• #Afridocs

    AfriDocs is the uniquely bold and exciting platform exclusively for Africa, bringing the best African and international documentaries to audiences anywhere in Africa.

    Fans of African cinema can watch some of the best documentaries from across the continent and beyond. Africa’s well known and loved television broadcast stream, AfriDocs, is now available for viewing ANYTIME from your computer, laptop, or from any mobile device.

    AfriDocs Anytime is a FREE streaming platform with a growing #catalogue available for viewing at any time. It’s like having a film festival on your screen that gives you access to powerful, quality, award-winning documentaries that have shown at some of the most prestigious festivals in the world, as AfriDocs Executive Producer Don Edkins explains,

    “The launch of AfriDocs Anytime heralds a new era of distribution for the continent, with the combination of a prime-time broadcast opportunity, followed up a by a free online streaming mechanism, means new opportunities for filmmakers, as well as the chance to develop audiences for the best in African film.”

    AfriDocs is an initiative of the multi-awarded South African documentary production and distribution company, Steps, in partnership with the Bertha Foundation.

    https://afridocs.net

    #films #films_documentaires #afrique #liste #open_source #streaming

    #plateforme découverte grâce à @fil :
    https://seenthis.net/messages/938106

  • As Americans cut the cord, Europeans sign up for more pay-TV | The Economist (11/09/2021)
    https://www.economist.com/business/2021/09/11/as-americans-cut-the-cord-europeans-sign-up-for-more-pay-tv

    Why has American media’s mega-trend missed Europe? One reason is price. America’s cable industry may look competitive: the largest player, Comcast, has only a quarter of the market. But it is highly regionalised, so most homes have few options, says Richard Broughton of Ampere. The result is an average monthly cable bill of nearly $100. British homes pay less than half as much. Tax loopholes have made pay-tv an even better deal in parts of Europe. Take-up in France rocketed from 30% to 90% between 2004 and 2014, after the government imposed a lower rate of vat on television services than on telecoms, unintentionally giving phone firms an incentive to throw in a cheap tv package and pay the lower rate of tax. The loophole has been closed, but subscriptions remain high.

    A second factor is content. American cable tv is running out of shows as studios move their best ones to their own streaming platforms. In Europe, where some streamers have yet to launch, pay-tv firms retain the rights to many of the most popular titles. Britons seeking the third season of WarnerMedia’s “Succession”, for instance, must go to Sky, a Comcast-owned satellite firm, since Warner’s hbo Max has yet to stream outside the Americas.

    The last reason Europe still favours cable is that American streamers have forged partnerships with European pay-tv firms rather than competing with them. In the race for subscribers, the quickest way for streamers to bulk up in Europe has been to join forces with satellite and cable incumbents. They are the ones with access to consumers and the ability to handle local marketing and ad sales. In Spain, Vodafone offers bundled subscriptions to Netflix, Disney+ and others. Next year Viacomcbs’s Paramount+ will launch in six European countries on Sky’s platform.

    Will cord-cutting eventually cross the Atlantic? As long as Hollywood studios continue to license their programming to local players, consumers will have every reason to stick with pay-tv. For the studios themselves those deals are lucrative, points out Mr Broughton: “Doing a Disney and cancelling all those contracts, then replacing them with your direct-to-consumer service, leaves you with a bit of a gap in your financials.”

    In the long run, though, studios would rather bring viewers onto their own platforms, as in America. In that scenario, pay-tv firms may be left with little to offer but sport, alongside streaming bundles of the sort offered by France’s Orange or Britain’s Virgin Media. Warner plans a gradual European roll-out of hbo Max over the next few years. By the time the fourth season of “Succession” is out, audiences may be watching it online.

    #svod #streaming #télévision #audiovisuel

  • Movie Business / Streaming has changed the economics of talent : how Hollywood’s biggest stars are losing their clout | The Economist (13/11/2021) https://www.economist.com/business/how-hollywoods-biggest-stars-lost-their-clout/21806186

    (…) In total, streaming firms’ content spending could reach $50bn this year, according to Bloomberg.

    Yet despite the largesse it is a turbulent time in Tinseltown, as everyone from a-list stars to the crews who style their hair goes to war with the film studios. Some of the disputes have arisen from the pandemic, which has upended production and release schedules. But the tension has a deeper cause. As streaming disrupts the tv and movie business, the way talent is compensated is changing. Most workers are better off, but megastars’ power is fading.

    #industrie_culturelle #audiovisuel #streaming #svod

  • The entirety of Twitch has reportedly been leaked | VGC
    https://www.videogameschronicle.com/news/the-entirety-of-twitch-has-reportedly-been-leaked

    An anonymous hacker claims to have leaked the entirety of Twitch, including its source code and user payout information.

    The user posted a 125GB torrent link to 4chan on Wednesday, stating that the leak was intended to “foster more disruption and competition in the online video streaming space” because “their community is a disgusting toxic cesspool”.

    VGC can verify that the files mentioned on 4chan are publicly available to download as described by the anonymous hacker.

    One anonymous company source told VGC that the leaked data is legitimate, including the source code for the Amazon-owned streaming platform.

    Internally, Twitch is aware of the breach, the source said, and it’s believed that the data was obtained as recently as Monday. We’ve requested comment from Twitch and will update this story when it replies.

    [UPDATE: Twitch has confirmed the leak is authentic: “We can confirm a breach has taken place. Our teams are working with urgency to understand the extent of this. We will update the community as soon as additional information is available. Thank you for bearing with us.”]

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #twitch #tv #streaming #business #fuite #sécurité #amazon_vapor #vapor #valve #steam #valve_steam #amazon_game_studios

  • Game engine, meet game streaming : Unity acquires Parsec for $320M | Ars Technica
    https://arstechnica.com/gaming/2021/08/game-engine-meet-game-streaming-unity-acquires-parsec-for-320m

    The parent company of Unity, one of the most popular game development engines in the world, has made arguably its biggest acquisition of another gaming company yet. The deal, announced on Tuesday, sees Unity taking control of Parsec, a peer-to-peer game-streaming protocol. The acquisition is valued at $320 million.

    Unity Technologies, éditeur du moteur de jeux vidéo Unity, acquiert Parsec, éditeur d’une solution de travail à distance à destination de développeurs de jeux vidéo. L’article contextualise cette acquisition en distinguant cette solution à destination des professionnels des solutions de jeu en streaming grand public.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #unity #unity_technologies #parsec #business #acquisition #bureau_à_distance #remote_desktop #streaming #google_stadia #nvidia_geforce_now #ubisoft #jeu_vidéo_immortals_fenyx_rising #valve #steam_remote_play #epic_games #psyonix #mediatonic

  • Unity Enters Into Agreement to Acquire Parsec | Business Wire
    https://www.businesswire.com/news/home/20210810005116/en/Unity-Enters-Into-Agreement-to-Acquire-Parsec

    Parsec’s technology allows creators to work together remotely and leverage high performance processing from anywhere

    Le moteur de jeu Unity acquiert le développeur Parsec proposant des solutions de bureau à distance à destination des développeurs de jeux vidéo.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #unity #unity_technologies #parsec #business #développement #streaming #remote_desktop #bureau_à_distance #acquisition #marc_whitten #chris_dickson #benjy_boxer #electronic_arts #ea #ubisoft #square_enix

  • Gamasutra - Ubisoft CEO says Steam Deck support depends on sales, lauds Netflix’s game ambitions
    https://www.gamasutra.com/view/news/385453/Ubisoft_CEO_says_Steam_Deck_support_depends_on_sales_lauds_Netflixs_game_

    Ubisoft will support Valve’s new Steam Deck console if it becomes big enough. That’s according to company founder and CEO Yves Guillemot, who asked for his opinion on the new device during an investor call.

    […]

    Guillemot was also specifically asked to weigh in on Netflix’s video game machinations, and indicated the streaming giant is well positioned for success — and might even help propel the wider industry forward.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #culture #business #valve_steam_deck #console #netflix #gaas #game_as_a_service #streaming #yves_guillemot

  • Netflix (NFLX) To Offer Video Games on Its Streaming Platform - Bloomberg
    https://www.bloomberg.com/news/articles/2021-07-14/netflix-plans-to-offer-video-games-in-expansion-beyond-films-tv

    The idea is to offer video games on Netflix’s streaming platform within the next year, according to a person familiar with the situation. The games will appear alongside current fare as a new programming genre — similar to what Netflix did with documentaries or stand-up specials. The company doesn’t currently plan to charge extra for the content, said the person, who asked not to be identified because the deliberations are private.

    #gaas #jeu_vidéo #jeux_vidéo #streaming #netflix #business #game_as_a_service

  • Gamasutra - Stadia to give devs a cut of Stadia Pro revenue (based on how often their game is played)
    https://www.gamasutra.com/view/news/385036/Stadia_to_give_devs_a_cut_of_Stadia_Pro_revenue_based_on_how_often_their_

    Starting this month, Google has pledged 70 percent of Stadia Pro’s revenue to game developers that offer their games up as freebies on Stadia Pro. Specifically, pay is “based upon engagement for active claimable Stadia Pro titles” and will only apply to games new to the service. Engagement, in this case, is measured in session days, so developers will seemingly get a larger part of that 70 percent share depending on how many days individual Stadia Pro players log into their games.

    #jeu_vidéo #jeux_vidéo #gaas #game_as_a_service #service #streaming #google_stadia_pro #rémunération #business

  • L’Hadopi, c’est (bientôt) fini
    https://www.franceculture.fr/numerique/lhadopi-cest-bientot-fini

    Désormais, le pair à pair est devenu minoritaire et ne représente plus qu’un quart des piratages, soit deux à trois millions de personnes chaque mois. « Par l’intermédiaire de notre procédure de réponse graduée, le pair à pair a drastiquement diminué, de plus de 60% » précise Pauline Blassel. Mais le bilan de l’autorité est nuancé par les chiffres. Comme l’avait révélé Next INpact l’an dernier, l’Hadopi a un coût important : l’autorité a perçu 82 millions d’euros de subventions publiques depuis 2009 mais n’a infligé que 87 000 euros d’amendes. « Un ratio qui permet difficilement de conclure à la parfaite réussite du dispositif » d’après Marc Rees.

    #hadopi #csa #arcom #autorité_administrative #p2p #piratage #streaming #sport #culture #censure #fusion

  • LOL : Qui rit, sort ! en streaming VF & téléchargement - Emule island V2
    #streaming
    https://emule-island.eu/serie/5393/lol-qui-rit-sort.html

    Synopsis
    Le public suivra le groupe de dix comédiens, chacun étant bien décidé à être le dernier à craquer. Six heures durant, une seule règle comptera : qui rit perd la partie. Celui qui parviendra à rester de marbre jusqu’au bout remportera le jeu et pourra reverser ses 50 000 € de dotation à l’association caritative de son choix.

  • Bildbeschreibung hier eingeben https://www.dokfest-muenchen.de/img...
    https://diasp.eu/p/12876050

    THE FILM PROGRAMME OF DOK.fest MÜNCHEN @HOME

    131 films from 43 countries: The film programme of DOK.fest München 2021 @home at a glance.

    https://www.dokfest-muenchen.de/Filme?lang=de

    DAS FILMPROGRAMM DES DOK.fest MÜNCHEN @HOME

    131 Filme aus 43 Ländern: Das Filmprogramm des DOK.fest München 2021 @home im Überblick.

    The programme booklet can be viewed here: https://www.dokfest-muenchen.de/media/files/2021/DOKfest_2021_Programmheft.pdf?u=1Wv5SB

    #streaming #documentary #documentaire #Dokumentarfilm #festival

  • L’Union européenne accuse Apple « d’abus de position dominante » sur le marché de la musique en ligne
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/04/30/l-union-europeenne-accuse-apple-d-abus-de-position-dominante-sur-le-marche-d

    En mars 2019, Spotify avait porté plainte contre le groupe américain, lui reprochant d’être à la fois distributeur et concurrent de son service. L’Union européenne (UE) estime que le géant américain Apple a « faussé la concurrence » sur le marché de la musique en ligne, en « abusant de sa position dominante » pour évincer ses rivaux, selon un communiqué de la Commission européenne publié vendredi 30 avril. Bruxelles avait ouvert une enquête après la plainte du diffuseur de musique en ligne Spotify contre (...)

    #Apple #AppleStore #Deezer #Netflix #Spotify #domination

    • Streaming musical : bénédiction ou malédiction pour les artistes ?
      https://www.arte.tv/fr/videos/100280-007-A/tracks

      Pendant des années, l’industrie musicale a été en chute libre. Et puis la tendance s’est inversée il y a près de dix ans. A l’heure actuelle, les consommateurs n’ont jamais autant dépensé pour écouter de la #musique. Pour retrouver des chiffres similaires, il faut remonter à des décennies. Le secteur s’apprête à vivre les meilleures années de son histoire. Aux côtés des grands labels, les plateformes numériques comme Spotify, Deezer ou Apple Music se sont imposées. Mais il y a un bémol : la plupart des artistes ne perçoivent quasiment rien des milliards de dollars générés par le #streaming.

      #industrie_musicale

  • Nobody #Streaming


    Voir Stream VF : Nobody, Nobody stream complet
    Réalisateur : Ilya Naishuller,
    Acteur(s) :Bob Odenkirk, Aleksey Serebryakov, Connie Nielsen, Christopher Lloyd
    Genre : Action,
    Durée : 1h 32min
    Date de sortie : 15/11/2021
    Année de production : 2021
    Qualité : dvdrip
    Format : Xvid
    Langue : vf
    Synopsis et détails :
    Nobody streaming Les gens les plus insignifiants sont parfois les plus dangereux. Hutch Mansell, un père et un mari frustré, totalement déconsidéré par sa famille, se contente d’encaisser les coups, sans jamais les rendre. Il n’est rien. Une nuit, alors que deux cambrioleurs pénètrent chez lui, il fait le choix de ne pas intervenir, plutôt que de risquer une escalade sanglante. Une décision qui le discrédite définitivement aux yeux de son fils Blake, et qui semble l’éloigner encore plus de sa femme Becca. Cet incident réveille chez cet homme blessé des instincts larvés qui vont le propulser sur une voie violente, révélant des zones d’ombres et des compétences létales insoupçonnées. Dans une avalanche de coups de poings, de fusillades et de crissements de pneus, il va tout faire pour tirer sa famille des griffes d’un redoutable ennemi et s’assurer que, plus jamais, personne ne le prenne pour un moins que rien.

    https://ww1.voirstream.ink/nobody.htm

  • Willy’s Wonderland #Streaming

    Voir Stream VF : Willy’s Wonderland, Willy’s Wonderland stream complet
    Réalisateur : Kevin Lewis,
    Acteur(s) :Nicolas Cage, Emily Tosta, Beth Grant, Ric Reitz
    Genre : Epouvante-horreur,Thriller,
    Durée : 1h 29min
    Date de sortie : 18/04/2021
    Année de production : 2021
    Qualité : dvdrip
    Format : Xvid
    Langue : vf
    Synopsis et détails :
    Willy’s Wonderland streaming Un gardien d’un parc d’attractions se retrouve bloqué durant toute une nuit. Les monstres du parc prennent vie et sont à sa poursuite. L’homme doit les vaincre pour survivre jusqu’au matin et être enfin libéré.

    https://ww1.voirstream.ink/willys-wonderland.htm

  • voirseries.plus » Séries » Grey’s Anatomy en #streaming


    voir série Grey’s Anatomy en streaming
    Genre :Séries / Drame / Médical
    Acteurs :Barbara Crampton, Brandon Scott, Chandra Wilson, Ellen Pompeo, James Pickens Jr., Justin Chambers, Kevin McKidd, Maria Sten, Steven Robertson, Steven Weber
    Créateur :Nick Antosca, Shonda Rhimes
    Pays :U.S.A.
    Année :2005
    Durée :42min
    voir la série Grey’s Anatomy complète en français et en streaming gratuit vf et vostfr en hdMeredith Grey, fille d’un chirurgien très réputé, commence son internat de première année en médecine chirurgicale dans un hôpital de Seattle. La jeune femme s’efforce de maintenir de bonnes relations avec ses camarades internes, mais dans ce métier difficile la compétition fait rage...

    https://www.voirseries.plus/series/greys-anatomy-LujGF.html

  • voirseries.plus » Séries » All Rise en #streaming


    voir série All Rise en streaming
    Genre :Séries / Drame / Judiciaire
    Acteurs :Jessica Camacho, Marg Helgenberger, Ruthie Ann Miles, Simone Missick, Wilson Bethel
    Créateur :Greg Spottiswood
    Pays :U.S.A.
    Année :2019
    Durée :60min
    voir la série All Rise complète en français et en streaming gratuit vf et vostfr en hdEn dépit du dévouement de ses avocats, juges et autres procureurs chargés d’assurer le bon fonctionnement de la machine judiciaire, l’envers du décor de la justice américaine peut parfois se révéler absurde, voire chaotique. Et quand Lola Carmichael, adjointe respectée du procureur à Los Angeles, est fraîchement nommée juge, la jeune femme entend profiter de sa nouvelle position pour apporter sa pierre à l’édifice. Saura-t-elle composer avec les limites du système et se remettre en question ?
    https://www.voirseries.plus/series/all-rise.html

  • Bête noire #streaming


    Origine du film : Canada,
    Réalisateur : Information
    Acteur(s) :Isabelle Blais et Sophie Cadieux
    Genre : Drame
    Date de sortie : 31/03/2021
    Année de production : 2021
    Nombre de saison : 1
    Nombre d’épisodes : 3
    Synopsis et détails : Bête noire en streaming Une tragédie secoue le Collège Beaufort. Un tireur ouvre le feu sur les élèves, faisant plusieurs victimes avant de perdre lui-même la vie. Le monde s’écroule pour les parents du tueur, qui tentent de comprendre ce qui a pu mener leur fils à orchestrer cette attaque brutale. Les élèves du Collège et leurs parents sont sous le choc ; une enquête s’amorce.

    https://ww1.voirstream.ink/series/bete-noire.htm

  • Une Mère de Trop #Streaming


    Voir Stream VF : Une Mère de Trop, Une Mère de Trop stream complet
    Réalisateur : Craig Goldstein,
    Acteur(s) :Vanessa Marcil , Brooke Nevin , Stephen Snedden , Elizabeth Bond , Arden Richardson
    Genre : Drame,Thriller,
    Durée : 1h 21min
    Date de sortie : 08/04/2017
    Année de production : 2017
    Qualité : WEBRIP
    Format : Xvid
    Langue : vf
    Synopsis et détails :
    Une Mère de Trop streaming Kaylene, son mari Drew et leurs jumeaux, Zoé et Toby, s’apprêtent à se retrouver pour une belle journée en famille lorsque Kaylene est percutée par une voiture et grièvement blessée. A l’hôpital où elle est soignée, elle se lie d’amitié avec une infirmière, Vanessa, qui lui propose, à sa sortie, de s’installer avec Drew et elle pour assurer les soins à domicile. Au fil des jours, Vanessa prend une place de plus en plus importante dans la maisonnée. Samantha, la meilleure amie de Kaylene, fait part de ses doutes concernant la surmédication de son amie, mais peu après, elle se tue dans un accident de voiture...

    https://ww1.voirstream.ink/une-mre-de-trop.htm

  • Entretien avec le sociologue Olivier Alexandre, chercheur au Centre Internet et Société/CNRS, auteur notamment de La Règle de l’exception – Écologie du cinéma français (Éditions de l’EHESS, 2015) : « La #culture est le secteur le plus touché après l’aéronautique » | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/160221/la-culture-est-le-secteur-le-plus-touche-apres-l-aeronautique

    (…) Que peut la puissance publique aujourd’hui dans ce contexte ?

    Le modèle français repose sur trois piliers : la mutualisation, le droit d’auteur et le régime de l’intermittence. Moderniser ce système signifie intégrer les plateformes aux systèmes de mutualisation, refonder le droit d’auteur et remettre à plat le régime de l’#intermittence.

    Eric Schmidt, l’ancien CEO Google, aimait à dire que la France, c’est la Silicon Valley de la culture. La question est : comment le rester dans une start-up nation ? Dans une Europe en bataille avec les GAFAM ? Dans une économie post-Covid ? Dans un contexte plus que jamais soumis à la loi du « winner takes all », avec 0,1 % des entreprises qui captent 50 % du chiffre d’affaires ?

    Comment expliquer une telle situation ?

    Il faut revenir aux deux promesses de la Silicon Valley. Dans les années 1990, le nord de la Californie était le porte-voix et le modèle de l’économie en réseau, avec une atomicité des agents et peu d’acteurs dominants. Aujourd’hui, le paradigme est inversé : les entreprises y sont appelées à dominer le marché, à concentrer les richesses en jouant notamment de l’effet d’attraction de l’économie de la création.

    Amazon a mis à genoux les grandes chaînes de librairie ; Napster, avant Spotify, a durablement affaibli l’industrie musicale ; les algorithmes de Twitter et de Facebook ont transformé les métiers de la presse ; Apple et Amazon ont mis un pied à Hollywood, après que #Netflix y a bousculé les rapports de force, en plaçant le petit écran au sommet des échelles de valeur de l’audiovisuel au détriment du cinéma. L’économie des réseaux a défait les anciens maîtres, mais en a enfanté de nouveaux.

    L’ambivalence est là. Puisqu’on peut considérer que la seconde promesse de la Silicon Valley – celle de libérer l’accès aux œuvres de l’esprit et d’émanciper la création – n’a pas été trahie. Plus besoin du filtre journalistique et de la critique pour relayer sa production, Twitter et Facebook s’en chargent ; les arènes de spectacle sont désormais ouvertes avec Youtube ; Google a constitué la plus grande bibliothèque du monde et Amazon propose une offre de biens et de services culturels sans point de comparaison historique.

    Mais le constat n’a pas changé concernant la hiérarchie des visibilités. Au contraire, elles se renforcent : peu d’objets à haute visibilité, une multitude de créations très peu vues, et un purgatoire étiré d’œuvres à basse visibilité.

    C’est l’image de la longue traîne de la mariée, qui n’en finit plus de s’étendre : de plus en plus d’œuvres existent, « sans trouver leur public ». La grande majorité des revenus engendrés sont captés par quelques acteurs et se redistribuent plus ou moins équitablement selon les secteurs.

    Doit-on déplorer alors un phénomène de privatisation de la culture ?

    Historiquement, l’art et la création se sont développés en sortant des académies et du giron de l’aristocratie. Les révolutions esthétiques furent portées par le développement de la bourgeoisie : celle des petits collectionneurs, des marchands, des négociants, des critiques notamment dans le Paris de la moitié du XIXe siècle.

    Si l’on retient cette échelle de temps, la privatisation, au sens du développement d’une économie privée de production et de consommation, a été le ressort historique de la diffusion des œuvres, de leur financement et de l’entrée de celles-ci dans la vie de plus en plus de personnes. C’était l’une des interrogations d’Augustin Girard (1926-2009), figure du ministère de la culture au bureau d’études des pratiques culturelles : les politiques de démocratisation n’ont cessé de buter sur un plafond de verre, celui des classes et des catégories sociales, au sens où les dispositifs d’incitation à entrer dans les musées, les théâtres et les bibliothèques pour s’imprégner des « œuvres capitales de l’humanité », suivant le vœux d’A. Malraux, n’ont pas enrayé les inégalités d’accès.

    Dans le même temps, des entreprises, à la manière de la FNAC, MK2, Skyrock ou Canal+, sont parvenues à toucher des populations qui restaient jusque-là en marge des pratiques et activités dites culturelles. Cette réflexion vaut d’autant plus avec Internet, dont l’économie est dominée par de grandes entreprises.

    En France, la culture reste identifiée à l’État qui joue un rôle de soutien, de régulation et de démocratisation, déployé sur trois axes : le patrimoine, la création et la défense des œuvres nationales.

    Mais la force d’action de l’État est limitée ; il opère des choix, en essayant d’ouvrir progressivement son parapluie d’intervention à d’autres formes de création. De plus, le credo français n’est pas un credo universel. D’autres pays privilégient la création via le marché, comme en Grande-Bretagne ou aux États-Unis. D’autres encore ouvrent leurs frontières, à l’instar de la Suède, où les séries et les films américains ne sont pas doublés quand ils passent à la télévision.

    L’État français se trouve aujourd’hui victime d’une double ironie de l’histoire. Ses missions publiques sont en partie assurées par des acteurs privés. De plus, il continue d’incarner l’exception culturelle dans un contexte de dépendance à la commission européenne en matière de régulation des GAFAM. L’exception culturelle des années 1990 reposait sur deux principes : les œuvres de culture ne sont pas des marchandises comme les autres ; les États doivent rester souverains en matière culturelle. Aujourd’hui, l’instance politique pertinente face aux grandes entreprises du numérique n’est pas l’État mais l’Union européenne, voire très directement le commissaire en charge de la politique industrielle et du numérique… Thierry Breton, un Français.

    Quelle politique publique en matière culturelle serait alors possible ?

    Au cours des dernières années, un front progressiste s’est structuré autour de la place et de la condition des femmes, celles des minorités, des extrémités démographiques que sont le début et le terme de la carrière. Ces questions sont devenues brûlantes.

    Mais si l’on reprend les trois piliers du modèle français que sont la mutualisation, les droits d’auteur et l’intermittence, la priorité est sans doute de déterminer comment adapter le statut des travailleurs dans une économie de création ouverte.

    Plusieurs réflexions existent autour de l’intermittence : responsabiliser les employeurs, ajuster le nombre d’heures, faire jouer la solidarité entre gros et petits contractants, etc. Une des réponses possibles est de s’en remettre à la pente naturelle du modèle français : proroger le système de mutualisation.

    Prenons l’exemple de la bande dessinée : il s’agirait à la fois d’attribuer un statut juridique aux travailleurs de la bande dessinée, de faire jouer des mécanismes de solidarité intra-professionnelle dans un secteur qui se porte bien – c’était le sens de la mobilisation des dessinateurs au dernier festival d’Angoulême ; puis de déterminer comment décliner des droits d’auteur dans un univers de libre circulation des contenus.

    Concernant l’économie numérique, la commission européenne vient de poser deux jalons avec le Digital Service Act et le Digital Market Act, destinés à encadrer la régulation des contenus et la fiscalisation des grandes entreprises technologiques.

    Pour les secteurs culturels, l’enjeu est de réussir à mettre en place des transferts depuis l’économie du numérique vers l’économie de la culture en proportion de ce que la première tire de la seconde.

    La notion de « droit voisin », qui est inscrite dans les textes de lois européens, prévoit des remontées d’argent aux créateurs dans le cas d’exploitation commerciale annexe, comme les passages de titres musicaux en boîte de nuit par exemple.

    Cela représente un espoir pour alimenter l’économie de la culture si une telle disposition est appliquée pour chaque passage d’une œuvre générant des revenus sur une plateforme, dans un contexte où Google et Facebook captent en France les trois quarts du marché de la publicité en ligne.

    Les producteurs de contenus, type Amazon ou Netflix, devraient être justiciables des mêmes droits et devoirs en France que tout autre opérateur. Or, ces entreprises sont domiciliées fiscalement à Dublin et Amsterdam, afin d’alléger la pression fiscale et d’échapper aux obligations de production. Pourtant, plusieurs grands succès de Netflix, comme Narcos, El Chapo ou Lupin, ont été produits, à la manière d’un sous-traitant, par Gaumont.

    Pour les GAFAM qui tentent de défendre leur statut de plateforme, en déniant toute activité de production, à la manière de Facebook et de Google, d’autres dispositifs sont envisageables, et l’ont été depuis une dizaine d’années avec le projet d’une « taxe Google » régulièrement abrogée. Il manque sans doute un commissaire européen de la culture pour peser de tout son poids dans les négociations. (…)

    #audiovisuel #streaming etc.

  • Voyez-vous ça : « Canal+ ne propose pas un simple catalogue de contenus, mais un point de vue sur le monde » https://www.emilemagazine.fr/article/2021/3/29/match-des-ecrans-canal-brice-mondoloni

    La revue de Science Po propose un dossier pas piqué des vers sur le #streaming etc., il y a quelques perles de ce genre.

    Face à la force de frappe culturelle et marketing des Américains, qui est loin d’être nouvelle par ailleurs, nous mettons en avant notre ancrage culturel, français et européen, très fort. Canal+ est une marque de référence en France et nous proposons une éditorialisation forte. Nous avons vocation à être un vrai prescripteur culturel. Au-delà de proposer un simple catalogue de contenus, nous proposons un point de vue sur le monde. Quand nous faisons une semaine de programmation spéciale autour des élections américaines ou que nous traitons de problématiques environnementales, c’est Canal+ en tant que média culturel global qui prend la parole sur ces sujets. L’idée étant qu’il y a de l’humain derrière notre programmation, ce qu’on propose à nos abonnés n’est pas entièrement géré par des algorithmes.

    #SVOD #audiovisuel

  • Spotify, une pirouette pour des cacahuètes - Culture / Next
    https://next.liberation.fr/musique/2020/09/25/spotify-une-pirouette-pour-des-cacahuetes_1800590
    https://medias.liberation.fr/photo/1337784-daniel-ek-ceo-of-spotify-speaks-at-a-samsung-product-launc

    Une charge au vitriol contre le modèle économique des plateformes de streaming. Salutaire.

    De la même manière que les trente dernières années auraient pu être contenues tout entières dans les yeux de Tom Cruise (ce regard intense sans rien derrière), les trente prochaines pourraient déjà briller dans ceux du fondateur de Spotify, Daniel Ek (petites billes ternes et sans espoir). En 2006, en lançant sa plateforme de streaming, ce Suédois réussissait à nous vendre, sous couvert de sursaut moral et économique, rien de moins qu’une des formes les plus perverses d’esclavage moderne. Face au piratage, au pillage aveugle des œuvres musicales, le streaming était présenté comme la seule solution viable. Légal, propre, transparent et donnant pleine satisfaction au client. Et on a tous plongé, parce que Spotify, c’était tout, tout de suite - les discographies, les titres, les pochettes, le minutage, les playlists.

    Qui aurait voulu revenir en arrière ? Mettre un disque ? Calvaire archaïque ! Lancer une bibliothèque MP3 ? Avec tout ce merdier à taguer, vous n’y pensez pas. Spotify, c’était l’autoroute sans risque, entièrement dégagée - l’essentiel des concurrents a fini dans le fossé, victimes d’une ergonomie inadaptée (Deezer) ou de mégalomanie mal placée (Tidal), et seul Apple tient encore la dragée. Vous voulez de la musique ? Spotify est là. Il a tout ce que vous voulez. Vous ne savez pas ce que vous voulez ? On va vous le trouver. De la musique pour rire, de la musique pour pleurer, de la musique tout le temps. Tout est possible. Un peu comme si au restaurant, le menu allait du rouget de roche sauce à l’encre au bol de porridge envoyé au jet à 120 bars de pression. Le client aura ce qu’il veut, même s’il ne l’a pas demandé. L’artiste, en revanche, celui qui fournit le grand saut, la vision, l’imaginaire, bref, la matière, devra se contenter de cacahuètes. D’un peu moins, en fait : comme le démontrait mathématiquement un compte Twitter il y a peu, une cacahuète est estimée à 0,005 dollar alors qu’un stream sur Spotify en rapporte 0,0004.

    Mais pour Daniel Ek, tout cela est parfaitement normal : dans une interview fin juillet, il déclarait que les musiciens « ne pouvaient plus se contenter de sortir des disques tous les trois ou quatre ans », qu’ils devaient « s’engager davantage ». Se diversifier. En sous-texte, devenir de vrais petits entrepreneurs. Révélant la véritable image de Spotify : un espace de coworking gratuit où l’on peut rencontrer son prochain employeur. Comme les places de villages au Mexique où exploitants et maîtres d’œuvre viennent chercher des bras pas cher. Le discours passe : il est à peine plus choquant que celui de WeWork ou d’Airbnb. Jeudi, Ek a eu le mérite d’énoncer encore plus clairement les choses en déclarant sur YouTube, l’air grave, earpods aux oreilles, barbe agonisante, qu’il allait reverser un milliard d’euros… à des start-up européennes. Des vraies. Qui en veulent. Des musiciens déposent à vos pieds, gratuitement, toute une vie de travail, d’espoir, de triomphes et de défaites, et les bénéfices vont à des types en chemise blanche qui passent leurs journées à essayer de trouver un sens au concept qu’ils ont vendu à leurs financeurs. La nouvelle est passée inaperçue. Certains ont applaudi. Tout le monde est resté sur l’autoroute. Celle où la musique est déversée par tombereaux chaque vendredi sans que personne ne se soucie de savoir qui est rémunéré. Il y a plus important. L’économie doit tourner. Gare à celui qui lui jettera le mauvais œil.

    Lelo Jimmy Batista Journaliste au service Culture

    #Spotify #Musique #Streaming #Economie_plateformes #Economie_numérique

  • First edition of the Independent Iraqi Film #Festival
    https://www.mydylarama.org.uk/First-edition-of-the-Independent-Iraqi-Film-Festival

    Oline and entirely free to watch, the Independent Iraqi Film Festival brings us features, shorts and discussions, shedding a spotlight on a thriving cinematic culture in the country and among the Iraqi diaspora. IA: Israa Al-Kamali AH: Ahmed Habib RT: Roisin Tapponi SD: Shahnaz Dulaimy 1. How did the team come together and initiate the idea for the festival? IA: It started with a call from Ahmed Habib, one of the four people working on the festival, back in March. Ahmed and I got (...) #Festivals

    / #arab, Festival, Streaming/online

    #Streaming/online
    https://iiffestival.com/programme