• Like after #9/11, governments could use coronavirus to permanently roll back our civil liberties

    The ’emergency’ laws brought in after terrorism in 2001 reshaped the world — and there’s evidence that it could happen again.

    With over a million confirmed cases and a death toll quickly approaching 100,000, Covid-19 is the worst pandemic in modern history by many orders of magnitude. That governments were unprepared to deal with a global pandemic is at this point obvious. What is worse is that the establishment of effective testing and containment policies at the onset of the outbreak could have mitigated the spread of the virus. Because those in charge failed to bring in any of these strategies, we are now seeing a worrying trend: policies that trample on human rights and civil liberties with no clear benefit to our health or safety.

    Broad and undefined emergency powers are already being invoked — in both democracies and dictatorships. Hungary’s Prime Minister Viktor Orban was granted sweeping new powers to combat the pandemic that are unlimited in scope and effectively turn Hungary’s democracy into a dictatorship. China, Thailand, Egypt, Iran and other countries continue to arrest or expel anyone who criticizes those states’ response to coronavirus.

    The US Department of Justice is considering charging anyone who intentionally spreads the virus under federal terrorism laws for spreading a “biological agent”. Israel is tapping into previously undisclosed smartphone data, gathered for counterterrorism efforts, to combat the pandemic. States in Europe, anticipating that measures against Covid-19 will violate their obligations under pan-European human rights treaties, are filing official notices of derogation.

    A chilling example of the effects of emergency powers on privacy rights and civil liberties happened during the aftermath of the September 11, 2001 attacks and the resulting “war on terror”, in which successive US presidents pushed the limits of executive power. As part of an effort to protect Americans from security threats abroad, US government officials justified the use of torture in interrogation, broad state surveillance tactics and unconstitutional military strikes, without the oversight of Congress. While the more controversial parts of those programs were eventually dismantled, some remain in place, with no clear end date or target.

    Those measures — passed under the guise of emergency — reshaped the world, with lasting impacts on how we communicate and the privacy we expect, as well as curbs on the freedoms of certain groups of people. The post-September 11 response has had far-reaching consequences for our politics by emboldening a cohort of populist leaders across the globe, who ride to election victories by playing to nationalist and xenophobic sentiments and warning their populations of the perils brought by outsiders. Covid-19 provides yet another emergency situation in which a climate of fear can lead to suspension of freedoms with little scrutiny — but this time we should heed the lessons of the past.

    First, any restriction on rights should have a clear sunset clause, providing that the restriction is only a temporary measure to combat the virus, and not indefinite. For example, the move to grant Hungary’s Viktor Orban sweeping powers has no end date — thus raising concerns about the purpose of such measures when Hungary is currently less affected than other regions of the world and in light of Orban’s general penchant for authoritarianism.

    Second, measures to combat the virus should be proportional to the aim and narrowly tailored to reach that outcome. In the case of the US Department of Justice debate as to whether federal terrorism laws can be applied to those who intentionally spread the virus, while that could act as a potent tool for charging those who actually seek to weaponize the virus as a biological agent, there is the potential for misapplication to lower-level offenders who cough in the wrong direction or bluff about their coronavirus-positive status. The application of laws should be carefully defined so that prosecutors do not extend the boundaries of these charges in a way that over-criminalizes.

    Third, countries should stop arresting and silencing whistleblowers and critics of a government’s Covid-19 response. Not only does this infringe on freedom of expression and the public’s right to know what their governments are doing to combat the virus, it is also unhelpful from a public health perspective. Prisons, jails and places of detention around the world are already overcrowded, unsanitary and at risk of being “superspreaders” of the virus — there is no need to add to an at-risk carceral population, particularly for non-violent offenses.

    Fourth, the collectors of big data should be more open and transparent with users whose data is being collected. Proposals about sharing a person’s coronavirus status with those around them with the aid of smartphone data should bring into clear focus, for everyone, just what privacy issues are at stake with big tech’s data collection practices.

    And finally, a plan of action should be put in place for how to move to an online voting system for the US elections in November 2020, and in other critical election spots around the world. Bolivia already had to delay its elections, which were key to repairing its democracy in a transitional period following former President Evo Morales’s departure, due to a mandatory quarantine to slow the spread of Covid-19. Other countries, including the US, should take note and not find themselves flat-footed on election day.

    A lack of preparedness is what led to the current scale of this global crisis — our rights and democracies should not suffer as a result.

    https://www.independent.co.uk/voices/911-coronavirus-death-toll-us-trump-government-civil-liberties-a94586

    #le_monde_d'après #stratégie_du_choc #11_septembre #coronavirus #covid-19 #pandémie #liberté #droits_humains #urgence #autoritarisme #terrorisme #privacy #temporaire #Hongrie #proportionnalité #liberté_d'expression #surveillance #big-data #données

    ping @etraces

  • [Radio Maritime] Confinés #9
    http://www.radiopanik.org/emissions/radio-maritime/confines-9

    Aujourd’hui nous écoutons le témoignage de Wahib, 18 ans, bruxellois et confiné. Nous prendrons le temps de discuter de questions liées au logement en cette période de confinement avec Christel et Aurélia de la maison de quartier #Bonnevie à #molenbeek, et nous irons faire un tour au centre de la #croix_rouge de Trêves avec Christina, bénévole qui accompagne les sans abris.

    Ah oui, il parait que ce week end, des ballons s’envoleront à l’occasion de la fin du ramadan.

    Bonne écoute !

    #corona #molenbeek,corona,Bonnevie,croix_rouge
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/radio-maritime/confines-9_09073__1.mp3

  • C’était les années 1990 en Italie...

    Curre Curre Guagliò

    Un giorno come tanti ma non certo per qualcuno
    qualcuno che da giorni mesi anni sta lottando
    contro chi di questo stato na gabbia sta facendo
    reprimendo attento ascolta dico reprimendo
    chi da solo denuncia e combatte sti fetiente
    e sa bene che significa emarginazione
    esattamente quanto costa amare un centro sociale
    Officina 99
    Curre curre guagliò (x8)
    Siente sti parole d’odio e pure d’ammore
    si nu scatto di manette strette ai polsi dentro a un cellulare
    guagliò
    fa più rumore nel tuo cuore di un comizio elettorale
    guagliò
    si nu bisogno soddisfatto sei sicuro non ti puoi sbagliare
    guagliò
    vale cchiù ’e na bella giacca c’ ’o telefonino cellulare
    guagliò
    allora è chisto ’o mumento e tu l’he ’a superà
    ca te piace o t’allamiente e ’o mumento d’occupà
    Curre curre guagliò (x8)
    Si può vivere una vita intera come sbirri di frontiera
    in un paese neutrale, anni persi ad aspettare
    qualcosa qualcuno la sorte o perché no la morte
    ma la tranquillità tanta cura per trovarla
    sì la stabilità un onesto stare a galla
    è di una fragilità guagliò
    è di una fragilità guagliò
    forse un tossico che muore proprio sotto al tuo balcone
    forse un inaspettato aumento d’ ’o pesone
    forse nu licenziamento in tronco d’ ’o padrone
    forse na risata ’nfaccia ’e nu carabiniere
    non so bene non so dire dove nasca quel calore
    ma so che brucia, arde e freme
    trasforma la tua vita no tu non lo puoi spiegare
    una sorta di apparente illogicità
    ti fa vivere una vita che per altri è assurdità
    ma tu fai la cosa giusta te l’ha detto quel calore
    ti brucia in petto è odio mosso da amore
    da amore guagliò
    Curre curre guagliò (x8)
    Tanta mazzate pigliate
    Tanta mazzate pigliate
    Tanta mazzate ma tanta mazzate
    Ma tanta mazzate pigliate
    Tanta mazzate pigliate
    Tanta mazzate pigliate
    Tanta mazzate ma tanta mazzate
    ma una bona l’ammo data
    è nato è nato è nato
    n’atu centro sociale occupato
    n’atu centro sociale occupato
    e mò c’ ’o cazzo ce cacciate
    è nato è nato è nato
    n’atu centro sociale occupato
    n’atu centro sociale occupato
    e mò c’ ’o cazzo ce cacciate
    Curre curre guagliò (x8)
    Pecché primma mettite ’e bombe e po’ ’o vulite a me
    e me mettite ’e mane ’ncuollo si ve chied’ ’o pecché
    mammà ’e guardie a casa s’avette ’a veré
    e nu spazio popolare nun è buono pecché
    pecché è controculturale o ammacaro pecché
    rompe ’o cazz’ a troppa gente si ma allora pecché
    tu me può rompere ’o cazzo e no i’ pure a tte
    me se ’ntosta ’a nervatura e ’o saccio buono pecché
    pecché me so’ rutt’ ’o cazzo pure sulo ’e te veré
    figurammece a sentì’ che tiene ’a ricere a me
    strunzate ’e quarant’anne ’e potere pecché
    pecché ’a gente tene famme e se fa strunzià’ ’a te
    e tu me manne ’o celerino ca me sgombera a me
    ma nun basta ’o manganiello mo’ t’ ’o dico oi né
    pecché nun me faje cchiù male aggio ’mparato a caré’

    https://www.youtube.com/watch?v=MVNgLcJ0PiY&app=desktop

    #99_posse #musique #musique_et_politique #squat #centre_social_occupé #Italie

    –-----

    Sud

    Il peso dell’assenza spinge giù
    Giù in profondità
    Quando una cosa manca scava
    Brucia
    E la battaglia inizia

    Da giù ne esci cambiato a un altro modo
    Poi poi parlerete a perdifiato
    Ma ora che la terra sotto i piedi ti crolla
    Capisci perché un uomo si ribella
    Notte di luna stanotte questo canto illumina la musica
    È un assalto frontale
    La calma ha un’assurda sorda forma irreale
    Sola
    Invece della furia
    Zero
    Saremo nati male vale falso o vero
    Qual è il nostro futuro?
    Io vedo strano chiaro
    Tu dai potere e soldi di mano in mano
    E se la cosa si fa pericolosa
    Col tuo unico voto
    Corri in cerca di un capo
    E poi di nuovo daccapo
    Dai potere e soldi
    Oggi faccio a modo mio
    Metti in conto questo numero
    Zero
    Sud
    O’mare fa pija aria ai pensieri
    E saglieno saglieno cà fatica i chi è stato sempe à sott
    Co’chi ta vuò piglià Sud
    Chin’e cazzimma e voglia r’alluccà Sud
    Ma ven’a jornata càs’arrevota a sonata
    Chiu’e dieci anni do’terremoto e tanti e chill’denari
    Ca putessero aizà tutta l’Italia
    Sud
    Se l’hanno spartuto in modo equilibrato
    Sud
    E arin’t a sti lamiere a stagione se squaglieno e pensieri
    Ma ven’a jornata càs’arrevota a sonata
    Sud
    Ma ven’a jornata càs’arrevota a sonata

    Dimmi quanto può cambiare il corso delle cose un uomo
    Forse poco niente
    A ogni modo sempre
    Ho cercato una vita degna d’essere al mondo
    E oggi voglio un grande giorno
    È assurdo camminare in un quartiere popolare
    Col razzismo addosso
    Adesso un mondo in bianco e nero
    Ti costringe a fare un po’ di conti con te stesso
    A lavorare su te stesso
    E parlare è un passo
    Ma ora quello che conta è solo quello che fai
    Quello che dai
    Sicuro si lotta lottando à cujut buon’o’tir
    Sud
    Se c’è un confine
    Passa fin dentro il cuore
    Brucia e la battaglia inizia
    A ognuno la sua parte
    Dall’altra di guardia i carabinieri
    I fedeli
    Nei secoli a chi fedeli?
    Guai a quel popolo che fa dei suoi giudici eroi
    E si affida
    A chi confonde giudizio e giustizia e si fida
    Guai a quel popolo che fa dei suoi giudici eroi
    E si fida di chi nasconde un altro inganno all’inganno
    Mi sorprendo freddo
    Questa volta ho solo voglia di rivolta
    E non importa
    Se è il volo di un sogno o solo il sogno di un volo
    Se solo questo giorno durasse in eterno
    Se solo questo giorno durasse in eterno
    Sud
    Se aiz’l’occhi te gira a capa
    Se aiz’l’occhi al Sud
    A fantasia se jetta appriess’e denari
    Facimm’e capriole p’apparà a jornata
    Si nun te mai pigliato collera o’sacc’i comm’è
    E denari int’a sacca
    O’naso appilato
    Te votato sempe a l’ata parte
    Sud
    Se l’hanno spartuto in modo equilibrato
    Sud
    Ma ven’a jrnata ca’s’arrevota a sonata

    (Brutopop, NCOT, Sioux, Militant A)

    Sud suite

    Se dopo questo giorno avrò ancora un po’ di tempo
    Un po’ di tempo
    Sarà già tanto e il cattivo raccolto
    Sarà solo il ricordo di un vincente
    Perché resto innamorato sempre
    Se dopo questo giorno avrò ancora un po’ di tempo
    Avrò il talento
    Per stare in equilibrio mentre fuori il mondo è in fallimento
    Tutto passa e passa e io avrò fatto la mia piccola importante parte di comparsa
    E dopo questo giorno cosa resta ora?
    Ho cercato di mangiarmi il mondo
    Il mondo a poco a poco mi divora
    Perché
    Quando ho scelto ho preso il posto mio vicino a dei pezzenti
    Che sono dei Re
    Vale la pena?
    Sono cose queste che non metto a posto in una discussione
    Una sera a cena
    È stato il peso dell’assenza quando ho scelto
    Anch’io di scegliere il disordine
    Alla diseguaglianza

    https://www.youtube.com/watch?v=ZHcOAJeQxj0


    #Assalti_Frontali #résistance #lutte

    ping @sinehebdo

  • Promeneurs ou délinquants : les doubles standards du confinement – Binge Audio
    https://www.binge.audio/promeneurs-ou-delinquants-les-doubles-standards-du-confinement

    Même en temps de crise, les double standards racistes et classistes continuent de biaiser la perception de ces populations. Au risque d’en faire des boucs émissaires. D’un département à l’autre, les médias changent de discours et la police, d’attitude : d’un côté l’empathie, de l’autre la répression. Car pouvoir être un simple “promeneur en mal d’air frais et de soleil” n’est pas un luxe accordé à tous.tes.

    #93 #Seine-Saint-Denis #stigmatisation #audio #racisme

  • In court filing, FBI accidentally reveals name of Saudi official suspected of directing support for 9/11 hijackers
    https://news.yahoo.com/in-court-filing-fbi-accidentally-reveals-name-of-saudi-official-suspecte

    It’s unclear just how strong the evidence is against the former Saudi Embassy official — it’s been a subject of sharp dispute within the FBI for years. But the disclosure, which a senior U.S. government official confirmed was made in error, seems likely to revive questions about potential Saudi links to the 9/11 plot. 

    It also shines a light on the extraordinary efforts by top Trump administration officials in recent months to prevent internal documents about the issue from ever becoming public. 

    “This shows there is a complete government cover-up of the Saudi involvement,” said Brett Eagleson, a spokesman for the 9/11 families whose father was killed in the attacks. “It demonstrates there was a hierarchy of command that’s coming from the Saudi Embassy to the Ministry of Islamic Affairs [in Los Angeles] to the hijackers.”

    #9/11 #arabie_saoudite #etats-unis

  • Pourquoi les habitants du 93 ont reçu trois fois plus d’amendes que les autres ? | Le HuffPost
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/pourquoi-les-habitants-du-93-ont-recu-trois-fois-plus-damendes-que-le

    Montrés du doigt dès le début du confinement pour avoir rapidement atteint 900 amendes par jour, les habitants du 93 ont été, selon les associations, non seulement plus contrôlés mais également plus susceptibles de subir des violences policières. Le 3 mai, plusieurs associations anti-racisme ont lancé une pétition pour dénoncer les “violences verbales et physiques exercées sur les habitants des quartiers populaires.“

    Loïc Lequellec, avocat au barreau de Bobigny, et Nicolas Abdelaziz, membre de SOS racisme, ont expliqué au HuffPost pourquoi le 93 n’est pas forcément le mauvais élève qu’il semble être, dans la vidéo en tête d’article.

    #93

  • En Seine-Saint-Denis, le virus de la ségrégation raciale - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2020/05/07/en-seine-saint-denis-le-virus-de-la-segregation-raciale_1787705

    Lorsqu’au début du confinement, des personnalités et des articles annoncent dans les médias qu’en Seine-Saint-Denis, l’incivilité est généralisée, que nul ne respecte le confinement, et que les policiers venus le faire respecter sont attaqués, pourquoi ne pas les croire ? Cela fait tellement longtemps qu’on entend ou qu’on lit que dans ce département, pourtant situé aux portes de Paris, la police n’oserait plus intervenir alors que la drogue et son argent couleraient à flots, et - sans s’inquiéter de la contradiction - que les filles n’auraient plus le droit de sortir dans les rues que tiendraient les salafistes…

    En France, l’ordre racial est une composante de l’ordre social qui se mesure précisément au fait que la majorité des médias et sans doute de l’opinion est d’avance disposée à croire qu’il se passe en Seine-Saint-Denis des choses proprement extraordinaires, totalement différentes de ce qui se passe ailleurs, évidemment dangereuses et inquiétantes ! A tort, pourtant, car dans ce département, des gens vivent et travaillent normalement, à ceci près que le stigmate qui leur est imposé rend tout plus compliqué.

    D’un côté, le silence sur les inégalités raciales vis-à-vis de la contamination, et de l’autre, le vocabulaire de l’indiscipline mobilisé pour décrire le non-respect du confinement des banlieues populaires. Cette représentation tranche avec l’indulgence avec laquelle on décrit de simples « promeneurs » parisiens, que l’on humanise volontiers pour permettre l’identification.

    Celles et ceux qui nous invitent à penser une société meilleure pour demain ne semblent pas avoir mesuré la dette immense que Paris aura vis-à-vis du « 9-3 », et toutes les agglomérations vis-à-vis de leurs « quartiers ». Aucune société plus égalitaire et plus juste ne sera bâtie sur des fondations héritées de la ségrégation raciale. Il faudra enfin s’y attaquer, car s’il y a fort à parier que dans la France de demain, les « statistiques ethniques » resteront l’épouvantail qu’en ont fait des générations de politiques, cela n’empêchera pas les proches des victimes de cette crise de demander des comptes.
    Rokhaya Diallo journaliste et réalisatrice , Jérémy Robine maître de conférences en géopolitique

    #racisme #premiers_de_corvée #93 #9-3

  • [Collagène/Gêne Locale] COLLAGÈNE #11
    http://www.radiopanik.org/emissions/collagene-gene-locale/collagene-11

    VICTOR KOLBITR c’est Hubert Barrion, moitié de Krab (entendu dans Collagène #9), moitié de Pop Tatari, dixième de Musica Minorata et j’en passe...

    Cette fois-ci le voilà en entier depuis sa chaumière normande où il appuie sur les boutons de son sampler 90’s pour en faire sortir les pépites sonores, boucles et #samples, glanés par-ci, par-là (et surtout chez les meilleurs), tout en pensant à voix haute à propos du collage en général et du #collage_sonore en particulier. Jamais loin, Antoine, le colloc’ d’hiver, vient compléter le tableau avec son looping intempestif.

    Outre les nombreux samples d’Hubert, on entend beaucoup dans cette émission les sons de l’album « Même pas peur » de Victor Kolbitr, ceux de Musica Minorata et de Pop Tatari mais aussi, en vrac, des extraits de certaines références d’Hubert (...)

    #musiques_étranges #collage_sonore,samples,musiques_étranges
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/collagene-gene-locale/collagene-11_08889__1.mp3

  • « On n’a pas fait une médecine de guerre, on a fait une médecine de pénurie » – ACTA
    https://acta.zone/on-na-pas-fait-une-medecine-de-guerre-on-a-fait-une-medecine-de-penurie

    Exacerbations des inégalités de santé avec un taux de mortalité surélevé dans le 93, pénurie structurelle de moyens comme aboutissement de vingt ans de restructurations de l’hôpital, aveuglement politique même au cœur de la crise. Mais aussi solidarités collectives, auto-organisation des soignants, conscience que le changement ne pourra venir que par la lutte … Nous avons rencontré Yasmina, infirmière à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis.

    Tu peux nous décrire ton quotidien, dans quelle structure tu es et comment se passe ton travail dans la période actuelle ?

    Je m’appelle Yasmina, je suis infirmière à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis, au service d’urgence adulte. J’y travaille depuis bientôt quatre ans et depuis quatre ans mon quotidien a beaucoup changé en termes de conditions de travail, et ça c’est accéléré depuis le début de la crise du Covid. Au début il y a eu une espèce de sidération parmi les hospitaliers et les collègues, quand on a commencé à voir ce qu’il se passait en Chine, puis progressivement quand ça se rapprochait avec la situation en Italie. Il y a eu tout un discours politique pour dire que le système de santé italien était quand même moins bon et qu’il n’arrivait pas à faire face. Là-dessus, je pense qu’on a été assez clair dès le départ en disant qu’on ne ferait pas mieux. Quand on voyait les difficultés très importantes notamment sur les respirateurs et les places en réanimation, on a commencé à se dire « comment ça va se passer chez nous ? », en sachant que la parole gouvernementale n’était pas très claire. On n’a pas été beaucoup mieux informés que vous au départ sur cette crise et les patients commençant à arriver progressivement, un certain nombre de protocoles ont été mis en place. Début mars surtout, notre hôpital est passé en « plan blanc élargi », un plan de crise qui a permis qu’on n’accueille plus les patients considérés comme du « non-urgent », pour pouvoir dégager à la fois du personnel et des lits pour des patients Covid. On a fermé ce qu’on appelle les consultations et l’hôpital de semaine, mais en les fermant on savait que ça allait forcément poser des problématiques de suivi des pathologies chroniques, que ça allait avoir un impact sur la santé de nos patients. Donc pour nous, en commençant par fermer le « non-urgent », on commençait déjà à rentrer dans le problème. Par ailleurs, on a transformé deux éléments dans l’hôpital : l’unité de soins intensifs pédiatriques et la salle réveil post-opératoire ont été réaménagées en deuxième et en troisième « réa ». On a su assez tôt que le nombre de lits de réanimation allait être compliqué à gérer parce qu’au début de la crise on nous a annoncé une fourchette entre 400 et 1000 patients en « réa » pour le Covid et il y avait 1250 places de réanimation au maximum en Ile-de-France. Au tout début, on ne gardait pas les patients, on les détectait dans nos hôpitaux et on les renvoyait à Paris. On devait appeler les hôpitaux parisiens pour « valider » nos suspicions Covid et pour avoir le droit de tester le patient parce que les critères étaient restreints alors qu’on voyait des patients qui avaient des symptômes évocateurs. Ceux qui avaient été en contact avec un Covid avéré ou ayant voyagé dans les zones à risques étaient considérés comme Covid, les autres non, mais en même temps on savait que le virus commençait déjà probablement à circuler dans le pays. Il y a eu une période de flottement pendant laquelle on ne comprenait pas trop.

    Quand tu parles de cette période, c’est avant le confinement ?

    Oui, au moment du confinement c’est là qu’on a vraiment fermé des lits et qu’on s’est transformé en hôpital Covid, le jour de la première annonce de Macron [le jeudi 12 mars]. On a commencé par recevoir des patients assez graves donc ça nous a mis une petite claque, surtout des patients qui n’étaient pas si vieux, souvent avec des comorbidités associées qui peuvent favoriser le développement d’un Covid grave. Progressivement, on n’a plus reçu de patients hors-Covid, avec la grande question de « qu’est-ce que ces gens-là deviennent ? » parce que les AVC et les infarctus continuent d’exister. Après, c’est devenu 99,9% de patients Covid jusqu’à maintenant [entretien réalisé le mardi 14 avril] où les autres patients ne sont pas encore revenus, ou alors au compte-goutte. Entre-temps, on a connu trois semaines de véritable enfer dans le 93 avec bien dix jours sans places en réanimation. Ça a été très dur à vivre et à gérer. Il a fallu faire des choix, il a fallu gérer comme on pouvait et on ne pouvait pas transférer rapidement des gens parce qu’on était déjà en sous-effectif au sein même de notre service, alors qu’on était en « plan blanc » et qu’on était censé être dans une situation sanitaire exceptionnelle. Le Covid, c’est une crise sanitaire qui arrive au milieu de ce qu’on pouvait déjà considérer comme une crise sanitaire, qui percute une crise déjà établie au sein de l’hôpital public. Les problématiques qu’on avait avant se démultiplient maintenant. Par exemple, beaucoup de collègues ont été contaminés dès le départ, du coup le sous-effectif était aussi lié à ça, on est rentré dans un cercle vicieux. Maintenant, les collègues commencent à revenir, on a baissé notre activité, ça va beaucoup mieux chez nous, ça va moins bien dans les services de gériatrie, ça va moins bien dans le reste de l’hôpital, mais aux urgences ça s’est vraiment apaisé.

    #soin #travail #crise_sanitaire #pénurie #médecine_de_pénurie #93

  • Bus et tram bondés en Seine-Saint-Denis malgré le coronavirus | Actu Seine-Saint-Denis
    https://actu.fr/societe/coronavirus/bus-tram-bondes-seine-saint-denis-malgre-coronavirus_33089445.html

    Depuis la mise en place de mesures de confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19, l’offre de transport a été réduite à 30 %, en moyenne en Île-de-France. 

    Sauf qu’en Seine-Saint-Denis, cette offre ne semble pas répondre aux besoins de la population. « La Seine-Saint-Denis est un département qui se caractérise par le fait que beaucoup de personnes travaillent dans les services dit « essentiels à la continuité de la nation ». Aujourd’hui, une proportion importante continue à travailler et à devoir se rendre sur leur lieu de travail », explique la préfecture. Dès lors, la fréquentation des transports en communs se révèle plus importante que dans certaines zones du territoire francilien.

  • Du non-respect du confinement | La plume d’un enfant du siècle
    https://marwen-belkaid.com/2020/04/10/du-non-respect-du-confinement

    [Edit : comme le fait très bien remarqué zeyesnidzeno en commentaire au billet, il n’y a en réalité pas eu de surmortalité en Seine-Saint-Denis, cette imposture était une manière de stigmatiser le 93. Je présente mes excuses de ne pas avoir vu ces chiffres avant]

    https://twitter.com/zeyesnidzeno
    #confinement

    • Le type compare les chiffres de mortalité entre les départements pour nier la surmortalité dans le département ? La surmortalité, ce sont les morts pendant la période étudiée par rapport aux morts en temps « normal », et autant que possible dans les mêmes conditions (c’est pour ça qu’on regarde même sur plusieurs années précédentes pour moyenner ce qu’on considère comme « la situation normale »). Donc on compare les chiffres d’un département avec les chiffres du même département, les années précédentes.

      Si on compare les départements entre eux, ça n’a plus aucun sens : les Hauts-de-Seine et Paris, ce sont des départements extrêmement riches (revenu fiscal moyen > 3300 euros) alors que le 93 est l’un des plus pauvres de la métropole (1760 euros), avec à l’inverse une beaucoup plus importante proportion de plus de 75 ans (8,1% à Paris, contre 5,0% dans le 93).

      Et ce ne sont que deux indicateurs parmi d’autres, il doit y avoir beaucoup de choses qui jouent sur les différences de taux de mortalité entre les départements. Donc on ne peut pas comparer les chiffres absolus entre départements, mais les chiffres d’une année sur l’autre dans le même département.

      Et là, les surmortalités du 93 et du Haut-Rhin (je me demande pourquoi on le « stigmatise », ce département-là) sont spectaculaires : pas parce qu’on compare par rapport à la mortalité des autres départements, mais à celle du 93 et du 68 les années précédentes. Dans les pires journées du covid-19, dans ces deux départements, il faut multiplier par 3 ou 4 le nombre de décès. Dans les autres départements indiqués, la différence de cette année par rapport aux années précédentes est nettement moins perceptible.

      Mais si on tient malgré tout à comparer les mortalités des départements entre eux (et non par rapport aux années précédentes), limitons au moins l’impact des différences l’âge, en ne prenant en compte que la population de plus de 75 ans. Pour les nombres de décès, puisqu’on évoque la surmortalité pendant le Covid, je prends le nombre de morts entre le 22 mars et le 3 avril (sachant que le pic de mortalité lié à Covid-19 en France, c’est après le 3 avril, mais on n’a pas encre les chiffres de l’Insee).

      Et dans ce cas, le chiffre comparable, c’est la dernière colonne à droite : le pourcentage de personnes de plus de 75 ans décédées entre le 22 mars et le 3 avril pour chaque département. Le taux est de 0,95% dans le 93, et de 0,69% dans le 75. En clair : le 93 est bien le département parmi les 4 qui a la plus importante mortalité parmi les plus de 75 ans.

      Et sinon, il y a encore un autre biais énorme dans la liste donnée pour nier la surmortalité du 93 : c’est comparé avec des départements qui sont eux-mêmes considérés comme étant des foyers du coronavirus, donc avec eux-mêmes une surmortalité importante.

      Alors du coup j’ajoute dans le tableau la Gironde (33) :

      Et là, si je ne me suis pas planté dans mes chiffres, on arrive à 0,31% de décès chez les plus de 75 ans entre le 22 mars et le 3 avril en Gironde. C’est-à-dire proportionnellement 3 fois moins que dans le 93.

      Du coup, un tableau pour montrer l’absurdité de la liste précédente : les mêmes comparaisons, avec les décès du 1er au 15 mars (on peut considérer que c’est presque une période normale en terme de mortalité) :

      Si on regarde la 4e colonne, on constate qu’entre le 1er et le 15 mars, on a un taux de décès rapporté à la population globale du département qui est de 0,036% en Gironde, et de 0,019% en Seine-Saint-Denis. En temps normal, on meurt deux fois plus dans le 33 que dans le 93. Pourtant je ne vois pas comment on pourrait utiliser cette information pour « stigmatiser » le Bordelais, ou tresser des lauriers au 93 (genre : « les gens sont particulièrement prudents avec un mode vie sain dans le 93 : regardez, ils meurent deux fois moins vite qu’à Bordeaux »).

    • te décarcasse pas trop pour moi, les statistiques c’est pas mon truc.
      je crois que ce qui énerve zeyesnidzeno c’est qu’il y a plus de pauvres dans le 93 que dans les départements voisins. Et que c’est eux qui trinque puisqu’ils vont au charbon et qu’ils n’ont pas le choix.

    • OK. Mais j’ai fait les recoupements et les tableaux, pour qu’on ait de quoi répondre à ce qui, à coup sûr, va devenir une nouvelle fadaise des réseaux sociaux :

      il n’y a en réalité pas eu de surmortalité en Seine-Saint-Denis, cette imposture était une manière de stigmatiser le 93

      cela basé sur des « chiffres » donnés « pour plus de clarté », thème dont on sait d’expérience que c’est typiquement le genre de chose qui plaît beaucoup sur les internets.

    • bon ben merci pour ta vigilance et si ce genre de chose se propage sur #twittoland, pour moi c’est égal je regarde les twittos qu’à travers seenthis. Et si ça peut te rassurer j’importe parfois des liens tumblr, ici. Mais jamais dans l’autre sens, en tout cas pas des liens seenthis.
      Pas vraiment envie de voir un déferlement de trolls débarquer.

    • J’envoie des fois des liens Seenthis sur Twitter parce que je trouve que ce qu’on fait est pas mal et que je bloque facilement, j’ai l’impression que mes followers sont propres et j’aimerais bien qu’une petite partie nous rejoigne.

      Sur la #surmortalité, c’est dingue qu’avec ma culture de chiffres assez minable j’aie l’air d’une lumière mais on est encore avec des débats publics dans un régime d’ignorance affolant de ce qu’est ce chiffre (la mortalité en hausse de la même population, pas la mortalité supérieure des gens d’à côté). On a eu de bonnes visualisation de la surmortalité dans chaque département, avec couleurs changeantes cependant entre plusieurs productions.

      Sur le fait de reprocher d’être plus touché·es que la moyenne à des gens mal logé·es ou qui vont trimer dans des RER bondés... Lallementable. Et bête, comme souvent les pires abjections racistes et classistes de cette France rance.

  • Confinement en Seine-Saint-Denis : l’augmentation de la fréquence des bus et des trams inquiète - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/confinement-en-seine-saint-denis-l-augmentation-de-la-frequence-des-bus-e

    « J’ai poussé plusieurs petits coups de gueule dans le tram du T1, entre les stations du 8-mai-1945 à La Courneuve et des Cosmonautes, à Saint-Denis. On ne pouvait pas garder le mètre de distance entre les gens. Les rames sont étroites et peu spacieuses. A certains moments, nous nous retrouvions à 30 cm des uns, des autres. » Flora, médecin à l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis, fait partie des usagers qui ont éprouvé les conséquences de la baisse du nombre de bus et tramways en banlieue, avec la mise en place du confinement le 17 mars.

    De guerre lasse, Flora a fini par renoncer au tram pour aller à l’hôpital à vélo. Car le paradoxe est là : alors que la fréquentation des voyageurs est de 4 % seulement sur le réseau RATP et que certains s’alarment même de risques d’agression en soirée, les bus et trams sont au contraire bien chargés. Une promiscuité incompatible avec les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus.

    @gduval_altereco

    Impressionnant : la surmortalité liée au #COVID19 en Seine Saint Denis (93) est 2 X plus forte qu’à Paris et supérieure à ce qu’elle a été aux pires moments dans le Haut Rhin (68), le 1er département massivement touché. Une telle inégalité face à l’épidémie n’est pas tolérable.

    Avec un graphique qui indique un pic de surmortalité journalière de 400 personnes....
    https://twitter.com/gduval_altereco/status/1249063930711990273

    Restera plus qu’à comparer aux Ehpad pour positiver chouïa

    #travail #économie #déconfinement dans le #confinement #premiers_de_corvée #surmortalité #93 #transports_en_commun

  • [Crop Circle] #9 0404 Space Garbage
    http://www.radiopanik.org/emissions/crop-circles/-9-0404-found

    Grâce a des techniques d’aérobic révolutionnaires, les corps oscillants aux modulations, se propulsent des kilomètres plus loin pour un épisode en direct dans deux agroglyphes

    Avec ou sans fièvre viens suer sur CC

    au programme : noise blind test (participes-y depuis le chat de Panik), cartes postales audio et U.F.O from new york bitch’, et un merveilleux workout, le fabuleux AerobicRadical. Quelques lectures pas seulement calme........

    #radical #modulaire #aerobic #exobiologie #radical,modulaire,aerobic,exobiologie
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/crop-circles/-9-0404-found_08635__1.mp3

  • [Radio PANdemIK] Radio Pandemik #9
    http://www.radiopanik.org/emissions/radio-pandemik/radio-pandemik-9

    Panik se décuple et se propage en Pandémik infectieuse des oreilles les plus sourdes. Volatile, imprévisible, elle s’attrape à horaires variables, pour une durée brève ou indéterminée et jusqu’à amener des changements irréversibles.

    Jingle Radio Pandémik - Magda

    Le discours de Sophie, une création de Alice Just - 8’33

    La voix des sans papiers, interview de Saïd par Laure Gatelier - part 1 - 3’31

    Media Panic - Charlelie Couture

    La voix des sans papiers, interview de Saïd par Laure Gatelier - part 2 - 5’33

    Concert des voisins dans la cour d’en face, musiciens du groupe High Jinks Delegation - http://highjinksdelegation.com

    « Comme sur des roulettes » une radio faite par les usagers de FACeRe - 12’10

    ’Les derniers’, une création de Benoît Bories à partir de sonorités enregistrées à (...)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/radio-pandemik/radio-pandemik-9_08557__1.mp3

  • [Indiedrome] Indiedrome du 17/3/2020
    http://www.radiopanik.org/emissions/indiedrome/indiedrome-du-17-3-2020

    Beatriz Ferreyra: L’autre rive / The Other Shore « Echos + » (Room 40)

    Thomas Hamilton: Bonampak « Pieces For Kohn » (Guerssen)

    Luminant: Sand « S/T » (Amorfon)

    Paal Nilssen-Love & Ken Vandermark: #9 « Screen Off » (PNL)

    Kaja Draksler & Terrie Ex: Butterfly « The Swim » (Terp)

    Pyramid: extract « Dawn Defender » (Mental Experience)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/indiedrome/indiedrome-du-17-3-2020_08371__1.mp3

  • [Des singes en hiver] #9 tricher, c’est bien
    http://www.radiopanik.org/emissions/des-singes-en-hiver/-9-tricher-c-est-bien

    ’Tricher c’est mal’, on dit cela parce que lorsqu’on #triche on n’apprend rien, ou alors parce que lorsqu’on triche on ne joue pas le #jeu. Mais ce qu’on n’a pas dit, est que cela suppose une bonne manière d’apprendre, que cela suppose un jeu avec des règles. Celui qui triche est obligé de les connaître ces règles. Pas seulement connaître les énoncés : « ceci est interdit », « on ne peut pas faire cela ... », mais concrètement comment ça fonctionne ? comment on contrôle ? qui contrôle ? Quand, qu’est ce que cela produit ?, etc. Il y a là une ouverture vers d’autres manières de faire et avec d’autres résultats. Par exemple sortir un peu de l’idée que l’apprentissage est une question mentale. Alors on peut dire aussi que tricher c’est bien.

    C’est de ces questions que nous comptons discuter avec Thierry (...)

    #humour #inventivité #créativité #intelligence_collective #humour,jeu,triche,inventivité,créativité,intelligence_collective
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/des-singes-en-hiver/-9-tricher-c-est-bien_08327__1.mp3

  • The King Cole Trio “Straighten Up and Fly Right” (1944)
    https://www.youtube.com/watch?v=K9HHGrLSNUg

    Released on 78 RPM single as Capitol 154 on April 14, 1944. The song was written by Nat “King” Cole and Irving Mills. It was recorded by The King Cole Trio at C.P. MacGregor Studios in Los Angeles on November 30, 1943.

    Personnel:
    Nat “King” Cole - piano and vocal
    Oscar Moore - guitar
    Johnny Miller - double bass

    The single would prove to be the trio’s most popular, topping the Harlem Hit Parade for ten nonconsecutive weeks. It was also a #9 pop hit, and was #1 for six nonconsecutive weeks on the Most Played Jukebox Hillbilly Records chart.

  • Desmond Dekker and the Aces “Poor Me Israelites” (Original JA Pressing)
    https://www.youtube.com/watch?v=4udCPDe52_c

    Desmond Dekker’s international hit single, taken from its original 1968 Jamaican release as the A-side of Beverley’s S.R. 059. It was licensed to Pyramid’s J.J. label in the U.K. who released it with the adjusted title “Israelites,” and it became a #1 hit. Uni Records picked it up for the U.S. where it peaked at #9 on the ’Billboard’ Hot 100 singles chart.

    The original Jamaican release features a longer fadeout than other pressings, and the bass is louder.

  • [Collagène/Gêne Locale] COLLAGÈNE #9
    http://www.radiopanik.org/emissions/collagene-gene-locale/collagene-9

    Fausse alerte évacuée, limbes et fonds marins mis en orbite via d’épais essais nucléaires pacifiques. Les stratagèmes de #KRAB prennent la tangente des sons tendance oblique, Hubert Barrion et Simon Léopold serreraient-ils la pince au vide ?

    Krab pas cracra en coupé/décalé façon Collagène

    https://krab3.bandcamp.com

    #collage #electroacoustique #samples #collage,electroacoustique,KRAB,samples
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/collagene-gene-locale/collagene-9_08131__1.mp3

  • Une vidéo montre un #policier mettre un coup de casque de moto lors d’une interpellation | StreetPress
    https://www.streetpress.com/sujet/1580812202-homme-victime-coup-casque-moto-par-police-violences-policier
    #93
    #violences

    Quelques secondes plus tard, un des pandores lui met un violent coup de tête avec son casque. Pourtant, le 7 janvier dernier, au tribunal de Nanterre, c’est bien Kerim qui « Ce n’est pas nouveau les #violences_policières. Si on n’a pas la vidéo, on en conclut que le casque se referme et c’est vraiment pas de chance, car les policiers le disent. »est jugé pour « outrage à agents », « rébellion » et « menace de commettre un crime ». StreetPress rembobine l’histoire.

    Il raconte qu’un des trois motards aurait demandé à leurs collègues du #92 « s’il y avait des caméras ». Suite à la réponse négative, l’un d’eux aurait frappé le jeune homme avec « une série de coups de poings au visage pendant 60 secondes ». Un autre l’aurait ensuite fait tomber au sol et il aurait reçu « des coups de poings et de pieds au visage et au corps, partout sans raison » :

    . « J’ai fait une demande de renvoi à chaque reprise car l’enquête de l’IGPN n’a toujours pas été versée au dossier et j’aimerais bien savoir ce qu’il s’est passé selon eux »

    « Ce n’est pas nouveau les violences policières. Si on n’a pas la vidéo, on en conclut que le casque se referme et c’est vraiment pas de chance, car les policiers le disent. »

  • Spatialités et temporalités palestiniennes #9 : Faire économie sous blocus dans la bande de Gaza.
    https://www.antiatlas.net/stp-9-economie-sous-blocus-a-gaza

    Mercredi 29 janvier 2020 14h-16h00 Salle André Raymond IREMAM Maison méditerranéenne des sciences de l’homme 5 rue du château de … Continuer la lecture de « Spatialités et temporalités palestiniennes #9 : Faire économie sous blocus dans la bande de Gaza. » L’article Spatialités et temporalités palestiniennes #9 : Faire économie sous blocus dans la bande de Gaza. est apparu en premier sur antiAtlas des frontières.

  • #Caen : officialisation d’un nouveau #squat_rue_des_Vaux_de_la_Folie
    https://fr.squat.net/2019/11/01/caen-officialisation-dun-nouveau-squat-rue-des-vaux-de-la-folie

    Aujourd’hui, vendredi 1er novembre 2019, premier jour de la trêve hivernale, l’Assemblée Générale de lutte contre toutes les expulsions officialise un nouveau squat situé au 9, rue des Vaux de la Folie à Caen. 11 personnes, dont 6 enfants de 2 à 15 ans, sans aucune solution occupent ce lieu depuis mercredi 30 octobre. Cette […]

    #9_rue_des_Vaux_de_la_Folie #AG_de_lutte_contre_les_expulsions #Le_Marais #ouverture #sans-papiers

  • Il y a 9 000 ans, une communauté aux problèmes urbains modernes.

    Les bioarchéologues rapportent de nouvelles découvertes dans les anciennes ruines de Çatalhöyük, en Turquie moderne. Les résultats donnent une idée de ce qu’était une vie humaine au moment du passage d’un mode de vie nomade de chasse et de cueillette à une vie plus sédentaire construite autour de l’agriculture.

    Il y a environ 9 000 ans, les habitants de l’une des premières grandes communautés agricoles du monde comptaient également parmi les premiers humains à faire face aux dangers de la vie urbaine moderne.

    Des scientifiques qui étudient les anciennes ruines de Çatalhöyük, dans la Turquie moderne, ont découvert que ses habitants - entre 3 500 et 8 000 habitants à son apogée - connaissaient la surpopulation, les maladies infectieuses, la violence et les problèmes environnementaux.

    (...)

    « Çatalhöyük a été l’une des premières communautés proto-urbaines au monde et les résidents ont vécu ce qui se passait lorsque l’on réunissait de nombreuses personnes dans une petite zone pendant une période prolongée ».

    (...)

    Çatalhöyük a commencé comme une petite colonie vers 7100 av. J.-C., probablement constituée de quelques maisons de briques en terre crue dans ce que les chercheurs appellent la période Early. Elle a atteint son apogée entre 6700 et 6500 av. J.-C. avant le déclin rapide de la population à la fin de la période. Çatalhöyük a été abandonné vers 5950 av.

    Alimentation.

    L’agriculture a toujours été une partie importante de la vie dans la communauté.(...) : les résidents avaient une alimentation trop riche en blé, en orge et en seigle, ainsi qu’une gamme de plantes non domestiquées.

    (...) Les protéines dans leur régime alimentaire, [provenaient] d’ovins, de caprins et d’animaux non domestiques. Les bovins domestiques ont été introduits à la fin de la période, mais les moutons ont toujours été les animaux domestiques les plus importants dans leur régime alimentaire.

    « Ils ont cultivé et élevé des animaux dès qu’ils ont eu créé la communauté, mais ils intensifiaient leurs efforts à mesure que la population augmentait ».

    La diète riche en céréales signifiait que certains résidents développaient bientôt une carie dentaire - l’une des soi-disant « maladies de la civilisation ». Les résultats ont montré qu’environ 10 à 13% des dents d’adultes découvertes sur le site présentaient des signes de caries dentaires.

    Agriculture et changement climatique.

    Les changements au fil du temps dans la forme des sections transversales des os de la jambe ont montré que les membres de la communauté à la fin de la période de Çatalhöyük marchaient beaucoup plus que les premiers habitants. Cela suggère que les résidents ont dû déplacer l’agriculture et le pâturage plus loin de la communauté au fil du temps.

    « [Les chercheurs pensent] que la dégradation de l’environnement et le changement climatique ont forcé les membres de la communauté à s’éloigner de la colonie pour s’installer dans des fermes et à trouver des provisions comme du bois de chauffage ». « Cela a contribué à la disparition ultime de Çatalhöyük. »

    D’autres recherches suggèrent que le climat au Moyen-Orient est devenu plus sec au cours de l’histoire de Çatalhöyük, ce qui a rendu l’agriculture plus difficile.

    Les résultats de la nouvelle étude suggèrent que les résidents ont souffert d’un taux d’infection élevé, probablement en raison de la surpopulation et d’une mauvaise hygiène. Jusqu’à un tiers des restes de la période précoce montrent des signes d’infections des os.

    Architecture et hygiène.

    Au plus fort de la population, les maisons ont été construites comme des appartements ne laissant aucun espace entre eux. Les résidents entraient et sortaient par des échelles sur les toits des maisons.

    Les fouilles ont montré que les murs et les sols intérieurs étaient souvent recouverts d’argile. Et tandis que les résidents gardaient leurs sols pratiquement sans débris, l’analyse des murs et des sols des maisons a montré des traces de matières fécales animales et humaines.

    « Ils vivent dans des conditions de surpeuplement, avec des fosses à ordures et des enclos pour animaux juste à côté de certaines de leurs maisons. Il y a donc toute une série de problèmes d’assainissement qui pourraient contribuer à la propagation de maladies infectieuses », a déclaré Larsen.

    Surpeuplement et violence.

    Les conditions de surpeuplement à Çatalhöyük pourraient également avoir contribué à des niveaux élevés de violence entre résidents, selon les chercheurs.

    Sur un échantillon de 93 crânes de Çatalhöyük, plus d’un quart - 25 personnes - ont présenté des signes de fractures cicatrisées. Et 12 d’entre eux ont été victimes plus d’une fois, avec deux à cinq blessures sur une période donnée. La forme des lésions suggère que les coups portés à la tête par des objets durs et ronds les ont causés - et que des boules d’argile de taille et de forme correspondantes ont également été trouvées sur le site.

    Plus de la moitié des victimes étaient des femmes (13 femmes et 10 hommes). Et la plupart des blessures se trouvaient au sommet ou à l’arrière de la tête, ce qui donne à penser que les victimes ne faisaient pas face à leurs agresseurs lorsqu’elles étaient frappées.

    « Nous avons constaté une augmentation des lésions crâniennes au cours de la période moyenne, lorsque la population était la plus nombreuse et la plus dense », a déclaré Larsen.

    « On pourrait argumenter que le surpeuplement entraîne une augmentation du stress et des conflits au sein de la communauté. »

    Composition des ménages.

    La plupart des gens ont été enterrés dans des fosses creusées dans le sol des maisons et les chercheurs pensent qu’ils ont été enterrés sous les maisons dans lesquelles ils vivaient. Cela a conduit à une découverte inattendue : la plupart des membres d’un ménage n’étaient pas liés biologiquement.

    Les chercheurs ont découvert cela en découvrant que les dents d’individus enfouis sous la même maison n’étaient pas aussi semblables que ce à quoi on pourrait s’attendre si elles étaient apparentées.

    "La morphologie des dents est hautement contrôlée génétiquement. Les personnes apparentées présentent des variations similaires dans la couronne de leurs dents et nous n’avons pas trouvé cela chez des personnes enterrées dans les mêmes maisons."

    Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer les relations des personnes qui vivaient ensemble à Çatalhöyük, a-t-il déclaré. "C’est toujours une sorte de mystère."

    Dans l’ensemble, Larsen a déclaré que l’importance de Çatalhöyük est qu’il s’agissait de l’un des premiers « méga-sites » néolithiques au monde construit autour de l’agriculture.

    "Nous pouvons en apprendre davantage sur les origines immédiates de nos vies aujourd’hui, sur notre organisation en communautés. Bon nombre des défis auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui sont les mêmes que ceux qu’ils ont eus à Çatalhöyük - seulement magnifiés."

    9,000 years ago, a community with modern urban problems
    https://news.osu.edu/9000-years-ago-a-community-with-modern-urban-problems

    #Préhistoire #Néolithique #Çatalhöyük #sédentarisation #villes #9000BP #mode_de_vie #violence #peuplement

    DOI : 10.1073/pnas.1904345116

  • #Grève dans les #92 - Le #facteur n’est pas passé | FUMIGENE MAG
    http://www.fumigene.org/2018/06/06/greve-dans-les-92-le-facteur-nest-pas-passe
    #PTT #postes #poste #la_poste

    texte partagé par collectif oeil sur FB :

    Ce dimanche 16 juin 2019 à 6h, 7 policiers ont sonné à la porte de chez Leo Ks, #photographe et #vidéaste, membre du Collectif OEIL, pour l’interpeller.

    Il a été menotté et emmené en garde à vue au commissariat du XVe arrondissement de Paris. Lors de son interrogatoire, la police lui a reproché des faits de « dégradations au siège de la Poste ». il a été libéré le jour même, un peu avant 20h.

    Vendredi 14 juin, les grévistes de la Poste, en grève depuis 15 mois dans les Hauts-de-Seine, ont occupé le siège de leur entreprise. Par cette action, les postier.es en grève voulaient une nouvelle fois interpeller les cadres de l’entreprise afin de mettre en place de vraies négociations et faire signer le protocole de fin de conflit.

    Leo Ks et NnoMan ont suivi l’action, pour la documenter de l’intérieur, afin de réaliser un reportage photo et vidéo.

    Ils n’ont commis et n’ont été témoins d’aucune dégradation de la part des grévistes.

    Lors de cette action, la police a tenté à plusieurs reprises d’empêcher Leo Ks et NnoMan de filmer ; avant de les retenir plus d’une heure à l’écart, surveillés par deux agents de la #BAC.

    Pendant ce temps, une unité d’intervention procédait à l’évacuation des grévistes, en fracassant la porte à coups de bélier et de masse.

    Ce dimanche matin, le syndicaliste Gaël Quirante, a été lui aussi réveillé par la police puis placé en garde à vue, à la sûreté territoriale.

    La police s’est également rendue chez deux autres postiers (qui n’étaient pas chez eux) et ont placé une sympathisante en garde à vue, elle aussi dans le commissariat du XVe.

    Ces #arrestations, au petit matin, avec de nombreux effectifs de police, chez des grévistes, chez une citoyenne, chez un photographe qui donne la parole à cette lutte, est une nouvelle attaque contre le #mouvement_social, contre celles et ceux qui se révoltent pour leurs droits, et contre la presse indépendante.

    Par ces attaques, ce sont non seulement les #journalistes qui sont visés ; c’est l’ensemble du mouvement qui est pris pour cible avec une volonté claire de criminaliser les luttes sociales et syndicales.

    Nous condamnons ces arrestations, que ce soit à l’encontre de notre collègue et ami, ou à l’encontre de tous les autres, de ceux qui luttent pour leurs droits et pour le maintien de #services_publics pour tous les #citoyens de ce pays.

    Nous espérons la libération immédiate de #Gaël_Quirante ainsi que l’arrêt des #poursuites contre les #grévistes.

    Nous ne baisserons ni les yeux, ni les objectifs de nos appareils photo !

    #Collectif_OEIL.
    #fumigene_le_mag
    #criminalisation_mouvements_sociaux
    #liberté_de_la_presse

    Pitinome
    NnoMan
    Leo Ks
    Maxwell Aurélien James