person:al gore

  • Nombreux sont ceux qui ont dû lire un article ou voir une vidéo au sujet de la jeune suédoise Greta Thunberg. Rares sont ceux qui ont entendu parler de « We Don’t Have Time », la startup suédoise ayant orchestré son succès médiatique. En effet, les premières photos de Greta Thunberg qui ont circulé sur internet ont été prises par Mårten Thorslund, responsable marketing et développement durable de We Don’t Have Time.

    Selon ses propres termes, « We Don’t Have Time est un mouvement et une startup de la tech qui compte utiliser le pouvoir des réseaux sociaux pour responsabiliser les dirigeants et les entreprises vis-à-vis du changement climatique. » Startup qui compte Greta Thunberg parmi ses deux « conseillères spéciale jeunesse ». Ingmar Rentzhog, un des principaux fondateurs de l’entreprise We Don’t Have Time, est aussi le fondateur de l’entreprise suédoise de conseil en communication Laika, spécialisée dans le conseil d’entreprises financières ; Laika a récemment été rachetée par la plateforme de crowdfunding suédoise FundedByMe (une entreprise qui possède des bureaux en Malaisie et à Singapour), qui a alors recruté Rentzhog dans son conseil d’administration. Ingmar Rentzhog est aussi membre du think tank Global Utmaning (Défi Mondial, en français) depuis le 24 mai 2018. En outre, il a été formé par l’ONG de l’ex vice-président états-unien Al Gore « The Climate Reality Project ». Organisation qui « a pour but de former des individus souhaitant contribuer à la sensibilisation générale sur le sujet du réchauffement climatique, en fournissant les outils, le réseautage et les compétences de communication oratoires nécessaires afin de captiver un publique et par conséquent, parvenir à introduire des actions concrètes de changement comportementaux ».

    Al Gore qui est un modèle particulièrement important pour la jeune Greta Thunberg qui, d’ailleurs, ne sort pas de nulle part. Sa mère, Malena Ernman, est une célèbre chanteuse d’opéra suédoise et un des héros de l’année 2017 désignés par le WWF, son père, Svante Thunberg, est un acteur suédois, et son grand-père, Olof Thunberg, est aussi un acteur et réalisateur suédois.

    Se soucier du réchauffement climatique, fort bien. Mais se laisser duper par la médiatisation fulgurante d’une jeune suédoise, organisée par d’ardents partisans du Green New Deal (sorte de plan pour un capitalisme vert) actuellement promu par tous les imposteurs de l’opposition autorisée dans les médias de masse (d’Al Gore à Naomi Klein en passant par Varoufakis), non ! Le développement et le subventionnement massif des industries des énergies dites « vertes », l’amélioration de l’efficacité énergétique, la géoingénierie (avec notamment les technologies dites de capture et stockage du carbone), ainsi que toutes les recommandations que l’on retrouve déjà dans le rapport Brundtland de 1987 ayant donné naissance au mythe du « développement durable », rien de tout cela ne permettra de mettre fin à la destruction systématique du monde naturel. Il ne peut exister de capitalisme vert, pas plus que d’industrialisme vert.

    La surmédiatisation de Greta c’est un pur produit du lobbying en faveur d’un capitalisme vert, qui fait aussi office de campagne de divertissement et de rassurance du grand public. Tous ceux qui se réjouissent de la performance de Greta ne sont pas des partisans du verdissement de la société industrielle capitaliste (même si beaucoup en sont), mais tous ceux qui l’orchestrent, si. Et pour l’instant, au cas où c’était pas suffisamment évident, la nébuleuse du mouvement écologiste est ultra-dominée par différentes formulations de la même illusion d’une société industrielle écolodurable, ce qui explique pourquoi nous sommes dans la merde où nous sommes, pourquoi rien ne change, et pourquoi tout empire et va continuer d’empirer.

    https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10156262161297523&set=a.146557692522&type=3

  • How Libertarian theology and Trump are destroying the Internet — and America – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/01/how-libertarian-theology-and-trump-are-destroying-the-internet-and-america

    With speeds up to 100 times faster than current 4G cellular data, 5G will make possible everything from driverless cars to cell-connected long-distance drones to precision remote surgery. The amount of data flowing through our cellular systems will explode, along with places it can be used and the uses to which it can be applied.

    Remote applications that are currently too difficult to wire for high-speed internet or won’t work well at 4G speeds will easily become remotely controlled, spreading the internet revolution to every device in the home, office, and even remote workplaces.

    Along with all this data will, inevitably, come hackers, both criminal and state-sponsored. The amount of data that it now takes a third of a year to harvest with 4G can be scooped up in a single day using 5G.

    Given that the U.S. government invented the internet (yes, Al Gore did co-author the legislation) and has a huge stake in its security, doesn’t it make sense that our government should provide, at least in framework and standards, for its security?

    But, no. Trump and Pence want to do to the FCC what they’ve done to the EPA, the Department of the Interior, the FDA, and to oversight of our banking systems.

    According to Trump and his billionaire libertarian owners, the safety and security of America is not the proper role of government. Not our air, our water, our public lands, or even our internet.

    “Just turn it all over to the billionaires,” they say. “What could possibly go wrong?”

    FCC Chairman Ajit Pai, the former Verizon lawyer, even went so far as to say that “the market, not government, is best positioned to drive innovation and leadership” with regard to internet security.

    Meanwhile, the President’s National Security Telecommunications Advisory Committee—after looking at how 5G will blow open data operations across the country—wrote just three months ago that “the cybersecurity threat now poses an existential threat to the future of the nation.”

    #Cybersécurité #Libertariens #Idéologie_californienne #5G #Normalisation

  • I cite : This Changes Some Things
    http://jdeanicite.typepad.com/i_cite/2015/03/this-changes-some-things.html
    Jodi Dean : pourquoi l’approche de Naomi Klein ne va pas assez loin.

    How do we imagine the climate changing?

    Some scenarios involve techno-fixes like cloud-seeding or new kinds of carbon sinks. Cool tech, usually backed by even cooler entrepreneurs, saves the day — Iron Man plus Al Gore plus Steve Jobs. In green.

    Other scenarios are apocalyptic: blizzards, floods, tsunamis, and droughts; crashing planes; millions of migrants moving from south to north only to be shot at armed borders. The poor fight and starve; the rich enclave themselves in shining domed cities as they document the extinction of charismatic species and convince themselves they aren’t next.

    And there is climate change as unconscious: the stuff of stress, inconvenience, anxiety, and repression; the relief at not having to manage anymore; the enjoyment of change, destruction, and punishment. There will be a last judgment after all. Here those of us who follow the reports of emissions, temperature increases, and political failure get to enjoy being in the know, being those with access to the truth. We can’t do anything about it, but we can judge everyone else for their blind, consumerist pleasures. We can name our new era, marking our impact as the Anthropocene (hey, we have changed the world after all.) Anticipatory Cassandras, we can watch from within our melancholic “pre-loss,” to use Naomi Klein’s term, comforted at least by the fantasy of our future capacity to say we knew it all along. We told you so.

    The hardest thing is doing something about it. Coming together. Fighting against the multiple centrifugal forces that have produced us as individuals preoccupied with our particular freedoms, preferences, conveniences, and choices. It’s no wonder in this setting that market approaches to climate change have appeared as popular options. They affirm the selves we’ve become and promise to solve the problems all in one new light-bulb or electronic car.

    Some of our present difficulty comes from the challenge of imagining a better future. Does it involve a kind of re-peasantization? The elimination of all industry, of all the advantages accrued to some of us under late capitalism? Or is it closer to what we have now, but with windmills and bicycles, the Dutchification of everything? Or is it really not that big a deal at all, a few tweaks here and there so that society looks pretty much like it did in the 70s (Taxi Driver? New York told to drop dead?).

    Naomi Klein’s bold attempt in This Changes Everything is to take up the challenge of creating an alternative to the grim inequalities of our present trajectory by using climate change as a frame for galvanizing left politics. What the economic crises of the seventies and eighties were for the right (opportunities to deepen and extend neoliberalism), climate change can be for the left (an opportunity to “pull huge swaths of humanity out of poverty”). If the left fails to take this opportunity, that is, if we don’t take advantage of the “existential urgency” that climate change provides to develop a more focused left strategy, we are doomed to “climate-change-fueled disaster capitalism—profiteering disguised as emission reduction, privatized hyper-militarized borders” etc (154). What we need, she tells us, is a People’s Shock.

    Rejecting narrow market-based approaches like cap and trade, Klein argues that climate change

    could be the best argument progressives have ever had to demand the rebuilding and reviving of local economies; to reclaim our democracies from corrosive corporate influence; to block harmful new free trade deal and rewrite old ones; to invest in starving public infrastructure like mass transit and affordable housing; to take back ownership of essential services like energy and water; to remake our sick agricultural system into something much healthier; to open borders to migrants whose displacement is linked to climate impacts; to finally respect Indigenous land rights — all of which would help to end grotesque levels of inequality within our nations and between them. (7)

    Just as Marx and Engels linked communism to the workers movement, making communism the mission of the working class, so does Klein link a vision of a progressive future to the climate movement. If the only way to eliminate the exploitation of the workers is the abolition of capitalism, the only to eliminate the exploitation of the planet is .... multiple, dispersed activities combined within a diffuse policy framework oriented toward long-term planning and inspired by an essentialist, overly romantic vision of locality, indigeneity, and democracy (that is to say, populism).

    Klein’s attempt to make climate change the basis for a stronger left politics is a crucial political move. But she weakens it. She fails to see it through. At the site of this failure is a red hole, a missing communism that distorts her vision. She invokes radical politics, but ultimately pulls back into the formula of the alter-globalization movement: in a movement of movements, multiple communities can solve their problems democratically.

    Klein presents the “core problem” preventing adequate response to climate change as “the stranglehold of market logic” and “unfettered corporate power.” She says that “our economy is at war with many forms of life on earth, including human life.” (21) We are in the midst of a battle between capitalism and the planet. If capitalism wins, and at this point it is winning, extremely dangerous warming will lock-in, threatening the habitability of the planet. What is to be done? We have to change everything.

    Everything rides on how we understand “everything.” Klein seems to understand it in terms of neoliberalism, where neoliberalism involves privatization, deregulation of the corporate sphere, lowering of taxes within a broader setting of global trade. By rendering the problem in terms of neoliberalism, she doesn’t have to advocate the abolition of capitalism, even when her arguments tend in that direction. So her solution is a kind of global Green Keynesianism, a step back into the time before neoliberalism dismantled the welfare state. It is hard to say exactly what Klein has in mind, though, since she offers so many options in a giant menu of change. It’s like she thinks “everything” should be on the table and we (each “community”) should be able to pick what we want (perhaps in a truer, more democratic market).

    Klein’s sense of “everything” is limited by the absence of a communist alternative. For example, even as she criticizes market fundamentalism, she sometimes seems fully ensconced in it. She wants to “buy time for clean energy sources to increase their market share and to be seen as more viable alternatives, weakening the power of the fossil fuel lobby” (349). But if we have to change everything, why not just nationalize the fossil fuel industries and undertake a 5-10 year process of dismantling them? Or why not nationally fund clean energy and inject so many taxes and regulations into the carbon economy that it withers away? It’s like Klein feels so fully trapped within the economic system we have that she can’t break free even as she insists we must break free. There has been and still is a name for this break — communism.

    Some of the components of Klein’s new Green Keynesianism would likely include: a carefully planned economy; basic annual income; big public sector expenditures; higher taxes on the rich; and tougher business regulations. The Green justification for the higher taxes on the rich is that they are the ones who need to curb their consumption. The big expenditures would include better public transit, energy efficient housing, and changes in land use to encourage local agriculture. Klein also favors doing a lot with taxes, following the “polluter pays” principle applied to corporations and the rich. It was never clear to me who or what was engaged in the long-term planning she advocates and what sort of force these plans would have. I expect that planning would occur on multiple levels. Given Klein’s insistence on local, decentralized communities, it also isn’t clear to me how the plans would be integrated.

    Klein opposes the nationalization of energy. She advocates instead the model of democratically run, community-based utilities — let a thousand renewable energy providers bloom! She treats this as a project of the commons (her models are Germany and Denmark). Governments provide a national framework within which decentralized, small-scale, local providers supply renewable energy.

    Accompanying the core problem of market fundamentalism is a cultural narrative regarding human domination of the earth. This narrative, Klein argues, underlies much of the left as well as the capitalist right. The former Soviet Union, Mao’s China, and contemporary extractivist left-wing governments in Latin America are clear examples, but so are trade unions fighting for “dirty” jobs instead of clean ones, and so are any left Keynesians who continue to think in developmentalist terms. In place of this narrative of domination, Klein’s Green Keynesianism would emphasize regeneration, “relationships of reciprocity and interconnection with the natural world” (182).

    How, then, can we make the change we want to see? Not with big Green: “the ’market-based’ climate solutions favored by so many foundations and adopted by many greens have provided an invaluable service to the fossil fuel sector as a whole” (199). These include consumer-based solutions (buy Green!) as well as carbon trading schemes, and fracking as a clean energy bridge to renewables. In addition to having done little to nothing to lower emissions over the last twenty years, these approaches, she argues, make the problem worse by failing to challenge the hegemony of the market.

    Klein has more confidence in the “movement of many movements” that she calls “Blockadia.” These include anti-fracking, anti-extractive industry, and pipeline protests all over the world. Klein rightly emphasizes how the contemporary resistance movement is more than a NIMBY struggle. Across multiple sites, activists share the conviction that fossil fuels must remain in the ground. They use local issues (health, safety, livelihood) as instruments for getting at the global problem of climate change.

    The struggles of Blockadia are the flip side of the extreme energy boom going on for the last decade (the one with Sarah Palin’s tagline, “drill, baby, drill!”). In the US and Canada, this boom has made more visible the war that the fossil fuel industry has long tried to hide, namely, that the carbon economy—and the capitalist economy more generally—relies on sacrifice zones. Klein writes:

    for a very long time, sacrifice zones all shared a few elements in common. They were poor places. Out-of-the-way places. Places where residents lacks political power, usually having to do with some combination of race, language, and class (310).

    With the “extreme energy frenzy,” the sacrifice zone has expanded. More people—and more people in the north and west, in areas formerly privileged enough to think they were entitled to turn their heads—are now in the zone of allowable sacrifice. From the vast reach of the Bakken, Marcellus, and Utica shale plays, to the Alberta tar sands, to the continent crossing pipelines, to deep-water oil rigs, to the exploding bomb trains, the intensification of the carbon economy has extended the range of expendable people and places.

    Although Klein doesn’t use these terms, climate change makes clear the scale of expropriation underpinning the carbon economy. The surplus value captured by the top— by the owners, shareholders, and executives of the fossil fuel industry — is expropriated not just from the workers in the industry (which it is), and not just from those living nearby (which it is), but from those living hundreds and thousands of miles away (which is a characteristic also of nuclear power). “Sacrifice zone” has the capacity to be a key concept for knitting together anti-capitalist and climate struggles.

    It’s correlative concept could then be the “commons.” For example, we would want to eliminate sacrifice zones and treat the entire planet as a commons. Having disallowed communism, Klein can’t get us to this point. More specifically, in the place in her argument where Klein could — and should — point to an internationalist egalitarian vision such as that championed by communists she appeals to a vague notion of democracy understood as multiplicity combined with a romantic vision of indigenous people. This combination embeds unresolved tensions in her argument.

    The first problem is the equation of the Blockadia movements with a struggle for democracy. Klein writes: this emergent network of resistance is “driven by a desire for a deeper form of democracy, one that provides communities with real control over those resources that are most critical to collective survival—the health of the water, air, and soil” (295) and “the fight against violent resource extraction and the fight for greater community control, democracy, and sovereignty are two sides of the same coin” (309). Klein displaces particular struggles (pipeline, fracking, climate) into the political field rather than seeing how the struggles themselves change the field by contesting its terms. Most of the time, activist groups aren’t majorities. They are small groups trying to force a position and bring more people over to their side — as well they should!

    Additionally, Klein implies that communities are somehow unified and that they encounter an external force (state or corporation) that is violently extracting resources from them. But division goes all the way through communities. The communities themselves are divided. The deadlocked political system that we have is both a cause and an effect of this division. Marxists refer to this division as class conflict (which works well enough if we have a loose understanding of ’class’). By omitting the constitutive place of division, Klein can suggest that community sovereignty is a goal, again, as if the community were united against fossil fuels — but the fact that we are not united is precisely the problem the book, and the movement, encounters.

    To use a local example, in the battle against the expansion of methane gas storage and LPG storage in the fragile salt caverns adjacent to Seneca Lake, the Town of Reading — where the facility is located — endorses the gas storage plan. Schuyler County — where the facility is located — also supports the plan, although the vote came down to 1 person in their local board and the community is clearly divided. All the other counties surrounding the lake oppose the plan, but most of this opposition came from votes by city or county boards after petitions from activists. The state is considering the issues, and will make a decision. The federal government has already agreed to let the methane storage proceed, but might reconsider. Which level counts as the community? Why? And what sense does this make in a global setting? No one involved has said that the process has not been democratic. This is what democracy looks like. We just don’t think it has yielded the right outcome.

    The second problem is Klein’s association of communities with indigeneity and land. Klein writes, “communities with strong ties to the land have always, and will always, defend themselves against businesses that threaten their ways of life” (309). Here again she denies division, as if everyone in a community agreed on what constituted a threat, as if they were all similarly situated against a threat, as if they were never too deluded, tired, or exploited to defend themselves, as if they could never themselves constitute a threat to themselves. Cities, towns, states, and regions make bad decisions all the time; they stimulate industries that destroy them. Klein, though, has something else in mind, “a ferocious love” that “no amount of money can extinguish.” She associates this love “with an identity, a culture, a beloved place that people are determined to pass on to their grandchildren, and that their ancestors may have paid for with great sacrifice.” She continues, “And though this kind of connection to place is surely strongest in Indigenous communities where the ties to the land go back thousands of years, it is in fact Blockadia’s defining feature” (342).

    Participants in my seminar found this description racist or fascist. Even though this is not Klein’s intent, her rhetoric deploys a set of myths regarding nature, and some people’s relation to nature, that make some people closer to nature (and further from civilization) than others. It also justifies an intense defense of blood and soil on the part of one group’s attachment to a place such that others become foreign, invaders, rightly excluded as threats to our way of life, our cultural identity. Given that climate change is already leading to increased migration and immigration and that the US and Europe are already responding by militarizing borders, a language of cultural defense and ties to the land is exactly what we don’t need in a global movement for climate justice.

    Klein’s argument, though, gets worse as it juxtaposes indigenous people’s love of place with the “extreme rootlessness” of the fossil fuel workforce. These “highly mobile” pipefitters, miners, engineers, and big rig drivers produce a culture of transience, even when they “may stay for decades and raise their kids” in a place. The language of rootless echoes with descriptions of cosmopolitan Jews, intellectuals, and communists. Some are always foreign elements threatening our way of life.

    In contrast, I imagine climate politics as breaking the link between place and identity. To address climate change, we have to treat the world itself as a commons and build institutions adequate to the task of managing it. I don’t have a clear idea as to what these institutions would look like. But the idea that no one is entitled to any place seems better to me as an ethos for a red-green coalition. It requires us to be accountable to every place.

    I should wrap this up. The final tension I want to address comes in Klein’s conclusion, as she emphasizes mass social movements. Invoking the abolition movement, Klein is inspiring, properly crediting Chris Hayes for his influential Nation article linking climate change and the emancipation of the slaves in the US. Nonetheless, her argument is strange. She calls for societal transformation but refuses the term “revolution.” Throughout the book, she has said that we are running out of time to stop a warming trend so severe as to destroy civilization as we know it if not eliminate the human species altogether. She invokes Brad Werner’s famous paper announcing that earth is basically fucked. But she writes:

    And let’s take it for granted that we want to do these radical things democratically and without a bloodbath, so violent, vanguardist revolutions don’t have much to offer in the way of roadmaps (450).

    This lets her completely discount the revolutionary movements of the 19th and 20th centuries, as if there is nothing to learn from any of the large scale organizing undertaken by communists, socialists, wobblies, and unionists. Her model for the left thus relies on extracting from the left a central component of our history. Frankly, at the level of tactics alone, this is a bad call: why sign on to a political project premised on the rejection of working class achievements (a move which repeats a ubiquitous gesture of erasure since 1989). Wouldn’t incorporating these achievements be fundamental to any effort to reinvent “the very idea of the collective, the communal, the commons, the civil, and the civic after so many decades of attack and neglect” (460)? Klein is trying to open up a collective desire for collectivity, but without communism.

    It is also without revolution, which Klein dismisses as vanguardist, as if her Blockadians weren’t themselves at the vanguard of climate struggle. But what does it mean to reject revolution? If the movements are mobilized as she suggests, what will stop them? What would block or hinder the people after they are moving? Perhaps the state, since Klein hasn’t said anything about seizing it. Perhaps each other, since she thinks of us as divided into local communities. Perhaps the capitalist system, since she hasn’t called for its abolition. Or perhaps this isn’t the worry, since we are unlikely to be mobilized enough in time at all — and for enough of us in the north, that will be okay, at least for a while.

    #climat #écologie #capitalisme #politique

  • A qui profitent les « ampoules gratuites  ? | « LES VREGENS
    https://cafemusique.wordpress.com/2017/09/29/a-qui-profitent-les-ampoules-gratuites

    Quand on connaît le prix des nouvelles ampoules « à économie d’énergie » (qui à l’expérience, ne durent guère plus longtemps que les bonnes vieilles ampoules à filament), forcément, ça interpelle. Et je me méfie toujours de ceux qui veulent me faire des cadeaux. Dans notre monde, je n’y crois pas. Comme on dit par chez moi, « Cadeau, il est mort »…

  • Ralph Nader : Les démocrates sont incapables de défendre les Etats-Unis face aux républicains “le plus brutal” de l’histoire The Intercept, Jon Schwarz, 25-06-2017 Traduction Les Crises
    https://www.les-crises.fr/ralph-nader-les-democrates-sont-incapables-de-defendre-les-etats-unis-fac

    LE PARTI DÉMOCRATE est à son niveau le plus bas de mémoire d’homme. Il a perdu la Maison-Blanche et les deux chambres du Congrès. A l’échelle de l’État, il s’agit du niveau le plus bas depuis 1920. Et aujourd’hui en 2017 les Démocrates n’ont gagné aucune des 4 élections spéciales destinées à élire les remplaçants des membres républicains du congrès qui ont rejoint l’administration de Trump.
    Comment en est-on arrivé là ? Personne dans le Parti démocrate ne va poser la question, mais peut être le devrait-on et c’est ce que fait le légendaire défenseur des consommateurs, trois fois candidat aux élections présidentielles, Ralph Nader.

    Nader, âgé maintenant de 83 ans et installé à Washington D.C depuis plus de 50 ans, a été aux premières loges de la lente chute des Démocrates. Après ses révélations explosives sur l’industrie automobile américaine dans son livre « Ces voitures qui tuent », lui et ses organisations ont collaboré avec les Démocrates du Congrès pour passer un kyrielle de lois visant à protéger l’environnement, les consommateurs et les lanceurs d’alerte. Le journaliste William Greider a dit de lui qu’il était l’un des trois plus grands modèles du militantisme démocratique, avec Saul Alinsky et Martin Luther King Jr. D’un autre côté, le « Memo Powell » de 1971, qui pose les bases d’une résurgence des droits des entreprises, le considère comme l’ennemi principal du « système » et l’appelle « l’unique opposant efficace au pouvoir des entreprises américaines ».


    Quoi qu’il en soit, Nader est bien évidemment devenu persona non grata dans le Parti démocrate depuis ses candidatures pour le Parti vert dans les années 2000. George W. Bush a officiellement battu Al Gore en Floride de 537 voix, avec les votes électoraux menant Bush à la Maison-Blanche bien que ce dernier n’ait pas gagné le vote populaire. En réalité, cependant, une étude approfondie, peu remarquée, publiée peu après le 11 Septembre a établi que Gore aurait gagné en Floride si tous les votes contestés avaient été recomptés.
    Les démocrates ont fustigé Nader, qui a obtenu 97 000 votes en Floride, pour avoir permis l’élection de Bush. Puisqu’ il est impossible de refaire l’histoire, il n’y a aucune manière de savoir si Gore aurait gagné sans la candidature de Nader. Certes il aurait pu gagner, mais il est possible aussi que, sans la menace Nader, qui a beaucoup poussé Gore à prendre des positions plus populaires, plus progressistes, le candidat démocrate aurait fait un score encore pire avec une élection où Nader n’aurait pas figuré.

    En tout cas, il est maintenant incontestable que le Parti démocrate a d’importants problèmes qui ne peuvent être imputés à ce qu’a fait Ralph Nader en 2000. Dans une interview récente, Nader, toujours très bien informé et riche d’une expérience de plusieurs dizaines d’années, donne son opinion sur la manière dont les États-Unis en sont arrivés là dans le domaine politique :

    JON SCHWARZ  : Je suis intéressé par l’histoire des Démocrates cédant à la pression, devenant de plus en plus désireux de faire tout ce que la droite veut, lors de ces 40 dernières années. Prenons les récentes histoires à propos de Jared Kushner. Quelle que soit l’ultime réalité ici, je pense qu’il est juste de dire que si un président démocrate avait désigné son gendre à un poste de grand pouvoir à la Maison-Blanche – si Hillary Clinton avait désigné Marc Mezvinsky le mari de Chelsea – et si les péripéties sur sa tentative de mettre en place des liens informels avec la Russie étaient sorties dans le Washington Post et le New York Times, il aurait été mis à la porte avant la fin de la journée.

    RALPH NADER  : Voulez-vous que je vous raconte l’histoire du déclin et de la décadence du Parti Démocrate ? Je vais vous donner les boulets que traîne le Parti Démocrate qui sont des événements marquants.
    Le premier grand événement fut en 1971. Tony Coelho, qui était un membre californien du Congrès, et qui s’occupait de la trésorerie de campagne des Démocrates, a convaincu les Démocrates qu’ils devraient solliciter l’argent des entreprises, et qu’ils pourraient grâce à des levées de fonds obtenir beaucoup d’argent. Pourquoi les laisser aux Républicains et simplement miser sur le socle des syndicats pour le financement, quand vous avez un énorme pot de miel dans le milieu des affaires ?

    Et ils l’ont fait. Et j’ai pu voir la différence presque immédiatement. Premièrement, ils ont perdu l’élection face à Reagan. Et ensuite ils ont commencé à devenir plus faibles au congrès. A ce moment, 1980, quelques-uns de nos plus grands alliés perdirent après la victoire écrasante de Reagan face à Carter, nous avions perdu le sénateur [Gaylord] Nelson, le sénateur [Warren] Magnuson, le sénateur [Frank] Church. Nous avions davantage de difficultés pour obtenir des audiences devant le Congrès à propos des malversations des sociétés par les dirigeants Démocrates [commission du congrès]. Quand les Démocrates regagnèrent la Maison-Blanche [en 1992] vous pouviez voir la différence dans les nominations pour les agences de réglementation, la difficulté pour leur faire améliorer la santé et les réglementations de sécurité.

    Le second boulet est le fait qu’ils ne savaient pas comment traiter avec Reagan. Et les Républicains en prirent note. Cela veut dire paroles douces, sourires… Vous pouvez dire des choses terribles et faire des choses terribles aussi longtemps que vous avez ce genre de présentation.

    [Les Démocrates] continuaient de penser que les conservateurs Républicains étaient ternes, stupides et sans humour. Ils ne s’étaient pas adaptés.

    Ronald Reagan battant le président Jimmy Carter le 4 novembre. Reagan est montré tenant une copie du 4 novembre de The News World, prédisant sa victoire écrasante sur Carter pour l’élection du Président des États-Unis. Ronald Reagan tient une copie du 4 novembre de The News World prédisant sa victoire écrasante sur Carter pour l’élection du président des États-Unis.

    RN  : De plus en plus ils commencèrent à juger leur opposition face aux Républicains à travers la quantité d’argent qu’ils levaient. Vous parliez à [Marcy] Kaptur de Cleveland, elle disait, nous allons au « caucus » démocrate à la Chambre des Représentants, nous y allons pour parler d’argent, nous continuons de parler d’argent, et nous allons sortir avec notre part d’argent…

    La conséquence est que cela a fait sortir les questions économiques de la table, celles-là qui ont permis aux Démocrates de gagner encore et encore dans les années 30 et 40. Les questions sur le travail, les questions sur le salaire minimum, la question de l’assurance maladie, les questions sur les pensions. Et ce fut bien sûr une grande aubaine pour le parti Républicain car le parti Républicain ne pouvait faire face sur la question économique. Ils faisaient face sur la question raciale, sur la question de l’intolérance, et c’est comme cela qu’ils ont commencé à prendre un contrôle sur le solide Sud démocrate après le vote des lois sur les droits civils.

    Lever de l’argent de Wall Street, des compagnies pharmaceutiques, des compagnies d’assurance santé, des sociétés énergétiques, éloignaient les Démocrates de leur principal avantage sur les Républicains, qui est, dans le langage de Roosevelt : « Le Parti Démocrate est le parti des familles de travailleurs, les Républicains sont le parti des riches ». Cela s’est complètement inversé et a laissé les Démocrates extrêmement vulnérables.

    Cela a eu pour conséquence de les faire reculer géographiquement, vers la côte est, la côte ouest et autres.

    Et ils ont créé un autre boulet : ils n’ont pas fait de campagne [présidentielle] dans les 50 États. Si vous ne faites pas campagne dans les 50 États, premièrement vous renforcez le parti adverse dans ces États que vous avez abandonnés, ils peuvent donc prendre ces États pour acquis et se concentrer sur les États qui sont dans la zone grise. C’était le raté numéro un.

    Le raté numéro deux est ce que Ben Barnes, le politicien averti au Texas, m’a dit. Il m’a dit, quand vous ne vous battez pas pour la présidentielle au Texas, cela pourrit tout le parti… jusqu’aux maires et conseils municipaux. Ainsi cela répète cette décadence et perte de pouvoir pour les années futures.

    Quand ils ont abandonné les États rouges, ils ont abandonné cinq États dans la zone de Rocky Mountain et ont commencé déjà avec un handicap de 9 ou 10 sénateurs.

    Vous devez vous souvenir de votre histoire, les deux sénateurs du Montana étaient Démocrates, le Sénateur Church de l’Idaho était un Démocrate, le Sénateur Frank Moss, grand défenseur des consommateurs, un Démocrate de l’Utah. Maintenant il n’y a presque plus personne. Les deux sénateurs du Wyoming sont Républicains, les deux sénateurs du Montana sont Républicains [John Tester,le sénateur principal du Montana, est un Démocrate], les deux sénateurs de l’Utah sont Républicains. Je pense que les Démocrates ont un siège au Colorado. Ensuite vous descendez en Arizona et c’est deux Républicains.

    Ainsi ils n’ont jamais été à l’abri d’un veto de l’opposition même à leur apogée au Sénat. Et bien sûr plus tard lorsqu’ils n’étaient pas à leur apogée cela leur coûté le Sénat encore et encore. Et maintenant ils sont dans un grand trou, avec la débâcle aux sénatoriales de 2016, ils font face à trois fois plus de Démocrates pour une réélection en 2018.
    Le [troisième] boulet est qu’ils ont décidé de faire campagne à la télévision, avec des consultants politiques les influençant et recevant leurs parts de 15-20 pour cent. Quand vous faites campagne à la télévision, avec des slogans, vous ne faites pas campagne sur de la politique.

    Le boulet suivant, les syndicats ont commencé à devenir faibles, faibles en nombre et faibles en leadership. Ils ont commencé à verser beaucoup d’argent aux Démocrates pour la télévision. Et en même temps qu’ils s’affaiblissaient ils perdirent leur capacité de mobilisation populaire au nom des Démocrates.

    Les Démocrates avaient initié le procédé où le message précède la politique. Non – la politique précède le message. Cela signifie qu’ils continuent de dire à quel point les Républicains sont mauvais. Ils ont fait campagne non pas en disant, regardez comme nous sommes bons, nous allons vous apporter l’assistance médicale [à tous], nous allons sévir face aux crimes des sociétés contre les travailleurs et les consommateurs et l’environnement, volant, mentant, vous trompant. Nous allons vous donner un salaire minimum. Nous allons avoir une défense moins importante, une meilleure défense, et investir un peu de cet argent et commencer à reconstruire vos écoles et ponts et systèmes d’eau et d’assainissement, et librairies, et cliniques.

    Au lieu de dire cela, ils ont fait campagne en disant « Pouvez-vous croire à quel point les Républicains sont mauvais ? » Un fois cela dit, ils ont piégé leur aile progressiste, car leur aile progressiste est le seul segment qui peut changer le parti en un formidable opposant. Car ils ont dit à leur aile progressiste : « vous n’avez nulle part où aller, fichez-nous la paix ».

    Et cela nous amène aux boucs émissaires de ces 20 dernières années. « Oh, c’est Nader, oh, c’est les frères Koch, oh, c’est le collège électoral, oh, c’est de la misogynie, oh, ce sont les lamentables rednecks ». Ils ne se sont jamais regardés dans la glace.

    Le bouton de campagne pour Ralph Nader, qui se présentait comme le candidat du Parti Vert au élections présidentielles de 2000.

    RN  : Les Républicains, quand ils perdent, ils se battent sur les idées, aussi terrifiantes soit-elles. Les idées du Tea Party, les idées libertaires, les mornes idées républicaines. Ils se battent. Mais les Démocrates veulent de l’uniformité, ils veulent faire taire les gens. Ainsi ils ont la transition la plus défectueuse de toutes. Ils ont la transition de Nancy Pelosi à Nancy Pelosi, quatre fois perdante face au pire Parti Républicain de l’histoire du Parti Républicain.

    Si vous mettiez aujourd’hui des politiques Républicains d’avant le fantôme de Teddy Roosevelt, Dwight Eisenhower, et « Mr Conservateur » le sénateur Robert Taft, ils se retourneraient dans leurs tombes. C’est la forme radicalement extrémiste, cruelle, vicieuse, Wall Street, militariste du parti républicain. Cela aurait signifié que les Démocrates les auraient écrasés. Ils ne les auraient pas juste battus, ils les auraient écrasés dans le corps législatif dans tout le pays, les gouverneurs, le Président et le congrès.
    Mais non, ce sont toujours les boucs émissaires. Peut-être que Jill Stein, le petit Parti Vert, ont pris la Pennsylvanie et le Michigan au faucon Hillary.

    JS  : Les Démocrates semblent avoir assimilé les vues des Républicains sur tout ce qui concerne l’armée.

    RN  : [Un autre] boulet est qu’ils ne se sont jamais différenciés des Républicains sur la politique militaire étrangère – car ils étaient comme eux. Ils n’ont jamais remis en question le budget de l’armée, ils n’ont jamais remis en question la politique étrangère militarisée, comme le faucon Hillary sur la Libye, qui fit peur aux généraux et fuir [le secrétaire à la défense Robert] Gates qui s’était opposé à ce qu’elle aille à la Maison-Blanche pour [prôner] le renversement du régime, métastasant la violence dans sept ou huit pays africains à ce jour.
    Ainsi ils ont abandonné la politique étrangère et militaire, car ils recevaient de l’argent de Lockheed et Boeing et General Dynamics et Raytheon et d’autres. Même Elizabeth Warren quand elle a eu sa chance commença en discutant du maintien de ces contrats avec Raytheon. Voilà l’aile gauche du parti discutant avec la société Raytheon, qui est le plus grand gâchis de subvention à l’est du Pécos.

    [Un autre] boulet est : personne n’a été viré. Ils enchaînent défaite après défaite, et ne peuvent pas remplacer leurs compères par de nouvelles personnes, vigoureuses, énergiques. Même chose pour les syndicats. Ils [gardent leurs positions] des années 80 peu importe à quel point le syndicat est décalé de la réalité. Vous n’êtes pas viré quelle que soit l’envergure de la perte, à l’inverse du milieu des affaires, où vous vous faites virer.

    Le dernier boulet est qu’ils prennent leurs précautions en harcelant les tierces partis progressistes afin que ces tierces partis ne les dépassent pas. Je suis un expert dans ce domaine. Ils ont essayé de les faire disparaître du vote. Nous avions eu 24 poursuites judiciaires en 12 semaines durant l’été 2004 par le Parti démocrate pour nous faire disparaître du vote dans des dizaines d’États. Même si nous n’avions que 5 pour cent, 6 pour cent de votes, ils subiraient une forte pression pour changer de direction et changer leurs pratiques car il y aurait assez d’électeurs américains pour dire aux Démocrates, « nous avons un autre endroit où aller », un troisième parti viable. Ils les harcèlent, violent les libertés civiles, ils utilisent leurs juges Démocrates désignés pour rendre de mauvais jugements ou les harceler de dépositions. Avant que [les troisièmes partis] soient liquidés, c’est de toute façon la Fête du travail et ils ont une campagne de huit semaines.

    Il y a certaines personnes qui pensent que le Parti démocrate peut être réformé de l’intérieur sans changer le personnel. Je leur dis bonne chance. Que s’est-il passé ces 20 dernières années ? Ils se sont retranchés davantage. Débarrassez-vous de Pelosi, vous avez Steny Hoyer. Débarrassez-vous d’Harry Reid, vous avez [Charles] Schumer. Bonne chance.

    Malheureusement, en résumé, les Démocrates sont incapables de défendre les États-Unis d’Amérique du [Parti Républicain] le plus vicieux, ignorant, soumis aux entreprises, militariste, anti-syndical, contre les intérêts du consommateur, anti-environnement, contre la postérité, de l’histoire.

    Article original : https://theintercept.com/2017/06/25/ralph-nader-the-democrats-are-unable-to-defend-the-u-s-from-the-most-v
    #USA #républicains #démocrates #Ralph_Nader

  • The 1981 TV documentary that warned about global warming
    https://www.carbonbrief.org/warming-warning-1981-tv-documentary-warned-climate-change
    https://www.youtube.com/watch?v=puCng0p6N_s

    On the evening of Tuesday, 8 December, 1981, the UK’s only commercial TV channel, ITV, broadcast an hour-long documentary called "Warming Warning”.

    [...] To put it in context, the documentary was broadcast seven years before Dr James Hansen’s famous “it is already happening now” Senate testimony in 1988, nine years before the first Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) assessment report was published, and 25 years before Al Gore’s An Inconvenient Truth was released.

    [...] In its TV listings on the day the programme aired, the Times described it as “a documentary about the serious effects our polluting of the atmosphere with carbon dioxide will have on the #climate”. It added: “Scientists are worried that at the present rate the Earth will be 2C warmer by the middle of the next century with disastrous consequences for the polar regions.”

  • The Surprising History of the Infographic | History | Smithsonian
    http://www.smithsonianmag.com/history/surprising-history-infographic-180959563

    As the 2016 election approaches, we’re hearing a lot about “red states” and “blue states.” That idiom has become so ingrained that we’ve almost forgotten where it originally came from: a data visualization.

    In the 2000 presidential election, the race between Al Gore and George W. Bush was so razor close that broadcasters pored over electoral college maps—which they typically colored red and blue. What’s more, they talked about those shadings. NBC’s Tim Russert wondered aloud how George Bush would “get those remaining 61 electoral red states, if you will,” and that language became lodged in the popular imagination. America became divided into two colors—data spun into pure metaphor. Now Americans even talk routinely about “purple” states, a mental visualization of political information.

    #visualisation #cartoexperiment #précurseurs #cartographie #xartographie_thématique

    • #david_foster_wallace dans le tour bus de #McCain, il y a des siècles...

      SUCK IT UP

      Another paradox: It is all but impossible to talk about the really important stuff in politics without using terms that have become such awful clichés they make your eyes glaze over and are difficult to even hear. One such term is “leader,” which all the big candidates use all the time—as in “providing leadership,” “a proven leader,” “a new leader for a new century,” etc.—and have reduced to such a platitude that it’s hard to try to think about what “leader” really means and whether indeed what today’s Young Voters want is a leader. The weird thing is that the word “leader” itself is cliché and boring, but when you come across somebody who actually is a real leader, that person isn’t boring at all; in fact he’s the opposite of boring.

      Obviously, a real leader isn’t just somebody who has ideas you agree with, nor is it just somebody you happen to believe is a good guy. A real leader is somebody who, because of his own particular power and charisma and example, is able to inspire people, with “inspire” being used here in a serious and noncliché way. A real leader can somehow get us to do certain things that deep down we think are good and want to be able to do but usually can’t get ourselves to do on our own. It’s a mysterious quality, hard to define, but we always know it when we see it, even as kids. You can probably remember seeing it in certain really great coaches, or teachers, or some extremely cool older kid you “looked up to” (interesting phrase) and wanted to be like. Some of us remember seeing the quality as kids in a minister or rabbi, or a scoutmaster, or a parent, or a friend’s parent, or a boss in some summer job. And yes, all these are “authority figures,” but it’s a special kind of authority. If you’ve ever spent time in the military, you know how incredibly easy it is to tell which of your superiors are real leaders and which aren’t, and how little rank has to do with it. A leader’s true authority is a power you voluntarily give him, and you grant him this authority not in a resigned or resentful way but happily; it feels right. Deep down, you almost always like how a real leader makes you feel, how you find yourself working harder and pushing yourself and thinking in ways you wouldn’t be able to if there weren’t this person you respected and believed in and wanted to please.

      In other words, a real leader is somebody who can help us overcome the limitations of our own individual laziness and selfishness and weakness and fear and get us to do better, harder things than we can get ourselves to do on our own. Lincoln was, by all available evidence, a real leader, and Churchill, and Gandhi, and King. Teddy and Franklin Roosevelt, and probably de Gaulle, and certainly Marshall, and maybe Eisenhower. (Although of course Hitler was a real leader too, a very potent one, so you have to watch out; all it is is a weird kind of personal power.)

      Probably the last real leader we had as US president was JFK, 40 years ago. It’s not that Kennedy was a better human being than the seven presidents we’ve had since: we know he lied about his WWII record, and had spooky Mob ties, and screwed around more in the White House than poor old Clinton could ever dream of. But JFK had that special leader-type magic, and when he said things like “Ask not what your country can do for you; ask what you can do for your country,” nobody rolled their eyes or saw it as just a clever line. Instead, a lot of them felt inspired. And the decade that followed, however fucked up it was in other ways, saw millions of Young Voters devote themselves to social and political causes that had nothing to do with getting a plum job or owning expensive stuff or finding the best parties; and the 60s were, by most accounts, a generally cleaner and happier time than now.

      It is worth considering why. It’s worth thinking hard about why, when John McCain says he wants to be president in order to inspire a generation of young Americans to devote themselves to causes greater than their own self-interest (which means he’s saying he wants to be a real leader), a great many of those young Americans will yawn or roll their eyes or make some ironic joke instead of feeling inspired the way they did with Kennedy. True, JFK’s audience was in some ways more innocent than we are: Vietnam hadn’t happened yet, or Watergate, or the S&L scandals, etc. But there’s also something else. The science of sales and marketing was still in its drooling infancy in 1961 when Kennedy was saying “Ask not …” The young people he inspired had not been skillfully marketed to all their lives. They knew nothing of spin. They were not totally, terribly familiar with salesmen.

      Now you have to pay close attention to something that’s going to seem obvious at first. There is a difference between a great leader and a great salesman. There are also similarities, of course. A great salesman is usually charismatic and likable, and he can often get us to do things (buy things, agree to things) that we might not go for on our own, and to feel good about it. Plus a lot of salesmen are basically decent people with plenty about them to admire. But even a truly great salesman isn’t a leader. This is because a salesman’s ultimate, overriding motivation is self-interest—if you buy what he’s selling, the salesman profits. So even though the salesman may have a very powerful, charismatic, admirable personality, and might even persuade you that buying is in yourinterests (and it really might be)—still, a little part of you always knows that what the salesman’s ultimately after is something for himself. And this awareness is painful … although admittedly it’s a tiny pain, more like a twinge, and often unconscious. But if you’re subjected to great salesmen and sales pitches and marketing concepts for long enough—like from your earliest Saturday-morning cartoons, let’s say—it is only a matter of time before you start believing deep down that everything is sales and marketing, and that whenever somebody seems like they care about you or about some noble idea or cause, that person is a salesman and really ultimately doesn’t give a shit about you or some cause but really just wants something for himself.

      Some people believe that President Ronald W. Reagan (1981-89) was our last real leader. But not many of them are Young Voters. Even in the 80s, most younger Americans, who could smell a marketer a mile away, knew that what Reagan really was was a great salesman. What he was selling was the idea of himself as a leader. And if you’re under, say, 35, this is what pretty much every US president you’ve grown up with has been: a very talented salesman, surrounded by smart, expensive political strategists and media consultants and spinmasters who manage his “campaign” (as in also “advertising campaign”) and help him sell us on the idea that it’s in our interests to vote for him. But the real interests that drove these guys were their own. They wanted, above all, To Be President, wanted the mind-bending power and prominence, the historical immortality—you could smell it on them. (Young Voters tend to have an especially good sense of smell for this sort of thing.) And this is why these guys weren’t real leaders: because it was obvious that their deepest, most elemental motives were selfish, there was no chance of them ever inspiring us to transcend our own selfishness. Instead, they usually helped reinforce our market-conditioned belief that everybody’s ultimately out for himself and that life is about selling and profit and that words and phrases like “service” and “justice” and “community” and “patriotism” and “duty” and “Give government back to the people” and “I feel your pain” and “Compassionate Conservatism” are just the politics industry’s proven sales pitches, exactly the same way “Anti-Tartar” and “Fresher Breath” are the toothpaste industry’s pitches. We may vote for them, the same way we may go buy toothpaste. But we’re not inspired. They’re not the real thing.

      It’s not just a matter of lying or not lying, either. Everyone knows that the best marketing uses the truth—i.e., sometimes a brand of toothpaste really is better. That’s not the point. The point, leader-wise, is the difference between merely believing somebody and believing in him.

      Granted, this is a bit simplistic. All politicians sell, always have. FDR and JFK and MLK and Gandhi were great salesmen. But that’s not all they were. People could smell it. That weird little extra something. It had to do with “character” (which, yes, is also a cliché—suck it up).

      All of this is why watching John McCain hold press conferences and -Avails and Town Hall Meetings (we’re all at the North Charleston THM right now, 0820h on Wednesday, 9 Feb., in the horrible lobby of something called the Carolina Ice Palace) and be all conspicuously honest and open and informal and idealistic and no-bullshit and say “I run for president not to Be Somebody, but to Do Something” and “We’re on a national crusade to give government back to the people” in front of these cheering crowds just seems so much more goddamn complicated than watching old b/w clips of John Kennedy’s speeches. It feels impossible, in February 2000, to tell whether John McCain is a real leader or merely a very talented political salesman, an entrepreneur who’s seen a new market-niche and devised a way to fill it.

      Because here’s yet another paradox. Spring 2000—midmorning in America’s hangover from the whole Lewinsky-and-impeachment thing—represents a moment of almost unprecedented cynicism and disgust with national politics, a moment when blunt, I-don’t-give-a-shit-if-you-elect-me honesty becomes an incredibly attractive and salable and electable quality. A moment when an anticandidate can be a real candidate. But of course if he becomes a real candidate, is he still an anticandidate? Can you sell someone’s refusal to be for sale?

      There are many elements of the McCain2000 campaign—naming the bus “Straight Talk,” the timely publication of Faith of My Fathers, the much-hyped “openness” and “spontaneity” of the Express’s media salon, the message-disciplined way McCain thumps “Always. Tell you. The truth”—that indicate that some very shrewd, clever marketers are trying to market this candidate’s rejection of shrewd, clever marketing. Is this bad? Or just confusing? Suppose, let’s say, you’ve got a candidate who says polls are bullshit and totally refuses to tailor his campaign style to polls, and suppose then that new polls start showing that people really like this candidate’s polls-are-bullshit stance and are thinking about voting for him because of it, and suppose the candidate reads these polls (who wouldn’t?) and then starts saying even more loudly and often that polls are bullshit and that he won’t use them to decide what to say, maybe turning “Polls are bullshit” into a campaign line and repeating it in every speech and even painting Polls Are Bullshit on the side of his bus… . Is he a hypocrite? Is it hypocritical that one of McCain’s ads’ lines in South Carolina is “Telling the truth even when it hurts him politically,” which of course since it’s an ad means that McCain is trying to get political benefit out of his indifference to political benefit? What’s the difference between hypocrisy and paradox?

      Unsimplistic enough for you now? The fact of the matter is that if you’re a true-blue, market-savvy Young Voter, the only thing you’re certain to feel about John McCain’s campaign is a very modern and American type of ambivalence, a sort of interior war between your deep need to believe and your deep belief that the need to believe is bullshit, that there’s nothing left anywhere but sales and salesmen. At the times your cynicism’s winning, you’ll find that it’s possible to see even McCain’s most attractive qualities as just marketing angles. His famous habit of bringing up his own closet’s skeletons, for example—bad grades, messy divorce, indictment as one of the Keating Five—this could be real honesty and openness, or it could be McCain’s shrewd way of preempting criticism by criticizing himself before anyone else can do it. The modesty with which he talks about his heroism as a POW—“It doesn’t take much talent to get shot down”; “I wasn’t a hero, but I was fortunate enough to serve my time in the company of heroes”—this could be real humility, or it could be a clever way to make himself seem both heroic and humble.

      You can run the same kind of either/or analysis on almost everything about this candidate. Even the incredible daily stamina he shows on the Trail—this could be a function of McCain’s natural energy and enjoyment of people, or it could be gross ambition, a hunger for election so great that it drives him past sane human limits. The operative word here is “sane”: the Shrub stays at luxury hotels like the Charleston Inn and travels with his own personal pillow and likes to sleep till nine, whereas McCain crashes at hellish chain places and drinks pop out of cans and moves like only methedrine can make a normal person move. Last night the Straight Talk caravan didn’t get back to the Embassy Suites until 2340, and McCain was reportedly up with Murphy and Weaver planning ways to respond to Bush2’s response to the Negative ad McCain’s running in response to Bush2’s new Negative ad for three hours after that, and you know getting up and showering and shaving and putting on a nice suit has to take some time if you’re a guy who can’t raise his arms past his shoulders, plus he had to eat breakfast, and the ST Express hauled out this morning at 0738h, and now here McCain is at 0822 almost running back and forth on the raised stage in a Carolina Ice Palace lobby so off-the-charts hideous that the press all pass up the free crullers. (The lobby’s lined with red and blue rubber—yes, rubber—and 20 feet up a green iron spiral staircase is an open mezzanine with fencing of mustard-colored pipe from which hang long purple banners for the Lowcountry Youth Hockey Association, and you can hear the rink’s organ someplace inside and a symphony of twitters and boings from an enormous video arcade just down the bright-orange hall, and on either side of the THM stage are giant monitors composed of nine identical screens arrayed 3 ¥ 3, and the monitor on the left has nine identical McCain faces talking while the one on the right has just one big McCain face cut into nine separate squares, and every square foot of the nauseous lobby is occupied by wildly supportive South Carolinians, and it’s at least 95 degrees, and the whole thing is so sensuously assaultive that all the media except Jim C. and the techs turn around and listen facing away, most drinking more than one cup of coffee at once.) And even on four hours’ sleep at the very outside now McCain on the stage is undergoing the same metamorphosis that happens whenever the crowd is responsive and laughs at his jokes and puts down coffee and kids to applaud when he says he’ll beat Al Gore like a drum. In person, McCain is not a sleek gorgeous telegenic presence like Rep. Mark Sanford or the Shrub. McCain is short and slight and stiff in a bit of a twisted way. He tends to look a little sunken in his suit. His voice is a thin tenor and not hypnotic or stirring per se. But onstage, taking questions and pacing like something caged, his body seems to dilate and his voice takes on a resonance, and unlike the Shrub he is bodyguardless and the stage wide open and the questions unscreened and he answers them well, and the best Town Meetings’ crowds’ eyes brighten, and unlike Gore’s dead bird’s eyes or the Shrub’s smug glare McCain’s own eyes are wide and candid and full of a very attractive inspiring light that’s either devotion to causes beyond him or a demagogue’s love of the crowd’s love or an insatiable hunger to become the most powerful white male on earth. Or all three.

      The point, to put it as simply as possible, is that there’s a tension between what John McCain’s appeal is and the way that appeal must be structured and packaged in order to get him elected. To get you to buy. And the media—which is, after all, the box in which John McCain is brought to you, and is for the most part your only access to him, and is itself composed of individual people, voters, some of them Young Voters—the media see this tension, feel it, especially the buses’ McCain2000 corps. Don’t think they don’t. And don’t forget they’re human, or that the way they’re going to resolve this tension and decide how to see McCain (and thus how to let you see McCain) will depend way less on political ideology than on each reporter’s own little interior battles between cynicism and idealism and marketing and leadership. The far-Right National Review, for example, calls McCain “a crook and a showboat,” while the old-Left New York Review of Books feels that “McCain isn’t the anti-Clinton … McCain is more like the unClinton, in the way 7Up was the unCola: different flavor, same sugar content,” and the politically indifferent Vanity Fair quotes Washington insiders of unknown affiliation saying “People should never underestimate [McCain’s] shrewdness. His positions, in many instances, are very calculated in terms of media appeal.”

      Well no shit. Here in SC, the single most depressing and cynical episode of the whole week involves shrewd, calculated appeal. (At least in certain moods it looks like it does [maybe].) Please recall 10 February’s Chris Duren Incident in Spartanburg and McCain’s enormous distress and his promise to phone and apologize personally to the disillusioned kid. So the next afternoon, at a pre-F&F Press-Avail back in North Charleston, the new, unilaterally non-Negative McCain informs the press corps that he’s going up to his hotel room right now to call Chris Duren. The phone call is to be “a private one between this young man and me,” McCain says. Then Todd the Press Liaison steps in looking very stern and announces that only network techs will be allowed in the room, and that while they can film the whole call, only the first ten seconds of audio will be permitted. “Ten seconds, then we kill the sound,” Todd says, looking hard at Frank C. and the other audio guys. “This is a private call, not a media event.” Let’s think about this. If it’s a “private call,” why let TV cameras film McCain making it? And why only ten seconds of sound? Why not either full sound or no sound at all?

      The answer is modern and American and pretty much right out of Marketing 101. The campaign wants to publicize McCain’s keeping his promise and calling a traumatized kid, but also wants to publicize the fact that McCain is calling him “privately” and not just exploiting Chris Duren for crass political purposes. There’s no other possible reason for the ten-second audio cutoff, which cutoff will require networks that run the film to explain why there’s no sound after the initial Hello, which explanation will then of course make McCain look doubly good, both caring and nonpolitical. Does the shrewd calculation of media appeal here mean that McCain doesn’t really care about Chris Duren, doesn’t really want to buck him up and restore the kid’s faith in the political process? Not necessarily. But what it does mean is that McCain2000 wants to have it both ways, rather like big corporations that give to charity and then try to reap PR benefits by hyping their altruism in their ads. Does stuff like this mean that the gifts and phone call aren’t “good”? The answer depends on how gray-area-tolerant you are about sincerity vs. marketing, or sincerity plus marketing, or leadership plus the packaging and selling of same.

      But if you, like poor old Rolling Stone, have come to a point on the Trail where you’ve started fearing your own cynicism almost as much as you fear your own credulity and the salesmen who feed on it, you may find your thoughts returning again and again to a certain dark and box-sized cell in a certain Hilton half a world and three careers away, to the torture and fear and offer of release and a certain Young Voter named McCain’s refusal to violate a Code. There were no techs’ cameras in that box, no aides or consultants, no paradoxes or gray areas; nothing to sell. There was just one guy and whatever in his character sustained him. This is a huge deal. In your mind, that Hoa Lo box becomes sort of a special dressing room with a star on the door, the private place behind the stage where one imagines “the real John McCain” still lives. And but now the paradox here is that this box that makes McCain “real” is, by definition, locked. Impenetrable. Nobody gets in or out. This is huge, too; you should keep it in mind. It is why, however many behind-the-scenes pencils get put on the case, a “profile” of John McCain is going to be just that: one side, exterior, split and diffracted by so many lenses there’s way more than one man to see. Salesman or leader or neither or both, the final paradox—the really tiny central one, way down deep inside all the other campaign puzzles’ spinning boxes and squares that layer McCain—is that whether he’s truly “for real” now depends less on what is in his heart than on what might be in yours. Try to stay awake.

  • The Working Class, the Election, and Trump: An Interview with Sean Posey I The Hampton Institute
    http://www.hamptoninstitution.org/posey-interview-trump.html

    Although poorly covered by the media, white working class support buoyed Obama in 2008 and 2012. As the New York Times put it, Obama’s “key support often came in the places where you would least expect it. He did better than John Kerry and Al Gore among white voters across the Northern United States, despite exit poll results to the contrary. Over all, 34 percent of Mr. Obama’s voters were whites without a college degree - larger in number than black voters, Hispanic voters or well-educated whites.”

    [...]

    As you mention, it’s foolish to discount the importance of race-and racial appeals-along with sexism. However, those who attempt to reduce Trump’s win to matters of race and gender alone are kidding themselves. Whites actually lost a net total of 700,000 jobs in the aftermath of the Great Recession-the only racial/ethnic group to experience such losses. White workers aged 25 to 54 lost nearly 6.5 million jobs during those nine years, while Asian, Latino and black workers in the same age bracket gained millions of jobs.

    And there are now almost nine million more jobs than in November 2007.

    According to an analysis by the Wall Street Journal, during the primary, Trump won 89 of the 100 counties most affected by trade with China. And most disturbingly, life expectancy for whites, predominately in the working class, is actually declining. There’s nothing similar in the West to compare it to. It’s no wonder that so many found Trump’s appeals, which aside from race, centered on trade, jobs, national and cultural renewal.

    My home state of Ohio suffered immensely after China’s entry into the WTO; that’s in addition to the deindustrialization that began in the 1970s. The inability or unwillingness of the Democrats to address the pain of the “hollowed out American Heartland,” as I call it, brought them disaster on November 8. Trump won HALF the union vote in Ohio. That’s unprecedented for a Republican candidate.

    [...]

    Those who say that Trump voters get what they deserve are actually feeding into the Trump movement. It’s important to understand where many of these people are coming from. Now, I’m not talking about the Alt-Right or the Klan elements, but I’d clearly place them in the minority. If we write off a huge chunk of the working class, how are we ever going to build a movement of working people?

    In his book, Listen, Liberal: Or, Whatever Happened to the Party of the People? Thomas Franks dissects the decades-long movement of the Democrats into the neoliberal camp. The Democratic Party is America’s left party; it’s why the party exists. Yet Democrats increasingly represent a tiny fraction of Americans, not the top 1 percent, but the top 10 percent. Unions, industrial workers, service workers, etc., have no place left to turn. Many ran to Trump’s campaign. Condemning those voters as completely stupid or as a “basket of deplorables” will simply give us eight years of Donald Trump. Liberals would do much better by looking in the mirror.

    #progressistes#pauvres

  • L’écart de voix entre Hillary Clinton et Donald Trump, une anomalie démocratique ?

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/12/15/le-casse-tete-de-l-oncle-sam_5049687_3232.html

    Malgré 2,7  millions de voix d’avance, Hillary Clinton ne sera pas présidente des Etats-Unis. Une anomalie qui relance le débat sur les grands électeurs.

    Le chiffre est historique. Le 8 novembre, la candidate démocrate à l’élection présidentielle américaine, Hillary Clinton, a engrangé 2,7 millions de voix de plus que son adversaire républicain Donald Trump.
    Mais la vie démocratique américaine est ainsi faite que Mme Clinton ne sera pas la future présidente des Etats-Unis. Elle-même, d’ailleurs, ne revendique rien. Elle connaît l’héritage de l’histoire et respecte la loi du « collège électoral » et de ses 538 grands électeurs chargés d’élire le président. Une spécificité américaine forgée dans la Constitution par les Pères fondateurs, mais qui, deux siècles plus tard, apparaît aux yeux de beaucoup comme une trahison du principe démocratique de l’élection au suffrage direct : « un homme, une voix ».

    Car si l’arithmétique prouve que Mme Clinton a gagné le vote populaire, elle n’a pas obtenu les bonnes voix aux bons endroits. En s’imposant dans une vingtaine d’Etats sur cinquante, la candidate démocrate n’a emporté que 232 des 270 grands électeurs qu’il lui fallait pour succéder à Barack Obama. Elle rejoint dans l’histoire récente le démocrate Al Gore : celui-ci avait dû s’incliner en 2000 face à George W. Bush, malgré un écart de 500 000 voix en sa faveur – soulevant, déjà, des questions sur l’équité de la procédure électorale.
    Seize ans plus tard, la victoire de l’imprévisible Donald Trump et l’avance sans appel de Mme Clinton en termes de voix ont suscité une émotion plus forte encore. Et relancé avec force le débat sur un système que beaucoup considèrent désormais comme une anomalie démocratique et historique.

    En un peu plus d’un mois, près de 5 millions de personnes ont signé une pétition demandant aux grands électeurs de donner leur voix à la candidate démocrate, le 19 décembre, lors de l’élection officielle du président des Etats-Unis.

    Cette requête a peu de chance d’être entendue. Seul un grand électeur républicain du Texas, Chris ­Suprun, a affirmé qu’il ne voterait pas pour M. Trump. Rejoignant ainsi les rares grands électeurs « déloyaux » (faithless) qui ont jalonné l’histoire de l’élection présidentielle – sans pour autant jamais en changer l’issue.

    Quelles raisons poussent donc l’une des plus solides démocraties du monde à élire son président au scrutin indirect, au cours d’une procédure à première vue injuste et dont une majorité de citoyens souhaiterait s’affranchir ? La réponse remonte à 1787 et a jailli lors d’âpres débats entre les rédacteurs de la Constitution américaine réunis à Philadelphie (Pennsylvanie).

    A l’époque, ces aristocrates éclairés, marqués par la brutalité des monarchies européennes, craignent l’émergence d’un dirigeant autoritaire, voire autocrate, à même de ruiner les apports de la révolution américaine. Leur confiance dans le jugement du peuple étant toute relative, la création d’un niveau intermédiaire d’électeurs jugés mieux informés s’impose pour éviter qu’un tyran ou qu’un démagogue ne se fraye un chemin par la voie démocratique.

    Le collège électoral est né. L’un de ses concepteurs, Alexander Hamilton, juriste influent dans les débats tenus à Philadelphie, défend cette conception contre ses collègues partisans d’un suffrage universel direct : « Un petit nombre de personnes, choisies par leurs concitoyens au sein de la population, sera plus à même de détenir les informations et le discernement requis. » En ajoutant qu’il était aussi « particulièrement souhaitable d’éviter au maximum tumulte et désordre ».

    Le poids démesuré de certains Etats

    Le poids respectif des grands électeurs selon les Etats, aujourd’hui remis en cause, remonte également à cette époque. Dans l’Amérique de la fin du XVIIIe siècle, les Etats du Sud, esclavagistes et moins peuplés que ceux du Nord, craignent que le système ne leur soit durablement défavorable.

    Un compromis est donc élaboré : quelle que soit son importance démographique, chacun des treize Etats initiaux enverra deux représentants au Sénat, tandis que la Chambre des représentants accueillera un nombre d’élus proportionnel à la population. Pour augmenter leur poids au Congrès, les Etats du Sud imposent l’idée qu’un esclave, même s’il n’a évidemment pas le droit de vote, compte pour trois cinquièmes d’un électeur blanc.

    Le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants) compte quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).
    Conçu pour « protéger les minorités », ce principe donnera aux Etats du Sud la mainmise sur la présidence durant trente-deux des trente-six premières années qui suivent la rédaction de la Constitution, ainsi que l’a rappelé dans la presse américaine Akhil Reed Amar, spécialiste de droit constitutionnel. Aujourd’hui, la formation du collège électoral répond toujours à ces critères.

    Dans chaque Etat, le nombre des grands électeurs, désignés par les partis politiques, correspond au nombre de ses élus au Congrès, donnant à certains Etats ruraux ou peu peuplés un poids jugé disproportionné par les détracteurs du système : le vote d’un citoyen du Wyoming (586 000 habitants), dénoncent-ils, compte ainsi quatre fois plus que celui d’un électeur du Michigan (9,9 millions).

    Au lendemain de l’élection, l’écrivaine Joyce Carol Oates, suivie par d’autres critiques, s’inquiétait que ce déséquilibre favorise à jamais « les voix rurales, blanches, âgées et plus conservatrices ». Un sentiment d’injustice partagé en 2012 par un certain… Donald Trump. « Plus de voix égalent une défaite… Révolution ! », écrivait-il sur Twitter, alors que le décompte des voix de l’élection présidentielle se poursuivait. Il ajoutait quelques jours plus tard : « Le collège électoral est un désastre pour une démocratie. »

    Aujourd’hui, alors que ce système « honteux » lui est favorable, M. Trump juge que « le collège électoral est en fait génial car il met tous les Etats, y compris les petits, dans le jeu ». L’un des biais du système amène les candidats à rechercher les voix des grands électeurs dans des Etats stratégiques, délaissant durant leur campagne les Etats qu’ils savent, ou pensent, acquis à leur parti.

    « La tyrannie de la minorité »

    Quelques voix s’élèvent néanmoins pour défendre cette procédure. Ainsi, l’ancien directeur de campagne du candidat malheureux Al Gore, William M. Daley, estime que, si l’on réformait le collège électoral, « le remède pourrait être pire que le mal ».

    « Ce système, estime-t-il, favorise les deux grands partis, ce qui a permis une longue stabilité politique que beaucoup de pays envient. Un troisième parti en soi n’est pas une mauvaise chose, mais notre système fédéral n’est pas adapté aux partis de niche. »
    Des grands électeurs républicains, « harcelés » par des courriers leur demandant de changer leur vote pour faire barrage à M. Trump, montent aussi au créneau pour défendre le collège, qui assure, selon eux, « une représentation de l’ensemble du pays ».

    «  Plus de voix égalent une défaite… Révolution  !  », tweetait Donald Trump en 2012, avant d’ajouter  : «  Le collège électoral est un désastre pour une démocratie  »

    Mais les critiques, récurrentes, se multiplient. Concernée au premier chef, Mme Clinton ne s’est pas exprimée cette année sur le sujet. Mais, en 2000, alors que Bill Clinton s’apprêtait à terminer son deuxième mandat présidentiel, la First Lady de l’époque plaidait pour le suffrage universel direct et « la volonté du peuple ».

    « Ce système est intolérable dans une démocratie. Il viole l’égalité politique car toutes les voix ne sont pas égales », estime aussi George C. Edwards III, professeur de sciences politiques à l’université du Texas, auteur d’un ouvrage sur le sujet (Why the Electoral College Is Bad for America, « Pourquoi le collège électoral est mauvais pour l’Amérique », non traduit).

    En réponse aux Pères fondateurs, il juge que « le collège électoral ne protège pas de la tyrannie de la majorité. Au contraire, il fournit un potentiel pour la tyrannie de la minorité ». L’élection de M. Trump, acquise en grande partie grâce aux voix des électeurs blancs, ruraux et peu diplômés, tend à illustrer ce biais.

    Même si le caractère sacré de la Constitution aux Etats-Unis constitue un obstacle majeur à toute évolution, les propositions alternatives n’ont pas manqué depuis l’élection du 8 novembre. Au-delà de la pétition, sorte d’exutoire pour de nombreux électeurs sous le choc, d’autres initiatives ont vu le jour.

    Une élue démocrate de Californie, Barbara Boxer, a ainsi déposé une proposition de loi pour supprimer le collège électoral – texte qui n’a aucune chance d’être adopté. « La présidence est la seule fonction pour laquelle vous pouvez avoir plus de voix et perdre, déplore la sénatrice. Chaque Américain devrait être assuré que son vote compte. »

    Optimisme prudent

    Cet argument est repris par ceux qui s’inquiètent du faible taux de participation lors de l’élection (54 % cette année). De leur côté, deux grands électeurs démocrates du Colorado et de l’Etat de Washington ont lancé le mouvement des « Electeurs de Hamilton ».

    Sans réclamer la suppression du collège électoral, ils rappellent que les garde-fous défendus par le Père fondateur étaient conçus pour éviter la percée d’un ­ « démagogue » tel que M. Trump. Aussi demandent-ils à leurs pairs républicains non pas de voter pour Mme Clinton le 19 décembre, mais de choisir dans leur camp un candidat ayant « les qualifications requises », comme le souhaitait Alexandre Hamilton.
    Les inquiétudes actuelles ne sont pas nouvelles. Après la défaite de M. Gore, en 2000, plusieurs Etats avaient réfléchi à de nouvelles dispositions ne nécessitant pas un amendement constitutionnel. Il s’agissait d’abandonner la pratique bien ancrée du winner take all (« le gagnant remporte tout »), qui n’est pas inscrite dans la Constitution.
    Par ce biais, dans 48 des 50 Etats, le candidat arrivé en tête remporte la totalité des voix des grands électeurs en jeu. L’idée serait de partager les votes des grands électeurs de manière proportionnelle, en fonction du vote populaire.

    Une autre solution consisterait à suivre les recommandations du « National Popular Vote Interstate Compact ». Selon cet accord, signé par un groupe de dix Etats plus le district de Columbia (Washington, D.C.), les grands électeurs s’engageraient à donner leur voix au candidat qui aurait gagné le vote populaire, quelle que soit sa couleur politique. Un système qui ne fonctionnera que lorsque suffisamment d’Etats auront rejoint le mouvement pour délivrer 270 voix au « candidat du peuple ».

    Seize ans après ses propres déboires, Al Gore, quant à lui, fait preuve d’un optimisme prudent. « Cela prendra du temps, mais je ne serais pas surpris que finalement nous passions au vote populaire pour élire le président d’ici une décennie », commente-t-il. Mais, entre la tradition et le poids électoral que ce système octroie à certains Etats, le système des grands électeurs risque fort de dominer encore les prochaines élections.

  • Les riches ont voté Trump, les villes Clinton
    http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/11/16/les-riches-ont-vote-trump-les-villes-clinton_5031798_3232.html?xtmc=jacques_

    Dissymétrie des espaces

    La ressemblance frappante entre les cartes des trois dernières élections conduit aussi à relativiser l’effet propre du duel Clinton-Trump. Les choix des différents groupes ont en fait relativement peu bougé depuis quinze ans. Le fait que Barack Obama soit noir et que Hillary Clinton soit une femme a eu des effets limités et les attaques de Donald Trump contre les « minorités » n’ont pas empêché les démocrates de perdre un peu de terrain auprès d’elles.

    La question centrale est tout autre. Deux conceptions de la société et, jusqu’à un certain point, deux sociétés se font face depuis le duel serré entre Al Gore et George W. Bush en 2000 et qui se confirme, quel que soit le style particulier des protagonistes qui s’agitent sur la scène. Les électeurs utilisent les candidats pour faire passer leurs propres messages, qui s’opposent point par point.

    L’urbanité ou son rejet, l’espace public contre l’espace privé font résonance avec d’autres éléments très forts : éducation, productivité, créativité, mondialité, ouverture à l’altérité, demande de justice, présence du futur d’un côté ; de l’autre, mépris de l’intellect, enclavement économique, absence d’innovation, appel au protectionnisme, peur de l’étranger, affirmation d’une d’identité fondée sur la pureté biologique, la loyauté communautaire, le respect de l’autorité et la référence nostalgique à un passé mythifié – toutes choses qui ne définissent pas une approche différente de la justice, mais une alternative à l’idée même de justice.

    La dissymétrie des espaces fait écho à celle qui marque leur relation : si les Etats-Unis perdaient les « surfaces rouges », ils deviendraient soudain plus riches et plus inventifs ; s’ils perdaient les « ronds bleus », ils disparaîtraient purement et simplement.

    Le constat que l’on est encore démographiquement puissant mais politiquement inutile contribue à l’angoisse et au ressentiment qu’expriment les électeurs de Donald Trump, tout autant que leur champion. Ce n’est donc pas à un combat entre « peuple » et « élites » puisque les effectifs sont comparables. Ce sont plutôt deux « peuples » qui se font face, avec deux conceptions antithétiques de la cohabitation.


    Le pb avec J. Lévy c’est que ses catégories sont idéologiquement hyper-connotées : la ville c’est bien, le rural c’est réac.

    • Voir en contrepoint ce que lui rétorque Olivier Bougo Olga :
      http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2016/11/19/olivier-bouba-olga-non-le-vote-des-americains-n-oppose-pas-le-centre

      L’erreur consiste à attribuer à un espace donné ou un ensemble d’espaces – les grandes villes – des caractéristiques intrinsèques sur la base des moyennes d’un certain nombre d’indicateurs. Ainsi, le PIB élevé des grandes villes est dû à un effet de composition qui fait que certaines activités apparemment très productives et certaines professions à salaires très élevés y sont concentrées plus qu’ailleurs.

      La même erreur est présente dans les analyses du vote en faveur de Trump, plus fréquent dans les Etats à dominante rurale. Comme les différences de productivité apparente selon la taille des villes, il s’agit d’un simple effet de composition : les étudiants ou les intellectuels des Etats concernés n’ont probablement pas plus voté pour Trump que leurs équivalents de New York ou San Francisco, mais leur proportion dans la population de ces Etats est moins élevée. Trump a séduit les personnes que les évolutions économiques ont réellement appauvries ou qui se sentent menacées par elles, quel que soit l’endroit où elles vivent.
      [...]
      la mauvaise interprétation de moyennes portant sur des espaces géographiques doit céder la place à des analyses plus réalistes des logiques territoriales, prenant en compte la diversité des types d’activités et des contraintes géographiques qui s’exercent sur eux. Enfin, les sciences sociales devraient faire évoluer leur vocabulaire : il serait préférable désormais de se concentrer sur l’analyse des activités sociales et économiques, et la façon dont elles se déploient dans l’espace.
      [...]
      La souffrance et la misère sont bien là, mais elles peuvent se nicher au cœur des villes aussi bien que dans d’autres lieux. Réciproquement, des configurations locales très diverses peuvent favoriser l’inno­vation et le développement d’activités économiques.

  • The Plague, the Cholera and the future
    Serge Quadruppani, le 9 novembre 2016
    http://quadruppani.blogspot.ca/2016/11/the-plague-cholera-and-future.html

    L’humanité est en train de se suicider.
    Le national-ouvriérime l’emporte en Amérique, comme dans la majorité des pays du monde blanc.
    La gauche qui s’est pliée au néo-libéralisme a ouvert la voie aux nombreux Hitler qui dominent aujourd’hui : Clinton Blair d’Alema Renzi Hollande Napolitano sont les noms des traîtres qui par pur cynisme ont ouvert la route au fascisme.
    La classe ouvrière blanche aujourd’hui se venge de la trahison de la gauche comme elle le fit en 1933

    Entrons dans le chaos du monde en conservant intactes nos premières vertus : la colère et la joie

    #Serge_Quadruppani #Biffo #Donald_Trump #Etats-Unis #pessimisme #optimisme

    • A propos de la réaction de l’ami Franco Berardi, dit Bifo

      On critiquera à raison l’usage de termes comme « traîtres » (il faut oublier ce qu’a été la gauche réformiste depuis 1914 au moins pour parler encore de traîtrise et non de fonction historique avérée), ou comme « race », même s’il s’agit en fait d’une « race » autoproclamée.
      On trouvera peut-être qu’il adopte un ton exagérément apocalyptique.
      On ne pourra pas lui reprocher de n’avoir pas senti que le monde bascule. La décomposition de l’ordre mondial peut donner le meilleur comme le pire. Pour l’instant et pour au minimum quelques années encore, on va avoir le pire. Les deux mots d’ordres qui concluent le texte de Bifo en sont d’autant plus pertinents.
      Mais chasser hors de nos vies la gauche réformiste et créer des espaces de survie ne saurait suffire. Il ne s’agit pas de se replier dans des ilots à l’abri du monde, mais de renforcer nos bases d’appui, zad, quartiers, squatts, coopératives, locaux et réseaux, pour y prendre des forces. Mais il s’agit aussi de savoir en sortir. Il faut se confronter au monde, à ses puanteurs et ses contradictions mortifères ou fécondes.

      Franco Berardi (né le 2 novembre 1949 à Bologne), dit Bifo est un philosophe et militant politique italien issu de la mouvance opéraïste. Enseignant dans un lycée de Bologne, il s’est toujours intéressé à la relation entre mouvement social anticapitaliste et communication indépendante.

    • « La gauche européenne, tout comme la gauche américaine, joue un jeu très dangereux puisque sa propre incapacité politique renforce la crédibilité des partis protofascistes, de leurs démagogues et de leur rhétorique raciste. C’est ainsi que tous les mouvements fascistes sont nés : en profitant du vacuum politique créé par une élite politique libérale en faillite. »

      https://seenthis.net/messages/540759 via Lux Editeur

    • Aussi :

      La victoire des laissés pour compte
      #Agnès_Maillard, La Monolecte, le 9 novembre 2016
      https://seenthis.net/messages/540721

      Democrats, Trump, and the Ongoing, Dangerous Refusal to Learn the Lesson of Brexit
      #Glenn_Greenwald, The Intercept, le 9 novembre 2016
      https://theintercept.com/2016/11/09/democrats-trump-and-the-ongoing-dangerous-refusal-to-learn-the-lesson-

      Tout le monde de s’étonner et de conspuer le centre des Etats-Unis, ces ploucs attardés, irrationnels et réactionnaires qui dérangent la machine si bien huilée des « intellectuels » progressistes de New-York ou de Los Angeles. Pourquoi ces pauvres miséreux votent-ils pour un millionnaire qui ne fera pourtant rien pour eux ? Pourquoi font-ils le « mauvais choix » ?

      J’ai l’impression d’un retour en arrière. Grâce aux archives sur internet, il me semble qu’il ne devrait pas être très difficile de retrouver les messages identiques de Novembre 2000, la première élection surprise de George W. Bush face à celui que tout le monde attendait, l’héritier de Bill Clinton, Al Gore...

      #gauche #trahison

  • Comment la course entre Trump et Clinton s’est-elle resserrée à ce point ?
    Réponse de Paul Krugman
    http://www.rtbf.be/info/dossier/chroniques/detail_comment-la-course-entre-trump-et-clinton-s-est-elle-resserree-a-ce-point

    . . . . .
    Que s’est-il passé ? A-t-elle commis de grosses erreurs dans sa campagne ?
    Je ne le crois pas. Ainsi que je l’ai déjà dit, elle a été Al Gorisée. C’est-à-dire que comme Al Gore en 2000, elle s’est retrouvée contre un rouleau compresseur d’articles contre elle de la part des medias grand public, qui ont traité des faux pas relativement mineurs comme de gigantesques scandales et qui ont inventé de toutes pièces des scandales supplémentaires.
    . . . . .

  • Good as Goldman: Hillary and Wall Street
    http://www.counterpunch.org/2016/07/22/good-as-goldman-hillary-and-wall-street

    The lavish fee from Goldman for Hillary’s speeches was both a gratuity for past loyalty and a down payment on future services. Goldman’s ties to the Clintons date back at least to 1985, when Goldman executives began pumping money into the newly formed Democratic Leadership Council, a kind of proto-SuperPac for the advancement of neoliberalism. Behind its “third-way” politics smokescreen, the DLC was shaking down corporations and Wall Street financiers to fund the campaigns of business-friendly “New” Democrats such as Al Gore and Bill #Clinton.

  • LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ANTHROPIQUE, UN MENSONGE QUI ARRANGE
    Antoine, janvier 2016

    La COP21 qui s’est tenue à Paris en décembre 2015, pour accoucher d’une broutille, a remis la question du climat sur le devant de la scène politico-médiatique et m’a donné envie de faire le point sur ce sujet controversé. Le dernier « résumé pour les décideurs » de 2014 publié par le GIEC, agence de l’ONU, a servi de base de travail lors de cette grande foire internationale.
    L’ONU (Organisation des Nations unies) est une organisation internationale censée apporter la paix dans le monde. Elle comprend de nombreuses agences qui sont malheureusement au service des multinationales et des élites politiques, et pas au service des peuples.
    L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) par exemple, suite à un accord de 1959, n’a pas le droit de s’exprimer, ni d’agir en faveur des populations contaminées par la radioactivité sans l’aval de l’AIEA (Agence Internationale de l’Énergie Atomique)
    L’AIEA est un autre exemple de structure de l’ONU peu indépendante, à la fois gendarme (très gentil) et complice de la prolifération nucléaire dans le monde. Fukushima en est une illustration magistrale : depuis le 11 mars 2011, début de ce terrible accident nucléaire, l’AIEA s’emploie à minimiser la gravité de la catastrophe pour ne pas nuire au développement de l’énergie nucléaire dans le monde.
    Je pense aussi à la FAO (Organisation des Nations-Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) qui prend comme alibi la faim dans le monde (qu’elle a peu combattu) pour promouvoir le développement des OGM.
    Mais revenons au GIEC, l’agence de l’ONU la plus médiatisée ces dernières années. Il y a en effet un enjeu financier colossal autour des choix énergétiques, et bien sûr un lobbying effroyable.

    LA CRÉATION DU GIEC

    Le GIEC fut créé en 1988 à la demande du G7 (G20 aujourd’hui) sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher. 
    Dans les années 1970 Thatcher, premier ministre, était en difficulté à cause des mineurs britanniques qui menaient de fortes grèves générant coupures d’électricité. Elle n’avait pas confiance dans les compagnies pétrolières ; sa préférence était l’énergie nucléaire.
    En 1979, à Genève, se tient la première Conférence mondiale sur le climat. Alors que la crainte dans ces années là était celle d’un refroidissement planétaire, est déclaré que le dioxyde de carbone(CO2) émis par les activités humaines pourrait réchauffer la planète et avoir de graves conséquences.
Très opportuniste, Margaret Thatcher s’empare de cette pensée nouvelle pour faire la promotion de l’énergie nucléaire. La France déjà très engagée dans le nucléaire, sous la présidence de François Mitterrand, avec Jacques Delors président de la Commission européenne et représentant la France lors des grands sommets internationaux, appuie cette ligne politique.
    Et le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) va naître en novembre 1988 et tout faire pour prouver la véracité de ce réchauffement climatique anthropique. Le lobby nucléaire y est dès le départ très présent.
Il est amusant de constater que le GIEC s’est renommé « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » dans les traductions suivantes. L’appellation anglophone IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) ne contient pas ce mot. Le GIEC est un « Groupe Intergouvernemental » c’est à dire avant tout une structure soumise aux forces politiques.

    UN MENSONGE QUI ARRANGE

    Depuis sa création le GIEC publie tous les six ans environ un épais rapport de plusieurs milliers de pages, ainsi qu’un « résumé pour les décideurs » de 20 à 40 pages servant de base aux négociations climatiques internationales. Le cinquième et dernier rapport date de 2014. Au fil des ans, ces résumés sont devenus de plus en plus illisibles.
    Les trois premiers rapports du GIEC restaient prudents. En 1995, le GIEC concluait en disant qu’aucune des études n’avait apporté la preuve que le changement climatique puisse être attribué aux gaz à effet de serre. En 2001, le GIEC soulignait qu’en matière de modélisation du climat, ils étaient face à un « système chaotique couplé et non linéaire » et que les prédictions à long terme s’avéraient impossibles.
    Mais dès le 4 ème rapport (AR4), fin 2007, sans aucune donnée nouvelle, le GIEC affirme que la réalité et l’ampleur du réchauffement climatique sont « sans équivoque ». L’effet de serre du CO2 serait la cause d’un réchauffement pouvant atteindre 6,4° en 2100 si rien n’était fait ; cela provoquerait aridité, désertification, catastrophes climatiques et montée des océans. Des prédictions avec un écart allant de 0,2° à 6,4° ! Une marge d’incertitude invalidant leurs conclusions.
    AR4 affirmait entre autres que les glaciers de l’Himalaya pourraient disparaître en 2035 voire avant. Le GIEC dût démentir en 2010 suite aux protestations des scientifiques. Des études ont confirmé qu’il n’y avait aucun recul inquiétant des glaciers en Himalaya et plusieurs scientifiques et ex-experts du GIEC démissionnèrent pour exprimer leurs désaccords quant aux méthodes de travail et ses conclusions.
    En tant que vice-président dans l’administration Clinton, Al Gore aida à promouvoir le protocole de Kyoto en 1997, traité international visant à réduire les émissions de CO2.
    En 2006, dans son film « une vérité qui dérange », Al Gore se met en scène pour expliquer la future catastrophe planétaire liée aux activités humaines. Ce film quasi hollywoodien très médiatisé, avec ses images d’apocalypse et sa courbe impressionnante « en crosse de hockey » pour illustrer le réchauffement depuis la période industrielle, eut un retentissement international.
    Mais cette courbe était fausse ! (et ce n’était pas la seule erreur). Elle avait été sciemment falsifiée. Ce mensonge scandaleux à des fins idéologiques aurait dû entraîner la dissolution du GIEC. Mais non, le GIEC admit son « erreur », la courbe disparut du rapport suivant et le film reçut 5 prix, 2 nominations et le prix Nobel de la paix fut attribué en 2007 au GIEC et à Al Gore !!
    Puis il y eut en 2009, peu avant le sommet de Copenhague, la « Climategate », autre affaire très grave. Des hackers avaient diffusé plus de 5000 e-mails de hauts membres du GIEC. Dans ces échanges apparaissaient clairement les manipulations des données scientifiques pour les faire coller à leur théorie réchauffiste, ainsi que des rapports de scientifiques censurés « comme non conforme » à la version officielle du GIEC. On y vit aussi leurs méthodes d’intimidation contre ces scientifiques « dissidents ».
    Le président du GIEC, Rajendra Pachauri, faisant l’objet d’une plainte pour harcèlement sexuel, dût démissionner le 24 Février 2015. Ce n’était pas le seul scandale le concernant ; il était également visé par des accusations de conflits d’intérêts et d’enrichissement personnel.
    Dans le 5ème et dernier rapport (2014), sans nouvelles données scientifiques, le GIEC devient plus affirmatif encore : le réchauffement du système climatique est dû aux activités humaines (probabilité de plus de 95 %) et il faut mettre fin à l’utilisation des énergies fossiles, principales responsables.

    QU’EN EST-IL DE CE SOI-DISANT RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ANTHROPIQUE ?

    Tout d’abord, il est bon de rappeler que le climat de la Terre n’a jamais été constant et a sans cesse changé. De plus la climatologie est une science récente qui ne s’est développée qu’après la seconde guerre mondiale.
    L’atmosphère de la Terre se compose d’une multitude de gaz dont une petite partie sont des gaz à effet de serre. Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d’eau (H20). Heureusement qu’elle est là sinon il y aurait sur Terre 30°C de moins, soit une température moyenne de -18°C.
    Le C02 est un gaz à effet de serre assez mineur ; c’est le seul qui augmente de façon significative. Depuis 20 ans, son augmentation semble se limiter d’elle-même dans une période pourtant fortement émettrice.
    Pourquoi le CO2 a t-il augmenté ? la raison principale semble avoir peu de lien avec les activités humaines, mais venir surtout des cycles solaires ; le soleil ayant connu une période d’activité intense depuis 1950, cause non prise en compte par le GIEC.
    La hausse des températures, du niveau des océans et le recul des glaciers seraient liés à la lente récupération de la Terre depuis 1715, fin du dernier « petit âge glaciaire ». Cette alternance entre petits âges glaciaires et périodes plus chaudes a pu être observée dans l’histoire de la Terre grâce à l’analyse des carottes glaciaires sur une période de 600 000 ans.
    Le CO2 suit les changements de températures. Il est une conséquence et non une cause. Quand il fait froid, les océans absorbent plus de CO2, et quand il fait chaud, c’est l’inverse, ils en rejettent davantage. Le taux de CO2 d’origine anthropique dans l’atmosphère serait d’environ 5 %.
    Les océans représentent la majeure partie de la surface du globe et constituent un immense réservoir de CO2 contenant 60 fois sa quantité dans l’atmosphère. 
Depuis 2003, 3000 balises Argo sont installées sur tous les océans du globe et leurs données sont transmises par satellite. Ces capteurs ne constatent aucune évolution significative de la température des océans depuis leur mise en place. 
Depuis le début du XXIème siècle, les instituts spécialisés parlent de « pause », le GIEC emploie le mot « hiatus ». Le taux de réchauffement durant la période 1970-1998 était d’environ 0,17°C par décennie, alors que durant 1998-2012, ce taux est passé à environ 0,04°C par décennie (chiffres du MET Office, un des 3 plus importants centres de météorologie mondiale, utilisés par le GIEC).
    Des records de température sont toujours observés, ce qui n’est pas en contradiction avec l’ambiance de fond qui, elle, est quasi stationnaire.
Il y a aussi le phénomène El Nino qui est à l’origine de phénomènes météo exceptionnels perturbant le climat planétaire. Il est particulièrement puissant en 2015-début 2016. Son influence reste faible en Europe.

    DES PRÉDICTIONS PEU SCIENTIFIQUES

    Les mesures récentes, en particulier celles provenant des satellites et des balises Argo, sont trop éloignées des projections du GIEC pour valider leur théorie. De plus leurs modélisations ne concordent pas avec les cycles du passé. Comment pourraient-ils faire des prédictions justes pour l’avenir !?
    Un rapport très complet datant de 2009, signé par 37 spécialistes internationaux concluait par : les causes anthropiques du changement climatique restent marginales devant les causes naturelles.
    Le soleil sortirait d’un cycle d’environ 60 ans d’activité intense et la tendance pourrait s’inverser et amener alors un refroidissement jusqu’en 2030.
    De nombreux facteurs ont une influence sur le climat : les cycles solaires, le rayonnement cosmique (c’est à dire les particules chargées d’énergie qui pénètrent dans l’atmosphère terrestre), la formation des nuages, la dynamique des océans, le volcanisme et d’autres encore.
Les phénomènes météorologiques sont de nature chaotique et d’une prédiction aléatoire. La prévision climatique est complexe. Personne n’est en mesure de savoir vers quoi évoluera le climat d’ici la fin du XXIème siècle.
    Malgré ce catastrophisme autour du réchauffement climatique, la banquise antarctique s’étend depuis 30 ans, les glaces arctiques ré-augmentent depuis 2013, les glaciers himalayens restent stables et les ours polaires ont l’air de bien se porter. Mais de tout ça, les médias ne parlent pas.
Et puis, si même il devait y avoir un réchauffement climatique, il faudrait une étude scientifique sérieuse pour savoir si cela représenterait vraiment une catastrophe.
    L’être humain et l’animal ne peuvent vivre sans oxygène comme les plantes ne peuvent se passer de CO2. Le CO2 est couramment utilisé dans les serres pour accroître le rendement des cultures. Aujourd’hui, le pourcentage de CO2 dans l’atmosphère est de 0,04%. Un humain peut vivre dans une atmosphère contenant jusqu’à 5% de CO2. A ne pas confondre avec le monoxyde de carbone (CO), gaz toxique qui résulte de la combustion incomplète du bois, charbon, pétrole, gaz, etc...

    QUE PENSER DE TOUT ÇA ?

    Tout d’abord, les différentes affaires, erreurs et mensonges montrent qu’il n’y a aucune rigueur scientifique dans les travaux du GIEC, une structure pourtant censée synthétiser les travaux de qualité de nombreux scientifiques.
Nous subissons une effroyable propagande idéologique. Il est d’ailleurs politiquement très incorrect de contester leurs thèses et tout est fait pour discréditer les contradicteurs en les raillant ou en censurant leur travail. D’où les départs de scientifiques du GIEC ( ou leur prises de position contredisant la doxa réchauffiste, comme Judith Curry, une des climatologues les plus emblématiques )
    Et surtout, il apparaît clairement qu’il y a de graves problèmes bien plus urgents à se préoccuper que cet éventuel réchauffement climatique futur.
    Le matraquage permanent des médias autour de ce « global warming » anthropique sert à tout justifier : une inondation inédite, une tornade comme jamais auparavant, des sécheresses dévastatrices de plus en sévères, des ouragans plus puissants que jamais, et même des truffes en baisse et des chenilles processionnaires en plus ! Diantre, vivrions nous les débuts de l’apocalypse ! Tout est pain béni pour servir ce dogme. 
    Face au GIEC, certains « climato-sceptiques » ont des intérêts politiques et financiers aussi peu louables. L’enjeu climatique oppose l’industrie pétrolière et l’industrie nucléaire. S’y ajoute le récent enjeu des énergies renouvelables, et les affrontements entre multinationales sont impitoyables. Cette fixation sur le CO2 est aussi un moyen de tenir à distance l’émergence économique des nouvelles puissances.
    Le GIEC tente de donner à l’industrie nucléaire une dernière chance. Concernant la France, il est peu probable qu’elle soit économiquement en mesure d’investir les sommes énormes qu’elle a dépensé depuis les années 1970 pour renouveler son parc nucléaire vieillissant. D’autant plus qu’il n’y a rien de nouveau depuis longtemps sur le plan technologique. Les EPR sont très coûteux, d’une technologie ancienne, dangereuse et pas au point.
    Quant au projet expérimental ITER à Cadarache sur la fusion nucléaire, il ne verra probablement jamais le jour. C’est un projet pharaonique des années 80, complètement obsolète, au coût faramineux encore inconnu, qu’ils n’arriveront pas même à construire. Une majorité de scientifiques n’y croit pas. (Je reviendrai prochainement sur ITER)
    Le nucléaire produit aujourd’hui à peine plus de 10% de l’électricité mondiale et ne représente que 1,8% de la consommation mondiale d’énergie. Malgré l’alibi d’être une « énergie décarbonée » pouvant lutter contre le réchauffement climatique, un nouvel essor de l’énergie nucléaire semble peu probable. La France se trouve donc dans une impasse avec des centrales dangereuses et vieillissantes qui fournissent 77 % de son énergie électrique.
    Mais une nouvelle économie repeinte en vert se porte bien et mise sur de juteux profits futurs grâce aux thèses du GIEC. Les cabinets et consultants sur « l’empreinte carbone » prospèrent. La vente des voitures électriques espère décoller.
    De nombreuses institutions environnementalistes (WWF, Réseau Action Climat, Greenpeace, Réseau Sortir du nucléaire,…) se sont bien sûr ralliées au discours dominant et à cette croisade, rejoignant ainsi pronucléaires et autres lobbies malpropres, et détournant les militants écologistes des vrais combats à mener. WWF et Greenpeace ont été associés au GIEC dès sa création.
    Le matraquage autour de ce réchauffement idéologique a réussi à formater la pensée de nombreux militants qui sont devenus les relais zélés de cette propagande. Les personnes contestant ce dogme ont vite droit à des insultes et se voient même traiter de révisionnistes !

    DE VRAIES CATASTROPHES SONT DEVANT NOS YEUX

    Le danger de la science comme de la religion est de faire d’une théorie une grille de lecture unique et imposée. Les croyances ne devraient pas avoir leur place dans une étude scientifique.
    Cette propagande sur une catastrophe climatique à venir permet de laisser dans l’ombre les catastrophes mondiales bien réelles, catastrophes à la fois humaines et environnementales : les guerres et la faim dans le monde, la pollution de l’air, des sols, des mers et des rivières (par des composants chimiques plus problématiques que le CO2), l’appauvrissement de la biodiversité, les déchets nucléaires...
    Impossible de passer sous silence la terrible catastrophe nucléaire en cours à Fukushima. Matsuhei Murata, ancien ambassadeur du Japon en Suisse, parlait, il y a quelques jours, d’un accident encore jamais vécu par l’humanité et toujours pas maîtrisé. Les cœurs fondus des réacteurs restent inaccessibles à cause de leur niveau de radiation, détruisant même les robots envoyés. De grandes quantités de radionucléides mortels sont rejetés sans cesse dans la mer et dans l’atmosphère, et ont atteint l’ouest des États-Unis. Aucune perspective de solution à ce jour. M.Murata souhaite que le Japon se retire de l’accueil des jeux Olympiques de 2020 pour consacrer tous les efforts à la crise de Fukushima.

    FERA-T-IL BEAU DEMAIN ?

    La COP21, à Paris en décembre 2015, a coûté plus de 180 millions d’€ et s’est terminée par un accord international, qualifié d’historique, ratifié par 195 États : stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines bien en dessous de 2°C d’ici à 2100 (sans aucun engagement chiffré des États).
Quel gaspillage d’argent public et quel égarement !
    L’Homme ne commande quasiment rien du climat de la Terre. Ce sont là des forces naturelles bien plus puissantes qui sont à l’œuvre. Qu’en sera t-il du climat et de la température de la fin du siècle ? Fera t-il plus chaud ou plus froid ? Nous l’ignorons !
    Le GIEC devrait être dissous. Rester aussi influent sur la scène internationale après une telle accumulation de mensonges, d’erreurs et de manipulations, montre la puissance des lobbies et forces politiques qui sont derrière cette structure.
    Si l’ONU et ses agences se démenaient autant pour le bienfait de l’humanité qu’elles le font pour le monde des affaires, nous pourrions être confiants dans l’avenir.
    Les multinationales ont pris le pouvoir et mènent le monde. Les dirigeants ne sont que des marionnettes pour les servir et nous endormir. Ils se plient aux impératifs du monde économique et délaissent les vrais problèmes de notre siècle.
    Il est urgent de remettre en cause nos sociétés occidentales, qui tirent le monde vers le pire, et de revoir radicalement leur fonctionnement (production, consommation, distribution)
    Parler du temps permet souvent de ne pas aborder les choses essentielles !
    --
    INFORMATION

    Ce billet ne reflète en aucune manière une éventuelle position de la coordination anti-nucléaire du Sud-Est, mais son contenu est très largement partagé par ses participants, même s’il n’est pas unanime. La CANSE n’a d’autre "doctrine" que le contenu de sa charte, à savoir l’arrêt immédiat du nucléaire. Il est bien sûr du devoir de tous de manifester critiques, interrogations ou doutes quant au contenu des billets.
http://coordination-antinucleaire-sudest.net/2012/index.php?post/2016/01/07/un-mensonge-qui-arrange

    PRINCIPALES SOURCES

    GIEC (rapports graphiques,résumé) https://www.ipcc.ch/report/ar5/syr/index_fr.shtml
    Rapport complet : http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_ALL_FINAL.pdf ( 374 Mo-1552 pages)
concernant le hiatus, voir TS.3 page 61/62/63 : http://www.climatechange2013.org/images/report/WG1AR5_TS_FINAL.pdf
    Les 3 pages extraites de ce rapport : Hiatus dans le rapport du GIEC
    "L’innocence du carbone, l’effet de serre remis en question" de François Gervais (2013)
    "Climat et capitalisme vert" de Philippe Pelletier (2015)
    "Le réchauffement de la planète : une escroquerie" (documentaire chaîne planet 2013) : https://www.youtube.com/watch?v=zBLTDscToOo


    http://www.wikistrike.com/article-climategate-hackers-sceptiques-rapports-du-giec-comment-ca-march
    L’effet de serre remis en question (2015) Conférence-débat avec François Gervais : https://www.youtube.com/watch?v=6XDdfCLY3TI

    Les indicateurs du climat :
    Antarctique : http://www.nasa.gov/content/goddard/antarctic-sea-ice-reaches-new-record-maximum
    Arctique : https://sites.google.com/site/arctischepinguin/home/piomas
    Himalaya : http://www.nasa.gov/content/goddard/antarctic-sea-ice-reaches-new-record-maximum
    --

    DU DOGME DES PROPHÈTES

    Occuper le temps à parler des prédictions hypothétiques du temps qu’il va faire occulte l’intoxication générale de la nature et de notre mental qui ont lieu ici et maintenant.
    Ce que les prédicateurs du réchauffement climatique omettent en dit plus long sur leurs intentions que ce qu’ils affirment. Derrières les supposées conséquences catastrophiques du dioxyde de carbone se dissimule la réelle toxicité du monoxyde de carbone. C’est l’omission qui crée l’illusion.
    L’urgence climatique, comme État d’urgence permanent, est une croyance dogmatique, un enfumage médiatique qui empoisonne notre survie et masque l’urgence écologique et sociale de nos conditions d’existence.

    Lukas Stella

    --
    CATASTROPHISME ET SOUMISSION DURABLE

    "En achevant de saper toutes les bases matérielles sur lesquelles elle reposait, la société industrielle crée des conditions d’insécurité, de précarité de tout, telles que seul un surcroît d’organisation, c’est-à-dire d’asservissement à la machine sociale, peut encore faire passer cet agrégat de terrifiantes incertitudes pour un monde viable."
    "Le catastrophisme exprime bien sûr avant tout les peurs et les tristes espoirs de tous ceux qui attendent leur salut d’une sécurisation par le renforcement des contraintes."

    René Riesel, Jaime Semprun, Catastrophisme, administration du désastre et soumission durable, 2008

  • Al #Gore, le Nobel menteur, sauveur de planète et milliardaire du carbone (2)
    https://reflets.info/al-gore-le-nobel-menteur-sauveur-de-planete-et-milliardaire-du-carbone-2

    Cette deuxième chronique au sujet d’Al Gore et de la [un peu trop grosse] vérité qui dérangeait — mais qui désormais excite plus les appétits financiers et politiques qu’autre chose — retrace comment un seul homme, très bien entouré, avec l’aide des plus grandes banques de la planète a réussi à faire basculer l’opinion mondiale […]

    #Monde #Sagas #bourse_carbone #CCX #climat #climate_gate #Cop21 #courbe_de_mann #courbe_en_crosse_de_hockey #crédits_carbone #Goldman_Sachs

  • Si tu #likes la #planète, la #COP21et que tu es contre le #CO2 : dis merci à Al #Gore (1)
    https://reflets.info/si-tu-likes-la-planete-la-cop21et-que-tu-es-contre-le-co2-dis-merci-a-al-g

    Al Gore restera dans les annales de l’histoire. Cet Américain a eu plus d’influence sur l’ensemble des fonctionnements économiques et politiques qu’un Einstein ou un Churchill, le tout sans prendre aucun risque, en s’enrichissant impunément. Les citoyens ne connaissent peut-être pas suffisamment bien le parcours de cet homme politique qui a convaincu les grandes puissances […]

    #Monde #Tribunes #al_gore #enfumage_planétaire #Fonds_carbone #GIEC #Goldman_Sachs #ONU #PNUE #Protection_de_l'environnement #Réchauffement_anthropique #une_vérité_qui_dérange

  • The New Enemy Within - The Atlantic
    @PETER BEINART MAY 2015 ISSUE
    http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2015/05/the-new-enemy-within/389573

    If George W. Bush were seeking the Republican presidential nomination today, he’d face at least one big problem: his defense of Muslims and Islam. In a 2000 debate with Al Gore, Bush condemned the fact that “Arab Americans are racially profiled” using “what is called secret evidence.” After 9/11, he called Islam “a faith based upon love, not hate,” and made a highly publicized visit to a mosque. One Muslim Republican even called Bush America’s “first Muslim president.”

    A decade and a half later, the climate on the American right has radically changed. In January, the Republican presidential hopeful Bobby Jindal argued that “it is completely reasonable for [Western] nations to discriminate” against some Muslims in their immigration policies, on the grounds that radical Islamists “want to destroy their culture.” In February, another GOP contender, Mike Huckabee, declared, “Everything [President Obama] does is against what Christians stand for, and he’s against the Jews in Israel. The one group of people that can know they have his undying, unfailing support would be the Muslim community.” In March, after New York City announced that public schools would close for two Muslim holidays, Todd Starnes, a Fox News contributor, lamented, “The Islamic faith is being given accommodation and the Christian faith and other religious faiths are being marginalized.”

    This is strange. Why are conservatives more hostile to Muslims and Islam today than they were in the terrifying aftermath of 9/11? And why have American Muslims, who in 2000 mostly voted Republican, apparently replaced gays and feminists as the right’s chief culture-war foe?

    For half a century, cultural conservatives have vowed to protect America against threats from domestic insurgencies: black militancy, feminism, the gay-rights movement. But those insurgencies involved large and restive groups. Muslims, by contrast, make up only 1 percent of the U.S. population. And they are not restive. Yes, a tiny share sympathizes with Salafi groups like the Islamic State, or ISIS. But unlike the civil-rights, abortion-rights, and gay-rights activists of eras past, American Muslims are not seeking to transform American culture and law. They are not marching in the streets. For the most part, they constitute a small, well-educated, culturally conservative minority that wants little more from the government than to be left alone.

  • Viral China pollution film is brave, personal and powerful | Jennifer Duggan | Environment | The Guardian
    http://www.theguardian.com/environment/chinas-choice/2015/mar/02/viral-china-pollution-film-is-brave-personal-and-powerful


    Parait que ce #documentaire sur la #pollution_de_l'air en #Chine fait un tabac

    A documentary about China’s shockingly high levels of air pollution that has gone viral within China is being compared to Al Gore’s An Inconvenient Truth and Rachel Carson’s Silent Spring.

    The self-funded documentary, Under the Dome, by former state television presenter Chai Jing, takes a stark look at China’s air pollution woes by combining personal narrative, striking imagery, on-the-the ground interviews with scientific evidence.

  • Oil Investors at Brink of Losing Trillions of Dollars in Assets - Businessweek
    http://www.businessweek.com/news/2014-12-02/oil-investors-may-be-running-off-a-cliff-they-can-t-see

    Al Gore likens today’s fossil fuels to the subprime mortgages of the last decade that triggered the global credit crisis. Their value “is based on an assumption every bit as absurd,” specifically the notion that all known oil, gas and coal will be consumed.

  • Al Gore Finds Hope in Local Climate Action - Keynote Speech at UNDP Equator Prize 2014
    http://www.filmsforaction.org/watch/al-gore-finds-hope-in-local-climate-action-keynote-speech-at-undp-eq

    Al Gore delivers a rousing closing address at the United Nations Development Programme’s Equator Prize 2014 on Monday September 22 in New York.

    Speaking candidly and from the heart, Gore calls on...

  • Selon Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis : près de 50% des #terres arables de la #RDC sont bradées
    http://farmlandgrab.org/post/view/23693-selon-al-gore-ancien-vice-president-des-etats-unis-pres-de-50-de

    Après le secteur des mines, qui a subi une véritable razzia, c’est le tour de terres arables de la RDC de faire l’objet d’une ruée à l’échelle internationale. Dans son livre intitulé « Le futur », Al Gore, ancien vice-président des Etats-Unis, note que 48,8% des 120 millions d’hectares des terres arables que compte le Congo-Kinshasa sont déjà cédées aux étrangers. Un véritable bradage qui se fait malheureusement, dénonce l’ex numéro 2 sous Bill Clinton, au détriment du peuple congolais. Une redéfinition s’impose.

    #agrobusiness #agro-industrie #prédateurs

    • Dans cette nouvelle chasse aux terres arables de l’Afrique, la RDC n’est pas à l’abri. Selon Al Gore, qui se réfère à une analyse de Rights and Resources Initiative, une Ong internationale basée à Washington, « la République démocratique du Congo a signé des accords avec des propriétaires étrangers pour céder 48,8% de ses terres cultivables ». Plus explicite, l’ancien vice-président des Etats-Unis affirme que « la Chine a obtenu un agrément avec la République démocratique du Congo sur l’exploitation de l’huile de palme pour des biocarburants sur une étendue de 2,8 millions d’hectares ». « Quant à la part exacte des achats massifs destinés au biofuel, note Al Gore, les experts sont partagés. La Banque mondiale a calculé que, en 2009, 21% y étaient destinés, alors que l’International Land Coalition estime qu’ils représentent 44% ».

    • dans la mesure où les femmes ne sont pas des personnes mais des biens appartenant aux hommes au même titre que les terres, je ne trouve pas cela si obscure. C’est la base du patriarcat.

      Les femmes accomplissent 66% du travail mondial, produisent 50% de la nourriture, mais ne perçoivent que 10% des revenus et détiennent 1% de la propriété.

      Source : UNICEF - 2007

      voire aussi en France la loi salique qui interdisait aux femmes et aux filles d’hériter ou cette conférence de C.Delphy qui évoque en passant l’absence de statu civile des femmes pour cause de « Debilitas Sexus »
      http://www.youtube.com/watch?v=QKboHv8V2ig

      #femme-objet

    • On dirait que l’idée principale, c’est d’utiliser les motivations endogènes (fierté, estime de soi, sens du défi) pour améliorer l’exploitation au travail par l’auto-exploitation des gens... laquelle est effectivement très efficace ! (ref : les autoentrepreneurs !)

      Après, c’est peut-être bien, faut lire pour savoir !

    • Je pense qu’il faut lire, pour ma part (et pour ceux qui sont paresseux comme moi) il y a ça :
      http://www.ted.com/talks/dan_pink_on_motivation?language=fr
      Je pense que ce gars est à la psychologie sociale ce que Al Gore est à la climatologie : un orateur talentueux efficace pour vulgariser un sujet iconoclaste.

      Mine de rien, même si en tout bon américain il ne peut pas frontalement s’opposer au libéralisme capitaliste, il affirme en substance que le dogme de la « loi du profit » qui est à la base du libéralisme économique ("l’humain est un individu exclusivement animé par des motivations marchandes et son intérêt particulier") est une connerie.
      J’ai trouvé son approche très très subversive, ça ne ressemble pas à un énième bouquin de #management. Il montre que les gens préfèrent se comporter en adultes, que les entreprises les infantilisent, et que si tout le monde prend conscience qu’on peut envoyer balader l’autorité de l’entreprise (bâton) et notre dépendance psychologique à l’argent (carotte), en se comportant simplement en adultes responsables, c’est tout le système capitaliste qui peut s’effondrer, les entreprises (en tant qu’organisations fonctionnelles créatrices de « richesses » au sens de bien ou services socialement utiles), elles, survivront...

      #dan_pink

    • J’ai trouvé... Frederick herzberg... et sa théorie de la motivation.
      c’est à lui que le résumé me faisait penser
      (qui a dit qu’après 40 ans, la mémoire se carapatait ???)