sommes beaucoup comme toi, Lucie. Il faut se battre », s’exclame Naima. Elle aussi, elle a quitté son pays, le Maroc, il y a plus de 10 ans, en laissant tout derrière elle. Là-bas, elle travaillait dans une banque mais n’était presque pas payée. « Je ne m’en sortais pas. » Elle a préféré tenter sa chance en Belgique.

    Maricel est un peu plus âgée. Elle a quitté les Philippines il y a 11 ans afin de pouvoir offrir un avenir à ses enfants restés aux pays. « Je discute avec eux chaque jour via Messenger mais je ne les ai pas vus depuis que je suis partie. Je suis aussi devenue grand-mère entre-temps et j’aimerais pouvoir voir mes petits-enfants… »

    « Certains me demandent de travailler pour 7 euros de l’heure »
    En Belgique, leur situation est cependant loin d’être enviable. Comme tous les sans-papiers, elles sont souvent utilisées comme main-d’œuvre corvéable à merci. « En 2008, j’ai commencé à travailler ici pour 800 euros par mois. De 8h du matin à 8h du soir. Je me suis enfuie. À présent, je suis payée 1 300 euros. Je travaille de 7h du matin à 7h du soir. Les employeurs savent que tu n’as pas de papiers. Ils savent qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent », raconte Maricel.

    « La situation se dégrade, précise Lucia. Des employeurs osent me demander des choses qu’ils n’osaient pas il y a plusieurs années. Certains me demandent aujourd’hui de travailler pour 7 euros de l’heure et me raccrochent au nez lorsque je refuse ».

    « Après la crise, l’employeur a diminué mon salaire. Mais je n’ai rien osé dire parce que je n’ai pas de papiers », enchaîne une autre. « Nous sommes des esclaves. C’est ça ou la rue. Et même quand tout se passe bien avec l’employeur et qu’on est bien payée, il y a tout le reste. On est par exemple angoissée dans un bus, même quand on a acheté un ticket, parce qu’on risque un contrôle de police et d’être envoyée en centre fermé », continue Lucia.

    Alexandra estime qu’elle a de la chance : « De mon côté, je suis super-bien payée. J’ai aussi droit à des congés payés et des congés maladie. » En fait, elle gagne un peu plus que le salaire minimum. C’est ce qui symbolise le mieux la condition de ces travailleuses : être complètement à la merci de son employeur et s’estimer chanceuse lorsque celui-ci n’en profite pas.

    « Nous voulons sortir de l’ombre »
    « En tant que travailleuse domestique, on est tout au fond du panier. Nous travaillons dans les soins aux personnes, nous occupons des enfants, des gens malades, des personnes âgées. Mais nous sommes vraiment précarisées, et c’est ça notre lutte. On veut rendre cette réalité visible », explique Lucia. « Nous faisons partie intégrante de l’économie. Nous remplissons des tâches essentielles dans la société. Nous voulons sortir de l’ombre », continue Lucie.

    « Le syndicat m’a rendu l’espoir que je pouvais améliorer ma situation. La Ligue nous permet de nous rendre compte que notre situation n’est pas unique. Que beaucoup d’autres sont dans notre situation. La Ligue nous aide beaucoup. J’espère qu’on va pouvoir rassembler toutes les femmes dans notre situation », s’enthousiasme Naima.

    Magali Verdier, l’animatrice du MOC, explique que la Ligue des Travailleuses Domestiques a en effet pour but de mettre en avant la situation très précaire dans laquelle les femmes sans-papiers se retrouvent, de lutter collectivement, d’intéresser les médias, et d’aller chercher du soutien dans la société. « La Ligue des Travailleuses Domestiques fait partie intégrante de la CSC et du combat plus large mené par l’organisation syndicale auquel les femmes de la Ligue prennent part également. »

    « Je suis optimiste. C’est déjà pas mal. Je pense que nous allons y arriver », dit Naima. « Moi aussi ! » répond Alexandra. Elles rient. Après deux heures de discussions, nous demandons si nous pouvons faire une photo d’elles. Elles hésitent. Certaines préfèrent se mettre de dos. Elles s’encouragent mutuellement et décident finalement de faire la photo à visage découvert. Pour sortir de l’ombre.

    #emploi #travail #femmes #sans-papiers #travailleuses domestiques #esclavage #luttes_sociales #Syndicats #syndicalisation #Belgique

  • La #Poste au tribunal : un procès inédit contre la #sous-traitance abusive
    https://lemediapresse.fr/social/la-poste-au-tribunal-un-proces-inedit-contre-la-sous-traitance-abusive

    Dans les murs du Tribunal de Grande Instance de Nanterre, l’entreprise publique était jugée hier suite au décès, il y a six ans, d’un jeune livreur employé par l’un de ses sous-traitants. Une procédure dans laquelle la Poste est accusée de « prêt illicite de main d’œuvre et de marchandage » : trois #Syndicats se sont portés partie civile pour protester contre ce qu’ils qualifient de « sous-traitance abusive ». 

    #Social #Bagaga #CGT #emploi #libéralisation #SUD #syndicalisme #Syndicat #Travail #UNSA