Recriweb

« Mettre le vieux monde en pleine lumière, travailler positivement à la formation du nouveau » [Marx] ... et « expliquer patiemment » [Lénine]

  • Forsker om denne grafikken : – Ikke snakk om at ting roer seg nå – NRK Nordland – Lokale nyheter, TV og radio

    https://www.nrk.no/nordland/forsker-om-denne-grafikken_-_-ikke-snakk-om-at-ting-roer-seg-na-1.14863473

    Le graphique qui synthétise l’évolution du #climat effraye les scientifiques.

    Ce graphique a son propre site web : https://showyourstripes.info

    Pour la Norvège, ça ressemble à ceci :

    Et pour la France :

    Fjoråret ble det nest varmeste året forskerne har målt.

    Det viser oppsummeringen til blant annet NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration, en vitenskapelig etat i USA).

  • Lyon : un lycéen de 15 ans touché au visage par un tir de LBD et transporté à l’hôpital
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/lyon-lyceen-15-touche-joue-tir-lbd-transporte-hopital-1

    Selon les témoignages que nous avons recueillis, une quarantaine de lycéens bloquaient le lycée Ampère-Saxe ce matin vers 07H00. Au moment de l’intervention des policiers vers 8H15, c’est en tout une soixantaine d’élèves selon les manifestants, une centaine selon la police, dont certains non-bloqueurs, qui ont été évacués.

    Une intervention policière sans sommation

    L’intervention policière de ce matin s’est faite sans sommation, surprenant les lycéens. D’après la préfecture qui confirme cette information, l’abcsence de sommation est justifiée par le fait que les policiers étaient visés par des tirs de projectiles, lancés par un manifestant en particulier. Les forces de police ont donc chargé, les lycéens se sont alors rabattus sur les trottoirs en face du lycée. Selon les témoignages des lycéens, des gifles et des coups ont été donnés, des tirs de gaz lacrymogène et un tir de LBD effectués.

    La police prétend que ce jeune homme n’était pas visé, mais si la police vise aussi mal, il est urgent de leur interdire la possession de toutes les armes de tir. Leurs matraques se sont aussi manifestement égarés sur les visages et les corps de ces mineurs. L’IGPN va surement se saisir de cette affaire avec le même soucis de précision borgne.

    –—
    c’est en tout une soixantaine d’élèves selon les manifestants, une centaine selon la police,
    Après la borgnerie, on peu voire que la dyscalculie fait aussi parti des critères de recrutement de la police.

  • récolte du festival d’Angoulême 2016

    1) Comme chaque année, je passe prendre la dernière production du frère Thierry de Bethune ; pas grand-chose cette année - un simple jeu perpétuel sur une carte postale, entre le recto et le verso - en attendant avec impatience le grand oeuvre de l’année prochaine dont notre bénédictin de génie, moins congelé que l’année dernière (on lui a fait une place à St Martial, nettement moins jolie mais mieux chauffée que la cathédrale), m’a montré le prototype : un plateau de jeu narratif, avec des dés verbeckiens proposant une double lecture des figures dessinées. (vhttp://www.du9.org/chronique/frere-thierry-de-bethune-oeuvres-completes)

    2) et 2b) Ami de Musturi auquel par bien des aspects il renvoie (violence des masses de couleurs arbitraires, confuses, destructrices d’espaces, obscénité des corps traités commes des poches ventrues en voie de crevaison), Benjamin Bergman présente dans cette série de livrets - ici « Trolls » III et IV - publiés par Kutikuti des récits de genre (des histoires de trolls, donc) terriblement malades, « hideusement beaux », qui hantent l’esprit dès qu’on les as refermés, comme une valse de phosphènes entêtants derrière des paupières. La raison chancèle à suivre ces histoires dont le déroulement est un paradoxe, visiblement linéaire et pourtant incompréhensible, aux objets fuyants, aux enjeux insaisissables. Il me faut vite les deux premiers volumes ! https://kutikutisf.wordpress.com/category/news

    3), 3b) et 3c) Un festival spécial Léo Quiévreux :
    – un beau livre sérigraphié du Dernier Cri , « Cocaïne 14 », dont les pliages savants en panoramas imbriqués donnent l’impression d’une lecture infinie nichée dans les plis d’un carnaval d’hybridations. Une retenue bienvenue des gammes chromatiques ( une bichromie rose et bleue et une trichro plus froide) et un très riche éventail graphique étendu entre le mécanique des trames et les filets nerveux de la plume.
    – « Anyone 40 », chez Arbitraire ; sous une couverture sérigraphiée, un grand cahier bleu layette saturé de cut-ups, de samplings, tissu troué, déchiqueté, rapiécé d’histoires cousues ensemble par un frankenstein scopique particulièrement dégénéré. Tout argument narratif n’est convoqué que pour être illico refoutu à la porte.
    – Et enfin, le gros « Programme immersion » très impressionnant sorti chez Matière, dont je ne vous dis rien de plus que ceci : lisez Leo en parler dans le septième numéro de Pré Carré ! Amen. http://precarre.rezo.net/?p=1699
    http://www.lederniercri.org
    http://www.arbitraire.fr
    http://www.matiere.org

    4) et 4b) Jeff Goarnisson , « le flip de Paris », publié par Ab Irato , la maison d’édition de Barthelemy Schwarz et Eve Mairot qui produisent depuis le début des années 90 toutes sortes d’objets éditoriaux qui s’indéfinissent en diaprant les nuances supposées tranchées des espaces poétiques et politiques (dont la très chouette revue « L’échaudée »). Ce « Flip de Paris » est une de ces zones de transit éditorial sur fond d’autobiographie. Les questions que s’y pose l’auteur me sont complètement étrangères (un rapport historicisé à la modernité et à l’art et la constitution de soi devant leurs figures principales), mais le mode narratif et les procédés plastiques qui le composent établissent un lien charnel évident avec les références qui en sont le fond (surréalisme, lettrisme, situationnisme).

    « L’échaudée » (4b) mérite le détour ; cette revue accomplit sans collure apparente cette hybridation nécessaire entre les champs du politique et du poétique en les tenant pour un seul et même problème, celui de l’utopie en marche, comme ils furent autrefois unis dans l’extraordinaire magazine « Le fou parle ». Une réponse à l’écueil des revues militantes et de leur manque d’imagination. N’attendez pas de la trouver dans un kiosque, la revue est hélas trop discrète, commandez-la sur le site : https://abiratoeditions.wordpress.com/category/lechaudee-revue

    5) Dernière publication de la riche collection Ion que Benoit Préteseille a ouvert au dessin depuis six ans, ce « Renaissance » de Claude Cadi désarticule, dans une bichromie bleue et dorée comme un maphorion, quelques tableaux flamands et italiens emblématiques des XVe et XVIe, allant de fragments de la bataille de San Romano à la Babel de Brueghel en passant par Fra Angelico ou Bosch. Je ne sais pas encore ce que j’en pense, je réserve mon avis pour une prochaine fois, mais disons au moins que ça me laisse perplexe, ce qui n’est pas tout-à fait rien.
    http://ionedition.net

    6) « Flugblatt #1 » La bande dessinée n’a été inventée un jour par Töpffer que pour venir s’échouer un jour chez Bertoyas et s’y autodétruire en beauté ; presque tous les livres sont inutiles à côté de ceux-là.
    Dans ce dernier opus Kobé (ses propres comics autopubliés), Bertoyas revient aux déréglements graphiques violents de ses premiers récits, après une série de livres plus homogènes plastiquement, et plus linéaires (« Nicy », « Parzan », « Norak ») ; ici, les fuites graphiques, bavochures, patouillages dégueulasses, caviardages de tout poil ont repris leurs droits pour accompagner un récit bousculé qui s’offre le plaisir des digressions à la Sterne dans un espace pourtant extrèmement court. On oublie souvent, par paresse, par désir de ranger son travail dans les cordes rock’n’roll de cette connerie d’underground, de souligner combien le travail de Bertoyas est soutenu par des enjeux politiques et esthétiques puissants. Ce dernier Bertoyas est un doux rappel.
    http://kobeblog-bertoyas.blogspot.fr

    7) Clément Vuiller , « Canicule » : qui ne s’agace pas du chichi des livres et de la course aux effets de luxe, de pliages savants, de matériaux divers, purement décoratifs et tape à l’oeil ? Le livre de Clément Vuiller, modestement, arrache le pliage en accordéon à ses effets de mode pour en faire le mouvement le plus hypnotique et multiplement signifiant qui puisse accompagner un incendie dont la croissance et la dévoration sont tout le récit de ce livre.
    http://www.3foisparjour.com

    8) Dernier volume de l’énorme revue annuelle de Hoochie Coochie avec, comme toujours, plein de très belles choses à son menu, et bien peu de déchets. « Turkey Comix » reste la plus chouette revue française de bandes dessinées (je n’ai pas encore pu lire le dernier numéro de « Nicole », dont le premier volume m’avait vraiment beaucoup plu l’année dernière, et qui pourrait être la seule concurrente sérieuse - et donc stimulante - à T.C.) Un envoutant petit Vanoli sur St Jérôme, une très jolie fable cruelle de Yoann Constantin , un brouillard absorbant de Thomas Gosselin , une brillante série de pages de Mazen Kerbaj , et parmi les petits nouveaux qui apparaissent régulièrement dans Turkey magazine , des pages étourdissantes de Largier , un récit de Loïc Gaume entre cartographie et plan, des planches arides, tranchantes, de Noémie Lothe . Je finirai en soulignant les pages de Odo Barrio et Barbara Meuli dont je découvre le travail et celles (enfin imprimées ailleurs que dans sa cave) de Lucas Taïeb .

    9) Idir Davaine , « Cavale » : quand on voit les efforts développés par certains pour produire des formes de narration qui se vendent pour minimalistes quand elles ne sont que paresseuses ou pauvres, on est émerveillé par la capacité de ce petit livre à atteindre aux fondamentaux du récit en affirmant, pourtant, s’y soustraire : Idir Davaine dit que, depuis quelques temps, il ne fait que des peintures et plus des bandes dessinées. Pourtant ce ne sont pas les murs qu’il choisit pour elle, des formats hétérogènes, des espaces distendus, mais un livre, qui les rassemble dans une échelle commune pour le regard, les lie linéairement par la collure des pages. Et apparait le récit, richement, visiblement, sans aucun doute.
    http://www.3foisparjour.com

    10) Copieuse, belle, toujours suprenante, en couleurs, c’est encore un magnifique numéro de « Mekanik Copulaire », la revue incroyable de Bill Noir, qui n’en finit pas de démontrer par les rencontres qu’il nous offre que le collage est tout sauf une discipline du passé.
    http://www.mekanikcopulaire.tumblr.com

    11) Pionir : épaisse revue croate anglophone visiblement destinée à présenter les auteurs de ce collectif (mais est-ce vraiment un collectif ?) ; j’en retiens pour l’instant surtout le travail de Bernharda Xilko ( http://www.krekhaus.com ), faute de pouvoir m’enquiller autant de pages en anglais et d’en avoir compris clairement la nature et les enjeux.

    12) Si « Quoi de plus normal qu’infliger la vie ? », de Oriane Lassus , traite d’un sujet d’une banalité épuisante - le désir d’enfant - c’est en revanche d’un point de vue libérateur et rare qu’il l’aborde, taillant une route transversale dans le paysage obsessionnel qui crispe une société entière sur le sacre de l’enfant et la procréation. L’enfantement comme horizon de toute vie accomplie et le pédophile comme croquemitaine occupant tout l’espace de la hantise sociale, sont les deux facettes d’une même idée fixe infantile généralisée. Se soustraire au petit cirque généalogique coûte cher, tous ceux qui ne veulent pas d’enfant en connaissent le prix ; il n’y a pas un péquenaud qui ne se sente légitime de donner une leçon de morale et de vie à qui ne veut pas, comme lui, sanctifier le jeu grotesque de papamaman. Oriane Lassus parvient à écrire un livre déclaratif, positionné, sans produire un système surplombant, sans bousiller le travail du récit et de sa diversité. Exercice périlleux que celui de dire quelque chose de précis sans étouffer la narration sous la ligne droite du discours énonciatif, auquel elle parvient à trouver pas à pas une voix intéressante, par une sorte de pointillisme des situations, des voix, agencées dans une belle polyphonie. Un excitant livre Arbitraire sous une jolie couverture de carton gris sérigraphiée.

    13), 13b) et 13c) Je ramène trois merveilles de Loïc Largier cette année, un travail de longue haleine que je défend partout où je le peux depuis la découverte de « Des combats » à la fin de 2012 (mis en ligne dans le Terrier à cette période ici http://www.le-terrier.net/largier/index.htm, et dont nous attendons avec impatience désormais la publication sur papier qu’il mérite par les jeunes éditions Adverse ).
    À partir d’un processus très rudimentaire de citations morcelées, en couches, en juxtapositions, imbrications, Largier compose pas à pas, en se renouvelant continuellement (ce qui n’est pas la moindre des surprises que réserve son travail) une sorte d’archéologie vivante de la bande dessinée, équivalent, dans notre discipline, des « Histoire(s) du cinéma » de Godard.
    Parmi ces trois livres de mes emplettes, une tentative étrange, très différentes des autres livres de L. Largier , un drame amoureux par le dessin, au cours duquel la question du changement formel est soumise à des déréglements minimaux (redessin quotidien, altération de la reproduction d’un même dessin, croissance graduelle d’un autre).
    https://www.flickr.com/photos/loiclargier
    http://www.revue1-25.com

    14) Mythique revue de la fine fleur des auteurs finlandais, « Kutikuti » a déjà atteint son 35ème numéro. Allelujah ! Je ne vous fais pas l’affront de vous la décrire, mais je peux vous évoquer le deuxième étrange journal distribué cette année par l’équipe de « Kutikuti » :

    14b) Avec des traductions en finnois et en anglais, ce grand format présente quelques planches du « Fabulas Panica » de Jodorowski qu’il dessinait dans les années 60 ( http://fabulaspanicas.blogspot.fr). Ses planches personnelles, pour le peu que je comprends des textes (posés sur la pages en espagnol, langue que je ne parle pas), sont sensiblement de la même farine que ses films, souffrant des mêmes défauts et présentant à peu près les mêmes qualités. Qu’il s’agisse des textes paniques coincés quelque part dans un post surréalisme juvénile embarrassant (« Les araignées sans mémoire »), des grands films (« El topo »), des films péniblement hystéros (« Santa Sangre ») ou des scénarios de bande dessinée, Jodorowski se tient toujours tendu dans un mouvement contradictoire : entre la nullité philosophique et les intuitions géniales, la bouillie syncrétique et les raccourcis conceptuels féconds, la bêtise expressionniste et les fulgurances poétiques, le travail de Jodorowski me navre plus souvent par ses clichés psychologisants, sa quincaillerie ésotérique, qu’il ne m’emporte par ses indéniables inventions, notamment dans le domaine de la SF. C’est souvent très con, parfois très beau, toujours fumeux et confus, mais les lecteurs de bandes dessinées, je crois, lui doivent tous quelques précieuses illuminations.

    15) « L’avis des bulles », revue de chroniques consacrée aux bandes dessinées et à destination des médiathèques. Cette année, des exemplaires ont été mis à la disposition des éditeurs sur les stands. Pas mal fichue du tout (difficile d’en dire plus, sa destination même exige d’elle une ouverture à laquelle je n’aspire évidemment pas pour mes propres lectures, mais les textes sont mieux étoffés que ceux de la plupart des revues critiques qu’on trouve en kiosque ou en ligne).
    http://avisdesbulles.com

    16) Un bon numéro de « Gorgonzola », la revue de l’Égouttoir , avec Léo Quiévreux, Baladi, Turunen, Mancini, une belle lecture du Week-End de Godard par Pascal Tessier et un dossier consacré à Malher. Ayant mis très longtemps à trouver sa forme, « Gorgonzola » devient depuis quelques numéros un fanzine qui se tient vraiment, autant par la régularité de certaines participations qui lui donnent sa couleur personnelle que par la volonté de s’ouvrir à des dossiers thématiques (Imagex, Poirier, Malher). Ça me fait mal au cul de dire du bien de ce casse-burnes de Maël, mais son insistance est porteuse et son fanzine réussi. On attend le 22 avec impatience.
    http://legouttoir.free.fr

    17) Il nous est toujours trop rarement donné de voir l’étendue et la richesse du travail plastique et narratif de Matti Hagelberg , encore trop peu connu et publié en France ; ce gros volume publié à l’Association (le sixième qu’il publie chez eux après ses publications françaises au Dernier cri ) rend la justice qui s’impose à cette merveilleuse machine de mélancolie ravageuse, la terrible machine Hagelberg, et à la diversité de ses modalités graphiques et compositionnelles. « Silvia Regina » est le genre de livre qui déjoue à chaque lecture l’impression qu’il vous avait laissée à la précédente et qui justifie pleinement l’abattage massif d’arbres centenaires, l’usage de colle toxique, de film plastique imputrescible et d’encre cancérigène pour encombrer votre bibliothèque du compagnon à vie de votre dépression.

    18) (et dessous, 18b) Deux petits fascicules de Antoine Marchalot dont l’humour branque déjoue complètement les frontières entre raffinement et lourdeur, entre poème et blague, et également entre bouffonnerie et tragédie. « La chambre 14025 » est assez exemplaire de son aptitude à foutre en l’air jusqu’a notre rapport au dessin, par un usage incongru des effets informatiques. Il conduit cette incongruité jusqu’à la beauté aussi certainement qu’il conduit le nonsense dans des franges inattendues du drame. Encore une publication Arbitraire , dont les lignes de force éditoriales ne cessent décidément de s’accentuer par leur exigence.

    19) C’est peu dire que d’évoquer la variété et la singularité des publications de Hécatombe ( http://hecatombe.ch/blog.php ) ; du récent collectif consacré au film « Undergronde » qui rassemblait positions et expériences personnelles en bandes dessinées jusqu’aux merveilleux livres uniques sérigraphiés à la racle de Thomas Perrodin, en passant par ce volume D du fanzine carré, consacré à la bande dessinée abstraite, le travail éditorial de Yannis la Macchia et de ses collaborateurs est une source de surprises et de joies. C’est à l’explosion des sillages de lectures à la surface d’une page que se livrent Thomas Perrodin , Ibn Al Rabin et Yannis la Macchia lui-même. Un très beau volume dont l’expérience de lecture enivre vite.
    http://unfanzine.com/un-fanzine-carre-numero-d

    20) et 20b) Le travail de Paul Creus , publié par les jeunes éditions Proche , est ma plus jolie découverte de ce festival. Il y a quelque chose de profondément déréglé et de beau aux mondes de ce « Trucs & Tricks » qui emprutent à la physique des particules leurs notions et leurs catégories, jusqu’au mode de dessin aigrelet des schémas : c’est à leur prétention à résoudre toute ambiguïté que Paul Creus doit, parce qu’il ne cesse de s’y soustraire dans des dégagements poétiques et burlesques, la force de son magnifique petit livre.
    Le second volume, consacré au caillou, confronte l’amateur de dessin au vertige métaphysique quotidien du dessinateur que hante la représentation de l’amorphe, de l’indécidable, de l’indéfini. Damisch nous avait donnée une théorie du nuage, P aul Creus nous offre une éthologie du caillou. Je regrette seulement le prix légèrement exagéré des publications Proche qui me prive du plaisir de vous parler du troisième livre de Paul Creus.
    https://www.facebook.com/editionsproche

    21) Scalp : voici la dernière production de Thierry Bourgallé ( Factotum ) qui propose, en regard du travail maniaque d’ingénierie éditoriale auquel il s’adonne expérimentalement pour « Prurit » (trois numéros à ce jour, graduellement de plus en plus invraisemblables), ce fanzine rudimentaire, petit A5 agrafé et photocopié. La seule coquetterie qu’il s’autorise est le travail de ronéo de la couverture, derrière laquelle s’enchaînent quatre récits, quatre feuilletons qui s’ouvrent ( Aurélien Leif, Noémie Lothe, C. de Trogoff, L.L. de Mars ). Prix libre, site en rade (http://www.terricole.fr), pas de distribution ni de salons, on peut dire que ce garçon est aimanté par la réussite sociale.

    22) Le festival est aussi l’occasion de découvrir deux de mes propres bouquins que je n’avais pas encore eus entre les mains : « Le secret », publié à la cinquième couche , qui aura comme à peu près tous mes livres connu de si longs déboires avant de devenir un objet de papier que je ne sais même plus quoi en penser, et le travail commencé en 2012 lors de la session Kibboutz filmée ici : https://vimeo.com/74977262

    , sur les planches de Jack Kirby (23).
    « Le secret » aborde d’une autre façon que « Docilités », plus carnavalesque, la vision politique qui se dessine entre mon affection historique pour le communisme familial et mon mépris sans nuance d’une de ses valeurs centrales, le travail. C’est une fable très littéralement hallucinogène, brodée autour d’une substance puissante sur les effets de laquelle repose une hypnose politique généralisée.
    http://www.5c.be
    Quand au « Jack Kirby walked through broken porticoes », il s’agit d’un exercice de métastase, dont chaque planche prend pour objet un des multiples aspects de l’étrange monde plastique de Kirby, ouvre ses vannes, y greffe des cellules monstrueuses, laisse libre court à la pousse d’excroissances erratiques, malades, sur le papier.
    http://adverse.livre-avenir.org/#jack-kirby-ll-de-mars

    23), 23b) 23c) et 23d) Naissance des éditions _ Adverse _ , qui publient ce « Jack Kirby walked through broken porticoes » . Alexandre Balcaen — dont les lecteurs des éditions Hoochie Coochie savent ce qu’elles lui doivent d’ouverture à des mondes insoupçonnés de la bande dessinée ( Danko, Bicéphale, Hagelberg, Muzotroimil, Bertoyas, Varlez etc.) — lance sa propre maison d’édition ; l’assurance de voir son entreprise marquer le même goût pour la singularité et les expériences limites est appuyée par la formulation très claire dans un « Manifeste » ( http://adverse.livre-avenir.org/#manifeste-des-editions-adverse ) de l’horizon éditorial visé ainsi que le désaveu d’une grande partie des pratiques actuelles de l’édition. Je ne connais encore de ce manifeste que sa première courte moûture, publié dans Pré Carré 5, mais j’aurai sûrement l’occasion de vous en recauser dès que j’aurai lu cette version nettement enrichie. Cette première salve de livres Adverse élargit l’horizon de lecture du travail de Guillaume Chailleux : à la série des petits gaufriers carrés de « Tricoter » (Pré Carré), ce « Fils » ajoute des compositions dépliées étonnantes, tryptiques de planches savantes qui exposent comme rarement toute la richesse qu’offre la bande dessinée par la croisée de lectures tabulaires et linéaires dans le même espace.

    24) Ma première leçon de norvégien. Déclinaison narrative suprenante du principe de l’imagier, « Omrokering » est fait de telle façon qu’il est à peu près compréhensible par n’importe quel lecteur du monde ; c’est le principe même d’association d’une forme, d’un objet, à un mot, qui produit un comique à la fois subtil et lumineux ouvrant à une douce mélancolie domestique. L’univers graphique est homogène à ce jeu pédagogique et emprunte aux perspectives cavalières et aux plans de montages son univers de formes simples articulées.
    http://www.jippicomics.com

    25) Le O de « Obi » fait le trou noir de ce livre, publié à la cinquième couche , dans lequel s’engouffrent toutes les tentatives de parler : Sophie Telen met en pages cet étrange mouvement par lequel, autour d’une expérience personnelle, toute tentative de description, d’élucidation, est vaine, ridiculement impuissante à rendre compte de la complexité d’un monde, d’un couple, d’une histoire. Les pages sont tiquetées de perforations noires qui sont autant de points sur lesquels vient bégayer un récit qui n’en finit par de se retenter, de partir d’ailleurs, d’un autre moment, d’un autre point de vue, depuis toutes les origines possibles pour aborder son objet, sans qu’aucun mouvement ne puisse s’achever. Récit d’une précieuse déception.

    26) L’année dernière, je vous parlais de ma joie à découvrir le « Belvédère » de Luca Retraite et Fabio Viscogliosi ; hé bien les éditions Gargarismes ont la bonne idée de publier cette année un deuxième volume de ce travail envoûtant.
    https://gargarismes.com

    27) « Biscoto » : un exemplaire opportunément oublié sur leur stand de ce très chouette journal pour les lardons de Suzanne Arhex et Julie Staebler me le fait découvrir dans les détails. Mensuel, thématique, c’est joli, c’est drôle, c’est pas con loin s’en faut, c’est pas nunuche, c’est varié, on s’étonne qu’une entreprise aussi peu calibrée et réussie arrive à son trente-cinquième numéro sans que son existence ne fasse plus de bruit. Enfin, on s’étonne... Pas vraiment en fait... Si les bonnes choses soulevaient l’enthousiasme des foules, ça se saurait.
    biscotojournal.com/
    Un second magazine destiné aux adultes et consacré à la poésie est publié par la même équipe, mais je n’arrive pas à foutre la main sur l’exemplaire qui m’a été gentiment donné et, du coup, je ne pourrai rien vous dire pour l’instant sur « Jelly Rodger »...

    28) « MLQ » (Mon Lapin Quotidien). Ce journal, ici présenté sous la forme d’un appel aux rédacteurs, pourrait bien être la prochain forme de Lapin, la revue changeante (formellement) de l’Association . Il s’agirait d’un trimestriel de 32 pages, en noir et blanc, dans lequel des auteurs réguliers viendraient occuper des espaces précis sous la forme d’une rubrique personnelle, textuelle, dessinée, bandessinée.

    29) « Bathroom » : un très joli livre de Maï Li Bernard , dans ses propres micro éditions (où elle publie également les dessins de Céline Guichard ), mettant en scène le dégré 1 de toute narration, la croissance d’un état A à un état B ; doubles pages dont le récit formel est celui d’un collage de papiers découpés en cours, dont la page de gauche est à la fois le squelette (la première découpe de papier, visible dans le résultat) et l’origine (le premier état). Indéniablement de la bande dessinée.
    http://sempiternellesritournelles.blogspot.fr/2014/01/blog-post_27.html
    http://mai-li-bernard.tumblr.com

  • L’atlas planétaire des colères populaires - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/241119/l-atlas-planetaire-des-coleres-populaires

    De l’Amérique latine à l’Asie en passant par l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient, le monde connaît depuis la fin de l’année 2018 une flambée de soulèvements, tous continents confondus. Pour voir autant de colères surgir ainsi de façon quasi simultanée un peu partout sur le globe, il faut remonter à la fin des années 1980, au moment des révolutions populaires en Asie et en Europe de l’Est.

    Entre novembre 2018 – point de départ du mouvement des « gilets jaunes » en France – et aujourd’hui, Mediapart a identifié 32 pays secoués par des contestations, qui tendent à s’ancrer dans la durée : à l’heure où nous écrivons ces lignes, plus de la moitié d’entre elles sont toujours en cours. Et l’automne 2019 a vu nettement s’accélérer le phénomène.

    (je veux pas médire mais l’"atlas" c’est une carte et deux graphiques :)))

  • Yémen : à marche forcée - ARTE Reportage | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/090427-000-A/yemen-a-marche-forcee

    Chez eux, en #Éthiopie, les Oromos n’ont rien. Par centaines de milliers, ils migrent vers l’Arabie Saoudite, richissime contrée où ils s’imaginent un avenir.

    Mais la route est longue, périlleuse, impossible. Elle se pratique à pied, faute de pouvoir payer les passeurs et elle est semée d’embuches. Les montagnes de Galafi, à la frontière de #Djibouti, irradiées par un soleil brûlant, mettent à terre les plus vaillants, terrassés par la soif.

    A Obock, un petit port sans charme, les migrants sont convoyés de nuit vers des boutres surchargés qui affrontent les vagues de la #Mer_Rouge. Et, ultime danger : au #Yémen, l’industrie migratoire est infiltrée par les mafias locales. Là-bas, les #migrants #oromos deviennent des proies. Les plus pauvres sont les plus vulnérables. Déviés de la route, aux prises avec des #passeurs sans scrupules, ils sont torturés jusqu’à ce que leurs familles paient la rançon, parfois ruinées par la vente de toutes leurs terres pour tirer un fils ou une fille de l’enfer des maisons de torture.

    D’une rive à l’autre du Golfe d’Aden, Charles Emptaz et Olivier Jobard ont marché avec ces migrants éthiopiens, animés par une idée fixe et lancinante : gagner un jour son pain.

    Des bribes de cette odyssée, ils tentent de reconstituer le récit d’une traversée mortelle, dessinant en creux le portrait d’un peuple transfiguré par l’épreuve, les Oromos.

  • ARTE Regards - Pays riches et #pauvreté_infantile | ARTE
    https://www.arte.tv/fr/videos/084754-013-A/arte-regards-pays-riches-et-pauvrete-infantile

    Le #Royaume_Uni compte parmi les pays les plus riches de la planète. Pourtant, comme plus de quatre millions d’enfants britanniques, Noah et son petit frère vivent dans la #pauvreté. Un chiffre qui a même progressé de 100 000 par an ces cinq dernières années.

  • 5 Takeaways From the Leaked Files on China’s Mass Detention of Muslims - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/11/16/world/asia/china-muslims-detention.html

    Internal Chinese government documents obtained by The New York Times have revealed new details on the origins and execution of China’s mass detention of as many as one million Uighurs, Kazakhs and other predominantly Muslim minorities in the Xinjiang region.

    The 403 pages reveal how the demands of top officials, including President Xi Jinping, led to the creation of the indoctrination camps, which have long been shrouded in secrecy. The documents also show that the government acknowledged internally that the campaign had torn families apart — even as it explained it as a modest job-training effort — and that the program faced unexpected resistance from officials who feared a backlash and economic damage.

    D’après des organisations de défense des droits de l’Homme, plus d’un million de musulmans, principalement d’ethnie ouïghoure, sont en détention dans la région du Xinjiang.
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-violence-de-la-repression-chinoise-contre-les-ouighours-illustree-
    #Chine #Ouïghours #Xinjiang

  • Le ruissellement des engrais crée la plus grande zone morte jamais observée aux États-Unis
    https://www.nationalgeographic.fr/sciences/2019/06/le-ruissellement-des-engrais-cree-la-plus-grande-zone-morte-jamai

    Au large des côtes de la #Louisiane et du #Texas, à l’endroit même où le #Mississippi finit sa course à travers les États-Unis, l’#océan meurt à petit feu. Ce phénomène cyclique est connu sous le nom de #zone_morte et il se produit tous les ans mais selon les scientifiques, la zone atteindra cette année sa superficie maximale depuis le début des relevés.

    #engrais #pollution #agro-industrie

  • L’accord controversé de Google avec plus de cent cinquante hôpitaux aux Etats-Unis
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/11/12/l-accord-controverse-de-google-avec-plus-de-cent-cinquante-hopitaux-aux-etat

    Le géant du numérique assure que le partenariat avec Ascension révélé par le « Wall Street Journal », qui lui donne accès aux données médicales de millions de patients sans leur consentement, est légal. « Exclusif : Nightingale, le projet secret de Google, amasse les données personnelles de santé de millions d’Américains » : le titre de cet article publié par le Wall Street Journal mardi 11 novembre a de quoi faire peur. D’autant plus que, selon le quotidien, « les patients n’ont pas été informés » de cette (...)

    #Apple #Google #cloud #algorithme #cloud #BigData #data #publicité #santé #Ascension (...)

    ##publicité ##santé ##Nightingale

  • Corrèze : La Poste sanctionne la factrice trop serviable d’un mois sans salaire - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/economie/correze-la-poste-sanctionne-la-factrice-trop-serviable-d-un-mois-sans-sal

    Les syndicats, ont une autre lecture de cette sanction, vue comme une « vengeance » de la part de la direction. « En juillet dernier, dans le secteur de Tulle, nous avons entamé une #grève extrêmement dure dans le cadre de la réorganisation des tournées. Elle a duré vingt-neuf jours. Depuis, les grévistes sont soumis à pas mal de pression et sont sanctionnés au moindre écart », assure Karine Lavaud, de la CGT. « Pour Sylvie, on est amer. La sanction est lourde au regard de la faute commise. Elle a simplement voulu rendre service, a reconnu son erreur, s’est excusée plusieurs fois auprès de la direction. Nous espérions plus de clémence. Mais le message est clair : La Poste ne souhaite plus aucune proximité entre les facteurs et les usagers. »

    Sylvie Auconie a hâte de reprendre le travail. « Je ne pense pas faire appel de cette décision. J’ai vécu toute cette période assez mal, je vais me reposer maintenant et attendre de pouvoir enfin reprendre mes tournées ». Qui ne seront jamais tout à fait comme avant. « Je resterai humaine dans ma démarche, c’est mon caractère. Je ne vais quand même pas me transformer en robot ! Mais pour les périodes de Noël, il y aura un flux de paquets que les gens devront aller chercher s’ils ne sont pas chez eux… Ils seront certainement très embêtés mais ce ne sera plus mon problème. Je serai bien obligée de scrupuleusement respecter les règles, de ne pas signer à leur place. Et de ne plus leur rendre service. »

    #délit_de_serviabilité #poste

  • Update: 10 Palestinians Killed; 45 Wounded by Israeli Airstrikes in Gaza
    November 12, 2019 10:39 PM – IMEMC News
    https://imemc.org/article/tuesday-army-kills-four-palestinians-injures-25-in-gaza

    Tuesday’s escalation by Israeli forces has caused the deaths of ten Palestinians, with more than 45 civilians wounded by Israeli airstrikes, according to local sources.

    In the latest spate of bombings, the victims have been identified as: Abdullah Awad Saqib al-Bilbisi , 26
    Abdul Salam Ramadan Ahmad Ahmad , 28
    Wael Abdul Aziz Abdullah Abdul Nabi , 43
    Rani Fayez Rajab Abu al-Nasr , 35
    Jihad Ayman Ahmed Abu Khater , 22

    These five, killed in airstrikes on Tuesday afternoon, are in addition to the five killed earlier in the day by Israeli bombs.

    Local sources report that Israeli F16 bombers continue to circle the skies above Gaza, causing panic and shock for the 2 million residents of the Gaza Strip.

    In response to the bombardment, U.S. presidential candidate and former vice president Joe Biden issued a statement on Twitter in which he did not mention the 10 Palestinians killed and 45 wounded, but condemned instead the Palestinian resistance for firing rockets into Israel which caused no casualties, saying “Israel has a right to defend itself against terrorist threats. It is intolerable that Israeli civilians live their lives under the constant fear of rocket attacks.”

    #Palestine_assassinée

  • Privé de subventions, l’Observatoire international des prisons est en danger
    https://www.bastamag.net/Prive-de-subventions-l-Observatoire-international-des-prisons-est-en-dange

    Alors que le nombre de personnes détenues atteint des records, l’Observatoire international des prisons (OIP) n’a jamais été aussi peu soutenu par la collectivité. L’association tire la sonnette d’alarme : une mobilisation massive est indispensable pour lui permettre de maintenir ses actions en faveur du respect des droits en prison. Ces cinq dernières années, l’Observatoire international des prisons (OIP) a perdu 66 % de ses subventions publiques. Les aides de l’État et des collectivités (...) ça bouge !

    / #Luttes_sociales, #Atteintes_aux_libertés, #Droits_fondamentaux, #Justice

    #ça_bouge_ !
    https://oip.org/wp-content/uploads/2019/11/video-oip-en-danger_nov2019.mp4?_=1

    • Just 10 per cent of workers receive nearly half of global pay

      An ILO assessment gives the first global estimates of the distribution of labour income, and shows that pay inequality remains pervasive in the world of work. The findings are drawn from a new database which includes national, regional and global data.

      Ten per cent of workers receive 48.9 per cent of total global pay, while the lowest-paid 50 per cent of workers receive just 6.4 per cent, a new ILO dataset reveals.

      What’s more, the lowest 20 per cent of income earners – around 650 million workers – earn less than 1 per cent of global labour income, a figure that has hardly changed in 13 years.

      The new dataset shows that overall global labour income inequality has fallen since 2004. However, this is not due to reductions in inequality within countries – at the national level, pay inequality is actually increasing. Rather, it is because of increasing prosperity in large emerging economies, namely China and India. Overall, the findings say, income inequality remains pervasive in the world of work.

      The Key Findings show that, globally, the share of national income going to workers is falling, from 53.7 per cent in 2004 to 51.4 per cent in 2017.

      Looking at the average pay distribution across countries, it finds that the share going to the middle class (the middle 60 per cent of workers) declined between 2004 and 2017, from 44.8 per cent to 43 per cent. At the same time, the share earned by the top 20 per cent of earners increased, from 51.3 per cent to 53.5 per cent. Countries where these top earners saw their share of national pay rise by at least one percentage point include Germany, Indonesia, Italy, Pakistan, the United Kingdom and the United States.

      “The data show that in relative terms, increases in the top labour incomes are associated with losses for everyone else, with both middle class and lower-income workers seeing their share of income decline,” said Steven Kapsos, Head of the ILO’s Data Production and Analysis Unit. “However, when the labour income shares of the middle or lower income workers increase, the gains tend to be widespread, favouring everyone except the top earners.”

      Poorer countries tend to have much higher levels of pay inequality, something that exacerbates the hardships of vulnerable populations. In Sub-Saharan Africa, the bottom 50 per cent of workers earn only 3.3 per cent of labour income, compared to the European Union, where the same group receives 22.9 per cent of the total income paid to workers.

      Roger Gomis, Economist in the ILO Department of Statistics, said: “The majority of the global workforce endures strikingly low pay and for many having a job does not mean having enough to live on. The average pay of the bottom half of the world’s workers is just 198 dollars per month and the poorest 10 per cent would need to work more than three centuries to earn the same as the richest 10 per cent do in one year.”

      https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_712234/lang--en/index.htm

    • In un anno i ricchi guadagnano quanto i più poveri in tre secoli

      La maggior parte della forza lavoro globale sopporta salari bassi e le occupazioni dove è impiegata non bastano per sopravvivere. Il 10 per cento dei lavoratori più poveri dovrebbe lavorare per più di tre secoli per guadagnare lo stesso reddito del 10 per cento che guadagna di più. Lo sostiene la ricerca dell’Organizzazione internazionale del lavoro (Ilo) intitolata «The global labour income share and distribution» che analizza la più grande raccolta mondiale di dati armonizzati per l’indagine sulla forza lavoro in 189 paesi.

      TRA IL 2004 E IL 2017 il reddito della cosiddetta «classe media» è diminuita, mentre è aumentato il salario della parte meglio retribuita dei lavoratori collocati nella parte alta della gerarchia sociale e produttiva. L’immagine scelta per rappresentare l’evoluzione della distribuzione del reddito da lavoro è un «bastone da hockey»: i redditi della classe media e medio-bassa – con queste nozioni di solito si allude a coloro che per vivere devono lavorare, indipendentemente dalle classi e dai ceti di riferimento – si assottigliano mentre si allargano i guadagni di chi è collocato in corrispondenza del termine del bastone chiamato «spatola» o «paletta». Questo significa che la quota destinata alla classe media (il 60 per cento medio dei lavoratori) è diminuita tra il 2004 e il 2017, passando dal 44,8 per cento al 43 per cento. Allo stesso tempo, la quota guadagnata dal 20 per cento dei lavoratori più pagati è aumentata, passando dal 51,3 per cento al 53,5 per cento. Su scala mondiale la disuguaglianza globale del reddito da lavoro è diminuita dal 2004. Ciò non è dovuto a una maggiore giustizia sociale. A livello nazionale, infatti, le disuguaglianze salariali sono aumentate. Questo calo è dovuto all’aumento della prosperità nelle grandi economie emergenti: Cina e India. Nel complesso, invece, la disuguaglianza di reddito rimane pervasiva nel mondo del lavoro. La ricerca conferma che l’Italia è uno dei paesi dove gli alti salari sono aumentati di almeno un punto percentuale insieme a Germania, Indonesia, Pakistan, Regno Unito e Stati Uniti, mentre tutti gli altri continuano a diminuire. I paesi più poveri tendono invece ad avere livelli molto più elevati di disuguaglianza retributiva, elemento che aggrava le difficoltà delle popolazioni vulnerabili. Nell’Africa subsahariana, ad esempio, il 50 per cento dei lavoratori guadagna solo il 3,3 per cento del reddito da lavoro, rispetto all’Unione Europea, dove lo stesso gruppo riceve il 22,9 per cento del reddito totale pagato ai lavoratori. «La maggior parte della forza lavoro globale sopporta salari sorprendentemente bassi e per molti avere un lavoro non significa avere abbastanza per vivere – sostiene Roger Gomis, economista del dipartimento di statistica dell’Ilo – La retribuzione media della metà inferiore dei lavoratori del mondo è di appena 198 dollari al mese e il 10 per cento più povero dovrebbe lavorare più di tre secoli per guadagnare la stessa cosa che il 10 per cento più ricco fa in un anno».

      «I DATI MOSTRANO che, in termini relativi, gli aumenti dei redditi da lavoro più alti sono accompagnati da perdite per tutti gli altri – ha detto Steven Kapsos, capo dell’unità di produzione e analisi dei dati dell’Ilo- Tuttavia, quando aumenta la quota di reddito da lavoro dei lavoratori a reddito medio o basso, i guadagni tendono ad essere ampiamente distribuiti, a vantaggio di tutti i lavoratori, eccetto per gli alti salari». Questo significa che un aumento generalizzato della parte bassa o mediana della forza lavoro comporterebbe una maggiore redistribuzione della ricchezza prodotta. Ciò non avviene perché la piramide è rovesciata: il progressivo calo del reddito da lavoro comporta un aumento per chi già guadagna di più. È una vecchia legge del capitalismo, sempre più attuale: avrà di più chi ha già di più. Chi ha di meno oggi, ne avrà ancora meno domani.

      https://ilmanifesto.it/ilo

  • Blood Gold in the Brazilian Rain Forest | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/magazine/2019/11/11/blood-gold-in-the-brazilian-rain-forest

    La destruction des terres de Kayapo n’est qu’une partie de ce que Zimmerman appelle le « pillage » de l’Amazone. En plus de l’exploitation minière et de l’exploitation forestière, les producteurs de soja et les éleveurs de bétail ont nettoyé d’immenses étendues de forêt, principalement par le feu. L’Institut national de recherche spatiale du Brésil, qui surveille les dégâts, estime qu’un cinquième de la forêt tropicale amazonienne au Brésil - le plus grand « poumon vert » au monde, qui absorbe des milliards de tonnes de dioxyde de carbone - a été détruit depuis les années soixante-dix. Les réserves autochtones servent de rempart contre la destruction, d’îles verdoyantes au milieu de champs de soja industriels et de ranchs bien définis. Mais plus les peuples autochtones vivent près des Blancs, plus ils sont vulnérables. Dans ces régions, la seule chose qui fasse obstacle à la destruction de l’Amazonie est la capacité de quelques milliers de dirigeants autochtones à résister aux attraits de la culture de consommation. À Turedjam, cette bataille est en train de se perdre. « C’est comme si les quatre cavaliers de l’Apocalypse avaient été relâchés », a déclaré Zimmerman.

    #brésil #déforestation #écologie #environnement #kayapo

  • Climate change pushing up levels of methylmercury in fish – Harvard Gazette
    https://news.harvard.edu/gazette/story/2019/08/climate-change-pushing-up-levels-of-methylmercury-in-fish

    The researchers found that while regulation of mercury emissions has successfully reduced methylmercury levels in fish, spiking temperatures are driving those levels back up and will play a major role in the methylmercury levels of marine life in the future.

    The research is published in Nature.

    #poissons #methylmercure #climat #santé

  • Contre les campagnes antimusulmans et contre tous les racismes | Communiqué de LO
    https://journal.lutte-ouvriere.org/2019/11/06/contre-les-campagnes-antimusulmans-et-contre-tous-les-racism

    Lutte ouvrière appelle à participer aux manifestations organisées le 10 novembre contre le #racisme et l’#islamophobie.

    Depuis plusieurs mois, un concours de #démagogie à fond raciste et xénophobe bat son plein dans le monde politicien et médiatique, notamment sous forme d’attaques répétées contre les musulmans.

    Pour faire diversion face à la montée du mécontentement social, #Macron et ses ministres ont repris à leur compte une partie des thèmes de campagne et du vocabulaire du Rassemblement national, entretenant la confusion entre terrorisme, #immigration, #islam et question du #voile. Ils sont relayés par tous les politiciens qui, à droite et à l’extrême droite, cherchent à capter les voix de l’électorat le plus réactionnaire.

    La surenchère odieuse à laquelle se livrent tous ces politiciens ne peut que renforcer les préjugés et les comportements racistes, et encourager les plus violents à passer à l’acte, comme cela a été le cas lors de l’attentat commis contre la mosquée de Bayonne. Il est indispensable de s’opposer à ces pousse-au-crime !

    En participant à ces manifestations, Lutte ouvrière tient à affirmer sa #solidarité avec tous ceux qui sont injustement pointés du doigt . Plus que jamais, il faut affirmer que les travailleurs, quelle que soit leur origine ou leur #religion, constituent une même classe, avec les mêmes intérêts à défendre et un même combat à mener pour s’émanciper et changer la société .
    Communiqué de Lutte ouvrière du 5 novembre

  • Chômage, retraite : des bombes sociales contre tous les travailleurs | Éditorial de LO du 4 novembre 2019
    https://www.lutte-ouvriere.org/editoriaux/chomage-retraite-des-bombes-sociales-contre-tous-les-travailleurs-13

    Avec sa réforme chômage, le gouvernement va plonger des centaines de milliers de travailleurs supplémentaires dans la précarité et la misère. Neuf millions de pauvres sont déjà recensés dans le pays, dont 2,2 millions sont des travailleurs en activité. À ses yeux, cela ne suffisait peut-être pas !

    D’après l’Unedic, le durcissement des conditions d’accès à l’indemnisation et aux droits rechargeables, ainsi que la révision du mode de calcul, vont frapper 1,3 million de personnes.

    Au 1er avril, beaucoup verront leur indemnisation s’effondrer, à commencer par les travailleurs précaires, forcés d’enchaîner les CDD, maintenus en intérim ou employés saisonniers, qui cumulent un salaire et des allocations chômage, déjà insuffisants pour boucler les fins de mois.

    Pénicaud, la ministre du Travail, présente ces nouvelles règles comme « favorisant le retour à l’emploi ». Autrement dit, acculez les chômeurs et affamez-les, ils trouveront un emploi ! C’est révoltant et cynique.

    Dans cette société, les gouvernants trouvent toujours de bonnes excuses aux agissements des riches et donnent toujours tort aux travailleurs. Là, ils accusent les chômeurs de choisir de ne pas travailler et de vivoter aux crochets de la société. Comme si les allocations chômage n’étaient pas des droits que les salariés se sont payés en travaillant ! La moitié des chômeurs ne perçoit d’ailleurs aucune indemnité.

    L’intérim, les CDD, le recours ponctuel à la sous-traitance et aux temps partiels sont érigés en mode de fonctionnement dans toutes les grandes entreprises. Pour cela, le grand patronat viole ou contourne la loi depuis des dizaines d’années, et il continuera de le faire parce que c’est tout bénéfice.

    Avec les contrats précaires, il dispose d’un large volant de travailleurs corvéables et malléables, qu’il peut sélectionner et jeter à sa guise. Des salariés à qui il impose les boulots les plus durs et pour lesquels il n’y a pas d’ancienneté, pas de prime d’intéressement, pas de suivi médical.

    Le grand patronat et le gouvernement sont les seuls et uniques responsables de la précarité et du chômage de masse qui ravagent le pays. Sur les cinq dernières années, le groupe PSA a supprimé 30 000 emplois, La Poste plus de 20 000. Les banques, les assurances, la grande distribution, la chimie… en suppriment des milliers chaque année. Ford, General Electric, Michelin viennent de rayer 2000 emplois de la carte. La SNCF manque de guichetiers, de conducteurs, d’agents de maintenance, de contrôleurs, mais fait disparaître 2000 emplois par an ! Et pendant que les grands fabricants de chômage ont les mains libres, le gouvernement mène la guerre aux chômeurs, et à tous les travailleurs car nous sommes tous des chômeurs en puissance.

    Pour lui, réformer signifie casser les droits des travailleurs. Il a cassé le code du travail, cassé l’Assurance chômage, et demain, ce sera le tour des retraites puisque sa réforme imposera de travailler plus longtemps pour une pension moindre.

    La société marche sur la tête. Tout ce qui est essentiel et vital, les emplois, les salaires, les retraites, la santé, l’éducation, les transports, le logement, est assimilé à des dépenses, des coûts, des charges qu’il faut contenir, réduire, supprimer. Tout ce qui va dans les poches d’une poignée de parasites richissimes, les bénéfices et les plus-values, doit croître encore et toujours. Alors que cet argent issu de l’exploitation ne sert qu’à satisfaire des caprices de riches et alimente la spéculation et les risques d’un nouveau krach !

    Seuls les travailleurs, en se battant pour leurs intérêts élémentaires, peuvent faire prendre une autre voie à la société. Les cheminots qui se sont battus ces dernières semaines ont eu une réaction salutaire : celle de travailleurs qui n’acceptent plus de voir leurs conditions de vie, leurs salaires et leur sécurité sacrifiés sur l’autel de la course au rendement.

    La haine déversée contre les cheminots grévistes par les porte-voix politiques et médiatiques de la bourgeoisie reflète leur crainte des travailleurs quand ils se battent. La classe capitaliste se sait à la merci des travailleurs, s’ils décidaient d’agir collectivement pour leurs intérêts. Eh bien, c’est dans cette voie qu’il faut aller !

    En répondant à l’appel des syndicats à se mobiliser le 5 décembre, tous les travailleurs pourront dire « ça suffit » et revendiquer leur droit à une existence digne.

    La mobilisation et la lutte collective sont les seuls moyens pour se faire respecter en tant qu’exploités. Au-delà, elles constituent la seule possibilité de remettre en cause la domination de la classe capitaliste qui condamne toute la société.

  • Cri d’alarme de la Banque Mondiale : une récession économique au Liban plus grave encore
    https://libnanews.com/cri-dalarme-de-la-banque-mondiale-une-recession-economique-au-liban-plus-

    Cette déclaration intervient alors q’un rapport publié par Global Credit Suisse indique que la fortune nette des libanais a augmenté, s’établissant désormais à 232.2 milliards de dollars, en raison des différentiels entre les classes socio-économiques libanaises, alors qu’un nombre estimé de 1.5 millions de libanais vivent avec seulement 6 000 LL, soit 4 dollars, par jour.

    Une richesse au prix de l’appauvrissement du plus grand nombre
    https://libnanews.com/liban-la-richesse-nette-estimee-a-2322-milliards-de-dollars/amp

    Selon l’étude, « La richesse nette totale privée du Liban s’élevait à 133,4 milliards de dollars à la fin de 2010

  • Reconnaissance faciale : « C’est un outil de surveillance de masse qui va déshumaniser les rapports sociaux », estime la Quadrature du Net
    https://www.20minutes.fr/high-tech/2642419-20191104-reconnaissance-faciale-outil-surveillance-masse-va-deshum

    Benjamin Sonntag, co-fondateur de la Quadrature du Net, explique à « 20 Minutes » pourquoi la mise en place de dispositifs de reconnaissance faciale un peu partout en France peut s’avérer très dangereuse pour les citoyens Les initiatives utilisant des dispositifs de reconnaissance faciale se multiplient aujourd’hui un peu partout en France. La Cnil s’est opposée la semaine dernière à l’expérimentation du dispositif dans deux lycées à Nice et Marseille, et dans certains quartiers à Saint-Etienne. « 20 (...)

    #algorithme #capteur #CCTV #LaQuadratureduNet #biométrie #vidéo-surveillance #facial #reconnaissance #étudiants #bruit #surveillance (...)

    ##CNIL