• Virus pushes twin cities El Paso and Juarez to the brink
    https://apnews.com/article/business-virus-outbreak-family-gatherings-north-america-mexico-e066bb7aaf4ad

    A record surge in coronavirus cases is pushing hospitals to the brink in the border cities of El Paso and Ciudad Juarez, confronting health officials in Texas and Mexico with twin disasters in the tightly knit metropolitan area of 3 million people. Health officials are blaming the spike on family gatherings, multiple generations living in the same household and younger people going out to shop or conduct business.
    The crisis — part of a deadly comeback by the virus across nearly the entire U.S. — has created one of the most desperate hot spots in North America and underscored how intricately connected the two cities are economically, geographically and culturally, with lots of people routinely going back and forth across the border to shop or visit with family.
    “We are like Siamese cities,” said Juarez resident Roberto Melgoza Ramos, whose son recovered from a bout of COVID-19 after taking a cocktail of homemade remedies and prescription drugs. “You can’t cut El Paso without cutting Juarez, and you can’t cut Juarez without cutting El Paso.”
    In El Paso, authorities have instructed residents to stay home for two weeks and imposed a 10 p.m. curfew, and they are setting up dozens of hospital beds at a convention center. Also, the University Medical Center of El Paso erected heated isolation tents to treat coronavirus patients. As of Tuesday, Ryan Mielke, director of public affairs, said the hospital had 195 COVID-19 patients, compared with fewer than three dozen less than a month ago, and “it continues to grow by the day, by the hour.” In Juarez, the Mexican government is sending mobile hospitals, ventilators and doctors, nurses and respiratory specialists. A hospital is being set up inside the gymnasium of the local university to help with the overflow. Juarez has reported more than 12,000 infections and over 1,100 deaths, but the real numbers are believed to be far higher, because COVID-19 testing is extremely limited. El Paso County recorded about 1,400 new cases Tuesday, just short of the previous day’s record of 1,443. The county had 853 patients hospitalized for the virus on Monday, up from 786 a day earlier.
    Even the mayor of Juarez hasn’t been spared. Armando Cabada was first diagnosed in May and appeared to have recovered, but then landed in the hospital last week with inflamed lungs.Last week, Chihuahua, which includes Juarez, became the only state in Mexico to return to its highest level health alert, or red, under which most nonessential services are shut down and people are encouraged to stay home. A curfew is also in effect in Juarez, but it has proved difficult to enforce in the sprawling city that is home to hundreds of factories that manufacture appliances, auto parts and other products around the clock.
    The U.S. and Mexico agreed months ago to restrict cross-border traffic to essential activity, but there has been little evidence Mexico has blocked anyone from entering. Other Mexican border cities have complained about people entering from U.S. cities that are suffering from virus outbreaks.

    #Covid-19#migrant#migration#etatsunis#mexique#frontiere#sante#circulationtransfrontaliere#crisesanitaire#politiquemigratoire

  • Covid-19 : « Les habits neufs de la mondialisation »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/22/covid-19-les-habits-neufs-de-la-mondialisation_6056951_3232.html

    Un mouvement inverse est en cours : la reconquête de la souveraineté économique dans certains secteurs, quitte à en assumer les surcoûts. Cette évolution ne mettra pas un terme à la mondialisation. Intimement liée à la technologie, l’internationalisation des échanges va se poursuivre. Mais elle sera peut-être plus régionale que globale. Peut-on parler d’une mondialisation de proximité ? Voilà dix ans déjà que Jean-Louis Guigou, le président de l’Ipemed (Institut de prospective économique du monde méditerranéen), parle de trois « zones d’influence privilégiée » appelées à former les grands espaces d’intégration économique de demain : le bloc américain ; les Asies ; enfin, un axe Europe-Afrique.
    Les deux premiers cités, observe Guigou, économiste et ancien haut fonctionnaire, sont dotés des instruments d’une telle évolution : centres de réflexion économiques communs ; banques régionales ad hoc ; organisations politiques multilatérales (qu’il s’agisse de l’Organisation des Etats américains ou de l’Association des nations d’Asie du sud-est).
    La guerre tarifaire que Donald Trump a déclarée à la Chine est un échec. Elle n’a produit aucune relocalisation aux Etats-Unis d’entreprises américaines installées en Chine. Elle n’a en rien amélioré le sort des travailleurs américains. En revanche, la renégociation par Trump du marché commun nord-américain (ex-Aléna, devenu AEUMC) entre le Canada, le Mexique et les Etats-Unis est un bon exemple des évolutions en cours de la mondialisation Elle protège cette zone : les biens y circulent libres de droits dès lors qu’ils sont largement fabriqués dans cet espace. Elle protège les travailleurs : dans l’automobile, un Mexicain ne peut gagner moins de 70 % de ce qu’il gagnerait à Detroit. L’intégration commerciale passe par l’harmonisation progressive des normes – salariales, environnementales et autres.
    Jean-Louis Guigou regarde ses cartes de géographie : « L’Afrique du Nord, ce devrait être le Mexique de l’Union européenne. » Le développement de demain, ce n’est pas l’échange d’hier (matières premières contre biens à forte plus-value), mais la coproduction. La Méditerranée, dit-il encore, « ce nest pas un obstacle, mais un trait d’union entre l’Europe et l’ensemble du continent africain ». Au « manque de vision, d’anticipation, de passion » qui caractériserait le Vieux Continent, Guigou oppose l’ambition d’une « Verticale Afrique-Méditerranée-Europe ».

    #Covid-19#migrant#migration#mondialisation#europe#afrique#mediterranee#sante#crisesanitaire#circulation#echange

  • « On n’a plus rien à vendre » : au Maroc, la crise sanitaire met un coup d’arrêt à la contrebande
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/10/20/on-n-a-plus-rien-a-vendre-au-maroc-la-crise-sanitaire-met-un-coup-d-arret-a-

    Les commerçants du souk Joutia, dans le quartier de Derb Ghallef, à Casablanca, affichent une mine dépitée. L’endroit, réputé pour son marché informel et ses contrefaçons, a beau grouiller de monde, Mohamed est inquiet : « Au début de la crise sanitaire, nous avons écoulé les stocks qui nous restaient, confie-t-il devant son échoppe de matériel électronique. Puis nous avons augmenté les prix sur certaines marques qu’on ne trouve pas dans le circuit formel. Aujourd’hui, nous n’avons plus rien à vendre. »
    Avec la fermeture des frontières marocaines, le 13 mars, à cause de la pandémie de Covid-19, le transport de marchandises non déclarées s’est brutalement arrêté. Comme seules les lignes commerçantes officielles ont pu continuer d’opérer, les produits de contrebande ont petit à petit disparu des étalages des commerçants. Une absence qui a révélé, en creux, l’ampleur considérable d’un trafic qui pèse 20 milliards de dirhams par an (environ 1,8 milliard d’euros), selon les douanes marocaines.
    Pendant des années, les marchandises de contrebande qui passaient par les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, au nord du Maroc, ont inondé les marchés : agroalimentaire, textile, produits d’hygiène, matériel électronique, pièces automobiles… Des épiceries aux grandes surfaces en passant par les ateliers automobiles et les salons de beauté, on en trouvait partout.
    « Je faisais venir mes produits d’Europe et de Turquie via des transporteurs informels. Soyons honnêtes : la contrebande est au cœur du système. Le Covid-19 nous a montré à quel point tous les commerces en étaient dépendants », reconnaît la patronne d’un salon de coiffure à Casablanca, où une grande partie des produits en vente sont « en rupture de stock ». Si la plupart des entreprises agroalimentaires se sont tournées vers des producteurs locaux ou des sociétés d’importation officielles, beaucoup de commerçants ne parviennent pas à réformer leur modèle d’approvisionnement. « Je serai obligée d’augmenter le tarif de certaines prestations, explique la cheffe d’entreprise. Sans parler des produits qu’on ne trouve pas en dehors du marché noir. On ne sait pas si la situation est définitive ou non, on attend. »
    A Rabat, l’administration des douanes avait pourtant promis de mettre définitivement fin au trafic. En octobre 2019, le pays avait décidé pour la première fois de fermer Bab Sebta, un des deux points de passage frontalier qui séparent les enclaves espagnoles du Maroc. C’est là que s’opère le « commerce atypique », selon la terminologie officielle : Rabat ne reconnaissant pas la souveraineté de l’Espagne sur ces entités, il n’existe pas de douane commerciale entre les deux territoires et le sol marocain. Les marchandises venues d’Europe par voie maritime passent de l’Espagne au royaume chérifien sans contrôle, exemptées de taxes à payer, le plus souvent par l’intermédiaire de « femmes mulets » portant sur leur dos les marchandises, parfois au péril de leur vie. Ce trafic, juteux, est né il y a plusieurs décennies. « Une poignée de mafieux ont exploité le filon et organisé un réseau de transport de marchandises au noir », raconte le directeur général de l’Administration des douanes et impôts indirects (ADII), Nabyl Lakhdar, à Rabat : « Au début, les produits étaient essentiellement vendus localement, dans les régions du nord. Petit à petit, les contrebandiers ont réussi à les faire descendre. Evidemment, le trafic a attiré dans la région beaucoup de gens qui cherchaient un travail pour survivre. »

    #Covid-19#migrant#migration#maroc#espagne#turquie#europe#trafic#economieinformelle#sante#crisesanitaire#frontiere

  • Growing Scenes for London Artists: Towns and Suburbs - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2020/10/21/arts/design/artists-hastings-luton-croydon.html

    The pandemic has accelerated a creative exodus.
    LUTON, England — “People shooting up in the alleyway here. Lovely. Welcome to Luton,” the artist Dominic Allan said on a recent afternoon as he passed two drug users in the town’s rundown former hat-making district.
    Luton, about 30 miles north of London, was once famed for its hat industry, but those factories closed long ago. Its current most prominent businesses, an auto plant and an airport, have both been hit hard by the coronavirus pandemic. And in 2004, it was voted the worst place to live in Britain, according to an unscientific but much-publicized survey.
    Yet such towns are exactly the sort of places where hard-up contemporary artists have been gravitating in recent years as unaffordable rents have forced them out of London.
    Now, the pandemic is prompting a wider exodus from the British capital, pushing up real estate values in outlying regions. Months of remote working have made city dwellers reassess their housing priorities. And like many office workers, contemporary artists such as Mr. Allan — who makes art under the moniker “Dominic from Luton” — are also finding that they no longer need to be in a big city.

    #Covid-19#migrant#migration#angleterre#sante#art#exoderural#banlieue#migrationinterne#crisesanitaire#economie#bienetre

  • Cathay Pacific ‘optimistically’ predicts flying less than a quarter of pre-coronavirus flights for next eight months, with hopes hingeing on vaccine | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/hong-kong/hong-kong-economy/article/3106091/cathay-pacific-optimistically-predicts-flying-less

    Cathay Pacific Airways has warned its business throughout 2021 will still be less than half of what it was before the coronavirus crisis, with much depending on the availability of a viable vaccine, underscoring the uphill recovery facing airlines.In its September business update released on Monday, the airline said the first half of next year would be by far the toughest, anticipating flying less than a quarter of the schedule it ran ahead of Covid-19 grinding global travel to a halt. The forecast also gave a hint into the company’s future staffing requirements next year and beyond.
    Ronald Lam Siu-por, the group’s chief customer and commercial officer, said the carrier’s 2021 outlook was “already the most optimistic that we can responsibly adopt at this moment”. “We assume we will be operating well below a quarter of pre-pandemic capacity in the first half of next year, but will see a recovery in the second half of the year – only assuming the vaccines currently under development prove to be effective and are widely adopted in our key markets by summer 2021.”

    #Covid-19#migrant#migration#sante#circulation#economie#crisesanitaire#vaccin

  • Pandémie de Covid-19 : « Dans le tourbillon de remises en cause déclenché par le coronavirus, la question des frontières vient sur le tapis »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/10/17/pandemie-de-covid-19-dans-le-tourbillon-de-remises-en-cause-declenche-par-le

    L’OMS le répétait encore au début de cette année : se barricader ne fait qu’entraver l’approvisionnement en matériel médical et en médicaments. Rhétorique ironique, voire cynique de la part d’une organisation dominée par la Chine, pays dont le dynamisme économique repose sur la mondialisation, si l’on considère la pénurie de masques de fabrication chinoise dont l’Europe a souffert ensuite. Une semaine avant l’avis de l’OMS condamnant « toute restriction aux voyages », Pékin avait pourtant fermé totalement l’aéroport de Wuhan, épicentre de l’épidémie. Une étude sur l’impact des restrictions au trafic aérien aux frontières chinoises sur la diffusion du virus montre que cette décision a eu pour conséquence de stopper net la diffusion massive de malades de cette région, mais que ces flux ont perduré au départ des autres métropoles chinoises vers tous les continents.La politique de maintien des frontières ouvertes n’a en réalité jamais été basée sur un constat scientifique, « c’est une décision politique présentée comme un conseil sanitaire », assène le New York Times au terme d’une longue enquête. La priorité donnée au maintien des échanges économiques et humains, renforcée après la catastrophe de Surat, avait acquis le statut d’un « acte de foi » au moment où a émergé le Covid-19. De fait, les études sur les conséquences de la gestion des frontières sur les pandémies reposent sur des modèles mathématiques théoriques et les chaînes de contamination internationales réelles sont loin d’être intégralement connues. « Il faudrait une fermeture à 100 % pour qu’elle soit efficace, ce qui est impossible. On sait qu’au moment où l’on ferme les frontières, des personnes infectées les ont déjà franchies », explique Pierre-Yves Boëlle, professeur d’épidémiologie à Sorbonne-Université.
    Ultra-dominante avant le Covid-19, la religion des frontières ouvertes en temps de pandémie a laissé la place à des discours plus nuancés. L’étude sur les frontières chinoises conclut qu’une « réduction de 90 % du trafic aérien » combinée à l’adoption des gestes barrières permet « une réduction considérable de la transmissibilité de la maladie ». La plupart des Etats ont d’ailleurs fini par combiner fermeture ou contrôle des frontières, quarantaines et surveillance des personnes infectées.
    Pas question de stopper net une pandémie en se claquemurant. Mais la freiner très tôt en limitant les voyages semble possible. Fermer les frontières « aurait seulement pu permettre de gagner trois ou quatre semaines sur la pandémie. Ce temps aurait pu être mis à profit pour instaurer des quarantaines strictes, remarque encore Pierre-Yves Boëlle. A l’avenir, on aura tendance à fermer d’abord les frontières et à essayer de déterminer au plus vite la dangerosité du virus ».Lourd et donc incertain, l’enjeu consiste désormais à mettre au point un mécanisme international préservant « le droit de quitter tout pays » protégé par la Déclaration universelle des droits de l’homme, tout en permettant de restreindre les transports aériens dès que surgit une suspicion sérieuse de pandémie. Les hommes, les continents restent interdépendants. Mais le Covid-19, outre ses multiples ravages, a fait deux victimes inattendues : la suprématie du droit de voyager à tout prix sur le droit à la santé, et le dogme du libre-échange comme alpha et oméga du salut du monde.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#frontiere#libreechange#crisesanitaire#virus#politiquemigratoire

  • Pour les sans-papiers, le difficile accès à une régularisation
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/17/pour-les-sans-papiers-le-difficile-acces-a-une-regularisation_6056417_3224.h

    Chaque année, quelque 30 000 personnes accèdent à l’« admission exceptionnelle au séjour » – à rapporter aux 275 000 premiers titres de séjour délivrés en 2019 –, une gestion « à bas bruit » alors qu’on estime qu’entre 300 000 et 600 000 personnes se trouvent sans papiers sur le territoire. D’après plusieurs observateurs, le confinement et la suspension de l’activité des préfectures pendant plusieurs mois a compliqué les démarches de régularisation. « Il y a un phénomène d’embouteillage aux guichets des préfectures, estime Marilyne Poulain. Il y a tout le retard à rattraper dû au confinement, qui fait que les nouveaux dossiers n’ont pas forcément pu être déposés. Les gens se sont beaucoup rabattus sur nos permanences pour essayer d’avoir une chance de déposer un dossier. Certains ont des promesses d’embauche depuis janvier dernier. »
    « On n’a jamais vu une telle inaccessibilité des préfectures pour les sans-papiers, appuie Lise Faron, de la Cimade. Il y a globalement un manque de moyens des préfectures et les personnes en demande de régularisation ne sont pas considérées comme prioritaires donc les rendez-vous en préfecture vont être plutôt attribués à d’autres comme les étrangers qui renouvellent leur titre de séjour. »
    Samedi 17 octobre, plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Paris aux côtés des sans-papiers, pour réclamer une vague de régularisation et un geste du gouvernement pour les travailleurs étrangers, en première ligne pendant la crise sanitaire. Cette « marche nationale des sans-papiers » réunissant des cortèges partis d’Ile-de-France et de villes comme Marseille, Strasbourg, Lille et Rennes, fait suite à l’appel de quelque 280 organisations, dont les syndicats Solidaires et CGT, les associations RESF, la Cimade, Médecins du monde ou des partis EELV et France insoumise.
    « La crise sanitaire a eu un effet terrible sur les conditions de vie et de travail des sans-papiers, estime l’un des organisateurs. Une grande partie d’entre eux vit dans les foyers de travailleurs et a perdu son emploi dans les secteurs touchés comme la restauration ou le bâtiment. »« Il y a des sans-papiers utilisés comme des variables d’ajustement dans la crise car c’est toujours plus facile de virer quelqu’un sans droit mais d’autres ont pu garder leur emploi et des employeurs nous saisissent pour les accompagner dans leur démarche de régularisation », nuance Marilyne Poulain.
    La diversité des situations se retrouve dans les locaux de la CGT. Ainsi Salif, un Sénégalais de 36 ans établi en France depuis 2013, a pu travailler pendant toute la période du confinement, dans les cuisines d’une maison de retraite. Au contraire, Adama (le prénom a été modifié), sénégalais lui aussi, a été licencié il y a trois mois alors qu’il avait enfin réuni le bon nombre de fiches de paie à force d’ancienneté dans un bistrot du 5e arrondissement de Paris. Daouda, sénégalais également, âgé de 33 ans, vient lui aussi d’être licencié, comme la moitié du personnel de l’hôtel dans lequel il était valet de chambre depuis plus de deux ans, à cause de la baisse de fréquentation de l’établissement. Heureusement, il a trouvé une entreprise de mise à disposition d’espaces de coworking prête à l’embaucher en CDI sur un poste d’assistant.

    #Covid-19#migrant#migration#france#regularisation#sante#economie#politiquemigratoire#crise#crisesanitaire

  • Un an après l’affaire du camion charnier, enquête sur le marché macabre du trafic de migrants
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/10/12/un-an-apres-l-affaire-du-camion-charnier-enquete-sur-le-marche-macabre-du-tr

    Lorsque le réseau outre-Manche arrête une date de départ, eux fixent les points de rendez-vous pour embarquer dans des camions, à Armentières, Calais, Lille, Amiens, Grande-Synthe, Bierne… Plus rarement dans le Calvados, sur la côte normande. Parfois, le lieu de prise en charge se situe en Belgique, à proximité du port de Zeebruges, voire sur le littoral néerlandais. Mais toujours à l’écart des villes, dans une zone industrielle reculée et discrète ou sur une aire d’autoroute. Pour rallier ces lieux, Tony et Hoang sont en contact avec de nombreux chauffeurs, le plus souvent des VTC ou des taxis exerçant illégalement et désireux d’arrondir leurs fins de mois. Selon la distance à parcourir, ces chauffeurs pourront toucher entre 500 et 800 euros par « course ». Entre octobre 2019 et mars 2020, l’un de ceux mis en examen dans l’affaire du camion charnier avait effectué 24 trajets depuis l’Ile-de-France en direction du Nord et de la Belgique.
    C’est ainsi que, le 16 octobre 2019, Nhung, une Vietnamienne tout juste majeure qui arrivait de Grenoble où elle avait une attache familiale avec une personne mise en cause dans l’enquête sur le réseau des restaurants asiatiques, a été accueillie par Hoang, à Créteil, et conduite à l’appartement de l’avenue du général Pierre-Billotte. D’autres rejoindront la planque la veille du départ, qu’ils soient en France depuis des mois – certains n’en sont pas à leur première tentative de traversée – ou qu’ils aient atterri à Roissy quelques jours plus tôt, selon les éléments fournis par l’étude de leurs téléphones. (...)
    Un contact en Angleterre a informé les passeurs en France que la traversée de la Manche aurait lieu dans la nuit du 22 au 23 octobre. Les coordonnées GPS transmises indiquent qu’il faut se rendre dans une zone industrielle à l’écart de la petite ville de Bierne, à trois heures de route de Paris. D’autres Vietnamiens y convergent depuis la région parisienne et la Belgique. Pour la jeune Nhung et ses compatriotes, c’est le moment d’entamer la dernière étape de leur odyssée. Une dizaine d’heures plus tard, la découverte du « camion charnier », ainsi que la presse le désignera très vite, vient contrarier les affaires des trafiquants. Tony part se mettre au vert en Allemagne. Les voyages clandestins qu’il organise cessent pendant plusieurs mois. Grâce aux téléphones retrouvés sur les cadavres, les policiers de l’Ocriest remontent toutefois jusqu’à lui et ses complices, aussitôt placés sous surveillance. Dès le mois de mars, et en dépit de la crise sanitaire mondiale, le réseau recommence à s’activer, convoyant de nouveaux clients, depuis de nouvelles planques, jusqu’à une vaste opération d’interpellations menées en France et en Belgique, le 26 mai.

    #Covid-19#migrant#migration#angleterre#vietnam#france#traffic#sante#crisesanitaire#migrantclandestin#reseau

  • Des Marocains bloqués dans l’enclave espagnole de Melilla bientôt rapatriés
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/09/30/des-marocains-bloques-dans-l-enclave-espagnole-de-melilla-bientot-rapatries_

    Des centaines de Marocains bloqués dans l’enclave espagnole de Melilla, depuis la fermeture de la frontière avec le Maroc en raison de la pandémie de Covid-19, vont être rapatriées dans leur pays, ont annoncé mardi 29 septembre les autorités espagnoles. Un premier groupe de 200 personnes doit l’être dès ce mercredi dans le cadre de cet accord signé entre Madrid et Rabat. « Toutes les personnes qui nous ont fourni leurs coordonnées et nous ont communiqué leur désir de retourner au Maroc pourront le faire », a annoncé Sabrina Moh, la préfète de Melilla, dans un message retransmis à la télévision. Afin de freiner la propagation du Covid-19, le Maroc a fermé ses frontières mi-mars, laissant des centaines de ses ressortissants bloqués à Melilla et à Ceuta, deux enclaves espagnoles situées dans le nord de son territoire et qui constituent la seule frontière terrestre européenne avec l’Afrique. En mai, un premier groupe de 500 personnes avait pu retourner au Maroc depuis les deux enclaves.
    Après le premier groupe rapatrié mercredi, deux autres groupes doivent quitter Melilla vendredi puis dimanche. Ce délai de 48 heures doit donner le temps aux autorités marocaines de réaliser des tests de Covid-19 sur ces personnes.La mesure concerne tous les Marocains voulant rentrer dans leur pays, a expliqué à l’AFP un porte-parole de la préfecture de Melilla, sans préciser le nombre exact de personnes qui allaient être rapatriées. En raison de la fermeture des frontières marocaines, l’Espagne ne peut expulser les migrants marocains entrés à Melilla ou Ceuta de manière clandestine. Une cinquantaine de migrants marocains illégaux entrés à Melilla ont récemment reçu des ordres d’expulsion, selon le porte-parole de la préfecture. Cette démarche est habituelle dans ce genre de cas et en pratique : ils ne peuvent être reconduits à la frontière tant qu’elle n’a pas été rouverte par le Maroc.
    Début septembre, le Conseil de l’Europe a demandé à l’Espagne d’améliorer la situation de centaines de migrants regroupés dans des arènes « surpeuplées » de Melilla, où il était difficile de « respecter les mesures » de sécurité sanitaires, selon Dunja Mijatovic, la commissaire pour les droits humains de l’organisation.

    #Covid-19#migrant#migration#maroc#espagne#sante#rapatriement#crisesanitaire#frontiere#droit#test

  • Le Covid-19, accélérateur des tensions mondiales
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/30/le-covid-19-accelerateur-des-tensions-mondiales_6054157_3210.html

    La crise sanitaire a partout renforcé le repli sur le pré carré national et le retour des frontières. « La rapidité avec laquelle le virus s’est répandu dans le monde montre la nécessité d’une réponse globale. Mais, alors que le multilatéralisme serait plus nécessaire que jamais, il se détériore aussi bien au niveau international, en témoigne la crise du système onusien, que régional avec l’Union européenne qui a réagi, au moins au début, en ordre dispersé », note Bertrand Badie, professeur émérite à Sciences Po.

    #Covid-19#migrant#migration#crisesanitaire#frontiere#reponseglobale#onu

  • France : 4 000 places d’hébergement supplémentaires pour les demandeurs d’asile - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/27604/france-4-000-places-d-hebergement-supplementaires-pour-les-demandeurs-

    Des moyens supplémentaires, soit 37 millions d’euros, seront alloués l’année prochaine pour « financer la création de 4 000 nouvelles places d’hébergement des demandeurs d’asile » afin d’"optimiser l’orientation (...) entre différentes régions", précise le document.Au total, 3 000 places seront créées dans des centres d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) où ces derniers sont hébergés dans l’attente de l’instruction de leur demande d’asile, et 1 000 autres dans des centres d’accueil et d’examen des situations (Caes), sorte de premiers sas permettant l’orientation des personnes en fonction de leur situation administrative. Le but est de « réduire les tensions observées dans les régions confrontées aux flux le plus importants », en premier lieu la région parisienne, explique le PLF 2021.
    En plus de ces 4 000 places, 2 000 autres seront également financées « temporairement sur la mission ’relance’ », « dans un contexte marqué par la crise sanitaire », ajoute encore le document. Il s’agit pour l’essentiel de places créées dans le dispositif de préparation aux retours, le programme de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii), qui permet à un étranger en situation irrégulière de rentrer dans son pays d’origine contre une somme d’argent. Selon un rapport parlementaire présenté mercredi 23 septembre à l’Assemblée nationale, le gouvernement peut faire mieux en termes d’intégration des demandeurs d’asile en France, notamment sur la question du logement, considérée comme « la priorité absolue » par les deux auteurs.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#CADA#demandeurdasile#crisesanitaire#logement#politiquemigratoire

  • Crise sanitaire : la carte des plans sociaux
    Mediapart

    Depuis le printemps, l’économie française est violemment secouée. Mediapart s’est engagé dans un décompte des conséquences sociales de la récession et publie la carte de près de 50 000 emplois menacés ou condamnés, dans 56 départements, à l’horizon 2021.

    Le pire de la #criseSociale est à venir. Certes, les chiffres du chômage dévoilés le 25 septembre ne sont guère reluisants (lire notre article), mais les effets du confinement, puis du plongeon de l’activité économique, ne sont pas encore complètement visibles sur le terrain.

    De fait, les plans de sauvegarde de l’emploi (PSE), les offres de reprise ou les mises en liquidation entraînant des #licenciements ne prendront véritablement effet que dans les semaines et les mois qui viennent. Mais les chiffres sont cependant déjà là, et derrière ceux-ci, des hommes et des femmes condamnés à perdre leur emploi.

    Pour donner corps à ces drames à chaque fois singuliers, et les rendre visibles, #Mediapart a décidé de recenser au plus près chaque #planSocial lancé depuis le début de la crise sanitaire, au printemps. Nous ne prétendons pas à l’exhaustivité, mais les près de 50 000 #emplois concernés (48 394 exactement) au sein de 136 entreprises, dans 56 départements, que nous avons comptabilisés se rapprochent fort des prévisions émises par le gouvernement à la mi-septembre....

    https://www.mediapart.fr/journal/france/270920/crise-sanitaire-la-carte-des-plans-sociaux

  • En Suisse, une votation sur l’immigration vise les travailleurs européens
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/09/25/en-suisse-une-votation-sur-l-immigration-vise-les-travailleurs-europeens_605

    Depuis deux décennies, la Suisse connaît en effet un boom démographique sans précédent, la population passant de sept à près de neuf millions d’habitants alors que le taux de natalité est en berne. De nombreux ressortissants européens sont venus s’installer et s’ajouter au flux des 300 000 frontaliers. Médecins et dentistes allemands, à Zürich. Ingénieurs en chimie français, à Bâle. Mécaniciens horlogers, français aussi, dans l’arc jurassien. Ouvriers italiens, dans tout le Tessin. Une menace sur l’emploi, vraiment ? Il existe une autre lecture du phénomène. « La prospérité suisse ne vient pas seulement de nos innovations et de notre travail acharné, elle vient également de nos relations avec le reste du monde et de notre marché du travail ouvert. Nous gagnons un franc sur deux grâce à notre accès à l’étranger, tout particulièrement aux Etats de l’Union européenne », observe Daniela Schneeberger, conseillère nationale PLR (Parti libéral-radical, droite modérée) pour le canton de Bâle-Campagne.
    La crise sanitaire due au coronavirus a aussi rappelé que, sans l’apport du personnel soignant étranger, surtout issu des pays de l’Union (Grecs, Espagnols, Italiens, Baltes…), les CHU n’auraient pas eu assez d’infirmiers et d’infirmières dans les étages. Bien souvent, les « héros suisses du Covid-19 » ne l’étaient pas. Au fond, dans son rapport à l’étranger, la Suisse est depuis bien longtemps une contradiction. Celle d’un pays qui aime se penser en forteresse, alors qu’il est ouvert aux quatre vents. L’UDC a su exploiter jusqu’ici cet étrange paradoxe. Mais cela risque bien de ne pas suffire cette fois. Car, à Bruxelles, la Commission européenne a fait savoir qu’en cas de oui à l’initiative, la relation entre Berne et l’UE deviendrait ingérable. Si l’accord bilatéral sur la liberté de circulation devait être dénoncé côté suisse, les six autres accords bilatéraux deviendraient automatiquement caducs, c’est ce que l’on appelle la « clause guillotine ».

    #Covid-19#migrant#migration#suisse#politiquemigratoire#sante#personnelsoignant#frontaliers#UE#crisesanitaire

  • L’Espagne pointée du doigt pour son accueil des migrants à Melilla - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/27068/l-espagne-pointee-du-doigt-pour-son-accueil-des-migrants-a-melilla

    Selon Dunja Mijatovic, ces arènes ne sont pas conçues « pour recevoir sur le long terme des migrants ou des demandeurs d’asile ». Ces derniers n’y auraient en effet « qu’un accès limité aux douches et aux toilettes » et manqueraient de « nourriture et produits d’hygiène », alerte la Commissaire, qui signale que la « surpopulation » rend compliqué « le respect des mesures de distanciation physique imposées » par le Covid-19.Dunja Mijatovic s’inquiète également de la situation sécuritaire et rapporte « des bagarres, des vols ainsi que des allégations d’usage excessif de la force » visant le personnel de sécurité. Si la Commissaire se dit « consciente » du défi qui consiste à accueillir de nouveaux migrants en pleine pandémie, elle insiste cependant sur le respect des droits de l’Homme, difficilement applicables dans de telles conditions. Madrid doit ainsi « trouver des alternatives pour accueillir les migrants, y compris les demandeurs d’asile », et leur garantir un accès aux procédure de demande d’asile, insiste Dunja Mijatovic. Les autorités espagnoles se sont défendues dans une lettre de réponse, signée de la main du ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska Gomez. « Dans le contexte actuel de crise sanitaire », l’Espagne a « adopté des moyens extraordinaires pour répondre à une conjoncture qui évolue rapidement » et maintient comme « objectif » le « respect de la protection de la santé et la sécurité des personnes », a expliqué le ministre.

    #Covid-19#migrant#migration#espagne#sante#droit#asile#crisesanitaire

  • Une cinquantaine de migrants irakiens raccompagnés à Erbil lors d’une opération franco-allemande inédite - InfoMigrants
    https://www.infomigrants.net/fr/post/27048/une-cinquantaine-de-migrants-irakiens-raccompagnes-a-erbil-lors-d-une-

    En France, « il y a une demande » pour les retours volontaires, « accélérée par la crise du Covid-19 », qui a rajouté de la tension notamment sur le marché de l’emploi, assure Didier Leschi. Mais les difficultés de circulation et la chute des vols depuis le début de la crise sanitaire ont surtout freiné la possibilité d’effectuer ces retours : « Il y a même des demandes de retour que je n’arrive pas à satisfaire, émanant surtout des ressortissants algériens et marocains, car leurs pays ne veulent pas les reprendre, justement en raison du Covid-19 », ajoute-t-il. En 2019, la France a réalisé quelque 8 500 retours volontaires, contre 2 300 depuis début 2020 avec cette formule plébiscitée par le gouvernement car elle est beaucoup moins onéreuse qu’un éloignement contraint. Selon un rapport parl

    #Covid-19#migrant#migration#france#algerie#tunisie#retour#sante#crisesanitaire#circulation

  • En Syrie, le régime Assad reste dans le déni malgré la progression du Covid-19
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/29/en-syrie-le-regime-assad-reste-dans-le-deni-malgre-la-progression-du-covid-1

    « La frontière entre le Liban et la Syrie est toujours fermée, à moins d’avoir une recommandation ou une autorisation spéciale. Tout le monde à Damas me dit de ne pas venir, car les cas de Covid-19 explosent. La situation est encore pire à Alep, en termes de contamination et de manques de lits. Les fils Facebook se transforment en carnets de condoléances », raconte un homme d’affaires qui vit entre Beyrouth et Damas.« Cela fait deux jours que je n’avais pas ouvert mon compte Facebook et, aujourd’hui, ce ne sont que des condoléances. Que celui qui n’est pas mort ou tombé malade me laisse un message », commente sarcastiquement un activiste, pourtant prorégime, qui suggère aux morgues de publier le nombre de décès plutôt que de laisser cette tâche au ministère de la santé.Début août, le directeur adjoint de la direction de la santé du gouvernorat de Damas estimait à 100 000 le nombre de cas probables dans la capitale et ses environs en se basant sur le nombre de décès, une centaine par jour. Signe d’une détérioration de la situation dans l’agglomération, de nombreux cas « suspects » sont répertoriés en province chez des malades ayant récemment séjourné à Damas.Dans un pays ravagé par neuf ans de guerre, le régime syrien avait initialement imposé un début de confinement, fermé les écoles, interdit les prières collectives et limité les déplacements avant de rapidement assouplir les mesures les plus contraignantes par crainte d’un effondrement économique. « Les impacts socioéconomiques du Covid-19, notamment sur la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance, sont susceptibles d’exacerber les besoins humanitaires substantiels du pays », prévient l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A un système de santé délabré s’ajoute l’impact des sanctions internationales mises en place par les pays occidentaux et une partie des pays membres de la Ligue arabe. « On manque de tout d’un point de vue médical en Syrie, de lits, d’oxygène… Ce sont d’abord les sanctions [occidentales] qui sont en cause : elles ne visent peut-être pas les médicaments, mais des sociétés surréagissent quand elles entendent le mot “Syrie”. Elles préfèrent ne pas négocier par crainte d’être pénalisées. Ainsi, une usine pharmaceutique à Damas qui importe les matières premières depuis l’Inde, via le port de Beyrouth, s’est vu récemment refuser une importation par son partenaire indien. La Syrie n’a plus, non plus, les qualifications médicales, tant les médecins sont nombreux à être partis », ajoute l’homme d’affaires. Loin d’être contenue dans les zones gouvernementales, l’évolution de la pandémie dans les vastes territoires contrôlés par les Forces démocratiques syriennes (FDS, à dominante kurde) dans le nord-est du pays inquiète aussi les humanitaires. « Il ne fait aucun doute que nous assistons à une augmentation des cas de Covid-19 dans le nord-est de la Syrie. Au 24 août, il y avait 394 cas confirmés. Les tests sont en nombre limité, mais, parmi ceux qui sont effectués, environ la moitié donne un résultat positif. Cela démontre que les taux de transmission sont élevés et que beaucoup plus de tests sont nécessaires », estime Will Turner, responsable des programmes d’urgence pour la Syrie à Médecins sans frontières (MSF). « Les villes de Hassaké et Qamishli sont les foyers les plus actifs. Nous craignons que cela ne se déplace bientôt vers Rakka, une autre zone densément peuplée qui accueille un grand nombre de personnes déplacées et qui ne se remet toujours pas des destructions de la guerre. Les services de santé sont rares et l’accès à l’eau et à l’assainissement est médiocre », poursuit Will Turner. « Entre la dépréciation des monnaies locales et l’explosion des cas de Covid-19, le risque d’une crise humanitaire de plus grande ampleur existe, tant en Syrie qu’au Liban : tout le monde vit sur ses réserves », conclut l’économiste franco-syrien Samir Aïta.

    #Covid-19#migrant#migration#syrie#crisesanitaire#crisehumanitaire#personnedeplacee#sante#systemesante

  • A Lampedusa, les migrants face au coronavirus
    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/29/a-lampedusa-les-migrants-face-au-coronavirus_6050269_3210.html

    Un homme est particulièrement occupé depuis le début de l’été, Toto Martello, le maire de l’île. « Ce qui me fait peur, c’est qu’il n’y a aucune conscience de la situation ici, ni de la part du gouvernement ni de l’Europe, se lamente-t-il en tirant sur son cigare. Tout repose sur les épaules de Lampedusa. La situation s’est aggravée avec l’épidémie, aux problèmes du passé se sont ajoutés ceux liés à la crise sanitaire. » A ce sentiment d’abandon s’est greffé le nouveau coronavirus et la peur de la contagion a servi de puissant moteur politique pour les formations politiques antimigrants, la Ligue de Matteo Salvini en tête. Lundi 24 août, lors d’un meeting à Crotone, en Calabre, l’ancien ministre de l’intérieur a juré que certains migrants atteints du Covid-19 « se promenaient parmi les touristes de Lampedusa, qui rapportaient ensuite avec eux le virus en Calabre, à Milan ou à Rome ». A l’approche des élections régionales italiennes des 20 et 21 septembre, cette instrumentalisation de la question migratoire est un refrain revenu à la mode. « Une campagne indigne contre Lampedusa pour faire s’effondrer l’économie de l’île », dénonce Toto Martello. Jusqu’ici, hormis les migrants placés en quarantaine, aucun touriste venu sur l’île n’a été contrôlé positif. (...)
    Les pêcheurs, qui ont fait la fierté de l’endroit, sont de moins en moins nombreux. Dans les années 1960, ils allaient encore jeter leurs filets jusqu’en Tunisie, sur les côtes les plus proches. Aujourd’hui, le mouvement est inverse, ce sont les Tunisiens qui viennent en Italie. « A Sfax, Sousse ou Monastir, des familles sont originaires de Lampedusa, on devrait se souvenir de cette histoire pour éprouver un peu de culpabilité », sourit amèrement Nino Taranto, qui a créé une petite association culturelle permettant de scolariser des migrants, aujourd’hui installés dans d’autres régions italiennes. Cette culpabilité pourrait se résumer dans le « hot spot » (centre d’accueil) de l’île qui s’est trouvé submergé ces dernières semaines. La crise sanitaire semble avoir paralysé les autorités politiques et les migrants se sont progressivement entassés. Avec jusqu’à 1 400 personnes enfermées dans un espace conçu pour 192 personnes, la situation est devenue intenable. Trente-huit cas de Covid-19 y ont été recensés la semaine passée, une bombe à retardement. L’armée a dû être envoyée en renfort pour éviter tout débordement. Face à la situation critique sur place, 850 migrants ont pu être évacués vers la Sicile, le 27 août, mais aucune solution à long terme n’a pour l’heure été proposée

    #Covid-19#migrant#migration#italie#tunisie#lampedusa#UE#hotpsot#sante#economie#politiquemigratoire#crisesanitaire

  • Le modèle vietnamien teste sa résilience face à la reprise du coronavirus
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/08/07/le-modele-vietnamien-teste-sa-resilience-face-a-la-reprise-du-coronavirus_60

    Le pays exemplaire va-t-il le rester ? Jusqu’à fin juillet, le Vietnam, 96 millions d’habitants, faisait figure de très bon élève dans la lutte contre le coronavirus. Malgré sa frontière avec la Chine, il affichait un bilan à « zéro décès », et célébrait 100 jours sans nouveau cas. C’est dire le coup de semonce qu’a représenté le diagnostic, samedi 25 juillet, d’un homme de 57 ans testé positif au Covid-19, dans la station balnéaire de Da Nang.
    En quelques jours, on dénombrait plus de 600 cas et le pays pleurait ses premiers morts. Aussitôt, 80 000 vacanciers ont été évacués, les liaisons terrestres et aériennes suspendues, et 1,1 million de résidents priés de rester chez eux pendant deux semaines, avant d’être testés. C’est le cas de 50 000 habitants de Hanoï sur 70 000 ayant été en contact avec la population de Da Nang, d’après l’agence de presse vietnamienne.Toutes ces mesures s’inscrivent dans la droite ligne de celles que le pays a appliquées depuis le début de la crise sanitaire. Une méthode saluée par l’OMS : fermeture rapide de la frontière avec la Chine, contrôle strict de toute personne entrant sur le territoire (isolement forcé de 14 jours dans des camps militaires, des hôpitaux, à domicile), et un traçage des personnes infectées jusqu’au troisième cercle de contacts. Le Vietnam a aussi misé sur le dépistage massif, en produisant localement des tests Covid, à moindre coût. Selon des experts, la singularité du Vietnam tient donc en partie à son anticipation ; le pays a capitalisé sur sa gestion réussie du SRAS en 2003, a investi dans ses infrastructures de santé publique, et a mis en place un programme national de surveillance épidémiologique en « temps réel » depuis 2018.

    #Covid-19@migrant#migration#vietnam#frontiere#crisesanitaire#surveillenceepidemiologique#tracage#sante

  • « J’irai l’année prochaine » : les impossibles vacances « au pays » de la diaspora africaine de France
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/24/en-france-la-dechirure-de-la-diaspora-africaine-de-ne-pas-partir-en-vacances

    ’Lactuelle crise sanitaire mondiale a obligé une partie de la diaspora africaine installée en France à renoncer, la mort dans l’âme, à passer ses habituelles vacances d’été « au pays ». Même si certains territoires tels que le Sénégal ou le Maroc commencent à ouvrir leurs frontières − généralement aux seuls ressortissants ou aux étrangers titulaires d’un titre de séjour −, cette diaspora raconte sa profonde « déchirure » de ne pas fouler à nouveau la terre natale tout en exprimant, également, quelques « peurs ». « Ce virus nous a empêchés de nous organiser pour cet été. Moi, je n’ai pas d’argent pour acheter un billet à 2 000 euros à la dernière minute. Je ne peux pas, lance-t-elle. Et, une fois là-bas, je ne suis pas sûre qu’on respecte les gestes barrières. » Le Cameroun a officiellement recensé plus de 16 500 personnes contaminées et plus de 380 décès. « J’irai l’année prochaine, s’il n’y a pas un autre malheur », promet-elle. C’est exactement ce que se dit Saïd qui ne reverra pas, cet été encore, les montagnes algériennes de Kabylie. (..) « Tout était prévu, mais c’est la pagaille en Algérie. A la place, on ira peut-être au Danemark en camping-car », confie-t-il « dégoûté ». En effet, les frontières terrestres, maritimes et aériennes de l’Algérie sont fermées et elles vont le rester jusqu’à la fin de la pandémie de Covid-19 ou plus précisément « jusqu’à ce que Dieu nous libère de ce fléau », a annoncé le chef de l’Etat algérien, Abdelmadjid Tebboune, le 28 juin. En France, ces annonces ont été très mal vécues par une partie de la diaspora algérienne, alors même que l’Union européenne (UE) a annoncé, le 30 juin, la réouverture de ses frontières aériennes avec le pays. Mais l’Algérie fait face depuis le début du mois de juillet à une flambée de contamination : le nombre officiel dépasse les 500 cas par jour, contre 250 fin juin. Un chiffre sous-estimé, selon les médecins, qui multiplient les appels de détresse sur les réseaux sociaux, s’alarmant d’une situation catastrophique dans plusieurs hôpitaux.

    #Covid-19#migrant#migration#afrique#ue#diaspora#retour#frontière#sante#crisesanitaire#mesurebarrière

  • L’Europe veut lutter contre la hausse du nombre de sans-abri
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/07/23/l-europe-veut-lutter-contre-la-hausse-du-nombre-de-sans-abri_6047067_3224.ht

    Le public touché par ce fléau se diversifie, notent les auteurs du rapport qui déplorent un nombre croissant de femmes, d’enfants et d’étrangers, européens ou pas. « La crise migratoire de 2015 et l’afflux, vers l’Europe, de 1,3 million de demandeurs d’asile a pris les Etats de court, commente M. Spinnewijn. Mais, en 2019, leur nombre est retombé à 721 000 personnes. Des pays ont su organiser et dimensionner l’accueil des réfugiés, telle l’Allemagne. » Pour Sarah Coupechoux, chargée d’études Europe à la Fondation Abbé Pierre, « d’autres pays ont été dépassés, c’est le cas de l’Espagne ou encore de la France dont le système d’hébergement des demandeurs d’asile ne fait face qu’à la moitié des besoins ». L’autre raison de la montée du sans-abrisme en Europe est le renchérissement du coût du logement pour tout le monde, à commencer, bien sûr, par les pauvres c’est-à-dire la frange de la population dont les ressources se situent au-dessous du revenu médian de chaque pays : ils représentent désormais 17,1 % des Européens, contre 16,5 % en 2010. (...). Pour les sans-abri, la crise sanitaire et le confinement qu’elle a imposé auront, selon le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, été « une parenthèse heureuse. De nombreux pays ont déployé des moyens sans précédent pour héberger le plus grand nombre de personnes dans des hôtels, des gymnases, des bâtiments vacants, et y dépêcher des équipes médicales. La France, par exemple, a ouvert 20 000 places, créé des centres Covid… » A Barcelone, la municipalité a mobilisé des logements touristiques pour les familles à la rue. Presque partout en Europe, ont été décrétés des moratoires sur les expulsions locatives : en Hongrie, Allemagne, France – par une extension de la trêve hivernale jusqu’au 10 juillet –, Autriche, Belgique, Irlande, Italie, Croatie, Espagne, au Portugal, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et au Luxembourg. L’Europe y a contribué en assouplissant les règles d’accès à son fonds social pour couvrir les urgences sanitaires et financer le logement temporaire, et le projet de budget 2021-2027, qui vient d’être renforcé par le plan de relance décidé mercredi 21 juillet, prévoit de financer les programmes d’insertion par le logement et la lutte contre le sans-abrisme, « une très bonne nouvelle » pour Sarah Coupechoux. « Cela montre qu’avec de la volonté, même si la motivation est d’abord sanitaire, on peut venir à bout du sans-abrisme et il ne faudrait pas, maintenant, que tout revienne à l’anormal », insiste Christophe Robert. « Il y a une opportunité historique pour apporter des réponses institutionnelles et politiques pérennes, renchérit Freek Spinnewijn. L’attention exceptionnelle portée pendant la crise sanitaire aux SDF suscite une prise de conscience sur les questions de santé publique et de logement

    #Covid-19#migrant#migration#france#UE#sansdomicilefixe#etranger#refugie#logement#sante#crisesanitaire#santepublique#sante

  • PMU pitches in as COVID cases surge in Iraq - Al monitor

    Iraq’s Popular Mobilization Units (PMU) have rehabilitated a hospital, buried victims, sprayed public places with disinfectant and delivered oxygen in recent weeks as part of the nationwide efforts against the COVID-19 pandemic.

    From a few dozen recorded deaths per day on June 11 to almost 100 per day a month later, COVID-19 cases continue to rise in the country amid worsening poverty, unemployment and financial hardship.

    On July 2, the International Rescue Committee noted, “With the number of confirmed cases standing at 53,708 on July 1 — up from 6,868 on June 1 — the Ministry of Health has announced that hospitals are almost at full capacity” and “schools and universities will be converted into isolation units.”

    #Covid-19#Iraq#Crisesanitaire#Pandémie#Milice#Quarantaine#migrant#migration

    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/07/iraq-covid19-pmu.html

  • S’expatrier en 2020 reste possible
    https://www.lemonde.fr/emploi/article/2020/07/15/s-expatrier-en-2020-reste-possible_6046215_1698637.html

    Les expatriés suivent la croissance comme le tournesol le soleil, c’est bien connu. Ils sont aussi sensibles au risque de guerre ou de pollution, mais comment réagissent-ils au Covid ? « Environ 90 % des salariés expatriés sont restés en poste pendant la crise, indique Alix Carnot, directrice associée d’Expat communication, spécialisée dans l’accompagnement des entreprises. Quant aux départs, ils sont extrêmement ralentis, mais pas totalement interrompus ».« Dans l’industrie automobile, on a ralenti l’expatriation en Chine et en Inde dès le début de l’année à titre sanitaire », témoigne Olivier Angotti, avocat associé chez FTMS. Mais les expatriés dont la mobilité est prévue de longue date ne se désistent pas. A l’Agence française de développement (AFD), « tous les départs sont maintenus, sauf en Guyane. En 2020, on avait entre 60 et 70 salariés prévus en mobilité, dont plus de la moitié partant de France. Après le black-out de mi-mars à mi-juin, une dizaine de personnes sont parties, on a même réussi à expatrier quelques volontaires internationaux qui étaient jusqu’alors en télétravail, mais on est contraints par les programmations de vol », témoigne Stéphane Hlusko, responsable expatriation et protection sociale de l’AFD.

    #Covid-19#migrant#migration#france#expatrie#sante#economie#crisesanitaire

  • Réouverture de l’espace Schengen : IRÈNE EN CLASSE EXPLICATIONS – « Techniquement, le Sénégal n’est pas concerné pour le moment » | Lequotidien Journal d’informations Générales
    https://www.lequotidien.sn/reouverture-de-lespace-schengen-irene-en-classe-techniquement-le-senegal

    Il faut travailler à ce que le Sénégal se trouve rapidement sur cette liste. C’est dans l’intérêt de tout le monde. Un retour aux échanges normaux, à la mobilité normale, à la réouverture de l’espace. Mais c’est dans notre intérêt à tous, de tenir en compte les problèmes de la situation sanitaire globale. On a tous intérêt à éviter une reprise de la pandémie. C’est strictement dans cette perspective qu’il faut voir les choses. Et c’est une perspective qui est partagée par les autorités du Sénégal qui sont très soucieuses d’éviter le risque sanitaire.

    #Covid-19#migrant#migration#diaspora#senegal#UE#reouverturefrontière#protocolesanitaire#crisesanitaire#mobilitenormale#sante