• Opinion | Zeynep Tufekci: I Was Wrong About the Power of Protest - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/07/21/opinion/zeynep-tufekci-protests.html

    As I studied many of these movements, I noticed more common patterns. The quickly sprung large movements often floundered for direction once the inevitable pushback came. They didn’t have the tools to navigate the treacherous next phase of politics, because they hadn’t needed to build them to get there.

    In the past, a truly big march was the culmination of long-term organizing, an exclamation mark at the end of a sentence, indicating prior planning and strength. Large numbers of people had gotten together and worked for a long time, coordinating, preparing — and getting to know one another and making decisions. So they didn’t just manage to hold a protest; lacking easier ways to organize, they ended up having to build organizational capacity, which then helped navigate what came after.

    But since the early 2000s, a big protest has started to feel more like a sentence that begins with a question mark. Newspapers still remark on their size — and many of them are very large — but I’m less impressed now by mere size: The global Occupy demonstrations, the Arab Spring protests and the Women’s March in 2017 all could lay claim to being larger than any previous protest. Maybe they would go on to build more sustained power, but maybe not.

    So I concluded that although today’s big protests look the same as those in the past, the different mechanisms that produce them — in particular, the internet and lately, especially, social media — help determine whether governments or other authorities will see them as a genuine threat or just something that can be dismissed like a focus group.

    This doesn’t mean I’ve come to think that protests are pointless or that big marches don’t mean anything. They do. I still think demonstrations, marches and other forms of mass mobilization matter; they build solidarity, change lives and highlight dissent. It’s just that they have different trajectories and dynamics now.

    Being an academic, I wrote a book about all this, but there was a personal lesson for me as well.

    My optimism about the power of our protest had been colored by my inability to recognize that the rules of the game had changed with the changing environment. I really, really wanted our demonstrations — against the invasion of Iraq, against deepening inequality, against the authoritarians in the Middle East, in support of human rights and environmentalism — to achieve more of their goals. I was among people who had the same strong desire for these protests to work and believed they would if they were big enough.

    In 2003, during those protests against the impending invasion of Iraq, the other protesters and I were alarmed by the groupthink we observed among politicians and the media about why and how the war was necessary. The evidence they proffered seemed so obviously flimsy, their scenarios for how this would play out so divorced from a realistic understanding of the situation.

    But we had our own version of wishful thinking coloring our judgment, too. Obviously, ours wasn’t on a similar level of culpability — failing to stop a catastrophe despite trying hard, compared with starting one based on faulty, flimsy evidence — but it offered a lesson. Being on the right side of history doesn’t insulate one from weak analyses or the temptation to conflate what we collectively hoped to be true with an examination of how things really were.

    #Zeynep_Tufekci #Manifestations #Médias_sociaux

  • Métier : styliste de livres pour célébrités et autres influenceurs
    https://actualitte.com/article/105856/insolite/metier-styliste-de-livres-pour-celebrites-et-autres-influenceurs

    Quand les grands couturiers ne les placent pas au centre de leurs défilés, les figures d’Instagram ou de TikTok en font des accessoires de choix : il s’agit bien sûr des livres. Mais pas n’importe lesquels. Le New York Times fait état de l’existence d’un mystérieux — ou d’une mystérieuse — styliste de livres, chargé de sélectionner les ouvrages avec lesquels il sera bon de s’exhiber...

    Publié le :

    03/05/2022 à 15:35

    Antoine Oury

    Devant les objectifs des paparazzis ou celui, plus maitrisé, de son propre smartphone, les célébrités et autres influenceurs des réseaux sociaux ont fait du livre un accessoire furieusement tendance. Régulièrement, un titre mis en avant par untel ou unetelle gagne en quelques jours des millions de lecteurs, comme lorsque Kendall Jenner, en 2019, s’était affichée avec Tonight I’m Someone Else, un recueil d’essais signé Chelsea Hodson. Ce titre plutôt confidentiel avait vu ses ventes grimper en flèche.

    Les recommandations de diverses célébrités ne datent pas d’hier : quand Marylin Monroe s’était fait photographier en pleine lecture d’Ulysse de James Joyce, le classique réputé difficile de l’écrivain irlandais avait connu un sérieux regain d’intérêt. Et nul besoin d’axer sa communication spécifiquement sur la lecture, comme Emma Watson ou Reese Witherspoon.

    La nature ayant horreur du vide, un métier s’est toutefois créé pour conseiller au mieux les vedettes d’aujourd’hui sur leurs lectures. Pas un libraire ni un bibliothécaire, non : un styliste de livres. Nick Haramis, qui signe un article dans le New York Times sur ce mystérieux rôle, soupçonne fortement Karah Preiss, productrice et consultante, cofondatrice du réseau social de lecteurs Belletrist avec l’actrice Emma Roberts.

    « Je veux faire pour les livres ce que Kylie Jenner a fait pour les rouges à lèvres [l’influence a popularisé leur usage et créé sa propre marque, NdR] », aurait assuré Emma Roberts lors d’une conversation avec l’autrice Ariel Levy. Autrement dit, faire en sorte qu’il soit « indispensable d’en avoir un ».

    Un ou plusieurs, certes, mais les bons : Preiss, en travaillant ce segment, aurait acquis une certaine expertise pour conseiller les stars — pour peu que la styliste de livres soit bien elle. En tout cas, elle défend cette publicité : « Si vous posez la question à un auteur, je pense qu’il serait très content que Kendall ou Gigi Hadid [une mannequin, NdR] lise son livre », affirme Preiss. « Ceux qui assurent que l’image d’une influenceuse avec un livre est mauvaise pour la lecture sont stupides. Un livre ne perd pas soudainement de sa valeur parce que quelqu’un le lit. »

    Dans ce petit monde assez bourgeois et fortuné, où tout s’achète ou presque, les bibliothèques se font aussi sur mesure : Jenna Hipp et Josh Spencer se sont spécialisés dans le design de collections. Leurs clients envoient une photo d’une étagère vide dans un salon, et le couple se charge de la remplir, en respectant une certaine harmonie des formes et des couleurs. Le tout pour 500 à 200.000 $.

    À l’origine spécialisée dans la manucure, Jenna Hipp apportait sur les plateaux de shooting un petit cadeau à ses clientes réputées : de l’huile essentielle et un livre qu’elle pensait correspondre à leurs goûts. Petit à petit, elle est devenue l’influenceuse littéraire de ces influenceuses...

    #Edition #Médias_sociaux #Publicité

  • Commentaires de Zeynep Tufekci suite au discours de Barack Obama sur la régulation des médias sociaux.
    https://twitter.com/zeynep/status/1517305731355131904

    So, Barack Obama has taken up fighting disinformation. NYT notes how his administration didn’t regulate tech.

    When I started writing about it, a decade ago, the pushback I got from the Obama universe was intense, and is hinted at the below profile of me.
    https://www.nytimes.com/2020/08/23/business/media/how-zeynep-tufekci-keeps-getting-the-big-things-right.html

    There was a lovefest between the Obama universe and Silicon Valley. Suggesting that wasn’t a good thing, and we needed to regulate for privacy and for a healthy public sphere was not considered unacceptable.

    I heard of attempts to blacklist me from conferences, and more stuff.

    (I haven’t written about most of this publicly. I try to focus on the substance. Some people from that world have called to apologize. It’s fine. The issue isn’t that I was right, and got treated terribly regardless, but that we all lost).

    When that profile was written in 2020, I had just spent months arguing for masks as a tool. I got called a misinformer going against scientists etc.

    Profile notes my next big target to argue against seeming consensus is importance of ventilation and airborne transmission. lolsob

    I also spent a lot of time organizing against the war in Iraq in 2003, my first real effort to change anything in the United States. It had similar overtones: a seeming strong elite consensus, and anyone who disagreed was considered naive or misinformed, etc. etc. We failed.❞

    Sometimes, going against consensus is conflated with contrarianism. Contrarianism is juvenile, and misleads people. It’s not a good habit.

    The opposite of contrarianism isn’t accepting elite consensus or being gullible.

    Groupthink, especially when big interests are involved, is common. The job is to resist groupthink with facts, logic, work and a sense of duty to the public. History rewards that, not contrarianism.

    To get the right lessons from why we fail—be it masks or airborne transmission or failing to regulate tech when we could or Iraq war—it’s key to study how that groupthink occurred. It’s a sociological process: vested interests arguing themselves into positions that benefit them.

    Indeed, Barack Obama became president exactly because he saw how that groupthink happened in the runup to the Iraq war, sadly aided by gullible “access journalism”, and ran on a platform to not do that again.

    And yet, every age brings its own version, to challenge us once again.

    Two things.

    It’s key to understand why and how some false things seem like consensus, only to be acknowledged later they were wrong.

    We must find more ways to productively challenge these consensus-of-vested-interests at the time, so we don’t lose more time and just lose.

    So to end: being vindicated isn’t the goal, though people will often be if they resist groupthink with facts, logic and putting the public interest above all, especially above fitting in or what accolades may be available to the conformist or yaysayers.

    But having been through multiple cycles of this, I think it’s important to understand how and why things happened the way they did. It’s not about vindication or I-told-you-so (and it sounds like it, which makes it harder to talk about but it should be talked about in general).

    “History Doesn’t Repeat Itself, but It Often Rhymes”, as Mark Twain said.

    Understanding history, including recent history, is a powerful conceptual tool.

    A little bit more “how did we get here” can maybe help us avoid having to ask the question again and again and again.

    #Médias_sociaux #régulation #Zeynep_Tufekci #Barack_Obama

  • Obama Calls for More Oversight of Social Media in Speech at Stanford - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2022/04/21/technology/obama-stanford-tech-regulation.html?algo=combo_lda_channelsize5_unique_edim

    PALO ALTO, Calif. — Former President Barack Obama on Thursday called for greater regulatory oversight of the country’s social media giants, saying their power to curate the information that people consume has “turbocharged” political polarization and threatened the pillars of democracy across the globe.

    Weighing in on the debate over how to address the spread of disinformation, he said the companies needed to subject their proprietary algorithms to the same kind of regulatory oversight that ensured the safety of cars, food and other consumer products.

    “Tech companies need to be more transparent about how they operate,” Mr. Obama said in a speech at Stanford University, long an incubator for the tech sector in Silicon Valley. “So much of the conversation around disinformation is focused on what people post. The bigger issue is what content these platforms promote.”

    The former president lent his support to proposals to revise a key legal shield for internet companies: Section 230 of the Communications Decency Act, which protects social media platforms from liability for content that their users post. Supporters of a change believe it would force companies to do more to curb illegal or dangerous behavior — from drug sales to disinformation with equally harmful consequences.

    Mr. Obama, while praising the internet’s transformative benefits, urged companies to put social responsibility ahead of the relentless quest for profits.

    “These companies need to have some other North Star than just making money and increasing profit shares,” he said.

    Mr. Obama spoke at a conference organized by Stanford’s Cyber Policy Center, which is dedicated to the challenges the digital world has created for democracy in the United States and beyond. He cited his own effective use of social media as a candidate but also his frustration with how Russia’s president, Vladimir V. Putin, used social media to influence the outcome of the 2016 presidential election.

    “What does still nag at me was my failure to fully appreciate how susceptible we had become to lies and conspiracy theories, despite being a target of disinformation myself,” he said, referring to, among other things, the false debate over his U.S. birth certificate. “Putin didn’t do that. He didn’t have to. We did it to ourselves.”

    #Médias_sociaux #Barack_Obama #régulation

  • Elon Musk Is Right About Twitter | WIRED
    https://www.wired.com/story/elon-musk-right-about-twitter/?bxid=61d2146d06833d7e0c58d56a&cndid=67944061&esrc=profile-page&source=EDT_WI

    If this is really Musk’s plan, it’s terrible news. The First Amendment permits all kinds of horrible speech that most people don’t want to see in their social feeds. Allowing any legal speech would mean opening up Twitter to explicit racism, anti-Semitism, homophobia, advocacy of violence, and worse. If this isn’t really his intent, his comments are still terrible news: It means he has spent close to zero time thinking seriously about free speech before attempting to buy Twitter in the name of free speech.

    Musk is on firmer ground, however, when he calls Twitter a de facto public square. Not everyone thinks so. On my feed, at least, that claim has drawn a fair bit of mockery. Some people have pointed out that Twitter is a private company, not the government, and so can do what it wants. Others have argued that Twitter can’t be the public square because most of the public doesn’t even use it. Twitter is far smaller than other social platforms. It has only around 200 million daily active users worldwide and around 37 million in the US. Compare that to around 2 billion active users for Facebook and YouTube and more than a billion for TikTok. Nor does Twitter have the kind of quasi-governmental market power of the biggest tech giants. Meta’s current market cap is about $575 billion—a precipitous fall from last year, when it cleared $1 trillion, but still out of reach for even the world’s richest person. TikTok’s parent company has been valued at $250 billion. Next to those numbers, Twitter looks like small potatoes.

    And yet Musk is onto something. A platform’s importance to democracy isn’t purely a function of its size or even its popularity. Twitter may not be the biggest social network, but, at least in the US, it’s the most politically significant. (This is probably less true internationally. The US remains Twitter’s biggest market.) Its relatively small user base is composed disproportionately of people who influence politics and culture. It’s where journalists, politicians, academics, and other “elites” spend tons of time. It’s where they get news and workshop their takes. It is, after all, where Musk—the world’s richest person—chooses to express himself. If you want to influence public opinion, you don’t post on Facebook. You tweet.

    “Public square” may not be a perfect term for this, as the legal scholar Mary Anne Franks has written. But whatever you call it, it’s hard to deny that Twitter is the place to be if you want to be heard by people with power. This means access to Twitter has become an oddly crucial tool if you want to participate fully in democratic life—by most accounts, the reason the right to free speech is enshrined in the First Amendment.

    This is extremely unhealthy. Treating Twitter as a gauge of public opinion leads political figures to take unpopular positions favored by loud online activists, accelerating political polarization. And it warps media organizations’ baseline sense of what people believe and care about. A comment that goes viral on Twitter might have tens of thousands of retweets. That looks like a lot but is actually a tiny, nonrepresentative sample of the population. (Plus, some unknown share of those retweets probably came from bot accounts.) Even if the user base looked more like society overall, Twitter is driven by an engagement-based algorithmic feed that rewards outrage, sensationalism, and virality, all in the service of selling ads—meaning what you see there is not the product of some organic deliberative process. Those same design features hack the brains of media and political elites, as well, too often leading them to behave like assholes in public in pursuit of attention and engagement.

    But perhaps the real problem is that Twitter is so influential in the first place. Here, neither Twitter nor Musk is to blame. We journalists are. It’s the media’s fixation with Twitter that drives its political importance, because getting attention on Twitter is a shortcut to getting press attention, which all politicians—and some eccentric billionaires—covet.

    How did we get here? Over the past decade, practically everyone in media came to feel that they had to be on Twitter. It seemed essential for promoting stories and reaching audiences. Over the years, this has grown into an unhealthy addiction for some individual journalists (guilty!) and the field at large. Reporters and editors often have a green light to waste time scrolling through social media during work hours, since one never knows when something important will appear in the feed. Whole stories are based on trends observed on Twitter. A viral tweet is used as evidence of popular sentiment. Some under-resourced newsrooms lean on Twitter feeds as a cheaper, faster substitute for deeper reporting. And some of us mistake Twitter engagement for journalistic impact—even though Twitter drives far fewer readers to stories than Facebook or Google search.

    The good news is that there are some signs the profession is nearing a moment of clarity. Washington Post columnist Megan McArdle has argued that the way to fix what Twitter has done to public discourse is “for major institutions in the media and think-tank world to tell their employees to get the hell off Twitter.” Recently, New York Times executive editor Dean Baquet issued a memo to staff informing them that they are not required to have a Twitter presence and urging them to spend less time on the platform. That’s an important signal because unilaterally withdrawing from social media is not really an option for journalists lower down the totem pole.

    #Twitter #Elon_Musk #Médias #Médias_sociaux #Influence

  • Les réseaux sociaux affaiblissent les démocraties, déplore Barack Obama
    https://www.latribune.fr/economie/international/les-reseaux-sociaux-affaiblissent-les-democraties-deplore-barack-obama-915

    Il sait qu’il n’aurait pas été élu sans les réseaux sociaux, mais il a appelé jeudi à les réguler : l’ancien président américain Barack Obama a prononcé jeudi un discours où il a accusé les grandes plateformes d’avoir largement amplifié « les pires instincts de l’humanité ».

    « L’une des causes majeures de l’affaiblissement des démocraties tient au profond changement dans nos façons de communiquer et de nous informer », a-t-il déclaré devant des étudiants de Stanford, l’université au cœur de la Silicon Valley, en Californie.

    Le leader démocrate a reconnu qu’il n’aurait « peut-être pas été élu » sans des sites comme MySpace ou Facebook, et a évoqué le travail bénéfique de sensibilisation et de mobilisation réalisé par des militants dans le monde entier, via les réseaux.

    Mais il a surtout détaillé le revers du succès de Facebook ou YouTube, dont le modèle économique - la publicité ciblée à grande échelle - repose sur l’économie de l’attention. « Malheureusement, ce sont les contenus inflammatoires, polarisants qui attirent l’attention et encouragent la participation » des utilisateurs, a-t-il noté.

    Désinformation

    L’ex chef d’Etat (2009-2017) s’est aussi étendu sur le phénomène de la désinformation, et s’est reproché de ne pas avoir suffisamment réalisé « à quel point nous étions devenus réceptifs aux mensonges et aux théories du complot » avant l’élection de Donald Trump, qui lui a succédé.

    « Poutine n’a pas fait ça. Il n’a pas eu besoin. Nous nous le sommes fait à nous-mêmes », a-t-il ajouté, évoquant les campagnes de manipulation des électeurs orchestrées depuis la Russie.

    « Nous venons de voir un président en exercice nier des résultats électoraux clairs et aider à inciter une insurrection violente contre la capitale de la nation », a-t-il assené, en référence à Donald Trump, qui n’a pas reconnu la victoire de Joe Biden fin 2020, et a encouragé ses partisans avant l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, qui a fait plusieurs morts.

    « Ce doit être notre sonnette d’alarme pour réagir ».

    Barack Obama a donc appelé à une réforme des lois qui gouvernent les réseaux sociaux, pour qu’ils soient plus responsables et plus transparents, expliquant que le problème au cœur de la désinformation était moins « ce que les gens publient » que « les contenus que ces plateformes promeuvent ».

    La preuve selon lui qu’elles ne sont pas « neutres » et que les algorithmes devraient être soumis à des contrôles de sécurité par une autorité de régulation, au même titre que les voitures, aliments et autres produits de consommation.

    Il a ensuite détaillé une série de valeurs qui devraient à son avis guider la modération des contenus, comme le renforcement de la démocratie et le respect des différences.

    « Les outils ne nous contrôlent pas. Nous pouvons les contrôler », a-t-il conclu.

    #Médias_sociaux #Barack_Obama #Complotisme #Démocratie

  • Le « doomscrolling », ou l’ascenseur émotionnel sans fin des réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/04/20/le-doomscrolling-ou-l-ascenseur-emotionnel-sans-fin-des-reseaux-sociaux_6122

    Histoire d’une notion. Dans les transports, dans la file d’attente du supermarché, dans l’ascenseur, dans le confort d’un canapé ou l’intimité d’un lit, les contenus défilent d’un mouvement machinal du pouce ou de l’index quasi automatique. Sur Facebook, Instagram, TikTok ou Twitter, ils s’égrènent inexorablement : images de la guerre en Ukraine, chiffres de la pandémie de Covid-19, articles déchiffrant le dernier rapport du GIEC, commentaires alarmés sur l’état du paysage politique. Le plus souvent, aucune émotion ne transparaît sur le visage de l’utilisateur ; mais, en son for intérieur, la curiosité ou l’ennui le cèdent parfois à l’appréhension, voire à l’angoisse la plus pure. Qu’importe : il continue. Cette consultation compulsive a désormais un nom : le doomscrolling, c’est-à-dire le fait – ou le sentiment – de ne pas pouvoir s’empêcher de faire défiler indéfiniment des contenus multimédias anxiogènes.

    Pourquoi cette incapacité à s’autoréguler semble-t-elle si partagée ? « Le modèle économique des entreprises type réseaux sociaux est basé sur le temps passé par les utilisateurs sur les plates-formes, car c’est cette durée d’attention qui sera valorisée auprès des annonceurs publicitaires, détaille Nicolas Nova, anthropologue du numérique. Celles-ci ont donc un fort intérêt à trouver, dans la conception des interfaces, des mécanismes incitant les utilisateurs à rester le plus longtemps possible. Cet intérêt explique le recours au format du scrolling infini, mais aussi le mécanisme de récompense variable (analogue à celui des machines à sous des casinos) mis en place par les algorithmes, ou le fait de survaloriser la répétition de certains types de contenus suscitant particulièrement l’intérêt, comme les informations négatives ou les titres racoleurs. » La sensation de doomscrolling naît ainsi de la rencontre entre la nature curieuse des êtres humains et les nouvelles interfaces produites par les entreprises numériques capitalistes.

    En ce sens, le doomscrolling séduit aussi par sa capacité à traduire le contraste démesuré entre une activité banale, quotidienne, anodine – le geste de scroller sur son téléphone – et la teneur alarmiste, voire apocalyptique, de certains contenus. « La notion traduit la façon dont ces nouvelles négatives font désormais irruption dans les moments les plus intimes et, si j’ose dire, les plus doux de nos vies, ceux où l’on se sent d’ordinaire à l’abri, comme l’heure du coucher », abonde Anne Cordier, professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université de Lorraine.

    « Nous sommes tous vulnérables face à ce phénomène : autoréguler sa consommation de contenus, qui est à l’heure actuelle la seule solution pour y remédier, est extrêmement difficile, insiste Mme Cordier. A ce titre, les enfants et adolescents bénéficient souvent d’une éducation à l’information qui les sensibilise à ces dangers ; ils apprennent tôt à réfléchir à leurs pratiques numériques. Ce n’est, en revanche, pas le cas de la génération de leurs parents, qui n’est pas ou peu accompagnée… » Mettre un mot sur ce tourbillon immobile, entre recherche délibérée de l’information, légitime inquiétude et pulsion morbide, représente sans doute un premier pas vers cette prise de conscience.

    #Anne_Cordier #Doomscrolling #Médias_sociaux #Anxiété

  • Jean Massiet, HugoDécrypte, « Brut »… Comment de nouveaux producteurs d’infos captent les jeunes sur les réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/campus/article/2022/04/05/jean-massiet-hugodecrypte-brut-comment-de-nouveaux-producteurs-d-infos-capte

    Pour Anne Cordier, l’enjeu est alors « démocratique » : « Il est compliqué de faire comprendre que l’objectivité des médias n’existe pas. Les jeunes font davantage confiance et se sentent moins “manipulés” quand ça semble “à la cool”. » Streameurs, youtubeurs et autres tiktokeurs jouent ainsi de leurs imperfections et travaillent leur « naturel ». Le sweat à capuche est le nouveau costard-cravate de celui qui présente l’information. « La proximité se traduit par une incarnation, mais je ne raconte pas ma vie, nuance Hugo Travers. Ça tient à l’approche qu’on a de notre travail, avec une forme de transparence et d’horizontalité : je peux dire qu’on n’a pas eu le temps de traiter tel sujet, assumer certaines erreurs, être à l’écoute des retours qu’on a… Tout cela joue sur la confiance. »

    Idem pour Jean Massiet : « Je passe mon temps à me descendre d’un piédestal. Je leur dis que moi non plus je ne fais pas de sport, que moi aussi je suis parfois largué sur l’Ukraine. La télé et la radio, ils trouvent ça “fake”, surfait et surjoué – de même que la posture des politiques et cette éternelle prime à la caricature. Avec nous, ils ont ce sentiment d’appartenance à une petite famille qui leur ressemble », revendique le twitcheur.

    Ce n’est d’ailleurs pas une coïncidence si ces producteurs ont tous eux-mêmes moins de 35 ans. « Ils représentent des figures d’identification possible, analyse Arnaud Mercier. Ce ne sont pas des Jean-Pierre Pernaut [ancien présentateur du JT de TF1, mort en mars 2022] : il n’y a pas un écart d’âge tel qu’on n’arriverait pas à se comprendre ! »

    Via Brut, Konbini, Loopsider ou encore Blast, les jeunes restent friands de sujets qui mêlent divertissement et actualité. « Il n’y a pas de raison d’isoler leurs pratiques par rapport aux autres générations. Nous sommes tous soumis à un flux, nuance Anne Cordier. La difficulté, c’est la réception fortement individualisée. Une info non accompagnée peut être mal reçue en matière d’évaluation, mais aussi de charge émotionnelle trop forte ou anxiogène. Ils ont besoin de médiation pour sortir de la boucle enfermante du scroll et trouver les clés qui leur manquent. »

    Jordan Ayache, 22 ans, est entré à l’école 42 [dont le fondateur, Xavier Niel, est actionnaire à titre individuel du Monde] à Paris sans le bac, après plusieurs années en foyer dans le Vaucluse. « Au foyer, on n’avait pas accès à Internet, raconte cet as de l’informatique. Je lisais La Provence, que les éducateurs recevaient chaque matin. » Aujourd’hui, il s’informe avec la revue de presse de Jean Massiet, sur Discord, mais aussi grâce au réseau Slack de son école, qui a un canal pour le partage d’articles. « Sur l’Ukraine, je suis confus, ça va trop vite, souffle-t-il. Parfois, j’ai envie de dire : pour que je comprenne, est-ce qu’on peut juste faire pouce ? »

    Léa Iribarnegaray

    #Médias_sociaux #Politique #Sociologie_de_la_réception #Anne_Cordier

  • affordance.info : Ukraine. Para Bellum Numericum. Chronique du versant numérique d’une guerre au 21ème siècle.
    https://www.affordance.info/mon_weblog/2022/02/guerre-ukraine-numerique.html
    https://www.affordance.info/.a/6a00d8341c622e53ef0278806d9a68200d-600wi

    Il y a déjà de longues années, je présentais le média Twitter à mes étudiant.e.s en leur expliquant qu’il était vital de s’y intéresser car s’y donnaient à voir non seulement des informations vitales mais aussi à valeur patrimoniale que l’on se devait de suivre attentivement et, pour certaines d’entre elles, de s’efforcer de conserver. Et je prenais ce qui semblait alors assez surréaliste et baroque, l’une des premières « déclarations du guerre » ce faisant exclusivement via ce média. C’était le 14 novembre 2012, et le compte Twitter officiel de l’armée Israëlienne annonçait lancer des frappes sur le peuple palestinien vivant dans la bande de Gaza.

    Depuis cette première déclaration de guerre via Twitter, les choses ont énormément changé et c’est l’écosystème numérique dans son entier, avec au premier plan les grande plateformes sociales, qui jouent un rôle déterminant, à la fois dans des opérations de désinformation ou de propagande, mais aussi plus globalement sur le plan géostratégique et géopolitique.

    Il y a 10 ans de cela, déclarer la guerre sur Twitter était une anomalie. Aujourd’hui et avec la guerre aux portes de l’Europe en Ukraine, l’anomalie serait d’imaginer une guerre sans Twitter.

    A partir de ce que révèle chaque jour la guerre en Ukraine, je veux dans cet article essayer de faire un point, forcément provisoire, sur ce qui se joue lors d’une guerre dans, par, grâce et à cause des grands écosystèmes numériques et de leur écho médiatique et géopolitique.

    #Guerre #Médias_sociaux #Ukraine #Olivier_Ertzscheid

  • Censure des œuvres d’art sur les réseaux sociaux | Academie Des Beaux Arts
    https://www.academiedesbeauxarts.fr/censure-des-oeuvres-dart-sur-les-reseaux-sociaux

    Censure des œuvres d’art sur les réseaux sociaux : l’Académie des beaux-arts appelle à la vigilance

    De L’Origine du monde de Gustave Courbet à La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix, ou encore de la Descente de Croix de Pierre-Paul Rubens, aux photographies de Lucien Clergue en passant, 4000 ans plus tôt, par la Vénus de Willendorf, les exemples de censure sur les réseaux sociaux sont innombrables et entravent considérablement, chaque jour un peu plus, la promotion de l’Art sur ces médias incontournables.

    Les plateformes principales des réseaux sociaux ont en effet introduit dans leurs conditions d’utilisation que « leur politique en matière de diffusion ne permettait pas la nudité ou la nudité suggérée », ne faisant ainsi, par le biais de leurs algorithmes, aucune différence entre des œuvres d’art et des selfies et autres clichés personnels de nus portés à la vue de tous.

    Les membres de l’Académie des beaux-arts, réunis en séance plénière hebdomadaire ce mercredi 16 février 2022, considèrent que les plateformes de diffusion ne sauraient s’arroger le droit de censurer la diffusion d’une œuvre d’art au seul motif que la représentation de celle-ci n’entre pas complètement dans les critères qu’elles ont établis.

    Cette situation ubuesque impose une réaction légitime de l’Académie des beaux-arts qui appelle à se poser la question de la liberté de la diffusion de l’information et des moyens à mettre en œuvre pour la protéger.

    #Censure #Médias_sociaux #Algorithmes

  • Quand les GAFA captent l’attention des enfants - Ép. 1/3 - Une économie de l’enfance
    https://www.franceculture.fr/emissions/entendez-vous-l-eco/quand-les-gafa-captent-l-attention-des-enfants


    L’exposition de plus en plus massive des jeunes enfants aux écrans constitue ainsi un véritable enjeu de santé publique majeur qu’il est aujourd’hui nécessaire d’aborder.

    Quels usages les enfants font-ils du numérique aujourd’hui ? De quelle manière les entreprises essaient-elles de cibler ce public, de capter leur attention et de monétiser cette audience ? A l’image de la volonté de développer un Instagram destiné aux enfants de la part de Facebook, comment les GAFA cherchent à renforcer l’intérêt des enfants pour leurs produits ?

    Pour répondre à l’ensemble de ces questions, nous avons le plaisir de recevoir en studio Marie Danet, psychologue clinicienne, et maîtresse de conférences à l’Université de Lille et Anne Cordier, professeure des universités en sciences de l’information à l’Université de Lorraine et chercheuse au centre de recherche sur les médiations en duplex.

    #Enfance #Anne_Cordier #Médias_sociaux #Podcast

  • Où va ce satané Facebook ? - davduf.net
    http://www.davduf.net/ou-va-ce-satane-facebook-2109

    Depuis des années, Olivier Ertzscheid est l’une des meilleures vigies de la facebookisation des esprits, des corps et des défaites. Chercheur, auteur de Le monde selon Zuckerberg (C&F éditions), Olivier Ertzscheid tient le blog https://www.affordance.info, plaque tournante des tourments numériques de nos mondes. Avec lui, on s’est interrogé sur l’avenir de Facebook, et de nous toutes et tous. Et Metaverse, de ses algos si fous qu’ils semblent désormais livrées à eux mêmes. Trois heures de master-class.

    L’émission et débat sont à revoir dans leur intégralité sur Twitch en attendant une version remontée au bon soin d’Euryale pour Blast. Merci à tous d’avoir participé au débat et aux nouveaux abonnés qui soutiennent la chaîne !

    📢 Au Poste Libertés publiques, libertés fondamentales, police, sousveillance & contre-filatures. Causeries proposées par le réalisateur David Dufresne (« Un pays qui se tient sage »). Chaque lundi et chaque jeudi. Et parfois plus sur Twitch ►► https://www.twitch.tv/davduf

    #Olivier_Ertzscheid #David_Dufresne #Médias_sociaux #Twitch

  • Combattre le cybersexisme et son invisibilité | Entre les lignes entre les mots
    https://entreleslignesentrelesmots.blog/2021/08/11/combattre-le-cybersexisme-et-son-invisibilite

    « A travers les outils numériques, les violences sexistes et sexuelles se trouvent à la fois démultipliées via la dissémination permise par ces technologies, et favorisées voire encouragées par l’anonymat conférant aux agresseurs et agresseuses un sentiment d’impunité, amplifié par le fait que ces agissements sont soustraits au regard des adultes ».

    Les autrices présentent l’étude et son contexte, le cadre législatif et institutionnel, d’autres enquêtes sur le même sujet. Elles abordent, entre autres, le climat scolaire, la violence et la cyberviolence, les usages et les pratiques du numérique des adolescent·es, la tendance à l’hyper-connexion, les modes de communication et ce qu’ils permettent, « Ces modes de communication permettent donc le partage et les échanges avec autrui, le maintien (ou la construction) d’un lien social avec des ami-e-s, des connaissances, voire des inconnu-e-s », la fréquentation des réseaux sociaux, « La fréquentation des réseaux sociaux va également dans le sens d’une expression de soi, de l’occupation de l’espace virtuel pour une mise en scène de soi autonome, indépendante et créative », les visées de renommée ou de popularité, la définition de la cyberviolence, « l’usage des différents outils de connexion en ligne ou par téléphone mobile dans le but d’insulter, harceler, humilier, répandre des rumeurs, ostraciser, exercer une coercition externe sur un individu qui ne peut pas facilement se défendre seul ou qui subit une domination », l’anonymat et ce qu’il permet, l’engendrement de formes de désinhibition, le sentiment d’insécurité et d’isolement, l’« auto-culpabilisation », les liens entre cyberviolences et violences en présentiel, les relations contextuelles et relationnelles de genre, « Cette orientation qui s’attache aux manifestations sexistes et sexuelles, est notre voie de questionnement pour explorer les cyberviolences, avec l’ambition de pallier modestement les lacunes exposées précédemment », la nécessité d’une analyse genrée des violences entre pairs…

    #Cybersexisme #Sexisme #Cyberviolence #Cyberharcèlement #Médias_sociaux #Rayon_numérique

  • Sexualité sur les réseaux sociaux : entre règles strictes et modération floue
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/08/08/sexualite-sur-les-reseaux-sociaux-entre-regles-strictes-et-moderation-floue_

    Des groupes de parole aux échanges de photos pornographiques, en passant par des images érotiques ou des vidéos dans lesquels les émojis « aubergine » ou « pêche » remplacent la représentation des organes sexuels, les réseaux sociaux regorgent de contenus ayant trait, de près ou de loin, à la sexualité. Un fossé avec le discours des plates-formes qui s’efforcent de proposer une image policée et familiale.
    Réseaux sociaux et sexualité, des liaisons dangereuses

    « La dimension sexuelle ou pornographique est assez consubstantielle de l’histoire des réseaux et d’Internet », confirme Olivier Ertzscheid, chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes et spécialiste des choix stratégiques des grands acteurs du Web. Du minitel rose à l’avènement des sites pornographiques, il n’y a qu’un pas. « Il y a toujours eu des contenus ou des communautés qui se sont construits autour de l’identité sexuelle ou autour de la diffusion d’images sexuelles », ajoute le chercheur.

    Mais depuis plusieurs années, les médias sociaux exercent une modération stricte, comme l’explique Olivier Ertzscheid : « Les réseaux sociaux ont un positionnement très pudibond et prude, sans qu’on sache s’il renvoie à des formes de morale ou d’hygiénisme, ou si c’est simplement une stratégie commerciale pour afficher une image “family friendly” [conforme aux valeurs dites “familiales”] ».

    A la pruderie s’ajoute une prudence compréhensible : selon Sarah Frier, journaliste et autrice d’Instagram sans filtre. Les secrets de la start-up qui a révolutionné nos modes de vie (Dunod, 2020), Instagram et Facebook redoublent de précaution car le risque de représentations pédopornographiques existe, surtout quand l’âge des utilisateurs est difficile à déterminer : en 2018, Facebook a annoncé avoir supprimé plus de huit millions de contenus contraires à ses règles sur la nudité et l’exploitation sexuelle d’enfants.

    Les décisions restent, cependant, parfois difficilement lisibles, d’autant qu’elles ne sont pas toujours le fait d’une modération humaine. « Au départ, les photos de nu ou les peintures étaient très acceptées sur Instagram, se souvient Sarah Frier. Mais maintenant qu’il y a beaucoup de modération faite par intelligence artificielle, la nudité est plus simple à détecter et à bannir. »

    Derrière cette modération automatique, il y a des raisons logistiques : « Facebook et Instagram doivent gérer plus de trois milliards d’utilisateurs qui postent plusieurs fois par jour… Ils n’ont pas assez de ressources humaines pour les modérer », explique Sarah Frier.

    Des algorithmes critiqués par les utilisateurs. Déjà au début des années 2010, le tableau L’Origine du monde, de Gustave Courbet, représentant un sexe féminin, s’était vu censuré par Facebook, et le compte de l’utilisateur qui l’avait publié avait été supprimé. Depuis, de nombreuses autres œuvres d’art sont régulièrement censurées. « Ils arrivent avec leur propre environnement culturel, qui reflète, d’une part, la société et, d’autre part, leur propre rapport à la morale, analyse Olivier Ertzscheid. Derrière tout ça, il y a des choix algorithmes et une difficulté culturelle à appréhender certains sujets, quitte à les rejeter au nom d’intérêts économiques. »

    Car si ces plates-formes opèrent une stratégie de bon père de famille, c’est parce que la publicité est l’une des composantes majeures de leur modèle économique. Comme l’explique Olivier Ertzscheid, « cet effort constant pour s’acheter ce label family friendly, ça leur permet de vendre l’idée que c’est safe [sûr] pour les familles et leurs enfants »… et donc, pour les annonceurs qui s’intéressent à eux.

    #Médias_sociaux #Olivier_Ertzscheid #Sexualité

  • Réseaux sociaux : faut-il en finir avec les « likes » et l’économie de l’attention ? – Libération
    https://www.liberation.fr/economie/economie-numerique/reseaux-sociaux-faut-il-en-finir-avec-les-likes-et-leconomie-de-lattentio
    https://www.liberation.fr/resizer/BEyWyK_M28Ff825uWRpfwwW1xp0=/1200x630/cloudfront-eu-central-1.images.arcpublishing.com/liberation/OVQSOMG24NA6DH3V4XX74WPANA.JPG

    Ancien symbole de l’ère numérique, le « like » est accusé de tous les maux : course à la popularité, addiction… Facebook et Instagram proposent désormais de cacher les « likes » aux internautes qui se sentent sous pression. Mais à qui cela sert-il vraiment ?

    Popularisé par Facebook, où l’on peut « aimer » des contenus depuis 2009, le geste est devenu une norme sur les réseaux sociaux. (Aly Song/Reuters)

    par Lucie Ronfaut
    publié le 7 juin 2021 à 15h49

    Une cousine qui annonce sa grossesse ? J’aime. Un article que vous voulez mettre de côté pour lire plus tard ? Un cœur. Une vidéo que vous n’avez pas eu le temps de regarder, mais dont le sujet vous semble intéressant ? Pouce en l’air quand même. Des dizaines de publications Instagram que vous faites rapidement défiler, sans vraiment les regarder ? Pourtant, vous les « likez » toutes, un peu par réflexe.

    #Médias_sociaux #Like #Culture_numérique #Anne_Cordier #Anthony_Masure #Lucie_Ronfaut

  • 141 | Zeynep Tufekci on Information and Attention in a Networked World – Sean Carroll
    https://www.preposterousuniverse.com/podcast/2021/04/05/141-zeynep-tufekci-on-information-and-attention-in-a-networked

    Podcast avec Zeynep Tufekci

    Le sujet est passionnant : comment passe-t-on de la censure (blocage) à l’activité de "noyer le poisson". Que devient la crédibilité dans un tel monde de manipulations croisées ?

    par l’autrice de « Twitter & les gaz lacrymogènes »
    https://cfeditions.com/lacrymo

    In a world flooded with information, everybody necessarily makes choices about what we pay attention to. This basic fact can be manipulated in any number of ways, from advertisers micro-targeting specific groups to repressive governments flooding social media with misinformation, or for that matter well-meaning people passing along news from sketchy sources. Zeynep Tufekci is a sociologist who studies the flow of information and its impact on society, especially through social media. She has provided insightful analyses of protest movements, online privacy, and the Covid-19 pandemic. We talk about how technology has been shaping the information space we all inhabit.

    #Zeynep_Tufekci #Manipulation #Information #Médias_sociaux

  • Tout comprendre à Clubhouse, la dernière étoile montante des réseaux sociaux
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2021/02/10/tout-comprendre-a-l-application-clubhouse-etoile-montante-des-reseaux-sociau

    Clubhouse a été lancé en Californie, en mars 2020. L’application a été créée par Paul Davison et Rohan Seth, deux habitués de la Silicon Valley. Le premier est à l’origine de Highlight, une application qui mettait en relation les utilisateurs ayant les mêmes centres d’intérêt, mise à l’arrêt en 2016. Le second était ingénieur chez Google.

    « Au lancement, l’application était limitée à un très petit groupe de personnes, surtout des gens de la Silicon Valley. Des investisseurs, des financiers, des journalistes suivant les nouvelles technologies basés en Californie… L’appli était aussi soutenue par des investisseurs chevronnés, dont certains ont fait partie du conseil d’administration de Facebook », explique Matt Navarra.

    Puis, l’arrivée massive de personnalités afro-américaines, impulsée par certains investisseurs de Clubhouse, participe rapidement à la croissance du réseau. « Ils ont fait un effort conscient pour encourager et exploiter l’engagement de la communauté noire sur les réseaux sociaux » aux Etats-Unis, souligne Michael Berhane, journaliste britannique et cofondateur de la plate-forme POC In Tech. « Sans contenu, un réseau n’est rien. Clubhouse ne serait pas ce qu’il est sans la présence de la communauté noire », observe, de son côté, Lyneka Little, journaliste afro-américaine membre de Clubhouse depuis octobre 2020.

    Avec ses salles feutrées, sa liberté de discussion, mais aussi, son absence d’archives consultables après coup, Clubhouse serait-il une forme de réponse aux incessants drames des réseaux sociaux ? Le journaliste américain Will Oremus, sur le site OneZero, décrit ainsi Clubhouse comme un « anti-Twitter », mais pas forcément pour le mieux : selon lui, l’application présente un système « hiérarchisé et fermé, plus oligarchique que démocratique ».

    La journaliste du « New York Times » Taylor Lorenz a déjà rapporté des propos racistes ou misogynes tenus dans les discussions : la nature même d’une conversation vocale en direct empêche de les éviter

    Le système de cooptation peut donner le sentiment de se trouver dans un espace protégé des agressions : chaque compte est rattaché à un numéro de téléphone, et il suffit de cliquer sur le profil d’un membre pour savoir qui l’a invité. « Si quelqu’un se fait “report” [signaler pour son comportement], ça aura un impact sur son parrain. C’est pas si bête, ça pousse les gens à réfléchir à qui inviter », souligne Jonathan Noble.

    Mais le jeune réseau s’appuie largement, pour le reste, sur le travail consciencieux des administrateurs de chaque salon, qui ont le pouvoir de bloquer ou de rendre silencieux certains auditeurs. Leur rôle est ainsi fortement mis en avant dans les conditions d’utilisation de la plate-forme. « Clubhouse n’est déjà plus aussi exclusif qu’avant, détaille la journaliste Lyneka Little. Quand il y avait des dizaines de milliers de personnes, vous n’alliez pas venir sur l’appli et faire n’importe quoi. Cela poussait à être plus sympa, plus engageant parce que vous aviez été invité par un ami, ou un ami d’ami, qui se portait garant de vous. Maintenant qu’il y a beaucoup de monde, les gens rentrent dans les salons et trollent. »

    « La capacité à devenir viral sur Clubhouse n’a rien à voir avec les autres plates-formes », tempère de son côté l’expert britannique Matt Navarra. « Mais il est vrai qu’ils vont devoir faire face à un plus grand défi que Facebook et Twitter. La technologie n’a pas encore totalement réussi à modérer les images et les mots pour protéger les gens des contenus dangereux. L’audio est un tout nouveau monde, car il ne s’agit pas seulement de ce que les gens disent mais aussi de l’intonation avec laquelle ils parlent. Néanmoins, les créateurs de Clubhouse disent qu’ils vont travailler là-dessus. Et ils sont conscients que c’est l’une des priorités pour que leur communauté s’agrandisse. »

    #Clubhouse #Voix #Médias_sociaux

  • Clubhouse, le nouveau réseau social hype, est une pompe à données - L’ADN
    https://www.ladn.eu/media-mutants/reseaux-sociaux/clubhouse-le-nouveau-reseau-social-hype-est-une-pompe-donnees

    On ne voudrait pas casser l’ambiance. Mais le réseau vanté par ses fondateurs comme humain et authentique a une politique de confidentialité des données douteuse, selon certains observateurs.

    Si vous travaillez dans la tech ou le marketing, vous n’avez sans doute pas échappé au phénomène Clubhouse. Ce réseau social vocal accessible uniquement sur invitation attise la curiosité de nombreux internautes depuis quelques semaines (plus de 2 millions d’inscrits pour le moment). Mais des observateurs pointent déjà du doigt la politique de confidentialité problématique d’Alpha Exploration Co, l’entreprise à l’origine de l’application.

    #Clubhouse #Données_personnelles #Médias_sociaux

  • Moderation can’t wait: The challenges startups like Clubhouse face trying to build community - Protocol — The people, power and politics of tech
    https://www.protocol.com/moderation-clubhouse-building-community

    “It is not something that you can push down the line because in a way it happens anyway,” Estévez told Protocol. “Culture will develop whether you want it to or not. Tone will develop whether you want it to or not.” She added: “I think moderation and community should be part of the product. It should be seen as an integral part of the product from the onset.”

    Protocol spoke with Estévez, who is currently working on “something new,” after she wrote a widely shared Twitter thread on the challenges Clubhouse and other networks face when it comes to moderation and building an inclusive community — a problem that might only be amplified in a conversational setting where we know that it’s easier for men to talk over women.

    In an interview with Protocol, Estévez talked about the challenges of audio vs. written moderation, what founders should be considering when building a community, and whether it’s possible to even have a safe space for conversation online.

    So you had worked at Quora where you were focused more on written moderation. How is audio a different beast to moderate?

    So I haven’t moderated audio, so this is speculation on my part, but you’re not going to think as hard when you’re having a conversation in audio. Even in a fast-paced online conversation, if you’re writing something, you can pause, you can think, you’re going to backtrack, edit. Whereas in conversation, you’re saying it as you think. And that’s going to be difficult.

    You also have another aspect, which doesn’t happen as much when you’re writing, and that’s tone. You could say something perfectly nice that with the right inflection, with the right snark level, it’s going to be totally horrible. A few people have said like, could you capture this all in transcripts? But you can’t capture that tone. Also, if you’re going quickly back and forth, it might not be obvious from what one person is saying that that’s actually a reaction to what someone else said a few minutes ago. It takes a lot longer also to listen. It seems like a higher-cost kind of moderation with a lot of quite easy-to-miss stuff.

    How should companies that are just getting started, like Clubhouse, be thinking about building a culture that is inclusive from the beginning?

    So that’s the most important thing — that they are thinking about it from the get-go. It is not something that you can push down the line because in a way it happens anyway: Culture will develop whether you want it to or not; tone will develop whether you want it to or not. So, if you’re a founder, you’re going to want to think about: What kind of tone do I want this place to be? Do I want this place to be inclusive? Free speech is important, but is it at any cost? What kind of rules and policies do I need to make sure that happen?

    It doesn’t have to be set in stone. In fact, it shouldn’t be set in stone. It should be like, what kind of place do I want this to be? What kind of voices do I want? I could see scenarios where there’s a very sort of a specific community for a very specific demographic, where inclusivity might not be a factor for that, but they still need to think about that and make that decision. For example, if it’s an LGBTQ+ forum, they don’t have to be inclusive to people who are anti-LGBTQ. Right? So you need to think about that from the onset, and then you need to think about who you’re inviting in.

    You also need to be really aware as [people join], are the voices that you wanted to speak speaking? Or is it the same people that are being highlighted? We’ve seen this in so many social sites that the default is men tend to speak more than women, and they tend to speak louder, and it’s particularly white men. And we know we’ve seen that over and over again, and it’s not an accident. It’s not that it just happens to be that men like talking in social apps, there’s a reason why [others] are being pushed out.

    #Modération #médias_sociaux #Voix

  • Anne Cordier : “Les activités sur écran font partie de l’univers de nos enfants” - enfants
    https://bayam.tv/fr/blog/enfants-et-ecrans/anne-cordier-les-activites-sur-ecran-font-partie-de-lunivers-de-nos-enfants

    Avec les divers confinements, le numérique a pris une nouvelle place au sein des familles. Comment protéger et accompagner nos enfants ? Anne Cordier, maîtresse de conférences HDR en sciences de l’information et de la communication, nous éclaire sur notre rôle de parents… tout en nous déculpabilisant.

    Anne cordier chercheuse

    Les différents confinements ont-ils changé le rapport aux écrans au sein de la famille ?

    Les questions se sont posées différemment. Il me semble que les adultes parlent autrement des pratiques des enfants. Pendant le confinement, on a pris conscience que les écrans pouvaient être créateurs de lien social. On a vu se développer des liens intrafamiliaux, les parents se sont plus intéressés à ce que faisaient les enfants sur les écrans.

    Mais on a aussi entendu des parents culpabiliser parce que le temps que leurs enfants passaient devant un écran avait augmenté…

    Eh bien je voudrais leur dire qu’ils ne sont pas de mauvais parents pour autant ! De manière générale, on tient à leur encontre un discours très culpabilisant. Ils ne feraient jamais ce qu’il faut ! Si un parent met son enfant devant un écran le temps qu’il prépare à manger pour toute la famille, où est le drame ?

    D’autant qu’il faut mesurer le caractère exceptionnel de la période que nous vivons. Nous avons un fonctionnement très différent de la normale. Nous sommes beaucoup les uns sur les autres, c’est normal qu’on cherche des îlots d’isolement. Et puis, avec le retour à l’école, les choses se sont déjà rééquilibrées.

    Lire aussi : Les écrans dans les familles pendant le confinement, entretien avec Serge Tisseron

    Est-ce que le critère du temps passé devant un écran est parlant ?

    Il ne me semble pas très signifiant. Ce qui l’est davantage, c’est l’activité qui est réalisée. Rappelons quand même que ce critère du temps ne repose sur rien de scientifique. Il n’y a aucune étude qui nous dise que tant de temps passé provoque tel effet. Si un parent me dit “mon enfant a joué tout l’après-midi avec son train électrique”, tout va bien parce que cela répond à notre image d’Épinal qui veut qu’il joue avec du concret.

    Mais déplacer un bonhomme sur un écran, c’est concret aussi !

    Il ne s’agit pas de remplacer l’un par l’autre, mais ces activités sont complémentaires. Finalement, c’est le même discours que celui que nous tenaient nos parents sur la télé. Personnellement, je suis de la génération Loft Story, cela ne m’a pas empêchée de devenir prof !

    Comment faire pour que, dans le rapport aux écrans, la relation parents/enfants soit apaisée ?

    Il nous faut déjà entendre que les codes culturels et de socialisation ont évolué. Interdire ne sert à rien. Au contraire, cela poussera plutôt l’enfant à s’y précipiter. Quand un parent reproche à un enfant “c’est n’importe quoi ce que tu regardes, ce à quoi tu joues”, on crée un fossé d’incompréhension qui rompt la possibilité de dialogue. On a le droit d’avoir un temps de sidération. Mais ensuite, il faut demander “pourquoi tu fais ça ? Qu’est-ce que ça t’apporte ?”

    Lire aussi : Pourquoi accuser l’écran est un faux débat ?

    Mais le rôle du parent est aussi de protéger face à des contenus qui peuvent ne pas être adaptés…

    Bien sûr. Et l’éducation, ce n’est pas juste “vas-y, épanouis-toi !” Le parent est aussi là comme garde-fou. Le processus de surveillance est essentiel. On peut dire à notre enfant que ce n’est pas pour l’embêter, mais qu’on est inquiet. On peut aussi lui demander son avis, comment il se prémunit contre ça. Et lui dire de ne pas hésiter à nous en parler s’il tombe sur un contenu pas adapté. En lui rappelant que ce n’est pas de sa faute. Car, quand cela survient, les enfants ont tendance à culpabiliser.

    Le contrôle parental sur les écrans peut-il être la solution ?
    Personnellement, je n’y suis pas favorable, si la démarche n’est pas expliquée. Il faut éclairer l’enfant sur le comment et le pourquoi.

    La question des écrans peut aussi constituer un point de crispation entre les parents…

    Oui car elle éprouve notre rapport à la parentalité, à notre propre enfance. Elle cristallise le “être ensemble” entre le “je” et le “nous”. Dans les études, on voit d’ailleurs que ce sont souvent les mères qui prennent la charge des règles à mettre en place et à appliquer. Il y a vraiment un enjeu genré autour de cette question.

    Selon vous, il convient de reconsidérer le regard que nous, adultes, portons sur les écrans ?

    Oui, il nous faut apprendre à considérer ces activités comme aussi importantes que celles de la “vraie vie”. Si votre enfant perd un match de foot, vous allez le consoler. Eh bien si ce match se déroule sur un écran, il nous faut aussi prendre sa déception en charge car l’émotion n’en est pas moins réelle. Il nous faut considérer ces activités sur écran comme faisant partie de leur univers.

    Propos recueillis par Joséphine Lebard

    Crédits : Benoît Teillet – © Bayard jeunesse 2020

    #Anne_Cordier #Confinement #Médias_sociaux #Culture_numérique #Enfants

  • « Suspendre le compte Twitter de Donald Trump devrait relever d’une instance indépendante »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/15/suspendre-le-compte-twitter-de-donald-trump-devrait-relever-d-une-instance-i

    La professeure de droit Florence G’sell analyse les régimes juridiques américain et européen encadrant le statut des réseaux sociaux.

    Propos recueillis par Claire Legros

    Après la suspension permanente du compte Twitter de Donald Trump, de nombreux responsables politiques ont exprimé leur malaise face au pouvoir des plates-formes dans le débat démocratique. Cette décision marque-t-elle un tournant ?

    L’idée de laisser une décision aussi radicale entre les mains d’une entreprise privée suscite en effet un vrai malaise, même si les réactions sont plus fortes en Europe qu’aux Etats-Unis. Il existe outre-Atlantique une forme d’ambivalence sur le sujet : d’un côté, on interpelle les plates-formes sur leur responsabilité et on leur demande de lutter contre les fausses informations et le complotisme ; et, de l’autre, on leur reproche de vouloir prendre le pouvoir et de détenir les clés du débat démocratique.
    Lire aussi Vif débat après la fermeture du compte Twitter personnel de Donald Trump

    Ne soyons pas naïfs, si Twitter en est arrivé à cette solution extrême, c’est certes parce que les événements sont gravissimes, surtout pour des Américains attachés à leurs monuments et à leurs symboles, mais aussi parce que Trump est déconsidéré et qu’il est l’objet d’opprobre. Il est plus facile de supprimer son compte aujourd’hui, alors que les démocrates arrivent au pouvoir. Il y a deux ans, la future vice-présidente, Kamala Harris, s’était heurtée à une fin de non-recevoir.

    Juridiquement, Twitter est dans son droit et applique ses conditions générales d’utilisation (CGU), qui précisent qu’en cas d’apologie de la violence il se réserve le droit d’intervenir et de sanctionner, en allant éventuellement jusqu’à la suspension du compte. Néanmoins, dans les faits, on peut reprocher à l’entreprise d’avoir fait preuve d’une certaine inconstance dans la façon dont elle a appliqué ses CGU depuis plusieurs années. Avant de prendre cette mesure radicale, elle a laissé passer de nombreux Tweet choquants, par exemple lorsque Trump appelait au soulèvement contre les gouverneurs des Etats qui avaient adopté des mesures de confinement. Elle n’a commencé à changer de stratégie que très récemment, au moment de l’immense émotion suscitée par la mort de George Floyd, le 25 mai 2020.

    Une chose est sûre : cette situation paradoxale appelle à mon sens une nécessaire clarification sur le statut juridique des réseaux sociaux et sur le régime à leur appliquer lorsqu’ils hébergent les comptes d’élus et de personnalités publiques. La Cour suprême pourrait avoir très prochainement à statuer sur cette question. Si elle admettait que ces comptes relèvent de l’espace public, et sont à ce titre protégés par le premier amendement, alors Twitter n’aurait pas le droit de suspendre de son propre chef le compte du président des Etats-Unis.

    L’Union européenne veut renforcer et mieux encadrer la régulation des contenus sur les plates-formes. Ces dispositions vous semblent-elles suffisantes pour préserver le débat démocratique ?

    La nouvelle proposition de règlement – le Digital Services Act – présentée le 15 décembre 2020, et qui doit encore être adoptée par le Parlement européen et le Conseil, me semble aller dans le bon sens. Sur la lutte contre les fausses informations, le complotisme et l’appel à la violence, le texte va permettre de passer d’un code de bonne conduite auquel les plates-formes peuvent adhérer sur une base volontaire à un dispositif plus contraignant : elles devront coopérer avec les autorités nationales sur le suivi des contenus illicites, et communiquer aux autorités les informations sur les utilisateurs qui posent problème.

    Ce nouveau cadre veut aussi imposer des mécanismes de signalement des contenus illicites, et prévoit que des « trusted flaggers » (« signaleurs de confiance »), des bénévoles de confiance, soient chargés d’alerter sur les contenus problématiques. Les plates-formes seront obligées de traiter en priorité les contenus qui leur seront signalés par ces acteurs. L’objectif est que les contenus les plus graves soient retirés le plus vite possible et que, dans certains cas, les autorités soient alertées.

    Un autre aspect très important de ce nouveau cadre est d’offrir des garanties aux utilisateurs en imposant une procédure de recours : les plates-formes devront communiquer les raisons de leur décision et proposer à leurs utilisateurs, en cas de contestation, de saisir un organisme de règlement des litiges, un tiers neutre chargé de la décision finale. Dans chaque Etat membre, un coordinateur national des services numériques désignera les « signaleurs de confiance » et les organismes de règlement des litiges.

    Le renforcement du dispositif de signalement de même que la possibilité de recours, encadrés par des acteurs indépendants, me semblent apporter des garanties importantes. Ce texte est d’ailleurs suivi de près aux Etats-Unis par tous ceux qui travaillent à la réforme de la fameuse section 230. Il n’est pas impossible que le nouveau règlement leur serve de source d’inspiration, comme le règlement général sur la protection des données (RGPD) l’a été pour la protection des données en Californie.

    #Médias_sociaux #Régulation

  • Opinion | Can Donald Trump Survive Without Twitter? - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2021/01/08/opinion/trump-twitter-ban.html

    par Charlie Warzel

    Reflexively, it feels a bit odd to care so much about a 74-year-old man losing access to the app he uses to complain about cable news. But the Trump presidency, and indeed almost all of his political career, is inextricable from the platform. He tweeted and tweeted, and the rest of us rejoiced or grimaced in equal measure. Either way, his tweets made news. His account, for better or worse (spoiler: worse), acted as the national media’s assignment editor for a half decade. And here we are.

    Now it’s gone.

    The obvious question now is: What does this mean for Mr. Trump’s future? Can a disgraced president addicted to outrage and innately governed by the same forces as the attention economy survive without his primary outlet?

    To think of Mr. Trump as an influencer is to suggest that his message can be contained. That his ideas live and die with him and his ability to broadcast them. To suggest that Trumpism is something bigger — that it is a platform itself — is to argue that Mr. Trump and his followers have constructed a powerful, parallel information ecosystem that is as strong and powerful (one could argue even more powerful) than any system built to oppose it. But anyone plugged into the pro-Trump universe realizes that Trumpism is bigger than the figurehead.

    So which is Mr. Trump: the influencer or the platform?

    Like all platforms, Mr. Trump is a natural engine of radicalization — for those who support him and those who oppose him. Consuming more of him leads only to a hardening of one’s ideology. Each rally and every successive tweet is more extreme than the last, propelling most of Mr. Trump’s followers deeper down the rabbit hole and intensifying their enthusiasm or disgust for the president. For this reason, like any good platform, Mr. Trump is a time suck. Evenings, weekends, holidays, you name it — are all derailed by his demand for your time and attention. Both are the ultimate currency to the Trump platform, allowing him to remain the central figure in American life.

    Traditionally, a platform is a software framework for others to build on top of. In the case of the social media platforms, their fundamental role is to amass a base of users, connect them and provide people with ways to reach those audiences at scale. Influencers and creators provide the content but live at the whims of the platforms and their rules. They rely on the platforms for audience, and even a subtle tweak of an algorithm can mean fading to obscurity.

    It is a precarious existence. When you serve at the pleasure of the platforms, you can be de-platformed. We’re about to see if Donald Trump can truly be de-platformed.

    #Médias_sociaux #Trump #Bannissement

  • En Afrique du Sud, le ministre et ses gousses d’ail
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/01/04/en-afrique-du-sud-le-ministre-et-ses-gousses-d-ail_6065094_3210.html

    Rien, de toute cette année de crise, ne l’aura fait dévier d’un iota. Tito Mboweni, le ministre des finances sud-africain, un homme de 61 ans qui se disait « trop vieux » pour la fonction, lorsque le premier gouvernement de Cyril Ramaphosa était en train d’être constitué, en 2018, n’a pas cédé un pouce de terrain… sur sa façon de cuisiner.

    Que de critiques, que de sarcasmes sur ses manquements de « chef » ne lui a-t-il pas fallu endurer tout au long de 2020, année au cours de laquelle, par ailleurs, il a mené l’économie de son pays dans la tempête. Mais il continue. Sa dernière recette de l’année : un foie de bœuf sauté (encore raté, selon l’opinion sud-africaine, qui suit tout ça de près).

    Tito Mboweni aux fourneaux, c’est l’anti-instagrammeur en action, la volonté faite homme de faire les choses à sa manière, sans fioritures ni compromis. La chose est d’autant plus facile à suivre que l’ex-gouverneur de la Banque centrale, entre 1999 et 2010 – du reste, il préfère être appelé gouverneur que chef –, poste tout sur Twitter. Les ingrédients, ses questions (« Pilchards ce soir ? »), l’incroyable pyramide de gousses d’ail qu’il s’apprête à intégrer à un plat, et le résultat.

    Parfois, il prend une photo de sa table de dîner : son couvert, le plat, un verre d’eau. Déluge de moqueries (depuis « C’est quoi ce verre d’eau », jusqu’à « Depuis quand on mange avec des couverts ? »). Mais, en définitive, le voilà suivi par près d’un million d’abonnés.

    It started off well. A simple meal of ox liver with vergies. Great idea. It did not work out. I need an assistant… https://t.co/c8Ucqtx9nZ
    — tito_mboweni (@Tito Mboweni)

    Des ratages célèbres

    Il est impossible de déterminer la part de calcul, de liberté et de fantaisie dans ce feuilleton anticulinaire. De toute évidence, le ministre des finances est un cuisinier atroce authentique. Son poulet terne et gris baignant dans un vague mélange très aqueux prétendant au nom de sauce a déclenché une tempête de commentaires, de moqueries, de mèmes, et donné naissance à une publicité.

    Juste avant la fin de cette année de ratages désormais célèbres, Tito Mboweni a suggéré qu’il lui faudrait peut-être, pour 2021, se trouver un « cuisinier adjoint », et une star de la télé-réalité, chef renommé, le pourchasse d’ailleurs de ses assiduités pour tenir ce rôle.

    Soit le ministre se moque du qu’en-dira-t-on, soit il a trouvé que cette veine lui réussissait. La chose pourrait être étudiée d’un point de vue de communication politique.

    #médias_sociaux #Communication_politique #cuisine #Culture_numérique

  • « Bientôt des limitations de vitesse sur Facebook ou Twitter »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/11/26/bientot-des-limitations-de-vitesse-sur-facebook-ou-twitter_6061168_3232.html

    Chronique. Un réseau social qui ralentit ses utilisateurs et la propagation des contenus sur sa plate-forme, ce n’est pas courant. Pourtant, pendant la présidentielle américaine, Twitter a ajouté un écran pour inviter les internautes à lire le contenu d’un article avant de le partager avec leurs abonnés. Les utilisateurs ont aussi été incités à ajouter un commentaire plutôt que de simplement retweeter de façon passive. Dans le même esprit, les membres de Facebook qui souhaitaient partager un contenu lié à l’élection ont d’abord vu un message les dirigeant vers un centre de ressources fiables sur le scrutin.

    L’enjeu touche même au modèle économique des réseaux sociaux, fondé sur la publicité ciblée et donc sur la viralité, qui augmente les interactions avec le contenu. La limiter, pour Facebook ou Twitter, ferait baisser leurs revenus à court terme mais pourrait être un pari de long terme. Par ailleurs, il se pourrait que ce débat favorise l’émergence de nouveaux modèles : publics, associatifs ou même payants.

    #Médias_sociaux #Viralité #Régulation #Editorialisation

  • The National-Security Case for Fixing Social Media | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/tech/annals-of-technology/the-national-security-case-for-fixing-social-media

    On Wednesday, July 15th, shortly after 3 P.M., the Twitter accounts of Barack Obama, Joe Biden, Jeff Bezos, Bill Gates, Elon Musk, Warren Buffett, Michael Bloomberg, Kanye West, and other politicians and celebrities began behaving strangely. More or less simultaneously, they advised their followers—around two hundred and fifty million people, in total—to send Bitcoin contributions to mysterious addresses. Twitter’s engineers were surprised and baffled; there was no indication that the company’s network had been breached, and yet the tweets were clearly unauthorized. They had no choice but to switch off around a hundred and fifty thousand verified accounts, held by notable people and institutions, until the problem could be identified and fixed. Many government agencies have come to rely on Twitter for public-service messages; among the disabled accounts was the National Weather Service, which found that it couldn’t send tweets to warn of a tornado in central Illinois. A few days later, a seventeen-year-old hacker from Florida, who enjoyed breaking into social-media accounts for fun and occasional profit, was arrested as the mastermind of the hack. The F.B.I. is currently investigating his sixteen-year-old sidekick.

    In its narrowest sense, this immense security breach, orchestrated by teen-agers, underscores the vulnerability of Twitter and other social-media platforms. More broadly, it’s a telling sign of the times. We’ve entered a world in which our national well-being depends not just on the government but also on the private companies through which we lead our digital lives. It’s easy to imagine what big-time criminals, foreign adversaries, or power-grabbing politicians could have done with the access the teen-agers secured. In 2013, the stock market briefly plunged after a tweet sent from the hacked account of the Associated Press reported that President Barack Obama had been injured in an explosion at the White House; earlier this year, hundreds of armed, self-proclaimed militiamen converged on Gettysburg, Virginia, after a single Facebook page promoted the fake story that Antifa protesters planned to burn American flags there.

    When we think of national security, we imagine concrete threats—Iranian gunboats, say, or North Korean missiles. We spend a lot of money preparing to meet those kinds of dangers. And yet it’s online disinformation that, right now, poses an ongoing threat to our country; it’s already damaging our political system and undermining our public health. For the most part, we stand defenseless. We worry that regulating the flow of online information might violate the principle of free speech. Because foreign disinformation played a role in the election of our current President, it has become a partisan issue, and so our politicians are paralyzed. We enjoy the products made by the tech companies, and so are reluctant to regulate their industry; we’re also uncertain whether there’s anything we can do about the problem—maybe the price of being online is fake news. The result is a peculiar mixture of apprehension and inaction. We live with the constant threat of disinformation and foreign meddling. In the uneasy days after a divisive Presidential election, we feel electricity in the air and wait for lightning to strike.

    In recent years, we’ve learned a lot about what makes a disinformation campaign effective. Disinformation works best when it’s consistent with an audience’s preconceptions; a fake story that’s dismissed as incredible by one person can appear quite plausible to another who’s predisposed to believe in it. It’s for this reason that, while foreign governments may be capable of more concerted campaigns, American disinformers are especially dangerous: they have their fingers on the pulse of our social and political divisions.

    As cyber wrongdoing has piled up, however, it has shifted the balance of responsibility between government and the private sector. The federal government used to be solely responsible for what the Constitution calls our “common defense.” Yet as private companies amass more data about us, and serve increasingly as the main forum for civic and business life, their weaknesses become more consequential. Even in the heyday of General Motors, a mishap at that company was unlikely to affect our national well-being. Today, a hack at Google, Facebook, Microsoft, Visa, or any of a number of tech companies could derail everyday life, or even compromise public safety, in fundamental ways.

    Because of the very structure of the Internet, no Western nation has yet found a way to stop, or even deter, malicious foreign cyber activity. It’s almost always impossible to know quickly and with certainty if a foreign government is behind a disinformation campaign, ransomware implant, or data theft; with attribution uncertain, the government’s hands are tied. China and other authoritarian governments have solved this problem by monitoring every online user and blocking content they dislike; that approach is unthinkable here. In fact, any regulation meant to thwart online disinformation risks seeming like a step down the road to authoritarianism or a threat to freedom of speech. For good reason, we don’t like the idea of anyone in the private sector controlling what we read, see, and hear. But allowing companies to profit from manipulating what we view online, without regard for its truthfulness or the consequences of its viral dissemination, is also problematic. It seems as though we are hemmed in on all sides, by our enemies, our technologies, our principles, and the law—that we have no choice but to learn to live with disinformation, and with the slow erosion of our public life.

    We might have more maneuvering room than we think. The very fact that the disinformation crisis has so many elements—legal, technological, and social—means that we have multiple tools with which to address it. We can tackle the problem in parts, and make progress. An improvement here, an improvement there. We can’t cure this chronic disease, but we can manage it.

    Online, the regulation of speech is governed by Section 230 of the Communications Decency Act—a law, enacted in 1996, that was designed to allow the nascent Internet to flourish without legal entanglements. The statute gives every Internet provider or user a shield against liability for the posting or transmission of user-generated wrongful content. As Anna Wiener wrote earlier this year, Section 230 was well-intentioned at the time of its adoption, when all Internet companies were underdogs. But today that is no longer true, and analysts and politicians on both the right and the left are beginning to think, for different reasons, that the law could be usefully amended.

    Technological progress is possible, too, and there are signs that, after years of resistance, social-media platforms are finally taking meaningful action. In recent months, Facebook, Twitter, and other platforms have become more aggressive about removing accounts that appear inauthentic, or that promote violence or lawbreaking; they have also moved faster to block accounts that spread disinformation about the coronavirus or voting, or that advance abhorrent political views, such as Holocaust denial. The next logical step is to decrease the power of virality. In 2019, after a series of lynchings in India was organized through the chat program WhatsApp, Facebook limited the mass forwarding of texts on that platform; a couple of months ago, it implemented similar changes in the Messenger app embedded in Facebook itself. As false reports of ballot fraud became increasingly elaborate in the days before and after Election Day, the major social media platforms did what would have been unthinkable a year ago, labelling as misleading messages from the President of the United States. Twitter made it slightly more difficult to forward tweets containing disinformation; an alert now warns the user about retweeting content that’s been flagged as untruthful. Additional changes of this kind, combined with more transparency about the algorithms they use to curate content, could make a meaningful difference in how disinformation spreads online. Congress is considering requiring such transparency.

    #Désinformation #Fake_news #Propositions_légales #Propositions_techniques #Médias_sociaux