• #tablettes : parmi les trucs agaçants (et je ne parle même pas du principe même des apps) des ordiphones et autres ardoises tactiles c’est la disparition dans les navigateurs, y compris libres de la possibilité d’agrandir/réduire la taille du texte via CTRL+ CTRL-.
    Le système du pincement d’écran ne produit pas du tout le même effet. La vue lectrice (reader mode) ne remplit pas non plus la même fonction (et n’est disponible que sur les pages de type « article » sur ff android)...

    https://blog.mozilla.org/theden/2012/10/11/firefox-tip-how-to-zoom-on-firefox-for-android

    Bref, y’a juste mon dos qui y gagne dans cette histoire...

  • Aux #États-Unis, la déconnexion est réservée aux #enfants #riches | Courrier international
    https://www.courrierinternational.com/article/aux-etats-unis-la-deconnexion-est-reservee-aux-enfants-riches

    Il n’y a pas si longtemps, on craignait qu’en ayant accès plus tôt à #Internet, les jeunes des classes aisées n’acquièrent davantage de compétences techniques et qu’il n’en résulte un fossé #numérique. De plus en plus d’établissements scolaires demandent aux élèves de faire leurs devoirs en ligne, alors que seulement deux tiers des Américains ont accès au haut débit.

    Mais aujourd’hui, alors que les parents de la #Silicon\Valley craignent de plus en plus les effets des #écrans sur leurs enfants et cherchent à les en éloigner, on redoute l’apparition d’un nouveau fossé numérique. Il est possible, en effet, que les enfants des classes moyennes et modestes grandissent au contact des écrans et que ceux de l’#élite de la Silicon Valley reviennent aux jouets en bois et au luxe des relations humaines.

    Ce mouvement est déjà amorcé. Les #écoles maternelles à l’ancienne, qui proposent un apprentissage par le jeu, sont en vogue dans les quartiers huppés, alors que l’Utah finance une école maternelle entièrement en ligne, à laquelle sont inscrits quelque 10 000 enfants. Les autorités ont annoncé que les écoles maternelles en ligne se multiplieraient en 2019 grâce à des subventions fédérales versées aux États du Wyoming, du Dakota du Nord et du Sud, de l’Idaho et du Montana.

    Selon une étude de Common Sense Media, une organisation à but non lucratif qui surveille l’exposition aux réseaux sociaux, les jeunes issus de familles modestes passent une moyenne de huit heures et sept minutes par jour devant des écrans à des fins récréatives, alors que la durée est de cinq heures et quarante-deux minutes chez des jeunes plus aisés. (Cette étude a pris en compte chaque écran séparément, si bien qu’un enfant qui chatte une heure sur son téléphone tout en regardant la télévision est considéré comme ayant passé deux heures devant des écrans.) Deux autres études montrent que les enfants blancs sont beaucoup moins exposés aux écrans que les enfants africains-américains et latino-américains.

    Et, selon les parents, il existe un fossé numérique croissant entre les établissements publics et privés d’un même quartier. Alors que la Waldorf School of the Peninsula, une école privée pratiquant la #pédagogie Waldorf très cotée chez les cadres de la Silicon Valley, interdit la plupart des écrans, l’établissement voisin, le collège public Hillview Middle School, met en avant son programme d’#enseignement sur #tablettes.

  • Grosse opération anti Snapchat cette semaine à l’école de mes enfants :

    Les enseignant·es sont de plus en plus inquiet·es par la "sur-utilisation" des smartphones et de certains réseaux sociaux (quelques dérapages en début d’année et de plus en plus de problèmes de violence, de harcèlement, etc.). Mais aussi et surtout, les enseignant·es remarquent que beaucoup de ces élèves s’enferment dans le "monde smartphone" et perdent le contact avec le réel immédiat, montre des signes d’addictions, de désocialisation, des résultats scolaires anormalement excécrables, etc...

    Ce matin, en discutant avec certain·es enseignant·es, ça ressemblait à un début de panique.

    « Es-tu dépendant·e de Snapchat ?

    Participe à la semaine sans Snapchat. Informations et inscription dans ta classe.

    Les avantages :

    – Tu peux être plus heureux·ses
    – Tu seras moins égocentrique
    – Tu pourras t’intéresser à beaucoup d’autres choses
    – Tu seras moins stressé·e
    – Tu dormiras mieux et tu seras plus créatif·ve
    – Tu pourras plus profiter [en live] de tes ami·es »

    #réseaux_sociaux #snapchat #addiction #écrans #tablettes #smatphones #enfants #enfances #marketing #consommation #manipulation

  • http://www.yapaka.be Maîtrisons les écrans : La campagne 3-6-9-12 donne des repères Affiches à afficher dans les écoles et documentations pédagogiques
    http://www.yapaka.be/ecrans

    Dans une #société où le #virtuel a pris une place prépondérante, quelles peuvent en être les conséquences sur l’#enfant ? Sans céder aux sirènes de la technologie ni à la panique face au monde numérique, il s’agit de mieux comprendre l’impact des #écrans au cours de la vie de l’enfant. La confrontation aux mondes virtuels et le vécu émotionnel qui y est associé sera différent selon son stade de développement. En effet, au fur et à mesure qu’il grandit, et s’il est accompagné dans ses découvertes, il sera de plus en plus outillé pour faire face aux contenus qu’il perçoit. 
Disposer de repères peut aider parents et professionnels à adapter la consommation des écrans à l’âge de l’enfant.

    Pas de TV AVANT 3 ans :
    L’enfant a d’abord besoin de mettre en place ses repères spatiaux, puis temporels. Les premiers se construisent à travers toutes les interactions avec l’environnement qui implique ses sens, et les seconds à travers les histoires qu’on lui raconte et les livres qu’il feuillette.

    Evitez la #télévision et les DVD dont les effets négatifs sont démontrés.
Les #tablettes tactiles peuvent être utilisées au même titre que tous les #jouets traditionnels, mais dans un accompagnement ludique. lire la suite : http://www.yapaka.be/page/avant-3-ans

    Pas de console de jeu AVANT 6 ans :
    Evitez la TV et l’ordinateur dans la chambre.
Fixez des horaires aux écrans et respectez les âges indiqués pour les programmes.
Préférez les jeux vidéos que l’on joue à plusieurs à ceux que l’on joue seul : les ordinateurs et les consoles de salon peuvent être un support occasionnel de jeu en famille, voire d’apprentissage accompagnés.

    N’offrez pas une console ou une tablette personnelle utilisable à tout moment à votre enfant : à cet âge, jouer seul devient rapidement stéréotypé et compulsif. lire la suite : http://www.yapaka.be/page/avant-6-ans-0

    Pas d’Internet seul AVANT 9 ans :
    Evitez la TV et l’ordinateur dans la chambre.
Etablissez des règles claires sur le temps d’écrans.
Paramétrez la console de jeu du salon.

    A partir de 8 ans, si vous créez un compte pour votre enfant sur l’ordinateur familial, expliquez-lui le droit à l’image et le droit à l’intimité. lire la suite : http://www.yapaka.be/page/avant-9-ans

    Pas de réseau social AVANT 12 ans :
    Continuez à établir des règles claires sur le temps d’écrans.
Déterminez avec votre enfant l’âge à partir duquel il aura son téléphone mobile.

    Rappelez régulièrement les 3 règles de base d’Internet à assimiler par tous :
    
1/ tout ce que l’on y met peut tomber dans le domaine public ;

    2/ tout ce que l’on y met y restera éternellement

    3/ tout ce que l’on y trouve est sujet à caution : certaines données sont vraies et d’autres fausses. lire la suite : http://www.yapaka.be/page/avant-12-ans

    APRES 12 ans : 
Votre enfant « surfe » seul sur la toile, mais convenez d’horaires à respecter.
Evitez de lui laisser une connexion nocture illimitée depuis sa chambre.
Discutez avec lui du téléchargement, des plagiats, de la pornographie, du harcèlement,...

    Refusez d’être son « ami » sur #Facebook. lire la suite http://www.yapaka.be/page/apres-12-ans

    La campagne
    La campagne est mise à disposition de tous les organismes de l’#enfance et de l’aide à la jeunesse et se décline en :
    • Un livre Temps d’arrêt Les dangers de la télé pour les bébés (Seconde édition)
    • Un livre Temps d’arrêt Grandir avec les écrans « La règle 3-6-9-12 (ans) »
    • Un texte court : « Domestiquer les écrans au rythme de l’enfant »
    • 4 affiches

    Autres sujets documentés sur ce site (de la Fédération Wallonie Bruxelles )

    Abus sexuel
    Adolescence
    Adoption
    Adoption homoparentale
    Adultification
    Aliénation parentale
    Allaitement
    Autisme
    Bébé secoué
    Cadre légal
    Cultures
    Délinquance sexuelle
    Déni de grossesse
    Désir d’enfant
    Deuil
    Deuil périnatal
    Développement de l’enfant
    Ecrans
    Ennui
    Famille
    Famille d’accueil
    Famille monoparentale
    Famille recomposée
    Fessée
    Fonctions parentales
    Fratrie
    Garde alternée
    Garde des enfants
    Grossesse
    Grossesse adolescente
    Grossesse non désirée
    Handicap
    Harcèlement
    Homoparentalité
    Hyperactivité
    Hypersexualisation
    Inceste
    Incestuel
    Infanticide
    Internet
    Intimité
    Jeu
    Jeu sexuel entre enfants
    Jeu vidéo
    Lien parents-enfants
    Limites
    Majorité sexuelle
    Maltraitance
    Masturbation de l’enfant
    Maternité
    Médiation parentale
    Naissance
    Négligence
    Paternité
    Pédophilie
    Place de l’enfant
    Pleurs du bébé
    Pornographie et adolescence
    Prévenir la maltraitance
    Prise en charge
    Rôle des pouvoirs publics
    Rôle des professionnels de l’enfance
    Secret professionnel
    Séparation parentale
    Sexualité
    Smartphone
    Socialisation
    Société
    Sommeil
    Souffrance psychique
    Suicide
    Tablette tactile
    Télévision
    Théorie de l’attachement
    Transgénérationnel
    Traumatisme
    Troubles du développement
    Vie institutionnelle
    Violence conjugale
    Violence institutionnelle

  • Biometric data in large EU IT systems in the areas of borders, visa and asylum – fundamental rights implications

    The EU has developed common rules for managing external borders, for issuing visas and for dealing with asylum requests. These rules require cooperation between EU Member States, including the exchange of personal data concerning third-country nationals. The EU has developed three large scale IT systems to exchange personal data in the areas of asylum, borders and visa: #Eurodac, #SIS II (#Schengen_Information_System) and #VIS (#Visa_Information_System). This project will analyse the fundamental rights implications of inserting, storing and using biometric data – such as fingerprints – in these IT systems. Both the negative as well as the positive fundamental rights implications will be studied.

    http://fra.europa.eu/en/project/2014/biometric-data-large-eu-it-systems-areas-borders-visa-and-asylum-fundamen
    #biométrie #surveillance #frontières #surveillance_frontalière #contrôles_frontaliers #visa #asile #migrations #réfugiés #Schengen #données_biométriques #empreintes_digitales #droits_humains #droits_fondamentaux #rapport

    Mais je ne trouve pas le rapport à télécharger...

    Sous “publications”, par contre, d’autres documents intéressants:
    Fundamental rights implications of the obligation to provide fingerprints for Eurodac

    Processing biometric data for immigration, asylum and border management purposes has become common. This focus paper looks at measures authorities can take to enforce the obligation of newly arrived asylum seekers and migrants in an irregular situation to provide fingerprints for inclusion in Eurodac.

    http://fra.europa.eu/en/publication/2015/fundamental-rights-implications-obligation-provide-fingerprints-eurodac

    #Smart_Borders Pilot Project Technical Report Annexes
    https://www.eulisa.europa.eu/Publications/Reports/Smart%20Borders%20-%20Technical%20Annexes.pdf
    #frontières_intelligentes

    • Europe: l’enjeu des #données_mobiles des migrants

      Les téléphones portables sont de véritables lignes de vie pour les migrants. Outils de documentation, systèmes de navigation, mais aussi et surtout moyens de communication, ils leur permettent d’établir un contact régulier avec leurs proches, les passeurs, et toute autre personne susceptible de les aider dans leur périple. Mais justement parce qu’ils leur permettent de rester connectés, les téléphones portables exposent aussi les migrants à de véritables risques. Parmi eux, l’exploitation de leurs données mobiles par les autorités de certains pays européens, qui peut permettre de retracer leur parcours ou vérifier leur identité.

      Lorsqu’ils sont contraints de quitter leur pays d’origine, des milliers de migrants laissent derrière eux leurs foyers avec pour seuls bagages quelques billets, et un téléphone portable. Juste de quoi leur permettre d’atteindre l’Europe. Être connecté est un point essentiel dans une situation de migration forcée, pour rester en contact avec ses proches, mais aussi pour pouvoir joindre les secours.

      Pour des questions de mobilité, de localisation et de sécurité, les téléphones sont donc des outils indispensables aux migrants, mais pas seulement. Selon Wired UK, la déclinaison britannique du mensuel américain Wired, certains gouvernements européens utilisent les téléphones portables des migrants et en extraient les données mobiles de #géolocalisation et de #messagerie.

      Des entreprises spécialisées dans l’extraction de données

      « Ça ne me surprendrait pas, affirme Carleen Maitland, professeur associée à l’université des sciences de l’information et technologie de Pennstate. Il y a 20 ans déjà, si quelqu’un faisait une demande d’asile, les agents de l’immigration demandaient des preuves pour vérifier les propos des demandeurs. C’est extrêmement inquiétant, et décevant pour des gens qui ont déjà tout perdu de devoir perdre, en plus, leurs #souvenirs_numériques ».
      –-> #audition, donc. Et #vraisemblance

      Un acte rendu possible par la recrudescence d’entreprises spécialisées dans ce domaine, comme par exemple au Royaume-Uni. Là-bas, plusieurs entreprises possèdent même des contrats avec les forces de police britanniques, comme le révèle un rapport de Privacy International, une organisation non gouvernementale basée à Londres, militant pour le droit à la vie privée.

      Selon l’une de ces sociétés, MSAB, 97% des forces de police britanniques utiliseraient le logiciel #XRY, donnant même un accès aux données supprimées des appareils mobiles, qu’il s’agisse de smartphones, de #modem_3G, de #GPS ou encore de #tablettes.

      Manque de transparence

      Aujourd’hui, Privacy International n’a pas la preuve que les forces de police ont recours à ce type de pratique envers les migrants, et ce malgré les révélations du journal The Guardian en 2016, statuant que le Home office, le ministère de l’Intérieur britannique, pouvait bel et bien avoir accès aux données mobiles des téléphones des migrants soupçonnés d’avoir commis un crime. Mais sur quels critères ? Le problème pour Privacy International : un manque de transparence sur cette question, régulée par une loi, selon eux, obsolète - la loi sur la police et les preuves pénales, datant de 1984. Elle accorde à la police le pouvoir d’exiger « n’importe quelle information stockée sous toute forme électronique ».

      « Nous craignons que les données mobiles des migrants soient extraites de leurs téléphones portables quand ils sont détenus dans des centres de rétention, ou lorsqu’ils passent d’un centre à un autre (au Royaume-Uni), sans que personne ne le sache vraiment », s’inquiète Millie Graham Wood, avocate au sein de Privacy International. « La loi sur laquelle ils disent s’appuyer est inadéquate et inapplicable aux nouvelles technologies », ajoute-t-elle.

      Un volume d’informations important

      Une inquiétude d’autant plus légitime lorsque l’on sait à quelles informations peuvent accéder les services de police britanniques quand ils ont recours à la technologie de #Cellebrite : les numéros de chacun des contacts enregistrés dans le téléphone, le journal d’appel, les messages textes et images envoyés, toutes les vidéos et images ainsi que leur date et heure de création (parfois même accompagnées de leur géolocalisation), les fichiers audio, les e-mails, les informations de navigation, les données GPS, les messages et contacts des applications de réseaux sociaux, tous les réseaux bluetooth auxquels a été connecté le téléphone, les codes de déverrouillages (qu’il s’agisse de chiffres ou de schémas), et même les données supprimées.

      « Ils n’ont aucune idée du volume d’informations qui peut leur être pris, et comment cela pourrait être utilisé contre eux dans le futur », explique Millie Graham Wood. D’autant que les informations trouvées dans le téléphone ne sont pas forcément précises et fiables à 100%. « Avec ce manque de transparence autour de la question de la provenance des données des migrants et de leur utilisation, il y a un risque d’erreur judiciaire, qui pourrait conduire à des expulsions à cause de ce qu’on a trouvé sur les téléphones et qui pourrait s’avérer incorrect. »

      Mais le #Royaume-Uni n’est pas le seul pays d’Europe où les données mobiles peuvent se retourner contre les migrants. En #Allemagne, la loi est plus claire : depuis le 18 mai 2017, les autorités peuvent examiner les #métadonnées des migrants potentiels et déterminer dans quels pays ils ont été, et à quel moment - vérifier, donc, leurs #témoignages lors de leur demande d’asile en cas de doute.

      Selon Wired, les autorités allemandes ont recours à un logiciel informatique appelé #Atos, qui utilise les technologies de deux entreprises spécialisées dans l’analyse forensique des téléphones, #T3K... et MSAB. Une combinaison d’outils qui permet d’accéder aux métadonnées contenues dans les téléphones portables.

      Des politiques différentes en Europe

      En Allemagne, la loi sur la surveillance des téléphones ne peut s’appliquer que dans le cas où l’identité ou la nationalité d’un demandeur d’asile ne peut pas être prouvée, et s’appuie sur la section 15a de l’Asylum Act, selon Annegret Korff, porte-parole de l’Office allemand des migrations (BAMF), interrogée par confrères du site Infomigrants. Seul le BAMF peut ensuite traiter ces données.

      En 2017, la #Belgique s’est aussi inspirée de son voisin allemand ; au mois de novembre, la Chambre a adopté la réforme du droit d’asile du secrétaire d’Etat Theo Francken. Un texte qui donne aux autorités la possibilité d’inspecter les téléphones portables des demandeurs d’asile, mais aussi d’éplucher leurs profils sur les réseaux sociaux afin de vérifier le récit du candidat quant à son parcours. L’objectif est aussi de contrôler leur #identité s’ils ne possèdent pas de documents pouvant la prouver. En cas de refus de rendre accessible son téléphone portable et ses réseaux sociaux, le demandeur d’asile peut être enfermé.

      Même chose en #Turquie. Là-bas aussi, les autorités se penchent sur les profils des migrants, dès leur passage à la frontière avec la Syrie. C’est ce que l’on peut lire dans un article de Marie Gillespie, professeur de sociologie à l’Open University du Royaume-Uni, et Souad Osseiran, anthropologiste spécialisée sur les questions de migrations et réfugiés en Turquie, ainsi que Margie Cheesman, de l’université d’Oxford au Royaume-Uni. Ils ont interrogé Saleem, qui témoigne : « quand je suis arrivé à la frontière en Turquie, le garde a pris mon téléphone et m’a demandé mon mot de passe Facebook. Au début, je ne voulais pas lui donner parce que j’avais peur, mais ils m’ont mis en prison pendant 15 jours, et m’ont frappé. Ils avaient pris mon téléphone, et j’étais coincé. »

      Dans l’article, on apprend aussi que la #surveillance en ligne peut continuer une fois les frontières européennes passées, puisque les autorités demandent aux demandeurs d’asile des informations à propos de leur compte #Facebook, les incitant à « nettoyer » leurs profils.

      La #France adopte, elle, une position différente de ses voisins : les autorités ne peuvent surveiller les données mobiles des migrants pour des procédures administratives telles que des demandes d’asile, sauf dans le cadre de la lutte contre le #terrorisme - où n’importe quelle personne suspectée peut être mise sur écoute.

      Mais alors pourquoi de telles différences de pratiques entre les pays européens ? Interrogé par Infomigrants en mars 2018, le Bureau des migrations et des affaires intérieures de la Commission européenne a répondu que le droit européen ne réglementait pas cette question. Chaque Etat-membre est donc en mesure de décider si oui ou non les demandeurs d’asile doivent remettre leur téléphone portable aux autorités, et s’ils font appel à des entreprises comme #MSAB. La firme résume d’ailleurs bien quelles sont ses possibilités en matière d’exploitation des données : « si vous avez accès à une #carte_SIM, vous avez accès à la vie entière d’une personne ».

      http://www.rfi.fr/europe/20180730-europe-donnees-mobiles-migrants-immigration-portables
      #smartphones #téléphones_portables #SIM

  • Groupe HUKO, iPads et iPocrisie, 2014
    https://sniadecki.wordpress.com/2017/09/14/huko-ipocrisie

    Comment envisager, avec sérieux et rigueur éthique, de promouvoir l’humanisme en se servant d’outils qui incarnent la négation même de cet humanisme ? Cet humanisme qu’évoquent les plus hauts responsables du système scolaire français implique au minimum le respect des autres êtres humains, et bannit l’idée de les exploiter au profit d’une poignée de privilégiés : nos propres enfants. La contradiction est flagrante entre la fin et les moyens. Ce dilemme philosophique, certes classique si on le résume en ces termes, revêt de nos jours une ampleur et une acuité inconnues auparavant. Car c’est le gouvernement lui-même qui organise le cynisme en collant de force, dans les mains des professeurs et des jeunes, du matériel fabriqué par des néo-esclaves. Le parallèle avec les modes de décervelage dictatoriaux de la jeunesse dans la première moitié du XXe siècle n’est pas anecdotique : lorsque le capitalisme se trouve dans une phase critique, ce qui est le cas depuis 2007 11, la tentation est grande, chez une partie de l’élite, de s’en remettre à des formes dictatoriales de pouvoir. C’est cela et rien d’autre qui se joue aujourd’hui ; l’introduction des iPads à l’école ou la montée des droites extrêmes dans la quasi-totalité des pays européens en sont des indices certains.

    Ne confondons pas le « libre choix » de chacun, y compris d’acheter des produits non éthiques, avec l’imposition, par l’État lui-même, d’un matériel issu de l’esclavage moderne. Surtout lorsque ce matériel, comme les iPads, est destiné à un secteur tout à fait particulier : les enfants, les jeunes et leur éducation. Tout se passe comme si les générations adultes, sur le déclin, montraient l’exemple le pire aux générations montantes : un monde dans lequel, en dernière analyse, chacun peut écraser son prochain sans état d’âme. Ce n’est pas une sorte de prétendue pureté de l’enfance qu’il faudrait conserver – pieux mensonge réactionnaire. Mais, comme l’expliquait Hannah Arendt dans La crise de l’éducation 12, si les nouvelles générations doivent être protégées par le monde des adultes car elles en représentent l’avenir, ce monde des adultes doit aussi se protéger des nouvelles générations.

    #numérique #iPad #tablettes #école #éducation #esclavage #Foxconn #critique_techno

  • Ineptes tablettes

    C’est Noël après l’heure. Les élèves de cinquième de quinze collèges de l’Isère vont recevoir des tablettes numériques. Un cadeau du Conseil départemental, très fier de lancer son « Plan numérique », visant à terme à mettre dans les mains de chaque collégien un nouveau joujou numérique. Au XXIème siècle, toute l’ambition des classes dirigeantes, en l’occurrence ici la majorité Les Républicains du département, à propos des jeunes et de l’éducation consiste à les abreuver de gadgets technologiques. Quitte à gaspiller des millions d’euros d’argent public pour le plus grand bonheur de la multinationale Apple, qui s’apprête à embrigader plein de futurs clients.
    Ces tablettes vont servir à « lutter contre les inégalités et améliorer les apprentissages », assurent les communicants en ayant l’air d’y croire. Le Postillon pense exactement l’inverse et dresse, avec l’aide d’une enseignante concernée, les principaux enseignements de cette ineptie.

    https://www.lepostillon.org/Ineptes-tablettes.html

    #FuckApple
    #Tablettesaucollège
    #Delathuneilyena

  • How We Hold Our Gadgets · An A List Apart Article
    http://alistapart.com/article/how-we-hold-our-gadgets

    Where do hands and fingers fall on the device? This question is the linchpin for every form factor this book examines, and the answer tells you how to design your layout for comfort and efficiency. Since we hold phones, phablets, tablets, and laptops very differently, it’s no surprise that each of these touchscreen variations has its own UI needs.

    #web #tactile #tablettes

  • Pédiatres, psys ou enseignants, ils appellent à « éloigner les tablettes des enfants » (Lemonde.fr)
    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/09/14/les-tablettes-a-eloigner-des-enfants_4756882_1650684.html

    En janvier 2013, l’Académie des sciences, dans son rapport «  L’enfant et les écrans  », exprimait un avis favorable concernant l’utilisation des tablettes par les jeunes enfants. Plus de soixante chercheurs avaient vivement réagi.

    Malgré leurs protestations, force est de constater que cet objet dont les effets mériteraient d’être soigneusement étudiés se retrouve de plus en plus fréquemment dans les mains des bambins, que ce soit dans la sphère privée ou publique (crèche, école maternelle).

    […]

    Aujourd’hui, nous, psychologues, orthophonistes, psychiatres, pédiatres, enseignants, bibliothécaires, infirmières scolaires, chercheurs et parents, faisons le même constat que celui qui a été fait pour la télévision  : la tablette cause de sérieux troubles chez l’enfant lorsqu’elle devient le principal outil de stimulation.

    Nous observons que l’usage intensif de la tablette  :

    1 - augmente les troubles de l’attention  ;
    2 - retarde l’émergence du langage  ;
    3 - entrave la construction du principe de causalité et des premières notions de temps  ;
    4 - altère le développement de la motricité fine et globale  ;
    5 - nuit à une socialisation adaptée.

    #éducation #NTIC #tablettes

    • La suite ici :

      Ce constat, nous l’avons fait en comparant de nombreux enfants avec d’autres moins exposés, ou en étudiant des enfants dont la consommation a été réduite à la suite des limitations que nous prescrivons.

      Des effets sur l’attention La tablette capte fortement l’attention involontaire  : l’image, attrayante visuellement, rapidement changeante et accompagnée de sons, fascine l’enfant. Elle est une source d’excitation. La machine encourage constamment des pseudo-réussites, y compris dans les actions violentes. En captant l’attention de l’enfant, la tablette retarde l’émergence de compétences capitales telles qu’un langage riche, une sociabilité adaptée, une motricité harmonieuse. Elle vole le temps aux activités nécessaires à leur ­développement.

      Des effets sur le langage De plus en plus d’enfants consultent pour des retards de langage. Et parmi eux, beaucoup ont l’écran comme principale source de stimulation. Cela procure une certaine tranquillité aux parents, mais c’est au détriment de l’interaction verbale, cruciale dans cette période de la vie et indispensable à l’acquisition du langage. Les programmes prétendument «  interactifs  » ne permettent pas l’échange propre à la communication humaine. Aucune machine ne permet de contact visuel ou de langage adressé à l’enfant. Or c’est l’attention qui lui est portée qui permettra à l’enfant de découvrir qu’il est quelqu’un. «  J’ai appris à dire “Je” parce que l’on m’a dit “Tu”  ».

      Des effets sur la constitution de la notion de temps et de causalité Par son action répétée sur des objets réels, l’enfant extrait des lois physiques essentielles à l’intégration du concept de causalité. Le ballon roule si je donne un coup de pied dedans. Cette expérimentation est impossible via l’écran et peut même être biaisée  : le carré peut rouler, l’œuf tomber sans se casser… Par l’observation des objets réels, l’enfant découvre la notion de temporalité  : les feuilles des arbres jaunissent en automne, le jouet jeté se casse et ne se répare pas, les hommes meurent. Le virtuel de l’écran entrave cette découverte essentielle. Enfin, la tablette, par l’illusion de satisfaction immédiate qu’elle procure, évince l’expérience psychique cruciale de la contrainte. L’immédiateté de la réponse fournie par la tablette nuit aux apprentissages nécessitant la planification, la stratégie, le détour, c’est-à-dire l’acceptation d’une frustration momentanée, d’un plaisir retardé.

      Des effets sur la motricité fine et globale Face à une tablette en continu, le bébé ne peut développer sa motricité globale. D’une part, il reste assis sans pouvoir explorer son environnement  ; d’autre part, face à toute surface plane, il a l’illusion d’être devant une tablette en tapotant dessus  ! Devant des objets «  réels  », il est souvent désemparé, limité et étonnamment maladroit.

      Enfin, l’école signale de plus en plus de difficultés de graphisme Les cabinets de psychomotricité ne désemplissent pas. Entre feutres et ­tablette, pas d’hésitation  : l’enfant choisit ce qui scintille, brille et bouge  ! Or, les activités graphiques sur tablette ne sont pas substituables à l’entraînement papier-crayon. L’ajustement tonico-postural exigé par le maintien du crayon, le souci de ne pas déborder de la feuille, d’adapter la force du tracé… constituent autant de contraintes structurantes, inexistantes avec la tablette, qui rectifie d’elle-même les erreurs.

      Nous faisons ces constats auprès de nos patients, de nos élèves, de nos propres enfants. Nous tirons ces conclusions de nos observations quotidiennes de terrain.

      L’observation majeure est que la tablette, comme tout écran, crée un phénomène d’emprise de l’enfant par la captation de son attention. Il se trouve alors coupé de ses expériences sensorielles, essentielles pour appréhender le monde qui l’entoure, coupé de la relation langagière, cruciale pour apprendre à parler et à penser par soi-même, amputé de la nécessaire mise à distance entre soi et les objets, utile au développement de l’imaginaire, de la capacité à être seul et de la conscience de soi.

      Des dangers des objets numériques, les créateurs tel Steve Jobs en avaient une très nette conscience. Le patron d’Apple reconnaissait imposer une limitation drastique pour ses propres enfants, et bien d’autres géants du numérique ont fait le choix d’écoles déconnectées pour leur progéniture.

      Combien de temps faudra-t-il attendre pour que nous adoptions les mêmes recommandations de limitation pour tous les enfants  ?

      Sabine Duflo, psychologue en centre médico-psychologique (CMP) pour enfants et adolescents. Jacques Brodeur, enseignant, fondateur d’Edupax. Janine Busson, enseignante, fondatrice d’Enfance-télé : danger ?, initiatrice de la Semaine sans écran en France. Emmanuelle Deschamps, orthophoniste en CMP enfants. Bruno Harlé, pédopsychiatre. Erik Osika, pédiatre, référent de « J’élève mon enfant », de Laurence Pernoud. Anne Pinault, enseignante en RASED.

    • Bah. Est-ce que les enfants concernés auraient eu un meilleur développement sans les tablettes. Pas si sure. Pour stimuler les gamins, faut pouvoir passer du temps avec eux, et c’est pas en subissant les horaires décalés, par exemple, ou les boulots physiques épuisants qu’on peut être disponible et plein d’entrain. #class_war

    • @supergeante cela s’ajoute aux problèmes de temps disponibles pour ses enfants, à mon avis. Ce n’est pas un remplacement. Les problèmes évoqués ici adviennent aussi chez les enfants des classes aisées, financièrement et/ou culturellement. Quoique je supputerais (sans preuve aucune) que pour les classes aisées culturellement ce sont justement celles qui font gaffe à limiter les temps d’écran et à passer du temps avec les gosses (comme d’hab ya des exceptions dans tout mais je suppose une tendance comme ça).

      Quand il y a des gros changements techno, ça s’applique à la société entière, même s’il y a des disparités suivant les classes. Quand bien même tu ferais attention chez toi, les gosses vont par exemple être obligé d’utiliser les tablettes dès la primaire, pour des résultats à venir plus que douteux. C’est comme pour les problèmes de sexisme : ça infuse toute la société, et tu as beau faire de ton mieux dans le foyer, il y a toutes les influences extérieures (amis, familles, écoles, médias, publicités, etc).

      #critique_techno d’ailleurs, au fait.

  • No-TICE pour le collège
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/spip.php?page=resume&id_article=741

    Des enseignants de collège nous ont adressé ce texte qui circule dans leur établissement, quelque part en France en 2015. Ils critiquent l’école numérique et ses effets sur les élèves, sur le métier d’enseignant, sur l’acquisition des savoirs. Non seulement ce texte est poignant quant à ce qu’il révèle de scrupule et de conscience professionnelle, mais il analyse de façon minutieuse les mutilations induites par l’usage du numérique en général, des tablettes en particulier. Lire aussi : Adresse aux lycéens : « Pourquoi il faut s’opposer à la tyrannie technologique » Serge Tisseron, commis voyageur de l’industrie numérique Wifi dans les bibliothèques : que ne ferait-on pas pour le Progrès ? (...)

    #Nécrotechnologies
    http://www.piecesetmaindoeuvre.com/IMG/pdf/No-TICE_pour_le_college.pdf

  • Une nouvelle écriture ? | Dans les pas des archéologues
    http://archeo.blog.lemonde.fr/2014/04/09/une-nouvelle-ecriture

    Malgré tout, des chercheurs continuent d’y croire. Jeune archéologue français actuellement à l’université de Téhéran, François Desset vient de publier les progrès qu’il a accomplis sur ces tablettes datées entre 2500 à 2000 ans av. J.-C. environ. Attention, il est loin d’en proposer le moindre déchiffrement. La faute à un trop petit nombre de tablettes − trois en tout. Impossible de les rattacher à quoi que ce soit.

    Première constatation, cette écriture inconnue semble employer un nombre très restreint de signes : une vingtaine au maximum. Et cinq d’entre eux constituent plus de trois quarts des caractères présents. Une telle parcimonie peut dénoter une écriture notant des sons, ou des syllabes.

    L’archéologue propose également une manière de lire les tablettes. Parfois observée chez les Grecs et les Étrusques par exemple, celle-ci consiste à changer de sens de lecture à chaque ligne : de gauche à droite, puis de droite à gauche, et ainsi de suite. « En effet, avec cette manière de lire, explique François Desset, on s’aperçoit qu’alors, les tablettes présentent des séquences de lettres qui sont répétées. » Mot ? Nom propre ? Difficile de se prononcer plus avant.

    La particularité de ces tablettes est qu’elles comportent une autre écriture. Plus courtes, ces inscriptions se trouvent au dos de deux tablettes, et insérée au bas du texte de la troisième. Contrairement à la première, cette écriture est déjà connue depuis le début du XXe siècle. C’est l’élamite linéaire, une écriture iranienne énigmatique qui n’a jamais été déchiffrée.

    Les archéologues auraient-ils trouvé un genre de pierre de Rosette, qui traduirait une écriture en une autre ? C’est très peu probable. Car les inscriptions en élamite linéaire sont trop brèves pour constituer l’équivalent du texte dans l’autre écriture.

    François Desset penche plutôt pour une sorte de signature. « Le faible nombre de tablettes évoque plutôt les archives d’un particulier. Or en Mésopotamie, les documents que nous trouvons dans ce genre de lieu sont en général des contrats : de mariage, de vente, etc. » Les contractants, les témoins, etc. pourraient ainsi avoir fait inscrire leurs noms au dos ou en bas des contrats, dans leur écriture, l’élamite linéaire.

    #Jiroft #tablettes #écriture

  • « Comment le #numérique invente ses utilisateurs » par Benjamin Thierry
    http://vimeo.com/90478364

    Des premières interfaces apparues durant les années 1960 aux #tablettes actuelles, en passant par les écrans du vénérable Minitel, le numérique n’a cessé de rendre la frontière entre l’utilisateur et la machine plus aisée à traverser. La diva de plusieurs tonnes emprisonnée dans sa salle climatisée s’est peu à peu transformée en outil du quot#idien. Pour réussir ce tour de force, le numérique n’a cessé d’inventer de nouveaux #usages, de susciter des manières de faire inédites pour inventer son #public. Vous pensez utiliser votre machine ? Et si c’était l’inverse ? […]

  • TV/Smartphone : Google lance Chromecast en France - France Info
    http://www.franceinfo.fr/high-tech/nouveau-monde/google-lance-sa-cle-chromecast-pour-le-foyer-numerique-1355555-2014-03-19
    http://www.franceinfo.fr/sites/default/files/imagecache/462_ressource/2014/03/18/1355561/images/ressource/chromecast-650x355.jpg

    C’est une petite clé en apparence tout simple. Voici Chromecast, la clé avec laquelle Google compte s’ouvrir la porte de votre foyer numérique.

    De quoi s’agit-il ? Chromecast permet de diffuser sur votre télé des photos, des vidéos et d’autres contenus depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur. On peut déjà faire cela avec le boitier Apple TV mais uniquement depuis un appareil Apple. On peut aussi faire cela avec certains téléviseurs compatibles DLNA ainsi que certaines box opérateurs. Chromecast s’adresse donc aux personnes qui ne bénéficient pas de ces fonctionnalités avec leurs appareils actuels.

    Comment ça marche ? La clé se branche sur un port HDMI. Il reste à télécharger une appli mobile (iOS Android) pour paramétrer la clé. C’est tout.

    Que peut-on faire ?

    – Surfer sur le Web via le navigateur Chrome de Google (depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur)
    – Regarder des vidéos depuis l’appli YouTube
    – Regarder des vidéos depuis certaines applis compatibles (Pluzz, SFR TV, CanalPlay)
    – Regarder des films achetés ou loués sur le Play Store
    – Ecouter de la musique depuis Google musique
    – A noter : le contenu n’est pas envoyé depuis l’appareil mobile mais depuis le nuage (Internet). Le mobile sert de télécommande et demeure disponible pour toute autre utilisation (appel, SMS, etc.)

    Ce que l’on ne peut pas faire

    – Afficher l’intégralité de l’écran du mobile ou de l’ordinateur sur la télé (fonction « mirroring »)
    – Envoyer du contenu stocké dans la mémoire du smartphone (ou de la tablette) avec les logiciels habituels (obligation d’utiliser une application dédiée telle que Avia, Plex, Real Player cloud..)

    Conclusion

    Offrant moins de fonctions que l’Apple TV mais plus ouvert grâce (iOS et Android), le Chromecast devrait s’enrichir d’applications nouvelles. Lancé en juillet 2013 aux Etats-Unis, Chromecast y connaît un énorme succès. Il est disponible à partir d’aujourd’hui dans 11 pays dont la France au prix de 35 Euros.

    #Smartphones
    #Tablettes
    #téléviseurs
    #Google

  • Les petits Estoniens biberonnés au #numérique
    http://fr.myeurop.info/2013/10/14/les-petits-estoniens-biberonn-s-au-num-rique-12398

    Hélène Bienvenu

    En #Estonie, les écrans ont déjà remplacé les tableaux noirs et les ondes #wifi planent dans les salles de cours. Reportage dans un des pays les plus connectés du monde. 3ème volet de notre série Horizon : l’éducation pour tous.

    Sur les remparts de la vieille ville de Tallinn, capitale de l’Estonie, (...)

    #Société #Étudiants #code #école #nouvelles_technologies #smartphone #tablettes

  • « Des tablettes offertes aux locataires des #HLM de Cergy »
    http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/des-tablettes-offertes-aux-locataires-des-hlm-de-cergy-16-06-2013-2900349

    Ils seront parmi les premiers en #Ile-de-France à bénéficier de #tablettes numériques, fixées au mur de leur appartement, à côté de l’interphone. Hier, les locataires de 52 logements sociaux qui seront livrés le mois prochain, dans le quartier reconstruit de la Croix Petit à Cergy, ont pu découvrir le fonctionnement de ce qui leur permettra de faire des économies.
    Ces écrans leur donneront les #consommations d’eau chaude et froide, d’électricité de leur appartement, comparées à l’ensemble de la résidence.

    On peut supposer que les heureux locataires ne seront pas les seuls à bénéficier de ces informations, et que cela préfigure une splendide centralisation de leurs données de consommation d’#énergie et par conséquent de leurs habitudes. Beau retournement : faire passer comme un #progrès-qu'on-n'arrête-pas (qui plus est généreusement octroyé aux #pauvres) ce qui a pu faire l’objet de virulentes protestations lorsque c’était présenté, par exemple, sous la forme d’un #compteur_intelligent (#Linky® by #EDF®), grand facilitateur d’économies aussi, et accessoirement mémorisateur des heures de douche ou du nombre de tartines passées dans le grille-pain.

    Reste à savoir si une étape ultérieure prévoit, comme dans toute entreprise benchmarkophile qui se respecte, un tableau d’honneur dans le hall du HLM, félicitant #Monsieur_Michu d’être un excellent citoyen énergétique, et encourageant #Madame_Nobody à mieux organiser ses cycles de lessives.

    Pour mémoire : « Pourquoi refuser l’installation de Linky » (par @rebellyon)
    http://rebellyon.info/Pourquoi-refuser-l-installation-de.html

    #domotique #technologie #benchmarking

  • Le chiffre du jour : les jeunes anglais préfèrent lire sur tablette
    http://fr.myeurop.info/2013/05/24/le-chiffre-du-jour-les-jeunes-anglais-preferent-lire-sur-tablette-9032

    Ludovic Clerima

    La tablette numérique est l’outil de #lecture préféré des petits anglais. La moitié des #enfants interrogés préfèrent lire sur écran que sur un document imprimé. Une pratique qui aurait des conséquences sur leur niveau de lecture.

    C’est une première en Europe. lire la (...)

    #Société #INFO #Royaume-Uni #Angleterre #étude #tablettes_numériques

  • Vous pouvez ranger votre liseuse | La Feuille
    http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2013/01/19/vous-pouvez-ranger-votre-liseuse

    A peine éclos, le marché des liseuses s’effondre.

    [...]

    Le marché des #liseuses a été une météorite, explique Jordan Selburn d’iSuppli à la Technology Review. « Les gens veulent faire d’autres choses sur leurs appareils que seulement lire des livres ». La polyvalence des #tablettes l’a emporté.

  • Je ne veux pas faire partie de votre putain d’écosystème - Framablog
    http://www.framablog.org/index.php/post/2012/12/02/putain-ecosysteme

    Libérer nos médias captifs du matériel ?

    #Apple a fermé son service Mobile Me quasiment sans avertissement et détruit toutes les données que leurs clients payants hébergeaient chez eux.

    #Adobe a fermé ses serveurs de DRM après un court préavis de 9 mois, en empêchant de fait quiconque de lire les livres pourtant achetés (#Amazon peut vider votre Kindle).

    #Google a emmené Google Video au bûcher et lui a tiré une balle dans la tête — tout comme Buzz, Wave et qui sait combien d’autres produits.

    #Microsoft a mis en place PlaysForSure, puis l’a laissé mourir, piégeant ainsi des millions de fichiers musicaux sur des appareils qui ne sont plus pris en charge.

    #mobile #tablettes #services #apps

  • South Korea’s surprising stand-down on digital textbooks - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/blogs/answer-sheet/post/south-koreas-surprising-stand-down-on-digital-textbooks/2012/03/25/gIQA6djvbS_blog.html

    five years after advancing a plan to use technology to turn its education system into a 21st-century model, South Korea is rethinking one of the key elements of that push: digital textbooks.
    Initially the plan called for digital books to be used in classrooms on every grade level by 2015. (...)

    But now something has changed.

    South Korean officials have suddenly become concerned that young people are too dependant on technological gadgets, pointing to a government survey that showed that one in 12 students between ages 5 and 9 are addicted to the Internet.

    #internet #éducation #tablettes #addiction #jeunesse

  • Slideshows with Swipe...
    http://digitalpublishing.tumblr.com/post/11776138737/slideshows-with-swipe-creating-image-slideshows

    Creating Image Slideshows like in the iPhone image gallery, that is to say by swiping instead of fading, is a much requested feature for the Adobe Digital Publishing Suite. Currently, slideshows only support fading images to each other.

    You can build these swiping galleries for publications with Adobe DPS but you need to build them in HTML. I found a great javascript tool handling the swiping and displaying and is easy to use (and even has a ton of other features I am not using here).

    #iPad #tablettes #html5 #JavaScript #css3