• En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes (+)

    A la toute fin de l’année dernière, à Herat, la troisième ville d’Afghanistan, les Talibans ont ordonné aux commerçants de décapiter les mannequins en celluloïd exposés dans les vitrines de leurs magasins.Selon le représentant local du Ministère de la promotion de la vertu et de la prévention du vice qui a remplacé le Ministère des Affaires féminines : Ce sont des statues telles qu’elles sont définies par le Livre Sacré et donc n’ont pas leur place dans l’Islam, d’autant qu’elles sont vénérées…

    Si la presse (dont le Monde) s’étonne de l’ordre des priorités du gouvernement Taliban dans un pays en plein marasme économique où la famine est quasiment assurée, personne ne semble voir dans cette mesure la forte charge symbolique et la funeste valeur prédictive concernant l’avenir des droits des femmes dans ce pays sinistré. Même s’il s’agit à la base d’une minorité urbanisée formée d’intellectuelles, de journalistes, d’artistes, qui ont acquis, en vingt ans, un début d’égalité. Ce bouleversement dessinait les contours d’une alternative légitime pour le restant de la population féminine, même rurale et lointaine, désormais privée même d’espoir. Et il en est de même, ne l’oublions pas pour les jeunes hommes, eux aussi artistes, intellectuels, journalistes actuels ou rêvant de le devenir.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/19/en-afghanistan-on-decapite-impunement-les-droits-des-fe

    #féminisme #international #afghanistan

  • Je ne suis pas libre tant qu’une femme reste prisonnière, même si ses chaines sont différentes des miennes

    Dans une courte préface Rina Nissim présente l’autrice, dont la traduction des œuvres en français est pour le moins déficiente. « Elle s’est ainsi fait connaître pour ses interventions devenues essais, écrits dans une prose poétique – une nouvelle manière d’exprimer sa pensée de femme engagée ». Audre Lorde est une immense écrivaine afro-étasunienne, une féministe traitant de l’ensemble des oppressions. « La nouvelle économie écrase les plus pauvres. Le sexisme et la discrimination basée sur le sexe concernent toujours notre société. Le racisme est toujours vivant. Les cibles changent selon les pays et les circonstances. Noirs, juifs, gitans, arabes… c’est pourtant toujours le même rejet » (Rina Nissim).

    Note sur : Audre Lorde : Sister Outsider
    Essais et propos sur la poésie, l’érotisme, le racisme, le sexisme…

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/18/je-ne-suis-pas-libre-tant-quune-femme-reste-prisonniere

    #féminisme

  • Le #metoo de juifs ultra-orthodoxes en Israël
    https://fr.timesofisrael.com/le-metoo-de-juifs-ultra-orthodoxes-en-israel

    "Tu ne te tairas point !" Ce commandement commence à souffler au sein de la communauté en Israël, secouée par une série de révélations d’abus sexuels sans précédent

    Fin décembre, Chaim Walder, un auteur à succès ultra-orthodoxe, s’est suicidé un mois après que le quotidien Haaretz a publié des accusations, qu’il a rejetées, de crimes sexuels à son encontre sur une vingtaine de personnes dont des enfants.

    Les allégations contre cette « icône culturelle incontournable » ont eu l’effet d’un cataclysme dans la communauté ultra-orthodoxe, explique à l’AFP Avigayil Heilbronn, une militante de 33 ans se qualifiant de juive « orthodoxe moderne ».


    Des jeunes femmes ultra-orthodoxes à Borough Park, pendant, Soukkot, le 4 octobre 2020. (Crédit : AP/Kathy Willens)

    Cette mère de deux enfants divorcée a fondé en 2015 l’association « Lo Tishtok » (« Tu ne te tairas point » en hébreu) pour porter la voix des victimes d’agressions sexuelles dans le monde ultra-orthodoxe réputé fermé.

    Les Haredim, littéralement les « craignant Dieu », représentent environ 12 % des quelque neuf millions d’Israéliens. Chaque aspect de leur vie est gouverné par des principes religieux et ils vivent souvent en vase clos.


    Chaim Walder en 2009 (Crédit : CC BY-SA 3.0)

    Quand Chaim Walder, qui a vendu des centaines de milliers d’exemplaires de livres pour enfants, a été accusé dans la presse, « les gens ont pris une claque incroyable car si lui peut agresser, alors comment avoir confiance en qui que ce soit ? », poursuit Avigayil Heilbronn.

    « Par un proche »
    En mars, un premier scandale avait déjà ébranlé cette communauté après que Haaretz a publié des accusations d’agressions sexuelles et de viols sur adultes et mineurs à l’encontre de Yehuda Meshi-Zahav, autre éminente figure du monde orthodoxe.

    Quelques heures avant la diffusion de nouvelles accusations, cette fois par la chaîne N12, ce fondateur de l’organisation caritative ZAKA, qui dénonce une campagne de « mensonges », a tenté de se pendre dans son appartement.


    Yehuda Meshi-Zahav, co-fondateur de la ZAKA, s’exprime lors d’une conférence à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

    Un porte-parole de la police a indiqué à l’AFP qu’une enquête avait été ouverte sur les allégations contre M. Meshi-Zahav, mais n’a pas dit si des investigations étaient en cours dans l’affaire Walder au moment de sa mort.

    Par ailleurs, début janvier, le quotidien Yediot Aharonot a publié les accusations de trois femmes – dont une mineure au moment des faits allégués – à l’encontre d’un animateur de radio ultra-orthodoxe.

    Ces accusations ont rappelé de bien mauvais souvenirs à Adiel Bar Shaul, 43 ans, un orthodoxe de Bnei Brak, ville ou vivent majoritairement des Haredim, près de Tel-Aviv.

    Alors qu’il n’avait que 10 ans, Adiel a été violé chez lui, un soir de Shabbat, puis à plusieurs reprises pendant une année par un proche de la famille, également ultra-orthodoxe, qui l’hébergeait, confie-t-il à l’AFP.


    Photo d’illustration : Un enfant anxieux. (Crédit : iStock via Getty Images)

    « Il a commencé à me donner des autocollants, puis après plusieurs fois, il m’a demandé (en échange) de poser ma main sur son pantalon, j’étais enfant, je ne comprenais pas », se souvient l’homme qui s’est ensuite muré des années dans le silence avant de le briser il y a quelques années.

    « J’étais seul, j’avais extrêmement honte et je me sentais coupable car j’avais accepté » ces gestes pour des autocollants, dit celui qui vient aujourd’hui en aide à des victimes de violences sexuelles.

    Souvent, les victimes se taisent car « elles ont peur de ce que diront les gens, les voisins, à la synagogue ou à l’école », explique à l’AFP Josiane Paris, bénévole au centre de crise Tahel, basé à Jérusalem et qui vient en aide aux femmes vivant dans des milieux religieux.

    500 appels par mois
    A son ouverture il y a 30 ans, le centre a mis en place une ligne d’écoute téléphonique dédiée aux victimes de violences conjugales, d’agressions sexuelles et de viols.

    Au début, cette ligne recevait peu d’appels, mais ces dernières années, le nombre n’a fait qu’augmenter, signe selon elle que le mouvement #metoo gagne les milieux religieux.

    « Nous recevons aujourd’hui environ 500 appels par mois », chiffre-t-elle.

    « Certaines femmes restent silencieuses au bout du fil (…) on ressent la détresse, il y en a qui sont en colère, qui pleurent », confie Myriam Merzbach, une autre bénévole. « Notre rôle est de les soutenir, les encourager et de chercher des solutions », poursuit-elle.

    Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, David Lau, critiqué pour s’être rendu au domicile de la famille Walder pour présenter ses condoléances, a publié peu après une lettre dans laquelle il assurait « être toujours du côté des victimes ». « Le cri des victimes (…) doit être entendu », avait-il écrit.

    « Déni »
    Mais pour Yair Ettinger, chercheur à l’Institut israélien pour la démocratie (IDI), un centre d’analyse de Jérusalem, si certains rabbins dénoncent les abus sexuels, l’institution religieuse dans son ensemble « reste dans le déni ».

    « C’est une société idéaliste qui se regarde difficilement dans le miroir », dit ce spécialiste de la minorité ultra-orthodoxe et journaliste pour la chaîne publique Kan.

    Au sein de cet univers, il y a toutefois « une véritable prise de conscience du problème », se félicite Yair Ettinger.

    Au lendemain du suicide de Walder, des militants de Lo Tishtok ont distribué des tracts dans les quartiers religieux du pays sur lesquels on pouvait voir la photo d’une fillette la bouche fermée par une main d’adulte, accompagné d’un texte : « Nous croyons les victimes » pour les inciter à dénoncer leurs agresseurs.

    Aujourd’hui les jeunes ultra-orthodoxes ont toutefois davantage accès aux réseaux sociaux ce qui leur permet d’être plus informés sur les réalités du monde extérieur, estime Mme Heilbronn, qui dit voir un « printemps haredi ».

    #religion #meetoo #metoo #mee_too #balancetonporc #harcèlement_sexuel #viol #culture_du_viol #patriarcat #femmes #enfants #victime #violophilie #Israel #ultra-orthodoxes #réseaux_sociaux

  • Yildiz Temürtürkan : « transformer notre vision du féminisme populaire en action »

    La Marche Mondiale des Femmes est un mouvement féministe, internationaliste, anticapitaliste et anticolonialiste, organisé à partir de coordinations locales dans 51 pays et territoires. La coordination du mouvement est déjà passée par le Québec, le Brésil et le Mozambique, et se trouve maintenant en Turquie. Yildiz Temürtürkan a été élue à la coordination internationale de la Marche Mondiale des Femmes lors de la 12e Rencontre Internationale, en octobre 2021.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/16/yildiz-temurturkan-transformer-notre-vision-du-feminism

    #féminisme

  • Prison N°5

    À travers le récit de son #emprisonnement en #Turquie, #Zehra_Dogan, journaliste et artiste, parle de l’histoire et de l’oppression du peuple kurde, mais aussi de solidarité et de résistance de toutes ces femmes enfermées.
    Ce livre est le fruit d’une détermination, transformant un emprisonnement en une résistance. Zehra Dogan, artiste kurde condamnée pour un dessin et une information qu’elle a relayés, fut jetée dans la prison n°5 de Diyarbakir, en Turquie. Elle nous immerge dans son quotidien carcéral. Découvrir le passé de ce haut lieu de persécutions et de résistances, c’est connaître la lutte du peuple kurde.

    https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-prison-n-5/album-prison-n-5
    #BD #bande_dessinée #livre

    #Kurdes #résistance #auto-gestion #syndrome_de_Nusaybin #Kurdistan_turc #guerre #violence #armée_turque #couvre-feu #destruction #Sur #massacres #Cizre #Silopi #villes #PKK #Öcalan #révolte_de_Dersim #révolte_de_Kocgiri #révolte_de_Koçgiri #Cheikh_Saïd #torture #terrorisme #Kenan_Evren #Esat_Oktay_Yildray #assimilation #quartier_35 #Osman_Aydin #résistance #uniforme #tenue_unique #Sakine_Causiz #impunité #discriminations #exil_forcé #IDPs #déplacées_internes #identité #langue #exploitation #enlèvements #enlèvements #Hasan_Ocak #Mères_du_Samedi #montagne #guérilla #Kurdistan #Mères_de_la_paix #paix #violences_policières #ring_bleu #prison_de_Tarse #enfants #femmes

    (BD très très dure, mais un document historique incroyable)

  • Le langage de la prostitution demeure à écrire

    Je veux écrire sur le langage, à propos du traumatisme, de la sortie du commerce du sexe et de son abolition.

    Je trouve que le langage ne correspond pas à la réalité des personnes qui sont dans la prostitution ou qui en sortent. Il est trop détaché pour parler de nos vérités.

    Il ne parle pas de nos traumatismes ou en leur nom, de notre longue histoire de douleur, notre capacité à survivre en faisant le vide dans notre esprit.

    Le langage parlé qui s’en tient à relater des faits n’est pas adéquat.

    Les mots ne sont qu’une surface. Pour parler de nos vérités, nous devons sortir du cadre des faits.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/13/le-langage-de-la-prostitution-demeure-a-ecrire

    #féminisme #prostitution

  • Quand l’urinoir se féminise
    https://www.lemonde.fr/m-styles/article/2022/01/12/quand-l-urinoir-se-feminise_6109212_4497319.html

    On les appelle les petits coins, les cabinets, les W-C, les #toilettes ou les #latrines, mais quel que soit le vocable, ces lieux d’aisance n’ont guère évolué depuis 1775, date d’un brevet pour système avec chasse d’eau, déposé par l’Ecossais Alexander Cumming. Voilà qu’avec de premiers #urinoirs pour #femmes la France a commencé depuis quelques mois une révolution des formes et… des usages.

    Derrière ces #toilettes_sèches se cachent deux créatrices aux parcours très différents. Il y a Louise Raguet, étudiante à L’Ecole nationale supérieure de création industrielle – Les Ateliers, qui pour son diplôme obtenu en 2019, conçoit l’urinoir Marcelle, permettant aux filles d’uriner en position squat, soit semi-accroupie comme dans la nature.

    #paywall


    • Marcelle, urinoir pour femme, de Louise Raguet. VÉRONIQUE HUYGUE

      Cette jeune chercheuse en biologie reconvertie dans le design, âgée aujourd’hui de 31 ans, veut allier combat féministe et écologie, « questionner le fonctionnement des toilettes actuelles avec leurs files d’attente interminables côté dames et permettre le recyclage des urines au féminin, ce qui n’était pas envisagé jusqu’ici ».

      A peine diplômée, elle reçoit des propositions et la voilà qui vend ses premières créations, qui seront notamment installées dans l’ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul, à Paris, transformé temporairement en lieu de partage dit Les Grands Voisins.

      Il y a aussi Nathalie des Isnards, 48 ans, ex-directrice des ressources humaines dans l’industrie, qui fonde en 2017 la start-up malicieusement baptisée madamePee (de l’anglais to pee, « uriner »), autour d’une « urinoire féminine » qu’elle brevette l’année suivante. « L’idée m’en est venue en tant qu’usagère », assure-t-elle. Dès le départ, elle s’entoure de designers, mais aussi d’ergonomes et de sociologues car « sur ce sujet intime, la parole n’est pas aisée, il faut faire s’exprimer les réels besoins des femmes ». On convient aussi de féminiser le nom du produit mis au point, « parce que la définition de l’urinoir, dans les dictionnaires, ne se réfère qu’aux hommes », précise l’énergique autoentrepreneuse.


      MadamePee, urinoir créé par Nathalie des Isnards, ici au festival Peacock Society, en septembre 2021. MADAMEPEE

      De ces deux approches naissent des urinoirs au féminin, du jamais-vu. Une cuvette très étroite en Inox peint (beige et orange), fabriquée par une chaudronnerie de Troyes pour Marcelle. Une forme plutôt géométrique façon bec de pélican, en aluminium et polyéthylène recyclable, avec un retour à l’avant pour éviter les éclaboussures, pour madamePee. Les usagères n’ont besoin de toucher à rien, critère primordial car la plupart d’entre elles adoptent, hors de chez elles, une succession de stratégies de contournement qui prend beaucoup de temps : ne toucher le verrou qu’avec leur manche, ne surtout pas s’asseoir sur la cuvette ou la recouvrir de papier, etc. Dans les deux cas, la cuvette est un peu basse et il n’y a pas de chasse d’eau : l’urine est recueillie dans une cuve, direction le tout-à-l’égout ou bien les champs, comme engrais.

      Star du concours Lépine

      « Les confinements successifs, notamment en France avec la fermeture des bars et des restaurants – solution de repli traditionnel pour les femmes – ont confirmé l’intérêt de l’urinoir au féminin », fait remarquer Nathalie des Isnards qui, après les festivals de musique Hellfest en Loire-Atlantique ou Solidays dans la capitale et des événements comme Paris Plage, a exporté sa formule du Portugal à la Belgique, en attendant ce printemps le Canada et la Côte d’Ivoire. De son côté, Louise Raguet cherche un ou une associé(e) pour développer la commercialisation de sa « Marcelle » qui à l’été 2021, trônait au festival We Love Green, ou sur la péniche culturelle Le Barboteur, à Paris. Toutes deux ont dessiné et breveté leurs pictogrammes, clairement explicites quant à la posture à adopter devant la cuvette, nouveaux usages obligent.

      Toutes ces innovations chahutent le marché peu original des sanitaires. A Bordeaux, on teste des urinoirs madamePee dans un lycée, afin de lever les craintes en termes d’hygiène qui conduisent une majorité de jeunes filles à se retenir d’aller aux toilettes à l’école . A Rennes, après Toulouse, on expérimente de drôles d’urinoirs collectifs féminins en forme d’hélice, brevetés fin 2017 sous le nom de Lapee, par un jeune duo d’architectes, l’un danois, l’autre française.

      Ces toilettes sèches, star du concours Lépine en France en 2019, ne comportent pas de portes – seule la tête dépasse – et accueillent trois filles d’un coup dans son cercle de plastique rose bonbon. Il s’agit de permettre un pipi express : en trente secondes, au lieu de trois minutes en moyenne dans des toilettes fermées . La ville de Copenhague a décidé de les installer dans ses parcs et jardins durant la belle saison, de juin à septembre. « Dans l’espace public, le manque de sanitaires où l’on se sent autorisée à rentrer est criant. On habitue les filles très jeunes à se retenir, alors que faire pipi, c’est naturel et cela devrait être simple », martèle Gina Périer, 27 ans, co-fondatrice de la marque Lapee.

      Lapee, urinoirs collectifs féminins. LAPEE

      Des toilettes Lapee au Roskilde Festival (Danemark) de 2019. OLIVIA ROHDE

      Même JCDecaux qui fête les quarante ans de ses Sanisettes – « les premières toilettes universelles, unisexes et autonettoyantes », selon Albert Asseraf, directeur général communication et nouveaux usages – a révisé sa copie. Pour rassurer les femmes qui répugnaient à les utiliser, on a fait entrer la lumière du jour par un oculus dans le toit, et rajouté un poussoir d’urgence, visible dès l’entrée. Et depuis 2019, des urinoirs pour messieurs ont été accrochés au dos d’une cinquantaine de Sanisettes à Paris (notamment au Trocadéro et à la tour Eiffel), mais aussi à Marseille, Bayonne, Berlin ou Düsseldorf, en Allemagne. Il s’agit « de libérer davantage la cabine pour les personnes en fauteuil roulant et pour les femmes et les enfants » [parlons pas de caca, de fix, et autres variantes d’usage qui consomment du temps de toilettes disponibles, ndc], explique le designer Patrick Jouin, qui a signé toutes ces adaptations. L’urinoir ne dispose pas d’eau, mais de gel hydroalcoolique, et se cache derrière un joli drapé vert chêne, comme la Sanisette.

      L’« urinoire » féminine de madamePee n’est pas restée célibataire longtemps. A la demande des loueurs de sanitaires, une version masculine a vu le jour. « Des festivaliers se rendaient trop souvent chez les filles, arguant préférer, eux aussi, un minimum d’intimité »_, explique Nathalie des Isnards. Ainsi est née misterPee, une cabine aux portes battantes façon saloon, habillée de noir quand celle des filles est rouge vermillon. On a pu voir les deux parader dans des mariages.

      and de ouineure is : allier combat féministe, écologie, diminution du temps consacré à la réduction des risques et rotation en just à temps. habituons nous aux #gagnant_gagnant enchanteur. Oui, un capitalisme sans domination est possible !

  • Panthère Première » If you love this planet
    https://pantherepremiere.org/texte/if-you-love-this-planet

    Comment construire une position antinucléaire à partir des questionnements féministes ? Dans les années 1970, elles furent peu nombreuses à chercher cette articulation et leurs efforts ont été largement oubliés. Pourtant, ces positions méconnues et ces combats constituent aujourd’hui un héritage à réinvestir...

    #Histoire #luttes #nucléaire #anti-nucléaire #féminisme #années_70

  • Bethina Gohio - Pas là pour plaire ! [Partie 1]

    Émission du 7 janvier 2021, nous avons invité Bethina Gohio. On parlera des « pionnières, des figures incontournables que sont #Diams, #Casey et #Keny_Arkana, qui représentent chacune une facette différente de la #rappeuse, et des héritières pour lesquelles l’urgence est dans la libération des femmes et se ressent aussi bien dans leurs textes que dans leur attitude. »

    #rap #radio #offensivesonore #hiphop #féminisme

    https://offensivesonore.blogspot.com/2022/01/pas-la-pour-plaire-partie-1.html

  • Sylvain Bertot - Histoire du Rap au Féminin
    Émission du vendredi 17 septembre 2021, nous recevons Sylvain Bertot auteur de « Ladies First - une Anthologie du Rap féminin en 100 Albums ». L’histoire du #rap est aussi composé d’artistes féminines. Parfois oublié ou mis au second plan, cette discussion permettra de corriger cette injustice.

    #féminisme #radio #offensive

    https://offensivesonore.blogspot.com/2021/09/sylvain-bertot-histoire-du-rap-au.html

  • Gestes suicidaires chez les adolescentes : SOS d’une jeunesse en détresse – Libération
    https://www.liberation.fr/checknews/gestes-suicidaires-chez-les-adolescentes-sos-dune-jeunesse-en-detresse-20

    Chez les filles de moins de 15 ans, les admissions aux urgences pour gestes suicidaires ont très fortement augmenté, progressant sur les 43 premières semaines de 2021 de plus de 40 % par rapport à la moyenne des admissions sur la même période lors des trois années précédentes. Le nombre d’admissions chez les garçons de moins de 15 ans sur les 43 premières semaines de 2021 est quant à lui parfaitement stable par rapport aux trois dernières années.

  • BDSM et prostitution : comment dénoncer sans blesser les concernées

    Au cours des derniers mois, il est arrivé que certains commentaires, publications ou procédés de nos allié·es anti-violences sexuelles nous dérangent. Par exemple, des insultes, des accusations de « collaboration », ou des commentaires agressifs envers les femmes pro-prosti qui – par leur nombre et la nature d’internet – peuvent parfois confiner à du harcèlement.

    Tout d’abord, nous voulons dire que nous comprenons bien d’où vient la colère de certaines abolitionnistes : elles subissent des attitudes agressives, manipulatrices, menteuses, méprisantes. Elles font face à des raisonnements pervers et de mauvaise foi, à une banalisation constante des violences, et à des arguments complètement à l’envers (d’autant plus violents lorsqu’elles sont survivantes de la prostitution). Elles font constamment face à des hommes agresseurs et parfois à des femmes ayant intégré « la passion de l’oppresseur » au point d’invectiver les autres femmes, de déformer les propos, de prêter les pires intentions du monde et de se moquer des violences subies… On prête aux abolitionnistes des idéologies politiques ou religieuses qu’elles n’ont pas, elles sont diabolisées, parfois agressées, accusées des malheurs qu’elles cherchent justement à empêcher : le fait de leur imputer la responsabilité des meurtres commis par les hommes clients, par exemple, est ignoble.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/10/bdsm-et-prostitution-comment-denoncer-sans-blesser-les-

    #féminisme #prostitution

  • Une fois je me suis entraîné avec un champion brésilien de #BJJ (Jiu-Jitsu Brésilien)
    Il devait faire 20/30kg de plus que moi mais il en aurait fait 20 de moins la différence de niveau était telle que ça n’aurait pas changé grand chose : il faisait ce qu’il voulait de moi, sans aucune force.

    Trouvez un bon club, c’est un peu le plus difficile dans les #arts_martiaux mais si vous tombez sur un bon*, alors je conseille à tout le monde et particulièrement aux #femmes de tenter.

    On peut voir un bel exemple de quelques techniques ici :

    https://invidious.fdn.fr/watch?v=fJqCFGxF_6o&ab_channel=RicksonAcademy

    Aucune force, tout est dans la technique pour contrôler l’inertie et l’équilibre de l’adversaire.
    Le BJJ n’est pas un sport qui permettra de fondre ou de gagner en cardio ou masse musculaire. La plupart des combattants ont d’ailleurs souvent un bel embonpoint, par contre, il permet d’avoir rapidement des bases pour se protéger et maîtriser une situation.
    En l’occurrence les champions sont très recherchés par les boites de nuit car ils arrivent à maîtriser facilement les mecs bourrés agressifs en limitant les effusions et les bagarres qui partent en vrille.

    *bon = peu de parlottes, pas de bourrins qui cherchent à montrer leur force sur les autres pendant l’entraînement, beaucoup d’exercices différents et répétitifs.

  • si tu touches à nos soeurs on t’arrache le coeur. @Paroleerrante
    https://twitter.com/Paroleerrante/status/1479955356205862916

    ce soir la parole accueillait gradins pleins une première lecture publique d’un texte issu du travail collectif d’un groupe de femmes dont des comédiennes et techniciennes du spectacle #MeTooTheatre


    #théâtre #comédiennes #techniciennes #femmes #agressions_sexuelles #parole_errante

  • L’hypersexualisation et le brouillage des rôles sociaux

    On parle beaucoup d’hypersexualisation aujourd’hui. Mais qu’entend-on, au juste, par un tel mot ?

    On pourrait définir sommairement l’hypersexualisation comme l’exagération des caractéristiques de la féminité et de la masculinité, comme en fait foi l’évolution des personnages féminins de Walt Disney. En comparant la Petite Sirène, la princesse Jasmine (Aladdin) et Pocahontas avec Blanche Neige et Cendrillon, on constate une évolution sexuée (habillement, corps, attitudes) des personnages féminins. C’est le cas aussi des personnages masculins : il y a 30 ans, les figurines des superhéros comme Batman étaient certes musclées, mais cela demeurait dans les normes du corps humain. Ce n’est plus le cas.

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/08/lhypersexualisation-et-le-brouillage-des-roles-sociaux

    #féminisme

  • Anorexie ou « pourquoi tu manges tes légumes et ta viande séparément ? »
    https://infokiosques.net/spip.php?article1887

    "Je résume ? Le psychiatre qui m’a suivi pendant mon hospi en clinique psy pour anorexie était un crevard ; la clinique n’a fait que remplir la mission de rendre mon corps de nouveau appréciable pour que des mecs puissent l’utiliser ; aujourd’hui encore reste imprimée l’idée que je pourrais « contaminer » des gentes si j’en parle. Et en plus, quand je veux en parler, je ne trouve pas beaucoup d’écrits théoriques féministes là-dessus pour m’adosser à du solide. Une fois la colère redécouverte après de nombreuses années, je me suis dit qu’il fallait que j’écrive tout ça, puisqu’en parler ça reste compliqué. Donc j’écris ce dont je me souviens des conditions pratiques de mon hospitalisation et j’écris ce que je pense, au prisme du féminisme, de la façon dont #A été pris en charge le « soin » dans la clinique. (...)

    #Féminisme,_questions_de_genre #Antipsychiatrie #Infokiosque_fantôme_partout_ #Corps,_santé,_antivalidisme
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/anorexie_temoignage-16p-fil-2021.pdf
    https://infokiosques.net/IMG/pdf/anorexie_temoignage-8pA4-cahier-2021.pdf

  • Les femmes meurent davantage lorsque c’est un homme qui les opère
    https://fr.news.yahoo.com/femmes-meurent-davantage-homme-chirurgien-170923420.html?guce_referre

    Les patientes auraient 30% de risques supplémentaires de mourir que les patients à la suite d’une opération chirurgicale menée par un homme, révèle une étude.

    Y a-t-il du sexisme dans les soins chirurgicaux qui mènerait à une grande inégalité de traitement ? Des chercheurs canadiens se sont posé la question. D’après les résultats d’une étude publiée dans la revue scientifique JAMA Surgery, lorsqu’un chirurgien masculin opère une femme, elle aurait 32 % plus de risques de décéder qu’un patient de sexe masculin.

    Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données de plus d’un million de patients opérés au Canada entre 2007 et 2019 par 2 937 chirurgiens. Le sexe du patient, celui du professionnel de santé et les suites post-opératoires font partie des critères retenus par les scientifiques.
    « Ces résultats sont préoccupants »

    Au total, 602 560 malades étaient « en concordance de sexe avec leur chirurgien ». Plus de 500 000 patients hommes ont ainsi été opérés par des chirurgiens masculins et près de 93 000 patientes femmes ont été opérées par des chirurgiennes. Au contraire, 717 548 personnes étaient en discordance de sexe (667 279 femmes opérées par un homme et 50 269 hommes opérés par une femme). Quelque 189 390 patients, soit 14,9%, ont connu au moins une complication après l’opération.

    « Nous avons constaté que les patientes opérées par des hommes avaient 15 % de risques supplémentaires d’obtenir de moins bons résultats que les patientes opérées par des femmes », a expliqué le Dr Angela Jerath, co-auteure de l’étude, au journal britannique The Guardian. De plus, les hommes opérés par des femmes avaient de meilleures suites post-opératoires.

    « Ces résultats sont préoccupants car il ne devrait pas y avoir de différence entre les sexes en ce qui concerne les suites post-opératoires des patients, quel que soit le sexe du chirurgien », conclut la scientifique. Les « préjugés sexistes implicites, les attitudes et les stéréotypes profondément enracinés » peuvent être une explication possible à ces résultats.

  • Nous voulons un autre monde ! Manifestation samedi 22 janvier à #Valence
    https://ricochets.cc/Nous-voulons-un-autre-monde_manifestation-a-Valence-samedi-22-janvier-2022

    Le capitalisme s’avère être l’une des pires erreurs civilisationnelles de l’humanité, un système qui ne cesse de créer souffrances, horreurs, violence et désespoir, et mène l’espèce humaine à son extinction. Les solutions propulsées par les mass média via de pseudo « candidats anti-système » vont à l’encontre des valeurs humanistes qui ont toujours fait progresser notre espèce vers plus de civilisation, vers plus d’émancipation et d’autonomie. Nous voulons aujourd’hui reprendre la parole confisqué par les (...) #Les_Articles

    / Valence, #Résistances_au_capitalisme_et_à_la_civilisation_industrielle, #Ecologie, #Féminisme, (...)

    #Ras-le-bol

  • Les droits ne sont jamais octroyés, ils s’obtiennent, de haute lutte, parfois au péril de sa vie

    Dans sa préface, Comme une matérialité de la culture, Geneviève Fraisse aborde les occasions de rencontre, le mouvement pour la parité, le sexisme dans la culture, les rapports rédigés par Reine Prat, « La preuve raconte les empêchements à fabriquer l’égalité », les responsabilités publiques et les productions de création, le formel de l’égalité et son nécessaire contenu, « Elle entrecroise la question des places dans le pouvoir institutionnel de la culture avec la création elle-même, transformations, imaginaires, fabrication de la représentation artistique »…

    Note sur : Reine Prat : Exploser le plafond
    Précis de féminisme à l’usage du monde de la culture

    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2022/01/06/les-droits-ne-sont-jamais-octroyes-ils-sobtiennent-de-h

    #féminisme #culture

  • Al #Parco_Grandi inaugurata la stele in memoria di #Nicole_Lelli, vittima di femminicidio

    Alla giovane uccisa dal marito a soli 23 anni è stata intitolato un monumento. I famigliari lo dedicano anche a tutte le donne vittime del femminicidio
    Al parco Achille Grandi al Collatino è stata inaugurata una stele. E’ dedicata a Nicole Lelli ed a tutte le vittime del femminicidio. Alla vigilia della Giornata mondiale contro la violenza sulle donne, il monumento acquisisce un significato particolare.

    Una battaglia culturale

    «Dopo che abbiamo elaborato il lutto – ha spiegato il papà di Nicole – ci siamo impegnati sul fronte culturale. Stiamo combattendo una battaglia per sensibilizzare i giovani sul rispetto di genere. E questo ’monumentino’ – per realizzare il quale è stato necessario ottenere molti permessi – si inserisce in questa battaglia» .
    L’omicidio di Nicole

    Nicole è stata uccisa a soli ventitre anni dall’uomo che aveva amato. Yoandris Medina Nunez, col quale si era sposata a Cuba, non aveva accettato la fine del loro rapporto. Per questo l’ha aspettata fuori un locale di Testaccio. L’ha invitata a salire sulla propria auto e poi le ha sparato. Per questo, tra le proteste ancora oggi reiterate dalla famiglia, non è stato condannato all’ergastolo, ma a vent’anni di reclusione.

    Una libertà pagata a caro prezzo

    «Siamo orgogliosi di aver donato a Roma questo monumento – ha dichiarato il papà di Nicole, durante l’inaugurazione, anche a nome del fratello della ragazza – e vorrei ricordare che le vittime dei femminicidi – per come sono state trattate – sono come le nuove streghe. Non vengono messe al rogo ma sono state assassinate perchè hanno rinvedicato la propria libertà di decidere se amare o meno un uomo. Per questo sono state uccise».

    La lettera della mamma

    Durante la cerimonia cui, insieme a tanti famigliari, hanno preso parte anche le istituzioni municipali, sono state lette le parole che la mamma ha dedicato a Nicole. Si è trattato di un momento particolarmente intenso. «Ti ho qui sempre e ovunque dove ci sia il colore del sole. Nei stessi sogni che facevamo insieme prima che diventassi mare, cielo e terra. Prima che diventassi oltre». Per questo «perchè nessuno dimentichi tutte le donne uccise» è stato realizzato questo monumento che «vivrà in eterno». Alla vigilia della Giornata internazionale contro la violenza sulle donne, dal Collatino arriva un messaggio chiaro. Grazie alle istituzioni ma soprattutto ai famigliari di una ragazza che, a soli 23 anni, ha smesso di vivere.

    https://www.romatoday.it/zone/pigneto/collatino/stele-nicole-lelli-parco-grandi-collatino-.html

    #Collatino #Rome #Italie
    #mémoire #monument #toponymie #toponymie_féministe #féminicide

  • Pourquoi existe-t-il des inégalités patrimoniales entre les hommes et les femmes ?

    « En matière d’héritage, les fils, et a fortiori les fils ainés, sont favorisés par rapport aux filles, même lorsque ces dernières sont les aînées de la famille. » Par Maud Navarre.

    https://blogs.mediapart.fr/dieses/blog/050122/pourquoi-existe-t-il-des-inegalites-patrimoniales-entre-les-hommes-e

    Plusieurs études ont montré que les inégalités sociales progressent ces dernières années et, en particulier les inégalités de patrimoine, qui s’accroissent davantage encore que les inégalités de salaire. C’est ce qu’indiquent le best-seller de l’économiste Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle (Seuil, 2013), ou encore le livre Les Nouveaux Héritiers de Nicolas Frémeaux (Seuil, 2018). Mais les inégalités de patrimoine entre les hommes et les femmes sont demeurées peu étudiées. Pour cause, la statistique française a abordé les questions pendant longtemps à travers le prisme du couple, considéré comme une unité homogène. Or, le gender mainstreaming, l’approche genrée imposée dorénavant dans la plupart des analyses statistiques, fait ressortir l’existence d’inégalités de patrimoine très fortes entre les hommes et les femmes. À en croire les sociologues Céline Bessière et Sybille Gollac (Le Genre du capital, La Découverte, 2020), les écarts de richesse entre hommes et femmes se seraient accrus, passant de 9% en moyenne en la défaveur des femmes en 1998 à 16% en 2015. Ces résultats convergent avec les analyses internationales. Le rapport Wealth and Gender in Europe réalisé par une équipe de chercheuses pour la Commission européenne et publié en 2017 mentionne que la France fait partie des pays où les écarts entre le patrimoine détenu par les femmes et les hommes sont les plus élevés. Certes, le pays n’est pas le seul dans ce cas puisque le rapport pointe une situation analogue en Autriche ou encore en Allemagne. Pourtant, alors que l’égalité des droits entre époux s’est progressivement instaurée en France au XXe siècle, on peut se demander pourquoi de tels écarts subsistent encore aujourd’hui et pourquoi augmentent-ils.

  • Suspension du décompte des féminicides par @NousToutesOrg

    @NousToutesOrg sur l’oiseau bleu
    #NousToutes a décidé de suspendre le relai du décompte des féminicides conjugaux. Nous vous expliquons pourquoi
    https://twitter.com/NousToutesOrg/status/1478688944996982790?s=20

    Le 3 janvier 2022, des propos #transphobes ont été tenus par un collectif comptabilisant les #féminicides conjugaux. Ces propos sont oppressifs, et par ailleurs illégaux. Depuis, une vague de propos transphobes s’exprime librement sur les réseaux sociaux.

    Cette violence impacte directement la vie des personnes trans qui subissent la transphobie au quotidien. La lutte contre la transphobie fait partie intégrante du féminisme car elle découle d’une société patriarcale qui établit des normes et des hiérarchies de #genre.

    Par ailleurs nous rappelons que la transphobie n’est pas une opinion mais un délit puni par la loi.

    Depuis 2018, #NousToutes relaie le décompte des féminicides conjugaux effectué par ce collectif. C’est un travail d’ampleur, et le seul décompte rigoureux qui est effectué depuis des années.

    Cependant, nous considérons que nous ne pouvons pas nous appuyer sur un collectif qui affiche des positions contraires à nos valeurs.

    En conséquence, #NousToutes suspend son relai de ce décompte des #féminicides_conjugaux dans l’attente de trouver une autre manière de visibiliser l’ensemble des féminicides.

    etc...

    • J’imagine qu’il s’agit de ce collectif... La page Wikipédia ne mentionne pas encore que ce collectif est un repaire de TERF.

      Collectif Féminicides par compagnons ou ex — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Collectif_F%C3%A9minicides_par_compagnons_ou_ex

      Leurs chiffres sont repris par plusieurs personnalités et entités dont Caroline De Haas, représentante du collectif #NousToutes, l’Agence France-Presse pour son propre décompte de féminicides ou encore lors du Grenelle des violences conjugales organisé par le gouvernement français en 2019.

    • A aucun moment il n’est demandé que tou-te-s les trans soient comptabilisé-e-s, @mad_meg , il faudrait faire attention à ne pas dire des choses sans avoir pris connaissance de ce qui s’est passé. Depuis plusieurs années les femmes trans demandent à être comptabilisées dans les féminicides et cette requête me semble on ne peut plus légitime. Le texte de noustoutes fait suite à plusieurs réponses très limites et une réponse franchement transphobe d’un groupe très spécifique, « féminicides conjugaux », qui se refusait à intégrer les femmes trans dans les féminicides conjugaux, ce qui est très spécifique, trouvant toujours des arguments pour refuser, puis cette année, créer une comptabilisation à part.
      L’outil n’est en rien cassé. NousToutes ne relaie plus la communication de « féminicides conjugaux » mais toujours les féminicides en général, et des dizaines de personnes se sont proposées pour mettre en place un outil qui fera le même travail en intégrant les femmes trans cette fois-ci.
      Il y a aussi une demande pour que les travailleureuses du sexe qui meurent pendant leur travail soient comptabilisé-e-s dans les « mort-e-s du travail ».
      Tout ceci me semble parfaitement légitime.

    • L’accusation de « transphobie » fonctionne comme une imprécation religieuse qui ne repose ici que sur une autorité que s’arroge l’imprécateur. Quelle que soit sa logique, on comprend qu’il a intérêt à la dissimuler (comme à l’époque d’autres chasses aux sorcières), Mais on comprend que la violence de « suspendre » d’autorité un décompte des femmes assassinées par des hommes (sous prétexte que des hommes devraient y être inclus) est du même ordre que cette violence elle-même. Heureusement que d’autres sont moins facilement intimidé-es par les garde-chiourme du libéralisme.

    • Je me tais sur ce sujet de l’instrumentalisation TERF par principe. Aucune légitimé. Ni femme, ni trans. Mais la shitstorm, je vois qui l’a lancée, et je vois dans quelle direction elle part... Là, moi, j’ai juste envie d’être derrière les nanas qui se coltinent les pages des faits divers à la recherche des homicides conjugaux depuis si longtemps, sans la ramener particulièrement, et juste en faisant le job. Me demandez pas pourquoi, mais les menaces de mort et les insultes, j’ai ma petite idée sur celles qui vont en recevoir.

    • Est-ce que @/feminicidesfr va cesser de faire son travail, harassant et nécessaire, de décompte des féminicides par compagnon ou ex ? NON.
      Est-ce que @/NousToutesOrg va cesser de parler des violences conjugales ? NON.
      Est-ce que relayer régulièrement la communication d’une féministe « radicale » notoirement et explicitement transphobe est un probleme ? OUI.
      Est-ce que d’autres décomptes existent et vont exister pour affiner encore plus de nuances et inclusivités ? OUI.

      Ce fil explique ce qu’il en est sur le terrain : la plupart du temps, tout se passe extrêmement bien. Et c’est pas pour rien. https://twitter.com/oviked/status/1479041769463500806

      Avec les réactions et soutiens/condamnations, les quelques personnes/collectifs anti trans et cissexistes essaient de vous faire croire que leur position est majoritaire au sein des mouvements féministes français. La réalité est tout autre.
      Sur le terrain, la plupart de ces personnes, de ces orgas, sont absentes ou marginales dans le paysage féministe local. Elles tentent de jouer de leur image et de leur influence médiatique nationale pour faire peser la balance en leur faveur mais c’est un leurre.
      La réalité du terrain c’est que la majorité des orgas, des collectifs informels, des AG féministes...etc, accueillent des femmes trans et que, à part quelques accros, ça se passe généralement très bien.
      La majorité des orgas ont déjà pris position en faveur d’un féminisme non excluant et sont des alliés de fait, d’autres sont en passe de le faire et ne ferment pas la porte. Des personnes trans, et notamment des femmes, travaillent déjà dans ces orgas féministes au quotidien.
      Nous sommes déjà là pour travailler ensemble sur les stratégies de luttes et de soutien, sur l’organisation de rassemblements, de manifs, d’ateliers ...etc.
      À mes sœurs et adelphes, ne vous laissez pas berner par les discours excluants qui tentent de vous faire croire que le paysage féministe fr est anti trans. Poussez la porte des collectifs, des orgas, des AG de terrain et vous y trouverez des alliées et des camarades.

    • Est-ce que @/feminicidesfr va cesser de faire son travail, harassant et nécessaire, de décompte des féminicides par compagnon ou ex ? NON.

      Quoiqu’on pense de la question, leur travail a été publiquement décrédibilisé, le risque c’est que les médias mainstream ne cherchent pas bien loin et vont peut-être retenir que « ces chiffres font polémique », il se peut donc que ce travail ne soit plus relayé, ou alors de manière confidentielle.

    • Je suis suffisamment les combats et douleurs trans pour savoir quels comptes son fiables quand iels dénoncent une dérive transphobe. Le compte @/feminicidesfr (nom trompeur) avait déjà relayé plusieurs fois Margueritte Stern dont la haine des trans n’est absolument pas un secret.
      Aujourd’hui ce compte tombe définitivement le masque :

      Après la disparition du mot « femme » de leur documentation🤮🤮🤮, le #PlanningPatriarcal salue la décision de diffamer les femmes en luttes contre les violences machistes. La #honte ! Fuyons cette structure qui ne mérite pas ses subventions. 🤬🤬🤬

      https://twitter.com/feminicidesfr/status/1479090334005137410

      J’ajoute ce debunk ci-dessous puisque les mensonges s’accumulent mais j’ai la flemme de revenir sur chacun des vôtres. Je constate avec beaucoup de tristesse être seule à apporter des nuances et des faits. Je me sens de mons en moins safe sur seenthis et vous y contribuez largement. Sans parler du stress de recevoir les notifications d’un homme que j’ai bloqué. Je vais donc me taire. Vous avez gagné.

      Pas mal quand même leur intox transphobe, le Planning a fait « disparaître le mot femme »

      Je suis allée sur le site internet, j’ai même téléchargé des plaquettes de documentation pour vérifier.

      Le terme « femme » est toujours bien présent. On en doutait pas, l’extrême-droite ment.

      https://twitter.com/LeMondeDeK6/status/1479203347131514881

    • @val_k : je te présente mes excuses si mes propos t’ont blessé d’une quelconque façon, ce n’était aucunement mon but.

      Pour cette affaire de notifications de la part de personnes bloquées, ce n’est pas la première fois que le sujet sort, et je pense qu’il faut le résoudre une bonne fois @seenthis ; ça me semble même plus important que nos difficultés à poster des commentaires.

    • Je présume que c’est moi qui pose problème. Ca sera pas la première fois. Je vais prendre des vacances de seenthis sans supprimer mon compte car ca me ferait mal de détruir toutes ces années de documentation. Bonne continuation à toutes et à tous.

    • J’ai lu l’article censé argumenter contre le concept de « sociabilisation primaire » :
      https://lesguerilleres.wordpress.com/2021/08/10/socialisation-primaire

      Ce point est important puisque c’est au départ uniquement sur ce point précis, sur ce tweet évoquant la « sociabilisation primaire » des personnes qui les insultent, que le collectif est accusé de transphobie.

      Au passage, il est dit dès le début que ce sont des propos « illégaux », ce qui est totalement faux et sert à discréditer sans aucune argumentation. À aucun moment il n’y a de loi, de jugement légal, affirmant que « discuter de la sociabilisation primaire » et que celle-ci a souvent des conséquences sur le comportement des gens adultes, serait quelque chose « illégal ». Sérieux d’où ça sort cet argument ?

      Ce que j’ai compris de l’argumentation c’est ça : tweet parlant de sociabilisation primaire à propos des gens qui les harcèlent => sociabilisation primaire = transphobie => transphobie = illégal. Déso mais c’est « un peu » rapide et léger.

      se complaisent dans l’idée que le genre assigné à la naissance détermine comment une personne a grandi, et qui elle est vraiment au fond d’elle-même

      1) À aucun moment celleux qui parlent de ça ne disent que c’est le genre associé à la naissance qui détermine, mais que c’est la sociabilisation durant plusieurs années, qui a une influence sur la vie des gens dans l’immense majorité des cas. Et que les apprentissages et réflexes (confiance en soi ou pas par exemple) qu’on acquière bébé et enfant peuvent toujours changer mais sont souvent plus fort que ce qu’on apprend adulte.

      2) « au fond d’elle-même » = essentialisme bordel de merde. Ça n’existe pas, enfin en tout cas c’est le postulat de la critique du genre, que ça n’existe pas ce concept de « au fond de soi-même ». Concept flou qui ne veut rien dire, et alors quoi, c’est quoi ce « fond » ? Les gènes ? L’âme ? Ya pas ou peu de « fond » : il y a l’éducation, l’apprentissage, la publicité, les films, les romans, le martèlement, les parents, l’école, les ami⋅es que l’ont se fait, les rencontres amoureuses, les philosophes qu’on lit, toute la société quoi. Tout ça fait qu’on pense ci ou ça sur le monde et sur nous-mêmes.

      Il serait temps que l’on arrête de considérer que l’étiquette qu’on a mis sur le front d’un enfant à sa naissance permettra systématiquement de prédire comment vit ou a vécu une personne. En fait, c’est là tout le principe de la libération trans : que la destinée des personnes ne soit pas déterminée par une étiquette qu’elles n’ont pas choisie et à laquelle elles n’ont pas consenti.

      Il n’y a pas une seule et unique « socialisation primaire féminine », pas d’expérience « AFAB » ou « AMAB » universelle, et ça cause du tort à tout le monde de persister à croire que ce serait le cas.

      Et donc un rejet clair et net de toutes les études de genre sur le fait que les enfants vus comme femelles sont éduqués différemment des enfants vus comme mâles, et que cela à un impact énorme sur leur vie ensuite et sur la société entière.

      Par ailleurs c’est une argumentation par homme de paille, en faisant croire qu’en fasse ça dit qu’il y a une expérience « universelle », unique, parfaitement pareille partout. Ridicule. Il est évident qu’on n’éduque pas pareil les filles et garçons suivent les cultures, suivant les classes sociales, etc, putain mais qui a dit le contraire ? Cela n’empêche en rien de démontrer qu’il y a bien des points très communs sur des populations entières, sur comment on éduque les filles par exemple.

      Là encore il y a ce vieux débat éculé (et argument moisi) que « comme il aurait des exceptions, des gens qui ont un parcours de vie différent », alors ça invaliderait les études sociologiques sur la population entière.

      Même si d’aucuns à l’époque n’auraient dit de moi que j’étais un homme, ils l’ont inconsciemment remarqué et j’en ai été récompensé.

      Une bonne partie de la suite est la description du passé de la personne qui écrit, et qu’avant d’être homme trans, c’était une femme sûre d’elle et bonne oratrice. Et donc ? Comme elle avait « les caractéristiques d’un homme » alors en fait « c’était un homme » ? Bah non : ça prouve juste qu’on peut effectivement aussi être une femme ayant confiance en soi, sûre de soi, bonne oratrice, avec de la répartie. En quoi ça argumente quoi que ce soit sur le fait que « au fond », c’était un homme ?

      Peut-on dire qu’un gosse qui s’est fait frapper parce qu’il est trop efféminé ne peut pas comprendre ce qu’est la violence liée au genre ? La vie entière de ces gamins tourne autour de la violence de genre ! En réalité, ils ont subi un type de violence particulièrement pernicieuse et documentée par les statistiques : la transmisogynie.

      Bé non, ça c’est de son point de vue où tous les gosses non dans la normes sont par défaut des trans en devenir. Quand on est « critique du genre », on peut parfaitement dire autrement :ils ont subi le patriarcat, le masculinisme et les assignations de genre ! Bordel là encore, un petit garçon peut parfaitement être un petit garçon, et plus tard un homme, un humain mâle ET avoir le droit de jouer à la poupée et aimer se maquiller ! Ça n’en fait pas obligatoirement « une (trans)femme » ou « future (trans)femme », et donc ce qu’il subit de la transmisogynie.

      La fin du texte est très bien, sur les différentes cultures, mais du coup je ne vois pas le rapport dans l’argumentation justement.

    • En même temps, pas de commentaire, pas de notification :p

      @b_b
      Et quand c’est complètement impossible de poster un message qui soit visible publiquement et non pas uniquement quand on est connectés ?
      Désolé hors-sujet mais ça me frustre.

    • je crois que @khalyp parle de la visibilité générale de ses messages.

      Exactement, j’ai constaté par trois fois (du coup je ne publie plus...) que les messages (je ne parle pas des commentaires) que je publie s’ils me sont effectivement visibles quand je suis connecté, ne sont plus du tout visible quand je suis déconnecté. J’ai même créé un autre compte pour vérifier ça.

      Vraiment désolé pour le hors sujet, surtout compte-tenu de la valeur du sujet en cours, je n’en rajouterais pas plus.

    • Personnellement, le transactivisme, j’ai l’impression d’en entendre parler que lorsque des femmes menstruées se font silencier. Je comprends de la forme du débat qu’il n’y a pas d’appel ni de débat possible. La seule possibilité semble être la reddition totale ou la fuite (la fuite a été choisie, faute de reddition). Cette forme me semble toxique.