• Petrodollar warfare - Wikipedia (https://en.wikipedia.org/wiki/Petr...
    https://diasp.eu/p/9207880

    Petrodollar warfare - Wikipedia The term, petrodollar warfare, refers to the alleged motivation of US military offensives as preserving by force the status of the United States dollar as the world’s dominant reserve currency and as the currency in which oil is priced. The term was coined by William R. Clark, who has written a book with the same title. The phrase oil currency war is sometimes used with the same meaning. #oil #war #usd #iraq #iran #libya #venezuela


  • Oman attack: Iran is the immediate, but unlikely, suspect - Iran - Haaretz.com

    Oman attack: Iran is the immediate, but unlikely, suspect
    U.S. officials rushed to point to Tehran, but somehow the world’s leading intelligence services failed to discover who is actually behind the strike. And even if they knew, what could be done without risking all-out war?
    Zvi Bar’el | Jun. 14, 2019 | 8:36 AM | 3
    https://www.haaretz.com/middle-east-news/iran/.premium-oman-attack-iran-is-the-immediate-but-unlikely-suspect-1.7368134


    A unnamed senior U.S. Defense Department official was quick to tell CBS that Iran was “apparently” behind the Thursday attack on two oil tankers in the Gulf of Oman, followed by State Secretary Mike Pompeo who later told reported that it was his government’s assessment. There’s nothing new about that, but neither is it a decisive proof.

    Who, then, struck the tankers? Whom does this strike serve and what can be done against such attacks?

    In all previous attacks in the Gulf in recent weeks Iran was naturally taken to be the immediate suspect. After all, Iran had threatened that if it could now sell its oil in the Gulf, other countries would not be able to ship oil through it; Tehran threatened to block the Strait of Hormuz, and in any case it’s in the sights of the United States, Saudi Arabia and Israel. But this explanation is too easy.

    The Iranian regime is in the thrones of a major diplomatic struggle to persuade Europe and its allies, Russia and China, not to take the path of pulling out of the 2015 nuclear agreement. At the same time, Iran is sure that the United States is only looking for an excuse to attack it. Any violent initiative on Tehran’s part could only make things worse and bring it close to a military conflict, which it must avoid.

    Iran has announced it would scale back its commitments under the nuclear deal by expanding its low-level uranium enrichment and not transferring the remainder of its enriched uranium and heavy water to another country, as the agreement requires. The International Atomic Energy Agency’s reports reveal that it has indeed stepped up enrichment, but not in a way that could support a military nuclear program.

    It seems that alongside its diplomatic efforts, Iran prefers to threaten to harm the nuclear deal itself, responding to Washington with the same token, rather than escalate the situation to a military clash.

    Other possible suspects are the Iran-backed Houthi rebels in Yemen, who continue to pound Saudi targets with medium-range missiles, as was the case last week with strikes on the Abha and Jizan airports, near the Yemeni border, which wounded 26 people. The Houthis have also fired missiles at Riyadh and hit targets in the Gulf. In response, Saudi Arabia launched a massive missile strike on Houthi-controlled areas in northern Yemen.

    The strike on the oil tankers may have been a response to the response, but if this is the case, it goes against Iran’s policy, which seeks to neutralize any pretexts for a military clash in the Gulf. The question, therefore, is whether Iran has full control over all the actions the Houthis take, and whether the aid it gives them commits them fully to its policies, or whether they see assaults on Saudi targets as a separate, local battle, cut off from Iran’s considerations.

    The Houthis have claimed responsibility for some of their actions in Saudi territory in the past, and at times even took the trouble of explaining the reasons behind this assault or the other. But not this time.

    Yemen also hosts large Al-Qaida cells and Islamic State outposts, with both groups having a running account with Saudi Arabia and apparently the capabilities to carry out strikes on vessels moving through the Gulf.

    In the absence of confirmed and reliable information on the source of the fire, we may meanwhile discount the possibility of a Saudi or American provocation at which Iran has hinted, but such things have happened before. However, we may also wonder why some of the most sophisticated intelligence services in the world are having so much trouble discovering who actually carried out these attacks.

    Thwarting such attacks with no precise intelligence is an almost impossible task, but even if the identity of those responsible for it is known, the question of how to respond to the threat would still arise.

    If it turns out that Iran initiated or even carried out these attacks, American and Saudi military forces could attack its Revolutionary Guards’ marine bases along the Gulf coast, block Iranian shipping in the Gulf and persuade European countries to withdraw from the nuclear deal, claiming that continuing relations with Iran would mean supporting terrorism in general, and maritime terrorism in particular.

    The concern is that such a military response would lead Iran to escalate its own and openly strike American and Saudi targets in the name of self-defense and protecting its sovereignty. In that case, a large-scale war would be inevitable. But there’s no certainty that U.S. President Donald Trump, who wants to extricate his forces from military involvement in the Middle East, truly seeks such a conflict, which could suck more and more American forces into this sensitive arena.

    An escape route from this scenario would require intensive mediation efforts between Iran and the United States, but therein lies one major difficulty – finding an authoritative mediator that could pressure both parties. Russia or China are not suitable candidates, and ties between Washington and the European Union are acrimonious.

    It seems that all sides would be satisfied if they could place responsibility for the attacks on the Houthis or other terror groups. That is not to say that the United States or Saudi Arabia have any magic solutions when it comes to the Houthis; far from it. The war in Yemen has been going on for five years now with no military resolution, and increased bombardment of concentrations of Houthi forces could only expand their efforts to show their strength. But the United States would pay none of the diplomatic or military price for assaults on the Houthis it would for a forceful violent response against Iran itself.

    If sporadic, small-scale attacks raise such complex dilemmas, one can perhaps dream of an all-out war with Iran, but it is enough to look at the chaos in Iraq and Afghanistan to grow extremely cautious of the trajectory in which such dreams become a nightmare that lasts for decades.❞
    #Oman #Iran
    https://seenthis.net/messages/786937

    • UPDATE 1-"Flying objects" damaged Japanese tanker during attack in Gulf of Oman
      Junko Fujita – June 14, 2019
      (Adds comments from company president)
      By Junko Fujita
      https://www.reuters.com/article/mideast-tanker-japan-damage/update-1-flying-objects-damaged-japanese-tanker-during-attack-in-gulf-of-om

      TOKYO, June 14 (Reuters) - Two “flying objects” damaged a Japanese tanker owned by Kokuka Sangyo Co in an attack on Thursday in the Gulf of Oman, but there was no damage to the cargo of methanol, the company president said on Friday.

      The Kokuka Courageous is now sailing toward the port of Khor Fakkan in the United Arab Emirates, with the crew having returned to the ship after evacuating because of the incident, Kokuka President Yutaka Katada told a press conference. It was being escorted by the U.S. Navy, he said.

      “The crew told us something came flying at the ship, and they found a hole,” Katada said. “Then some crew witnessed the second shot.”

      Katada said there was no possibility that the ship, carrying 25,000 tons of methanol, was hit by a torpedo.

      The United States has blamed Iran for attacking the Kokuka Courageous and another tanker, the Norwegian-owned Front Altair, on Thursday, but Tehran has denied the allegations.

      The ship’s crew saw an Iranian military ship in the vicinity on Thursday night Japan time, Katada said.

      Katada said he did not believe Kokuka Courageous was targetted because it was owned by a Japanese firm. The tanker is registered in Panama and was flying a Panamanian flag, he said.

      “Unless very carefully examined, it would be hard to tell the tanker was operated or owned by Japanese,” he said. (...)


  • Deux pétroliers attaqués dans le Golfe, Washington accuse Téhéran
    https://www.mediapart.fr/journal/international/140619/deux-petroliers-attaques-dans-le-golfe-washington-accuse-teheran

    Un tanker norvégien est en feu et l’autre, japonais, a été visé au moment même où le premier ministre nippon était en #Iran pour essayer de désamorcer la tension entre Washington et Téhéran. Le secrétaire d’État Mike Pompeo accuse l’Iran. Le marché pétrolier a aussitôt réagi.

    #PROCHE-ORIENT


  • Remembering refuge. Between Sanctuary and Solidarity

    Remembering Refuge: Between Sanctuary and Solidarity is an oral history archive highlighting the stories of people from Haiti, El Salvador, and Guatemala, who crossed the Canada-US border to seek refuge.

    The borders between #Detroit and #Ontario, #New_York and #Quebec sit on the lands of the #Mwami, the #Potawatomi, the #Anishnabek, the #Peoria, the #Haudnesonee, the #Huron-Wendat, the #Mohawk, the St. Lawrence #Iroquois, and the #Abenaki.

    You are hearing a conversation between elders Ateronhiata:kon (Francis Boots) and Kanasaraken (Loran Thompson) of the Kahniakehaka (Mohawk) Nation in Akwesasne. They are sharing stories about the Canada-US border that crosses through their territories.

    https://www.rememberingrefuge.com
    #Canada #frontières #mémoire #USA #migrations #réfugiés #histoire_orale #audio #peuples_autochtones #Québec
    ping @reka


  • Condamnés à mort | Making-of
    https://making-of.afp.com/condamnes-mort

    Alors, ils étaient les hommes du « califat ». Certains, membres de la très redoutée « police islamique », avaient pouvoir de vie ou de mort ou presque sur les habitants des environs —jusqu’à sept millions d’Irakiens et de Syriens au plus fort de l’occupation jihadiste.

    Ils maniaient l’anathème à tout-va, incitaient d’autres Français à les rejoindre sur un territoire où l’on décapitait, pendait ou lapidait en place publique. Ils vantaient les mérites d’un Etat où une haleine aux relents d’alcool ou des doigts jaunis par la cigarette pouvaient valoir jusqu’à 80 coups de fouet.

    Certains sont apparus sur des images ou ont aidé au montage de vidéo qui, mêlant rap et anasheed, ces chants religieux musulmans, promettaient la mort à tous.

    Dans l’une d’elles, diffusées par le tribunal au procès de Yassine Sakkam, une voix chante : « C’est la guerre pour l’éternité », menaçant de s’en prendre à tous, « de Bouddha à la Trinité » sur des images des statues monumentales des Bouddhas de Bamiyan détruites par les talibans ou du pape. « Les juifs auront ce qu’ils méritent », poursuit le chanteur sur des images de l’Américain Donald Trump serrant la main de l’Israélien Benjamin Netanyahu.

    #syrie #irak #ei #afp #Sarah_Benhaida


  • Un #barrage suisse sème le chaos en #Birmanie

    L’#Upper_Yeywa, un ouvrage hydroélectrique construit par le bureau d’ingénierie vaudois #Stucky, va noyer un village dont les habitants n’ont nulle part où aller. Il favorise aussi les exactions par l’armée. Reportage.

    Le village de #Ta_Long apparaît au détour de la route en gravier qui serpente au milieu des champs de maïs et des collines de terre rouge, donnant à ce paysage un air de Toscane des tropiques. Ses petites demeures en bambou sont encaissées au fond d’un vallon. Les villageois nous attendent dans la maison en bois sur pilotis qui leur sert de monastère bouddhiste et de salle communale. Nous sommes en terre #Shan, une ethnie minoritaire qui domine cette région montagneuse dans le nord-est de la Birmanie.

    « Je préférerais mourir que de partir, lance en guise de préambule Pu Kyung Num, un vieil homme aux bras recouverts de tatouages à l’encre bleue. Je suis né ici et nos ancêtres occupent ces terres depuis plus d’un millénaire. » Mais Ta Long ne sera bientôt plus.

    Un barrage hydroélectrique appelé Upper Yeywa est en cours de construction par un consortium comprenant des groupes chinois et le bureau d’ingénierie vaudois Stucky à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest, sur la rivière #Namtu. Lors de sa mise en service, prévue pour 2021, toutes les terres situées à moins de 395 mètres d’altitude seront inondées. Ta Long, qui se trouve à 380 mètres, sera entièrement recouvert par un réservoir d’une soixantaine de kilomètres.

    « La construction du barrage a débuté en 2008 mais personne ne nous a rien dit jusqu’en 2014, s’emporte Nang Lao Kham, une dame vêtue d’un longyi, la pièce d’étoffe portée à la taille, à carreaux rose et bleu. Nous n’avons pas été consultés, ni même informés de son existence. » Ce n’est que six ans après le début des travaux que les villageois ont été convoqués dans la ville voisine de #Kyaukme par le Ministère de l’électricité. On leur apprend alors qu’ils devront bientôt partir.

    Pas de #titres_de_propriété

    En Birmanie, toutes les #terres pour lesquelles il n’existe pas de titres de propriété – ainsi que les ressources naturelles qu’elles abritent – appartiennent au gouvernement central. Dans les campagnes birmanes, où la propriété est communautaire, personne ne possède ces documents. « Nous ne quitterons jamais notre village, assure Nang Lao Kham, en mâchouillant une graine de tournesol. Nous sommes de simples paysans sans éducation. Nous ne savons rien faire d’autre que cultiver nos terres. »

    Le gouvernement ne leur a pas proposé d’alternative viable. « Une brochure d’information publiée il y a quelques années parlait de les reloger à trois kilomètres du village actuel, mais ce site est déjà occupé par d’autres paysans », détaille Thum Ai, du Shan Farmer’s Network, une ONG locale. Le montant de la compensation n’a jamais été articulé. Ailleurs dans le pays, les paysans chassés de leurs terres pour faire de la place à un projet d’infrastructure ont reçu entre six et douze mois de salaire. Certains rien du tout.

    Ta Long compte 653 habitants et 315 hectares de terres arables. Pour atteindre leurs vergers, situés le long de la rivière Namtu, les villageois empruntent de longues pirogues en bois. « La terre est extrêmement fertile ici, grâce aux sédiments apportés par le fleuve », glisse Kham Lao en plaçant des oranges et des pomélos dans un panier en osier.

    Les #agrumes de Ta Long sont connus loin à la ronde. « Mes fruits me rapportent 10 800 dollars par an », raconte-t-elle. Bien au-delà des maigres 3000 dollars amassés par les cultivateurs de riz des plaines centrales. « Depuis que j’ai appris l’existence du barrage, je ne dors plus la nuit, poursuit cette femme de 30 ans qui est enceinte de son troisième enfant. Comment vais-je subvenir aux besoins de mes parents et payer l’éducation de mes enfants sans mes #vergers ? »

    Cinq barrages de la puissance de la Grande Dixence

    La rivière Namtu puise ses origines dans les #montagnes du nord de l’Etat de Shan avant de rejoindre le fleuve Irrawaddy et de se jeter dans la baie du Bengale. Outre l’Upper Yeywa, trois autres barrages sont prévus sur ce cours d’eau. Un autre, le Yeywa a été inauguré en 2010. Ces cinq barrages auront une capacité de près de 2000 mégawatts, l’équivalent de la Grande Dixence.

    Ce projet s’inscrit dans le cadre d’un plan qui a pour but de construire 50 barrages sur l’ensemble du territoire birman à l’horizon 2035. Cela fera passer les capacités hydroélectriques du pays de 3298 à 45 412 mégawatts, selon un rapport de l’International Finance Corporation. Les besoins sont immenses : seulement 40% de la population est connectée au réseau électrique.

    L’Etat y voit aussi une source de revenus. « Une bonne partie de l’électricité produite par ces barrages est destinée à être exportée vers les pays voisins, en premier lieu la #Chine et la #Thaïlande, note Mark Farmaner, le fondateur de Burma Campaign UK. Les populations locales n’en bénéficieront que très peu. » Près de 90% des 6000 mégawatts générés par le projet Myitsone dans l’Etat voisin du Kachin, suspendu depuis 2011 en raison de l’opposition de la population, iront à la province chinoise du Yunnan.

    Les plans de la Chine

    L’Upper Yeywa connaîtra sans doute un sort similaire. « Le barrage est relativement proche de la frontière chinoise, note Charm Tong, de la Shan Human Rights Foundation. Y exporter son électricité représenterait un débouché naturel. » L’Etat de Shan se trouve en effet sur le tracé du corridor économique que Pékin cherche à bâtir à travers la Birmanie, entre le Yunnan et la baie du Bengale, dans le cadre de son projet « #Belt_&_Road ».

    Le barrage Upper Yeywa y est affilié. Il compte deux entreprises chinoises parmi ses constructeurs, #Yunnan_Machinery Import & Export et #Zhejiang_Orient_Engineering. Le suisse Stucky œuvre à leurs côtés. Fondé en 1926 par l’ingénieur Alfred Stucky, ce bureau installé à Renens est spécialisé dans la conception de barrages.

    Il a notamment contribué à l’ouvrage turc #Deriner, l’un des plus élevés du monde. Il a aussi pris part à des projets en #Angola, en #Iran, en #Arabie_saoudite et en #République_démocratique_du_Congo. Depuis 2013, il appartient au groupe bâlois #Gruner.

    Le chantier du barrage, désormais à moitié achevé, occupe les berges escarpées de la rivière. Elles ont été drapées d’une coque de béton afin d’éviter les éboulements. De loin, on dirait que la #montagne a été grossièrement taillée à la hache. L’ouvrage, qui fera entre 97 et 102 mètres, aura une capacité de 320 mégawatts.

    Son #coût n’a pas été rendu public. « Mais rien que ces deux dernières années, le gouvernement lui a alloué 7,4 milliards de kyats (5 millions de francs) », indique Htun Nyan, un parlementaire local affilié au NLD, le parti au pouvoir de l’ancienne Prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi. Une partie de ces fonds proviennent d’un prêt chinois octroyé par #Exim_Bank, un établissement qui finance la plupart des projets liés à « Belt & Road ».

    Zone de conflit

    Pour atteindre le hameau de #Nawng_Kwang, à une vingtaine de kilomètres au nord du barrage, il faut emprunter un chemin de terre cabossé qui traverse une forêt de teck. Cinq hommes portant des kalachnikovs barrent soudain la route. Cette région se trouve au cœur d’une zone de #conflit entre #milices ethniques.

    Les combats opposent le #Restoration_Council_of_Shan_State (#RCSS), affilié à l’#armée depuis la conclusion d’un cessez-le-feu, et le #Shan_State_Progress_Party (#SSPP), proche de Pékin. Nos hommes font partie du RCSS. Ils fouillent la voiture, puis nous laissent passer.

    Nam Kham Sar, une jeune femme de 27 ans aux joues recouvertes de thanaka, une pâte jaune que les Birmans portent pour se protéger du soleil, nous attend à Nawng Kwang. Elle a perdu son mari Ar Kyit en mai 2016. « Il a été blessé au cou par des miliciens alors qu’il ramenait ses buffles », relate-t-elle. Son frère et son cousin sont venus le chercher, mais les trois hommes ont été interceptés par des soldats de l’armée régulière.

    « Ils ont dû porter l’eau et les sacs à dos des militaires durant plusieurs jours, relate-t-elle. Puis, ils ont été interrogés et torturés à mort. » Leurs corps ont été brûlés. « Mon fils avait à peine 10 mois lorsque son papa a été tué », soupire Nam Kham Sar, une larme coulant le long de sa joue.

    Vider les campagnes ?

    La plupart des hameaux alentour subissent régulièrement ce genre d’assaut. En mai 2016, cinq hommes ont été tués par des soldats dans le village voisin de Wo Long. L’armée a aussi brûlé des maisons, pillé des vivres et bombardé des paysans depuis un hélicoptère. En août 2018, des villageois ont été battus et enfermés dans un enclos durant plusieurs jours sans vivres ; d’autres ont servi de boucliers humains aux troupes pour repérer les mines.

    Les résidents en sont convaincus : il s’agit d’opérations de #nettoyage destinées à #vider_les_campagnes pour faire de la place au barrage. « Ces décès ne sont pas des accidents, assure Tun Win, un parlementaire local. L’armée cherche à intimider les paysans. » Une trentaine de militaires sont stationnés en permanence sur une colline surplombant le barrage, afin de le protéger. En mars 2018, ils ont abattu deux hommes circulant à moto.

    Dans la population, la colère gronde. Plusieurs milliers de manifestants sont descendus dans la rue à plusieurs reprises à #Hsipaw, la ville la plus proche du barrage. Les habitants de Ta Long ont aussi écrit une lettre à la première ministre Aung San Suu Kyi, restée sans réponse. En décembre, une délégation de villageois s’est rendue à Yangon. Ils ont délivré une lettre à sept ambassades, dont celle de Suisse, pour dénoncer le barrage.

    « L’#hypocrisie de la Suisse »

    Contacté, l’ambassadeur helvétique Tim Enderlin affirme n’avoir jamais reçu la missive. « Cette affaire concerne une entreprise privée », dit-il, tout en précisant que « l’ambassade encourage les entreprises suisses en Birmanie à adopter un comportement responsable, surtout dans les zones de conflit ».

    La Shan Human Rights Foundation dénonce toutefois « l’hypocrisie de la Suisse qui soutient le #processus_de_paix en Birmanie mais dont les entreprises nouent des partenariats opportunistes avec le gouvernement pour profiter des ressources situées dans des zones de guerre ».

    La conseillère nationale socialiste Laurence Fehlmann Rielle, qui préside l’Association Suisse-Birmanie, rappelle que l’#initiative_pour_des_multinationales_responsables, sur laquelle le Conseil national se penchera jeudi prochain, « introduirait des obligations en matière de respect des droits de l’homme pour les firmes suisses ». Mardi, elle posera une question au Conseil fédéral concernant l’implication de Stucky dans le barrage Upper Yeywa.

    Contactée, l’entreprise n’a pas souhaité s’exprimer. D’autres sociétés se montrent plus prudentes quant à leur image. Fin janvier, le bureau d’ingénierie allemand #Lahmeyer, qui appartient au belge #Engie-Tractebel, a annoncé qu’il se retirait du projet et avait « rompu le contrat » le liant au groupe vaudois.

    https://www.letemps.ch/monde/un-barrage-suisse-seme-chaos-birmanie
    #Suisse #barrage_hydroélectrique #géographie_du_plein #géographie_du_vide #extractivisme
    ping @aude_v @reka


  • #Iran : le meurtre de sa femme par l’ancien maire réformateur de Téhéran secoue tout le pays
    https://www.mediapart.fr/journal/international/070619/iran-le-meurtre-de-sa-femme-par-l-ancien-maire-reformateur-de-teheran-seco

    Mohammad-Ali Najafi, l’ancien maire de Téhéran et figure de proue des réformateurs, a tué de cinq balles de revolver Mitra, sa jeune femme. Certains estiment qu’il a été victime d’un coup monté. Les ultras se saisissent de ce drame pour porter un coup fatal à leurs adversaires.

    #International


  • Le meurtre d’une « alouette » par l’ancien maire de Téhéran secoue tout l’Iran
    https://www.mediapart.fr/journal/international/070619/le-meurtre-d-une-alouette-par-l-ancien-maire-de-teheran-secoue-tout-l-iran

    Mohammad-Ali Najafi, l’ancien maire de Téhéran et figure de proue des réformateurs, a tué de cinq balles de revolver Mitra, sa jeune femme. Certains estiment qu’il a été victime d’un coup monté. Les ultras se saisissent de ce drame pour porter un coup fatal à leurs adversaires.

    #International #Iran


  • Le numéro 1, un très beau numéro de la revue
    #Nunatak , Revue d’histoires, cultures et #luttes des #montagnes...

    Sommaire :

    Une sensation d’étouffement/Aux frontières de l’Iran et de l’Irak/Pâturages et Uniformes/La Banda Baudissard/
    À ceux qui ne sont responsables de rien/Des plantes dans l’illégalité/Conga no va !/Mundatur culpa labore

    La revue est disponible en pdf en ligne (https://revuenunatak.noblogs.org/numeros), voici l’adresse URL pour télécharger le numéro 1 :
    https://revuenunatak.noblogs.org/files/2017/03/Nunatak1HiverPrintemps2017.pdf

    Je mettrai ci-dessous des mots-clés et citations des articles...



  • « Une histoire populaire de l’empire américain »

    Depuis le #génocide des #Indiens jusqu’à la #guerre en #Irak en passant par le développement d’un #capitalisme financier globalisé, les États- Unis se sont constitués au fil des siècles comme un #empire incontournable. Peu à peu, leur histoire est devenue #mythologie, mais ce livre propose le récit d’une #nation, un récit qui a réussi à changer le regard des Américains sur eux-mêmes.



    https://www.editions-delcourt.fr/serie/une-histoire-populaire-de-l-empire-americian-ned.html
    #BD #histoire #USA #Etats-Unis #histoire_populaire

    J’en parle ici aussi, à propos de la chanson #Ludlow Massacre, citée dans le livre :
    https://seenthis.net/messages/784622


  • IS fight: US-led coalition says it killed 1,300 civilians in Syria and Iraq - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-middle-east-48473979

    Depuis 2014,

    A UK-based monitoring group says the true toll is much higher, estimating up to nearly 13,000 civilian fatalities.

    [...]

    Last month, an investigation by activists concluded that more than 1,600 civilians were killed in coalition attacks on the Syrian city of Raqqa alone during a five-month campaign to oust IS in 2017.

    #Etats-unis #crimes #mensonges #fake_news #civils #victimes_civiles #Irak #Syrie


  • Der angekündigte Teilausstieg des Iran aus dem Wiener Nuklearvertra...
    https://diasp.eu/p/9135904

    Der angekündigte Teilausstieg des Iran aus dem Wiener Nuklearvertrag hatte international die Furcht vor einer atomaren Aufrüstung des Landes genährt. Nun gibt die Internationale Atomenergiebehörde erstmal Entwarnung. IAEA: Iran hält sich bisher strikt an Atomabkommen | DW | 31.05.2019 #InternationaleAtomenergiebehörde #Atomprogramm #Iran #Urananreicherung #WienerAbkommen #USA #Grenzwerte #Schwerwasser


  • La stratégie de #Lysistrata ou comment les femmes peuvent changer le monde

    L’ordre masculin repose sur la menace perpétuelle d’un anéantissement pas total mais presque. Il faut que les dominées soient persuadées de leur faiblesse, à chaque instant. Sur quoi repose l’autorité masculine ?

    Du point de vue pratique, sur des positions de pouvoir disséminées dans toute la société, sur la maîtrise matérielle des processus de production, sur le contrôle de l’outillage intellectuel et communicationnel. Les hommes tentent constamment d’empêcher les femmes de prendre position dans tous ces lieux de pouvoir. Mais cela ne suffit pas. Les femmes peuvent prendre le pouvoir, maîtriser tous les métiers, exercer leur puissance intellectuelle. Il faut donc autre chose. Cette autre chose, c’est précisément le #viol.

    https://blogs.mediapart.fr/jean-jacques-delfour/blog/040519/la-strategie-de-lysistrata-ou-comment-les-femmes-peuvent-changer-le-

    #Jean-Jacques_Delfour #féminisme #masculinité #capitalisme #patriarcat #sexisme #culture_du_viol #domination_masculine

    • Il commence mieux qu’il s’achève ce texte. La culture du viol c’est justement ce qui empêche les femmes de faire la grève du sexe et de la procréation. Lysistrata est une comédie car les masculinistes, patriarcaux et virilistes savent bien comment fini une femme qui dit non, surtout quant c’est la leure. Ca fait très peu de temps et c’est dans très peu d’endroits que les femmes peuvent avoir accès à une contraception fiable dont l’IVG. Moyen radical de faire passer les conséquences de l’hétérosexualité à néant. Les crispations sur l’IVG sont un axe centrale sur cet aspect. C’est la première fois chez les primates (que nous sommes) que les femelles ne sont plus engrossables par la première éjaculation venue (consentie ou pas). Plutôt que de culpabiliser les femmes en leur disant « yaka » faire la grève du viol et du plaisir et ne plus faire de gosses, ca serait plus judicieux de la part de ce monsieur de mettre en avant un accès à l’IVG partout, pour toutes, sans culpabilisation, sans déploration d’un prétendue grand nombre qui ne baisse pas, sans en faire un drame, mais plutot un geste militant. IVG pour toutes !
      Dans un monde dans lequel le viol existe, les femmes ne peuvent pas jouer à Lysistrata. Mais dans un monde dans lequel l’IVG existe, elles peuvent se défécondées. Grâce à l’IVG l’équilibre des forces est soudain renversé.
      #ivg

    • Grâce aux violeurs qui violent un quart des femmes et terrorisent les trois autres quarts, chaque homme, là où il est, sans faire d’effort, tire profit de la peur générée par la présence sociale, diffuse, flottante, plus ou moins accentuée, des violeurs. Rien n’arrête cette complicité latente, objective, entre les violeurs et les autres.

      C’est déjà moyen, de parler des violeurs et des autres. On a l’impression que les violeurs sont dans les allées sombres et les hommes « normaux » dans leurs maisons à attendre : c’est pas que chaque homme dire des bénéfices, c’est que chaque homme peut violer. Il suffit d’un regrettable manque d’empathie. Je ne sais pas ce qu’en pensent @rastapopoulos, @reka ou @sandburg mais j’imagine qu’ils n’ont pas l’impression d’être à l’abri à se donner des médailles. Et je reposte ça : un mec super pro-féministe, qui publie des textes impeccables et partage les tâches à la maison pendant vingt ans, peut devenir une merde (peut-être de manière très ciblée, ça tombe sur une personne mais ensuite, comme un vrai mec, il est incapable de demander pardon) suite à un divorce mal digéré.

      https://archive.org/details/Profministe_201811

      Bref...

      Si les femmes

      Il suffirait d’ailleurs

      elles disposent d’un outil radical

      Mais que font-elles alors, le cul sur leur chaise et les doigts dans le fion ?

      Imaginons que chaque femme, en même temps que toutes les autres, fasse

      Mais oui, c’est ça ! Et on pourrait faire pareil contre le capitalisme ! Imaginons que tou·tes les femmes et les hommes de ce pays se soulèvent et hop, plus d’État, plus de capitalisme ! Comment, ça avait l’air encore crédible quand j’expliquais ce que les meufs devaient faire mais j’ai maintenant l’air d’un imbécile en dégenrant mes bons conseils ?

      Une autre solution, plus radicale mais plus économique, consisterait à

      Quand les femmes auront commencé d’organiser collectivement

      Et puis si les mecs ont pratiqué le féminicide avec les sorcières, ping à @mona qui est citée ici, pourquoi pas le contraire ? Ben ouais, ça se passe plutôt bien, quand les femmes tuent leurs nouveaux-nés parce qu’elles n’ont pas trouvé comment s’en débarrasser ! On voit bien que c’est pas un truc sensible, quand les femmes tuent (nouveau-né, conjoint Sauvage, etc.), que la société (des hommes) est prête à accepter que c’est pour son bien. Non, vous avez l’impression que je suis perché dans mon bureau, le cerveau en ébullition entouré de mes livres de philosophie ?

      #yakafokon

      Justement, hier chez ma dentiste j’ai lu l’édito d’Elle par Olivia de Lamberterie et, déjà, elle rendait à Cléopâtre ce qui appartient à Cléopâtre (j’étais avec Éliane Viennot lundi soir ! si on fait abstraction du fait que Cléopâtre n’a pas battu monnaie pour la Palestine, on peut féminiser aussi ça).

      https://continentaltelegraph.com/gender/lysistrata-wont-work-today-alyssa-milanos-call-for-sex-strike-

      The actor (sic !) Alyssa Milano ignited a social media storm with a call for women to join her in a sex strike

      Merci Jean-Jacques pour l’invisibilisation !

      Et donc Mme de Lamberterie disait que c’est infantiliser les hommes et considérer le sexe comme une marchandise. Et que vraiment, pour gagner la bataille, il fallait mettre les hommes de notre côté ! #irénisme Merci Olivia, ça donne envie de lire le reste !

      Il est nouille, ce Jean-Claude (ou Jean-Pierre), à refuser de comprendre la notion de #contrainte. C’est un peu la pierre d’achoppement des théories libérales d’ailleurs. Tiens, on pourrait gagner le rapport de forces en faisant un truc qu’on n’aura jamais le droit de faire, everybody can do it ! Tu le dis bien, @mad_meg : la classe des hommes sait punir assez efficacement la moindre rébellion pour qu’on puisse comprendre la captivité des femmes et ne pas la leur reprocher.

      D’ailleurs, lundi Éliane Viennot était accompagnée d’une jeune comédienne misandre très drôle, à la langue très bien pendue, qui m’a fait penser à nos échanges sur les femmes et la parole en public. Elle était extraordinaire, sans bagout pénible, juste une aisance...
      http://typhaine-d.com. Et les deux disaient que si la question de la féminisation de la langue était aussi tendue, c’est bien parce qu’elle s’inscrivait dans cette guerre que les hommes en tant que classe mènent contre les femmes. Je crois qu’elles oubliaient que les Français·es s’écharpent aussi sur plateforme ou plate-forme et que c’est la langue en général qui est surinvestie mais c’était très convainquant. Et Viennot a très bien montré le projet politique de masculinisation de la langue.

    • Merci @mad_meg et @aude_v pour vos retours, c’est aussi un peu pour ça que je postais cet article sur Seenthis :)

      C’est effectivement la 1ère partie du texte qui m’a interpelée et surtout, la notion de rapport de force, même involontaire et inconscient, que nous avons en notre faveur. Même si certain.es le savent bien, c’est bien parce qu’il est involontaire et inconscient, qu’il est important de le rendre visible.

      Pour la 2nde partie, je partage votre avis même si je ne m’en étais pas vraiment rendu compte à la 1ère lecture.

      Il est tjs difficile de passer du soutien à la production d’actes et de contenus car, comme le dit Victoire Tuaillon (podcast Les couilles sur la table), « c’est très difficile quand on est dans une position de dominant de penser la domination » (https://www.neonmag.fr/vivons-nous-la-fin-de-la-virilite-514116.html). On a bien besoin d’aide là dessus...

      Il serait intéressant de faire retour à Jean-jacques Delfour, je vais essayer de lui envoyer le lien de cette discussion...


  • Guerre à l’Iran : la solitude de Trump
    https://www.mediapart.fr/journal/international/290519/guerre-l-iran-la-solitude-de-trump

    Pour briser le régime iranien dont les ambitions régionales sont jugées dangereuses par ses voisins, alliés des États-Unis, le président américain menace Téhéran de sanctions renforcées et d’une intervention militaire. Mais nombre de pays, estimant cette attitude irresponsable, ou redoutant comme Israël un embrasement du Proche-Orient, l’appellent à la retenue.

    #Etats-Unis #Iran,_Netanyahou,_guerre,_Rohani,_trump


  • As tensions rise, moneyed interests pushing for hard line against Iran
    https://www.opensecrets.org/news/2019/05/interests-pushing-for-hard-line-against-iran

    Dozens of government officials, from Congress to the White House, have received financial support from an expansive network of interest groups, political action committees, foreign lobbyists and wealthy donors pushing for the hardest line possible against Iran.

    #Etats-Unis #sionistes #MEK #lobbying #guerre #Iran


  • Iran building new crossing on Syria border that would let it smuggle weapons, oil, experts say | Fox News
    https://www.foxnews.com/world/iran-border-crossing-syria-smuggle-weapons-oil-experts

    La contribution de Fox à l’effort de guerre US contre l’Iran....

    The images, obtained exclusively by Fox News and captured earlier this week, show a new construction in the Albukamal Al-Qaim crossing.
    A new construction in the Albukamal Al-Qaim crossing was seen via satellite.
    The area is under the control of Pro-Iranian Shiite militias. Last summer, Iran increased its presence in the area.

    According to analysts for ISI, which captures satellite data, the existing border crossing is still closed and destroyed, and the Iranians have put a lot of effort and resources into building the new one.
    Iran has put significant effort into building the new crossing, analysts said.

    Photos obtained by Fox News showed an Iraqi army base near the deserted post.
    The existing border crossing remained closed, analysts said.

    The border crossing would enable Iran to maintain land access in Syria, Beirut and the Mediterranean Sea. Regional and western sources said the Iranians are planning to use this new route for smuggling operations, including trafficking weapons and oil, to avoid the looming U.S. sanctions. Without Syrian or Iraqi supervision, Iran and its allies would have an unprecedented advantage in transferring whatever they wish, experts say.
    An Iraqi army base seen near the deserted crossing.

    This development sheds new light on the rising tensions between the U.S. and Iran, which escalated after President Trump canceled the temporary waivers permitting countries, including Iraq, Turkey, Japan and China, to purchase Iranian oil without violating U.S. sanctions.

    #iran #puissance_du_mal


  • Iraq caught in the middle of US-Iran face-off
    https://www.france24.com/en/20190521-iraq-caught-middle-us-iran-face-off

    “The US foreign policy and security establishment knows full well that attacking #Iran would make the Afghanistan, Iraq, Libya wars look like walks in the park,” Bitar said.

    “So besides some messages that could be sent on the Iraqi arena, unless utter madness prevails, a large, open, direct war is still unlikely.”

    #promenade_de_santé


  • Trump ne veut pas d’une guerre avec l’#Iran
    https://www.courrierinternational.com/article/etats-unis-trump-ne-veut-pas-dune-guerre-avec-liran

    Le secrétaire d’État Mike Pompeo – l’un des partisans de la fermeté face à Téhéran – aurait pris contact avec le sultanat d’Oman, qui “a joué longtemps un rôle d’intermédiaire entre l’Occident et l’Iran”, et demandé l’aide de responsables européens pour faire baisser la température.


  • China Restarts Purchases of Iranian Oil, Bucking Trump’s Sanctions — Bourse & Bazaar
    https://www.bourseandbazaar.com/articles/2019/5/17/china-restarts-purchases-of-iranian-oil-bucking-trumps-sanctions

    PACIFIC BRAVO is currently reporting its destination as Indonesia, but the tanker was recently acquired by Bank of Kunlun, a financial institution that is owned by the Chinese state oil company CNPC. TankerTrackers.com believes China is the ultimate destination for the oil on board.

    PACIFIC BRAVO is the first major tanker to load Iranian crude after the Trump administration revoked waivers permitting the purchases by eight of Iran’s oil customers. The revocation of the waivers, which sent shockwaves through the global oil market, was a major escalation of Trump’s “maximum pressure” campaign on Iran.

    The purchase of Iranian oil in the absence of a waiver exposes the companies involved in the transaction—including the tanker operator, refinery customer, and bank—to possible designation by the U.S. Treasury Department, threatening the links these companies may maintain with the U.S. financial system.

    Bank of Kunlun has long been the financial institution at heart of China-Iran bilateral trade—a role for which the company was sanctioned during the Obama administration. Despite already being designated, Bank of Kunlun ceased its Iran-related activities in early May when the oil waivers were revoked. PACIFIC BRAVO’s moves point to a change in policy.

    China-Iran trade slowed dramatically after the reimposition of U.S. secondary sanctions in November, suggesting the Chinese government had chosen to subordinate its economic relations with Iran to the much more important issue of its ongoing trade negotiations with the United States. But these negotiations have since broken down. This week, President Trump announced plans to impose tariffs on a further $300 billion in Chinese imports in addition to punitive measures against Chinese telecommunications giant Huawei, which has been targeted in part for its alleged violations of Iran sanctions.

    #iran #chine #pétrole #sanctions


  • MEE : le vrai message de Pompeo à Téhéran envoyé via Bagdad : Trump veut un accord de son nom – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/1365905

    Selon le site d’informations américain Middle East Eye, le secrétaire d’état américain Mike Pompeo a envoyé un message de Donald Trump à Téhéran, via le médiateur irakien, qui n’a rien à voir avec le climat médiatique qui fait état de menaces de guerre américaine contre l’Iran.

    Ceci a eu lieu lors de sa dernière visite à Bagdad, le 8 mai dernier, lorsqu’il a rencontré le Premier ministre Adel Abdel Mahdi.

    Selon MEE, citant des sources irakiennes informées, ce dernier a été surpris par la proposition de Pompeo. Alors qu’il s’attendait à ce qu’il se lance dans une diatribe contre l’Iran, d’autant que les informations rendaient compte de l’envoi d’un porte-avion et des bombardiers américains dans la région, il a écouté de sa part un discours diamétralement différent.

    Ainsi, Pompeo a demandé à Abdel Mahdi de transmettre un message à Téhéran lui faisant part que les USA ne sont pas enthousiasmes pour faire la guerre et que tout ce que Donald Trump voudrait faire est de conclure un nouvel accord nucléaire qui serait baptisé de son nom.

    La réponse d’Abdel Mahdi a été de lui dire que les Iraniens sont très fiers d’eux-mêmes pour qu’ils puissent admettre une nouvelle discussion sur l’accord nucléaire, mais qu’ils pourraient peut-être accepter de lui rajouter un protocole.
    Selon les sources du MEE, la proposition semble avoir plu à Pompeo qui l’a qualifiée de « bonne idée ».

    Le ton de Pompeo a été positif et il n’a pas menacé l’Iran. Le lendemain, Abdel Mahdi a envoyé un émissaire à Téhéran pour informer les responsables iraniens de la proposition », ont conclu ces sources.

    Pas si improbable que cela en a l’air à mon avis... #iran


  • For Iranians, the War Has Already Begun – LobeLog
    https://lobelog.com/for-iranians-the-war-has-already-begun

    #Iran is only marginally reflected in the U.S. news, which means the American public does not hear voices that express the human suffering caused by the U.S. government far beyond its borders. The murder and dismemberment of Jamal Khashoggi by Saudi Arabia, Trump’s best ally in the region, is a rare instance of attention given to the nature of America’s allies and Iran’s opponents in the Middle East. Pro-democracy Iranians worldwide are experiencing a political trauma. They feel alienated from both internal and world politics. They are unable to communicate the debilitating pain of, on the one hand, expecting a military attack by the United States and on the other, the worsening of the political landscape in their home country.

    [...]

    Living a double life between the United States and Iran, I struggle daily with moments of despair and alienation: I am simply unable to communicate my concerns with the most caring colleagues at work and at school. U.S. civil society is so devoid of a voice representing my position that I struggle to find a way to verbalize my sense of panic, frustration, and despair. These fused feelings emerge because the wall between me and the rest of the society does not allow them to see the impact of the U.S. government’s decisions in lives lived far from them, but so close to my heart.

    #etats-unis #guerre


  • أربع جِهات من المُحتمل أن تكون خلف الهُجوم على ناقِلات النّفط في الفُجيرة الإماراتيّة.. من هِي؟ ولماذا لم يَصدُر حتّى الآن أيّ رد فِعل أمريكيّ؟ ومن الكاسِب ومن الخاسِر من وراء هذا الهُجوم حتّى الآن؟ | رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d8%a7%d8%b1%d8%a8%d8%b9-%d8%ac%d9%87%d8%a7%d8%aa-%d9%85%d9%86-%d8%a7%d9%

    Abdel-Bari Atwan, qui continue à penser « que les possibilités d’une guerre sont plus fortes ques celle de la paix »... Pour lui, 4 acteurs possibles des « sabotages » au port de Fujeirah. 1) Les Houthis du Yémen mais pourquoi auraient-ils annoncé qu’ils quittaient le port de Hodeida au même moment ? 2) Des hommes-grenouilles iraniens, justement en manoeuvres pas bien loin, mais pourquoi donner ce prétexte aux USA ? 3) un groupe terroriste genre al-Qaïda 4) une tierce partie qui cherche à faire porter le chapeau à l’Iran, et làà on pense à Israël...

    أوّلًا: أن تكون حركة “أنصار الله” الحوثيّة التي تخوض حربًا شرسةً ضد التدخّل العسكريّ السعوديّ والإماراتيّ في اليمن، هي التي نفّذت هذا الهُجوم، خاصّةً أنّها هدّدت أكثر من مرّةٍ بقصف مُدن إماراتيّة بصواريخ باليستيّة مِثل أبو ظبي ودبي، وهاجمت سُفنًا إماراتيّةً وسعوديّةً في باب المندب قصفًا أو بزوارق انتحاريّة سريعة، وهُناك من يُجادل بأنّها لو كانت خلف الهُجوم لما سحبت قوّاتها من ميناء الحديدة.
    ثانيًا: أن تكون وحدة من الضّفادع البشريّة الإيرانيّة تابعة للحرس الثوري هي التي نفّذت هذا الهُجوم خاصّةً أنّها تعرف المِنطقة جيّدًا، وأجرَت وحدات من الحرس مُناورات في مِنطقة كيش المُواجِهة لمضيق هرمز قبل بضعة أيّام، واتّخذتها قاعدةً لها، ولكن هذا الاحتمال شِبه مُستبعد لأنّ إيران لا يُمكن أن تُقدم على هذه الخُطوة لأنّها ستُوفّر الذّريعة للرئيس دونالد ترامب ومُستشاره للأمن القومي جون بولتون لشن عُدوان عليها.
    ثالثًا: أن تكون “مجموعة إرهابيّة” هي التي نفّذت هذا الهُجوم على غِرار الهُجوم على الفرقاطة العسكريّة الأمريكيّة في ميناء عدن، فتنظيم “القاعدة” الذي يعيش “صحوة” حاليًّا ربّما يكون من بين المُنفّذين، خاصّةً أنّه يتواجد حاليًّا بكثافةٍ في مناطق حضرموت وإبين اليمنيتين غير البعيدتين.
    رابِعًا: أن يكون المُنفّذ طرف ثالث يُريد إشعال فتيل الحرب في مِنطقة الخليج، وإلصاق التّهمة بإيران لتحريض الحُشود الأمريكيّة المُتزايدة بحريًّا وجويًّا على ردٍّ انتقاميّ، ومن غير المُستبعد أن يكون هذا الطّرف داخليّ أو خارجيّ، وتُشير أصابع الاتّهام إلى الموساد الإسرائيلي الذي ينشط في المِنطقة، وربّما يُفيد التّذكير بالخليّة الإسرائيليّة التي اغتالت القائد الحمساوي محمود المبحوح في دبي عام 2010، أيّ أنّ الموساد يعرف المِنطقة جيّدًا، وله تواجد قويّ فيها.

    #iran #golfe #ramadan_torride

    • Ben, vu « l’ampleur » des dégâts obtenus, et ce, pour QUATRE attaques distinctes, on peut légitimement se poser des questions sur le professionnalisme des opérateurs ou sur la réelle volonté de nuire des ill wishings persons !

      Quant aux «  explosions entendues dans le port  », il fallait avoir une excellente oreille, puisque le Al Marzoqah était à environ 10 km en mer et que l’explosion de l’éventuelle missile a tout juste éraflé la peinture de la coque.

      On peut aussi se dire que les relais prévus pour faire monter la mayonnaise médiatique («  Sauvage attaque de quatre pétroliers à l’ancre dans le détroit d’Ormuz  ») n’ont pas enclenché. Ou encore que l’affaire est venue un poil trop tôt, par rapport à la planification de la «  riposte  » montée en réponse à cette «  ignoble attaque  ».


  • Parched Sa Pa tells farmers to suspend paddy cultivation

    To cope with a crippling water scarcity, the Sa Pa administration has instructed paddy farmers to stop irrigating their fields.

    Authorities in the resort town in the northern mountain province of #Lao_Cai have spoken with the 25 local farming families.

    One of the country’s most popular tourist destinations, the town has been suffering from a severe water shortage this month due to abnormally low rainfall.

    The available water can only serve a third of the 61,000 people in Sa Pa, Pham Hong Quang, CEO of the Lao Cai Water Supply Joint Stock Company, said.

    Sa Pa’s sole waterworks normally supplies 6,000 cubic meters a day with water drawn from five sources, but four of them are now dry.

    From the last remaining source, Suoi Ho 2, a stream and lake which yield 4,000 cubic meters a day, the town was able to use only half the water since rice farmers have been using the other half.

    “A water shortage this time of the year is a common story, but the situation is much more serious this year and it is likely to last longer than usual,” Quang said.

    Sa Pa has not received decent rains so far this year while tourists have come flocking, leading to higher demand for water, he added.

    Le Tan Phong, the town chairman, said authorities have negotiated to take the entire supply from Suoi Ho 2 for household use.

    “The 25 farming families will stop growing paddy and will be compensated later.”

    But officials have not clarified for how long the farmers need to stop work and how much compensation they will be paid.

    With water being saved from the rice fields, there will be enough to meet the demand of local people and businesses during the coming holidays, Phong said.

    Vietnam has a five-day holiday starting Saturday for Reunification Day, April 30, and Labor Day, May 1.

    Since early this month locals have had to buy water for daily use at the cost of VND300,000-500,000 ($13-22) per cubic meter.

    Hospitality businesses have been hit hardest.

    Pham Quoc Tuan, owner of a hotel in Sa Pa, said he has to spend VND1.5 million ($65) every day to buy water and has refused many bookings for the holidays because of the water shortage.

    “The cost of buying water has been rising but we have no choice because we have to maintain the prestige of our hotel. If the situation continues, we really don’t know what we will do.”

    Dinh Van Hung of another hotel near the town center told VnExpress International on Wednesday that his hotel has been buying water brought from outside the province for the last few days.

    “We had to refund two room bookings the other day due to the water shortage. We have faced this problem in previous years too, but this time it’s more severe.”

    Who’s to blame?

    Asking farmers to stop watering their fields is a temporary solution, Dao Trong Tu, director of the Center for Sustainable Development of Water Resources and Climate Change Adaptation based in Hanoi, said.

    It is Sa Pa’s tourism development plan that has caused the serious water shortage, he claimed.

    “Hotels have kept coming up in Sa Pa without any plans. A waterworks with a capacity of just 6,000 cubic meters a day cannot allow Sa Pa to serve millions of visitors a year.”

    His center is also studying the effects of hydropower plants built in the area on Sa Pa’s water supply, he said.

    “We cannot conclude anything yet, but we assume hydropower plants and the disappearance of upstream forests might affect the town’s water sources.”

    But Phong, the town chairman, disagreed with this, saying no power plant has been built on Sa Pa’s five major water sources.

    Lao Cai authorities are looking for investors to build another waterworks with a capacity of 15,000 cubic meters a day, he said, adding work is expected to start this year and finish next year.

    Sa Pa has 700 lodging facilities with almost 7,000 rooms, including hotels in its center and rental apartments on the outskirts.

    In the first three months this year it received 800,000 visitors, including 100,000 foreigners. Last year 2.5 million tourists came.

    In 2017 Prime Minister Nguyen Xuan Phuc had called for “careful development” of Sa Pa to preserve its nature and culture.

    Development must not “mess it up” and all it would take for Sa Pa to become an international tourism destination was preserving its “green forest and ethnic culture,” he had said.

    Lao Cai officials had earlier revealed plans for construction in the town by 2020, including a new administrative center, a high-end service complex, a park and an urban center to prepare to welcome four million visitors by then.

    The town, perched at 1,600 meters, or nearly one mile above sea level, is already under great threat from commercial tourism development. Large portions of the town look like a construction site, and a cable car system now runs to the top of Mount Fansipan.

    In its 2019 Global Risks Report, the World Economic Forum had listed water scarcity as one of the largest global risks over the next decade.

    https://e.vnexpress.net/news/news/parched-sa-pa-tells-farmers-to-suspend-paddy-cultivation-3914851.html
    #riz #riziculture #Sapa #Vietnam #Sa_Pa #agriculture #eau #pénurie_d'eau #irrigation #tourisme #pluie #sécheresse #déforestation #développement


  • Iran’s Oil Exports Implode As Sanctions Sting | OilPrice.com
    https://oilprice.com/Energy/Crude-Oil/Irans-Oil-Exports-Implode-As-Sanctions-Sting.html

    A [...] report from the King Abdullah Petroleum Studies and Research Center (KAPSARC) [...] concludes that “the international community, and indeed some of the waiver countries, will at best partially comply with renewed U.S. sanctions.” Not only that, but the report argues that the U.S. may have to back down a bit in the face of rising oil prices. “Our modeling also suggests that there remains a high risk of U.S. capitulation in the face of international pressure to extend or reissue waivers, or to replace them with some equivalent mechanism.” Much depends on whether or not Saudi Arabia rides to the rescue and adds supply in order to offset outages in Iran.

    #Iran #etats-unis #pétrole