• Les pieds. Disponibles 24 h / 24 h en bas de vos chevilles
    http://carfree.fr/index.php/2021/05/07/les-pieds-disponibles-24-h-24-h-en-bas-de-vos-chevilles

    En mai 2021, #bruxelles Mobilité lance pour la première fois une campagne de promotion de la #marche à l’attention du grand public : Les Pieds. Inspirée des codes propres au lancement Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Marche_à_pied #Belgique #communication #humour #piétons #vidéo

  • Belgian farmer accidentally moves French border

    A farmer in Belgium has caused a stir after inadvertently redrawing the country’s border with France.

    A local history enthusiast was walking in the forest when he noticed the stone marking the boundary between the two countries had moved 2.29m (7.5ft).

    The Belgian farmer, apparently annoyed by the stone in his tractor’s path, had moved it inside French territory.

    Instead of causing international uproar, the incident has been met with smiles on both sides of the border.

    “He made Belgium bigger and France smaller, it’s not a good idea,” David Lavaux, mayor of the Belgian village of #Erquelinnes, told French TV channel TF1. That sort of move caused a headache between private landowners, he pointed out, let alone neighbouring states.

    The border between France and what is now Belgium stretches 620km (390 miles). It was formally established under the Treaty of Kortrijk, signed in 1820 after Napoleon’s defeat at Waterloo five years earlier. The stone dates back to 1819, when the border was first marked out.

    “I was happy, my town was bigger,” the Belgian mayor added with a laugh. “But the mayor of #Bousignies-sur-Roc didn’t agree.”

    “We should be able to avoid a new border war,” the amused mayor of the neighbouring French village, Aurélie Welonek, told La Voix du Nord.

    Local Belgian authorities plan to contact the farmer to ask him to return the stone to its original location. If that does not happen the case could end up at the Belgian foreign ministry, which would have to summon a Franco-Belgian border commission, dormant since 1930.

    Mr Lavaux noted that the farmer could also face criminal charges if he failed to comply.

    “If he shows good will, he won’t have a problem, we will settle this issue amicably,” he told Belgian news website Sudinfo.

    https://www.bbc.com/news/world-europe-56978344.amp

    #Belgique #France #frontières #frontières_mobiles #tracé_frontaliers #bornes #Traité_de_Courtrai #borne_frontière #déplacement

  • Bruxelles : Nouvelle demande d’autorisation pour une « Boum 3 » introduite auprès de la zone de police de Bruxelles-Ixelles Patrick Michalle - 3 Mai 2021
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_nouvelle-demande-d-autorisation-pour-une-boum-3-introduite-aupres-de-la-

    L’organisateur « l’Abîme » introduit une nouvelle demande d’autorisation auprès de la zone de police Bruxelles-Ixelles pour organiser samedi 29 mai à 14 heures un nouveau rassemblement au Bois de la Cambre. Dans son texte de demande d’autorisation, Dave Monfort, coordinateur de « l’Abîme » mentionne le même motif que celui relatif à la Boum 2 à savoir l’état psychologique des jeunes en l’absence de contacts sociaux depuis 1 an de confinement. Et d’évoquer « experts et études attestant de risques de contamination quasi inexistants à l’extérieur ».


    . . . . . . . . . . . . . . .
    Lorsque l’organisateur a voulu demander l’aide de la police pour écarter des éléments perturbateurs, très minoritaires et identifiés, il a reçu une fin de non-recevoir de la part de l’officier commandant le dispositif policier : « Nous connaissons notre métier » lui a-t-il été répondu. Ce qui résume le climat de non-dialogue qui a prévalu tout au long de la semaine qui a précédé cet événement.

    #Bruxelles #belgique #la_Cambre #répression #violences_policières #police #violence_policière #répression #justice #violence #brutalité_policière #Boum

  • Bruxelles La Boum 2 : le mouvement « Trace ton cercle » appelle les autorités à « sortir de leur posture répressive »
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_la-boum-2-le-mouvement-trace-ton-cercle-appelle-les-autorites-a-sortir-d

    Le mouvement citoyen « Trace ton cercle » , qui mène depuis plusieurs mois des actions pacifiques pour tenter d’attirer l’attention du gouvernement sur la situation des jeunes en ces temps de Covid, appelle les autorités bruxelloise et fédérale « à sortir de leur posture répressive » à la veille de « La Boum 2 » qui doit se tenir dans la capitale.

    « Il n’y a, dans les déclarations récentes de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden ou du bourgmestre de Bruxelles Philipppe Close, pas beaucoup d’empathie vis-à-vis de la jeunesse. Aucune écoute des frustrations et du mal-être que celle-ci exprime. Or, nous aimerions voir, dans l’État de droit dans lequel nous vivons et votons, un dialogue constructif et une planification réfléchie » , écrit le mouvement dans un communiqué.

    « Nous avons plus l’impression de voir de l’intimidation et un discours répressif. Décider d’une démonstration de force disproportionnée face à des jeunes qui se retrouvent paisiblement est une responsabilité politique », ajoute-t-il.

    « Il ne s’agit pas ici de contester le bien-fondé des mesures contre la propagation du virus mais de défendre quelque chose de plus important encore : la santé mentale des jeunes, enjeu de santé au moins aussi important à nos yeux que la lutte contre le virus et totalement ignoré pendant plus de six mois » , poursuit le collectif.

    Ce dernier appelle dès lors les autorités « à sortir de leur posture répressive et de leurs centres de crise ce samedi » et d’aller « à la rencontre des jeunes là où ils seront ».

    « Et surtout, il est de votre responsabilité d’encadrer les évènements et d’assurer la sécurité de tous, y compris celle des participants. Pas de canon à eau, pas de cavalerie contre les jeunes qui seront là de manière pacifique et festive, mais un dialogue », conclut le mouvement.

    #Bruxelles #belgique #la_Cambre #répression #violences_policières #police #violence_policière #répression #justice #violence #brutalité_policière #Boum

  • #Campagnes de #dissuasion massive

    Pour contraindre à l’#immobilité les candidats à la migration, jugés indésirables, les gouvernements occidentaux ne se contentent pas depuis les années 1990 de militariser leurs frontières et de durcir leur législation. Aux stratégies répressives s’ajoutent des méthodes d’apparence plus consensuelle : les campagnes d’information multimédias avertissant des #dangers du voyage.

    « Et au lieu d’aller de l’avant, il pensa à rentrer. Par le biais d’un serment, il dit à son cousin décédé : “Si Dieu doit m’ôter la vie, que ce soit dans mon pays bien-aimé.” » Cette #chanson en espagnol raconte le périple d’un Mexicain qui, ayant vu son cousin mourir au cours du voyage vers les États-Unis, se résout à rebrousser chemin. Enregistrée en 2008 grâce à des fonds gouvernementaux américains, elle fut envoyée aux radios de plusieurs pays d’Amérique centrale par une agence de #publicité privée, laquelle se garda bien de révéler l’identité du commanditaire (1).

    Arme de découragement typiquement américaine ? Plusieurs États européens recourent eux aussi à ces méthodes de #communication_dissuasive, en particulier depuis la « crise » des réfugiés de l’été 2015. En #Hongrie comme au #Danemark, les pouvoirs publics ont financé des publicités dans des quotidiens libanais et jordaniens. « Les Hongrois sont hospitaliers, mais les sanctions les plus sévères sont prises à l’encontre de ceux qui tentent d’entrer illégalement en Hongrie », lisait-on ici. « Le Parlement danois vient d’adopter un règlement visant à réduire de 50 % les prestations sociales pour les réfugiés nouvellement arrivés », apprenait-on là (2). En 2017, plusieurs #artistes ouest-africains dansaient et chantaient dans un #clip intitulé #Bul_Sank_sa_Bakane_bi (« Ne risque pas ta vie »). « L’immigration est bonne si elle est légale », « Reste en Afrique pour la développer, il n’y a pas mieux qu’ici », « Jeunesse, ce que tu ignores, c’est qu’à l’étranger ce n’est pas aussi facile que tu le crois », clamait cette chanson financée par le gouvernement italien dans le cadre d’une opération de l’#Organisation_internationale_pour_les_migrations (#OIM) baptisée « #Migrants_conscients » (3).

    « Pourquoi risquer votre vie ? »

    Ces campagnes qui ciblent des personnes n’ayant pas encore tenté de rejoindre l’Occident, mais susceptibles de vouloir le faire, insistent sur l’inutilité de l’immigration irrégulière (ceux qui s’y essaient seront systématiquement renvoyés chez eux) et sur les rigueurs de l’« État-providence ». Elles mettent en avant les dangers du voyage, la dureté des #conditions_de_vie dans les pays de transit et de destination, les #risques de traite, de trafic, d’exploitation ou tout simplement de mort. Point commun de ces mises en scène : ne pas évoquer les politiques restrictives qui rendent l’expérience migratoire toujours plus périlleuse. Elles cherchent plutôt à agir sur les #choix_individuels.

    Déployées dans les pays de départ et de transit, elles prolongent l’#externalisation du contrôle migratoire (4) et complètent la surveillance policière des frontières par des stratégies de #persuasion. L’objectif de #contrôle_migratoire disparaît sous une terminologie doucereuse : ces campagnes sont dites d’« #information » ou de « #sensibilisation », un vocabulaire qui les associe à des actions humanitaires, destinées à protéger les aspirants au départ. Voire à protéger les populations restées au pays des mensonges de leurs proches : une vidéo financée par la #Suisse (5) à destination du Cameroun enjoint ainsi de se méfier des récits des émigrés, supposés enjoliver l’expérience migratoire (« Ne croyez pas tout ce que vous entendez »).

    Initialement appuyées sur des médias traditionnels, ces actions se développent désormais via #Facebook, #Twitter ou #YouTube. En #Australie, le gouvernement a réalisé en 2014 une série de petits films traduits dans une quinzaine de langues parlées en Asie du Sud-Est, en Afghanistan et en Indonésie : « Pas question. Vous ne ferez pas de l’Australie votre chez-vous. » Des responsables militaires en treillis exposent d’un ton martial la politique de leur pays : « Si vous voyagez par bateau sans visa, vous ne pourrez jamais faire de l’Australie votre pays. Il n’y a pas d’exception. Ne croyez pas les mensonges des passeurs » (6).

    Les concepteurs ont sollicité YouTube afin que la plate-forme diffuse les #vidéos sous la forme de publicités précédant les contenus recherchés par des internautes susceptibles d’émigrer. Le recours aux #algorithmes permet en effet de cibler les utilisateurs dont le profil indique qu’ils parlent certaines langues, comme le farsi ou le vietnamien. De même, en privilégiant des vidéos populaires chez les #jeunes, YouTube facilite le #ciblage_démographique recherché. Par la suite, ces clips ont envahi les fils d’actualités Facebook de citoyens australiens issus de l’immigration, sélectionnés par l’#algorithme car ils parlent l’une des langues visées par la campagne. En s’adressant à ces personnes nées en Australie, les autorités espéraient qu’elles inviteraient elles-mêmes les ressortissants de leur pays d’origine à rester chez eux (7).

    C’est également vers Facebook que se tourne le gouvernement de la #Norvège en 2015. Accusé de passivité face à l’arrivée de réfugiés à la frontière russe, il finance la réalisation de deux vidéos, « Pourquoi risquer votre vie ? » et « Vous risquez d’être renvoyés » (8). Les utilisateurs du réseau social avaient initialement la possibilité de réagir, par le biais des traditionnels « j’aime » ou en postant des commentaires, ce qui aurait dû permettre une circulation horizontale, voire virale, de ces vidéos. Mais l’option fut suspendue après que la page eut été inondée de commentaires haineux issus de l’extrême droite, suscitant l’embarras de l’État.

    Ici encore, Facebook offre — ou plutôt, commercialise — la possibilité de cibler des jeunes hommes originaires d’Afghanistan, d’Éthiopie et d’Érythrée, dont le gouvernement norvégien considère qu’ils ne relèvent pas du droit d’asile. L’algorithme sélectionne en particulier les personnes situées hors de leur pays d’origine qui ont fait des recherches sur Internet dénotant leur intérêt pour l’Europe et la migration. Il s’agit de toucher des migrants en transit, qui hésitent quant à leur destination, et de les dissuader de choisir la Norvège. Les Syriens ne font pas partie des nationalités visées, afin de ne pas violer le droit d’asile. De même, le message mentionne explicitement que seuls les adultes seront refoulés, afin de ne pas contester le droit des enfants à être pris en charge.

    À plusieurs reprises, depuis 2015, les autorités belges ont elles aussi utilisé Facebook pour ce type d’initiatives (9). En 2018, des photographies de centres de détention et d’un jeune migrant menotté, assorties du slogan « Non à l’immigration illégale. Ne venez pas en #Belgique » (10), furent relayées à partir d’une page Facebook créée pour l’occasion par l’Office des étrangers. Cette page n’existait toutefois qu’en anglais, ce qui a fait croire à un faux (y compris parmi les forces de l’ordre), poussant le gouvernement belge à la supprimer au profit d’un site plus classique, humblement intitulé « Faits sur la Belgique » (11).

    Si de telles initiatives prolifèrent, c’est que les États européens sont engagés dans une course à la dissuasion qui les oppose les uns aux autres. Le 30 mai 2018, en France, M. Gérard Collomb, alors ministre de l’intérieur, affirmait lors d’une audition au Sénat que les migrants faisaient du « #benchmarking » pour identifier les pays les plus accueillants. Cette opinion semble partagée par ses pairs, et les États se montrent non seulement fermes, mais soucieux de le faire savoir.

    Le recours aux plates-formes de la Silicon Valley s’impose d’autant plus aisément que les autorités connaissent l’importance de ces outils dans le parcours des migrants. Une très large majorité d’entre eux sont en effet connectés. Ils dépendent de leur #téléphone_portable pour communiquer avec leur famille, se repérer grâce au #GPS, se faire comprendre par-delà les barrières linguistiques, conserver des photographies et des témoignages des atrocités qui justifient leur demande d’asile, appeler au secours en cas de naufrage ou de danger, ou encore retrouver des connaissances et des compatriotes dispersés.

    Un doute taraudait les autorités des États occidentaux : en connectant les individus et en leur facilitant l’accès à diverses sources d’information, les #technologies_numériques ne conféraient-elles pas une plus grande #autonomie aux migrants ? Ne facilitaient-elles pas en définitive l’immigration irrégulière (12) ? Dès lors, elles s’emploieraient à faire de ces mêmes outils la solution au problème : ils renseignent sur la #localisation et les caractéristiques des migrants, fournissant un canal privilégié de communication vers des publics ciblés.

    Systématiquement financées par les États occidentaux et impliquant de plus en plus souvent les géants du numérique, ces campagnes mobilisent aussi d’autres acteurs. Adopté sous les auspices de l’Organisation des Nations unies en 2018, le pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières (ou pacte de Marrakech) recommande ainsi de « mener des campagnes d’information multilingues et factuelles », d’organiser des « réunions de sensibilisation dans les pays d’origine », et ce notamment pour « mettre en lumière les risques qu’il y a à entreprendre une migration irrégulière pleine de dangers ». Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) et l’OIM jouent donc le rôle d’intermédiaires privilégiés pour faciliter le financement de ces campagnes des États occidentaux en dehors de leur territoire.

    Efficacité douteuse

    Interviennent également des entreprises privées spécialisées dans le #marketing et la #communication. Installée à Hongkong, #Seefar développe des activités de « #communication_stratégique » à destination des migrants potentiels en Afghanistan ou en Afrique de l’Ouest. La société australienne #Put_It_Out_There_Pictures réalise pour sa part des vidéos de #propagande pour le compte de gouvernements occidentaux, comme le #téléfilm #Journey, qui met en scène des demandeurs d’asile tentant d’entrer clandestinement en Australie.

    Enfin, des associations humanitaires et d’aide au développement contribuent elles aussi à ces initiatives. Créée en 2015, d’abord pour secourir des migrants naufragés en Méditerranée, l’organisation non gouvernementale (ONG) #Proactiva_Open_Arms s’est lancée dans des projets de ce type en 2019 au Sénégal (13). Au sein des pays de départ, des pans entiers de la société se rallient à ces opérations : migrants de retour, journalistes, artistes, dirigeants associatifs et religieux… En Guinée, des artistes autrefois engagés pour l’ouverture des frontières militent à présent pour l’#immobilisation de leurs jeunes compatriotes (14).

    Le #discours_humanitaire consensuel qui argue de la nécessité de protéger les migrants en les informant facilite la coopération entre États, organisations internationales, secteurs privé et associatif. La plupart de ces acteurs sont pourtant étrangers au domaine du strict contrôle des frontières. Leur implication témoigne de l’extension du domaine de la lutte contre l’immigration irrégulière.

    Avec quelle #efficacité ? Il existe très peu d’évaluations de l’impact de ces campagnes. En 2019, une étude norvégienne (15) a analysé leurs effets sur des migrants en transit à Khartoum, avec des résultats peu concluants. Ils étaient peu nombreux à avoir eu connaissance des messages gouvernementaux et ils s’estimaient de toute manière suffisamment informés, y compris à propos des aspects les plus sombres de l’expérience migratoire. Compte tenu de la couverture médiatique des drames de l’immigration irrégulière, il paraît en effet vraisemblable que les migrants potentiels connaissent les risques… mais qu’ils migrent quand même.

    https://www.monde-diplomatique.fr/2021/03/PECOUD/62833
    #migrations #réfugiés #privatisation #Italie #humanitaire #soft_power

    –-

    Ajouté à la métaliste sur les #campagnes de #dissuasion à l’#émigration :
    https://seenthis.net/messages/763551

    ping @isskein @karine4 @_kg_ @rhoumour @etraces

  • #Belgique : Les conséquences de la privatisation dans le centre d’accueil de demandeur·ses d’asile de #Jalhay (Spa)

    Article du collectif Migrations Libres : « Centre d’accueil de Jalhay : quand les demandeur·ses d’asile paient le prix de la #privatisation » (https://migrationslibres.be/svasta)

    - En octobre 2020, la gestion du centre d’accueil de Jalhay (Spa) est passée de la #Croix-Rouge à la coopérative Svasta.
    - Ce changement a entraîné une importante diminution du personnel et des dysfonctionnements graves : limitation de l’#accès_aux_soins, exploitation des résident·es au profit du gestionnaire privé, logements insalubres, #menaces, #intimidations et #chantage de la part de la direction sur les résident·es.
    - Enregistrée comme coopérative à finalité sociale, #Svasta est administrée par le groupe hôtelier de luxe #Corsendonk et gère les centres sur les sites de ce dernier.
    - Le cas du centre d’accueil de Jalhay illustre les nombreuses questions que pose la tendance à la privatisation des centres d’accueil en Belgique. Nous tentons de mettre en lumière les conditions plus structurelles (réglementations minimales, financement) qui autorisent malheureusement de nombreux dysfonctionnements.

    Article consultable ici et communiqué de presse en pièce jointe
    https://migrationslibres.be/svasta

    #asile #migrations #réfugiés #centres_pour_demandeurs_d'asile #hébergement #logement

    Reçu via la mailing-list Migreurop, le 19.04.2021

    –-
    ajouté à la métaliste #tourisme / #migrations :
    https://seenthis.net/messages/770799

    ping @isskein

  • L’ordinaire de la migration de mariage
    https://metropolitiques.eu/L-ordinaire-de-la-migration-de-mariage.html

    Si les unions entre des ressortissant·es des pays du Nord et des étranger·e·s sont fréquentes, leurs mariages se heurtent à la suspicion des services de l’État. Cet article analyse les logiques de cette immixtion dans l’intime et ses effets sur la vie conjugale. Lorsqu’elle m’explique sa rencontre avec l’administration de l’immigration, Anita affirme qu’elle n’aurait jamais dû dire la vérité à la police belge. Pour cette trentenaire belge flamande, tout a basculé quand, au policier qui l’interrogeait au #Terrains

    / #migrations, #justice, #droit, #Italie, #Belgique, #migrants

    https://metropolitiques.eu/IMG/pdf/met-odasso.pdf

  • Covid-19 : l’Allemagne durcit les conditions d’accès des Français sur son territoire
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/03/27/covid-19-l-allemagne-durcit-les-conditions-d-acces-des-francais-sur-son-terr

    Covid-19 : l’Allemagne durcit les conditions d’accès des Français sur son territoire. Le Royaume-Uni pourrait lui aussi rendre plus difficile le passage de ses frontières, alors que la Belgique, l’Espagne et l’Italie s’en tiennent à ce stade aux restrictions déjà en place. Se rendre en Allemagne depuis la France va devenir plus difficile. A partir de dimanche 28 mars, les voyageurs devront être munis d’un test négatif – PCR ou antigénique – de quarante-huit heures. Ils seront également soumis à une quarantaine de dix jours, qui pourra être levée au bout du cinquième en cas de présentation d’un second test négatif. Cette décision était attendue. Elle est la conséquence du classement de la France comme « zone à haut risque » par l’Institut de santé allemand Robert-Koch, annoncé vendredi 26 mars. A cette catégorie appartiennent les pays qui, pendant dix jours successifs, affichent un taux d’incidence supérieur à 200 cas pour 100 000 habitants. En France, vendredi, il était de 337 (120 en Allemagne). Jusqu’à présent, la France était considérée par l’Allemagne comme une simple « zone à risque ». Les conditions d’entrée outre-Rhin étaient donc moins drastiques : les voyageurs munis d’un test négatif à leur arrivée en Allemagne pouvaient être exemptés de quarantaine dans la plupart des Länder. Quant à ceux qui n’en avaient pas, ils pouvaient malgré tout entrer à condition de se mettre à l’isolement et de se faire tester dans les dix jours suivant leur arrivée si les autorités l’exigeaient. Ce qui, en pratique, était très rare. Concernant les frontaliers, la situation ne devrait pas fondamentalement changer, notamment pour les habitants de la Moselle, dont le département est déjà classé « zone à circulation du variant », depuis début mars, par l’Institut Robert-Koch. Les 16 000 travailleurs et les 2 000 élèves mosellans se rendant chaque jour en Allemagne doivent donc présenter un test de quarante-huit heures, soit en pratique deux ou trois par semaine. Pour les frontaliers venant des départements alsaciens, seuls deux tests négatifs par semaine devraient suffire, et ils pourraient être effectués côté allemand, ont expliqué, vendredi soir, les autorités du Land frontalier du Bade-Wurtemberg.Au Royaume-Uni, également, la pression monte très fortement sur le gouvernement Johnson pour qu’il durcisse encore les modalités de passage des frontières maritimes et aériennes avec la France. Pour les personnes arrivant dans le pays, résidents ou pas, la règle est déjà très contraignante : elles doivent disposer d’un test négatif et doivent s’isoler chez elles dix jours. Outre-Manche, l’épidémie a beaucoup reflué grâce au confinement en vigueur depuis la fin de décembre 2020 et à la campagne vaccinale (29 millions de personnes ont déjà reçu leur première dose). Mais les experts s’inquiètent du nombre de cas de variants brésilien et sud-africain en circulation dans l’Hexagone, et l’opposition travailliste réclame des mesures.Boris Johnson a laissé entendre, mercredi, que les contrôles aux frontières entre la France et le Royaume-Uni pourraient être renforcés « très bientôt ». Lors d’une audition devant la Chambre des communes, il a déclaré qu’il y avait un « équilibre à trouver » entre ces contrôles renforcés et les « ruptures » qu’ils occasionneraient.
    A en croire le quotidien Daily Telegraph, il pourrait être décidé, dès le week-end des 27 et 28 mars, de lever l’exception qui permettait jusqu’à présent aux chauffeurs routiers venant de France d’arriver au Royaume-Uni sans tests. Ils seraient très bientôt soumis à des tests obligatoires, en arrivant à Douvres.
    Il va aussi « falloir considérer » l’option de mettre la France sur la liste rouge, a ajouté M. Johnson. Les personnes arrivant au Royaume-Uni d’un pays placé sur cette liste rouge nationale doivent s’isoler dix jours dans un « hôtel quarantaine », et payer environ 1 750 livres sterling (plus de 2000 euros) pour ce séjour. Actuellement, la liste rouge comprend une trentaine de pays, dont le Chili, le Brésil ou l’Afrique du Sud.
    De leur côté, en revanche, la Belgique, l’Espagne et l’Italie ne prévoient pas, pour l’instant, de durcissement des règles concernant les arrivées depuis la France. Concernant l’Italie, les voyageurs arrivant de l’Hexagone doivent déjà présenter un test de maximum quarante-huit heures ; un antigénique suffit.L’Espagne, elle, exige des Français – comme du reste des Européens – un test PCR négatif de moins de soixante-douze heures s’ils arrivent par avion. En revanche, aucun test n’est requis pour ceux qui arrivent par route ou voie ferrée.Toutefois, la venue de Français désireux de profiter de l’ouverture des restaurants et des bars, des théâtres et du couvre-feu à 23 heures, provoque une controverse à Madrid, où le parti de la gauche alternative Mas Madrid a demandé à la présidente de la région, la conservatrice Isabel Diaz Ayuso, qu’elle « cesse de dérouler le tapis rouge aux hordes de Français qui viennent se saouler ».Concernant la Belgique, les règles sont plus drastiques concernant les zones dites « rouges », dont la France fait d’ores et déjà partie. Les personnes arrivant de ces zones sont en effet soumises à une quarantaine de dix jours, qui peut être réduite à sept en cas de test négatif au bout du septième jour. Pour les non-résidents, un test négatif doit avoir été effectué au maximum soixante-douze heures avant leur arrivée. S’agissant des résidents, le test peut être fait à leur arrivée. Ces dispositions ne concernent toutefois pas les frontaliers, pour lesquels ni test ni quarantaine ne sont obligatoires.

    #Covid-19#migrant#migration#france#allemagne#belgique#grandebretagne#espagne#italie#sante#test#frontiere#circulation

  • Elise Degrave : « Aujourd’hui, l’Etat profile déjà les Belges » - Le Soir Plus
    https://plus.lesoir.be/362211/article/2021-03-22/elise-degrave-aujourdhui-letat-profile-deja-les-belges

    Plusieurs événements d’actualité ont ravivé le spectre du « profilage » des Belges par l’Etat. A tort ? Mais non, ce projet existe déjà. Et de manière très aboutie. L’outil s’appelle « Oasis » (NDLR, Organisation Anti-fraude des Services d’inspection sociale). Il est fonctionnel depuis 2005. Il s’agit d’une centralisation de nombreuses données de l’ONSS, de l’Onem, du SPF Sécurité sociale et du SPF Emploi. Non seulement on centralise, mais on applique des algorithmes qui vont tenter de deviner le comportement des citoyens et trouver des noms de personnes suspectées de fraude sociale. C’est du profilage. En réalité, cette base de données n’est créée par aucune loi, ni arrêté royal. Et on ne trouve que très peu d’informations à son propos, si ce n’est par hasard en farfouillant dans des documents de (...)

    #belgique #droit #informatique #surveillance

    • La centralisation des données, notamment à des fins de surveillance, n’est pas qu’un fantasme. Pour la professeure à l’UNamur, l’outil Oasis, utilisé depuis 2005 pour la lutte contre la fraude sociale, témoigne de cette tendance insidieuse. Et dangereuse pour la démocratie.

      A la faveur de la crise sanitaire, le citoyen a pris conscience de la masse énorme de données à caractère personnel gérées par l’Etat. Et, dans la foulée, des libertés qu’il prend parfois avec la vie privée des citoyens. Ceux-ci découvrent aussi l’existence de projets de croisement de données portés par les administrations, mais sans gage de transparence sur leur finalité, le respect du cadre légal ou le contrôle politique. Elise Degrave, professeure à la Faculté de droit de l’UNamur, y perçoit la confirmation d’une tendance lourde : la centralisation des données, antichambre d’un Etat « automatisé », où le débat démocratique aurait été confisqué par les technocrates.

      Plusieurs événements d’actualité ont ravivé le spectre du « profilage » des Belges par l’Etat. A tort ?

      Mais non, ce projet existe déjà. Et de manière très aboutie. L’outil s’appelle « Oasis » (NDLR, Organisation Anti-fraude des Services d’inspection sociale). Il est fonctionnel depuis 2005. Il s’agit d’une centralisation de nombreuses données de l’ONSS, de l’Onem, du SPF Sécurité sociale et du SPF Emploi. Non seulement on centralise, mais on applique des algorithmes qui vont tenter de deviner le comportement des citoyens et trouver des noms de personnes suspectées de fraude sociale. C’est du profilage.

      En réalité, cette base de données n’est créée par aucune loi, ni arrêté royal. Et on ne trouve que très peu d’informations à son propos, si ce n’est par hasard en farfouillant dans des documents de l’administration. Rien sur le site de la Banque Carrefour de la Sécurité sociale (BCSS), ni de l’ONSS. Quand on s’adresse à l’administration, on ne reçoit que quelques informations parcellaires, mais jamais la copie des algorithmes, ni même d’information claire à leur sujet.

      On apprend par contre, documents publics à l’appui, qu’Oasis va être prochainement remplacé par le projet « Big data Analytics Platform ». Le marché, estimé à 6,75 millions d’euros, a été attribué par la Smals (NDLR, l’ASBL informatique de l’Etat) à Deloitte Consulting & Advisory le 9 juillet 2019.

      Ces algorithmes sont censés traduire le droit pour rendre la lutte contre la fraude plus efficace. N’est-ce pas légitime ?

      Oui, mais il faut avoir des outils dont on peut contrôler le fonctionnement. Ce qui n’est pas le cas. On ne sait ni par qui, ni comment ils ont été faits. Or, on sait qu’un algorithme ne peut traduire parfaitement des règles de droit. Il peut être biaisé, discriminatoire. Sans contrôle, les algorithmes peuvent renforcer les inégalités, surtout lorsqu’ils s’appliquent à l’échelle d’une population.

      Par ailleurs, il y a une masse énorme de données. Donc, on ne peut pas exclure qu’il n’y a pas d’erreurs. Ni les employeurs ni les travailleurs ne peuvent vérifier ces données. On ne sait même pas que ça existe. Ce qui amène parfois à cibler des gens qui n’ont rien fait. Et celui qui est visé par un algorithme ne va pas comprendre pourquoi il se retrouve dans le radar. Les inspecteurs eux-mêmes disent ne pas comprendre pourquoi ils vont contrôler tel employeur plutôt qu’un autre. On n’a pas la main sur l’outil. Il y a juste un ordinateur qui vous crache des noms.

      Le conseil des ministres restreint vient d’adopter un avant-projet de loi, révélé par La Libre, consacrant la fin des visites du fisc au domicile des contribuables. Tout passerait par le « cloud ».

      Cela pourrait être encore pire. On risque de donner tout pouvoir à l’outil informatique. Or, sans garanties spécifiques pour les personnes concernées, une décision prise entièrement par ordinateur est contraire au Règlement général sur la protection des données.

      L’informatique peut-elle biaiser le fonctionnement de l’administration ?

      C’est ce qui s’est passé au Pays-Bas avec le système Syri, semblable à Oasis. Des études ont démontré que l’outil ciblait en priorité les quartiers de pauvres et de migrants. Les algorithmes étaient biaisés. Le Rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, le professeur Philip Alston, épinglait que si cela se passait dans la vraie vie, on verrait une masse d’inspecteurs venir systématiquement frapper aux portes dans ce quartier, et jamais ailleurs. Là on verrait qu’il y a un problème. Tandis qu’ici, avec un outil informatique dont on ne sait même pas qu’il existe, on ne voit rien. Et on ne sait même pas qu’il y a un souci. Ce qui pose un problème de démocratie, parce qu’il n’y a même plus de possibilités de dialoguer avec l’administration.

  • Des archives des tunnels bruxellois mangées par des souris
    https://www.lalibre.be/belgique/des-archives-des-tunnels-bruxellois-mangees-par-des-souris-56c4cce6357013d19

    Vrai ou faux ?

    Par jc guillaume, publiéle 18.2.2016 - Les archives des tunnels bruxellois construits avant la création de la Région bruxelloise ont été stockées durant plusieurs années des dans des piles de pont, ont indiqué mercredi des ex-responsables de Bruxelles Mobilité, entendu par les membres de la commission spéciale du parlement bruxellois chargée de se pencher sur les circonstances de la dégradation des tunnels de la capitale au fil des ans. « Une partie des documents archivés ont été stockés dans des piles de pont et ont peut-être été mangés par les souris », a ainsi affirmé Christan De Buysscher, ex-directeur du département ouvrages d’arts et voiries de l’Administration des Equipements et des Déplacements (AED), devenue depuis quelques années Bruxelles Mobilité.

    Selon lui, au moment de la création de la Région bruxelloise dans le cadre de la réforme de l’Etat, l’AED bruxelloise a trouvé refuge dans un premier temps dans un hôtel, faute d’immeuble pour être hébergée.

    « Pas mal d’archives » ont dès lors été stockées dans une ou des piles de pont d’un des viaducs d’interférence connectant l’autoroute de Liège au boulevard Reyers.

    #Bruxelles #Belgique #circulation #tunnel #urbanisme #mythologie

  • Des archives des tunnels bruxellois ont-elles vraiment été « mangées par des souris » ?
    https://www.levif.be/actualite/belgique/des-archives-des-tunnels-bruxellois-ont-elles-vraiment-ete-mangees-par-des-souris/article-normal-468869.html

    Est-ce qu’il s"agit d’un mythe moderne ou est-ce que l"histoire est vraie ? Après le démenti officiel je ne le sais toujours pas. Une chose est sûre : le désastre des tunnels bruxellois est une farce du même acabit que le spectacle de la construction de l’aeroport BER à Berlin.

    18. 2.2016 Source : Le Vif/L’Express

    Les archives des tunnels bruxellois, construits avant la création de la Région bruxelloise, ont été stockées durant plusieurs années dans des piles de ponts, ont indiqué mercredi des ex-responsables de Bruxelles Mobilité. Camille Thiry, la porte-parole de Bruxelles Mobilité, nous a donné un peu plus de détails sur les conditions de stockage plutôt insolites de ces documents.

    Ce mercredi après-midi s’est tenue la commission spéciale du parlement bruxellois chargée de se pencher sur les circonstances de la dégradation des tunnels de la capitale au fil des ans. Au cours de celle-ci, une remarque émise par Christian De Buysscher, ex-directeur du département ouvrages d’art et voiries de l’Administration des Equipements et des Déplacements (AED), devenue depuis quelques années Bruxelles Mobilité, n’a pas manqué d’interpeller l’assemblée. Selon cet ex-responsable, « Une partie des documents archivés ont été stockés dans des piles de pont et ont peut-être été mangés par les souris ».

    Christian De Buysscher explique qu’au moment de la création de la Région bruxelloise dans le cadre de la réforme de l’Etat, l’AED bruxelloise a trouvé refuge dans un premier temps dans un hôtel, faute d’immeuble pour être hébergée. L’AED manquant à l’époque fortement de place pour stocker tous ses plans et autres cahiers de charges, « pas mal d’archives » ont dès lors dû être stockées dans une ou des piles de ponts d’un des viaducs d’interférence connectant l’autoroute de Liège au boulevard Reyers.

    De l’ironie ?

    Contactée par nos soins, Camille Thiry, la porte-parole de Bruxelles Mobilité, nous a donné un peu plus de détails sur les conditions de stockage plutôt insolites de ces archives. « Monsieur De Buysscher voulait, à mon sens, ironiser sur les conditions de travail dans lesquelles s’est faite la régionalisation de Bruxelles il y a 25 ans. » (en 1991 klm) Selon elle, les documents concernant plusieurs ouvrages variés bruxellois n’ont pas été « enfouis » dans un pilastre du pont. Ils se trouvaient en réalité dans un local technique situé en dessous du pont du viaduc.

    Les documents ont ensuite été transférés en 2014 (après 23 ans klm) au service d’archivages de la cellule Bruxelles Mobilité car des travaux devaient être effectués à cet endroit. « On ne parle pas ici d’une cave humide et dégoûtante où les archives auraient été détériorées. Il existe dans la plupart des tunnels bruxellois des locaux techniques bien aérés dont la modernité et l’infrastructure performante surprennent souvent les visiteurs », ajoute la porte-parole. Pas de rats, ni de souris à craindre donc qui auraient détruit des informations cruciales sur la rénovation des tunnels bruxellois déjà sous les feux de la critique. La porte-parole nous assure aussi que des modélisations en 3D existent concernant ces ouvrages plus anciens, mais que les archives en question sont encore utiles pour réaliser de nouvelles modélisations des ponts ainsi que des recherches plus approfondies sur les tunnels.

    Je connais ce type de « local technique ». Chaque pont cinstruit dans les pays de l’OTAN dont Bruxelles acceuille le quartier général comprenait des « locaux » assez volumineux pour y placer les charges explosives pour détruire le pont au cas d’une attaque soviétique. Ces locaux sont des trous fermés par des portes en métal faites pour empêcher des gens de les transformer en hébergement ou boîte de nuit.

    Les souris et l’utilisation comme entrepôt n’ont pas été pris en compte lors de la construction des locaux censés rester totalement vides jusqu’au jour du grand combat. Une fois rempli avec des tonnes de papier ces trous inhabitables constituaient sans doute des lieux de prédilection pour les rongeurs mignons.

    Le démenti n’indiquant strictement rien sur l’état de conservation précis des documents en question nous laisse sur notre faim.

    Road Tunnels in Belgium
    http://www.lotsberg.net/data/belgia/list.html

    #Bruxelles #Belgique #circulation #tunnel #urbanisme #wtf #Berlin #aeroport

  • Lettre ouverte des personnes sans-papiers à leurs voisin·e·s

    Cher·ère·s voisin·e·s,

    Nous nous permettons de nous adresser à vous aujourd’hui sans détours. Régulièrement, nous nous croisons. Vous nous connaissez comme la mère d’un·e camarade de classe de votre enfant, comme l’épicier du coin de la rue, la personne qui fait le ménage dans vos bureaux ou qui dépanne votre chaudière.Comme vous, nous travaillons, nous payons un loyer, nous trions nos déchets,…

    Bref, nous sommes des citoyennes et citoyens ordinaires. À un détail près… aux yeux de l’État nous n’existons pas.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/03/17/lettre-ouverte-des-personnes-sans-papiers-a-leurs-voisi

    #migrant #belgique

  • #Communes_Alzheimer_Admis – Un #guide pour vous inspirer

    Le guide d’inspiration décrit une sélection de projets belges et étrangers dans des villes et des communes qui ont décidé de devenir #Alzheimer_admis. Comment ont-ils vu le jour ? Comment passer de l’idée au projet ? Quels sont les outils et les actions ? Quels enseignements peut-on en tirer ?

    En encourageant les personnes atteintes d’une maladie de type Alzheimer et leurs proches à continuer à jouer un rôle dans leur #communauté_locale et à participer à la #vie_publique, on crée un environnement plus accueillant pour ces personnes ce qui contribuera à améliorer leur #qualité_de_vie et se révèlera bénéfique pour la société tout entière.

    https://www.kbs-frb.be/fr/Virtual-Library/2011/295136
    #alzheimer #villes #personnes_âgées #Belgique

    via @suske

  • La #pauvreté des enfants au niveau local : cartographie communale

    En #Belgique, plus d’un enfant sur six vit sous le #seuil_de_pauvreté, mais cette pauvreté n’est pas répartie de la même façon dans toutes les communes. Actuellement, seule la #Flandre dispose d’un outil de mesure de la pauvreté des enfants au niveau communal : le #Kansarmoede_Index. Afin de mieux cerner le phénomène, la Fondation Roi Baudouin a chargé l’Université de Mons en 2018 de cartographier les facteurs de risque de pauvreté des enfants sur l’ensemble du pays et à l’échelon communal.

    Vous trouverez ci-dessous six cartes représentant la Belgique avec, pour chacune d’elles, les données de chaque commune relatives à un indicateur de risque de pauvreté des enfants. Ces cartes sont interactives : en les parcourant avec la souris, vous verrez apparaître à l’écran les chiffres pour chaque commune.

    Les cinq premières cartes présentent cinq indicateurs indirects de risque de #pauvreté_des_enfants. Ils portent sur l’ensemble de la Belgique et mesurent des facteurs de (haut) #risque_de_pauvreté dans les #ménages avec enfants de 0 à 18 ans, mais pas la pauvreté des enfants en tant que telle. Il faut donc les interpréter avec précaution. Les cartes sont individuelles, mais complémentaires : c’est en prenant en compte plusieurs indicateurs indirects qu’on obtient une meilleure image du risque de pauvreté couru par les enfants de chaque commune.

    1. Les bénéficiaires d’un #revenu_d’intégration_sociale (#RIS) ou équivalent (eRIS) en charge d’un ménage

    Cet indicateur met en évidence le pourcentage de familles bénéficiaires du RIS ou eRIS dans chaque commune et parmi les ménages avec enfants. Plus une commune compte de bénéficiaires d’un RIS ou eRIS en charge d’un ménage, plus le risque de pauvreté des enfants est élevé.

    2. Les revenus moyens par ménage

    Cet indicateur donne une approximation de la richesse des ménages dans chaque commune. Plus l’indicateur est élevé, plus faible est le risque de pauvreté des enfants.

    3. La part des #mineurs vivant dans un ménage sans revenu du travail

    Vivre dans un ménage sans revenu du travail est l’indicateur indirect le plus fiable du risque de pauvreté des enfants. Plus cet indicateur est élevé, plus nombreux sont les enfants à risque de pauvreté.

    4. La part des ménages vivant dans un logement public social

    Cet indicateur doit être interprété avec précaution. Même si les enfants vivant dans un logement public social sont plus à risque de pauvreté, un taux élevé de ménages vivant dans un logement public social peut aussi refléter une stratégie communale active de lutte contre la précarité des familles.

    5. Le type de ménage – focus sur les ménages monoparentaux

    Vivre dans une famille monoparentale, dont le parent est le plus souvent une femme seule, augmente le risque de pauvreté des enfants. Toutefois, cet indicateur doit être interprété avec prudence car certains parents seuls disposent de revenus suffisamment élevés, d’un réseau social ou d’autres types de ressources qui protègent leur(s) enfant(s) du risque de pauvreté.

    6. Le dernière carte présente le Kansarmoede Index (Index de risque de pauvreté), le seul indicateur direct de la pauvreté des enfants développé par l’organisme flamand Kind en Gezin et disponible uniquement pour la Flandre. Cet indicateur fournit le pourcentage d’enfants entre 0 et 3 ans qui vivent dans un ménage défavorisé. Le pourcentage de risque de pauvreté est calculé sur la base de six domaines : le revenu mensuel de la famille, le niveau d’éducation des parents, le niveau de stimulation de l’enfant, la situation professionnelle des parents, la qualité du logement et la santé. Les familles sont considérées comme à risque de pauvreté lorsque leur situation est impactée négativement dans trois des six domaines. Plus cet indicateur est élevé, plus les familles sont à risque de pauvreté.

    https://www.kbs-frb.be/fr/cartographie_pauvreteinfantile

    #cartographie #Belgique #pauvreté #enfants #enfance #visualisation #chiffres #statistiques #pauvreté_des_enfants #communes #indicateurs

    via @suske

  • Campagne pour la régularisation des sans papiers > We Are Belgium Too

    Cher·ère·s voisin·e·s,

    Nous nous permettons de nous adresser à vous aujourd’hui sans détours. Régulièrement, nous nous croisons. Vous nous connaissez comme la mère d’un·e camarade de classe de votre enfant, comme l’épicier du coin de la rue, la personne qui fait le ménage dans vos bureaux ou qui dépanne votre chaudière.Comme vous, nous travaillons, nous payons un loyer, nous trions nos déchets,…

    Bref, nous sommes des citoyennes et citoyens ordinaires. À un détail près… aux yeux de l’État nous n’existons pas.

    On dit de nous que nous sommes environ 150 000 en Belgique, à vivre sans papiers. Nous y vivons parfois depuis 5, 10 ans voire beaucoup plus. Certain·e·s d’entre nous sont né·e·s ici.

    Alors que nous travaillons, nous ne pouvons bénéficier de protection sociale. Nos soins de santé ne sont pas remboursés, nous n’avons aucun filet de sécurité quand nous perdons notre emploi. Sans existence légale, nous nous retrouvons à la merci de patrons abuseurs et de marchands de sommeil sans parler du fait que les femmes parmi nous sont exclues des dispositifs existants pour les protéger des violences liées au genre.

    Depuis de nombreuses années, nous interpellons les décideur·se·s politiques belges par tous les moyens à notre disposition (manifestations, pétitions, occupations,…) pour trouver une solution durable et raisonnable à notre situation. Nos interpellations restent cependant sans réponse. Nous sommes ainsi forcés de constater que notre voix a peu de poids.

    C’est pourquoi nous nous adressons à vous aujourd’hui. Vous, citoyens, détenez un droit fondamental qui change tout : le droit de vote. Les élus sont manifestement persuadés que notre sort vous importe peu, voire que l’opinion publique est opposée à la régularisation de notre situation. Or, nous avons envie de croire aujourd’hui qu’un nombre conséquent de Belges est à nos côtés.

    Aussi, nous voulons faire le pari qu’il est possible de mobiliser un·e citoyen·ne pour représenter chacun·e d’entre nous et d’arriver au résultat symbolique de 150 000 porte-voix.

    Pour démontrer aux responsables politiques qu’aux yeux des Belges, nous sommes aussi la Belgique, nous vous prions aujourd’hui de vous manifester. Portez avec nous, nos revendications en signant notre pétition.
    #wearebelgiumtoo

    https://www.wearebelgiumtoo.be

    #campagne #Belgique #sans-papiers #régularisation #migrations #pétition

    ping @isskein @karine4

  • Il faut vider les prisons (carte blanche) - #belgique - LeVif
    https://www.levif.be/actualite/belgique/il-faut-vider-les-prisons-carte-blanche/article-opinion-1402665.html

    "(...) Contrairement à ce que croit l’"honnête citoyen", pour qui les détenus méritent bien leur sort, la population carcérale n’est pas faite de voyous avec du sang sur les mains et des morts sur la conscience, mais bien, pour l’essentiel, de pauvres, d’exclus, de paumés... (...) Les gens qui y croupissent ou qu’on y renvoie à répétition sont des accidentés de la vie, des laissés pour compte, auxquels s’agglomèrent, certes quelques caïds, mais surtout une grosse proportion de petits revendeurs de cannabis et d’autres substances qualifiées d’illicites, outre des toxicomanes qui ont perdu pied. (...) Les pays qui ont éradiqué la grande misère, notamment par une protection sociale large et solide, et ceux qui ont légalisé les drogues en substituant à la #prison un traitement socio-médical, (...)

    #drogue #société

  • Un réseau unique et public pour toutes les écoles ! (carte blanche) - #belgique - LeVif
    https://www.levif.be/actualite/belgique/un-reseau-unique-et-public-pour-toutes-les-ecoles-carte-blanche/article-opinion-1398469.html

    "Si l’on admet que la complexité de notre système éducatif nuit à son efficacité, la question est de savoir si la solution est de le confier davantage au privé en le subventionnant autant que le public, ou plutôt de refondre sa structure en profondeur afin de rassembler toutes les écoles au sein d’un réseau scolaire unique et public, transparent, seul à être financé, et exclusivement financé, par les pouvoirs publics." — Permalien

    #enseignement

  • Covid-19 : Bruxelles s’alarme de nouveau des obstacles au passage des frontières dans l’Union européenne
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/24/covid-19-bruxelles-s-alarme-de-nouveau-des-obstacles-au-passage-des-frontier

    Il y a presque un an, les frontières intérieures à l’Union européenne se sont fermées les unes après les autres, alors que la pandémie de Covid-19 se propageait et que les mesures de confinement se multipliaient. Avec l’apparition des variants, ce scénario est en passe de se renouveler. Dans ce contexte, la Commission européenne a annoncé, mardi 23 février, avoir envoyé une lettre à six pays – Allemagne, Belgique, Danemark, Finlande, Suède et Hongrie – qui ont, ces dernières semaines, pris des mesures très restrictives, et font peser sur le marché intérieur « un risque de fragmentation, d’entraves à la libre circulation, de perturbation des chaînes de production », a expliqué la Commission.
    Ainsi, le 14 février, l’Allemagne s’est fermée à la République tchèque et au Tyrol autrichien, ne laissant plus passer que certains travailleurs munis d’un test PCR négatif. Quant à la Belgique, elle interdit depuis le 27 janvier tous les voyages non essentiels depuis et à destination du pays – et ce, quelle que soit la situation épidémiologique de la région de provenance ou de destination du voyageur. En réalité, Bruxelles est relativement démuni face à cette situation, même si la Commission assure ne pas exclure de « recourir à des moyens juridiques » contre les six pays destinataires de son courrier. Les Etats membres ont, en effet, le droit de rétablir des contrôles à leurs frontières dans certains cas, par exemple pour des motifs sécuritaires ou sanitaires. Ce faisant, ils doivent certes respecter quelques principes, comme « la nécessité que les restrictions de mouvement soient non discriminatoires et proportionnées », rappelle un porte-parole de la Commission. Mais, reconnaît un haut fonctionnaire européen, « on ne va pas lancer une procédure d’infraction qui prendrait deux ans pour des mesures provisoires et qui varient au gré de l’évolution de la pandémie ».
    La fermeture des frontières, « il y a un an, a occasionné des problèmes de livraison de nourriture et d’équipements médicaux », a rappelé Maros Sefcovic, mardi, à l’issue d’une réunion des ministres des affaires européennes. Le vice-président de la Commission a, une nouvelle fois, appelé les Vingt-Sept à se coordonner, afin de préserver au mieux la libre circulation des biens et des travailleurs transfrontaliers au sein de l’Union.
    Le ministre de la santé belge, Frank Vandenbroucke, s’est montré sensible aux arguments communautaires. Dimanche, il avait déjà évoqué la difficulté de maintenir l’interdiction de voyager jusqu’au 1er avril : « C’est difficile à appliquer, car c’est contraire à la libre circulation des personnes en Europe. » Le ministre des affaires étrangères allemand, Michael Roth, a, pour sa part, rejeté les « accusations de non-conformité au droit européen » de la Commission. « Nous avons le devoir d’agir contre les mutations du virus, avec pour priorité de protéger nos citoyens », a-t-il fait valoir. A n’en pas douter, la discussion reprendra jeudi 25 février, lors d’un rendez-vous (virtuel) prévu entre les chefs d’Etat et de gouvernement européens.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#allemagne#belgique#sante#circulation#frontiere#restrictionsanitaire#travailleurtransfrontalier#droit

  • Le grand retour du train de nuit en #france et en #Europe ?
    http://carfree.fr/index.php/2021/02/03/le-grand-retour-du-train-de-nuit-en-france-et-en-europe

    Les compagnies ferroviaires de France, d’Allemagne, de #Suisse et d’Autriche ont annoncé récemment le lancement d’une coopération pour créer plusieurs nouveaux #trains de nuit trans-européens, posant ainsi les premiers rails Lire la suite...

    #Alternatives_à_la_voiture #Transports_publics #allemagne #Belgique #espagne #italie #sncf #transports_en_commun

  • #Arlon (Belgique) : perquisitions chez des soutiens de la #Zablière
    https://fr.squat.net/2021/01/30/arlon-belgique-perquisitions-chez-des-soutiens-de-la-zabliere

    Des perquisitions ont eu lieu jeudi 28 janvier 2021 aux domiciles de trois activistes soutenant la Zad d’Arlon (Belgique) contre la bétonisation d’un site naturel. Lors de ces perquisitions, qui se sont déroulées à 6 h du matin, les forces de l’ordre ont saisi des livres, des textes et des affiches. Ces interventions se seraient […]

    #Belgique #perquisition #sablière_de_Schoppach #Zad_d'Arlon

  • Parlez-vous belge ? | Ma tasse de thé
    https://matassedethe.me/2019/03/10/parlez-vous-belge

    Monsieur Bruxelles est exotique. Il me surprend tous les jours en truffant nos conversations d’expressions typiquement belges ou de mots de brusseleir, ce parler bruxellois qui tend à disparaitre mais que l’on peut encore entendre chez les vrais autochtones (mon Bruxelles est de ceux-là).

    Le fait de pratiquer « le brusseleir » ne fait pas de quiconque un plus vrai autochtone que n’importe qui, cela va sans dire. Souvent cependant, c’est la pratique de ce brusseleir ou de certaines de ses expressions qui fait identifier les gens comme des echtes ("des vrais"), probablement en lien avec le côté « historique » de ce patois et la supposition à mon sens en partie erronée qu’il aurait été pratiqué par tou-te-s les brusseleir.e.s par le passé. L’usage en a certes progressivement diminué en même temps qu’augmentait la scolarisation et l’internationalisation dans la Ville, très clairement depuis la 2eme moitié du XXeme siècle.

    Des exemples ? Allez ! Un petit récit prétexte, juste pour vous faire sourire et vous laisser deviner le sens de mots parfois si étrangement comiques ...

    Comique un peu troupier certes, fondé sur quelque chose comme la gêne ressentie suite à des années d’école au cours desquelles nous avons appris à considérer comme « fautes » des expressions qui nous ont fait grandir et permis de communiquer... En tous cas, je partage cette page avec le sourire de celui qui vient de relire des mots parfois plus entendus depuis de nombreuses années ;-)

    Dimanche dernier, nous étions invités à un barbecue avant l’heure – je pourrais même dire très très avant l’heure, car, pour moi, sortir un barbecue par 10°c en plein mois de février, c’est un peu tôt. Mais le Belge est ainsi fait, qu’au premier rayon de soleil, c’est l’été et on l’entend s’exclamer, alors qu’il sirote une bière en terrasse : »Ah, mais qu’est-ce qu’il fait doef ici ! ».

    #surnom #bruxelles #belgique #flamand #bruxellois #pseudo #brusseleir #des_choses_que_je_crois_savoir #culture

    Sous le texte cité ici débute un texte truffé de mots en brusseleir. A lire en gardant si besoin sous les yeux le petit lexique de bas de page... La plupart de ces mots sont de sonorité et d’origine de patois flamand.

    • « A propos des autochtones »... Dans les années 1990, une savoureuse dénomination est apparue pour définir le parler local des jeunes dont les parents étaient d’origine marocaine : le maroxellois. On y retrouve « Maroc » et (bru)xellois mais la contraction évoque aussi, au moins visuellement, un des quartiers centraux de la Ville : les Marolles. Ces anciens jeunes qui ont aujourd’hui entre 40 et 55 ans, sont d’autant plus des vrais brusseleirs, que ce sont d’incroyables zinnekes culturels.

  • BRUXELLES-VILLE Un nouveau chantre de la « kluture » de chez nous Suske DD, ambassadeur de la Marolle - Le Soir
    https://www.lesoir.be/art/bruxelles-ville-un-nouveau-chantre-de-la-kluture-de-che_t-19990111-Z0G7W0.htm

    Les Marolliens savent plus ou moins qu’en Russie, il y a très longtemps, une terrible bagarre éclata entre le faux et le vrai tsar. Quelques-uns ont aussi entendu parler de l’histoire de l’homme au masque de fer, en France. Mais tous les habitants des Marolles connaissent l’existence des deux bourgmestres bruxellois. Le vrai, c’est évidemment François Stevens, « bourgmestre de la Commune libre de la et des Marolles », en poste depuis 35 ans. Et l’autre, c’est François-Xavier de Donnea (FXDD - pour les intimes), l’actuel mayeur de Bruxelles. Mais contrairement aux tsars ou aux rois de France, nos deux zinnekes ne se disputent pas. C’est même tout le contraire : François Stevens vient de nommer Suske DD « ambassadeur de la Marolle », lors d’une émouvante cérémonie à la salle Marollia, samedi.

    #surnom #bruxelles #belgique #bruxellois #pseudo #brusseleir

  • Le bruxellois fait encore de son stoef - Le Soir
    https://www.lesoir.be/art/le-bruxellois-fait-encore-de-son-stoef_t-20060104-0044DR.html

    Le superkastar des Belges, Menîr Brel, déjà disait que plus personne n’avait cet accent-là. Suske, Marieke, Flupke, Louitche, Tintin et les autres ont cessé de brusseler dans les strotjes depuis que la capitale a une boentche pour l’Europe.

    #surnom #bruxelles #belgique #flamand #bruxellois #pseudo #brusseleir