Erreur 404

/2021

  • Roger Martelli : « La Commune de Paris est un bien commun que la République se doit de célébrer »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/28/roger-martelli-la-commune-de-paris-est-un-bien-commun-que-la-republique-se-d

    Alors qu’au Conseil de Paris les élus de droite se sont opposés à la célébration des 150 ans de la Commune, l’historien rappelle, dans une tribune au « Monde », l’importance du « premier pouvoir » qui s’est appuyé sur des valeurs démocratiques et sociales « qui n’ont pas pris une ride ».

    Tribune. Le 3 février, au Conseil de Paris, la droite parisienne a lancé un tollé contre les commémorations prévues pour les 150 ans de la Commune de Paris. Engluée dans son passé, elle persiste à dire que célébrer cet anniversaire revient à glorifier « les événements les plus violents de la Commune ».

    De quoi s’agit-il, en fait ? Le 18 mars 1871, les bataillons de la garde nationale – qui participent depuis septembre 1870 à la défense de Paris [contre l’armée prussienne qui l’encercle] – s’emparent du pouvoir dans une capitale désertée par les autorités. Quelques jours plus tard, des élections désignent, à 40 % des électeurs inscrits, une majorité de républicains parmi les plus à gauche de cette période troublée. La nouvelle assemblée élue va se réunir régulièrement pendant cinquante-quatre jours : quarante-huit d’entre eux ont été occupés par la guerre civile, la plus brutale qu’ait connue Paris depuis les guerres de religion.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Légende noire » contre « légende rouge » : la difficile commémoration des 150 ans de la Commune de Paris

    Pendant cette brève période, en même temps qu’elle fait la guerre, la Commune remet en marche les administrations, fait fonctionner les services publics, organise le ravitaillement et les soins aux blessés, assure la sécurité dans les rues. Dans l’esprit de la « République démocratique et sociale » que la révolution de 1848 a promue avant elle, elle met en application ce que ses responsables ont annoncé. Elle confirme le moratoire des loyers dus pendant une partie du siège de Paris, décide la restitution partielle des objets déposés au mont-de-piété, réquisitionne les logements abandonnés par leurs propriétaires après le 18 mars. Elle procède de même pour les ateliers abandonnés, dont elle veut confier la gestion aux travailleurs eux-mêmes. Elle soumet les marchés publics à des contraintes sociales strictes.
    Une autre conception du « vivre-ensemble »

    Elle ne fait pas que de la redistribution sociale. Elle proclame la séparation de l’Eglise et de l’Etat, abolit le système injuste de conscription militaire alors en vigueur, accepte qu’on brûle la guillotine devant la mairie du 11e arrondissement. Elle met en place un enseignement primaire et professionnel laïque et gratuit, ouvre l’enseignement professionnel aux filles, commence à mettre en cause l’ordre traditionnel de la famille. Elle cherche à changer en profondeur le rapport entre électeurs et élus, prévoit la révocabilité des élus et organise la consultation des citoyens et citoyennes pour préparer les décisions de l’assemblée communale.

    Sans doctrine figée, sans même un programme achevé, la Commune a fait en quelques semaines ce que la République mettra bien du temps à décider. Elle a ouvert la voie à une autre conception du « vivre-ensemble », fondée sur l’égalité et la solidarité. Elle a enfin esquissé la possibilité d’une démocratie moins étroitement représentative, plus directement citoyenne. En bref, elle a voulu mettre concrètement en œuvre ce « gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple » dont le président américain Lincoln avait annoncé l’avènement quelques années plus tôt [le 19 novembre 1863, lors du discours prononcé à Gettysburg].
    La République a perdu du temps

    Bien sûr, la Commune n’a souvent fait que désigner une part du chemin et peu de ses décisions ont eu le temps d’être réellement appliquées. Bien sûr encore, les conditions de la guerre civile l’ont poussée à des décisions cruelles, qui ont été d’ailleurs bien loin de faire l’unanimité dans les rangs communards (décret stipulant que « toutes personnes prévenues de complicité avec le gouvernement de Versailles (…) seront les otages du peuple de Paris », suppression de journaux…). Mais, en noyant dans le sang l’expérience du printemps 1871, en recouvrant son souvenir du voile opaque et persistant de l’oubli, il n’est pas exagéré de penser que la République a perdu du temps.

    « Le Paris de 1871 a connu un type de gouvernement populaire et même ouvrier, comme il n’y en a jamais eu en France auparavant, et comme il n’y en aura plus jusqu’à ce jour »

    Faire de la Commune un modèle qu’il suffirait de recopier n’a pas grand sens. Notre société a changé, l’époque n’est plus la même et bien des expériences ont suivi celle de la Commune qu’il nous faut bien méditer aujourd’hui. Il reste toutefois que le Paris de 1871 a connu un type de gouvernement populaire et même ouvrier, comme il n’y en a jamais eu en France auparavant et comme il n’y en aura plus jusqu’à ce jour. Il reste que la Commune est le premier pouvoir qui ait mis au centre de son action des valeurs démocratiques et sociales qui n’ont pas pris une ride depuis 1871.

    Le 29 novembre 2016, l’Assemblée nationale a adopté une résolution réhabilitant enfin les victimes de la « semaine sanglante » [qui a vu la répression des communards entre le 21 et le 28 mai 1871]. Elle ajoutait vouloir que « soient mieux connues et diffusées les valeurs républicaines portées par la Commune ». Elle souhaitait « que la République rende honneur et dignité à ces femmes et ces hommes qui ont combattu pour la liberté ». Le temps est venu de mettre en application cette résolution.
    Lire aussi L’Assemblée réhabilite les communards victimes de la répression

    La droite parisienne s’inscrit, sans vergogne, dans la lignée du journaliste anticommunard Maxime Du Camp [1822-1894], qui justifiait la barbarie gouvernementale de la « semaine sanglante » par la nécessité d’exterminer « la postérité de Caïn ». Ce climat de guerre civile ne devrait plus être de mise de nos jours. Dans notre société déchirée, il est plus que jamais dérisoire de mettre en avant la centaine de malheureux otages exécutés pendant la Commune pour mieux occulter les milliers, voire dizaines de milliers, de communards et communardes massacrés sans pitié en mai 1871.

    La République se doit de commémorer la Commune de Paris de 1871. Nul n’est tenu, en son âme et conscience, de la « célébrer ». Mais, à l’inverse, rien ne sert de délégitimer celles et ceux qui entendent le faire, sans renoncer pour autant à l’exercice de la critique. Leur nombre est considérable et leur diversité est à l’image de ce que fut la Commune : une expérience inédite, des actes innovants et une multitude de possibles à peine suggérés. Cette diversité est une richesse. Encore faut-il qu’elle ne fasse pas oublier que la Commune est… un bien commun, qui mérite que l’on se retrouve pour crier ensemble, encore et toujours, le beau cri du « Vive la Commune ! ».

    Roger Martelli est historien et coprésident de l’association Les Amies et amis de la Commune de Paris 1871.

    Roger Martelli(Historien)

    #Commune_Paris #Démocratie

  • « Pour qu’avoir 20 ans en 2021 soit moins difficile qu’en 2020 »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/28/pour-qu-avoir-20-ans-en-2021-soit-moins-difficile-qu-en-2020_6071449_3232.ht

    Avec le Covid, les jeunes, comme le reste de la population, sont contraints de limiter leurs interactions sociales. Or, si une telle situation pèse …

    #Santé #Médecine #Étudiants #Idées #Société

  • Covid 19 : « Pour anticiper la progression de l’épidémie, il faut regarder les bons indicateurs »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/27/covid-19-pour-anticiper-la-progression-de-l-epidemie-il-faut-regarder-les-bo

    Seuls les indicateurs d’amont doivent être considérés pour anticiper l’évolution et éviter prévisions et commentaires hasardeux, mettent en garde les professeurs Fanchon Bourasset, Bruno Mégarbane et Jean-Michel Scherrmann dans une tribune au « Monde ». Le choix de ne pas confiner dans l’immédiat reste une décision politique.

    Tribune. La diversité des marqueurs caractérisant l’évolution du Covid-19 entraîne des confusions dans l’interprétation de leur évolution, tant au niveau des spécialistes que des médias et du grand public. Ces marqueurs peuvent se classer en deux groupes dont la temporalité est bien différente.

    En amont, nous pouvons regrouper les marqueurs les plus précoces avec la détection virale dans les eaux usées et le nombre de cas détectés positifs qui sont publiés tous les jours.
    En aval, les indicateurs concernent la situation hospitalière, comme les nombres de patients hospitalisés et ceux admis en réanimation. Enfin, la publication du nombre de décès constitue l’ultime marqueur clinique du suivi de l’épidémie.

    Vitesse de progression
    Si l’on se place en février 2021, les nombres de patients admis à l’hôpital, de patients hospitalisés en réanimation et de patients décédés expriment l’activité épidémique des semaines antérieures. Il est donc normal que l’augmentation du nombre de cas moyens hebdomadaires de contaminations d’environ 10 000 à 25 000 observés entre fin novembre et actuellement se traduise par une hausse du nombre de patients admis à l’hôpital et des décès que nous observons depuis la mi-janvier.

    Ces indicateurs, dits « d’aval », nous informent sur l’évolution clinique des patients atteints par les formes graves de la maladie mais ne peuvent pas servir de sources prédictives quant à l’évolution de l’épidémie dans les prochains jours et les prochaines semaines. Bien entendu, ils ont une valeur incontournable sur la gestion de la pression qui se manifeste sur la capacité d’accueil hospitalier.

    En revanche, les marqueurs, dits « d’amont », expriment l’état de la progression épidémique le jour même et sont les plus appropriés pour estimer l’évolution de l’épidémie.

    Le suivi de l’évolution du nombre de cas détectés positifs peut être analysé de deux façons : par le nombre lui-même et par la vitesse à laquelle ce nombre évolue. L’évolution quotidienne de ce nombre est largement privilégiée par les observateurs. Son analyse peut prêter à discussion en raison de l’irrégularité des données liée à l’effet « week-end » où le nombre de tests chute et de sa dépendance au nombre de tests réalisés.

    Pour limiter ces effets, nous recommandons de mesurer à partir des nombres de cas de contamination cumulés leur vitesse de progression quotidienne et d’en établir une moyenne hebdomadaire. Cette dimension de vitesse nous a récemment permis d’analyser l’efficacité du confinement lors de la première vague pandémique de l’hiver 2020.

    #paywall

    • Evolution exponentielle contredite

      Cette méthode d’analyse de la vitesse de la progression de l’épidémie montre que le couvre-feu actuel, établi à une échelle locale puis nationale, a porté ses fruits par la stabilisation de la vitesse de progression épidémique au cours de la quinzaine suivant son application, et même par une baisse de sa progression à l’échelle nationale et de façon plus marquée dans certains territoires depuis ce début de semaine, contredisant ainsi toutes les hypothèses d’une évolution exponentielle de l’épidémie.

      Cette observation permet de justifier le choix gouvernemental du maintien d’un couvre-feu dont le renforcement pourrait induire une décroissance de la progression épidémique. De plus, le suivi de cet indicateur permettra de détecter très rapidement une éventuelle augmentation de la vitesse de progression épidémique que certains redoutent avec l’apparition progressive de variants du virus. Cette augmentation vient d’apparaître fin février et permet aux autorités de renforcer les mesures de prévention par zones territoriales.
      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Xavier Lescure : « Engageons-nous collectivement vers une sortie raisonnée du confinement »

      En nous fondant sur cet indicateur, il est alors possible d’anticiper l’évolution des admissions à l’hôpital et en réanimation et des décès qui surviendraient dans les jours à venir. Cette baisse pourrait rester néanmoins limitée, en raison du nombre toujours élevé de contaminations et donc d’hospitalisations, avec un effet cumulatif à l’hôpital des patients les plus gravement infectés qui peuvent séjourner en réanimation pour une durée de temps relativement prolongée, allant en moyenne de 15 jours pour un patient en ventilation spontanée sous haut débit d’oxygène à 25 jours pour un patient intubé et ventilé mécaniquement.
      Efficacité du couvre-feu

      Il faut aussi rappeler que cette situation relativement favorable en comparaison avec les pays voisins est due à la poursuite des mesures de restrictions dans le cadre du couvre-feu. Il y a fort à parier que celui-ci, sans permettre une freination complète des contaminations, comme l’aurait fait un confinement plus strict du type de celui de mars-avril 2020, est capable de contenir l’épidémie et d’en empêcher une progression exponentielle.

      Répétons-le : la situation actuelle est probablement le fruit d’une certaine efficacité du couvre-feu qui permet d’éviter un confinement strict pour sauvegarder notre système de soins.
      Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : « La stratégie coréenne offre un remarquable équilibre entre équité et efficacité en préservant les libertés du plus grand nombre »

      Gageons aussi que ces mesures pourront rester tout aussi efficaces face à l’expansion quasi inéluctable des variants du SARS-CoV-2 (notamment britannique) sur le territoire national et auxquels les prédictions mathématiques attribuent une reprise quasi certaine de l’épidémie au cours du mois de mars avec une menace majeure sur les hôpitaux, en raison de la saturation existante des lits, comme d’ailleurs tous les ans au cours de la saison hivernale.

      C’est ainsi qu’il faut comprendre les alertes lancées par certains médecins hospitaliers qui voient une nouvelle épidémie, celle du variant britannique avec une expansion exponentielle une fois le seuil de 50 % de prévalence franchi.
      Importance des mesures barrières

      La question-clé reste de savoir dans quelle mesure ce qui s’est produit au Royaume-Uni, à un moment où le port du masque n’était pas obligatoire dans les transports en commun et où les bars et les pubs étaient ouverts, pourrait se reproduire en France avec le couvre-feu en place. Les modélisations demeurent une aide précieuse à la prédiction, mais dépendent fortement des hypothèses considérées et du poids de chaque facteur d’influence utilisé.

      Pour démentir ces scénarios noirs qui nous sont promis, rappelons, à cette occasion, l’importance des mesures barrières et du port universel du masque, notamment en espace clos. Des efforts sont encore demandés à la population, mais les enjeux sont majeurs pour les deux mois qui viennent, en permettant d’éviter le confinement strict et de conserver les écoles ouvertes.
      Lire la tribune : Face à la pandémie de Covid-19, « sommes-nous prêts, encore, à consentir ? »

      Ainsi, il ne faut donc pas se tromper d’indicateurs pour répondre à la question de la progression de la cinétique de l’épidémie : seuls les indicateurs « d’amont » doivent être considérés pour anticiper son évolution et éviter les prévisions et commentaires hasardeux et alarmistes. Le choix de ne pas confiner dans l’immédiat reste une décision politique.

      L’exécutif, éclairé à cette occasion, semble avoir utilisé les bons outils de prédiction. Pour échapper définitivement au confinement plus strict, il faut désormais compter à la fois sur la responsabilisation de la population dans l’application des recommandations sanitaires, mais aussi sur le bon vouloir des variants, capables aussi, à eux seuls, de bouleverser la cinétique épidémique.

      Les signataires : Fanchon Bourasset, professeure de neurosciences, université de Bourgogne ; Bruno Mégarbane, professeur de médecine intensive-réanimation, hôpital Lariboisière, université de Paris ; Jean-Michel Scherrmann, doyen honoraire, professeur de pharmacocinétique, faculté de pharmacie, université de Paris.

    • Article nul, écrit par des amateurs.

      Je suis un peu sidéré. Je n’ai aucune formation médicale autre que mes lectures sur l’Internet depuis un an, mais j’ai lu la première moitié de l’article en me disant qu’il ne disait que des trivialités, le B-A-BA de ce qu’il faut avoir compris pour suivre ce qui se passe, et que j’ai intégré il y a 10 mois, en avril dernier. Du coup je me suis dit que les auteurs doivent être (comme moi) des amateurs, et j’ai vérifié. Ces choses n’entrent nullement dans leur spécialité médicale, et je me demande à quel titre ils s’expriment et pour quelle raison le Monde leur ouvre ses colonnes. Je ne suis pas le seul lecteur du Monde à me poser des questions sur l’absence de compétence des auteurs. Peut-être cela fait-il partie de la campagne de comm de la présidence, selon laquelle nous serions dirigés par le nouveau génie des Carpathes (cf Olivier Beaumont dans le Parisien) qui en remontrerait à tout son conseil scientifique. https://seenthis.net/messages/903824

      J’aurais pu aussi écrire un tel article, depuis longtemps, sauf que je ne me serais pas aventuré à dire « ... contredisant ainsi toutes les hypothèses d’une évolution exponentielle de l’épidémie. » Parce que l’on a en fait 2 épidémies, dont la dominante régresse exponentiellement, tandis que l’autre (variants) commence à croître exponentiellement sur une base bien plus forte (et c’est pour cela que la deuxième se substitue à la première). L’efficacité du couvre-feu est limitée, et c’est pour cela que la décroissance de la première épidémie, amorcée en janvier, n’a pas été plus forte. Donc imaginer qu’il pourrait contenir la seconde épidémie relève de la naïveté, pour ne pas dire plus, quoi que puissent en gager les auteurs. Tout au plus peut-on rêver qu’un évènement climatique inattendu viendra à notre secours.

      Quant à la saturation des lits, elle est bien réelle, car les politiques ne prennent des mesures que quand les lits se saturent. Quel que soit leur nombre ils seront saturés. Donc en ajouter ne sert qu’à encourager la procrastination qui laisse croître la contagion, et donc le nombre de malades et de victimes. En France, les lits tuent .

      Cette histoire d’indicateurs amont et aval (de quoi donc) me semble du pipo. Les indicateurs sont des mesures de la contagion qui sont observables avec un délai plus ou moins long par rapport à un moment (un état) de la contagion que l’on veut observer. Plus ce délai est long et moins ces indicateurs sont utiles pour la prédiction, puisque les choses ont eu plus de temps pour changer. Mais chacun de ces indicateurs a des biais ou des problèmes de précision qui lui sont propres et qui affectent l’utilité ou la fiabilité de la mesure. Il importe souvent de les utiliser ensemble, car on peut en utiliser certains pour étalonner les autres.

  • Affaire Khashoggi : le recadrage bienvenu de Washington à Riyad
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/27/affaire-khashoggi-le-recadrage-bienvenu-de-washington-a-riyad_6071402_3232.h

    Un rapport du renseignement américain accuse le prince héritier saoudien d’avoir validé l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en 2018. En rendant public ce document classifié par Donald Trump, Joe Biden signale à « MBS » que ses pulsions autocratiques auront désormais un prix.

    Editorial. Le roi Fahd d’Arabie saoudite, qui régna de 1982 à 1995, avait coutume de dire : « Après Allah, nous pouvons compter sur les Etats-Unis. » Jamais cette maxime n’a été aussi juste que sous le mandat de Donald Trump. Durant ses quatre années à la Maison Blanche, l’ex-président américain a offert un chèque en blanc à la Couronne, en particulier à son homme fort, le prince héritier Mohammed Ben Salman, surnommé « MBS ».

    Donald Trump a fermé les yeux sur l’intervention militaire au Yémen, la séquestration du premier ministre libanais Saad Hariri et les arrestations de militantes féministes. Il a encouragé le blocus du Qatar, une autre décision calamiteuse du dauphin saoudien. Il a, enfin, passé l’éponge sur l’assassinat du journaliste et dissident Jamal Khashoggi, en 2018, dans les locaux du consulat saoudien à Istanbul, dont la CIA a attribué la responsabilité, dans un rapport, au fils du roi Salman.

    En décidant de publier, vendredi 26 février, ce document, que son prédécesseur s’était empressé de classifier, Joe Biden signale à « MBS » que ses pulsions autocratiques auront désormais un prix. Cette mesure, après le gel de plusieurs contrats de ventes d’armes à l’Arabie et l’arrêt du soutien américain aux opérations saoudiennes au Yémen, amorce un recalibrage bienvenu de la relation Washington-Riyad.

    Le nouveau président américain n’a pas l’ambition de déloger le prince héritier de la ligne de succession. L’hypercentralisation du pouvoir mise en œuvre ces dernières années par « MBS », à rebours du fonctionnement traditionnellement collégial de la monarchie, l’a rendu peu ou prou intouchable.

    La publication du rapport « Khashoggi » n’est pas non plus synonyme de rupture entre les deux alliés. La nouvelle administration s’est engagée à continuer de fournir au royaume les armes défensives dont il a besoin pour contrer les missiles et les drones lancés contre son territoire par les milices houthistes du Yémen et autres agents pro-iraniens au Proche-Orient.

    Partie diplomatique délicate
    Ce que cet épisode signifie est moins spectaculaire. Il témoigne tout d’abord du déclin de l’importance de l’Arabie pour les Etats-Unis. Le pacte noué à la fin de la seconde guerre mondiale, lors de la fameuse rencontre sur le pont du croiseur Quincy, entre Roosevelt et le roi Abdelaziz, était fondé sur un échange de services : la protection américaine pour Riyad, un marché pétrolier stable pour Washington. Avec l’essor du gaz de schiste aux Etats-Unis, ce « deal » fondateur a perdu de sa valeur.

    Joe Biden attend de l’Arabie saoudite une gouvernance moins brutale. Le président démocrate sait qu’il ne transformera pas « MBS » en parangon de vertu. Il a simplement besoin que son principal partenaire arabe soit plus présentable et joue le jeu du multilatéralisme.

    Alors qu’il s’apprête à négocier avec l’Iran un retour à l’accord sur son programme nucléaire, Joe Biden tente aussi de se prémunir contre les mauvaises surprises. Le coup infligé à « MBS » pourrait le dissuader, s’il en a l’intention, d’entraver ses efforts dans ce qui sera, à n’en pas douter, une partie diplomatique très délicate.

    Le prince héritier serait bien avisé d’entendre le message. En parallèle à ses crises d’autoritarisme, il a lancé un ambitieux programme de modernisation économique et sociétale de son pays. Cette initiative nécessite un niveau d’investissement étranger et d’adhésion populaire dont l’Arabie est aujourd’hui très loin. S’il veut donner à son plan une chance de réussir, « MBS » doit transformer son royaume de la peur en un Etat de droit.

  • « La stratégie zéro Covid a montré sa supériorité sur les plans sanitaire et économique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/24/philippe-aghion-et-patrick-artus-la-strategie-zero-covid-a-montre-sa-superio

    Les pays ayant appliqué le « tester, tracer, isoler » ont enrayé la circulation du Covid-19, et ceux qui, comme la France, ont choisi le « stop and go », n’y arrivent pas, notent les économistes Philippe Aghion et Patrick Artus.

    Tribune. Il y a un très large consensus en France aujourd’hui pour considérer que le président de la République a pris la bonne décision, le 29 janvier 2021, celle de ne pas reconfiner pour le moment. Cette décision se justifiait notamment par l’évidence de coûts sociaux et psychologiques considérables, induits par le premier confinement, en particulier sur les jeunes générations et les ménages les plus défavorisés.

    D’un autre côté, certains évoquent la possibilité que des variants apparaissent sans cesse, qui résisteraient aux vaccins couramment administrés (Olivier Blanchard et Jean Pisani-Ferry « Persistent Covid : A (Grim)Scenario », Mimeo, Peterson Institute). Comment réagir face à une telle éventualité ?

    Coût économique du « stop and go »
    Une première réponse est celle du « stop and go » : lorsque le nombre de cas devient élevé, des mesures restrictives (couvre-feu, puis confinement) sont imposées ; lorsque le nombre de cas est redevenu faible, ces mesures sont levées, en conséquence de quoi, après un certain temps, le nombre de cas remonte et les mesures restrictives sont de nouveau imposées. Dans une tribune précédente, parue dans Le Monde, le 5 novembre 2020, nous avons souligné les coûts économiques d’une telle stratégie : en un mot, cela condamnerait nos entreprises à adopter une attitude de survie au lieu d’investir dans l’innovation et les bons emplois qualifiants, avec des conséquences très négatives à long terme sur la croissance, l’emploi et la mobilité sociale.

    Une seconde réponse est celle de la stratégie zéro Covid. De fait, plusieurs pays ont déjà adopté cette stratégie : confinement initial très strict, amenant le nombre de cas de Covid-19 à un chiffre très faible, puis capacité à « tester, tracer, isoler » le petit nombre de cas qui réapparaîtraient, ce qui implique le suivi des déplacements de la population, des règles strictes d’isolement des malades et des cas contacts, des reconfinements locaux très stricts en cas de réapparition de cas. On peut considérer que la Chine, l’Australie, le Cambodge, l’Islande, la Nouvelle-Zélande, Taïwan, le Vietnam, le Japon, la Corée, le Laos, la Thaïlande, ont suivi cette stratégie.

    « Au total, les pays zéro Covid ont gagné 10 points de PIB par rapport à l’Europe »

    La stratégie zéro Covid a montré sa supériorité sur le plan sanitaire. Pour l’ensemble des pays qui l’ont adoptée, le nombre maximal de cas quotidiens a été de 7 000 ; il a été de 350 000 pour l’Europe (zone euro, Royaume-Uni, Suède, Danemark). Le nombre total de morts dues au Covid-19 est de 20 000 dans les pays zéro Covid, de 750 000 en Europe.

    #paywall

    • tribune, suite et fin

      Il en va de même sur le plan économique. Dès avril 2020, dans ces pays, le secteur des services, qui est le plus touché par les restrictions sanitaires, est repassé fortement en croissance positive, alors qu’il est toujours en récession en Europe. Toujours dans ces mêmes pays, à la fin de 2020, le niveau du produit intérieur brut (PIB) est revenu à celui du 4e trimestre 2019 ; en Europe, il est inférieur de 6 points à celui-ci. En 2021, en moyenne annuelle, le PIB sera dans les pays zéro Covid de 6,2 points supérieur à son niveau de 2019 ; en Europe, il sera de 3,4 points inférieur. Au total, ces pays ont gagné 10 points de PIB par rapport à l’Europe.

      Le message est donc qu’il n’y a pas de conflit entre sanitaire et économie, ce qui rejoint les conclusions d’une étude montrant que « seuls les Etats américains qui n’ont rouvert leur économie qu’après une baisse suffisante de la circulation du virus ont réussi a la relancer durablement », selon l’économiste Mathias Dewatripont, dans une tribune au Monde, le 13 novembre 2020.

      Pourquoi alors l’Europe a-t-elle choisi la stratégie du « stop and go » ? La première explication peut être « technique » : l’insuffisance des tests disponibles, le logiciel de traçage pas encore au point. Mais si cette explication est pertinente pour le printemps 2020, après le premier confinement, elle ne l’est plus à la fin de 2020 et au début de 2021, où ces problèmes techniques ont été réglés.

      Conception européenne des libertés individuelles

      La seconde explication peut être que l’Europe a basé sa stratégie sur le vaccin et pas sur la forte réduction du nombre de cas. Mais l’immunité collective avec le vaccin ne sera pas atteinte avant l’automne 2021, et peut-être faudra-t-il revacciner continuellement les populations déjà vaccinées. Cette stratégie conduit à une forte persistance de la crise et au freinage de l’économie.

      Enfin, la troisième explication est que la stratégie zéro Covid semble incompatible avec la conception européenne des libertés individuelles, qui rejette par exemple la localisation des personnes, l’isolation stricte des cas contacts. Mais croit-on que la stratégie du « stop and go » de l’Europe, avec la fermeture de la culture, des restaurants, les couvre-feux, les confinements, l’impossibilité de retrouver sa famille ou ses amis, est moins attentatoire aux libertés que la stratégie zéro Covid ?

      En Allemagne s’est mis en place un groupe de réflexion sur la stratégie zéro Covid, composé d’économistes et d’épidémiologistes qui interagit en continu avec la chancellerie. Si le scénario des variants à répétition se confirme, et s’il amène nos voisins à s’orienter vers une stratégie zéro Covid, il faudra alors sérieusement se demander si la France ne doit pas également passer à cette stratégie, pour pouvoir libérer l’économie avant qu’une vaccination à l’échelle mondiale ne le permette.

      #Zéro_Covid #Covid-19

    • Mais l’article qui compte aujourd’hui pour ce qui est de la ligne du Monde et du gouvernement c’est plutôt celui que je viens de trouver : Passeport vaccinal, « QR codes »… Emmanuel Macron réfléchit à une manière de « vivre avec » le Covid-19
      https://justpaste.it/6dniy

      On le disait visionnaire, il est devenu gestionnaire. Empêtré dans la crise du Covid-19, dont il tente désespérément de se défaire, Emmanuel Macron cherche à redonner un cap à la fin de son quinquennat où le virus n’aurait qu’un rôle subalterne.

      Et si la solution, pour cela, était d’imaginer cohabiter avec lui ? (...)

      Parait que Castex a dit "vacciner les plus aisés" avant de dire "les plus agés".

      https://pbs.twimg.com/media/EvFqD-tXUAYB2UR?format=png&name=smallhttps://pbs.twimg.com/media/EvFqD-tXUAYB2UR?format=png&name=medium

    • Inquiétude d’économistes selon une étude récente :
      « De la peste noire à la grippe espagnole de 1918, l’histoire regorge de pandémies qui eurent de longues répercussions sociales »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/25/covid-19-les-epidemies-sont-des-accelerateurs-de-crises-politiques-et-social

      Une récente étude par des économistes du FMI analyse le rapport entre épidémies et troubles sociaux dans l’histoire. De quoi en tirer certaines leçons par rapport à notre pandémie actuelle.

      Chronique. C’est l’une des grandes craintes soulevées par la pandémie : dans le sillage du Covid-19 et la crise économique, les inégalités risquent de se creuser dangereusement. Celles entre les secteurs à l’arrêt en raison des mesures sanitaires, comme le tourisme, et ceux continuant à tourner malgré tout. Mais aussi celles entre les précaires et ceux protégés par un emploi fixe, entre les ménages pauvres et les gros patrimoines, entre les femmes et les hommes, ou encore entre les pays bénéficiant de campagnes de vaccination avancées et ceux laissés pour compte.

      Les optimistes veulent croire qu’une fois le virus sous contrôle le retour de la croissance aidera à résorber les inégalités aggravées ces derniers mois. Peut-être. Mais les leçons du passé incitent à la prudence. « De la peste de Justinien (VIe siècle) à la peste noire (XIVe siècle) en passant par la grippe espagnole de 1918, l’histoire regorge d’exemples de pandémies qui eurent de longues répercussions sociales », expliquent Philip Barrett, Sophia Chen et Nan Li, trois économistes du Fonds monétaire international (FMI), auteurs d’une récente étude sur le sujet. Et pour cause : « Une épidémie peut révéler ou aggraver des failles préexistantes dans la société, telles que des filets de sécurité sociale inadéquats, un manque de confiance dans les institutions ou la perception d’un gouvernement incompétent ou corrompu. »

      Les troubles sociaux apparaissent un peu plus tard

      Les épidémies sont des accélérateurs de crises politiques et sociales. Les économistes citent ainsi celle du choléra qui, en 1832, tua plus de 19 000 personnes (sur 650 000 habitants), à Paris, en particulier au sein des quartiers déshérités. Riches et pauvres s’accusèrent mutuellement d’être responsables du fléau, et la colère populaire se retourna rapidement contre le roi Louis-Philippe.

      Bien sûr, le passé n’éclaire par toujours l’avenir, et le Paris d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec celui des Misérables de Victor Hugo. Pour étayer leur intuition, les auteurs s’appuient néanmoins sur une vaste étude quantitative, qui, en passant au crible les articles de presse locaux, a permis de construire un index mensuel des troubles sociaux survenus dans 130 pays depuis 1985. Celle-ci confirme que les pays soumis à des épidémies graves et fréquentes sont secoués par des épisodes de colère sociale et de manifestations plus élevés que la moyenne.

      Mais ces derniers ne surgissent pas durant la pandémie, ni immédiatement après, surtout dans les Etats où la crise humanitaire engendrée limite les possibilités de protester, et dans ceux où « les régimes en place ont profité de l’urgence pour renforcer leur pouvoir et supprimer les dissidences ». Les troubles sociaux apparaissent un peu plus tard, le temps que la colère infuse. Les plus violents font chuter les gouvernements.

      Trois points de vigilance

      Quelles leçons en tirer pour le Covid-19 ? [des bêtises] Les travaux du Conseil européen pour les relations internationales (ECFR), un centre de recherche européen, offrent quelques pistes de réflexion. « L’Union européenne a répondu à la crise avec un plan de relance commun soutenant les pays les plus affectés », soulignent-ils, dans une étude sur la cohésion européenne. Un bon point. « Mais les pays du Nord pourraient devenir frustrés d’avoir à soutenir les autres, tandis que le Sud souffre de stagnation économique et que l’Etat de droit est toujours fragile en Europe centrale. »

      C’est sur ces trois points que les dirigeants européens devront se montrer vigilants ces prochains mois. En adoptant des mesures ciblées en faveur des jeunes, des femmes et des indépendants, particulièrement fragilisés par la crise. En prenant garde à ne pas pointer du doigt Bruxelles ou d’autres pays membres comme des boucs émissaires faciles lors des élections nationales, afin de ne pas attiser des ressentiments stériles et potentiellement destructeurs. Mais aussi en se préparant à déployer d’autres soutiens financiers. Car le plan européen de 750 milliards d’euros, conçu durant la première vague, et dont les fonds ne seront pas déboursés avant la deuxième moitié de 2021, arrivera tard. Et il risque de ne pas suffire.

    • Comme d’hab (cf 2008), c’est une fois que la crise est bien avancée que ces gus font semblant d’avoir trouvé enfin la solution, qu’en fait bien d’autres (pas de leur bord) réclament depuis longtemps : ça fait un an qu’on a l’exemple asiatique sous les yeux (et depuis aussi australien et néo-zélandais). Et tout ça juste parce qu’ils se rendent compte (oh surprise !) que le PIB en prend un coup. Toujours les mêmes réflexes.
      Mais c’est bien, ils prennent conscience que l’argument sur le respect des libertés individuelles qui empêcherait la stratégie zéro-covid est de plus en plus absurde (et il l’était depuis le début, à partir du moment où on a eu les auto-attestations de sortie contrôlées par la flicaille).

  • « En France, les sciences humaines et sociales ne sont pas au service du politique »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/23/en-france-les-sciences-humaines-et-sociales-ne-sont-pas-au-service-du-politi

    Les deux historiens Alain Blum et Juliette Cadiot rappellent, dans une tribune au « Monde », que nombre de leurs collègues en Pologne, Hongrie ou en Russie sont victimes de #contrôles_politiques et voient leurs recherches entravées par la #censure. Une mainmise du pouvoir sur la #recherche afin de contrôler le récit national.

    Tribune . Le 9 février, deux universitaires polonais de réputation internationale, travaillant de longue date sur la Shoah, ont été condamnés pour diffamation par un tribunal de Varsovie. Ils auraient, en décrivant l’action d’un maire de village à l’égard des juifs durant la guerre, porté atteinte à son honneur. Cela ne fait que concrétiser des décisions prises par les autorités polonaises incitant à condamner au civil toute personne attribuant les crimes de la Shoah aux Polonais et non aux Allemands, et donc interdisant, de fait, tout travail mettant en évidence la contribution de Polonais à l’extermination des juifs. Ce serait diffamer la nation polonaise.

    Il est vrai que les autorités polonaises ne sont pas les premières en Europe à s’attaquer ainsi au milieu universitaire en s’immisçant dans le débat scientifique. Les autorités hongroises le font régulièrement, sans parler de ce qu’on voit en Turquie.

    Interdire la « propagande anti-russe »

    La Russie, depuis plusieurs années, a mis en place des lois restrictives encadrant les recherches historiques. Une commission destinée à « contrer les tentatives de falsifier l’histoire au détriment des intérêts de la Russie » avait été créée en 2009. Elle a fait long feu, mais l’intervention politique contre le milieu universitaire ne s’est pas arrêtée là. Il est par exemple interdit de mettre en cause l’honneur de la Russie durant la seconde guerre mondiale. Cela fait peser une menace sur les chercheurs qui étudient les violences de l’armée rouge ou les stratégies du haut commandement militaire soviétique. Dans ce même pays, un addendum à la loi sur l’éducation est actuellement en discussion qui vise à interdire la diffusion « d’informations illégales » et de « propagande anti-russe » dans les écoles et les universités.

    « Les #libertés_académiques constituent une protection contre les tentatives d’instrumentalisation des #universités pour d’autres raisons que la science »

    Un nouveau pays se serait-il désormais joint à ce concert, la France ? Nous qui étudions l’histoire de l’est de l’Europe, voyons régulièrement nos collègues de certains de ces pays en proie au contrôle politique et à la censure de la recherche, notamment en sciences humaines et sociales. Nous sommes choqués par le parallélisme de procédés visant à remettre en cause les libertés académiques et ce qui fait le fondement des sciences sociales, une approche critique du monde dans lequel nous vivons. Les propos de la ministre de l’enseignement supérieur, et l’annonce d’une procédure d’enquête visant à la fois les opinions politiques des chercheurs et leurs catégories d’analyse, rappellent cette volonté de contrôler le récit national, que l’on croyait propre à des gouvernements autoritaires...

    Article réservé à nos abonnées

    • libertés académiques, suite et fin

      Le slogan de « l’islamo gauchisme » de Frédérique Vidal, parfois désigné sous le terme « d’anti-républicanisme », et les propos de Jean-Michel Blanquer auparavant, ne rappellent-ils pas celui de « l’antipatriotisme » russe ou de « l’antinationalisme » polonais, au nom desquels des recherches et des chercheurs de grande qualité sont fustigés et censurés ?

      Est-il nécessaire de rappeler, ici, en France, que les sciences humaines et sociales ne sont pas au service du politique et de sa conception de ce que devrait penser la nation ? Nous ne pouvons que saluer la réaction du monde académique, que ce soient les chercheurs, les universitaires ou les institutions, notamment la Conférence des présidents d’universités (CPU), l’Alliance thématique nationale des sciences humaines et sociales (Athéna), et nous l’espérons le CNRS, qui résistent à une demande alimentant des conflits politiques et s’opposent aux injonctions de la ministre. En Russie, en Pologne, en Hongrie, cette résistance est présente, bien plus courageuse tant les risques sont forts. Ces expériences nous rappellent combien l’autonomie des universités est fragile.

      Un lieu de savoir qui doit être respecté

      Le principe des libertés académiques est ancien et a été affirmé par l’Organisation des Nations unies dans une convention en 1948. Or, il est remis en cause dans des pays que nous qualifions d’autoritaires. Mais il est aussi attaqué quand, sous la pression d’activistes intellectuels qui se présentent comme « conservateurs » et qui se plaignent d’être mal représentés et mal traités dans le monde académique, les représentants de la puissance publique décident de s’immiscer dans les débats scientifiques. Dans le cas de la Pologne, la ligue contre la diffamation de la nation polonaise s’est portée partie civile contre les historiens susmentionnés, et ses arguments sont relayés au sommet de l’Etat.

      L’université est un lieu de savoir scientifique qui doit être respecté. Les libertés académiques constituent une protection contre l’intervention de l’Etat, mais aussi contre les tentatives d’instrumentalisation des universités pour d’autres raisons que la science. L’université doivent rester un lieu de débats ouverts et contradictoires, à l’écart d’une instrumentalisation politique, c’est un principe fondateur de nos démocraties.

      Alain Blum est historien, directeur de recherches à l’INED et au Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (Cercec)/EHESS ; Juliette Cadiot est historienne, directrice d’études au Cercec/EHESS.

      #université #recherche #police_de_la_pensée

  • Universités : « Le problème n’est pas tant l’“islamo-gauchisme”que le dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/22/universites-le-probleme-n-est-pas-tant-l-islamo-gauchisme-que-le-devoiement-

    L’enquête sur l’« islamo-gauchisme » à l’université ne doit pas être confiée au CNRS, mais à une instance indépendante du ministère, estime, dans une tribune au « Monde », un collectif de 130 universitaires, parmi lesquels Nathalie Heinich, Pierre Nora ou Pierre-André Taguieff.

    Le 16 février, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, a créé l’événement en alertant sur la présence de l’« islamo-gauchisme » à l’université et en demandant qu’une mission d’évaluation de ce risque soit confiée au CNRS.

    Nous nous réjouissons de constater que, certes avec un certain retard, notre ministre ait enfin compris l’existence d’un problème, contrairement à la Conférence des présidents d’université, qui a répondu à cette annonce par un communiqué consternant de corporatisme et de déni du réel – communiqué qui devrait lui ôter le droit de prétendre représenter la « communauté universitaire ». Cependant, nous ne pouvons appuyer la proposition telle qu’elle est présentée par la ministre, et ce pour deux raisons.

    La première raison tient au périmètre du problème à régler : en octobre 2020, après le refus de plusieurs organisations et syndicats de qualifier l’assassin de Samuel Paty d’ « islamiste », l’actualité pointait clairement l’« islamo-gauchisme » comme l’objet immédiat d’une inquiétude légitime.

    Et ceux qui, aujourd’hui, prétendent que ce terme a été créé par la droite ou l’extrême droite et que ce concept ne renvoie à « aucune réalité scientifique » font simplement preuve d’inculture ou de mauvaise foi, puisqu’ils ignorent ou prétendent ignorer qu’il a été forgé, il y a vingt ans déjà, par le politiste et historien des idées Pierre-André Taguieff, directeur de recherche au CNRS, sur la base d’analyses historiques précisément documentées, dont témoigne notamment son livre La Nouvelle Judéophobie (Mille et une nuits, 2002).

    Mais aujourd’hui, se focaliser sur ce terme constitue une erreur d’analyse : il y a bel et bien un problème dans l’enceinte universitaire, mais ce n’est pas tant celui de l’« islamo-gauchisme » que celui, plus généralement, du dévoiement militant de l’enseignement et de la recherche. Car se développent de façon inquiétante pléthore de cours, articles, séminaires, colloques qui ne sont que du militantisme déguisé en pseudo-science à coups de théories fumeuses ( « racisme d’Etat »), de néologismes tape-à-l’œil (« blanchité ») et de grandes opérations de découverte de la Lune, présentant par exemple comme de lumineuses avancées scientifiques l’idée que nos catégories mentales seraient « socialement construites » (mais qu’est-ce qui ne l’est pas dans l’expérience humaine ?) ou que, « intersectionnalité » oblige, être une femme de couleur expose à être moins avantagée socialement qu’être un homme blanc… Quelle que soit la légitimité des causes politiques ainsi défendues, l’indignation ne peut tenir lieu de pensée, ni le slogan d’argumentation raisonnée.

    Garantir la diversité et la pluralité

    C’est dire qu’il y a urgence à rendre le monde universitaire à sa mission : produire et transmettre des connaissances, dûment étayées et vérifiées, et non pas des convictions politiques, fussent-elles animées des meilleures intentions.

    Mais – et c’est là notre second désaccord avec notre ministre – ce travail de régulation de l’offre académique ne peut et ne doit se faire qu’en interne, au sein des instances universitaires dont c’est le rôle. Toute autre initiative pourrait être accusée, à juste titre, d’ingérence ou de censure, alors qu’il s’agit bien de garantir la qualité du travail académique et sa cohérence avec ses missions. Or cette instance existe : il s’agit du Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (#HCERES).

    Le HCERES, qui est une institution indépendante du ministère – indépendance destinée à s’accroître, au terme de la loi –, a vocation à apprécier la qualité des travaux et des formations, de manière à informer les organismes et les universités en vue des prises de décision. Dans ce cadre précis, il pourrait, en se saisissant du problème, certifier la qualité des maquettes pédagogiques, des enseignements proposés, des programmes des séminaires et des colloques. Or, cette offre est de plus en plus tirée du côté des studies à l’américaine (gender studies, queer studies, postcolonial studies, ethnic studies, etc.) qui, en ne tenant pas compte des compétences garanties par l’organisation en disciplines (l’histoire, la sociologie, l’anthropologie, la philosophie, etc.), favorisent la contamination du savoir par le militantisme.

    Nous en sommes au point où certains représentants de ces studies se révèlent incapables de faire la différence entre l’un et l’autre : telle cette enseignante se présentant sur Mediapart comme « universitaire féministe » tout en se plaignant que son enseignement soit discrédité comme militant… Un simple inventaire, au niveau national, de ce type de productions devrait suffire à en délimiter l’étendue et, le cas échéant, en entraîner la limitation, ne serait-ce que pour garantir la diversité et la pluralité de l’offre d’enseignement.

    En s’emparant en toute indépendance de cette problématique majeure pour la qualité de la science française, le HCERES pourrait légitimement étayer la gouvernance des universités. Et le ministère, en prenant toutes les garanties pour que ce travail s’effectue dans les meilleures conditions de rigueur, de pluralisme et d’efficacité, pourrait permettre à tous les acteurs du dispositif de sortir dignement d’une crise qui n’a que trop duré.

    Premiers signataires : Belinda Cannone, maîtresse de conférences en lettres modernes (université de Caen) ; Alain Ehrenberg, sociologue (CNRS-Inserm-EHESS) ; Luc Ferry, ancien ministre (2002-2004) de l’éducation, de la recherche et des universités ; Béatrice Giblin, géographe (université de Vincennes-Saint-Denis) ; Nathalie Heinich, sociologue (CNRS-EHESS) ; Jacques Julliard, historien (EHESS) ; Gilles Kepel, politiste (université PSL, Ecole normale supérieure) ; Catherine Kintzler, philosophe (université de Lille) ; Pierre Manent, philosophe (EHESS) ; Samuel Mayol, maître de conférences en sciences de gestion (université Sorbonne-Paris Nord) ; Pierre Nora, historien (EHESS, Académie française) ; Bernard Rougier, sociologue (université Sorbonne-Nouvelle) ; Xavier-Laurent Salvador, linguiste (université Sorbonne-Paris Nord) ; Jean Szlamowicz, linguiste (université de Bourgogne) ; Pierre-André Taguieff, politiste (CNRS-Sciences Po Paris) ; Claudine Tiercelin, philosophe (Collège de France).

    la liste des 130 signataires annoncés n’est pas disponible

    #université #islamo-gauchisme #militantisme #racisme_d'État #féminisme #neutralité_axiologique #apolitisme #libéraux

    • Le militantisme à l’université pose-t-il problème ? LE TEMPS DU DÉBAT par Emmanuel Laurentin
      https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/le-temps-du-debat-emission-du-lundi-22-fevrier-2021

      Hier, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Frederique Vidal faisait à nouveau les gros titre de la presse avec l’entretien qu’elle accordait au JDD pour s’expliquer sur l’enquête qu’elle confirmait vouloir lancer pour « protéger le pluralisme des idées à l’université ».

      Elle avait en effet affirmé vouloir séparer le militantisme de la recherche à l’université. Mais le militantisme n’a-t-il pas été un creuset pour toutes les sciences sociales ? L’histoire ouvrière ne s’est-elle pas écrite grâce à des syndicalistes de tous bords tentant de trouver des réponses à leur situation contemporaine ? Les études de genre ne sont-elles pas issues des combats féministes eux-mêmes ? Lutter contre la routine académique peut-il être considéré comme du militantisme ?

      INTERVENANTS
      Abdellali Hajjat, maître de conférences à l’université Paris-Ouest Nanterre La Défense et chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs.
      Nathalie Heinich, Sociologue, directrice de recherche au CNRS (Centre national de la recherche scientifique)
      Rose-Marie Lagrave

      Je découvre Rose-Marie Lagrave qui objecte elle-aussi à Heinich.

      Rose-Marie Lagrave : transfuge de classe, un parcours exemplaire ?
      https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-idees/rose-marie-lagrave

      D’une école primaire rurale à l’EHESS, un regard rétrospectif qui intègre l’histoire collective, la ruralité, le féminisme des années 60, la famille, les institutions... La sociologue Rose-Marie Lagrave publie Se ressaisir (La Découverte, 2021).

    • On parle bien du même PE Tag qui donne tous les ans des interviews à Valeurs actuelles, et qui a dit « le nouveau FN n’est pas d’extrême droite »… ah ça le « fait beaucoup rire » qu’on dise que ça vienne d’extrême droite, alors qu’il n’a rien à voir avec ça…
      https://www.lejdd.fr/Societe/islamo-gauchisme-linventeur-de-la-formule-pierre-andre-taguieff-regrette-son-d

      (car c’est évident qu’on peut pas du tout être d’extrême droite quand on critique les antisémites, comme si yavait pas aussi des droitards non antisémites, et même juifs, tout autant xénophobes, anti arabes, etc)

    • Le HCERES, déjà conçu pour servir la logique de l’évaluation permanente chère aux néolibéraux, avec la bénédiction de quelques bénis oui-oui friands de pouvoir et de modernité, n’a effectivement pas beaucoup de transformations à subir pour finir en police de la pensée.

    • et à propos du « temps du débat » sur france-culture : c’est hallucinant le nombre de fois ou Nathalie Heinich a coupé la parole aux autres intervenants. Faire taire, toujours la même méthode chez les réacs.

  • « La réforme de l’aide médicale d’Etat est une triple faute morale, économique et sanitaire »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/16/la-reforme-de-l-aide-medicale-d-etat-est-une-triple-faute-morale-economique-

    Créée en 1999 pour prendre en charge la santé des personnes en situation irrégulière, l’AME est réduite drastiquement par la réforme dont le second volet entre en vigueur, dénonce dans une tribune au « Monde » un collectif de plus de 500 professionnels de santé

    Le 30 octobre 2020, jour même du reconfinement, était signé le décret entérinant la réforme de l’aide médicale d’Etat (AME). Symboliquement, le jour où le gouvernement prenait des mesures fortes pour garantir la santé du plus grand nombre, il actait une dégradation significative de la santé des plus précaires.

    Adoptée comme un gage donné à la frange la plus xénophobe de notre société, cette décision entre en contradiction avec des décennies de travail social et sanitaire, avec la logique économique et financière la plus élémentaire avec le principe républicain d’égalité à l’accès aux soins. Il est donc urgent de ne pas appliquer cette décision.

    Mise en place en 1999, l’aide médicale d’Etat permet de prendre en charge la santé de toute personne en situation irrégulière sur le sol français, dans des conditions quasi-équivalentes à celles de la protection universelle maladie (anciennement CMU). Elle assure, d’une part, le respect des conventions humanitaires européennes et internationales qui consacrent le droit universel à la vie et à la santé. Elle vise, d’autre part, à préserver la santé de la population, notamment en luttant contre la propagation des maladies infectieuses.

    Un engagement financier

    Enfin, l’AME a également un sens d’un point de vue strictement financier : assurer l’accès aux soins primaires, c’est limiter autant que possible les complications, qui pourraient entraîner des besoins de soins plus lourds – et plus coûteux. Pourtant, depuis vingt ans, l’AME est devenue le milliard le plus scruté parmi les dépenses publiques, tant elle a fait l’objet de fantasmes de la part d’une partie de la classe politique et des médias.

    En juin 2019, le gouvernement s’est clairement inscrit dans cette tendance en commandant un rapport visant à identifier des pistes de « maîtrise » de la « dépense » d’AME. Alors en plein débat sur l’immigration, l’agitation autour du « tourisme médical » a été largement alimentée par la majorité présidentielle, mettant en avant des supposés « abus » ou « dévoiements ».

    Alors même que le rapport commandé par le gouvernement alertait sur les risques d’une réduction du panier de soins accessible aux bénéficiaires de l’AME, le gouvernement en a pourtant fait le premier volet de sa « réforme ». Depuis le 1er janvier 2021, un délai de neuf mois est désormais nécessaire entre le dépôt de la demande d’AME et l’accès à certaines opérations ou soins de ville considérés comme « secondaires » (opérations de la cataracte, de la hanche, certaines rééducations, etc.).

    Un soutien pour les populations les plus précaires

    Cette restriction ouvre une brèche majeure dans le principe d’universalité de l’accès aux soins : quelle sera la prochaine ? En matière de santé, où commence le secondaire, où s’arrête l’essentiel ? Il convient pourtant de le rappeler avec force : le problème avec l’AME n’est pas les supposées « dérives » dont se rendraient « coupables » les bénéficiaires, mais au contraire, le non-recours massif aux droits qui sont les leurs. En 2019, près de 50 % des personnes sans titre de séjour ne bénéficiaient d’aucune couverture santé, y compris lorsqu’elles déclaraient souffrir de pathologies nécessitant des soins (diabète, VIH, tuberculose, etc.).

    Or, c’est justement cet éloignement des droits et des soins qu’aggravera mécaniquement le second volet de cette réforme. A partir du 17 février prochain, les demandeurs de l’AME ne pourront plus déposer leur dossier auprès de leur commune, des services sociaux départementaux ou d’une association, mais devront nécessairement passer par l’Assurance-maladie, par un hôpital ou par une permanence d’accès aux soins.

    C’est oublier que les services hospitaliers sont d’ores et déjà débordés. C’est oublier que l’Assurance-maladie diminue d’année en année ses effectifs et a encore réduit ses capacités d’accueil pendant la pandémie. C’est surtout oublier que des décennies de travail social ont appris aux associations et services sociaux l’importance d’« aller vers » les populations les plus précaires, dont on sait qu’elles sont à la fois les moins bien soignées et les dernières à avoir recours à leurs droits.

    Une réforme dangereuse

    En réduisant l’accès à l’AME, on ne réduit pas seulement l’accès aux droits des sans-papiers : on renforce les discriminations dont ils sont victimes dans l’accès aux soins. On fragilisera tout autant les nombreux établissements et professionnels de santé qui prennent en charge ces populations et continueront à le faire, comme l’exigent le droit et la déontologie : s’ils ne sont plus financés par la collectivité, ils devront demain assumer eux-mêmes le coût de ces soins.
    Dans le contexte actuel, cette réforme apparaît d’une hypocrisie, d’une déconnexion et d’un cynisme violents. A l’heure où chaque contamination au Covid-19 aggrave l’épidémie en cours, et où chaque lit de réanimation occupé accroît la pression sur nos hôpitaux, il est pourtant plus que jamais évident que la santé est un bien commun, et que l’accès aux soins de toutes et tous est la meilleure protection pour chacun.

    Cette tribune est un cri d’alerte : la réforme de l’AME engagée par le gouvernement, et qui doit trouver à s’appliquer dans les prochains jours, est dangereuse. Si les populations les plus précaires et les professionnels qui les accompagnent seront les premiers à en subir les conséquences, elle comporte des risques directs pour l’ensemble de notre société. Parce qu’elle conjugue déni de nos principes universels, absurdité financière et risque d’aggravation de l’épidémie en cours, elle constitue une triple faute morale, économique et sanitaire. Elle doit être retirée dans les plus brefs délais.

    Les premiers signataires : Arnaud Bontemps, collectif Nos services publics ; Paul Chalvin, directeur délégué de l’hôpital de Montreuil ; Oriane Delivré, directrice d’hôpital, Seine-Saint-Denis ; Fabrice Giraux, médecin généraliste, président de l’intercentres de santé 93 ; Emilie Henry, directrice du centre de santé communautaire du Franc Moisin à Saint-Denis ; Yasmina Kettal, infirmière en Seine-Saint-Denis, membre du collectif inter-urgences ; François Lhote, chef du service médecine interne, président de la CME de l’hôpital de Saint-Denis ; Yohan Saynac, médecin généraliste en MSP à Pantin

    La liste complète des signataires de cette tribune
    https://docs.google.com/spreadsheets/d/1TU5tjM_ZVfg9ZCmMTK-x4QxJxvi9PBabNuS_clGf8Qs/edit#gid=0

    https://seenthis.net/messages/888511

    #AME #santé_publique #accès_aux_soins #étrangers #xénophobie_d'État

  • #Covid-19 : « La menace accrue impose de durcir la riposte » - Du côté de la science
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/15/covid-19-la-menace-accrue-impose-de-durcir-la-riposte_6070055_3232.html

    Une vingtaine de médecins, scientifiques, enseignants et chercheurs, regroupés au sein du collectif Du côté de la science, http://ducotedelascience.org/qui-sommes-nous recommandent, dans une tribune au « Monde « , des « mesures territorialisées et graduées » allant « jusqu’à un confinement local ».

    « Je perdrai peut-être mais je ne veux pas abandonner. Il en va de la santé des Dunkerquois » , a déclaré le maire de Dunkerque, Patrice Vergriete, le 12 février, devant le refus des autorités nationales de fermer les collèges et lycées, alors que plusieurs clusters ont été identifiés dans la ville et que 68 % des contaminations proviennent de virus mutants.

    Même déconvenue en Moselle. François Grosdidier, maire de Metz, avait demandé la veille un confinement strict et la fermeture anticipée des écoles pour ce département où 300 cas de Covid-19 liés aux variants apparus en Afrique du Sud et au Brésil ont été identifiés. Le préfet de Moselle annonçait le lendemain qu’ « il n’y aura pas de nouvelle mesure » , tandis que le ministère de l’éducation nationale allégeait à nouveau son protocole sanitaire.

    La question de nouvelles mesures pour freiner la circulation du virus et de ses variants n’est-elle à l’ordre du jour que pour ces deux territoires ? Non, et c’est le débat de l’heure, au moment où le nombre de contaminations continue d’être élevé et que l’on compte quotidiennement 400 décès dus au Covid-19.

    Un choix politique

    Le président de la République fait la sourde oreille aux alertes que lui adressent les élus et les scientifiques. C’est un choix politique qui revient à attendre que la situation ait dérapé pour appliquer des mesures drastiques. L’exact opposé de la stratégie globale adoptée par nos voisins allemands, danois et d’autres, qui combinent campagne de vaccination intensive et pression maximale visant à limiter fortement la circulation du virus. De ce point de vue, l’image du chef de l’Etat, pourtant grand défenseur de l’agilité et de la disruption, pâlit en comparaison de la manière dont la chancelière allemande, Angela Merkel, combine ces deux attitudes.

    Cette stratégie de nos voisins n’est pas justifiée par une situation plus grave que celle que nous connaissons chez nous. Pas plus que par une indifférence de leur part aux risques sociaux liés à un reconfinement, qui ferait de la France un modèle en la matière. Ni Dunkerque ni la Moselle ne sont masochistes. En Moselle, la première vague de Covid-19 a été particulièrement dure. Rien de surprenant à ce que les habitants et leurs représentants ne souhaitent connaître à nouveau cette épreuve.

    La demande d’une stratégie rigoureuse de suppression du virus est fondée sur ce que nous avons appris de la pandémie au cours de l’année passée. A présent que la vaccination est lancée – non sans difficultés – et que la circulation du virus persiste « à un niveau très élevé dans le contexte d’augmentation de la prévalence des variants plus transmissibles » (bulletin de Santé publique France du 11 février), la menace accrue impose de durcir la riposte.

    Agir énergiquement

    « Gagner du temps » en espérant passer entre les gouttes a un prix : combien de contaminés, de morts et de malades chroniques impliquera ce « temps gagné »  ? Le courage, c’est d’agir énergiquement contre la propagation du SARS-CoV-2, en réduisant drastiquement et durablement sa circulation. C’est la seule manière de retrouver la vie que nous ne connaissons plus depuis un an. Sans cela, nous continuerons de regarder, impuissants, monter la marée des variants à chaque fois plus menaçants. Il sera trop tard pour maintenir sous contrôle le Covid-19 en France. Et cela porterait préjudice à une nécessaire réponse européenne coordonnée et harmonisée à la pandémie.

    Depuis six mois, nous formulons des propositions afin de mieux contrôler la circulation du virus et protéger la population. Le détail de ces propositions est consultable sur notre site :

    Nous demandons :

    • Des mesures territorialisées et graduées, fondées sur des critères objectifs préalablement décidés, allant jusqu’à un confinement local.

    • Une réorganisation globale du milieu scolaire : aérer et ventiler chaque salle (en s’aidant de capteurs de CO2) et limiter le brassage des élèves, sécuriser les repas ; fermer une classe et tester au premier cas positif, à l’instar de tous les autres pays d’Europe.

    • Déployer toutes les techniques de tests et tous les types de prélèvements (naso-pharyngés et salivaires). Développer les tests itératifs salivaires sur site (écoles, entreprises, universités, Ehpad).

    • Déployer les moyens offerts par les services de santé universitaires, scolaires, au travail, pour tester massivement et rapidement, et tracer.

    • Etablir un grand « plan national pour la qualité de l’air intérieur » dans les établissements d’enseignement, dans les entreprises, ainsi que dans les commerces et les lieux de culture en investissant dans les systèmes d’aération.

    • Etablir des normes de qualité de l’air et réviser les autorisations et interdictions d’ouverture de certaines activités en fonction des capacités d’aération et du niveau réel de risque (cinémas, musées, etc.).

    • Mettre en place un système national de suivi et de séquençage des variants.

    • Collecter les données en se basant sur l’incidence et la densité de population pour une vision territorialisée et en quasi temps réel.

    • Renforcer et consolider les capacités des centres de séquençage/détection PCR.

    • Renforcer les moyens de recueil des résultats de tests et les rendre plus compréhensibles pour l’information du public et son adhésion aux mesures.

    • Remonter à la source des cas de contamination en développant le traçage rétrospectif.

    En combinant une vaccination rapide et massive et une vision de réduction drastique du virus, comme le prônent les partisans du « zéro Covid » https://seenthis.net/messages/901954#message902003, il sera possible de combattre victorieusement la pandémie sur notre territoire et peut-être d’éviter un troisième confinement généralisé.

  • « Viser l’objectif zéro Covid constitue un moyen clair de traverser la pandémie en minimisant les dégâts »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/15/viser-l-objectif-zero-covid-constitue-un-moyen-clair-de-traverser-la-pandemi

    Nous faisons partie d’un groupe de scientifiques internationaux qui approuvent cette stratégie, comprenant aussi bien des épidémiologistes et des immunologues que des politistes, des sociologues et des économistes, et dont certains ont récemment publié un appel similaire dans The Lancet ou sont à l’origine de « No Covid », une initiative allemande qui prépare déjà des outils permettant de l’appliquer efficacement. Eliminer le virus sur l’ensemble du continent européen peut sembler impossible. Nous pensons pourtant être capables d’y parvenir en définissant des mesures et des normes communes de santé publique pour instaurer puis protéger des « zones vertes » où le virus y est maîtrisé. Plus ces zones seront de taille réduite, plus vite elles pourront retrouver un fonctionnement normal et éviter des mesures contraignantes.
    Toutefois, ce zonage doit être politiquement et socialement acceptable, et il faut disposer des moyens de le faire respecter localement : chaque pays devra donc l’établir de façon pragmatique. La France pourra, par exemple, opter pour un zonage par département ou par région, l’Allemagne par Landkreis ou par Land, tandis qu’un pays comme le Danemark pourra choisir d’être considéré comme une seule zone. De façon encore plus fine, une métropole pourra, quand c’est possible, être considérée comme une zone. Une zone devient verte lorsque le taux de transmission en son sein est proche de zéro. Elle est alors en mesure de revenir progressivement à la normale : les écoles, les restaurants, les lieux culturels et les autres entreprises peuvent rouvrir complètement. Les voyageurs peuvent circuler librement entre les zones vertes ; en revanche, il faudra veiller, par des restrictions sur les déplacements, à éviter la réintroduction du virus et, en cas de reprise des infections, déclencher des mesures préventives ciblées, rapides et cohérentes.
    Les voyageurs en provenance de zones non vertes seront tenus à leur arrivée de présenter un test négatif et d’observer une quarantaine. Il faudra en outre un système efficace de dépistage-traçage à l’intention des personnes ayant un motif impérieux de se déplacer, et porter une attention particulière aux lieux accueillant un grand nombre de visiteurs. Plus il y aura de zones vertes, plus le soutien pourra se concentrer vers les autres zones afin de leur permettre de devenir vertes à leur tour. On imagine ainsi une Europe parsemée de zones vertes où les résurgences sont rapidement maîtrisées par des mesures locales.

    #Covid-19#migrant#migration#UE#zonage#frontiere#circulation#sante#depistage#quarantaine#trancking#zerocovid

    • « Viser l’objectif zéro Covid constitue un moyen clair de traverser la pandémie en minimisant les dégâts »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/15/viser-l-objectif-zero-covid-constitue-un-moyen-clair-de-traverser-la-pandemi

      Un collectif de médecins, économistes, politistes et sociologues plaide, dans une tribune au « Monde », pour que le continent adopte un objectif d’éradication du SARS-CoV-2, en instaurant des « zones vertes » où, dès lors que la transmission du virus est faible, écoles, restaurants, entreprises et lieux culturels pourront rouvrir.

      Tribune. Si nous voulons en finir avec la pandémie, vacciner est essentiel. Pourtant, cela ne sera pas suffisant. L’espoir de parvenir à l’immunité collective à la fin de l’été en Europe est en train de s’évanouir. Le déploiement de la vaccination prend du retard et l’apparition de nouveaux variants menace l’efficacité des vaccins existants. D’ailleurs, l’histoire nous a prouvé que la vaccination ne peut, à elle seule, éliminer un virus. Une sortie mondiale du Covid-19 en 2021 paraît donc hautement improbable. Comment faire, alors, pour éviter une succession de confinements ? Freiner aussi vite que possible la propagation du virus et nous engager dans la voie d’un rétablissement durable.

      Nous appelons donc les responsables politiques et les citoyens à définir une stratégie européenne d’élimination fondée sur trois piliers : la vaccination, l’instauration de zones vertes, et un renforcement des modalités de dépistage et de traçage, y compris par le recours aux nouvelles technologies. Le tout accompagné d’une communication claire, cohérente et transparente.

      Définir des normes communes de santé publique

      Nous faisons partie d’un groupe de scientifiques internationaux qui approuvent cette stratégie, comprenant aussi bien des épidémiologistes et des immunologues que des politistes, des sociologues et des économistes, et dont certains ont récemment publié un appel similaire dans The Lancet ou sont à l’origine de « No Covid », une initiative allemande qui prépare déjà des outils permettant de l’appliquer efficacement.

      Eliminer le virus sur l’ensemble du continent européen peut sembler impossible. Nous pensons pourtant être capables d’y parvenir en définissant des mesures et des normes communes de santé publique pour instaurer puis protéger des « zones vertes » où le virus y est maîtrisé. Plus ces zones seront de taille réduite, plus vite elles pourront retrouver un fonctionnement normal et éviter des mesures contraignantes.
      Toutefois, ce zonage doit être politiquement et socialement acceptable, et il faut disposer des moyens de le faire respecter localement : chaque pays devra donc l’établir de façon pragmatique. La France pourra, par exemple, opter pour un zonage par département ou par région, l’Allemagne par Landkreis ou par Land, tandis qu’un pays comme le Danemark pourra choisir d’être considéré comme une seule zone. De façon encore plus fine, une métropole pourra, quand c’est possible, être considérée comme une zone.

      Mesures préventives ciblées, rapides et cohérentes

      Une zone devient verte lorsque le taux de transmission en son sein est proche de zéro. Elle est alors en mesure de revenir progressivement à la normale : les écoles, les restaurants, les lieux culturels et les autres entreprises peuvent rouvrir complètement. Les voyageurs peuvent circuler librement entre les zones vertes ; en revanche, il faudra veiller, par des restrictions sur les déplacements, à éviter la réintroduction du virus et, en cas de reprise des infections, déclencher des mesures préventives ciblées, rapides et cohérentes.

      Les voyageurs en provenance de zones non vertes seront tenus à leur arrivée de présenter un test négatif et d’observer une quarantaine. Il faudra en outre un système efficace de dépistage-traçage à l’intention des personnes ayant un motif impérieux de se déplacer, et porter une attention particulière aux lieux accueillant un grand nombre de visiteurs. Plus il y aura de zones vertes, plus le soutien pourra se concentrer vers les autres zones afin de leur permettre de devenir vertes à leur tour. On imagine ainsi une Europe parsemée de zones vertes où les résurgences sont rapidement maîtrisées par des mesures locales.

      Les efforts pour devenir une zone verte valent-ils la peine d’être accomplis ? Certainement. Du point de vue économique et social, la quasi-totalité des coûts immédiats est compensée par les avantages liés à une sortie rapide du carcan de la pandémie. Santé publique et prospérité économique ne sont pas des objectifs contradictoires, mais complémentaires. La perspective d’un retour à la normale permettra de lutter contre la lassitude croissante de la population, et redonnera de la motivation et de l’autonomie aux communautés locales.

      L’Europe doit tirer parti de son unité

      Même s’il paraît difficile d’y arriver au vu des niveaux élevés de contamination actuels en Europe, rappelons-nous que, l’été 2020, la plupart des régions et des pays étaient des zones vertes à la suite des mesures strictes et simultanées qui avaient été instaurées. En dehors de notre continent, la stratégie d’élimination du virus a été couronnée de succès, notamment en Chine, en Corée du Sud, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

      Viser l’objectif zéro Covid constitue un moyen clair de traverser la pandémie en minimisant les dégâts. L’Europe ne peut pas laisser passer l’occasion et doit tirer parti de sa puissance et de son unité. Un plan coordonné serait le moyen le plus efficace d’éliminer le virus sur notre continent tout en évitant les fermetures unilatérales de frontières. Les dirigeants européens ont montré leur volonté de surmonter les obstacles politiques et bureaucratiques afin de pouvoir relever le défi que nous lance ce virus. En tant que scientifiques, nous en appelons à nos dirigeants et à nos concitoyens : unissons-nous autour de l’objectif zéro Covid et avançons vers une zone verte durable où l’existence pourra revenir sans risque à la normale.

      (Traduit de l’anglais par Gilles Berton)

      Parmi les signataires : Antoine Flahault, directeur de l’Institute for Global Health, Suisse ; Mélanie Heard, pôle santé, Terra Nova, France ; Karine Lacombe, infectiologue, Sorbonne Université, France ; Michael Meyer-Hermann, immunologue, Helmholtz Centre for Infection Research, Allemagne ; Miquel Oliu-Barton, mathématicien, université Paris-Dauphine, France ; Bary Pradelski, économiste, CNRS, France ; Toni Roldan, directeur du Center for Economic Policy Esade EcPol, Espagne ; Devi Sridhar, chercheuse en santé publique, université d’Edinbourg, Royaume-Uni ; Guntram Wolff, directeur du think tank Bruegel, Belgique. Liste complète disponible sur Zerocovid-greenzone.eu

      #santé_publique

    • Que pense du zéro Covid le conseil scientifique [...] Ayant vu certaines de ses préconisations ignorées par l’exécutif, il semble sur la réserve. La réponse laconique d’Arnaud Fontanet (Institut Pasteur) : « Un peu trop éloigné des arbitrages en cours. Sujet intéressant au demeurant. »

      La seule question pertinente, en France, c’est : que veut Macron ? Et de manière collatérale, zéro covid va-il contre ses intérêts ?

      Et sinon, dans le 1er article, globalement j’ai l’impression que personne n’est d’accord, y compris les pseudo-supporters du zéro covid entre eux ; ça sent que personne ne va pousser et au mieux ça commencera à discuter dans un mois et à l’infini de pourquoi ça peut pas marcher et la faute à qui (les autres, pays, migrants, traîtres, laxistes, etc, bien sûr) ; surtout, ne pas s’exposer ; surtout ne pas fâcher le chef.

      Ils feraient un référendum informel, ils auraient la réponse de la population en moins de 15 jours ; et ils pourraient décider avec.

  • Vaccin anti-Covid : « Une majorité des bénéficiaires est issue des classes les plus aisées et ne représente pas la population la plus vulnérable »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/12/vaccin-anti-covid-une-majorite-des-beneficiaires-est-issue-des-classes-les-p

    Lors d’une crise, si nous ne pouvons agir sur les inégalités elles-mêmes, au moins devons-nous les intégrer dans l’accès aux moyens de protection disponibles. Cette approche est bien connue des médecins généralistes qui connaissent les conditions de vie de leurs patients, leurs facteurs de risque et leurs comorbidités. Ils réclament aujourd’hui de pouvoir protéger au plus vite leurs patients les plus défavorisés et les plus vulnérables.Des vaccins ont pu être développés en un temps record grâce aux formidables compétences des équipes de recherche des laboratoires et à la mobilisation inédite de fonds tant privés que publics. Comment imaginer que la réponse à une pandémie puisse avoir pour seule réponse une approche réservée aux pays les plus riches ? Ce serait une faillite à la fois éthique et sanitaire.
    Si nous laissons la maladie proliférer en dehors de nos frontières, nous nous exposons pour demain à des reprises de l’épidémie sur notre propre territoire. Or, on estime que neuf personnes sur dix dans les pays à faible revenu ne pourront pas être vaccinées en 2021 car ces pays ne peuvent pas passer des commandes par manque de moyens. Face à l’énormité de la pandémie qui a déjà fait plus de deux millions de morts dans le monde et dont les impacts économiques et sociaux sont terribles, comment ne pas acter que l’intérêt général doit primer sur l’intérêt particulier ? L’accès au vaccin doit être considéré comme un bien commun universel.

    #Covid-19#migrant#migration#monde#inegalite#sante#vaccination#frontiere#pandemie

  • Covid-19 : « L’idée du “passeport sanitaire” n’est pas nouvelle, mais au XIXe siècle, son but était tout autre »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/12/covid-19-l-idee-du-passeport-sanitaire-n-est-pas-nouvelle-mais-au-xixe-siecl

    Tribune. Alors que les gouvernements s’efforcent d’acquérir des vaccins contre le Covid-19 et de lancer des campagnes de vaccination en pleine incertitude mondiale, une nouvelle idée semble faire son chemin : le passeport vaccinal ou immunitaire. Ces « passeports Covid », nous dit-on, pourraient faciliter les voyages et le commerce, et certifieraient qu’une personne aurait reçu un vaccin ou aurait été infectée (en prouvant, par exemple, la présence d’anticorps contre le nouveau virus). Cette idée n’est pas nouvelle. Elle découle du « passeport sanitaire », une invention française du XIXe siècle (et pas sans controverses) mais dont le but était tout autre. Le détenteur du passeport sanitaire était considéré « immunisé » au sens médiéval du terme (du latin immunis) c’est-à-dire « exempt » de symptômes et ce, jusqu’à preuve du contraire. En outre, l’inoculation ne figurait pas sur ce document dont l’usage était plutôt de permettre aux autorités de détecter des cas suspects ou déclarés, et par conséquent d’éteindre toute menace épidémique aux portes de la France.
    Le 18 juin 1890, et afin d’empêcher la propagation en France du choléra qui sévissait en Espagne, le ministère de l’intérieur publia une circulaire demandant aux préfets de délivrer aux voyageurs un « passeport sanitaire » ainsi qu’une « carte d’avis » adressée au maire concerné. Le mécanisme consistait à faire examiner chaque voyageur par un médecin, puis à signaler aux autorités locales que la personne avait été « reconnue saine » mais qu’elle devait rester « sous surveillance médicale » pendant la période d’incubation. Ce passeport sanitaire venait s’ajouter au « passeport politique », une autre invention française conçue au XVe siècle initialement pour faire « passer » les marchandises et rapidement étendue aux personnes. C’est durant la conférence sanitaire internationale de 1893 à Dresde, qu’Adrien Proust, professeur d’hygiène à la faculté de médecine de Paris, médecin chef à l’Hôtel-Dieu et père du romancier Marcel Proust, suggère de généraliser cette procédure à l’échelle internationale. L’Empire austro-hongrois avait convoqué la conférence à Dresde dans un contexte d’épidémies de choléra qui se répandaient plus rapidement en Europe avec l’arrivée du bateau à vapeur. Il était donc impératif de standardiser les règlements internationaux de quarantaine contre la propagation de ces nouveaux fléaux.
    Pour Adrien Proust, toute épidémie se contrôle d’abord aux frontières. Il voyait dans le passeport sanitaire une version plus ciblée de la quarantaine et l’équivalent de l’« observation » au lazaret. Le passeport sanitaire était donc un moyen de tracer les personnes considérées asymptomatiques et de les isoler au cas où elles devenaient symptomatiques, l’objectif étant d’éviter l’apparition de « foyers » d’infections. Cette procédure permettait « d’agir vite et efficacement » avant qu’il ne soit trop tard. En revanche, l’inoculation préventive n’était possible que pour la peste, et n’était recommandée que pour les personnes les plus exposées (telles que le personnel qui désinfectait les navires). De plus, Adrien Proust considérait que l’inoculation était moins efficace qu’une « surveillance sanitaire » stricte pour plusieurs raisons. Tout d’abord, le sérum antipesteux n’était pas obligatoire ; en outre, il ne protégeait pas les personnes infectées mais asymptomatiques, et enfin, il n’induisait qu’une immunité de courte durée.
    Toutefois, le passeport sanitaire n’était pas sans détracteurs. Non seulement la délégation britannique ne signa pas l’accord conclu lors de la conférence de Dresde, mais l’idée d’un passeport sanitaire fut rejetée. Selon la prestigieuse revue médicale britannique, le Lancet, ces passeports sanitaires auraient été « inutiles » car ils pouvaient être falsifiés et inefficaces, dans la mesure où ils requéraient une infrastructure humaine démesurée par rapport à leur rendement sanitaire. Le Lancet concluait : « Nous pouvons être certains qu’aucun document de ce type ne sera jamais exigé des personnes arrivant dans ce pays ou dans certains des pays les plus avancés du continent. »Comment expliquer ce rejet ? Adrien Proust reproche l’approche « libérale » britannique qui – quoique contraignante sur son propre sol – était opposée à toute mesure susceptible de compromettre le commerce international. Pour le médecin chef de l’Hôtel-Dieu, le système britannique n’était pas à imiter. Si le « bill of health », l’équivalent de la « patente de santé », couramment utilisé par les marins depuis au moins le XVIIe siècle, était plus facile à administrer, il était moins efficace d’un point de vue sanitaire. De plus, le laisser-faire sanitaire dans les colonies anglaises était préjudiciable. Il avait entraîné en 1896 la diffusion de la peste vers l’Inde qui avait tué des milliers de personnes. On peut en dire autant de l’apparition du choléra en Egypte en 1883, 1805 et 1902, où les autorités coloniales britanniques n’avaient pas mis en place des mesures sanitaires adéquates.

    #Covid-19#migrant#migration#france#grandebretagne#histoire#passeportsanitaire#frontiere#epidemie#cholera#peste#colonie#economie

  • #Romain_Rancière
    Professeur d’économie à l’Université de Californie du Sud

    Cyril Benoit
    Banquier d’investissement

    « Si nous ne mettons pas en place une #solidarité entre victimes et #gagnants de la #pandémie de #Covid-19, nous en paierons le prix collectif »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/25/si-nous-ne-mettons-pas-en-place-une-solidarite-entre-victimes-et-gagnants-de

    « L’économiste Romain Rancière et le financier Cyril Benoit proposent, dans une tribune au « Monde », que les entreprises dont le chiffre d’affaires a progressé de plus de 5 % par rapport à la moyenne des trois années précédentes s’acquittent d’une contribution exceptionnelle destinée à financer les pertes de profit des PME et indépendants.

    [...]

    Mécanismes inégalitaires redoublés
    De surcroît, les effets de la pandémie sur l’offre seront démultipliés par la baisse de la demande qui suivra la destruction des entreprises victimes du choc d’injustice (« Macroeconomic Implications of Covid-19 : Can Negative Supply Shocks Cause Demand Shortages ? », Veronica Guerrieri, Guido Lorenzoni, Ludwig Straub et Iván Werning, « Working Paper » n° 26918, NBER, avril 2020).

    Deux risques, donc. Celui d’assister à la disparition d’un grand nombre d’entreprises économiquement viables, voire innovantes. Et celui de voir les conséquences négatives de cette crise s’approfondir en déprimant encore plus la demande globale. Les pertes d’activités et d’emplois viendraient alors éteindre les espoirs d’une reprise vigoureuse. C’est ce second impact que la solidarité fiscale interentreprises que nous proposons devrait également permettre de prévenir.

    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : « Pour sauver l’économie, il faut d’abord sauver les gens »
    Notre proposition s’inscrit dans le contexte plus large d’une réflexion, qui s’est intensifiée ces dernières années, sur l’impact redistributif des chocs et des politiques macroéconomiques. La politique monétaire a principalement favorisé les détenteurs d’actifs financiers, ou encore les plus grosses entreprises qui émettent des obligations achetées par la Banque centrale européenne (BCE), auxquelles les autres n’ont pas accès.

    La pandémie redouble les mécanismes inégalitaires, et demande donc des politiques fiscales redistributives renforcées. L’économiste Antoine Monserand soutenait récemment l’idée d’une contribution de solidarité sur l’ensemble des revenus, ménages et entreprises. Notre proposition se concentre sur les entreprises. Mais poser la question de la taxation de l’épargne accumulée durant la crise par les plus fortunés, au travers, par exemple, de la réintroduction d’un impôt de solidarité financière, va de soi.

    Danger social et politique
    L’alternative aux politiques de solidarité que nous proposons est prévisible : une combinaison de renoncement à amortir le choc d’injustice et l’émission massive de nouvelle dette. Si celle-ci semble aujourd’hui relativement indolore (en raison des taux nuls et des achats massifs de la BCE), on sait qu’elle entraînera tôt ou tard une « réflexion » sur la trajectoire des finances publiques, en réalité des coupes dans les dépenses publiques, alors même que la crise a révélé les effets délétères des coups de rabot répétés sur les moyens publics conçus pour faire face à de tels chocs, à l’hôpital et ailleurs.

    La composition de la récente Commission sur l’avenir des finances publiques est, par les profils conservateurs qui ont été nommés, annonciatrice de tels plans de réduction des dépenses publiques.

    L’enjeu de la mise en place de politiques fiscales redistributives exceptionnelles est considérable face à l’injustice provoquée par la pandémie et à l’ignorance, feinte ou naïve, des conséquences de l’endettement massif sur l’action publique. Si elle n’est pas traitée avec responsabilité et sérieux, cette incertitude radicale pourrait être la source d’un danger social et politique qui le serait encore plus.

    L’histoire garde la mémoire des graves émeutes causées sous l’Ancien Régime par la dénonciation des « accapareurs ». Ceux des gagnants qui refuseraient d’être solidaires se désigneraient comme tels. Nous sommes une nation solidaire. Nous devons nous épauler, aujourd’hui plus que jamais.

  • Gaëlle Krikorian : « L’OMC pourrait décider que la propriété intellectuelle ne s’applique pas aux produits Covid-19 »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/10/gaelle-krikorian-l-omc-pourrait-decider-que-la-propriete-intellectuelle-ne-s

    L’appel de politiques à ce que le vaccin soit un « bien public mondial » est d’une terrible naïveté ou d’une grande hypocrisie. Il y a un paradoxe dans le fait de répéter, de ce côté-ci de l’Atlantique, que la santé doit être considérée comme un droit supérieur, que l’accès aux médicaments est universel, alors que l’on traite les produits de santé avant tout comme des marchandises et qu’on se refuse à prendre des mesures radicales.

    Avec le système de propriété intellectuelle tel qu’il est appliqué par nos pays, un produit pharmaceutique ne peut pas devenir ce qu’on appelle en économie « un bien public » accessible à chacun. Il existe des principes de rivalité, de monopole, et donc d’exclusion.

    Un autre concept, celui de « biens communs », me semble plus intéressant, parce qu’il repose sur l’organisation d’une gestion collective de la ressource pour assurer son existence et son accès. Mais il nécessiterait une approche radicalement différente de celle qui prédomine actuellement, afin de traduire le fait que la recherche est un effort collectif qui mobilise de nombreux d’acteurs.

    Quel regard portez-vous sur les débats autour de la répartition des vaccins contre le Covid-19 ?

    La façon dont on a collectivement développé ce vaccin pose deux questions éthiques. La première porte sur la valeur de la vie, selon la zone géographique où l’on habite. Un système est-il pertinent si une partie de la population mondiale ne peut pas se protéger de l’épidémie ?

    Une autre question morale concerne l’utilisation des ressources publiques. Les milliards d’argent public dépensés par les pays du Nord pour financer ces vaccins vont manquer ailleurs, par exemple dans le renforcement des personnels de santé dans les hôpitaux ou pour d’autres traitements. Est-on satisfait de ce fonctionnement alors qu’aucun contrôle démocratique sur ces dépenses n’est exercé, aucune transparence n’existe ? Lorsque les députés européens ont demandé les contrats, ils n’ont eu accès qu’à des documents où toutes les informations importantes avaient été raturées.

    Les brevets incitent les entreprises à prendre des risques. Comment stimuler l’innovation sans incitation ?

    C’est vrai, des laboratoires ont fait le pari de produire un nouveau type de vaccin à ARN messager. Mais peut-on vraiment parler de prise de risques quand ils ont bénéficié de trente ans de recherches sur cette technologie, largement financée par le secteur public ? D’ailleurs, le fait que plusieurs firmes sortent quasiment le même produit en même temps en atteste : elles ont toutes bénéficié du même niveau de connaissances scientifiques.

    La recherche médicale est lourdement subventionnée. Elle est financée par de l’argent public à travers de nombreux canaux : des programmes de recherche dans des établissements publics, des financements de projets, des partenariats public-privé, des bourses, des crédits d’impôt, mais aussi le remboursement par la Sécurité sociale et les systèmes de mutuelles. A cela s’ajoutent, dans le cas du vaccin anti-Covid-19, des mécanismes de soutien à la production par des pré-achats ou des financements de sites. Ces marchés bénéficient à la fois d’un monopole et de l’assurance d’être payés.

    Dans une pandémie, l’ensemble de la population mondiale partage un destin commun. Il peut être dangereux pour chacun que le virus prolifère dans certaines régions. De la même façon qu’ils ont accepté de déroger aux mesures de pharmacovigilance habituelles pour mettre à disposition rapidement les vaccins, on peut imaginer que les Etats utilisent les mécanismes dérogatoires aux brevets pour produire des doses de façon plus massive et moins coûteuse à travers le monde.

    Dans les années 1990, c’est quand le sida a touché 25 % de la population africaine qu’il est devenu une question de sécurité nationale aux Etats-Unis et en Europe. A l’époque, la peur de la contamination des pays riches a sans doute contribué à débloquer l’usage des génériques dans les pays pauvres.

    La peur des variants peut-elle conduire les Etats du Nord à lâcher du lest sur les brevets pour vacciner au plus vite et partout dans le monde ? En tout état de cause, cette épidémie doit favoriser une discussion critique sur l’économie pharmaceutique et la façon dont elle rencontre ou non la logique de santé publique.

    #Santé_publique #Gaëlle_Krikorian #Communs #Industrie_pharmaceutique #Covid_19

  • « Confinons vite, fort, mais le moins de temps possible » : l’appel du directeur médical de crise de l’AP-HP

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/09/confinons-vite-fort-mais-le-moins-de-temps-possible-l-appel-du-directeur-med

    Tous ces acteurs ont en fait un critère commun de jugement de gestion de la crise : la durée globale des mesures restrictives, quelles qu’elles soient. Or, de mi-décembre à début février, malgré les mesures restrictives prises, l’épidémie a continué à prendre de l’ampleur. Il faut en tirer la conclusion qui s’impose : malgré des efforts considérables, nous avons perdu des semaines précieuses, et vu s’éloigner l’objectif commun et final de retour à une situation plus proche de la normale.

  • « La crainte engendrée par le Covid-19 semble en relation inverse de sa létalité », Hervé Le Bras
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/09/herve-le-bras-la-crainte-engendree-par-le-virus-semble-en-relation-inverse-d

    Chiffres à l’appui, le démographe examine les conséquences de l’épidémie sur les statistiques de mortalité et d’espérance de vie. Ses calculs nuancent la gravité de l’épidémie.

    Tribune. En 2020, le nombre des décès a augmenté de 7,3 % en France. Les personnes les plus âgées ont été particulièrement frappées par l’épidémie de Covid-19. Selon l’Insee, au cours de la deuxième vague, la mortalité a augmenté de 19 % entre septembre 2020 et janvier 2021, pour celles qui sont âgées de plus de 75 ans.

    Selon Santé publique France, le site officiel du ministère, de la mi-mars 2020 à la mi-janvier 2021, 59 % des personnes décédées pour cause de Covid-19 étaient âgées de plus de 80 ans alors que cette classe d’âge ne représente que 6 % de la population totale. Ces données ont pesé dans les décisions prises par le gouvernement pour combattre l’épidémie.

    Ces chiffres ne prennent cependant de la valeur que lorsqu’on les compare à d’autres données. Prenons par exemple ce pourcentage de 59 % et comparons-le à celui de la mortalité habituelle. Cela est possible grâce à la répartition des décès par âge publiée par l’Insee. En 2018, dernière année disponible, 61 % d’entre eux provenaient de personnes de plus de 80 ans, soit, à 2 % près, la proportion des personnes âgées parmi les décédés du Covid-19 qui vient d’être citée. Le Covid-19 ne discrimine donc pas plus les personnes âgées que ne le font les causes habituelles de mortalité en son absence.

    Causes culturelles

    On peut penser que ce constat contre-intuitif résulte des mesures prises par le gouvernement pour protéger les personnes âgées. Pour le vérifier, il faudrait comparer la situation française réelle à un groupe contrôle où aucune mesure n’aurait été prise, mais cela est impossible car aucune partie du territoire national n’a été dispensée de ces mesures.

    Le seul moyen disponible consiste à étudier le comportement de pays proches. Deux groupes de pays apparaissent : en Allemagne, en Suisse, en Autriche, en Suède, au Danemark et aux Pays-Bas, la proportion de personnes âgées de plus de 80 ans décédées du Covid-19 excède de plus de dix points celle des décès de cette même classe d’âge en période hors épidémie.

    Inversement, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni, les deux proportions sont voisines, à l’instar de la France. Les politiques de lutte contre l’épidémie menées dans les pays de chacun des deux groupes ont été tellement différentes qu’on ne peut pas déceler lesquelles auraient été plus favorables que d’autres aux personnes âgées.
    La liste des pays dans les deux groupes suggère plutôt des causes culturelles. Les pays où les personnes âgées ont été plus atteintes que d’habitude ont en commun des rapports familiaux plus fréquents entre générations. L’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, la Suède, le Danemark et les Pays-Bas sont caractérisés par la « famille souche » où trois générations cohabitaient autrefois. Dans les pays où la mortalité des personnes âgées est demeurée à sa proportion habituelle, les rapports familiaux se concentrent traditionnellement au sein des familles « nucléaires » limitées à une ou deux générations. Or, la propagation de l’épidémie est fonction de la fréquence des contacts interpersonnels, en particulier entre générations.

    « Seulement » six mois et demi en moins

    Même si la surmortalité des personnes âgées n’est pas caractéristique de l’épidémie en France, la hausse générale de la mortalité causée par le Covid-19 reste inquiétante.

    A titre de repère, lors de deux des trois épidémies de choléra du XIXe siècle, la mortalité annuelle avait augmenté de 16 %. Les 7,3 % d’augmentation constatés en 2020 sont encore au-dessous, mais au train où l’épidémie pourrait se poursuivre, ils pourraient s’en rapprocher.

    On en déduit souvent que l’espérance de vie va chuter dans une proportion analogue à celle de la hausse de la mortalité. Ce n’est pas le cas. En 2020, les 7,3 % de décès supplémentaires ont entraîné seulement une baisse de 0,55 an, soit six mois et demi. Ce sera le recul le plus important depuis la Libération, mais un recul modeste quand on le compare aux vingt ans d’augmentation de l’espérance de vie depuis 1946.

    Comment 7,3 % de décès supplémentaires entraînent-ils seulement 0,7 % de baisse de l’espérance de vie (0,55 an sur 82,5 ans) ? Cela est dû au niveau élevé des risques annuels de décès des personnes âgées auxquelles il reste donc peu d’années à vivre.

    A 15 ans, le risque annuel de mortalité est de un pour 10 000. A 88 ans, il est de un pour dix, soit mille fois plus. A partir de l’âge de 50 ans, la hausse du risque annuel de décès est rapide et régulière, au rythme d’un accroissement de 12 % d’un âge au suivant. Les 7,3 % d’augmentation des décès en 2020 ne représentent donc que 60 % (12 % divisé par 7,3 %) de l’accroissement des risques de décès d’un âge au suivant.

    Plus un risque est faible, plus il fait peur

    Autrement dit, la conséquence de l’épidémie de Covid-19 aura été de décaler de 0,6 année vers les âges plus jeunes les risques de décès, donc de faire perdre 0,6 année à l’espérance de vie. Par exemple, le risque de décès d’une personne âgée de 75 ans est devenu le même que celui d’une personne de 75,6 ans quand le Covid-19 ne sévissait pas.

    Il est douteux que ce changement soit perceptible, étant donné toutes les autres causes de variation de la mortalité, que ce soit la condition physique, l’environnement, la classe sociale et, il ne faut pas l’oublier, le sexe (l’espérance de vie des femmes est encore supérieure à celle des hommes de 5,9 %, selon l’ Insee).

    Jusqu’ici, on a raisonné en moyenne sans tenir compte de l’observation de l’Insee sur les quatre derniers mois, rappelée au début, selon laquelle l’augmentation de la mortalité de 16 % en moyenne s’est élevée à 19 % au-delà de 75 ans (elle a été de 13 % entre 65 et 74 ans et faible en deçà). Dans le détail, cela signifie que les risques de mortalité ont à peine varié jusqu’à 65 ans. De 65 à 74 ans, au lieu de 0,6 an de décalage, il faut en compter les 13/16es, soit 0,5 an et, après 75 ans, les 19/16es, soit 0,7 an. Le risque de décès couru par une personne de 82 ans l’an passé a donc été le même que celui d’une personne de 82,7 ans en l’absence de l’épidémie de Covid-19, ce qui ne modifie pas les ordres de grandeur déjà fournis.

    Ces calculs nuancent la gravité de l’épidémie. Ils aboutissent à un paradoxe : la crainte engendrée par le virus semble en relation inverse de sa létalité. Mais on sait que plus un risque est faible, plus il peut faire peur car plus il semble injuste à celui qui est frappé alors que presque tous les autres en sortent indemnes. C’est l’une des raisons de la vogue du principe de précaution.

  • « Galvauder la notion de désobéissance civile, c’est l’exposer à toutes les récupérations »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/07/galvauder-la-notion-de-desobeissance-civile-c-est-l-exposer-a-toutes-les-rec

    La « désobéissance civile » est une expression forgée par un siècle de combats au nom de la justice pour tous et de la conquête de nouveaux droits. L’employer à tout propos procède d’une dangereuse équivoque politique, s’inquiète, dans une tribune au « Monde », l’ex-député écologiste Noël Mamère.

    Tribune. La colère et la détresse des cafetiers et restaurateurs, condamnés à l’inactivité par les mesures sanitaires du gouvernement liées au Covid-19, peuvent-elles être qualifiées de « désobéissance civile », comme nous le répètent certains médias ? Ne prennent-ils pas le risque de la confusion, de l’amalgame et, partant, de la manipulation politique en appliquant à une jacquerie – dont on peut comprendre les motifs – une expression forgée par un siècle de combats au nom de la justice pour tous et de la conquête de nouveaux droits ?

    Quel lien peut-on établir entre les grandes figures de la « désobéissance civile non violente », telles que Henry David Thoreau (1817-1862), Gandhi (1869-1948), Martin Luther King (1929-1968), pour ne citer que les plus célèbres, et les manifestations des restaurateurs d’aujourd’hui ? Se battent-ils pour la conquête de nouveaux droits ou pour la seule survie de leur activité ?
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Birmanie, la désobéissance civile s’organise après le coup d’Etat

    En procédant à de tels raccourcis, qui ignorent le poids de l’histoire et détournent le sens des mots, les médias et les réseaux sociaux méprisent sans le savoir des générations de militants politiques pour lesquels « désobéir » signifie « faire son devoir » quand il s’agit de répondre à ce que leur dicte leur conscience. Quel qu’en soit le prix. Gandhi et Luther King l’ont payé de leur vie.

    Le « devoir » au cœur de la philosophie de Thoreau

    La « désobéissance civile » s’inscrit en effet dans une longue histoire. Elle commence au XIXe siècle, avec l’Américain Henry David Thoreau, auteur d’un court texte intitulé « la désobéissance civile », écrit après une nuit passée en prison pour avoir refusé de payer ses impôts à l’Etat du Massachusetts, au motif qu’ils finançaient l’esclavage et la guerre américaine au Mexique. « Je conseille de rompre avec l’Etat tant qu’il hésitera à faire son devoir », écrivait-il.

    Le « devoir », au cœur de toute sa philosophie qui va inspirer des générations de désobéissants. Si Thoreau avait eu 20 ans en août 1914, quand les grandes puissances ont déclenché la première boucherie du XXe siècle, il aurait sans doute fait partie des insoumis ou des mutins, en obéissant au « devoir » de sa conscience, contre le « devoir » d’un Etat qui a envoyé toute une génération au cimetière.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : le gouvernement mise sur « une augmentation des contrôles » pour éviter un nouveau confinement

    S’il avait eu 20 ans au moment de la guerre d’Algérie, il serait devenu objecteur de conscience et aurait sans doute appartenu au réseau Jeanson, comme, en son temps, il fut un militant actif de l’« Underground Railroad », ce réseau d’aide aux esclaves fugitifs qui cherchaient à rejoindre le Canada voisin.
    Si Thoreau vivait aujourd’hui, il aurait été…

    Si Thoreau avait eu 20 ans en 1973, il aurait soutenu les femmes indiennes du mouvement Chipko Andolan, qui enlaçaient les arbres pour empêcher l’exploitation commerciale de leurs forêts, il se serait retrouvé aux côtés de la Kenyane Wangari Maathai (1940-2011), Prix Nobel en 2004, qui a passé sa vie à mener des actions de désobéissance civile non violente contre la déforestation, avec son mouvement de « la ceinture verte » et pour le droit des femmes.

    Il militerait avec Extinction Rebellion, ce mouvement international de désobéissance civile non violente né en Angleterre, qui mène des actions pour dénoncer les retards pris par les gouvernements dans la lutte contre le dérèglement climatique. Il serait « faucheur volontaire » d’OGM et aux côtés de Greta Thunberg et des lycéens grévistes du « vendredi pour le climat » qui réveillent nos consciences endormies.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi L’extrême droite cherche à capter la colère contre les restrictions dues à la crise sanitaire

    On l’aurait vu dans les Alpes, avec Cedric Herrou et tous ces « désobéissants » venant, au nom de leur conscience, en aide aux migrants que nous refusons sur notre sol. Il serait en Méditerranée avec Carola Rackete, la capitaine allemande du « Sea watch 3 », qui a forcé l’interdiction d’accoster des garde-côtes italiens pour sauver 42 migrants épuisés et au bord de la mort…
    Les émeutiers du Capitole sont-ils des « désobéissants » ?

    De Thoreau à aujourd’hui, en passant par Gandhi, Luther King, Vaclav Havel (1936-2011), Rosa Parks (1913-2005) et d’autres plus anonymes, le fil de la désobéissance n’a jamais été rompu. Mais qu’a-t-elle à voir avec celle dont nous parlent aujourd’hui les médias ? Rien. Tant il est vrai que colère et indignation ne puisent pas aux mêmes sources.

    Dans son fameux Indignez vous ! (Indigène éditions, 2010), Stéphane Hessel (1917-2013) écrivait : « Je vous souhaite à tous, à chacun d’entre vous, d’avoir motif d’indignation. C’est précieux ». Cette « indignation » qu’il considérait comme un « courant de l’histoire » qui a accouché de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, comme de la Convention européenne des droits de l‘homme, textes à la valeur juridique et morale supérieure aux lois ordinaires.
    Lire l’éditorial : Covid-19 : le risque de la fatigue démocratique

    C’est dans ce courant-là qu’il faut situer la désobéissance civile et pas ailleurs. Les cafetiers et restaurateurs, ou d’autres corps de métier, ont le droit d’exprimer leur détresse, mais cette expression ne relève pas de la désobéissance civile. Galvauder cette notion, c’est l’exposer à toutes les récupérations, et procéder ainsi d’une dangereuse équivoque politique qui pourrait conduire à considérer les émeutiers du Capitole comme des « désobéissants » !

    En ces temps où les mots n’ont plus de sens mais seulement des usages au service de ceux qui leur tordent le cou pour la défense de leurs propres intérêts, il nous paraissait nécessaire de procéder à cette mise au point, ne serait-ce qu’en mémoire de toutes celles et ceux qui ont fait leur « devoir ».

    Noël Mamère(Ancien maire de Bègles/ 1989-2017 et député écologiste/1997-2017.)

    #Désobéissance_civile