« Les économistes étaient très fiers avant la crise »

/les-crises-en-theme-14-steve-keen-les-e

  • Excellente émission (@rezo) sur l’état actuel de la théorie économique, d’un point de vue théorique, pratique et sociale (un peu) :

    Steve Keen : "Les #économistes étaient très fiers avant la #crise"
    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-leco/les-crises-en-theme-14-steve-keen-les-economistes-etaient-tres-fiers-a
    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/10081-18.09.2017-ITEMA_21437551-0.mp3

    L’économiste australien Steve Keen, auteur du fameux livre L’imposture économique, dans lequel il critique la pensée #néo-classique dominante, vient nous présenter ses #théories, pourquoi il a su voir venir la crise de 2008 et comment on pourrait penser autrement l’économie.

    Le livre de #Steve_Keen a été traduit en français par un doctorant de #Gaël_Giraud en économie :

    Steve Keen et Gaël Giraud : « L’économie est semblable à l’astronomie d’avant Copernic »
    https://www.humanite.fr/steve-keen-et-gael-giraud-leconomie-est-semblable-lastronomie-davant-copern

    L’imposture économique - Steve Keen
    http://www.editionsatelier.com/index.php?page=shop.product_details&flypage=bookshop-flypage.tpl&pr

    L’Imposture économique est la traduction du livre « coup de poing » de l’économiste australien Steve Keen paru sous le titre Debunking Economics. Cet ouvrage, « fondateur » pour l’économiste Gaël Giraud (qui a assuré la direction scientifique de la traduction et en signe la préface), démonte une à une les grandes pièces de l’édifice dogmatique : aucune des théories qui composent le « dur » de l’ #économie universitaire depuis la fin du xixe siècle ne résiste à l’analyse, depuis la micro-économie du consommateur jusqu’à la théorie néo-keynésienne de la déflation, en passant par l’efficience des marchés financiers et la théorie du capital. Et, sur les ruines de l’ #orthodoxie défaite, Steve Keen jette les bases solides d’une « autre économie », suggérant d’autres manières, beaucoup plus cohérentes et scientifiques, de penser l’économie.

    Le livre a suscité de nombreux débats lors de sa publication en anglais : il répond aux questions que chacun se pose sur la pertinence des arguments économiques exposés depuis la crise des subprimes, et invite à engager une réforme profonde de l’enseignement et de la recherche en économie dans le monde.

    En Suisse, le livre est publié en coédition avec les Editions d’En-Bas

    • A paraître dans un mois : « L’impérialisme du XXIème siècle ou le crépuscule du dieu capital » par Benoît Boussemart

      4ème de couverture :

      " En 1917, Lénine publiait « L’impérialisme, stade suprême du capitalisme ». Il décrivait notamment l’importance qu’avaient pris les grands groupes dans l’économie mondiale, la puissance des banques et du capital financier, les luttes pour l’accès aux ressources de la planète, le rôle particulier des Etats ... Et il insistait sur les multiples contradictions qui subsistaient dans cette phase du capitalisme, contradictions qui prennent leur origine dans la nature du « capital », et qui ne cesseront qu’avec la fin du capitalisme, comme mode de domination des classes.

      Un siècle plus tard, il est indispensable de reprendre ce texte, ne serait-ce que pour démontrer les erreurs fondamentales d’économistes qui - comme Piketty (le capital au XXIème siècle) - oublient que le capital reste d’abord et avant tout un rapport social de domination ; et que tous les modes de régulation (qui ne représentent en fait qu’une parenthèse historique lors des 30 glorieuses) se heurtent inévitablement aux intérêts des groupes capitalistes, qui n’existent en exploitant leurs salariés que dans une logique de marché. Il suffit de regarder la « mise en concurrence des Etats » par ces groupes dans de multiples domaines (le moins disant salarial et social, la fiscalité « optimale », la socialisation des pertes liées aux crises redevenues périodiques avec le retour en force des lois du marché ...). Les Etats ne régulent plus (s’ils l’ont un jour fait), ils sont « aux ordres » ; et Macron en est la caricature française.

      Lénine insistait également - comme Marx - sur la contradiction entre les rapports sociaux de production et l’évolution des forces productives qu’ils mettent en oeuvre : c’est le principe du matérialisme historique. Ainsi, lorsqu’un mode de production entre en contradiction avec la socialisation croissante des forces productives qu’il contribue à modifier, il cède inévitablement la place à un autre mode de production. Cette socialisation - déjà significative à l’époque de Lénine - a été démultipliée depuis, avec la conquête de l’espace mondial par le rapport capitaliste, avec des moyens de production de plus en plus « socialisés », qui rendent les individus de plus en plus interdépendants, interconnectés ... Ainsi, à l’heure où ces forces productives pourraient libérer les individus de multiples travaux, le rapport capitaliste vise à en maîtriser l’usage, sous son seul pouvoir et pour son seul intérêt (avec les conséquences bien connues sur la course à l’efficacité, qui met au rebut de multiples catégories sociales non « rentables »). Quant à la « connectivité », elle devient une nouvelle religion, celle de l’individualisme forcené, nouvel opium du peuple.

      Tout ceci ne va pas sans amener une accentuation des contradictions inhérentes au capitalisme.

      Sur le plan factuel, nous les avons mises en évidence dans l’ouvrage, à partir d’un travail sur les plus grands groupes mondiaux (un paquet de 2 500 groupes pour les données boursières ; un paquet plus restreint de 850 groupes, analysés en détail. Nous avons également confronté ces nombreuses données financières (fonds propres, résultats, chiffre d’affaires ...) à l’économie « réelle », qu’il s’agisse des flux de marchandises, de production ou financiers.

      Et les données ainsi recueillies montrent que plus que jamais, la loi de la baisse tendancielle du taux de profit se vérifie. Et comme Marx l’a démontré, une telle baisse mène inévitablement à des crises, de plus en plus importantes. Les contradictions nous mènent droit dans le mur ... Nous le savons, nous le démontrons .... Nous sommes au crépuscule du dieu capital."

      http://richessem.eklablog.com/a-paraitre-limperialisme-du-xxieme-siecle-ou-le-crepuscule-du-di