• #COVID and the brain: researchers zero in on how damage occurs
    https://www.nature.com/articles/d41586-021-01693-6

    How COVID-19 damages the brain is becoming clearer. New evidence suggests that the coronavirus’s assault on the brain could be multipronged: it might attack certain brain cells directly, reduce blood flow to brain tissue or trigger production of immune molecules that can harm brain cells.

    Infection with the coronavirus SARS-CoV-2 can cause memory loss, strokes and other effects on the brain. The question, says Serena Spudich, a neurologist at Yale University in New Haven, Connecticut, is: “Can we intervene early to address these abnormalities so that people don’t have long-term problems?”

    With so many people affected — neurological symptoms appeared in 80% of the people hospitalized with COVID-19 who were surveyed in one study1 — researchers hope that the growing evidence base will point the way to better treatments.

  • Thread by chrischirp on Thread Reader App – Thread Reader App
    https://threadreaderapp.com/thread/1418696473177362432.html

    Prof. Christina Pagel sur Twitter : "#LONG_COVID THREAD:

    The people running the BBC Horizon “Great British Intelligence Test” challenge on over 80,000 people took the opportunity to see if they could detect any differences by whether people had had covid or not..." / Tw

    […]

    10. What if by the time there can be no doubt of long term problems in many people who’ve had covid, we’ve allowed millions more infections leaving hundreds of thousands more people affected.

    ONS estimated 634K people with long covid that impacts their life in June.

    11. For comparison, c. 260K people are diagnosed with diabetes & 500K with heart disease each year.

    I worry that we are creating a chronic disease tragedy right now.

    The Silent Pandemic - YouTube
    https://www.youtube.com/watch?v=3hplyClO1qw

  • Neurology and neuropsychiatry of #COVID-19: a systematic review and meta-analysis of the early literature reveals frequent CNS manifestations and key emerging narratives | Journal of Neurology, Neurosurgery & Psychiatry
    https://jnnp.bmj.com/content/early/2021/06/03/jnnp-2021-326405

    In our review, we summarise point prevalence of 20 neurological and neuropsychiatric complications of COVID-19. The most frequently studied symptoms were heavily weighted towards non-specific features of systemic illness, such as headache, myalgia, fatigue, anosmia and dysgeusia, which are unlikely to be ‘primary’ neurological symptoms. It was predominantly these more non-specific symptoms that were found to have the highest prevalences, ranging from 20.7% (16.1% to 26.1%) to 43.1% (35.2% to 51.3%) (headache and anosmia, respectively). Of note, more specific neurological and neuropsychiatric symptoms such as altered mental status, depression, anxiety, sleep disorder, stroke and seizures were less frequently studied. However, the core psychiatric disorders of depression (23.0% (11.8% to 40.2%)) and anxiety (15.9% (5.6% to 37.7%)) appeared to be highly prevalent. The reported prevalence of major neurological disorders such as ischaemic stroke (1.9% (1.3% to 2.8%)), haemorrhagic stroke (0.4% (0.3% to 0.7%)) and seizure (0.06% (0.06% to 0.07%)) were substantially lower. Subgroup analyses suggested that study design (prospective vs retrospective), severity of illness and country of origin of a study affected the prevalence figures obtained. Importantly, for myalgia, fatigue, anosmia and dysgeusia, prevalences were substantially higher in prospective studies compared with retrospective studies.

    #neurologie

  • Scientists begin to unravel the mysteries of the coronavirus and brains - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/health/2021/06/07/covid-are-brains-affected

    In laboratory experiments, the coronavirus can infiltrate neurons and other brain cells when those cells are cultured. It also can invade clumps of cells designed to replicate the structure of a brain, which scientists call organoids. Those observations suggest brains are vulnerable to invasion by SARS-CoV-2.

    At least in theory. Not all brain specialists are convinced that what can happen in a petri dish occurs in sick humans.

    “Frankly, I don’t think it tells us a lot about what’s going on in the brains of people who were infected with this virus,” said James E. Goldman, a neuropathologist and a colleague of Thakur and Canoll at Columbia. [COVID-19 neuropathology at Columbia University Irving Medical Center/New York Presbyterian Hospital | Brain | Oxford Academic
    https://academic.oup.com/brain/advance-article/doi/10.1093/brain/awab148/6226391]

    As that trio and their co-authors reported in the journal Brain in April, they did not find viral proteins in brain autopsies.

    They detected no or low levels of viral RNA, depending on the technique used. Canoll suggested the viral genetic material they did find in the brain came from virus in the membrane that surrounds the brain, not from within the organ itself.

    “This, alongside other studies, is suggestive that there’s not a florid amount of virus in the brain in patients who have died,” said Thakur, lead author of that study.

    [...]

    Although there wasn’t much virus to be found, the brains of people killed by the coronavirus weren’t unscathed . The Columbia researchers, looking at thin slices of brain tissue under microscopes, found two main types of problems in patients who died of covid.

    First were infarctions, dead tissue surrounding blocked blood vessels, found in the brain’s gray matter. [...]

    The second issue, appearing in the brainstem, cerebellum and other areas, involved swarms of immune cells. Those cells often converged around dead or dying neurons. “They’re actually attacking and eating the neurons,” Canoll said.

    These immune cells, called microglia, were enlarged and had clustered in nodules, signaling inflammation, though not as severe as what pathologists see in cases of viral encephalitis. Curiously, there was no virus in the neurons being surrounded.

    Still, microglia don’t act like this unless provoked.

    “Something is triggering them to do that,” said immunologist Lena Al-Harthi, who studies at Rush University in Chicago how HIV affects the central nervous system. That trigger remains unknown, but Harthi suggested it could be an autoimmune response .

    ]...] Autoantibodies have been found in postmortem brains and the cerebrospinal fluid of covid patients , Harthi said.

    It’s unclear whether the pathologies seen in these autopsies could also occur in patients with mild cases, or long-term symptoms. Goldman declined to speculate. These patients, many of whom were admitted to intensive care, had died of severe covid-19.

    “This is a series of a small subset of patients, so there’s a selection issue,” Thakur said. But with that caveat and others — variants are spreading that weren’t in the initial wave of the pandemic, for example — she said the results are suggestive that the virus “isn’t entering and propagating and infecting the brain.

    The scientists are working on a follow-up study examining the brains of patients who had covid and recovered but later died. Those observations should help settle whether brains in very sick patients resemble brains in other cases.

    [..,]

    Compared with almost all other diseases, covid-19 has been studied with unprecedented focus. [...]

    The scientists used tools not typically applied across the brain.

    We’ve already started to look at the brains of patients that don’t have covid” but died of other severe lung diseases, Canoll said. They are seeing pathological changes reminiscent of what they detected in brains from people who died of covid.

    [...]

    Joanna Hellmuth, a cognitive neurologist at the UCSF Memory and Aging Center, said she hears the same story repeatedly from previously healthy young adults who tell her that after even a mild case of covid: “My brain doesn’t work like it used to.”

    Hellmuth said cognitive impairment is showing up in people who measure well in mood testing, suggesting their symptoms are not caused by depression or another psychiatric problem. She has seen similar patterns caused by other viruses

    #neurologie #covid-19 #auto-anticorps

  • Acute Ischemic Stroke and #COVID-19 | Stroke
    https://www.ahajournals.org/doi/abs/10.1161/STROKEAHA.120.031786

    Les patients covid-19 (plus de 8000 patients) ne font pas plus d’#infarctus_cérébral que les patients sans covid-19

    We found a low occurrence (1.3%) of acute ischemic stroke among COVID-19 patients. A similar prevalence (1%) of ischemic stroke was seen among patients without COVID-19 in our analysis.

    On retrouve les facteurs de risque vasculaires classiques (ce qui confirme certaines études et en infirme d’autres)

    Our findings suggest that most of the COVID-19 patients who develop acute ischemic stroke have preexisting cardiovascular risk factors for large vessel atherosclerosis, small vessel disease, and cardioembolism similar to acute ischemic stroke patients without COVID-19. Our findings may be somewhat different from the earlier observations from smaller case series that suggested that patients with COVID-19 who developed acute ischemic stroke were younger and without preexisting cardiovascular risk factors.16,22,23 Other studies have reported findings similar to our findings7,13,15 suggesting that even if COVID-19 was a predisposing factor, the risk was mainly seen in those who were already at risk for acute ischemic stroke due to other cardiovascular risk factors.

    Les pronostics fonctionnel et vital sont par contre plus péjoratifs,

    Patients with COVID-19 and acute ischemic stroke have a much higher occurrence of multisystem involvement including acute kidney injury, hepatic failure, and respiratory failure. Our findings of higher in-hospital mortality and discharge to destination other than home in COVID-19 patients with ischemic stroke compared with those without stroke have been identified in other studies.

    #neurologie

  • Frontiers | Neuropsychiatric and Cognitive Sequelae of COVID-19 | Psychology
    https://www.frontiersin.org/article/10.3389/fpsyg.2021.577529/full

    #COVID-19 : Des #séquelles cognitives et psychologiques chez 20% des survivants | santé log
    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-des-sequelles-cognitives-et-psychologiques-chez-20-des-survivants

    Cette revue de la littérature menée par l’Université d’Oxford Brookes (UK) confirme qu’une grande proportion des survivants de formes sévères du COVID-19 sera affectée par des complications neuropsychiatriques et cognitives. Si les études révèlent au fil du temps l’ampleur considérable des conséquences psychologiques de la crise et des mesures associées, peu de données ont encore été publiées sur les séquelles cognitives de la maladie. Cet examen de psychologues et de psychiatres de l’Oxford Health NHS Foundation Trust confirme la prévalence dans de nombreux cas de troubles cognitifs et de problèmes de santé mentale à long terme.

    #post-covid #covid_long #neurologie #psychiatrie

  • Cognitive deficits in people who have recovered from COVID-19 relative to controls: An N=84,285 online study | medRxiv
    https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.10.20.20215863v1

    This article is a preprint and has not been peer-reviewed [what does this mean?]. It reports new medical research that has yet to be evaluated and so should not be used to guide clinical practice.

    Case studies have revealed neurological problems in severely affected COVID-19 patients. However, there is little information regarding the nature and broader prevalence of cognitive problems post-infection or across the full spread of severity. We analysed cognitive test data from 84,285 Great British Intelligence Test participants who completed a questionnaire regarding suspected and biologically confirmed COVID-19 infection. People who had recovered, including those no longer reporting symptoms, exhibited significant cognitive deficits when controlling for age, gender, education level, income, racial-ethnic group and pre-existing medical disorders. They were of substantial effect size for people who had been hospitalised, but also for mild but biologically confirmed cases who reported no breathing difficulty. Finer grained analyses of performance support the hypothesis that COVID-19 has a multi-system impact on human cognition.

    Significance statement There is evidence that COVID-19 may cause long term health changes past acute symptoms, termed ‘long COVID’. Our analyses of detailed cognitive assessment and questionnaire data from tens thousands of datasets, collected in collaboration with BBC2 Horizon, align with the view that there are chronic cognitive consequences of having COVID-19. Individuals who recovered from suspected or confirmed COVID-19 perform worse on cognitive tests in multiple domains than would be expected given their detailed age and demographic profiles. This deficit scales with symptom severity and is evident amongst those without hospital treatment. These results should act as a clarion call for more detailed research investigating the basis of cognitive deficits in people who have survived SARS-COV-2 infection.

    #covid-19 #neurologie #covid_long

  • Le neurochirurgien Hugues Duffau sur la plasticité du #cerveau (L’Express, 02/10/2014)
    https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/hugues-duffau-le-cerveau-se-repare-lui-meme_1578825.html

    Vous pouvez retirer des tumeurs d’un volume équivalent à celui d’un pamplemousse. On a du mal à croire qu’un tel geste ne provoque pas de dégâts...

    Les séquelles invalidantes sont devenues très rares, ce qui est en soi un progrès considérable. Mais je ne m’en satisfais pas. J’aimerais que l’intervention ne change en rien la personne : ni ses capacités ni son caractère. C’est mon combat de chercheur. En attendant, je m’efforce, en tant que médecin, de provoquer le minimum de dégâts, quitte à choisir lesquels avec le patient. 

    Par exemple, j’ai reçu une pianiste russe qui parlait cinq langues. Impossible de les conserver toutes ! On ne pouvait pas multiplier par cinq la durée de l’opération pour que l’orthophoniste réalise les tests dans chaque langue... La patiente a décidé que les plus importantes, pour elle, étaient le russe, le français et l’anglais. Elle est restée polyglotte et n’a perdu, comme prévu, que l’italien et l’espagnol. 

    Vous pouvez donc sauver des langues étrangères. Quoi d’autre ?

    Nous sommes capables de préserver le champ visuel, autrement dit la capacité à voir sur 180 degrés. L’être humain peut en perdre un quart sans ressentir de gêne au quotidien. Mais pas beaucoup plus, car la loi interdit de conduire avec un champ visuel amputé de moitié. Sinon, nous avons étendu notre savoir-faire au registre des émotions.

    Il y a deux ans, une femme d’une quarantaine d’années, une magistrate, est venue me voir. Elle hésitait à choisir l’opération, craignant de commettre ensuite des erreurs de jugement. Je lui ai proposé de recourir aux derniers tests que j’ai mis au point avec un neuropsychologue, Guillaume Herbet, à l’Institut des neurosciences de Montpellier, pour préserver des fonctions complexes comme l’empathie ou la capacité à percevoir l’état d’esprit d’autrui et donc ses intentions - ce que les scientifiques nomment la « théorie de l’esprit ». Elle a accepté. Elle n’a rencontré aucune difficulté, depuis, dans l’exercice de son métier. 

    Peut-on espérer améliorer encore le pronostic pour ce type de tumeurs ?

    Certainement. Les gliomes de bas grade, pris suffisamment tôt, deviennent rarement malins, ce qui permet d’imaginer une chirurgie préventive. Voyez le cancer de la peau : le médecin retire les grains de beauté suspects pour éviter qu’ils ne prennent la forme agressive d’un mélanome, et on sauve ainsi des vies. Dans la même veine, nous venons de proposer, via la revue internationale de référence Cancer, de dépister les gliomes par IRM dans la population générale, au lieu d’attendre qu’une crise d’épilepsie pousse la personne à consulter. Pour l’instant, aucun pays ne le fait, mais c’est une évolution logique. 

    Comme Penfield dans les années 1930, vous soignez des malades et, en même temps, vous explorez l’organe de la pensée. Qu’avez-vous appris en « cartographiant » le cerveau de 500 de vos concitoyens ?

    J’ai constaté qu’il n’existait pas deux cerveaux semblables. Selon la localisation et la taille de la tumeur, des fonctions peuvent se déplacer ailleurs dans le même hémisphère, ou bien passer d’un hémisphère à l’autre. La plasticité du cerveau, c’est-à-dire sa capacité à réorganiser les connexions entre les neurones, est plus phénoménale encore qu’on ne l’imaginait.

    • Si le patient continue à parler et à bouger normalement, je sais alors que je peux intervenir sans dommage à cet endroit avec un bistouri à ultrasons. En revanche, si le patient confond les mots ou reste coi, je dépose un repère à l’emplacement testé pour me garder d’y toucher par la suite. Tel un géomètre-topographe, je dresse un relevé sur le terrain des fonctions présentes dans cette partie découverte du cerveau.

      #neurologie
      #cartographie_du_cerveau
      #chirurgie_éveillée
      #connexionniste

      welcome back @thibnton :)

  • Un court article de vulgarisation sur ce qu’on entend par plasticité cérébrale, c’est-à-dire la transformation des connexions synaptiques. Plus précisément, l’article en évoque 3 formes, relatives au développement de l’individu :

    ① des activités électriques « spontanées » qui effectuent un premier tri dans un #cerveau « hyper-connecté »
    ② une phase plus tardive, liée aux activités sensorielles et motrices
    ③ la plasticité cérébrale liée à l’expérience :

    La troisième forme de plasticité est dépendante de l’expérience. C’est le type de plasticité qui nous est le plus familier car elle affecte de nombreux aspects de notre vie quotidienne et est à la base de notre mémoire et des nombreux changements comportementaux qui nous affectent. Dans ce cas, l’expérience modifie les connexions synaptiques déjà existantes : par exemple, la mémorisation n’entraine pas simplement une addition de nouvelles synapses, mais plutôt un réarrangement de connexions nerveuses pour coder et emmagasiner les apprentissages et souvenirs. La plasticité cérébrale est aussi utilisée par le cerveau lors de traumatismes ou lésions cérébrales. Dans un premier temps, les tissus nerveux trop abimés sont détruits, puis un phénomène de plasticité réorganise les connexions environnantes afin de tenter de suppléer aux fonctions défaillantes.

    La plasticité cérébrale, par Yesser Hadj Belgacem – Cahiers des Fellows de l’IMéRA
    https://imera.hypotheses.org/506

    #neurologie #biologie #plasticité_cérébrale #cerveau

  • Actualité > La #fatigue chronique serait une #maladie biologique
    http://www.futura-sciences.com/magazines/sante/infos/actu/d/biologie-fatigue-chronique-serait-maladie-biologique-57357

    Sans cause ni traitement connus, le syndrome de la maladie chronique, connu sous le nom d’encéphalomyélite myalgique (ME/CFS), a longtemps laissé les scientifiques perplexes. Il peut provoquer une fatigue extrême, des maux de tête, des difficultés de concentration et des douleurs musculaires.

    « Nous avons maintenant la confirmation de ce que des millions de gens atteints de cette maladie savaient : la ME/CFS n’est pas psychologique, affirme Mady Hornig, professeur associé en épidémiologie à la Mailman School et principal auteur de l’étude. Nos résultats devraient accélérer le processus pour établir un diagnostic (...) et découvrir de nouveaux traitements en se concentrant sur ces marqueurs sanguins. »

  • Survoler l’univers des hallucinations
    http://www.laviedesidees.fr/Survoler-l-univers-des.html

    Dans son dernier ouvrage, le neurologue Oliver Sacks nous offre un panorama clinique de l’hallucination. Ce phénomène polymorphe se révèle bien moins rare qu’on le croit, au point qu’il pourrait constituer un fondement naturel de certaines formations culturelles, comme les religions et les mythes.

    Livres & études

    / #illusion, #neurologie, #science, #religion, #folie, #psychiatrie

    #Livres_&_études

  • L’univers des hallucinations
    http://www.laviedesidees.fr/L-univers-des-hallucinations.html

    L’hallucination, selon le neurologue Oliver Sacks, n’a rien que de naturel, et nous sommes tous plus ou moins enclins à diverses formes de perceptions délirantes. Au point qu’elles pourraient constituer la base émotive de certaines formations culturelles, comme les religions et les mythes.

    Livres & études

    / #illusion, #neurologie, #science, #religion, #folie, #psychiatrie

    #Livres_&_études

  • Les neuro-révolutionnaires - Laurent Alexandre, à l’USI
    http://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8

    Faut-il mettre des limites à l’Intelligence Artificielle ? Comment la maîtriser et doit-on l’interfacer à nos cerveaux biologiques ? A l’ère des prothèses cérébrales, le risque de neuro-manipulation, de neuro-hacking et donc de neuro-dictature est immense. Nous devons encadrer le pouvoir des neuro-révolutionnaires comme Google : la maîtrise de notre cerveau va devenir le premier des droits de l’Homme.

    Je vous bassine quasi quotidiennement avec ces questions, mais cette conférence est (vraiment) à voir. Certes, Laurent Alexandre est un poil anxiogène, péremptoire, manque de nuance, etc. Certes il est concentré uniquement sur les neuro-technologies, le transhumanisme et Google (c’est sa thèse). Mais pour autant, il a raison et expose assez brillamment un monde qui vient et qu’on ne voit pas venir.

    #Cerveau #Google #Informatique #Laurent_Alexandre #Neurologie #Numérique #Politique #Silicon_Valley #Technologie #Transhumanisme

    • très très intéressant, mais dommage pour toutes ces remarques se voulant drôles sur Angela Merkel qui est grosse, Demi Moore qui est moche, Manuel Valls qui a pas le temps de penser à l’avenir parce qu’il est pris en otage par l’extrême-gauche, etc.

    • un poil anxiogène, péremptoire, manque de nuance

      C’est le moins qu’on puisse dire... ;-) les #facepalms furent nombreux lors du visionnage. A noter également que le monsieur est plus un businessman (http://www.dnavision.com) qu’un médecin (il est donc plus ou moins dans la même partie que ce dont il parle).

      Par contre, la synthèse qu’il fait du projet #transhumaniste des #GAFA est une première (en « grand public » francophone).

      Ce qui me désole, c’est le coté ethnocentré, naïf et bête, à la fois du présent discours et du projet des GAFA (où sont passés les grands scientifiques, cultivés, ayant fait leurs humanités ?).

      En forçant à peine le trait, on peut le dire : Google n’est pas une entreprise, cela devient une religion, un projet de transformation de l’humanité, fondé in fine sur la peur de la mort de ses fondateurs.

      Ah oui, et le tag #réductionnisme_neuronal qui va bien.

    • J’en ai fait mon sujet pour demain. Parce que ça fait bientôt plus de 3 piges que je tire la sonnette d’alarme et essaie de soulever un débat de société. Faut-il être bardéE de diplômes pour être écoutéE ?? Car ce qu’effleure Laurent Alexandre, c’est que vont être les sociétés de demain ? Il y a un débat à engager...pas pour nous, mais pour les générations suivantes.

    • Ce que fait Laurent Alexandre ressemble à de la manipulation pure et dure, fort comparable aux gourous de sectes. Il utilise en particulier une technique qu’adore les transhumaniste (et tout les technogaga), annoncer le futur qu’il souhaite comme puissant et inévitable et terrifiant : « ça va arriver, on ne peut pas l’éviter, ayez peur, préparez vous, acceptez le » sans oublier le terrible « mais si on est vigilant ça peut quand même être cool et nous libérer, surtout si on le hack ». Il semble aussi aimer jouer avec les tripes de son auditoire en soufflant le froid « vous ne pissez que du code, vous allez être remplacé par des robots » et le chaud « mais ne vous inquiétez pas moi aussi je suis avec vous, je suis un geek ». Au final son discours est complétement désarmé et désarmant. Dans le même style il y a Jean-Michel Besnier, version philosophe.

      Bref de fieffés réactionnaires qui veulent se parer des airs de la subversion pour coloniser notre temps de cerveau qu’ils estiment disponible.

      En lien :

      Les nouvelles tactiques de propagande des technosciences
      http://seenthis.net/messages/287516

      « Les sciences sont notre avenir », annonce l’en-tête de Sciences en marche, site corporatiste des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR). C’est-à-dire que nous n’avons pas le choix. #TINA : There Is No Alternative, comme disent les critiques du libéralisme chez qui recrutent justement les animateurs de Sciences en marche. Comme nous n’avons pas le choix, il ne nous reste qu’à aimer cet avenir inévitable, aussi haïssable et incertain qu’il puisse être. Il en va du #Progrès (de leur progrès), de l’innovation, de la compétitivité de leurs entreprises, de l’économie (de leur économie), de l’adaptation de l’homme-machine au monde-machine – et puis surtout, des crédits de la recherche et de l’emploi des chercheurs.

      A défaut d’avoir le choix ou d’aimer cet avenir scientifique, nous pouvons en parler. Ça ne change rien, mais ça soulage et, qui sait ? nous pouvons même nous y faire, faire notre deuil, trouver des moyens de l’adoucir et de l’accepter. Il y a des cellules psychologiques pour ça. On peut par exemple détruire un mode de vie et lui substituer un musée cimetière où employer les survivants comme guides, gardiens, fantômes. Enfin, il y a plein de possibilités. L’important c’est de participer - pas de gagner, puisque gagner est impossible, soyez rationnels. Participer, c’est accepter l’inévitable, l’avenir scientifique en marche. Voilà une attitude mûre, rationnelle et bénéfique : se soumettre à la loi du plus fort et tirer de cette soumission les miettes symboliques.

      Malheureusement la société n’est pas aussi rationnelle qu’il le faudrait pour son propre bien. Elle est agitée de courants réactionnaires, bruyants, hostiles au nucléaire, au numérique, à la robotisation, aux #OGM, aux #nanotechnologies, aux gaz de schiste, aux puces #RFID, à l’#eugénisme, à la reproduction artificielle de l’humain. A l’organisation scientifique de la société. Des mouvements de refus s’expriment ; la jeunesse déserte les carrières scientifiques ; on ne croit plus les autorités scientifiques ; les médias échouent à porter la bonne parole et à faire entendre raison ; l’expertise et la démocratie technique sont tournées en dérision ; les pseudo-débats organisés par des instances pseudo-indépendantes donnent lieu au chahut et à la colère de la société. Du moins de cette partie de la société qui ne décide pas de notre avenir, qui ne fait pas partie du personnel technoscientifique ni de leurs partenaires publics et privés. C’est très inquiétant. Un rapport gouvernemental nous le dit : on ne peut pas, par exemple, développer les nanotechnologies ni la biologie de synthèse à l’échelle industrielle, sans le soutien de la société : « Il demeure impossible de déployer ces technologies à plus grande échelle sans un #fort_consensus_social » (1). – Tiens donc ! Ainsi, finalement, nous aurions le choix. Il y aurait une alternative. Et cela ferait une différence de dire oui ou de dire non.

    • Oui, Laurent Alexandre fait partie depuis plusieurs années de ce petit groupe d’acceptionnistes (communicants, philosophes, sociologues) qui vont de colloques en conférences grands publics afin de « critiquer » mollement tout en affirmant que c’est impossible d’y échapper et qu’il faut s’y préparer. C’est un grand classique, mais ça marche toujours.

    • @Gastlag Merci pour cette précieuse documentation. Bien que je partage certains aspects sur la robotisation du monde du travail et autres sujets que Laurent Alexandre soulève, je me dis qu’il faut tout de même se préparer à un grand bouleversement sociétal, d’où l’instauration d’un revenu universel pour tous.

      Je ne le dis pas en l’air, car j’ai des contacts avec des professeurs qui travaillent dans la recherche fondamentale sur le cerveau et la neurologie. De même que j’habite à côté de l’EPFL et que nous sommes au courant des recherches qui s’y déroulent.
      Il y a une éthique que les chercheurs ne doivent pas franchir et ils s’y tiennent. Mais ils sont aussi conscients que si des recherches ne sont pas faites dans le cadre de l’université, des laboratoires sont ouverts dans des pays qui ne sont pas regardants sur certaines expériences.

      Je ne pense pas qu’il faille jeter le bébé et l’eau du bain, car tout ce qu’il dit n’est pas faux. Cela est effrayant, mais ayant connu l’essor informatique depuis 1987 en travaillant sur MS_DOS et UNIX, les projets étaient de créer un monde formidable où les gens seraient libérés des tâches contraignantes et que si certaines personnes voulaient s’adonner à des tâches qu’ils leur plaisaient, ils pouvaient le faire sans stress et que tout le monde il était beau, tout le monde il était gentil. Bien sûr, ayant tout le temps le nez fourré dans les programmes, nous n’avions pas conscience de la surpopulation, de la pollution etc...
      Quoique pour la pollution, nous triions nos déchets depuis des lustres, puisque cela nous rapportait des sous !

      Je pense qu’il ne faut perdre de vue certaines évolutions et de nier certaines évidences puisque certains travaux sont déjà remplacés par les machines. Ce n’est pas de la propagande que je fais là et je ne connaissais pas Laurent Alexandre avant la vidéo d’Homlett. Mais il m’est d’avis qu’il y a des choses à en tirer et de ne pas s’aveugler sur les avancées technologiques.

  • La méditation rend le cerveau plus actif - Science Daily
    http://alireailleurs.tumblr.com/post/86668873705

    Cette pratique ancestrale nous permettrait de traiter un plus grand nombre de pensées et de sensations, selon une recherche effectuée à l’Université Norvégienne de Science et Technologie et rapportée par Science Daily. Mais attention ! Pas n’importe quelle forme de méditation. Il existe en effet deux types de techniques : la méditation basée sur la concentration, consiste, comme son nom l’indique, à restreindre ses pensées vers un sujet unique, par exemple un son,une image, une divinité ou un concept. L’autre méthode consiste plutôt à être conscient du passage des phénomènes mentaux, sans se laisser absorber par aucun d’entre eux, mais sans non plus chercher à les supprimer ou les contrôler. Ce que l’étude nomme “méditation non dirigée”, et dont l’exemple le plus connu est la méditation Zen. C’est ce second (...)

  • Dans le cerveau d’un rappeur en pleine improvisation | Slate
    http://www.slate.fr/lien/65137/cerveau-rappeurs-improvisation-freestyle

    « C’est toute une réorganisation fonctionnelle du cerveau qui facilite la phase d’improvisation, caractéristique de la créativité »

    Siyuan Liu et Allen Braun, spécialistes en neurosciences du NDCD ont d’abord observé le cerveau de 12 rappeurs en pleine improvisation afin de mieux comprendre le processus créatif. Dans une seconde expérience, les rappeurs devaient également mémoriser des paroles choisies par les chercheurs et les réciter. En comparant les scans du cerveau des rappeurs réalisés durant les deux exercices, improvisation et récitation, les auteurs ont pu déterminer les zones du cerveau sollicitées.

    Les analyses montrent que, pendant les phases d’improvisation, certaines zones du cerveau sont beaucoup plus sollicitées que d’autres. En effet, les rappeurs ont présenté une augmentation de l’activité dans le cortex préfrontal médian, une zone qui semble gérer l’intuition.

    Deux autres zones étaient au contraire inhibées : le cortex orbitofrontal qui gère la censure et le cortex préfrontal dorsolatéral qui gère la planification des tâches. Les rappeurs mettraient donc leur cerveau dans une disposition particulière, « un contexte neurologique d’absence de surveillance et de contrôle conscient volontaire » écrivent les scientifiques.

    #hiphop #improvisation #rap #analyse #neurologie #cerveau