Info - rts.ch

/info

  • Naval Group : le sidérant coup de poignard de l’Australie - Challenges
    https://www.challenges.fr/entreprise/defense/sous-marins-naval-group-le-siderant-coup-de-poignard-de-l-australie_78073

    L’Australie devrait annoncer ce mercredi soir l’annulation du « contrat du siècle » paraphé en 2016, qui prévoyait l’acquisition par Canberra de 12 sous-marins Attack de Naval Group à propulsion conventionnelle, pour un montant estimé à 50 milliards de dollars. Selon la presse australienne, l’Australie s’orienterait vers une coopération avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, qui lui permettrait d’acquérir des sous-marins nucléaires.

    « Le choix du F-35 ? Comme un bras d’honneur », selon un député européen - rts.ch - Monde
    https://www.rts.ch/info/monde/12318023-le-choix-du-f35-comme-un-bras-dhonneur-selon-un-depute-europeen.html

    Mercredi, le Conseil fédéral a annoncé avoir retenu l’avion de combat F-35A du constructeur américain Lockheed Martin pour équiper ses forces aériennes. Un choix qui s’est fait au détriment des trois autres candidats, dont deux avions européens.

    Sur le plan technique, le F-35 a largement dépassé les trois autres avions de chasse en lice - le Rafale du français Dassault, l’Eurofighter de l’européen Airbus et le Super Hornet de l’américain Boeing - lors de l’évaluation effectuée au printemps 2019.

    Il présente le meilleur rapport qualité-prix et est le mieux adapté pour protéger la population suisse, estime le gouvernement.

    Je crois que Joe Biben a un message à transmettre à Macron. :-)

    Je rigole, à propos des Suisses. Ils préfèrent acheter un fer à repasser bien plus cher, et qui ne vole pas encore, alors qu’il existe des avions bien moins chers, et qui ont déjà démontré leurs capacités.

    Quant aux Australiens... à la limite, c’est de bosser avec des français qui semblait bizarre...

  • Enquête sur une fuite de résultats de tests Covid en Autriche
    https://www.rts.ch/info/monde/12458791-pionnier-du-pass-sanitaire-le-danemark-en-tourne-la-page-le-suivi-du-co

    Les autorités autrichiennes ont annoncé mercredi l’ouverture d’une enquête après la fuite de dizaines de milliers de résultats de tests positifs au Covid-19 dans la province du Tyrol. Au total, 24’000 documents, incluant les noms, adresses et autres données personnelles, dont ceux de plusieurs responsables politiques connus, ont été divulgués à des médias, selon la Commission de protection des données.

    D’après la chaîne publique ORF et le quotidien Der Standard, qui ont accédé à la liste, c’est l’ancien directeur de la compagnie HG Lab Truck (filiale de HG Pharma), chargée d’effectuer les tests dans le Tyrol, qui est responsable de cette fuite. Il a expliqué avoir envoyé les données dans un courriel le 11 août à un technicien extérieur à l’entreprise, sous forme de tableaux Excel cryptés, mais a nié toute faute, assurant avoir été victime d’un piratage informatique.

    Dans un communiqué, le gouvernement du Tyrol a condamné ce nouvel épisode, se disant attaché à « des normes de sécurité élevées pour la protection des données », et annoncé une action en justice « s’il s’avère que les données ont bien été transmises à des tiers contrairement aux engagements pris ».

    #santé #surveillance #coronavirus #covid-19 #secret_médical #données #données_personnelles #bigdata #médecine #test_pcr #pcr #tests #Autriche

  • Comment un clic peut-il polluer autant ?
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/12326607-podcast-comment-un-clic-peutil-polluer-autant.html

    Saviez-vous qu’envoyer un mail avec une pièce jointe d’un mega revient à allumer une ampoule de 60W pendant 25mn ? Dans le Point J, Solange Ghernaouti, professeure à l’Université de Lausanne, détaille l’impact environnemental de nos activités numériques.

    « Il y a d’abord les coûts de fabrication des équipements ; l’extraction des terres rares et des matériaux, la production et le transport des marchandises. Et puis la consommation en énergie des appareils et des serveurs », note la spécialiste des questions numériques.

    Des coûts dont les consommatrices et consommateurs n’ont pas forcément conscience. « On n’a pas encore compris le lien entre l’usage, la praticité et le plaisir que l’on peut avoir en utilisant nos outils numériques et les impacts sur l’environnement », déplore Sonia Ghernaouti.

    Comment limiter cet impact ?
    Des pratiques plus locales sont-elles envisageables dans le monde très globalisé du numérique ?

    https://rts-aod-dd.akamaized.net/ww/12333491/6e7f696d-de63-3f60-897c-e598a0fe59ba.mp3

    #pollution #équipement #environnement #climat #pollutions_ #eau #écologie #multinationales #décrypter #smartphone #PC #MAC #communication #internet #facebook #mail #wifi #opérateurs #télécommunications

  • « France », portrait mordant d’un monde médiatique sans scrupules
    https://www.rts.ch/info/culture/cinema/12444395-france-portrait-mordant-dun-monde-mediatique-sans-scrupules.html

    Dans le nouveau film de Bruno Dumont, Léa Seydoux incarne une journaliste vedette d’une chaîne d’info en continu qui ne lâche rien pour arriver à ses fins. Avec « France », le réalisateur pointe les écueils d’un monde médiatique en quête de sensationnalisme.
    Journaliste star du paysage audiovisuel hexagonal travaillant pour une chaîne d’info en continu, France de Meurs (Léa Seydoux) ne recule devant aucun reportage traficoté pour assurer son audience et asseoir sa célébrité.

    >> A voir, la bande-annonce du film
    https://www.youtube.com/watch?v=416RC8btwd4

    Mère absente d’un fils collé à ses écrans, épouse d’un écrivain arrogant (Benjamin Biolay) avec qui elle ne partage plus grand-chose, France passe surtout ses journées avec son assistante personnelle, Lou (Blanche Gardin), qui lui voue un culte sans bornes. Mais un jour, France décide de tout plaquer pour se retrouver elle-même et s’extraire de son image.

    Une satire des médias
    Débutant par une conférence de presse à l’Elysée hilarante qui bidouille avec délice les interventions de Macron face à France de Meurs, le film s’affiche d’emblée comme une satire féroce des médias, de la télévision et des réseaux sociaux.

    Alternant avec une aisance remarquable le comique et le pathétique, Léa Seydoux est impériale alors que Blanche Gardin s’amuse, et nous amuse, à débiter des répliques sans aucune censure morale ou verbale comme son fameux « le pire, c’est le mieux ».

    « France », à voir actuellement sur les écrans, se veut une réflexion sur les contradictions d’un métier qui, selon le réalisateur, résume notre société. « Les journalistes sont des spécimens très intéressants de la modernité », a-t-il expliqué récemment à Cannes où le film était présenté en sélection officielle. « Le journaliste a une mission héroïque de vérité et est embarqué dans une industrie qui a besoin de rendement. C’est un conflit absolument irrésolu et qu’on ne peut pas résoudre ».

    « Je ne tape pas sur les médias », estime Bruno Dumont
    Bruno Dumont, cinéaste volontiers burlesque, dont les derniers films ressemblaient à des ovnis, comme son oeuvre en deux parties sur Jeanne d’Arc, livre cette fois un cinéma un peu plus grand public, dont la bande originale est signée Christophe, mort en avril 2020. Mais il assure toujours se méfier des solutions de facilité et des leçons de morale.

    « Je ne tape pas sur les médias, je ne suis pas débile », souligne le réalisateur qui entend par contre pointer le « dilemme » dans lequel se retrouveraient les journalistes, « une espèce de culpabilité » entre l’activité « très noble du journalisme » et ce qui est « corrompu par l’industrie ».

    Fustigeant sans détour la superficialité des images qui préfèrent le sensationnalisme à l’information, Bruno Dumont rapproche volontairement la facture globale de « France » à la laideur visuelle de ce monde d’élite parisianno-médiatique (on se pince devant le kitsch décoratif de l’appartement des de Meurs). Un film d’un cynisme dévastateur.

    #journalisme #information #presse à papiers #sensationnalisme #satire #médias #télévision #réseaux_sociaux #corruption #propagande #manipulation #presse #merdias #médias #propagande #journulliste #journullistes #médiacrates #france #mass_merdias #enfumage #esj #académie_esj

  • La grève des cheminots allemands a des conséquences aussi en Suisse
    https://www.rts.ch/info/suisse/12433566-la-greve-des-cheminots-allemands-a-des-consequences-aussi-en-suisse.htm

    La grève annoncée par le syndicat allemand des conducteurs de train, le GDL, affecte à nouveau les voyageurs suisses. En plus des trains de nuit de Zurich à Berlin et Hambourg, les ICE ZH-Bâle-Hambourg, Interlaken-Bâle-Berlin et Bâle-Cologne seront supprimés lundi.

    Bien que la deuxième grève du GDL en l’espace de deux semaines ne devait débuter que lundi à deux heures du matin pour le transport de passagers, le train de nuit Zurich-Berlin exploité par les chemins de fer fédéraux autrichiens (ÖBB) sera déjà annulé dimanche. La compagnie ÖBB l’a annoncé en réponse à une demande de l’agence de presse autrichienne APA.


    La fin de la grève est prévue pour mercredi à 2 heures du matin. Cela signifie que les trains de nuit de Zurich à Berlin et Hambourg ne devraient pas circuler à nouveau régulièrement avant mercredi soir, a indiqué l’ÖBB.

    Train Zurich-Munich également concerné
    Outre les trains de nuit et l’ICE à destination de Hambourg, Berlin et Cologne, les liaisons entre Zurich et Munich seront également réduites, a déclaré dimanche Jürg Grob, porte-parole des CFF, à l’agence Keystone-ATS. La majorité des trains n’iront que jusqu’à Bregenz.

    En Suisse, les connexions seront remplacées. Les horaires sur le site Internet des CFF et sur l’application seront mis à jour en permanence. Les clients qui souhaitent reporter leur voyage en raison de la grève peuvent soit utiliser leur billet longue distance de manière flexible, soit l’annuler sans frais. Les réservations peuvent également être échangées gratuitement.

    Millions de personnes touchées en Allemagne
    En Allemagne même, la grève touchera à nouveau des millions de voyageurs et de pendulaires. Seul un quart des trains longue distance devraient circuler. Pour le trafic régional et les trains de banlieue, la compagnie ferroviaire espère que ce taux grimpera à 40%. De nombreuses annulations et retards de trains sont à prévoir.

    Le GDL se bat notamment pour de meilleurs salaires et réclame des augmentations d’environ 3,2%, comme dans le secteur public, ainsi qu’une prime liée à la pandémie de 600 euros pour l’année en cours. Contrairement au syndicat des chemins de fer et des transports (EVG), beaucoup plus important, il ne veut pas accepter un gel des salaires cette année.

    #grève #Allemagne #Syndicats #Salaires #Train #GDL

  • La ministre zurichoise Natalie Rickli agressée sur une tournée de vaccination
    https://www.rts.ch/info/regions/autres-cantons/12432475-la-ministre-zurichoise-natalie-rickli-agressee-sur-une-tournee-de-vacci

    La conseillère d’État zurichoise Natalie Rickli a été agressée samedi lors de l’inauguration du bus de vaccination à Gossau (ZH) par un homme qui l’a aspergée de jus de pomme. L’élue UDC n’a apparemment pas été blessée.

    Près de 120 personnes ont été vaccinées samedi après-midi à Gossau lors du premier passage du bus de vaccination, a écrit la ministre zurichoise de la Santé Natalie Rickli (UDC) sur Twitter.

    Après son discours et son encouragement à la vaccination, un Suisse de 44 ans s’est approché de la directrice de la santé et l’a aspergée avec du jus de pomme, a précisé la porte-parole de la police cantonale zurichoise à Keystone-ATS, revenant sur une information publiée par la « NZZ » et le « Tages-Anzeiger ».
    Une bonne vingtaine d’opposants à la vaccination étaient présents sur les lieux.
    . . . . . .

  • Accords secrets entre sociétés et communes vaudoises sur des projets éoliens RTS Xavier Alonso/ther
    https://www.rts.ch/info/regions/vaud/12432284-accords-secrets-entre-societes-et-communes-vaudoises-sur-des-projets-eo

    Le dossier des accords secrets entre communes et sociétés éoliennes rebondit dans le canton de Vaud, après une polémique à Fribourg. Le quotidien 24 Heures a révélé samedi des documents confidentiels où des exécutifs vaudois s’engagent à ne pas nuire aux projets.

    Les communes se contraignent notamment « à promouvoir l’éolien sur leur territoire » ou encore « à ne faire ni favoriser aucune opposition sur le plan du droit civil ou public ». Les clauses secrètes qui ont été rendues publiques samedi dans l’article du quotidien 24 Heures interrogent l’impartialité du débat politique.

    Du côté des opposants aux éoliennes, on demande la transparence : « La transparence permettrait de mener le débat depuis beaucoup plus longtemps et nous savons d’expérience (...) que quand les gens sont informés, ils ont tendance à s’opposer aux éoliennes », explique ainsi Jean-Marc Blanc, secrétaire de l’association paysage-Libre Vaud.

    19 projets de parcs éoliens dans le canton
    Le canton de Vaud ne compte pas moins de 19 projets de parcs éoliens, lesquels suscitent d’ailleurs de nombreux blocages de la part d’associations. Ainsi, si le projet de Sainte-Croix a été validé par le Tribunal fédéral en 2021, cinq autres sont pendants devant les tribunaux.

    Reste que, en dehors des opposants historiques, la place de l’éolien ne fait pas l’objet d’un débat cantonal au Grand Conseil, comme cela avait été le cas à Fribourg. « Les deux tiers des Vaudois habitent dans des régions qui sont orientées vers l’Arc lémanique. Ils se disent qu’ils ne verront jamais les éoliennes parce que leur paysage, c’est le lac Léman, ce qui fait qu’ils ne se sentent pas du tout concernés », regrette Jean-Marc Blanc.

    Des conventions légales
    Les conventions signés entre les communes et les futurs exploitants sont pourtant légales car in fine, le but d’un parc éolien est de vendre de l’électricité issue d’une énergie renouvelable mais également d’être rentable.

    Pour Claudine Wyssa, présidente de l’Union des communes vaudoises, cet entre-deux entre la politique et l’économie doit pouvoir être géré par les exécutifs : « L’option prise par une municipalité pour ou contre les éoliennes est de toute façon politique. Pour faire avancer ces dossiers, la municipalité va devoir faire un certain nombre de démarches et de mon point de vue, le détail de ces démarches n’a pas à être sur la place publique », explique-t-elle.

    Au final, la question qui se pose est bien celle du niveau d’information qui doit être accessible aux citoyens et citoyennes. Un enjeu qui devient émotionnel quand il touche à l’éolien.

    #éoliennes et #Démocratie ne font pas bon ménage, en #Suisse ou ailleurs ! #énergie #résistance #éoliennes_industrielles #électricité #éolien #écologie #énergie_éolienne #environnement #éolienne #transparence

  • #Suisse : La condamnation pénale d’une élue Verte à Yverdon fait débat Patrick Le Fort
    https://www.rts.ch/info/regions/vaud/12426441-la-condamnation-penale-dune-elue-verte-a-yverdon-fait-debat.html

    Une jeune élue du Conseil communal d’Yverdon-les-Bains a été condamnée mercredi par la justice pour un tag féministe sur une façade. La sanction met en lumière les différences de sensibilité des partis sur l’exemplarité des élus et la désobéissance civile.

    Une quarantaine de personnes ont accueilli avec des applaudissements deux jeunes femmes à la sortie du tribunal. La conseillère communale Verte Ella-Mona Chevalley et sa comparse ont chacune écopé de cinq jours-amende avec sursis, d’une amende de 100 francs et des frais de justice pour des tags féministes réalisés à Yverdon une nuit de mars 2020.

    La peine a été largement revue à la baisse par rapport aux deux ordonnances pénales rendues précédemment. Plusieurs plaintes avaient été retirées, d’autres ont été jugées non recevables. Le juge a retenu une culpabilité « relativement légère » pour un seul tag, tout en rappelant que d’autres moyens d’action auraient été possibles pour faire entendre les arguments féministes.

    Reste qu’une condamnation pénale n’est pas anodine pour une élue. Ella-Mona Chevalley l’assure : elle se sent toujours légitime au Parlement de la ville du Nord vaudois. « Pour moi ce n’est pas dérangeant, parce que c’est complètement cohérent avec mon action politique. Ce n’est pas non plus dérangeant envers la population, parce que je n’ai jamais menti sur le fait que j’étais militante », assure-t-elle dans le 19h30.

    « Je suis militante écologiste et féministe avant tout. Je suis au Conseil communal maintenant, à nouveau pour servir la collectivité, parce que ces thèmes sont bien trop importants pour faire la fine bouche sur les méthodes d’action », poursuit Ella-Mona Chevalley.

    Condamnation problématique selon la droite
    Pour la droite, toutefois, cette condamnation est problématique car tous les élus promettent de respecter la loi et la Constitution.

    « Ces actes ont été faits avant l’assermentation, mais depuis elle a parlé en leur faveur. Cela va à l’encontre du serment qu’elle a posé. Elle devra donc elle-même décider et faire une analyse de conscience pour savoir si elle est encore capable de tenir son serment ou pas », estime Laurent Roquier, président du PLR à Yverdon.

    L’extrême-gauche assume plus facilement que les Verts
    Signe d’un certain embarras, le parti des Verts n’a pas voulu prendre position auprès de la RTS. Pour un parti ambitieux qui veut jouer le jeu des institutions, une condamnation pénale, même légère, fait tache. Les Verts vaudois sont une fois de plus coincés entre leur aile centriste et leur aile plus jeune et militante.

    Les actions de désobéissance civile semblent plus facilement assumées tout à gauche de l’échiquier politique. Franziska Meinherz, élue de Solidarités à Lausanne, va être jugée pour plusieurs actions coup-de-poing illégales. Ces deux dernières années, elle a participé à une manifestation dans une succursale d’UBS, à un blocage d’une route par Extinction Rébellion et à une manifestation non autorisée sur un giratoire lausannois lors de la Grève des femmes, le 14 juin 2020.

    La militante ne siégeait pas encore. Elle a fait opposition aux ordonnances pénales du Ministère public, qui la condamnent au total à quatre mois de jours-amende. Elle espère encore être acquittée, car elle estime juste avoir fait usage de ses droits politiques. Pour cette chercheuse en sociologie, il n’y a pas non plus de contradiction entre un mandat politique donné par les électeurs et une potentielle condamnation pénale.

    « J’ai été élue à cause de cet engagement, parce que je suis fortement impliquée dans ces luttes. Si je les abandonnais juste parce que j’entrais au Conseil communal, en quelque sorte ce serait les trahir », explique-t-elle.

    #Femme #féminisme ##écologie #tag #militantisme

  • L’huile de palme indonésienne bientôt importée à moindre prix en Suisse ats/asch
    https://www.rts.ch/info/economie/12426161-lhuile-de-palme-indonesienne-bientot-importee-a-moindre-prix-en-suisse.

    L’huile de palme indonésienne durable pourra bientôt être importée à taux préférentiel. L’ordonnance correspondante entrera en vigueur en même temps que l’accord de libre-échange avec Jakarta, soit dans quelques mois probablement, a décidé mercredi le Conseil fédéral
    Dans le cadre de cet accord accepté en mars par le peuple, la Suisse accorde à l’Indonésie des concessions limitées sur l’huile de palme. Elles consistent principalement en des contingents d’huile de palme brute, de stéarine de palme et d’huile de palmiste.

    Le volume total de 10’000 tonnes passera progressivement à 12’500 tonnes au terme de cinq ans. Les droits de douane seront réduits d’environ 20 à 40%.

    Ces concessions sont assorties d’une série de conditions inscrites. Pour bénéficier des taux préférentiels, les importateurs devront apporter la preuve qu’ils respectent des objectifs de durabilité. La preuve de durabilité doit être apportée au moyen d’un certificat de traçabilité.

    Systèmes de certification
    Quatre systèmes de certification sont admis pour fournir cette preuve. Ils font l’objet de contrôles par des organisations indépendantes. Un importateur certifié par l’un de ces systèmes pourra déposer une demande d’approbation auprès du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO).

    Le SECO pourra assortir son approbation de charges. L’approbation n’est valable que le temps de la validité du certificat. L’importateur devra indiquer dans la déclaration de douane le numéro de preuve de l’approbation. Des contrôles ultérieurs seront possibles pendant une période de cinq ans.

    Sanctions possibles
    Pour assurer cette traçabilité de l’huile de palme produite de manière durable, celle-ci ne pourra pas être transportée dans de grandes citernes, mais seulement dans des récipients de 22 tonnes au maximum.

    Si une irrégularité est constatée lors d’un des contrôles, l’importateur peut se voir exiger la restitution de la différence des droits. De plus, des sanctions sont prévues selon le régime de la loi sur les douanes.

    #hypocrisie #suisse #huile_de_palme #industrie_palmiste #terres #déforestation #forêt #indonésie #agriculture #du_râble_de_lapin #climat #agrobusiness #alimentation #certification #libre-échange #traçabilité

  • Des journalistes demandent l’arrêt de la surveillance par apple
    https://www.rts.ch/info/monde/12423902-des-journalistes-demandent-larret-de-la-surveillance-par-apple.html

    Des associations de journalistes de Suisse, d’Allemagne et d’Autriche demandent l’arrêt de la surveillance annoncée par l’entreprise Apple des téléphones portables en Europe. Elles dénoncent une violation de la liberté de presse.

    La semaine dernière, Apple a annoncé la mise en place d’un système de traque des photos pédopornographiques. Des critiques ont alors mis en garde contre le fait qu’un Etat autoritaire pourrait également tenter d’infiltrer la base de données avec des photos à motifs politiques afin de savoir qui possède ces photos sur son téléphone portable.

    Les préoccupations des associations de journalistes des pays germanophones vont dans le même sens. Dans un appel commun publié mardi, adressé aux gouvernements de leurs Etats et à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, elles protestent contre l’intention de la société Apple.

    Big Apple is watching you
    « Tous les journalistes ont des contenus confidentiels sur leurs smartphones », a déclaré l’ancienne correspondante suisse aux Etats-Unis, Priscilla Imboden, du Syndicat suisse des mass média (SSM), dans un communiqué. Pour elle, il est inacceptable qu’une entreprise privée américaine juge de l’admissibilité des contenus et veuille également les consulter et les transmettre.

    Les associations de leur côté pensent que « le chemin n’est pas très long entre la surveillance présumée de la scène pédopornographique et l’examen des données des utilisateurs d’opposants au régime en Turquie ou de la communauté LGBT en Hongrie ». Elles demandent donc aux autorités responsables d’empêcher le projet d’Apple dans tous les pays européens.
    ats/aps

    #profiling #surveillance #bigdata #porte_dérobée #Snowden #apple #smartphone #algorithme #iphone #domination #publicité #bénéfices #géolocalisation #technologisme #mac #apple

  • Un nouveau record de calcul du nombre Pi établi en Suisse - rts.ch - Sciences-Tech.
    https://www.rts.ch/info/sciences-tech/12422009-un-nouveau-record-de-calcul-du-nombre-pi-etabli-en-suisse.html

    « Connaître Pi avec des dizaines de milliers de milliards de décimales n’a aucune utilité pratique », reconnaît la HES. L’intérêt réside dans la manière de pouvoir calculer cette séquence, ce qui nécessite du bon matériel et une expertise certaine pour configurer l’ordinateur et le faire fonctionner pendant des semaines sans interférence.

    L’équipe qui a calculé est dirigée par le chef du projet informatique de la HES Thomas Keller et le chef du centre « Data Analytics, Visualization and Simulation » (DAViS) Heiko Rölke. Les connaissances et le matériel de DAViS sont très demandés dans des domaines d’application tels que l’analyse de l’ARN et les simulations de flux, souligne la HES.

  • #Suisse : « J’ai choisi d’être égoïste », « je suis en bonne santé » : trois femmes anti-vaccin témoignent
    https://www.rts.ch/info/suisse/12418977-jai-choisi-detre-egoiste-je-suis-en-bonne-sante-trois-femmes-antivaccin

    Après des mois de campagne de vaccination, trouver de nouvelles personnes volontaires pour le sérum devient moins aisé. Alors qu’un peu plus de la moitié de la population (55,39%) a reçu une première dose, les personnes sceptiques sont toujours nombreuses. Mais ce choix n’est pas toujours facile à assumer.

    Sur huit millions de personnes vivant en Suisse, environ la moitié est vaccinée, alors que notre pays va subir une quatrième vague d’infection au Covid-19, comme l’a indiqué samedi le conseiller fédéral Alain Berset.

    Aujourd’hui, refuser l’injection et l’affirmer publiquement n’est pas chose facile. C’est pourquoi les deux femmes qui ont témoigné dimanche dans le 19h30 de la RTS ont choisi de le faire anonymement, alors qu’elles sont convaincues de leur choix.

    « Ça me fait peur de m’injecter quelque chose pour laquelle il n’y a pas énormément d’années de recherche », explique Sabrina*. « La deuxième raison, c’est que je suis en bonne santé, donc je n’en ressens pas le besoin. »

    Quant à Davina*, elle répond : « C’est mon corps. Comme je ne suis pas une personne égoïste, je protège tout le monde, donc je mets le masque, j’ai deux mètres de distance, je me lave les mains ».

    Toutes deux craignent des effets secondaires. Elles s’inquiètent notamment des rumeurs parlant de conséquences sur la fertilité (lire encadré).

    Une position assumée
    Leur position, elles l’assument, mais elles admettent qu’elles ne s’attendaient pas à une telle pression sociale : « On se fait traiter d’idiote, de complotiste, qui ne veulent pas écouter les politiciens et les médecins », note Sabrina. « On se sent un peu rejetée ou pestiférée, si on répond que non, on n’est pas vaccinée ».

    Un choix aussi compliqué professionnellement, notamment pour Davina, en contact avec la clientèle : « C’est sans arrêt la même question : ’Etes-vous vaccinée ?’ Non. ’Mais vous êtes dangereuse, on ne viendra plus vous voir’. C’est une pression extrême, mais vu que, elles, elles sont vaccinées, je ne comprends pas le problème : elles sont protégées, ces personnes », souligne-t-elle.

    Lorena non plus n’a pas reçu le sérum : pour elle aussi, le sujet est sensible. Mais elle a souhaité témoigner face caméra, afin de montrer qu’elle n’est ni agressive, ni extrémiste.

    Elle acquiesce à celles et ceux qui la trouvent égoïste : « Ils ont raison d’un côté : c’est vrai. Si on prend le monde entier, chacun doit faire sa petite partie pour aider l’autre, au final. Mais, pour une fois dans ma vie, j’ai choisi d’être égoïste à ce niveau-là, mais tout en respectant les autres et en essayant de ne pas les mettre en danger ».

    La science mise de côté
    Toutes trois connaissent les réponses des scientifiques à leurs questions, mais elles ne les feront pas changer d’avis. Toutes craignent en revanche un durcissement des mesures qui pourraient ne plus leur laisser le choix : « Si cela devient aussi dur et strict qu’en France, je ferai le nécessaire. A ce moment-là », remarque Lorena.

    D’ici là, elles se disent prêtes à renoncer à certains loisirs et, surtout, à apprendre à vivre avec le spectre de cette maladie.

    #Femmes #vaccination #vaccin #pression_sociale #politiciens #médecins #covid-19 #coronavirus #santé #covid #sars-cov-2 #pandémie

  • La Suisse utilise aussi un logiciel espion israélien du type Pegasus
    https://www.rts.ch/info/suisse/12411718-la-suisse-utilise-aussi-un-logiciel-espion-israelien-du-type-pegasus.ht

    Les autorités suisses utilisent aussi un logiciel espion israélien pour résoudre certaines enquêtes, selon une information mercredi du 19h30 de la RTS. Mais elles ne précisent pas s’il s’agit du logiciel Pegasus qui a défrayé la chronique.

    Le logiciel espion israélien Pegasus aurait permis à certains Etats d’espionner des centaines de personnalités de divers milieux (lire encadré). Il est utilisé par de nombreux pays, et peut-être aussi en Suisse.

    « Pour des raisons de protection des tactiques d’enquête, et selon les modalités contractuelles, nous ne donnons aucun détail sur la technologie utilisée », a cependant indiqué la police fédérale dans sa réponse à la RTS.

    Pour Nicolas Mayencourt, expert en cybersécurité actif dans plusieurs pays à travers le monde, le fait que la Suisse utilise elle aussi un logiciel israélien n’est pas un hasard. « Israël est le leader global dans ce marché. Ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas des alternatives mais ça reste quand même qu’Israël est le leader mondial », a-t-il rappelé dans le 19h30.

    Une utilisation ciblée en Suisse
    Les recherches menées par la RTS révèlent que la justice suisse a fait appel à ce logiciel de manière ciblée. Il a ainsi été utilisé dans 12 cas en 2019 et dans 13 affaires en 2020, selon les chiffres du Département fédéral de justice et police (DFJP).

    Cette mesure est activée généralement en dernier recours et reste réservée aux affaires criminelles graves. Le Ministère public vaudois l’a utilisé par exemple en 2019 pour une affaire de traite d’êtres humains et une affaire de drogue.

    Ces données sont cependant incomplètes, puisque le logiciel est aussi à disposition du Service de renseignement de la Confédération (SRC). Mais ce dernier ne communique aucune information sur son utilisation.

    Craintes pour la souveraineté de la Suisse
    Pour le conseiller national Carlo Sommaruga, le fait que la Suisse utilise un logiciel espion israélien n’est pas sans risques : « L’utilisation de cet instrument pourrait laisser aussi une porte dérobée, qui fait que la puissance tierce, dans ce cas Israël, bénéficie des informations collectées à l’insu du Service de renseignement de la Confédération et là il s’agit de contrôler cet aspect-là », a souligné le socialiste dans le 19h30.

    Le politicien genevois s’était déjà inquiété des risques du logiciel Pegasus dans une interpellation déposée en 2019. Il compte désormais demander au Conseil fédéral d’élaborer un logiciel propre à la Suisse en mains publiques ou alors de contribuer à la création d’un logiciel européen.

    • Des Etats auraient abusé du logiciel Pegasus

      Le logiciel Pegasus, développé par la société israélienne NSO, est au cœur d’un vaste scandale de cyber-espionnage révélé le mois dernier par un consortium de médias internationaux.

      Certains Etats auraient abusé impunément du logiciel pour mettre sous surveillance des centaines de journalistes, de personnalités politiques, d’avocats ou de militants des droits de l’homme.

      Les téléphones du président français Emmanuel Macron et de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe auraient ainsi été visés en 2019.

      Ces logiciels espions permettent d’intercepter des communications cryptées comme un simple message WhatsApp ou un appel en ligne, à condition d’infecter le téléphone de la cible (soit en se postant à proximité, soit en envoyant un faux lien).

  • #Suisse : Une nouvelle banque en ligne conçue spécifiquement pour les femmes sb/iar/gma
    https://www.rts.ch/info/economie/12404983-une-nouvelle-banque-en-ligne-concue-specifiquement-pour-les-femmes.html

    Fea Money, une nouvelle banque sur smartphone qui devrait démarrer ses activités l’automne prochain, propose une offre financière spécialement élaborée pour les femmes. Elle souhaite se démarquer des autres banques en ligne qui émergent pour offrir des services ciblés sur un marché de niche.

    En Suisse, plusieurs banques sur smartphone sont déjà actives et offrent des services meilleur marché que les banques traditionnelles. Fea Money, basée à Zurich, propose des produits destinés spécialement aux femmes, notamment un compte pour les mères de famille.

    L’application s’accompagne également d’une plateforme d’échange et de coaching qui propose un suivi personnalisé. Celui-ci pourrait permettre de « pousser les femmes à prendre leurs finances en main », selon Sarah Genequand, autrice du livre « Ce que valent les femmes », ouvrage de finance pour les femmes.

    Ces banques en ligne représentent toutefois encore des produits de niche, plus attrayants pour les jeunes que pour les générations antérieures, qui sont souvent réticentes aux services dématérialisés.

    Fea is the first FinTech mobile App which aims to provide banking services to the millions of women who want to take control of their money and the way they use it pic.twitter.com/lWSnDAJwJ3
    -- Fea Money (@FeaMoney) September 26, 2020

    D’autres produits spécifiques destinés aux femmes
    En Suisse, d’autres projets destinés aux femmes ont déjà été lancés. En 2002, Vontobel a lancé sa plateforme « Women and Finance ».

    « Elle a été créée dans le but de fournir aux femmes une possibilité d’élargir leurs connaissances au niveau financier et économique. L’objectif était d’avoir une plateforme éducationnelle et à la fois de réseautage. Aujourd’hui nous sommes en réflexion pour faire évoluer cette plateforme avec les nouvelles technologies », explique Corinne Mory, conseillère à la clientèle pour Vontobel et créatrice de la plateforme.

    Selon elle, la finance a longtemps été un bastion masculin, mais la situation a évolué. « Aujourd’hui les femmes ont des professions indépendantes et elles souhaitent gérer leurs avoirs. Il y a aussi le fait qu’elles se retrouvent peut-être seules avec des enfants. Les femmes ont plus une responsabilité financière par rapport à leur famille », indique Corinne Mory.

    Matinale : Des services bancaires spécifiquement pour les femmes ? Interview de Corinne Mory (vidéo) / La Matinale / 5 min. / aujourd’hui à 07:19
    https://www.rts.ch/play/tv/la-matinale/video/des-services-bancaires-specifiquement-pour-les-femmes-interview-de-corinne-mory-

    #finance #banque #banques #genre #bourse #spéculation #économie #capitalisme #femmes égalité du droit à se faire plumer #escroquerie

  • Le Covid-19 a un impact sur le choix de métier par les jeunes Suisses - rts.ch - Suisse
    https://www.rts.ch/info/suisse/12400242-le-covid19-a-un-impact-sur-le-choix-de-metier-par-les-jeunes-suisses.ht

    En Suisse, le Covid-19 a transformé l’offre et la demande dans les apprentissages. Ainsi, certains métiers n’ont plus la cote, alors que d’autres séduisent les jeunes. Les cantons mettent aussi des moyens financiers pour encourager les entreprises à engager des apprentis, malgré la crise.

    Si une grande majorité des places d’apprentissage à pourvoir ont trouvé preneur, le Covid-19 a laissé des traces dans le choix des certificat fédéraux de capacité (CFC). « Certains métiers sont beaucoup moins demandés, car ils ont donné l’impression durant la crise qu’ils étaient plus vulnérables », explique Marie-Claude Ruffieux, co-directrice de Fribap, dans La Matinale de vendredi.

    Il s’agit des professions du commerce de détail, de la restauration ou encore de l’hôtellerie. Fribap, réseau fribourgeois qui regroupe une quarantaine d’entreprises formatrices, a géré quelque 300 dossiers au cours de l’année écoulée.
    Forte demande pour la logistique

    « Très clairement, la demande pour les métiers en lien avec la logistique a explosé. Parce qu’on a remarqué que durant la pandémie La Poste avait livré beaucoup plus de colis. Et pour le commerce de détail, la partie alimentaire suscite de nouveau un intérêt », souligne Carine Romanens, l’autre co-directrice de Fribap.

    Toutefois, beaucoup de jeunes devenus plus craintifs en raison de l’incertitude générée par les confinements préfèrent opter pour une année de scolarité supplémentaire, plutôt que de prendre le risque de se lancer dans le monde du travail.

  • L’embouteillage maritime mondial cause une pénurie de produits Cynthia Racine/oang
    https://www.rts.ch/info/economie/12362600-lembouteillage-maritime-mondial-cause-une-penurie-de-produits.html

    Sandales, montres-bracelets, capsules de café et autres produits, en provenance d’Asie notamment, manquent sur les étalages des supermarchés en Suisse. La cause en est un embouteillage persistant dans le commerce mondial, dû avant tout aux conséquences de la pandémie.
    De nombreux conteneurs sont actuellement bloqués, tant dans les ports de départ comme dans le port chinois de Yantian (Shenzen), que dans les ports d’arrivée européens.

    Et certains produits commencent à faire défaut dans les supermarchés. Aldi Suisse a ainsi signalé il y a quelques jours avoir mis en place un nouveau service de notification pour les produits concernés par cette pénurie.


    Le boom du commerce en ligne
    Les raisons de cet engorgement du commerce sont diverses, mais la pandémie a joué un rôle central : les consommateurs et consommatrices partout dans le monde, privés de voyages et de restaurants, se sont repliés sur le commerce en ligne, grand utilisateur du fret maritime.

    Il y a eu aussi ce printemps le blocage du canal de Suez, dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui. Et il y a donc embouteillage dans quasiment tous les ports du monde.

    Fermeture des ports en raison du Covid
    Carlos Cordon, professeur de gestion de la chaîne d’approvisionnement à l’IMD, rappelle que les ports ont vécu des fermetures en raison du Covid, entraînant des étranglements à l’arrivée des porte-conteneurs.

    « Dans le port de Los Angeles, par exemple, il y avait une quantité énorme de bateaux en train d’attendre pour être déchargés », a-t-il illustré jeudi dans La Matinale de la RTS.

    Autre raison à ce blocage du commerce mondial, les compagnies fabriquant les conteneurs avaient anticipé un recul de la consommation mondiale. Elles en ont donc moins fabriqué.

    Des conteneurs dix fois plus chers
    « Depuis presque une année, on a un gros problème, il n’y a pas suffisamment de conteneurs dans le monde », a expliqué Carlos Cordon. « Il y a une année et demie, un conteneur pouvait valoir moins de 1000 francs. Et aujourd’hui, il peut coûter jusqu’à 10’000 francs ».

    Le risque est évidemment de faire augmenter le prix du produit transporté pour le consommateur final.

    Selon les experts, cette situation pourrait perdurer jusqu’en 2022. De son côté, Aldi dit ne pas être en mesure d’estimer comment la situation va évoluer pour le moment.

     #transport_maritime #container #containers #pénuries #ports #commerce #spéculation #approvisionnement #transports #transport_maritime #consommation #commerce #navires #penurie #pénuries #capitalisme #bateaux #navires

  • Les abeilles ont produit dix fois moins de miel en raison de la météo Fabrice Gaudiano/oang
    https://www.rts.ch/info/suisse/12362746-les-abeilles-ont-produit-dix-fois-moins-de-miel-en-raison-de-la-meteo.h

    En raison de la brièveté du printemps et des fortes pluies du début de l’été, les abeilles ont produit cette année environ dix fois moins de miel que d’habitude. La conséquence sera une pénurie du précieux nectar.

    Après une récolte de miel exceptionnelle l’an dernier, 2021 est l’année de la disette pour l’apiculture suisse. Alors qu’une ruche produit environ 15 à 20 kilos de miel par an, on en est actuellement entre 0 et 3 kilos.


    Météo vraiment défavorable
    « La pénurie de miel est provoquée essentiellement par les conditions météorologiques qui ont été vraiment très, très défavorables », a souligné Francis Saucy, président de la Société romande d’apiculture jeudi dans La Matinale de la RTS.

    C’était le cas à la fois pour la première récolte de printemps et pour la seconde récolte de l’année", a précisé l’apiculteur. « Il a plu énormément et les abeilles ont eu très peu de temps pour aller récolter du nectar. Il y en avait du reste extrêmement peu, sur les fleurs, dans les arbres, les forêts, etc… »

    Prix en forte hausse
    . . . . . . . . .
    #miel #abeilles #apiculture #agriculture #alimentation #santé #météo #apiculture #abeilles

  • La Californie dédommage les victimes de stérilisation forcée Katja Schaer/jfe
    https://www.rts.ch/info/monde/12353527-la-californie-dedommage-les-victimes-de-sterilisation-forcee.html

    L’Etat de Californie, aux Etats-Unis, a décidé cette semaine d’octroyer 7,5 millions de dollars de son budget aux victimes de stérilisation forcée. La pratique remonte au début du XXe siècle, portée par plusieurs scientifiques de renom favorables à l’eugénisme.

    Au moins 20’000 personnes - femmes et hommes - ont subi une stérilisation forcée en Californie. Mais ce chiffre est peut-être l’arbre qui cache la forêt, les documents et les données étant difficiles à se procurer et souvent gardés secrets.


    La stérilisation forcée trouve son origine au XIXe siècle. A l’époque, plusieurs pans de la médecine convergent vers le même objectif : l’amélioration de la race humaine.

    Jusqu’en...2014
    Cette amélioration passe notamment par la stérilisation forcées des personnes jugées « anormales ». En 1909, la Californie adopte alors sa première loi eugéniste, qui l’autorise à stériliser les personnes emprisonnées et institutionnalisées.

    La loi va connaître deux modifications qui permettront d’élargir la définition de l’anormalité. Les personnes handicapées, les malades psychiques et mentaux, les pauvres et les personnes de couleur - en particulier d’origine latine - pourront être stérilisées. De nombreuses femmes jugées « sursexuées » seront elles aussi soumises à cette procédure.

    Officiellement, la loi autorisant la stérilisation forcée a été invalidée en 1979. La pratique a toutefois été maintenue dans les prisons. Les dernières affaires remontent à 2014.

    La pratique était autorisée dans la majorité des Etats américains, mais la Californie compte pour un tiers des quelque 60’000 interventions pratiquées à l’échelle nationale.

    Basée sur l’eugénisme
    Si la stérilisation forcée a été si largement appliquée en Californie, c’est parce qu’au début du XXe siècle, l’Etat est l’épicentre de la pensée eugéniste aux Etats-Unis. L’amélioration de la race s’est imposée en science et la Californie abrite plusieurs scientifiques de renom, favorables à cette théorie.

    Ce concept est même porté par les grandes universités, comme Stanford, notamment. En 1920, le président de l’université californienne, David Starr Jordan, postule que des traits de caractères ou mêmes des conditions sociales comme le talent et la précarité, sont héréditaires.

    Le directeur s’oppose au mélange de races et déplore ce qu’il appelle le déclin de la race nordique, à laquelle il associe les Anglo-Saxons. Ces scientifiques n’auraient pas pu exister sans l’aide d’organisations comme l’institution Carnegie ou la fondation Rockefeller.

    Au début du XXe siècle, Oliver Wendell Holmes, juge à la Cour suprême américaine, soutient la pratique de la stérilisation forcée. Ses propos seront d’ailleurs repris pour défendre les pratiques nazies lors du procès de Nuremberg.

    #eugénisme #racisme #transhumanisme #stérilisation #contraception_forcée #histoire #santé #inégalités #femmes #stérilisation #Pauvres #Femmes #Hommes #nefants #Californie #USA #états_unis #Stanford #philanthropie #philanthropes #Carnegie #Rockefeller #philanthrocapitalisme #philanthropie

    • La Californie, cet état qu’on nous présente toujours comme un paradis.
      Quand aux bienfaiteurs professionnels de l’institution Carnegie ou de la fondation Rockefeller, ce sont aussi des innocents professionnels.

    • En France,le nombre de stérilisations dans la population générale, déjà peu élevé, a diminué au cours des dix dernières années, il est de 22.000environ par an.Pour les handicapés, aucune enquête n’était disponible, en matière ni de stérilisation, ni de contraception. La mission a réalisé une étude spécifique à partir des actes de stérilisation masculine et féminine effectués en1995 et1996 dans les hôpitaux publics et quelques établissements privés, selon les données du PMSI.D’après ces données déclaratives, l’ampleur du phénomène, notamment pour les personnes handicapées, apparaît faible, mais non marginal . On a ainsi repéré en 1996 environ 15 cas de stérilisation d’hommes handicapés sur les 423 actes de ligatures des canaux déférents et quand même 2% de stérilisations de femmes, handicapées ou en grandes difficultés sociales, selon le diagnostic associé, c’est à dire 211 cas sur10.453. Enfin, la tranche d’âge des femmes de moins de 25 ans qui ont eu une ligature bilatérale des trompes comprend vingt femmes, soit un quart de l’effectif.

      https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/984001636.pdf

  • L’UE suspend son projet de taxe numérique sous la pression de Washington

    Bruxelles a annoncé lundi, sous la pression de Washington, le gel de son projet de taxe numérique pendant les négociations à l’OCDE sur une réforme de la fiscalité des multinationales qui doivent s’achever en octobre.
    « La réussite de ce processus nécessitera une dernière impulsion de la part de toutes les parties, et la Commission s’est engagée à se concentrer sur cet effort. C’est pourquoi nous avons décidé de mettre en pause notre travail sur une proposition de taxe numérique », a déclaré un porte-parole de la Commission.

    Le projet de taxe numérique de l’UE était une des nouvelles ressources prévues pour financer son plan de relance de 750 milliards d’euros. Bien qu’il n’ait pas encore été rendu public, la Commission européenne avait souligné à plusieurs reprises que son projet de taxe numérique serait conforme aux accords de l’OCDE et qu’il toucherait des milliers d’entreprises, y compris européennes.

    Critiques américaines
    Mais il a suscité des critiques américaines. Washington juge ce projet discriminatoire pour les champions américains des technologies comme Amazon, Google ou Facebook. La secrétaire au Trésor Janet Yellen, présente lundi à Bruxelles pour une rencontre avec les ministres des Finances européens (Eurogroupe), avait appelé dimanche l’UE à le reconsidérer.
    . . . . . . . .
    La suite gratuite : https://www.rts.ch/info/monde/12341398-lue-suspend-son-projet-de-taxe-numerique-sous-la-pression-de-washington

    #ue #union_européenne #multinationales #europe #capitalisme #finance #politique #amériques #paradis_fiscaux #impôts #taxes #taxe_numérique #OCDE #commission_européenne

  • #Suisse : Boire ou pédaler, il faut aussi choisir, avertit la Suva
    https://www.rts.ch/info/suisse/12338012-boire-ou-pedaler-il-faut-aussi-choisir-avertit-la-suva.html

    L’alcool au guidon peut coûter cher, a rappelé la Suva en début d’été, alors que les apéros en terrasse et les sorties dans les bars et discothèques sont à nouveau possibles. Chaque année, 21’000 accidents de vélo sont recensés par les assureurs, dont 6,5% sont dus à la consommation d’alcool.
    « Cet été, le vélo c’est sans alcool », a lancé à la fin juin la Suva en lançant une campagne de prévention. Le vélo a le vent en poupe, encore plus en été. Nombreux sont ceux qui enfourchent leur bicyclette pour rentrer chez eux après une fête ou un apéro bien arrosé, plutôt que de faire le trajet à pied.


    « Or le fait de rouler à vélo après avoir consommé de l’alcool présente des risques », souligne l’assureur. Selon les dernières statistiques officielles, 50% des accidents de vélo recensés par la police sont dus principalement à une faute du cycliste et environ 6,5% se produisent sous l’influence de l’alcool.

    « C’est un chiffre qui augmente », constate Jean-Luc Alt, porte-parole de la Suva pour la Suisse romande, samedi dans le 12h30. « On se rend compte que les personnes qui roulent avec un vélo électrique ont plus tendance à consommer de l’alcool que lorsqu’ils roulent à vélo. C’est inquiétant parce que l’alcool amoindrit les réflexes et, lors d’une chute, on risque de se blesser gravement ou de blesser gravement un piéton. »

    Un retrait de permis possible
    Les cyclistes s’exposent aux même conséquences pénales que les automobilistes lorsqu’ils roulent sous l’influence de l’alcool, rappelle la Suva. Si le taux d’alcoolémie dépasse ou est égal à 0,5 pour mille, les cyclistes peuvent aussi se voir infliger une amende. Le cas échéant, il peut en résulter dans certains cas un retrait du permis de conduire.

    Lorsque le taux d’alcoolémie dépasse la valeur limite lors d’un accident, il peut y avoir une réduction des prestations d’assurance. C’est chaque année le cas pour deux douzaines d’accidents de vélo liés à la consommation d’alcool. Les indemnités journalières peuvent être réduites de 30% au maximum.

    Sur quelque 4000 accidents graves recensés chaque année sur les routes suisses, environ 1500 concernent des vélos, électriques ou non, selon l’Office fédéral de la statistique.

    #vélo #alternatives_à_la_voiture #mobilité #cyclistes #transport #transports #deliveroo #pistes_cyclables #accident #sécurité_routière