• ICE Guards “Systematically” Sexually Assault Detainees in an El Paso Detention Center, Lawyers Say
    https://www.propublica.org/article/ice-guards-systematically-sexually-assault-detainees-in-an-el-paso-deten

    Allegations include guards attacking victims in camera “blind spots” and telling them that “no one would believe” them in ICE detention centers, which imprison about 50,000 immigrants each year at a taxpayer expense of $2.7 billion. Guards in an immigrant detention center in El Paso sexually assaulted and harassed inmates in a “pattern and practice” of abuse, according to a complaint filed by a Texas advocacy group urging the local district attorney and federal prosecutors to conduct a criminal (...)

    #ICE #migration #violence #harcèlement #viol

  • Relevant content - Twitter’s algorithm does not seem to silence conservatives
    https://www.economist.com/graphic-detail/2020/08/01/twitters-algorithm-does-not-seem-to-silence-conservatives

    The platform’s recommendation engine appears to favour inflammatory tweets SINCE LAUNCHING a policy on “misleading information” in May, Twitter has clashed with President Donald Trump. When he described mail-in ballots as “substantially fraudulent”, the platform told users to “get the facts” and linked to articles that proved otherwise. After Mr Trump threatened looters with death—“when the looting starts, the shooting starts”—Twitter said his tweet broke its rules against “glorifying violence”. On (...)

    #manipulation #algorithme #Twitter #violence #extrême-droite

  • Conjoint interdit, masque, déclenchement : l’explosion des violences obstétricales | Marie accouche là
    http://marieaccouchela.net/index.php/2020/08/13/conjoint-interdit-masque-declenchement-lexplosion-des-violences-obs

    Le plus étonnant est la rapidité avec laquelle des soignants censés être au service des femmes ont pu mettre en place des mesures arbitraires, incohérentes et néfastes aux futures mères, et contraires à l’état de la science sur les conditions d’accouchement.

    Encore aujourd’hui, en confrontant certaines sages-femmes et médecins aux résultats de l’enquête qui montre une explosion des dépressions post-partum et des syndromes de stress post-traumatique (75 % des femmes qui ont accouché montrent en moyenne trois signes de l’échelle d’Edimbourg), nombreux sont celles et ceux qui continuent à justifier ces mesures au nom de leur propre confort et de leur propres peurs.

    Les conditions d’accouchement pendant la pandémie ont une fois de plus mis en lumière les conditions déplorables dans laquelle les femmes doivent accoucher en France. Comme je le démontre depuis des années dans mes billets sur mon blog Marie accouche là, les femmes ne sont pas considérées comme des êtres humains dotés de raison et de discernement dont il faut respecter l’intégrité physique et psychique, mais comme des corps dont on peut disposer à sa guise dans un système industriel.

  • Chronique estivale du monde policier - Paris-luttes.info
    https://paris-luttes.info/chronique-estivale-du-monde-14213

    Le mouvement post confinement contre les #violences_policières n’en a pas fini avec le vieux monde. Les soubresauts de ce joli printemps continuent leur travail de sape contre l’institution policière et le rapport de force est tel que les médias se sentent obligés de parler de choses qui auraient été tues il y a 10 ans. Florilèges des meilleurs infos policières de cet été en Île-de-France.

  • « Un pays qui se tient sage » : toutes les avant-premières en août et septembre !
    https://blogs.mediapart.fr/david-dufresne/blog/080820/un-pays-qui-se-tient-sage-toutes-les-avant-premieres-en-aout-et-sept

    Tous les pays du monde sont confrontés aux violences policières. Pour les démocraties, c’est un enjeu devenu crucial à leur propre survie. Le film questionne cette définition de Max Weber : « l’État revendique le monopole de la violence physique légitime » Qu’est-ce que l’État ? La violence légitime ? Qui lui dispute son monopole ? Et qui en tient le récit ? C’est le propos de Un pays qui se tient sage. Un film soutenu par la Quinzaine des Réalisateurs Cannes 2020 : « Historiquement très attentive et (...)

    #police #violence

  • Ajouter à la liste des chansons sorties autour de #George_Floyd ici :
    https://seenthis.net/messages/856449

    #Musique_et_politique #Musique #ACAB #Violence_policière #Violences_policières #brutalité_policière #Assassinats_policiers #racisme #racisme_systémique #USA #UK #Black_Lives_Matter

    #Dumpstaphunk, le groupe américain de Ivan Neville ne nous surprend pas en reprenant ces deux morceaux en hommage à Black Lives Matter :

    Dumpstaphunk – Justice/Stand
    https://www.youtube.com/watch?v=vI9292TbdYM

    La chanteuse pop anglaise #Jorja_Smith nous surprend plus avec cet appel à la révolte, même si c’est déjà son deuxième titre à faire allusion à la violence policière :

    Jorja Smith - By Any Means
    https://www.youtube.com/watch?v=Vq81getV30I

    Enfin, #Shirley_Jones, du groupe pop américain des années 1980, The Jones Girls, nous surprend aussi, même si son ode antiraciste est largement plus naïve :

    Shirley Jones - There Are No Differences
    https://www.youtube.com/watch?v=cdoiJp6lQZE

  • #Victoria_Smith : Oh, la perversité des femmes qui osent divulguer les violences exercées contre elles !…
    https://tradfem.wordpress.com/2020/08/03/oh-la-perversite-des-femmes-qui-osent-divulguer-les-violences-exe

    On pourrait en dire bien plus sur le fait que des hommes ont pris un plaisir particulier à intimer à une victime de violence masculine la nécessité de garder le silence. Mais surtout, il est terriblement cruel d’accueillir par des distinguos la divulgation d’un traumatisme par une victime , comme beaucoup l’ont fait dans le cas de Rowling. Toutes les protestations du type « oui, c’est terrible, mais… » démontrent une absence totale de compassion, tout en adressant un message clair à toute autre femme qui voudrait raconter son histoire : Ne vous attendez à aucune générosité. Ne vous attendez pas au droit de pouvoir situer votre souffrance dans quelque contexte plus large. Sachez que pour chaque réactionnaire standard qui vous traitera de menteuse, il se trouvera un gentil garçon progressiste pour vous dire à quel point vous êtes gâtée et privilégiée. La violence ne finit jamais ; il y a toujours quelqu’un pour la reproduire au moment où elle est divulguée.

    Dans un monde où les récits de souffrance sont traités comme une monnaie d’échange, l’on pourrait dire que les femmes sont victimes de leur propre succès. Nous en avons trop fait : nous nous retrouvons avec une carte d’atout qu’il serait franchement malvenu de jouer. À un certain niveau, nous connaissons toutes et tous la réalité statistique : en matière d’agressions, de viols et de meurtres, les femmes ont bien plus à craindre des hommes que l’inverse. Ce fait est si familier, si banal, qu’il cesse d’être un scandale. Le scandale est devenu le fait de le rappeler à l’attention des gens.

    Traduction : #Clémence_Stemmelen de #TRADFEM
    Version originale : https://www.feministcurrent.com/2020/07/20/wicked-women-and-the-weaponization-of-abuse
    #intimidations_masculines #violences masculines # JK_Rowling

  • Le féminin pluriel est infini
    https://ricochets.cc/Le-feminin-pluriel-est-infini.html

    Réponse des féministes du Val de Drôme à la chronique de Vincent Meyer parue le 17 juillet 2020 dans le journal Le Crestois .

    La lecture de votre article « Le féminin pluriel est singulier ›› a hérissé les poils (oui, nous en avons, et parfois même nous décidons de les garder) des féministes de la vallée. Il aborde en diagonale des pans entiers de notre histoire, mais nous choisissons de concentrer notre réponse sur quelques points, les plus problématiques à nos yeux.

    Tout d’abord nous tenons à rappeler que les différences entre les femmes et les hommes, et l’institution d’une société binaire, n`ont rien de naturel. Elles sont le fruit de normes culturelles transmises notamment par l’éducation des petites filles et des petits garçons, que l’on habille en rose pour les unes en leur racontant des histoires de princesses, et en bleu pour les autres en leur passant le ballon pour jouer au foot.
    La pensée binaire est quant à elle construite au mépris de toutes les personnes qui nentrent pas dans son cadre : les intersexes (que lon opère de force à la naissance pour les faire rentrer dans l’une des deux catégories, les transgenres, les lesbiennes, les gays... Ces dernières dont vous passez allègrement lexistence sous silence, en considérant bien sûr le modèle du couple hétérosexuel comme le seul modèle viable où lhomme et la femme se réalisent dans leurs complémentarités. Nous réclamons de nous libérer de ces catégories, trop étroites pour nous contenir tous et toutes : nous en débordons.

    Ensuite, vous dites que la libération de la parole des femmes rend « l’atmosphère difficile pour les hommes ». Cela est illisible pour nous, quand ce sont les femmes qui meurent sous les coups de leur conjoint, sont violées ou harcelées dans la rue ou sur leur lieu de travail : avez-vous peur, Monsieur, de vous faire insulter, siffler, agresser, quand vous marchez la nuit sur des talons hauts, au bras d’une personne du même sexe que vous ? Est-ce une expérience quotidienne que vous connaissez, pour pouvoir qualifier la vôtre de « difficile » ?

    Vous déplorez que les idées transmises par les combats féministes modifient notre culture au point que faire une remarque sur son physique à une femme déclenche une réaction de sa part. Les femmes et les filles réagissent parce quelles refusent d’être considérées comme des objets à disposition du regard des hommes. Refuser de reconnaître la nature sexiste et machiste de ces comportements, cest défendre le droit à « importuner les femmes » et donc défendre le droit d’exercer une violence sur elles.

    Notre combat, dans la forme, et au fond, ne vous convient pas, et cest bien normal, car vous y perdrez. Renoncer à ses privilèges nest jamais confortable, mais c’est pourtant nécessaire. Lorsque nous prendrons notre place au Parlement, il y aura moins de sièges pour les hommes ; lorsque nous parlerons dans le micro, il y aura moins de temps de parole pour les hommes ; lorsque nous cesserons d’assumer votre part de tâches ménagères, vous perdrez du temps de loisirs...ce n’est pas vindicatif : c’est arithmétique.

    A différentes reprises dailleurs vous contestez la manière dont les femmes se rebellent, notamment à travers les combats féministes. Vous les invitez à ne pas « accabler les hommes de tous les maux ››, à ne pas « prendre revanche sur des siècles d’oppression » et à privilégier une évolution progressive des mentalités. Ne pas faire trop de bruit, revendiquer, mais pas trop fort. Votre réaction, qui est probablement partagée par dautres hommes, est caractéristique des personnes qui appartiennent à la classe des dominants. N’y voyez pas là une attaque personnelle mais plutôt un éclairage sur un phénomène qu’il est possible d’analyser pour le déconstruire : dans une situation d’oppression, les personnes dominées (ici les femmes) vont chercher à rétablir une égalité avec les personnes dominantes (ici les hommes).
    Les dominants hommes, habitués à une position de contrôle, émettent alors systématiquement un avis défavorable sur la lutte menée par les dominées, et les moyens qu’elles emploient pour se libérer : trop radicaux, trop violents, trop rapides, dépourvus d’humour... Et de plus, les hommes disposent de l’espace de parole pour relayer cet avis, puisqu’ils sont majoritaires dans les médias, dans les assemblées, dans les lieux de pouvoir. Pourtant, pour définir qui nous sommes et prendre notre place dans cette société, nous ne sollicitons pas votre avis, mais votre humilité.

    Cette langue ne relève pas de la « bien pensance féministe » ni du « politiquement correct » que vous dénoncez : c’est celle de notre vie de tous les jours, et c’est l`un de nos moyens de libération les plus précieux.

    Des Féministes du Val de Drôme

    #feminisme #droit-de-reponse #presse #patriarcat #violences_faites_aux_femmes

  • Abolir réellement la police, cela suppose d’abolir tout ce qui est policier et tout ce qui génère une police
    https://ricochets.cc/Abolir-reellement-la-police-cela-suppose-d-abolir-tout-ce-qui-est-policier

    Un bon texte qui attaque bien le sujet : 👮 LA MEILLEURE DES POLICES 👮 “La meilleure des polices ne porte pas l’uniforme” – La Rumeur Alors que les forces de l’ordre et leurs actions sont finalement sous le feu médiatique, il semble nécessaire de rappeler l’évidence : ce n’est pas l’action de la police qui devient subitement plus catastrophique, mais l’ordre catastrophique du monde qui a de plus en plus recours à la police. Une part grandissante de la population mondiale sent instinctivement où mène la (...) #Les_Articles

    / Révolution , #Violences_policières

    #Révolution_

  • #Jeanne_Sarson et #Linda_MacDonald : Qu’est-ce qu’une analyse féministe et pourquoi nous en faut-il une dans l’enquête sur la fusillade de masse commise en Nouvelle-Écosse en avril ?
    https://tradfem.wordpress.com/2020/08/03/quest-ce-quune-analyse-feministe-et-pourquoi-nous-en-faut-il-une-


    Nous faisons les divulgations suivantes avant de répondre aux deux questions posées dans le titre.

    Nos écrits éthiques, professionnels et personnels sur les racines misogynes de la violence masculine envers les femmes et les filles sont influencés, avant tout, par nos enfances différentes mais similaires, où nous sommes nées de pères très violents qui battaient nos mères.

    Lorsque nous étions enfants, la violence conjugale n’était pas un crime en soi. Il était rare que les spectateurs se préoccupent de ces « affaires familiales » ou tentent d’intervenir dans ce domaine. De tels rejets sociaux étaient douloureux. Aujourd’hui, des décennies plus tard, bien que des lois aient été adoptées, le négationnisme des attitudes misogynes qui contribue à cette violence demeure et, comme on peut le constater, a contribué aux féminicides et homicides de masse commis en avril 2020 en Nouvelle-Écosse.

    Notre deuxième révélation est que moi, Jeanne, j’ai vécu le meurtre soudain de ma mère. Un chauffeur ivre l’a tuée sur le coup. Mes fils jumeaux n’avaient que quatre ans. Ils n’ont jamais eu l’occasion de vivre une relation avec elle comme grand-mère aimante. On m’a dit que le chauffeur ivre avait plusieurs fois été reconnu coupable de conduite en état d’ivresse et le lendemain, il est apparu dans une pub en portant un T-shirt où l’on pouvait lire : « Je suis un tueur ». C’était avant que MADD Canada ne devienne « un réseau national de victimes/survivants et de citoyens concernés qui travaillent pour mettre fin à la conduite en état d’ivresse et pour soutenir les victimes/survivantes de ce crime violent ». Lorsque ma mère a été tuée, la conduite en état d’ivresse était simplement considérée comme « macho » ou « comme un « comportement typique des jeunes hommes ».

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://nsadvocate.org/2020/08/03/what-is-a-feminist-analysis-and-why-do-we-need-one-as-part-of-the-nova-scotia-mass-shooting-inquiry/?unapproved=82991&moderation-hash=8828e98f5a59f274a48c5ff1b9defc2f#comme
    #misogynie #violences_masculines #analyse_féministe #féminicide

  • Harcèlement : un des vice-présidents d’Ubisoft quitte l’entreprise « avec effet immédiat »
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2020/08/03/harcelement-un-des-vice-presidents-mis-a-pied-quitte-ubisoft-avec-effet-imme

    Tommy François était considéré comme l’un des plus proches collaborateurs de Serge Hascoët, ex-numéro deux du géant français du jeu vidéo et lui-même remercié mi-juillet. Le vice-président en charge du service éditorial d’Ubisoft, Tommy François, cité dans plusieurs témoignages parus ces dernières semaines dans la presse comme responsable de manière répétée de comportements et de propos déplacés à l’égard d’employées de l’entreprise, a quitté l’entreprise. L’information a été transmise aux employés dans un mail (...)

    #Ubisoft #sexisme #violence #discrimination #femmes #harcèlement #viol

  • Mécanismes de #survie et trauma bonding dans la #prostitution – Révolution Féministe
    https://revolutionfeministe.wordpress.com/2020/08/03/mecanismes-de-survie-et-trauma-bonding-dans-la-prosti

    « La réalité est que les féministes radicales sont les seules qui soient du bon côté de l’histoire, qui voient la totalité du problème et les raisons pour lesquelles la prostitution existe. Les féministes socialistes ont mon respect, mais elles ne voient pas la totalité du problème. La prostitution n’existe pas comme simple conséquence du fait des discriminations économiques que subissent les femmes. La pauvreté est un facteur qui contribue à la prostitution—mais ce n’en est pas la raison. Les facteurs qui contribuent à la prostitution ne sont pas des causes. La prostitution existe pour une seule raison et cette raison est la demande masculine. La plus extrême pauvreté ne pourrait pas créer la prostitution si la demande masculine n’existait pas (Rachel Moran).

    Quand nous discutons de ce problème, nous ignorons le fait que même des femmes blanches qui ont étudié dans des universités peuvent vivre dans la pauvreté. Elles aussi peuvent venir de familles dysfonctionnelles, elles aussi peuvent avoir été victimes de #violences sexuelles, physiques ou émotionnelles—et peuvent rejouer ce trauma dans la prostitution. Comme Rachel Moran le souligne, voir la prostitution d’un point de vue purement économique nous fait passer à côté de l’essentiel.

    « Andrea Dworkin a dit un jour que l’#inceste est le camp d’entraînement pour la prostitution. Au plus profond de moi, je sais que c’est vrai. Faire ma première passe n’était pas différent d’être violée par mon beau-père. » (Jacqueline Lynne).

    #patriarcat #famille

  • Val-d’Oise : le client d’une laverie passé à tabac après avoir demandé le port du #masque
    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/val-d-oise-le-client-d-une-laverie-passe-a-tabac-apres-avoir-demande-le-por


    Finalement, on change de prétexte, mais le fond reste le même  : #domination par la #violence.

    L’#agression a eu lieu dimanche vers 16h45 dans une laverie automatique située dans un quartier populaire de cette ville, selon la plainte pour « violence aggravée » consultée par l’AFP. « J’étais en train de plier mes vêtements pour les mettre dans un sac. J’ai demandé au monsieur de porter le masque. C’est écrit que c’est obligatoire et c’est la loi », a expliqué à l’AFP la victime, un homme de 44 ans, qui était accompagné de ses deux enfants de cinq et sept ans. « Il m’a dit ’’je fais ce que je veux’’ », a-t-il poursuivi, précisant avoir réitéré cette demande vu la configuration des lieux.

  • We’re Publishing Thousands of Police Discipline Records That New York Kept Secret for Decades
    https://www.propublica.org/article/nypd-civilian-complaint-review-board-editors-note

    ProPublica obtained these police records from New York City’s Civilian Complaint Review Board. NYPD unions are suing to halt the city from making the data public. Until last month, New York state prohibited the release of police officers’ disciplinary records. Civilians’ complaints of abuse by officers were a secret. So were investigators’ conclusions. The public couldn’t even know if an officer was punished. The New York City police officer whose use of a prohibited chokehold led to the death (...)

    #NYPD #police #violence #racisme #ACLU

  • #Louise_Hunt : « Elle ne peut pas dire non » : les hommes ougandais qui exigent d’être allaités
    https://tradfem.wordpress.com/2020/08/03/elle-ne-peut-pas-dire-non-des-hommes-ougandais-exigent-detre-alla

    Le mari de Jane* aime le lait maternel. « Il dit qu’il en aime le goût et que cela l’aide sur le plan de la santé. Il se sent bien après », dit cette Ougandaise de 20 ans, qui a un bébé de 6 mois.
    Jane dit que son mari a commencé à lui demander son lait le soir où elle est rentrée de l’hôpital après avoir accouché. « Il a dit que c’était pour m’aider à faire couler le lait. J’avais l’impression que c’était normal. »
    Il n’est pas rare que les hommes boivent le lait de leur partenaire dans certaines régions de l’Ouganda, et dans certaines parties de la Tanzanie et du Kenya. On lie aujourd’hui cette exigence à la violence sexiste et aux comportements coercitifs et l’on s’inquiète de l’impact sur la nutrition des bébés. Cette pratique était peu connue jusqu’à ce que la ministre ougandaise de la santé, Sarah Opendi, brise le silence au Parlement en 2018 et mette en garde contre « une culture croissante d’hommes exigeant de téter, ce qui devenait un problème pour certaines mères allaitantes et leurs bébés ».
    Les raisons de ce phénomène et ses conséquences font aujourd’hui l’objet de ce que l’on croit être la première étude préliminaire à ce sujet, réalisée par l’université Kyambogo de Kampala et l’université britannique du Kent, avec le soutien du Global Challenges Research Fund.

    Traduction : #Tradfem
    Version originale : https://www.theguardian.com/global-development/2020/jan/28/she-cant-say-no-the-men-who-take-breast-milk-from-babies
    #Ouganda #exploitation_des_femmes #malnutrition #violence_sexiste

  • ’She can’t say no’: the Ugandan men demanding to be #breastfed | Global development | The Guardian
    https://www.theguardian.com/global-development/2020/jan/28/she-cant-say-no-the-men-who-take-breast-milk-from-babies

    Women did not seem to have much choice in the matter. “It appears to be a hugely coerced behaviour from the people we spoke to,” added Merritt.

    When asked what might happen if she said no, one woman replied: “I fear that my husband might go elsewhere if I wouldn’t let it happen.”

    Thomas admitted that resistance could result in the women being beaten. “She can’t say no because you become obsessed, it’s hard to stop. If women say no it can cause violence, it’s a big issue,” he said.

    The behaviour has been linked to gender-based #violence in the Karamoja region in north-east Uganda. “The principal nutritionist has claimed that it is a common practice there in the form of violence, that when the men get drunk some went for the breasts forcefully,” said Rukundo.

    Health professionals, including midwives and nutritionists, told researchers about cases where babies had to be given formula milk because partners wanted the breast milk, and where women came to clinic with infected or bitten nipples caused by a man suckling. There are also risks to babies of cross-infection from the man’s saliva.

  • #Violences sexuelles faites aux #enfants : « Les commissions permettent de détourner le regard », déplore l’avocate de l’association Innocence en danger
    https://www.francetvinfo.fr/politique/jean-castex/gouvernement-de-jean-castex/violences-sexuelles-faites-aux-enfants-les-commissions-permettent-de-de

    Me Marie Grimaud a regretté que « sur le terrain, les enfants vivent toujours la même difficulté ». Elle a expliqué que « les violences sexuelles faites aux enfants ne sont pas un tabou en tant que tel, aujourd’hui il ne s’agit pas d’en parler davantage, mais d’en parler auprès des bons professionnels ». « La justice, les médecins, la police se retrouvent en difficulté non pas dans l’appréhension de cette thématique des violences sexuelles, mais sur comment on la traite, comment on mène une enquête, comment on prend la parole d’un enfant, comment on signale », a-t-elle indiqué.

    Pour l’avocate, « le problème, c’est que tous ces professionnels existent mais n’ont pas été formés »."

  • Le « complot » féministe, par Gisèle Halimi (Le Monde diplomatique, août 2003)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2003/08/HALIMI/10360

    Avocate opiniâtre, militante anticoloniale, féministe intransigeante, Gisèle Halimi est décédée ce mardi à Paris. Engagée contre toutes les injustices et les dominations, elle restera dans l’histoire comme une femme libre et courageuse, une des pionnières du féminisme, ne pliant devant aucune autorité. En 2003, elle prenait la plume dans nos colonnes pour la dernière fois afin de défendre la première Enquête sur les violences envers les femmes (Enveff) attaquée de toute part (de Élisabeth Badinter à Alain Minc)… C’était bien avant que l’un de ses trois fils, Serge Halimi, ne devienne directeur du Monde diplomatique.

    #rétrospective #féminisme #patriarcat #violences_faites_aux_femmes

  • Global Lessons in Police Reform
    By Laurence Ralph, July 30, 2020
    https://www.foreignaffairs.com/articles/united-states/2020-07-30/police-reform-global-lessons

    (...) GLOBAL POLICING NORMS

    The analysis by Mapping Police Violence also contained another revealing finding: the group compared the victim data it had compiled against published crime rates and found no correlation between levels of violent crime in American cities and the likelihood of police killings. This presents a stark contrast with the rest of the world, where correlations generally exist between crime, social instability, and police killings. The United States is a wealthy, stable outlier in the list of countries with the highest rates of police killings. In 2019, the rate at which people were killed by the police in the United States (46.6 such killings per ten million residents) put it right between the Democratic Republic of the Congo (47.8 per ten million) and Iraq (45.1 per ten million), both of which are just emerging from years of conflict. Countries with levels of police brutality comparable to that in the United States are generally far more violent places to live and include ones, such as Egypt and Iran, that are often described by human rights campaigners as “police states.” (...)

    https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_killings_by_law_enforcement_officers_by_country
    #violences_policières USA

  • Un policier condamné pour violence contre un mineur malien qui se réfugiait en France

    Deux agents de la #police_aux_frontières ont été condamnés à Gap, jeudi, pour « #violence » et « #soustraction_de_fonds ». « Dans un contexte de déni des violences policières par le pouvoir politique […], cette décision est un signal de justice fort », réagit l’avocat du mineur victime.

    Deux agents de la police aux frontières (PAF) ont été condamnés, jeudi 30 juillet, par le tribunal correctionnel de Gap, à de la prison avec sursis pour des faits de « violence commis par une personne dépositaire de l’autorité publique » pour l’un, pour « usage de faux en écriture publique » et « soustraction de biens d’un dépôt public » pour l’autre.

    Les faits remontent à 2018, à une époque où ils étaient basés au poste de Montgenèvre (Hautes-Alpes), au niveau d’un col qu’empruntent de nombreux exilés pour franchir la frontière qui sépare l’Italie de la France. Le premier, un gardien de la paix, est condamné à deux ans de prison avec sursis, 1 000 euros d’amende, et une interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans, pour avoir frappé un mineur malien, Moussa*, qui venait juste d’être refoulé et se plaignait d’un vol d’argent à la PAF. Il devra également verser 900 euros de dommages et intérêts à l’adolescent.

    Le second, un ancien adjoint de sécurité, écope de 18 mois de prison avec sursis, 1 000 euros d’amende et une interdiction d’exercer toute fonction publique pendant cinq ans, pour avoir gardé l’argent d’une contravention après l’avoir annulée, sans explication claire.

    « Cette décision intervient dans un contexte de déni des violences policières par le pouvoir politique et rappelle que nul ne doit échapper à la loi, réagit l’avocat de Moussa*, Me Vincent Brengarth, auprès de Mediapart. Elle est un signal de justice fort à l’adresse des victimes. »

    Nous republions ci-dessous le compte-rendu du procès, qui s’est tenu il y a un mois.

    Gap (Hautes-Alpes).– L’audience était très attendue. Jeudi 2 juillet, deux agents de la police aux frontières (PAF) étaient renvoyés devant le tribunal correctionnel de Gap pour des délits commis au col de Montgenèvre, où des migrants tentent presque tous les jours de rallier Briançon : un gardien de la paix, âgé de 51 ans, était jugé pour des « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique » sur un adolescent malien passé en France à l’été 2018, Moussa* ; le second, un adjoint de sécurité dont le contrat n’a pas été renouvelé en 2020, était poursuivi pour « usage de faux » et « soustraction de biens d’un dépôt public », en l’occurrence 90 euros.

    Après cinq longues heures d’audience, le procureur de la République de Gap, Florent Crouhy, a requis à leur encontre respectivement deux ans et 18 mois de prison avec sursis, ainsi que l’interdiction d’exercer une fonction publique pendant cinq ans.

    Au départ, les soupçons d’abus commis à la PAF de Montgenèvre étaient bien plus larges. Depuis des années, non seulement des associations signalaient des récits de violences et de vols commis aux dépens de migrants, mais un réserviste de la PAF avait, lui aussi, tiré la sonnette d’alarme. En janvier 2019, enfin, un rapport du directeur départemental de la police aux frontières remis au procureur de Gap a pointé une série de dysfonctionnements liés à l’interpellation de migrants, dont l’argent disparaissait, ainsi qu’au contrôle d’automobilistes et au détournement de l’argent de contraventions. « À plusieurs reprises, peut-on y lire, des migrants auraient indiqué qu’il leur manquait de l’argent lors de notifications de refus d’entrée [en France – ndlr]. » Or, à chaque fois, « le gardien de la paix et l’adjoint de sécurité [jugés jeudi – ndlr] étaient présents lors des interpellations ou des notifications ».

    En janvier 2019, une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) était diligentée, qui s’est vite resserrée autour de l’histoire de Moussa, interpellé une nuit d’août 2018 lors d’une tentative de passage en France et renvoyé aussi sec en Italie, alors qu’il avait 15 ans, qu’il était isolé et que la France avait obligation de l’accueillir.

    Recroisant deux policiers sur sa route cette nuit-là, Moussa s’était plaint du vol de son argent à la PAF et avait eu le réflexe d’enregistrer la conversation. Diffusé à l’audience, cet échange de cinq minutes permet d’entendre des menaces, puis des bruits de coups : « T’accuses la police de vol, ce soir t’es en garde à vue et demain t’es dans un avion, hein ? […] Et c’est Tripoli-Paris ! » « T’arrêtes de nous traiter de voleurs parce que je t’en colle une, hein ? Moi je te dérouille ! » Ou encore : « Tu me traites encore une fois de voleur et je te jette là-dedans [un trou – ndlr]. T’as compris ? » Identifiés par l’IGPN, ce sont ces deux policiers qui étaient jugés jeudi.

    Avant que ne débute l’audience, Moussa échangeait encore avec Agnès Antoine, en terrasse d’un café, une militante des droits des étrangers, bénévole de l’association Tous migrants et de l’Anafé (Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers), qui a été l’une des premières à le rencontrer après sa traversée réussie en France.

    « Je l’ai accueilli chez moi après qu’il est passé par le refuge solidaire de Briançon », confie celle qui participe également aux maraudes organisées pour venir en aide aux exilés sur la frontière, avec des élus parfois, pour contrôler les pratiques de la PAF. Elle se souvient d’un jeune homme « traumatisé », se plaignant de douleurs au ventre et au bas du dos résultant des coups reçus. « Il était incapable de comprendre comment la police française pouvait faire une chose pareille. »

    Le jeune homme a quitté le Mali, son pays d’origine, fin 2017, dans l’espoir « d’une vie meilleure ». « J’ai mis sept mois à rejoindre l’Europe. Avec un ami majeur, on a tenté plusieurs fois de passer la frontière à Montgenèvre, jusqu’à cette fameuse nuit », confie Moussa, qui assure que cinq autres migrants les accompagnaient.

    À sa première « rencontre » avec les policiers de la PAF, il n’a pas voulu fuir. « Ils nous ont interpellés et ramenés au poste, où ils nous ont demandé nos papiers. J’ai donné un acte de naissance prouvant que j’étais né en 2002. » Mais la police n’en tient pas compte, évoque une date de naissance « incohérente », selon la notification de refus d’entrée signée par un brigadier à minuit ce 4 août. Lui et son ami sont ramenés à la frontière après avoir été fouillés et contrôlés. La loi est pourtant claire : un étranger mineur « ne peut faire l’objet d’une mesure d’expulsion ».

    Mais arrivés sur place, Moussa et le second migrant découvrent qu’il leur manque de l’argent. « J’avais 600 euros et mon ami 200 euros. L’argent avait disparu de nos portefeuilles alors qu’on l’avait avant d’arriver au poste. »Il décide de retourner à la PAF de Montgenèvre et tombe sur deux policiers, qu’il dit reconnaître, le gardien de la paix et de l’adjoint de sécurité. « J’ai enregistré pour avoir une preuve de tout ça, car je sentais que ce n’était pas clair. Cet argent, je l’avais économisé en travaillant dans les marchés en Italie, je le gardais pour pouvoir manger et dormir. » En plus des menaces verbales, le policier lui aurait asséné des coups de poing et de pied.

    Si Moussa ne tarde pas à raconter sa mauvaise rencontre avec les forces de l’ordre à Agnès et à lui faire écouter l’enregistrement, celle-ci ne lui conseille pas de porter plainte dans l’immédiat. « On se méfiait même de la justice… On craignait que la reconnaissance de sa minorité lui soit refusée s’il y avait une plainte. » Reconnu mineur et pris en charge par le conseil départemental, comme le veut la règle pour tous les mineurs étrangers non accompagnés (MNA dans le jargon), Moussa a finalement déposé plainte en mars 2019.

    Au tribunal, jeudi, il joue nerveusement avec ses doigts. À la barre, la présidente appelle le gardien de la paix, résume les faits, puis hausse le ton :

    « Il vous dit que son argent a disparu et vous me dites que vous entendiez ça très souvent dans le discours des migrants à cette époque. Vous auriez pu lui laisser le bénéfice du doute ! »

    – Ça n’arrivait pas qu’à Montgenèvre, rétorque le gardien de la paix en référence aux vols.

    – Vous vous enfoncez, Monsieur. […] Vous appelez ça discuter, vous ?

    – J’étais exaspéré, c’était très tendu avec le problème migratoire. […] J’ai eu des phrases malheureuses, ce n’était pas malin. »

    Concernant les coups, à l’écoute de l’enregistrement, le gardien de la paix affirme avoir repoussé le migrant vers un panneau métallique. Il reconnaît toutefois ne pas s’être senti menacé par les exilés à ce moment-là. « On entend clairement plusieurs coups », contredit la juge, qui cherche à savoir « dans quel cadre procédural » se situe alors l’agent. « Logiquement, vous auriez dû les ramener à nouveau au poste pour suivre la procédure. De quel droit estimez-vous que c’est inutile ? D’aucun ! Vous êtes un exécutant, c’est illégal de prendre ce genre d’initiatives. »

    Selon Me Vincent Brengarth, conseil de Moussa, cette affaire démontre « le caractère indispensable des vidéos pour qu’il y ait justice ». « La question des violences policières sur les migrants est exploitée de façon assez secondaire, alors qu’elle a un caractère tout aussi systémique, plaide l’avocat. Elles sont exercées à l’encontre de personnes vulnérabilisées et ce ne sont pas des cas isolés. » Me Brengarth rappelle le rapport du Défenseur des droits ou celui de la CNCDH (Commission nationale consultative des droits de l’homme), avant de dénoncer un « tandem » spécialisé dans la répétition de ces comportements.

    Devant le tribunal, l’ex-adjoint de sécurité n’est toutefois poursuivi que pour des faits sans rapport avec les exilés, simplement pour avoir gardé l’argent d’une contravention après l’avoir annulée, sans explication claire. « Vous dites d’abord avoir rempli la quittance sans prendre l’argent, puis vous évoquez une erreur de remplissage, insiste la juge. Vous avez paniqué ? Vous êtes un élève de maternelle ou un professionnel de la police ? » « Vous faites vraiment n’importe quoi dans cette brigade ! Plus on ment, plus on s’enfonce », assène-t-elle, sans être convaincue.

    Pour l’avocat du prévenu, le dossier aura eu « le mérite » de révéler les défaillances du commandement de la brigade et de la PAF au moment des faits. « Il ne faut pas que le ministère public et la partie civile fassent l’amalgame entre les violences dont est accusé le gardien de la paix et les autres faits qui concernent mon client. »

    « Tout ce qui compte pour moi, c’est qu’on me rende mon argent et que ça ne se reproduise plus avec d’autres », insiste Moussa, fier aujourd’hui de voir que sa situation se débloque en France. Cette année, il s’est inscrit dans un centre de formation et d’apprentissage (CFA) en Auvergne-Rhône-Alpes. Il passe en deuxième année et s’apprête à fêter ses 18 ans.

    « Il est apprenti cuisinier dans un restaurant et ça se passe très bien, précise le travailleur social qui l’accompagne depuis janvier 2019 pour l’association PlurielS. Il a son récépissé et devrait obtenir son titre de séjour travailleur temporaire dès septembre prochain. »

    Dans un rapport intitulé Persona non grata et publié en février 2019, l’Anafé dénonçait les pressions, violences policières et vols dont faisaient l’objet des personnes exilées. « On est rassurés que la justice se soit saisie de cette situation aujourd’hui car la question est d’autant plus grave quand les violences sont commises par les forces de l’ordre », note Laure Palun, directrice de l’association, qui relève que l’interdiction d’exercer peut avoir un effet dissuasif, en plus de la prison avec sursis. « S’ils sont condamnés, j’espère que cela empêchera d’autres policiers d’avoir des comportements similaires, que ce soit à Montgenèvre, Menton, ou toute autre frontière ou zone d’attente française. » Réponse le 30 juillet.

    https://soundcloud.com/mediapartpodcast/policier-de-la-paf-taccuses-la-police-de-vol-demain-tes-dans-un-avion-paris-tripoli/s-ZLMnohIShj6

    https://www.mediapart.fr/journal/france/300720/un-policier-condamne-pour-violence-contre-un-mineur-malien-qui-se-refugiai

    #France #condamnation #justice #police #violences_policières #PAF #frontières #migrations #Alpes #asile #réfugiés #Montgenèvre #frontière_sud-alpine #montagne #Italie

    #cartographie #carte #visualisation

  • « "Bougnoule, négro." Si je ne dénonce pas mes collègues policiers, je suis complice. »
    https://www.youtube.com/watch?v=5SjFeIZv54k&t

    C’est un témoignage exceptionnel que livre le brigadier-chef Amar Benmohamed à la caméra de StreetPress. Insultes racistes, privation de nourriture, de soins, il révèle, documents à l’appui, des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris.

    #police #racisme #violence #discrimination

  • From Portland to the World : A Call for Solidarity with the Struggle against the Federal Occupation
    https://itsgoingdown.org/from-portland-to-the-world-a-call-for-solidarity-with-the-struggle-aga

    Call for and list of upcoming solidarity demonstrations with people in the streets of Portland. Since the end of May, demonstrators opposing police violence and white supremacy have thronged the streets of Portland, Oregon, clashing with law enforcement officers. Last week, aspiring autocrat Donald Trump escalated the situation by announcing that he would be sending federal agents around the country to assert his authority through acts of violence against protesters. The past few days have (...)

    #activisme #violence #BlackLivesMatter #lutte

  • L’armée privée de Trump est bien plus effrayante que vous ne le pensez
    http://www.slate.fr/story/193281/portland-armee-privee-trump-etats-unis-police-federale-manifestations-arrestat

    Deux mois après la mort de George Floyd, des manifestations ont toujours lieu dans les rues de Portland. Pour y « rétablir l’ordre », le président américain a déployé sa milice d’agents fédéraux. Nul besoin d’être juriste pour comprendre que ce qui se passe à Portland, dans l’Oregon, relève de l’abus de pouvoir caractérisé. Lorsque des forces fédérales, sans identification et avec des uniformes militaires, attrapent des gens dans la rue pour les faire monter dans des fourgons banalisés, quelque chose ne tourne (...)

    #racisme #militaire #police #ICE #DHS #CBP #activisme #violence #BlackLivesMatter (...)

    ##surveillance

  • Richard A. Gardner — Wikipédia
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_A._Gardner

    Gardner met en avant deux évolutions dans la société américaine au tournant des années 1980 : le fait qu’en cas de divorce, la garde des enfants n’est plus systématiquement confiée à la mère, et l’apparition d’un nombre croissant de révélations ou accusations d’abus sexuels sur enfants, y compris dans des cas de divorce. Il fait l’hypothèse dans un premier article paru en 1985, puis dans son ouvrage The Parental Alienation Syndrome and the differentiation between fabricated and genuine child sex abuse (1987) que les accusations d’abus sexuels dans le cadre de divorce seraient le plus souvent inventées, et dues à un mécanisme d’autodéfense des mères pour pouvoir conserver la garde de leurs enfants. Il est aussi confronté dans sa pratique professionnelle à un nombre de cas croissants d’enfants exprimant un fort rejet, allant jusqu’à la haine, du parent auquel la garde n’est pas attribuée. Il introduit alors l’idée d’un syndrome d’aliénation parentale (abrégé en SAP). Ce #SAP est décrit comme un trouble de l’enfant qui, de manière continue, rabaisse et insulte un parent sans justification. Selon Gardner, ce syndrome apparaîtrait en raison d’une combinaison de facteurs, comprenant l’endoctrinement (« lavage de cerveau » et endoctrinement inconscient) par l’autre parent, les propres tentatives de l’enfant de dénigrer le parent ciblé et des facteurs environnementaux. En parallèle, il propose dans le même ouvrage un outil pour permettre de déterminer si les abus sexuels avancés sont avérés ou inventés, outil qu’il appelle Sexual Abuse Legitimacy Scale (SALS), ce qu’on peut traduire en français par « Échelle de légitimité des abus sexuels ». Cette échelle s’appuie sur 84 critères, relatifs à l’enfant, au père et à la mère, classés selon 3 niveaux d’importance et aboutissant à un score additionnel final6. Certains facteurs relatifs à la mère font partie intégrante de sa définition du syndrome d’aliénation parentale.

    #SAP

    • Les travaux de Gardner sont imprégnés par ses croyances. En 1992, il expose dans True and false accusations of child sex abuse l’idée que les déviances sexuelles (dont pédophilie, sadisme, viol, nécrophilie, zoophilie et coprophilie) sont des facteurs qui contribuent à la survie de l’espèce humaine, en ce qu’« elles améliorent le niveau général d’excitation sexuelle dans la société »4.

      En ce qui concerne les femmes, il suggère que celles-ci, en raison de leur physiologie et de leur conditionnement, sont des victimes susceptibles d’apprécier les violences subies lors de viols, car ce serait le prix à payer pour être gratifiées en retour d’un apport de sperme.

    • Dans le même ouvrage, True and false accusations of child sex, Gardner écrit que « la pédophilie a été considérée comme étant la norme par la vaste majorité des individus dans l’histoire du monde10 » et qu’il s’agit là « d’une pratique largement répandue et acceptée parmi littéralement des milliards de personne10. » Selon lui - et contrairement à toute la littérature scientifique disponible à ce sujet - les abus sexuels n’auraient pas forcément des conséquences traumatisantes pour les enfants concernés, les effets dépendraient des attitudes sociales vis-à-vis de la pédophilie11. Il s’est déclaré favorable à ce que la découverte d’un abus sexuel ne soit pas automatiquement dénoncée aux autorités et a milité pour que des fonds fédéraux soient attribués pour assister ceux qui sont accusés à tort d’abus sexuel11. La position de Gardner relative à la pédophilie s’inscrit dans sa théorie personnelle sur la sexualité, d’après laquelle la violence sexuelle masculine dans son ensemble serait « bénéfique du point de vue reproductif » pour l’humanité dans une perspective évolutionniste

    • En 1996, le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry, la revue de l’American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (en), a alerté les professionnels de la santé sur le contenu de l’ouvrage de Richard A. Gardner intitulé Protocols for the Sex-Abuse Evaluation. Cette revue scientifique souligne notamment le fait que l’ouvrage est une recette de prêt-à-penser pour conclure que les allégations d’abus sexuels sont fausses, sous prétexte d’objectivité scientifique.