• » Israeli Hospital Guards Kill Epileptic Palestinian Man
    May 16, 2020 11:49 AM Ali Salam – IMEMC News
    https://imemc.org/article/israeli-hospital-guards-kill-epileptic-palestinian-man

    Security guards at a Tel Aviv hospital on Wednesday killed an epileptic Palestinian man in front of his mother. He was killed at the entrance to the hospital where he frequently received treatment for his epilepsy.

    Mustafa Younis , from Aara town, was killed by the guards after an argument at the entrance to the hospital. A video shows three security guards shooting Younis, who has his hands up and is standing near the driver’s side of his car.

    The attack took place at Sheba hospital in Tel Aviv, where Younis had gone with his mother to seek treatment.

    The three security guards all shot at him, with seven bullets hitting him at close range, killing him while his mother looked on, horrified but unable to stop the killing of her son.

    Israeli sources claimed that the Mustafa tried to stab the guards, but that claim contradicts the video evidence — and there was no evidence presented to back the absurd claim. (...)

    #Palestine_assassinée

  • Tri des patients : des dérives laissent penser que les personnes en situation de handicap sont discriminées
    https://www.bastamag.net/tri-des-patients-covid-handicap-reanimation-deces-etabissements-medicaux-s

    Les chiffres du ministère de la #Santé_sont de plus en plus confus sur les personnes en situation de handicap mortes du Covid sans avoir pu être prises en charge à l’hôpital. Plusieurs documents officiels montrent que ces personnes ont pu ne pas été considérées comme prioritaires pour accéder aux soins. Or, le handicap ne constitue pas en soi un facteur de comorbidité aggravant face au Covid. Depuis début avril, le ministère de la Santé communique chaque semaine le nombre de décès dus au Covid dans (...) #Résister

    / #Discriminations, #Inégalités, Santé , #Droits_fondamentaux, A la une

  • « Bienvenue en Alsace, à Coronaland »
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/04/26/bienvenue-en-alsace-a-coronaland_6037791_3224.html

    Le département du Haut-Rhin, dans le sud de l’Alsace, a été l’un des principaux foyers nationaux de l’épidémie. Alors que le pire semble être derrière elle, la population tente timidement d’entrevoir « l’après ».

    Sous une treille de glycine, un enfant a accroché son dessin à la fenêtre d’une ferme : des lapins qui jonglent avec des œufs de Pâques devant une pancarte « Bienvenue en Alsace, à Coronaland » . Traverser le Haut-Rhin aujourd’hui, un des départements les plus touchés par le virus, c’est voyager de ville en village au pays des drapeaux en berne et des hélicoptères sanitaires. « Ailleurs en France, ils se rendent compte que le monde a changé ? Qu’on ne vivra peut-être plus comme avant ? » , demande un gendarme. Ce matin, il a eu un choc en voyant à la télé des joggeurs qui bronzaient, quelque part dans Paris.

    A la mairie d’Altkirch

    Ils sont à deux mètres les uns des autres, mais se dévorent des yeux par-dessus leurs masques chirurgicaux. Certains ont grossi, d’autres maigri. L’une a pris un coup de soleil au jardin, celui-là est tout pâle de ne pas avoir quitté la chambre. A la mairie d’Altkirch, les cinq membres de la cellule de crise se rencontrent pour la première fois après des semaines de réunions par ordinateur. Ils se retiennent pour ne pas sangloter. Etre à nouveau ensemble, tout simplement.


    Marques de distanciation sur le trottoir devant La Poste d’Altkirch (Haut Rhin) le 25 avril. Pascal Bastien/Divergence Images pour Le Monde

    La journée paraît bénie, il faut dire. En cette mi-avril, trois décès seulement ont été enregistrés en vingt-quatre heures à l’état civil, contre sept ou huit depuis le début de la crise. Au « temps d’avant » , il y en avait un seul par semaine ; on n’arrive plus à réaliser.

    « Et si on parlait du “temps d’après” ? , dit quelqu’un sur un ton attendri, la voix étranglée.

    Désolé de casser l’ambiance, mais on n’est pas au bout, pas du tout. »

    Adjoint à la sécurité, Didier Lemaire vient de doucher les enthousiasmes. Il a 45 ans, est pompier professionnel à Colmar, pas de carrière politique en vue. Un « bon soldat » , dit-il de lui-même. Dans sa tête, le pompier se répète : « Objectif principal : ne pas se laisser envahir par l’émotion, faire comme si j’étais dans mon job. »

    Chez les Lemaire, Mathilde, 8 ans, la cadette, descend l’escalier et déclare d’un ton martial, imitant Emmanuel Macron : « Nous sommes en guerre. » Elle a vu papa et maman malades, se relevant juste pour travailler et regarder les infos. A la maison, le virus a tout envahi, jusqu’aux conversations à table. « Avec sa sœur, elles ont dû se sentir seules » , dit Sophie, leur mère, infirmière libérale. La petite résume l’affaire, à sa manière, tel un pitch pour Hollywood : « Super, mes parents ont le Covid. »

    Altkirch, 6 000 habitants et « capitale » du Sundgau, comme on appelle ce territoire du Sud alsacien, est à 20 km de Mulhouse, mais on entre dans un autre monde. Des fermes, des collines, des villages aux clochers si pointus qu’ils paraissent passés au taille-crayon. Et tout au bout, la Suisse. Nicolas Jander, le maire (UDI) d’Altkirch, se souvient qu’il débattait du budget municipal quand un texto lui a appris l’hospitalisation de Jean-Luc Reitzer, député (LR) et ancien maire de la ville. « On a traduit : “Le virus est chez nous.” »

    Le maire décide de fermer les écoles. D’arrêter les marchés. De suspendre la pièce de théâtre. Quel fondement juridique ? Il ne se pose pas la question. De son côté, Didier, le pompier, monte la cellule de crise et prévient : « Tout ce que vous connaissez, c’est terminé. Maintenant, sa fierté, son amour-propre, ses titres, on va s’asseoir dessus et essayer d’avancer sans laisser personne au bord de la route. »

    C’est après seulement qu’est apparue la trouille. On est début mars, le mot « confinement » semble encore du chinois. « Qui sommes-nous, à notre tout petit niveau, pour imposer ça ? » , se demande le maire. Il appelle partout. Pas de réponse. Tout flotte. « On était seul. Ce n’est pas correct de le dire, mais c’est ce qui s’est passé. » Collecte des ordures, sécurité ou administration, chaque chose est à réinventer. Didier, le pompier : « Après cette crise, il faudra une remise en question générale. »

    Au centre médical Sainte-Anne, à Guebwiller

    Sur le parking du centre, le camion vient de démarrer, avec un homme en armes calé sur le siège passager. Ne pas communiquer l’heure de départ, ni le trajet. Ne prendre aucun risque. Près de Belfort, un dépôt de masques chirurgicaux a été attaqué, les convois de matériel médical commencent à se faire braquer. Tout va bien se passer, répète comme un mantra un manutentionnaire, chargé des livraisons entre la pharmacie centrale et les 5 unités de soins de l’Ugecam dans le Haut-Rhin, réseau parapublic relevant de l’Assurance-maladie. Toujours ces pénuries à répétition, qui restent un frein énorme. Parfois, il craint « une forme de guerre civile autour du matos ».

    Le camion a tourné le coin. Aucun humain en vue sous le ciel d’un bleu impeccable. C’est le Grand-Est, pas le Far West, mais on finirait par croire qu’ils se ressemblent.

    « Combien le prix de la blouse jetable aujourd’hui ? » , demande Claude Moser, directeur du pôle Sud Alsace à l’Ugecam.

    Dans la salle de réunion, l’écran de l’ordinateur s’allume.

    La responsable logistique a fait une offre à 7 euros, mais un autre groupe l’a raflé à 10.

    « Dix euros la blouse jetable, répète le directeur, détachant chaque syllabe. En janvier, elle valait 37 centimes. »

    Ces dernières années, les mêmes consignes circulaient dans tout le système médical français, privé ou public : tenir les budgets, ne pas faire de stocks, externaliser un maximum de postes, louer les équipements (maintenance comprise) plutôt que les acheter. Bref, tout ce qui s’est avéré catastrophique dans la crise. « Je commence mon autocritique : moi aussi, je l’ai fait, convient le directeur. Il va falloir repenser tous nos modèles. »

    Avec la crise, le centre Sainte-Anne a été transformé en « unité Covid ». L’opération aurait dû être impossible, voire interdite. Mais personne ne s’est préoccupé d’autorisation. « On serait parti là-dedans, on était face à une morgue » , assure Claude Moser. En moins d’une semaine, le système a été entièrement reconfiguré, y compris la mise en place d’une cuve à oxygène. Le directeur se marre en pensant aux autorités de tutelle. « Si le Covid-19 n’était pas si dangereux, ils nous feraient des inspections. Heureusement, ils ont peur. »

    Au départ, le personnel aussi – une soixantaine de personnes – était inquiet : « Vous nous jetez dans l’arène, sans rien. » Ne sont restés que les volontaires, autrement dit tout le monde. Des médecins et des infirmières en psychiatrie sont venus en renfort.

    « Une perfusion ? Je ne sais plus les poser, dit l’une.

    – Eh bien tu vas t’y remettre, ma grande. »

    La réunion bifurque sur ce patient, décédé la veille à 19 h 45. Il avait des enfants, des frères, des sœurs, mais un seul proche avait été autorisé à son chevet. Qui choisir ? Et qui décide ? La famille ? Le médecin ? La courte paille ? « Chaque jour, il faut trouver des solutions qu’on n’aurait jamais osé imaginer. » Autour de la table, personne ne porte plus de bijou, pas même d’alliance. Règles sanitaires strictes. 74 patients ont déjà été accueillis – dont 24 guérisons et 3 décès –, en majorité des hommes, au tournant de la soixantaine et en surpoids. Le directeur soulève discrètement sa cravate pour se palper le ventre. Cette fois, ce sont ses collègues qui sourient.

    D’un bond, Claude Moser s’est levé de sa chaise. Il vient d’apercevoir par la fenêtre une soignante sortie fumer dans le parc. Or, une seule pause est désormais autorisée, vu le prix des blouses jetables. Il s’énerve : « Vous trouvez normal de vous conduire comme ça ? » La fille pleure. Quand il remonte, on entend le directeur marmonner qu’il s’en veut.

    Sur la route entre Colmar et Mulhouse

    Les camionnettes se succèdent sur la route entre Mulhouse et Altkirch (Haut Rhin), le 25 avril. Pascal Bastien/Divergence Images pour Le Monde
    L’effet est spectaculaire : les camionnettes professionnelles ont recommencé à circuler entre Colmar et Mulhouse, au lendemain du discours d’Emmanuel Macron, le 13 avril 2020. La simple annonce de la fin du confinement pour le 11 mai a produit l’effet d’un signal de départ. Ici, un électricien reprend un chantier, là un horticulteur. Le long du Rhin, vers la frontière allemande, les usines redémarrent, une à une. Cadre dans l’énergie, Christian Rebert pensait que l’activité économique s’arrêterait pour repartir d’un coup, en mode « on » et « off ». En fait, beaucoup de boîtes reprennent sous la carapace du confinement, comme une fourmilière qu’on découvrirait en soulevant une pierre.

    Mais les codes habituels ont parfois volé en éclats. Un éducateur fait le ménage, une secrétaire et un employé à l’entretien des espaces verts aident à faire tourner une blanchisserie. Dans une mairie, les éboueurs sont invités aux réunions par Skype. Chez Dany et Marie-Claude, à Colmar, le salon gentiment bourgeois s’est transformé en atelier de couture, où cet ancien de France Télécom fabrique bénévolement des blouses. Les voisins le disent depuis longtemps : « Il faut être bien avec eux. En temps de guerre, ils pourraient nous fournir. »

    Dans les quartiers est, Emilie, 37 ans, trois enfants, a postulé pour la récolte de fraises, en attendant de reprendre son boulot à la crèche. Manuela, son amie, s’est inscrite aussi. Au chômage, elle avait pourtant refusé le même travail, voilà quelques semaines. Alors pourquoi maintenant ? « J’espère que les cartes vont être redistribuées. »

    Dans le quartier Bourzwiller, dans l’est de Mulhouse

    Au pied d’une HLM, le carré de pelouse n’est pas plus grand qu’un mouchoir, juste la place de déployer un parasol Pepsi-Cola. La mère, la fille et le petit-fils sont confinés dessous, seule tache de vie dans Bourzwiller désert. Les deux femmes, Monique et Nathalie, travaillent dans le ménage, rien en ce moment, ça va sans dire. Juste en face de chez elles se dresse un bâtiment imposant, l’église évangélique La Porte ouverte chrétienne. Le parking donne la mesure de sa fréquentation : gigantesque.

    « Moi j’y vais à Pâques et à Noël, c’est magnifique, mieux décoré que la vitrine des grands magasins à Paris » , s’enflamme Monique, la mère.

    « Une secte » , tranche la fille.

    La mère : « Mais une secte gentille. Des drogués et des alcooliques la fréquentent, ils ont l’air mieux après. » Elle-même a participé à une journée d’accueil, en 2015, « pour le buffet surtout, je le dis honnêtement. Il y avait des sandwichs au salami et même à boire. Entrée libre, tout gratuit ».

    La fille : « Mais c’est venu de là-bas. » A Bourzwiller, où s’est aussi construite la première mosquée d’Alsace, la cohabitation était jusque-là sans histoire avec La Porte ouverte chrétienne. Mais début mars, certains jeunes n’avaient qu’une idée en tête : la brûler, quand l’église évangélique a été désignée comme un des « détonateurs » de la pandémie dans le Grand-Est. Celle-ci avait organisé une semaine de jeûne, réunissant plus de 2 000 personnes, du 17 au 22 février, donc bien avant les mesures nationales contre le coronavirus.

    Finalement, les larmes ont noyé la colère, raconte Fatima Jenn, ardente défenseuse du quartier et candidate aux municipales (ex-LRM). « D’ailleurs, eux aussi sont victimes » , dit-elle au sujet des évangéliques. D’un coup, elle devient livide, s’assoit sur un coin de trottoir, les escarpins dans le caniveau. Le soir même du scrutin municipal, le virus l’a attrapée en plein vol. Son score au premier tour des élections ? A vrai dire, elle peine à s’en souvenir. « Depuis, les priorités ont changé ! Les gens ont changé ! J’ai changé ! » Elle se relève, la démarche mal assurée. « Pardon, je vais rentrer. »

    Un drapeau de l’Alsace flotte dans le jardin d’une maison du Quartier Bourzwiller. . Pascal Bastien/Divergence Images pour Le Monde
    Ici, on se compte entre morts et vivants, le matin à l’heure du café. Une question revient, la même toujours : « Qui est dans le journal aujourd’hui ? » Une jeune femme tente de se consoler : « La voisine de ma mère vient de décéder, elle aussi. Par chance, leurs tombes sont à côté, au carré musulman, derrière Auchan. Elles restent voisines, comme avant. » A la maison de santé locale, un cabinet où se sont regroupés médecins et infirmiers, 80 % des patients ont des symptômes du Covid-19, selon Dominique Amé, une des docteures. « Tout le monde ici a conscience de vivre dans l’épicentre de la maladie. » Rassurer les patients lui prend de plus en plus de temps.

    Dans le quartier pavillonnaire, on croise une jeune femme en survêtement Puma et jupe à paillettes, qui appartient à une des grandes familles algériennes de la ville. La plus touchée aussi, sans doute : 3 morts, 5 hospitalisés, un nombre incalculable de malades. Les rares valides osent à peine s’afficher au supermarché. Longtemps, les gens les ont évités comme le virus en personne : « Vous êtes dangereux. Pourquoi c’est tombé sur vous ? » Eux aussi se le demandent. Pourquoi nous ? Ils culpabilisent. Qu’est-ce qu’on a pu faire ? Quand ? Qui ? La Porte ouverte chrétienne, juste à côté ? Le milieu médical, où travaillent huit femmes de la famille, en Ehpad ou à l’hôpital ? Ou bien cette fête pour la naissance d’un petit dernier, où une centaine de proches s’étaient retrouvés, fin février ? « C’était un moment très heureux. Au fond de mon cœur, je veux croire que ça ne vient pas de là » , reprend Mlle Jupe-à-paillettes. Elle en tremble, se réveille en sursaut, appelle une fois encore une belle-sœur ou une cousine. Personne ne trouve plus de mots, à force. Alors elles s’écoutent juste pleurer, chacune dans son téléphone.

    Dans une PME, à Mulhouse

    « Ma question sera un peu brutale, prévient le responsable des ressources humaines d’une petite boîte de BTP. Est-ce que vous êtes covidée ? » Avant que son interlocutrice n’ait eu le temps de répondre, il continue : « Pour des raisons sanitaires, l’entreprise se pose la question d’organiser le travail en deux équipes, les covidés et les non-covidés. »

    L’employée hésite. Le responsable parle toujours : « Comprenez-moi, on essaie de gérer. La responsabilité des employeurs risque d’être mise en cause en cas de contamination d’un ou plusieurs salariés. »

    L’employée esquive. « Vous avez le droit de demander notre dossier médical ? Est-ce qu’on peut être obligé de se faire tester ?

    – Il s’agit de santé, c’est vrai, mais aussi de sécurité. Il va falloir s’habituer à vivre comme ça. Enfin, sans doute. »

    Médecin-chef au centre médical Le Roggenberg, près d’Altkirch, le psychiatre Thierry Malassiné se demande si la France va désormais se partager en deux, « Covid-positifs » d’un côté, « Covid-négatifs » de l’autre. Et quelle sera la cohabitation.

    A l’association Marie-Pire, à Riespach

    Sous les grands arbres, Stéphane se roule dans l’herbe. Antonio dort la bouche ouverte et un filet de soleil tombe pile entre ses lèvres. Maria parle de Dalida. L’heure de la promenade ressemble à une récréation dans le jardin de la maison d’accueil spécialisée Marie-Pire. Au bout d’une route de campagne, le centre a d’abord hébergé des orphelins de la guerre de 14-18, des malades de la tuberculose, et aujourd’hui il recueille 36 adultes atteints de handicaps lourds, physiques et mentaux.

    Soudain, Manu se met à pousser des hurlements dans son fauteuil roulant. « Quel bonheur de l’entendre enfin ! » , s’enthousiasme Chloé, une aide-soignante. Depuis des jours, Manu restait recroquevillé, dans la position du fœtus, en silence. Ça avait commencé à l’annonce du premier mort dans le centre, le 22 mars, à 20 heures. Depuis, il y en a eu trois autres. « Quand le ministre de la santé affirme qu’il n’y a pas de tri entre malades dans les hôpitaux, je réponds : “c’est faux” » , dit Pierrick Buchon, directeur général de l’association Marie-Pire, 330 personnes handicapées dans différentes structures.

    Au centre de Riespach, des résidents ont commencé à tousser début mars. Les cas suspects sont aussitôt isolés, une opération compliquée dans le milieu des handicapés. On entendait certains gémir dans leur chambre : « Pourquoi je suis puni ? » Un vendredi soir, Alain, 58 ans, se met à suffoquer. L’aide-soignante se souvient d’avoir appelé le SAMU : « Venez vite, il va me mourir dans les bras ! » L’opérateur évoque la surcharge. Deux jours plus tard, Alain expire dans sa chambre.

    L’aide-soignante s’arrête dans son récit et se tourne vers le directeur : « Est-ce que j’ai le droit de tout dire ?

    – Il faut tout dire » , insiste Pierrick Buchon.

    Elle explique donc que le médecin référent refuse, à son tour, de venir constater le décès, par peur de la contamination. « Il m’a conseillé : “Faites-le vous-même. Et si vous ne supportez pas de le voir, mettez-lui un drap sur la figure, à la guerre comme à la guerre.” »

    Tous les soirs, l’angoisse monte au centre de Riespach. « On se disait : “qu’est-ce qui va se passer ?” » Le cahier des transmissions internes raconte la nuit du 25 mars. A 20 h 30, le SAMU est alerté pour Marie-France, à 21 h 15 pour Bruno, à 1 h 30 pour Gilbert, à 2 h 45 pour Françoise. A 3 heures, c’est le SAMU qui rappelle lui-même : « Arrêtez de téléphoner, on est saturé. » Toujours pas d’ambulance en vue.

    Le lendemain, Pierrick Buchon sollicite l’Agence régionale de santé (ARS). La conversation dure dix-huit minutes. « Ils me le font comprendre très clairement : les personnes handicapées ne seront pas prises en charge. Vous vous les gardez. On vous aidera à mettre en place un accompagnement de fin de vie et une cellule psychologique pour le personnel. » Philou meurt le 28 mars. Gilbert, le 31. Lui pouvait passer la journée à se regarder dans une glace. Il ne s’aimait pas avec les cheveux longs, mais la crise interdisait toute visite. Jusqu’au bout, Gilbert a guetté le coiffeur, suppliant qu’on le fasse venir. Puis le 3 avril, c’est Bruna. « Il a fallu qu’ils tombent les uns après les autres pour qu’on les accepte » , reprend Christine, qui pilote le centre de Riespach. En temps ordinaire, déjà, il lui arrive de voir les soignants se décomposer, quand elle emmène une personne handicapée à l’hôpital. « Ils nous les renvoient parfois sans les toucher. Ils n’ont pas l’habitude de les gérer. Certains le disent carrément : “Ces patients-là c’est pas mon truc.” »

    Dans le couloir passe Etienne, agent de service, fraîchement revenu d’arrêt maladie. Il avait signalé lui-même faire partie de l’église La Porte ouverte chrétienne, après l’alerte officiellement lancée début mars par les autorités sanitaires. Les premiers cas venaient d’être détectés parmi les fidèles. Etienne, 35 ans, fait la sono à l’église le samedi soir et y joue de la guitare, comme son père. Il y a rencontré sa femme. A l’association Marie-Pire, Etienne vient de signer son CDI. Seule une collègue lui a lancé un commentaire amer.

    Au conseil départemental du Haut-Rhin, à Colmar

    Présidente (divers droite) du conseil départemental, Brigitte Klinkert se souvient qu’ « on n’avait pas trop envie de nous voir au début de la crise » . Soudain, tout s’annulait, les rendez-vous, les réunions institutionnelles. Juste au moment où les frontières se fermaient, elle a négocié le transfert de patients en Suisse et en Allemagne, à Fribourg. Le ministère de la santé du Bade-Wurtemberg lui a envoyé la liste des places dans les cliniques, in extremis, autour de minuit. Le préfet et l’ARS sont tenus informés.

    On lui demande : « Vous allez le faire vous-même ?

    – Oui.

    – Toute seule ?

    – Oui. »

    Aujourd’hui, elle a plus souvent le maire de Fribourg au téléphone que les autorités de santé françaises. Dans le ciel, au-dessus du conseil départemental, passe un hélicoptère. S’il est jaune et rouge, mauvais signe. Non, c’est le « contrôle-confinement ». Ici, la gendarmerie relève peu de fraudes aux attestations. « Il y a un effet de sidération qui dure , glisse un gradé. Certains jours encore, on sent la mort, littéralement. »

    Dans le quartier Bel-Air, à Mulhouse

    Bebeto Kalala reçoit dans son salon, à Mulhouse, jolie pièce tamisée par des voilages mauves aux fenêtres. La cinquantaine, intérimaire dans l’industrie, M. Kalala a participé avec ses sept enfants à la semaine de jeûne à l’église La Porte ouverte chrétienne. Il ne manquait que sa femme, aide-soignante dans un Ehpad.

    De ces quelques jours en février 2020, connus de tous aujourd’hui dans la tourmente d’une pandémie, M. Kalala garde, lui, un autre souvenir : celui d’un « miracle », comme il dit. C’était le 18 ou le 19, il ne sait plus, dans la grande salle du culte. M. Kalala priait parmi les fidèles, un millier au moins, quand une dame a fendu la foule en fauteuil roulant. Devant l’estrade, elle se lève soudain et l’arpente. Ses paroles sont confuses, mais une clameur les couvre. On s’étreint. On chante des louanges. La Porte ouverte chrétienne s’est fondée sur la maladie et la guérison : Jean Peterschmitt a créé l’église en 1966, à Mulhouse, quand sa femme Suzanne a été sauvée par la prière, selon lui, d’un mal incurable.

    « La nouvelle de cette guérison instantanée s’est tout de suite répandue : le lendemain, il y avait encore plus de monde à l’église » , raconte M. Kalala. C’est justement une journée consacrée aux malades, comme l’église en organise régulièrement. Dans la salle, le pasteur appelle chacun à toucher son corps à l’endroit où il souffre et à prier. Dieu choisira. Ça tousse et ça crache dans certaines travées, par quintes profondes. M. Kalala pense s’éloigner, mais il a honte. « Je me suis senti plein de préjugés. Les gens étaient venus chercher de la force et je m’enfuyais. »

    Le dernier jour de jeûne, M. Kalala a des frissons à son tour. Une faiblesse extrême. La chaleur lui sort de partout, de la gorge, des yeux, des oreilles. Le carême doit l’avoir fatigué, pense-t-il. Il va pourtant au culte.

    Bebeto Kalala a déjà perdu 7 kg lorsque l’ARS lui apprend, deux semaines plus tard, qu’il est contaminé par le coronavirus. Il demande à passer un test. Réponse : ils sont réservés aux soignants. Depuis, plus de nouvelles.

    De son côté, Jonathan Peterschmitt, petit-fils du fondateur, reste « intimement convaincu » que l’église La Porte ouverte chrétienne n’est pas le détonateur de la pandémie dans le Grand- Est. Lui-même est médecin généraliste dans un village d’Alsace, « un praticien classique, semblable à n’importe quel confrère » , dit-il. Pour aborder d’autres sujets, il attend un signe de ses patients. « Le sud de l’Alsace reste un pays de croyances, de rebouteux, où beaucoup de gens croient aux guérisons miraculeuses. Etant moi-même dans le spirituel, je ne renverse pas la table quand ils m’en parlent. » Dans ces cas, le docteur Peterschmitt, 31 ans et 4 enfants, tous vaccinés, utilise « des moyens autres ». Il vient de demander une enquête scientifique sur la propagation du virus dans le Haut-Rhin, et le CNRS l’aurait déjà contacté. Et si les investigations concluaient à un foyer pendant la semaine de jeûne à Bourzwiller ? « Dieu commence par son peuple s’il veut donner un message. Il nous fait passer une épreuve pour nous donner l’occasion d’en tirer un bénéfice spirituel. » La Porte ouverte chrétienne compte déjà 30 morts et des dizaines de personnes hospitalisées, et 18 membres de la famille Peterschmitt ont été touchés.

    Au cabinet du docteur Vogt, à Mulhouse

    Le cabinet du docteur Vogt résonne d’un chahut d’auberge espagnole : une bande d’infirmières et d’infirmiers l’attendent pour faire signer l’ordre de mission qui les renverra chez eux, à Paris, Saint-Etienne ou Lille. Dépêchés en renfort dans le Haut-Rhin, ils ont 25 ans pas plus, une classe d’âge, comme on le dirait pour la conscription. Jusqu’ici, le virus s’est montré clément avec la jeunesse, « alors, on a mis les vieilles de côté pour nous choisir nous : c’est notre tour » , croit savoir l’une, riant, plutôt fière. Tous ont fraternisé à l’hôpital de Mulhouse, ça flirte un peu, chaises positionnées à un mètre de distance, ne se lâchant la main que pour la passer au gel, à un rythme régulier. « On l’aura fait, on s’est confronté à l’Histoire avec un grand H » , dit un autre, faisant le « V » de la victoire. Comment c’était ? Alors les yeux se voilent. Les souvenirs commencent à se rembobiner. Soudain, ils n’ont plus envie de parler.

    Florence Aubenas

    #crise_sanitaire #covidé #covidée #blouse_jetable à 10€ #porteurs_de_handicaps #tri

    • « Est-ce que j’ai le droit de tout dire ? »

      L’aide-soignante se souvient d’avoir appelé le SAMU : « Venez vite, il va me mourir dans les bras ! » L’opérateur évoque la surcharge. Deux jours plus tard, Alain expire dans sa chambre.

      L’aide-soignante s’arrête dans son récit et se tourne vers le directeur : « Est-ce que j’ai le droit de tout dire ?

      – Il faut tout dire » , insiste Pierrick Buchon.

      Elle explique donc que le médecin référent refuse, à son tour, de venir constater le décès, par peur de la contamination. « Il m’a conseillé : “Faites-le vous-même. Et si vous ne supportez pas de le voir, mettez-lui un drap sur la figure, à la guerre comme à la guerre.” »

      Tous les soirs, l’angoisse monte au centre de Riespach. « On se disait : “qu’est-ce qui va se passer ?” » Le cahier des transmissions internes raconte la nuit du 25 mars. A 20 h 30, le SAMU est alerté pour Marie-France, à 21 h 15 pour Bruno, à 1 h 30 pour Gilbert, à 2 h 45 pour Françoise. A 3 heures, c’est le SAMU qui rappelle lui-même : « Arrêtez de téléphoner, on est saturé. » Toujours pas d’ambulance en vue.

      Le lendemain, Pierrick Buchon sollicite l’Agence régionale de santé (ARS). La conversation dure dix-huit minutes. « Ils me le font comprendre très clairement : les personnes handicapées ne seront pas prises en charge. Vous vous les gardez. On vous aidera à mettre en place un accompagnement de fin de vie et une cellule psychologique pour le personnel. »

      #samu #médecin_référent #personnes_handicapées #société_d'abandon

  • Centralisation des diverses recommandations, préventions, actions en lien avec #Covid_19

    #SanteMentale #psychiatry #addiction #Handicap

    + Thread 1, 2, 3 ⤵️⤵️" / Twitter
    https://twitter.com/LenaDormeau/status/1246112732472016905

    Léna Dormeau
    @LenaDormeau
    [Thread 4] Centralisation des diverses recommandations, préventions, actions en lien avec #Covid_19 #SanteMentale #psychiatry #addiction #Handicap
    + Thread 1, 2, 3
    Flèche vers la droite avec pointe vers le bas

  • Déconstructions et reconstructions du #handicap en temps de #coronavirus | EHESS
    https://www.ehess.fr/fr/carnet/d%C3%A9constructions-et-reconstructions-handicap-en-temps-coronavirus

    En effet, dans le cadre d’une épidémie qui submerge les ressources de l’hôpital public, la situation de rareté amène à faire des choix par lesquels sont réénoncées des hiérarchies traditionnelles. Le 17 mars 2020, un document de référence rédigé par un comité d’experts a été remis au ministère de la Santé pour guider les médecins dans le tri de patients qui semble se profiler (dont voici une version de travail→ http://www.sfap.org/system/files/gt_etic_rea_covid_16_mar_20_19h.pdf). Un guide a également été remis aux ARS (https://www.srlf.org/wp-content/uploads/2020/03/ARS-ETHIQUE-COVID-final.pdf), élaboré par des médecins et chefs de services anesthésistes-réanimateurs. Ces deux documents donnent des orientations pour guider l’admission en réanimation dans un contexte d’engorgement des capacités d’accueil. Les décisions doivent être prises au cas par cas, en combinant différents facteurs tels que la volonté du patient, sa gravité clinique et l’évaluation de son état antérieur.

    Ces deux documents s’appuient sur un indicateur : « l’échelle de fragilité clinique » ou « score de fragilité clinique » qui inclut des critères non seulement de maladie mais aussi de limitations fonctionnelles (mobilité, autonomie dans les actes de la vie quotidienne, etc.). Le document remis aux ARS précise d’ailleurs que ce « score de fragilité » peut être remplacé par ou combiné avec l’indicateur de performance de l’OMS (qui mesure notamment la « capacité à travailler », p. 21 du document en lien → https://www.afsos.org/wp-content/uploads/2016/09/decisiontransfert-en-rea-j2r2015-copie.pdf) ou encore l’échelle d’autonomie de Katz (http://www.sgca.fr/outils/adl.pdf) : ces indicateurs sont des échelles d’évaluation de la dépendance dans la vie quotidienne. On peut s’interroger sur la présence de critères qui n’ont en principe aucun lien avec les chances de survie mais qui relèvent plutôt de la conception de la qualité de vie selon l’approche du modèle médical du handicap ou qui répondent à des critères de productivité selon les standards dominants. Les vies ne s’ajustant pas à ces standards sembleraient dotées de moins de valeur et ne devraient pas être sauvées en priorité.

    #validisme #surnuméraires

  • Validisme et darwinisme social à l’ère du coronavirus | Sortir du capitalisme
    http://sortirducapitalisme.fr/emissions/310-validisme-et-darwinisme-social-a-l-ere-du-coronavirus

    Une analyse matérialiste multidimensionnelle du validisme et du darwinisme social à l’ère du coronavirus et de sa gestion discriminatoire vis-à-vis des personnes ayant un handicap, des personnes âgées, des racisé-e-s et des prolétaires – avec Benoit Bohy-Bunel, professeur de philosophie, théoricien critique et militant de l’Union Communiste Libertaire (UCL), et auteur sur ce sujet de plusieurs articles. Durée : 48 min. Source : Radio Libertaire

    http://sortirducapitalisme.fr/media/com_podcastmanager/coronavirus.mp3

  • LE CONFINEMENT : UNE NOUVEAUTÉ POUR VOUS, UNE RÉALITÉ POUR NOUS | auxmarchesdupalais
    https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2020/03/18/le-confinement-une-nouveaute-pour-vous-une-realite-pou

    Depuis le début de la crise, une grande partie des personnes handicapées/malades sont inquiètes pour leur santé car nombre d’entre elles sont à haut risque.

    Elles sont inquiètes pour leur accès aux soins et aux services d’aides humaines dont elles dépendent.

    Elles sont terrifiées à l’idée de perdre à la loterie de la réa, si elles venaient à être contaminées avec des symptômes graves, car elles savent que leurs vies ne valent pas chères.

    Elles craignent l’incompétence et l’irresponsabilité criminelle de ce gouvernement qu’elles seront comme toujours les premières à payer [1].

    Les personnes handicapées/malades sont sensiblement moins nombreuses en revanche à avoir peur du confinement lui-même. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elles l’expérimentent depuis bien plus longtemps que les personnes valides, au quotidien ou sur des périodes plus ou moins longues qui se comptent en semaines, en mois, en années.

    Beaucoup d’entre elles l’ont rappelé avant moi : être limité dans ses mouvements, dans ses interactions sociales, privé de liberté de circuler, d’agir à sa guise ; devoir penser, sous-peser, planifier, justifier chaque déplacement, nous est plus que familier. Que ce soit pour des raisons de santé ou du fait de l’absence d’accessibilité/de moyens humains et matériels qui nous empêche de jouir des mêmes libertés que vous : « le confinement on connaît. »

    #handicap #confinement

  • Jean Vanier, le fondateur de l’Arche, accusé d’abus sexuels sur plusieurs femmes

    La stupeur dominait, samedi 22 février, après que l’Arche, une organisation qui accueille dans le monde entier des personnes ayant une déficience intellectuelle, a dévoilé une enquête interne dans laquelle son fondateur canadien, Jean Vanier, mort en 2019, est accusé d’abus sexuels sur plusieurs femmes.

    Cette enquête a permis de recueillir les témoignages « sincères et concordants portant sur la période 1970-2005 » de six femmes adultes avec lesquelles Jean Vanier « a initié des relations sexuelles, généralement dans le cadre d’un accompagnement spirituel, et dont certaines ont gardé de profondes blessures », explique l’Arche Internationale dans un communiqué. Les investigations, menées par un organisme indépendant, n’ont pas identifié de personnes handicapées parmi les victimes, est-il précisé.

    « Ces agissements indiquent une emprise psychologique et spirituelle de Jean Vanier sur ces femmes et soulignent son adhésion à certaines des théories et pratiques déviantes du père Thomas Philippe », ajoute l’Arche. Ce dominicain, père spirituel de Jean Vanier et figure encombrante de l’Arche, a été soupçonné d’agressions sexuelles sur des femmes.

    « Cela fait quelques mois que je connais les résultats des enquêtes, et à chaque fois que je les lis à haute voix, je suis abasourdi », confie, ému, Stephan Posner en détaillant les conclusions des experts à plusieurs médias chrétiens, dont La Vie.

    A ses côtés, Pierre Jacquand, responsable France de l’Arche, ajoute : « L’écart est si vertigineux entre l’homme que j’ai connu et celui que je découvre… Je lutte pour accepter, alors même que je sais les faits indiscutables. »

    La Conférence des évêques de France a fait part de sa « stupeur » et de sa « douleur » devant ces révélations, assurant de sa « compassion les femmes qui ont été ainsi abusées », ainsi que de sa « détermination à agir pour que la lumière soit faite ».

    L’Arche, dont le siège international est à Paris, est une fédération d’associations qui anime 154 lieux dans trente-huit pays où des personnes handicapées mentales vivent – spécificité de ces communautés – avec leurs accompagnants, salariés ou volontaires.

    Au fil des ans, des livres et des conférences données à travers le monde, Jean Vanier était devenu une personnalité reconnue, un évangéliste que l’on venait consulter de loin et qui pouvait converser avec l’écrivain Emmanuel Carrère, la reine Elizabeth ou le pape François. En 2015, il avait reçu à Londres le prestigieux prix Templeton, décerné avant lui à Mère Teresa, au dalaï-lama ou encore à Desmond Tutu.

    #christianisme #catholicisme #viol #culture_du_viol #handicape

  • #handicap #transports
    Les réseaux sociaux, ça sert aussi à ça…

    ... Karine Peret... :
    ..." Aventure du jour, loin d’être anecdotique, à partager, mais allez-y hein, faites tourner car c’est révoltant.
    Marseille. Jeudi 20 février, 15h, avenue du Prado, ligne du bus 19 en direction de Castellane . A un des arrêts, une jeune femme en fauteuil roulant qui attend sur le marquage au sol qui lui est dedié. Le chauffeur du bus, la cinquantaine et qui ne répond pas au bonjour, s’arrête plus loin. La jeune femme se déplace pour être en face de la porte du milieu (c’est un gros bus) et le chauffeur tarde à ouvrir. De l’extérieur, une dame remonte lui dire à la porte avant qu’un fauteuil attend pour monter, qu’il doit ouvrir et sortir la passerelle. Il marmonne un « je la prends pas » à peine audible. Mais ouvre la porte car des gens veulent descendre. S’ensuit un bordel pas possible, des personnes cherchant à aider la jeune femme à monter son fauteuil. SANS PASSERELLE SORTIE. Je demande au chauffeur de sortir la passerelle. Il me regarde ds son rétro, fait genre de pas m’entendre. Je réitère, plus fort. Réponse : y a pas de passerelle (ce qui est bien évidemment faux car tous les bus récents comme celui ci en sont équipés). Devant tant de « bonne volonté » certains usagers du bus essaient de monter le fauteuil, puis finalement des personnes SORTENT LA JEUNE FEMME DE SON FAUTEUIL tant bien que mal, la maintiennent quelques secondes le temps pour d’autres de monter le fauteuil, aidés par une jeune fille sur le trottoir qui le pousse, et sur laquelle le chauffeur agacé, pressé, referme les portes sans sommation.. Cris, réouverture des portes, dépôt du fauteuil, on aide la jeune femme à se rassoir...Terminus Castellane, 15h08, les gens descendent, deux personnes restent avec la jeune femme au fauteuil pour l’aider à descendre, d’autres attendent à l’extérieur du bus, espérant voir la planchette sortir cette fois. Je redemande au chauffeur de sortir la passerelle, et ce poliment, il me claque la porte avant au bec. Je décide donc de photographier l’avant du bus avec le numéro, il ouvre sa porte, commence à me menacer de casser mon téléphone, mais je continue, et dans la foulée je prends aussi sa gueule en photo. Une autre dame le prend à partie en lui faisant remarquer que maintenant la porte du milieu est fermée avec la jeune femme sur le fauteuil toujours dans le bus... Il l’insulte. Casse toi, ta gueule... On doit filer avec les minottes, je décide de faire un signalement à la rtm, par email, mais je souhaiterais voir plus loin.
    C’est une attitude proprement SCANDALEUSE de la part de ce chauffeur, refuser au départ de la prendre alors qu’elle est sur l’emplacement RÉSERVÉ sur le trottoir, indigne de parler grossièrement comme il l’a fait, elle a été soulevée comme un sac par des inconnus, ça aurait pu occasionner une chute, une blessure (certes ils étaient bien intentionnés hein mais c’est risqué) mais en théorie elle aurait dû pouvoir monter dans ce putain de bus sans être ballottée de la sorte, c’est indigne.
    Si qqun sait comment faire remonter ça vachement haut, je prends.
    Usagers de la RTM - Marseille
    #rtm
    Mise à jour :
    Il semblerait que l’info remonte et qu’il y aura une enquête.
    À voir pour la suite.
    J’aurais bien voulu que la jeune femme en fauteuil se manifeste. J’espère qu’elle aura l’occasion de lire ce post et qu’elle contactera elle aussi la rtm.
    Merci à tous au passage, ça permet de voir qu’il reste encore quelques personnes que ça fait réagir.
    Alors, UPDATE à 15h :
    Le Directeur du marketing rtm me confirme qu’une enquête est en cours, qu’il y aura visionnage des vidéos du bus et donc sûrement des sanctions.
    Et c’est tant mieux.
    Le reste se fera en interne.
    Merci pour vos partages qui ont certainement contribué à cette réactivité des services concernés. "
    MERCI Karine Peret.

    https://www.facebook.com/helene.venturagagnepain/posts/3277172545644680

  • LREM refuse ces mesures sur le handicap, l’Assemblée les vote quand même | Le Huffington Post
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/handicap-lassemblee-adopte-plusieurs-mesures-contre-lavis-de-la-major

    Ils ont été les seuls, sur les bancs de l’Assemblée nationale à refuser ces dispositions. Mais malgré l’opposition de la majorité, du gouvernement aux députés LREM en passant par les élus MoDem, l’opposition coalisée a pu faire voter plusieurs mesures dites “de justice sociale”, pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap.

    C’est le groupe Libertés et territoire au palais Bourbon qui a proposé cette loi composée de plusieurs dispositions différentes. Au total, sur les six articles proposés par ces députés, quatre ont été adoptés dont trois portant sur des sujets liés au #handicap.

    Ces mesures prévoient notamment de supprimer la prise en compte des revenus du conjoint dans le calcul de l’Allocation pour adulte handicapé (AAH) ou encore de relever l’âge maximum pour bénéficier de la prestation de compensation du handicap (PCH) de 60 à au moins 65 ans.

    L’article est peu clair et plein de fautes mais si j’ai bien compris l’opposition a réussi à passer des amendements favorables aux personnes handicapées contre la majorité macroniste qui rabote de partout et que crèvent les pauvres.

  • Comment faire diversion : la stratégie politique du cul | Elisa Rojas
    https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2020/02/10/comment-faire-diversion-la-strategie-politique-du-cul

    Usant, fatiguant ce énième retour de l’assistance sexuelle sur le devant de la scène et de constater encore qu’il n’y a que deux sujets qui passionnent et excitent les personnes valides nous concernant : 1) Nous aider à mourir 2) Nous aider à b***** Source : Aux marches du palais

    • Tout ceci est d’autant plus pitoyable que pendant que vous faites une fixette sur nos problèmes sexuels au lieu de résoudre les vôtres (qui sont pourtant coton [2]), le gouvernement ment éhontément, s’assoit sur les recommandations de l’ONU, blesse ou intimide des manifestants handicapés et détruit le peu de droits que nous avons.

      Les personnes handicapées vivent sous le seuil de pauvreté.

      Les personnes handicapées n’ont pas de quoi subvenir à leurs besoins les plus élémentaires : se loger correctement, manger correctement, se soigner correctement.

      Nombreuses sont celles qui n’ont pas de logement autonome ou vivent dans des lieux fermés ou peine à sortir de chez elles.

      Elles ne peuvent pas accéder aux lieux publics, aux administrations, aux écoles, aux tribunaux, aux cabinets médicaux, aux commerces situés à proximité, aux cafés, aux bars, aux restaurant, aux cinémas, aux théâtres, aux clubs de sport ou de danse et à une grande partie des lieux de loisirs et de socialisation.

      Elles n’ont pas assez d’heures d’aide humaine dans leur quotidien pour s’habiller, prendre leur douche, se déplacer.

      Elles n’ont pas assez de soutien financier pour acquérir les meilleurs outils techniques qui pourraient leur faciliter la vie.

      Elles ne trouvent pas de travail ou sont exploitées jusqu’à la corde ou freinées dans leurs carrières.

      Elles galèrent pour tenir à l’école ordinaire et accéder aux études supérieures.

      Elles sont infantilisées, méprisées, insultées, fliquées par tout le monde et en premier lieu par les services et administrations qui sont supposés les aider.

      Elles sont suspectées constamment de ne pas être capables de connaître leurs besoins et de faire mauvais usage des aides et des prestations qu’on leur concède.

      Elles subissent des discriminations réelles dans tous les domaines…

      MAIS ! Hold on ! Madame Le Quesnoy – pardon Sophie Cluzel [3] – déclare dans le JDD la veille de la Conférence Nationale du handicap s’inquiéter pour notre vie sexuelle et tous les journalistes se jettent sur l’assistance sexuelle. Tout le reste, ce qui nous empêche vraiment de vivre, passe à la trappe.

      Liens vers
      https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2019/03/03/violences-policieres-inclusives

      Voici les vidéos de violences policières visant directement des personnes handicapées que j’ai pu recenser, à mon échelle, via les réseaux sociaux.

      https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/2019/11/28/lallocation-aux-adultes-handicapes-dans-le-viseur

      ’AAH est dessous du seuil de pauvreté, les délais d’instruction des dossiers par les Maison Départementales des Personnes Handicapées (MDPH) sont honteux. Elle est soumise à des conditions drastiques et crée une dépendance vis à vis des conjoints pour les bénéficiaires, mais la seule chose qui obsède la Cour des Comptes est… « la fraude. »

    • À propos | auxmarchesdupalais
      https://auxmarchesdupalais.wordpress.com/about

      Plus sérieusement, my name is ROJAS, Elisa ROJAS, et je suis avocate au Barreau de Paris.

      Au départ, pour être sincère l’idée de ce blog était de vous parler principalement des problèmes d’accessibilité et des difficultés rencontrées dans le cadre de mon exercice professionnel. Puis, d’élargir à chaque fois que possible au handicap, aux droits, à l’accès au droit et à la représentation des personnes handicapées.

      D’où son titre magnifique : « Aux marches du Palais. »

    • Cette histoire des aidant·es sexuel·les est assez dégueulasse. D’abord le contexte que rappelle Rojas : les conditions matérielles des personnes handicapées ne sont déjà pas fabuleuses mais le gouvernement a décidé de les dégrader, voir #handicap pour la grogne de multiples associations de personnes handicapées cet automne à l’idée de faire entrer l’AAH dans le revenu universel de merde ou de soumettre son obtention à une surveillance accrue alors que les délais sont déjà impossibles.

      Et puis cette manière de rendre la prostitution acceptable, non pas en tant que droit à la sexualité mais droit à l’usage sexuel d’un·e autre dont on fera mine ne croire que ce n’est pas tout le temps une femme pauvre racisée.

      Les aidant·es sexuel·les, que je sache, ce sont des personnes qui aident les personnes handicapées à se masturber, à trouver des positions confortables avec leurs partenaires mais pas à leur servir de partenaires. C’est ce qui est montré dans ce super film : l’aidante s’engage physiquement, sexuellement, avec son patient mais ça reste une relation thérapeutique destinée à l’aider à vivre sa vie affective et sexuelle. Rien à voir avec des services dispensés dans un cadre libéral marchand, centré sur les besoins et les désirs de qui paye et ordonne.

      The Sessions (2012) - IMDb
      https://www.imdb.com/title/tt1866249

      A man in an iron lung who wishes to lose his virginity contacts a professional sex surrogate with the help of his therapist and priest.

      Rémi (je ne retrouve plus son pseudo Seenthis) en avait bien parlé ici et dans son livre.
      https://www.flblb.com/auteur/remi-gendarme

      Mettre en avant des personnes plus fragiles dont en fait on se tape pour faire avancer de grandes causes comme l’exploitation sexuelle des femmes, mouais.

  • (1) Minima sociaux : les personnes handicapées mises à l’écart - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2020/02/04/minima-sociaux-les-personnes-handicapees-mises-a-l-ecart_1776933

    Nos associations en ont assez. Assez de se faire enfermer dans des salles pour entendre des approximations et des propos politiques contradictoires. Assez de prendre la parole sans être écoutées. Assez de participer à une soi-disant #concertation alors même que nos ministres semblent avoir déjà pris leurs arbitrages et s’engagent d’ores-et-déjà ouvertement vers des décisions qui ne respectent pas la majorité des voix exprimées. Rappelons que dans le cadre de la consultation citoyenne, 61% des votes sont défavorables à l’intégration de l’AAH dans le RUA. Les citoyens sont-ils écoutés ou bien juste embarqués dans un semblant de #démocratie_participative ?

    La concertation, une tactique pour faire perdre son temps au peuple organisé, perçu comme ennemi ? « Soi-disant » et « semblant » sont de trop ! Je note au passage qu’on ne leur a même pas donné d’interlocuteurs compétentes...
    #handicap #revenu_garanti

    Ça rejoint le propos de Grégoire Chamayou dans La Société ingouvernable. Il y a raconte comment les ONG, trop bruyantes, ont été invitées à perdre leur temps et leurs ressources humaines dans des réunions dont la seule utilité était de renseigner les entreprises qui voulaient mieux savoir ce qu’elles faisaient, retourner les moins exigeant·es et enfumer les autres.

  • La Cour des comptes pointe les limites de l’allocation adulte handicapé | Les Echos
    https://www.lesechos.fr/economie-france/social/la-cour-des-comptes-pointe-les-limites-de-lallocation-adulte-handicape-1150

    Dans un rapport publié lundi, l’institution critique la procédure d’attribution de l’allocation adulte handicapé (AAH), dont le coût a explosé de 70 % en dix ans, qu’elle juge versée sur un nombre insuffisant de « critères objectifs », trop disparate d’un département à l’autre, et qui ne permet pas suffisamment de détecter d’éventuelles fraudes.

    Devenue « le deuxième minimum social en France », avec 1,2 million de bénéficiaires, l’AAH est entièrement financée par l’Etat mais celui-ci n’a qu’un « droit de regard très limité, voire inexistant » sur son mode d’attribution, déplorent les sages. Versée sous condition de ressources, l’AAH a été revalorisée début novembre . Son montant est de 900 euros par mois pour une personne seule.

    « L’AAH est de ce point de vue sensiblement moins pilotée, suivie et contrôlée que les autres minima sociaux, notamment le RSA », observent les rapporteurs, qui recommandent notamment l’instauration « a minima » d’une « contre-visite médicale obligatoire avant toute première attribution de l’AAH ».
    Les associations s’insurgent

    La Cour suggère également de conditionner l’octroi de l’AAH-2 (allouée aux personnes dont l’incapacité est évaluée entre 50 % et 80 % et qui sont considérées comme éloignées de l’emploi ) à une « prise en charge médico-sociale adaptée, quand celle-ci est possible », et à un entretien préalable « d’évaluation de l’employabilité ».

    Un constat qui a heurté certaines associations.

    #handicap #protection_sociale #minima_sociaux

  • ’Miraculous survival’: asylum patient whose art documented his sterilisation by the Nazis | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2020/jan/06/miraculous-survival-asylum-patient-whose-art-documented-his-sterilisati
    https://i.guim.co.uk/img/media/02925be857bb3a103285fb322d97430f4fa78745/202_760_1646_987/master/1646.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    Forty-four pencil drawings on the backsides of a shop order book are all that remain of the life of Wilhelm Werner. But his artistic response to the forced sterilisation programme he underwent in Nazi Germany, a bundle of leaves flimsily held together in a worn leather cover, is receiving growing recognition in the art world almost eight decades after his death.

    The detailed sketches, like scenes from a puppet show, are believed to be the only works of art by one of the 400,000 people who suffered forced sterilisation under the Nazis’ programme to eliminate “undesirables”.

    The sketch book is to be the focal point of a major permanent collection of so-called outsider art – at the Prinzhorn gallery in Heidelberg, southern Germany from May.

    “These drawings are immensely precious both historically and artistically,” says Thomas Röske, art historian and director of the Prinzhorn, which owns Werner’s drawings in its collection of 6,000 works by patients of psychiatric institutions, dating back to 1840 and the largest of its kind in the world.

    “Most work produced by patients was destroyed during the Nazi period,” he says.

  • The Complicated Issue of Transableism | JSTOR Daily
    https://daily.jstor.org/the-complicated-issue-of-transableism

    Smith’s patients are just two examples of people who have body integrity identity dysphoria, also known as being transabled: They feel they are disabled people trapped in abled bodies. Some people feel that they are meant to be amputees and will even injure themselves in order to create the desired amputation or make it medically necessary for a surgeon to perform it. Other people feel that they were meant to be blind or deaf.

    If people can choose to reject life-saving treatments, the authors ask, why shouldn’t they be allowed to elect a surgery that will leave them disabled? If a person can elect to have plastic surgery, which is often used to make the body conform better to social ideals, why shouldn’t people also be allowed to change it in ways that society is less comfortable with? Lastly, they argue that according to the limited data available, people who seek and achieve their desired amputations feel relief from their suffering, a relief that they are unable to get by other means.

    #handicap #transabled #amputation_volontaire

  • Bonne(s) vacance(s) à toutes et à tous ! - Quelques nouvelles, prochaines étapes- #Douance #hpi #hqi #zèbre #précoce #précocité #surdoué #surdouement #surefficient #hautpotentiel #gifted #Scolarité #Triplées #sororité #fratrie #Dys #dyslexie #dysorthographie #dyspraxie #dysgraphie #troublesdys #Handicap #Tdah #tda #adhd #zappeur #hyperactif #atypisme #troublesdapprentissages #neurodiversité
    https://www.c-nous.net/le-zinc/article/bonne-s-vacance-s-a-toutes-et-a-tous

    C’est officiel depuis 2 jours, nous sommes en vacances ! Des milliers d’écoliers, collégiens et lycéens de l’hexagone et d’outre-mer peuvent enfin souffler. Une pause estivale bien méritée, en particulier lorsque l’année scolaire a été éprouvante, pour les enfants, les ados fragilisés par des situations compliquées, des besoins spécifiques plus ou moins pris en charge. Et pour nous, l’année s’achève en demi-teinte. Les #Triplées passent en classe supérieure. Mais dans un contexte bien difficile à plus d’un (...) #Douance , hpi, hqi, précoce, précocité, zèbre, surdoué, surdouement, surefficient, hautpotentiel, gifted

    , Scolarité

    , Triplées

    , sororité, fratrie, #Dys (...)

    #hpi #hqi #précoce #précocité #zèbre #surdoué #surdouement #surefficient #hautpotentiel #gifted #Scolarité #sororité #fratrie #dyslexie #dysorthographie #dyspraxie #dysgraphie #troublesdys #Handicap #Tdah #tda #adhd #zappeur #hyperactif #troublesdapprentissages #atypisme #neurodiversité #_Le_zinc

  • L’école à mi-temps ? - Une piste pour les enfants à besoins spécifiques- #Scolarité #Dys #dyslexie #dysorthographie #dyspraxie #dysgraphie #troublesdys #Tdah #tda #adhd #zappeur #hyperactif #Handicap #Douance #hpi #hqi #zèbre #précoce #précocité #surdoué #surdouement #surefficient #hautpotentiel #gifted #atypisme #troublesdapprentissages #neurodiversité
    https://www.c-nous.net/les-tuyaux/article/l-ecole-a-mi-temps

    Scolariser un enfant qui en a besoin à temps partiel : voilà une idée qui pourrait faire bondir certains parents et enseignants. Le principe existe dans le cadre spécifique des élèves en « double cursus », c’est-à-dire pratiquant à haute dose et à côté de l’école une activité artistique (danse, musique...) ou sportive. Ce cas de figure répond à un besoin pratique. Celui de poursuivre autant que possible la scolarité de ces enfants et ces ados qui font le choix de se professionnaliser dans un sport ou un art (...) Scolarité

    , #Dys

    , dyslexie, dysorthographie, dyspraxie, dysgraphie, troublesdys

    , #Tdah

    , tda, adhd, zappeur, hyperactif , #Handicap

    , #Douance (...)

    #Scolarité #dyslexie #dysorthographie #dyspraxie #dysgraphie #troublesdys #tda #adhd #zappeur #hyperactif #hpi #hqi #précoce #précocité #zèbre #surdoué #surdouement #surefficient #hautpotentiel #gifted #troublesdapprentissages #atypisme #neurodiversité #Les_tuyaux
    http://www.clg-la-malmaison-rueil.ac-versailles.fr/spip.php?article266

  • Violences, femmes et handicap - petit guide pour agir

    Face au sujet de violence sexualisée contre une jeune fille autiste j’aimerais partager les informations potentiellement utiles pour d’autres personnes face à un cas pareil.

    Brochure d’explication

    Cet outil a été pensé pour des personnes présentant des troubles de la communication sociale. Il s’adresse cependant à tout public. Composé de pictogrammes, il comporte des informations simplifiées pour une facilité de compréhension. Une notice d’utilisation de la brochure suggère des parcours éducatifs et des pistes de travail à destination des familles et des professionne.le.s car l’éducation à la vie affective et sexuelle est le premier moyen de prévenir les agressions et les violences sexuelles.

    –-> https://femmesautistesfrancophones.com/2019/03/02/mon-corps-moi-et-les-autres-prevention-des-violences-sex

    Numéros d’urgence/conseil

    Le 3919 - Violences Femmes Info

    Numéro d’écoute national destiné aux femmes victimes de violences, à leur entourage et aux professionnels concernés. Appel anonyme et gratuit 7 jours sur 7, de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedi, dimanche et jours fériés.

    –-> http://www.solidaritefemmes.org/appeler-le-3919

    –-> seulement disponible depuis le territoire francais ; l’équivalent allemand :

    Das Hilfetelefon – Beratung und Hilfe für Frauen

    Herzlich willkommen! Das Hilfetelefon „Gewalt gegen Frauen“ ist ein bundesweites Beratungsangebot für Frauen, die Gewalt erlebt haben oder noch erleben. Unter der Nummer 08000 116 016 und via Online-Beratung unterstützen wir Betroffene aller Nationalitäten, mit und ohne Behinderung – 365 Tage im Jahr, rund um die Uhr. Auch Angehörige, Freundinnen und Freunde sowie Fachkräfte beraten wir anonym und kostenfrei.

    https://www.hilfetelefon.de

    –-> Donc si vous n’êtes plus dans le pays dont s’est deroulée la violence et vous ne pouvez pas appeller le numéro d’urgence national c’est une possibilité d’appeller un numéro d’urgence de votre pays de résidence (les numéros d’urgence sont souvent limités au territoire national).

    01 40 47 06 06 - FDFA

    « Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir ».

    Cette association réunit en priorité des femmes en situation de handicap, quelle que soit leur singularité, mais aussi des hommes en situation de handicap et des femmes et des hommes valides partageant les mêmes objectifs.

    Le but de notre association est de lutter contre la double discrimination qu’entraîne le fait d’être femme et handicapée.
    Nous voulons crier haut et fort que nous sommes des femmes et des citoyennes avant d’être « handicapées ».

    Vous allez trouver dans ces pages le panorama de nos activités ; des nouvelles des droits des femmes ; des documents-ressources pour stimuler notre réflexion et notre action…
    Soyez les bienvenu.es !

    –-> http://fdfa.fr/association

    Loi francaise/déclaration à la police

    Information de l’association AFFA

    Bonjour,
    Nous vous rappelons que si vous êtes témoins, c’est votre devoir de citoyen de dénoncer les faits. La non dénonciation d’un crime est punie par la loi Article 434-3 du code pénal
    « Le fait, pour quiconque ayant connaissance de privations, de mauvais traitements ou d’agressions ou atteintes sexuelles infligés à un mineur ou à une personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse, de ne pas en informer les autorités judiciaires ou administratives ou de continuer à ne pas informer ces autorités tant que ces infractions n’ont pas cessé est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. »

    Voici un lien pour vous aider dans votre démarche.
    https://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/Infos-pratiques/Signalement-des-violences-sexuelles-et-sexistes

    –-> https://femmesautistesfrancophones.com

    –-> Attention, les lois différent énormément selon les pays, donc aussi les conseils du personnel qui repond aux numéros d’urgence.

    Réflexion personnelle/conseils/idées pour personnes qui essaient d’agir
    – Aussi la confrontation indirecte avec la violence sexualisée est lourde, prenez soin de vous, partagez les sentiments, réfléchissez ensemble avec d’autres personnes, demandez des conseils aux professionel.les (les numéros d’urgence sont aussi là pour les témoins, la famille, les ami.es).
    – N’agissez pas contre la volonté de la victime (même si la loi francaise cela rend très difficile dans certaines cas ; en fait le contraire de la loi allemande - mais quelle loi est plus utile ? Une « personne qui n’est pas en mesure de se protéger en raison de son âge, d’une maladie, d’une infirmité, d’une déficience physique ou psychique ou d’un état de grossesse », a-t-elle ne plus le droit à sa volonté en France ? Mais donc en Allemagne, sont les profils mentionnés capable de juger leur situation ? ... ).
    – Réfléchissez à votre motivation d’aider et serez conscientes que tout effort n’a pas toujours d’impact.
    – Pour finir une chanson d’ESTELLE MEYER Pour Toutes Mes Soeurs :

    https://www.youtube.com/watch?v=shX5t1llkd8

    #violence #violence_sexuelle #violence_sexualisée #handicap #femmes #autisme #brochure #numéro_d'urgence #AFFA #FDFA #loi #police #témoin #France #Allemagne #agir

  • La région Île-de-France utilise une partie du budget handicap pour financer une étude sur l’avenir des autoroutes
    https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/travail-et-handicap/la-region-ile-de-france-utilise-une-partie-du-budget-handicap-pour-fina

    730 000 euros du budget dédié au transport des personnes en situation de handicap vont être utilisés pour financer une consultation internationale sur le devenir des autoroutes, lancée par le Forum métropolitain du Grand Paris, rapporte France Bleu Paris dimanche 8 juillet.
    Le conseil régional se justifie

    « C’est un signal négatif envoyé aux personnes en situation de handicap dans notre région. L’isolement et le manque de mobilité des personnes handicapés est un sujet trop sérieux pour qu’on réduise les budgets », dénonce ainsi Mounir Satouri, qui a découvert cette décision au début du mois de juillet en commission permanente.

    Le conseiller régional de la majorité, Pierre Deniziot, chargé du handicap, explique avoir « budgété 14 millions d’euros alors que les dépenses prévues cette année seront [de] 12 millions d’euros. » "Il n’y a donc pas de réduction de service, c’est de l’argent qui ne va pas être utilisé", dit-il, en défendant la décision de la présidente de la région, Valérie Pécresse, et de son vice-président chargé des transports, Stéphane Baudet.

    Alors que beaucoup de personnes sont encore exclues du programme « Pour aider à la mobilité » (Pam) financé en partie par la région, il déplore cette situation : « Lorsque nous l’avons appris en commission permanente, début juillet, alors que beaucoup de gens sont déjà partis en vacances, (…) nous avons été tout simplement stupéfaits », explique Claude Boulanger, qui est aussi membre du conseil économique, social et environnemental régional.

    #handicap #Île-de-France

  • Les personnes en situation de handicap suspectées à leur tour d’être des « fraudeurs »
    https://www.bastamag.net/Fraude-fraudeurs-handicap-AAH-Cour-des-comptes-revenu-social-universel

    La Cour des comptes s’attaque dans un rapport à l’allocation adulte handicapé. Elle réclame une « détection des demandes frauduleuses » et accuse même les médecins de produire des « certificats de complaisance ». Après les chômeurs, après les allocataires du RSA, les personnes en situation de handicap sont-elles la nouvelle catégorie de pauvres que le gouvernement va soumettre à des contrôles « renforcés » ? C’est ce que donne à penser un rapport de la Cour des comptes publié le 25 novembre. Celui-ci se (...) En bref

    / #Luttes_sociales, Quel avenir pour nos #Protections_sociales ?, #Inégalités, Protections sociales

    #Quel_avenir_pour_nos_protections_sociales_ ?

    • Au Royaume-Uni aussi, il y a une dizaine d’années, le gouvernement avait mis en œuvre des sanctions contre les personnes handicapées et en longue maladie, considérant que beaucoup n’étaient pas vraiment en incapacité de travailler. Puis ces sanctions avaient été étendues à l’ensemble des demandeurs d’emplois et des travailleurs pauvres qui perçoivent une allocation. Puis, toutes les allocations sociales (handicap, RSA, aide au logement…) ont été fusionnées dans un système dit de « crédit universel ». Macron a le même projet avec son « revenu social universel ». Une fois toutes les allocations fusionnées, tous les allocataires seront-ils de même soupçonnés de frauder ?

      C’est une très classique migration de population allocataire d’un droit au chômage de plus en plus restreint vers les prestations destinées aux handicapées qui est ainsi anticipée. Y compris en exploitant/renversant des exigences d’intégration sociale par l’emploi.
      Ce phénomène, massif et transitoire (on se charge d’y mettre bon ordre a postériori, ici c’est anticipé), a été observé aux Pays-Bas (avec 10 ans de reconnaissance de nombreux "handicapés sociaux pour lesquels on constatait le manque de revenu issu de l’emploi comme du droit au chômage) puis au R.U. où les prestations handicapées ont été utilisées comme refuge, dernier support social, lorsque le #droit_au_chômage a été raboté, avant de se voir elles aussi contingentées. Comme dans le cas des migrants sans papiers, y a pas de surnuméraires, juste une gestion de la population qui la stratifie et la balkanise.

      NB : divers articles connexes sont indiqués en pied de page de l’article cité de bastamag cité ici.
      #employabilité #AAH #MDPH #Caf

    • Ce matin je me rends compte que j’ai fini par oublier la phrase du psy qui m’a filé l’AAH et choisi de ne pas m’aiguiller vers des dispositifs d’insertion par l’emploi, décidant que ma vie serait une vie à part, aussi éclatante ou misérable que je le mériterais. Et plus de seize ans après, je suis en train de choisir de ne pas faire ma demande de renouvellement, genre ça passe ou je casse.

  • https://twitter.com/s_cluzel/status/1184407458074247169

    L’amélioration du pouvoir d’achat des personnes #handicapées était une promesse de campagne du President. Promesse tenue avec la 2ème revalorisation de l’#AAH qui passera ainsi à 900 €/mois au 1er novembre. + 11% du pouvoir d’achat en 2 ans.

    Je poste pour les commentaires : l’AAH n’est pas un revenu individualisé, pas possible donc de se mettre en couple sans la perdre et devenir « à charge du conjoint ». Pour les #femmes handicapées comme pour les autres... pour les femmes handicapées plus que les autres, car elles sont d’autant plus touchées par les violences masculines, #individualisation du #revenu et #autonomie ! Personne n’est une moitié.