• Bali wants rich not poor tourists after the plague - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/09/bali-wants-rich-not-poor-tourists-after-the-plague

    Bali wants rich not poor tourists after the plague
    Minister says Bali no longer wants ’low quality’ backpackers when the ’clean’ island resort reopens to international travelers
    JAKARTA – Hanging out in cheap hotels and spending their limited funds at the lower end of society where it was needed the most, backpackers played a pioneering role in the growth of Southeast Asia’s until recently money-spinning tourism industry.They were disheveled, they smoked marijuana and, to officialdom at least, they were not the ideal well-heeled foreign tourist who flew in on business class, stayed in five-star hotels and spent freely on package tours, precious stones and over-priced souvenirs.At one point in the distant past this writer was one of those backpackers, so it was with a certain sense of nostalgic indignation that I felt compelled to query Indonesian Maritime Coordinating Minister Luhut Panjaitan when he suggested recently that the resort island of Bali could do without the breed.
    Immigration officials were quoted as saying that when Bali finally reopens to international travelers they would be screening out those of “low quality.” As Panjaitan put it: “We will filter arriving tourists. We don’t want backpackers coming to a clean Bali. We want quality visitors.”He and other officials have since done a gentle row-back, but as head of the team charged with the emergency response to the latest Covid-19 outbreak, Panjaitan had the impression it was mainly loose-living backpackers who ignored health protocols.“We just don’t want them to come for a while,” he told Asia Times, frustrated that some parts of Bali were still at level three on a Covid-19 outbreak scale despite the tourist island enjoying one of the highest vaccination rates in the country. “They’re not disciplined and they don’t wear masks.” In fact, blaming the problem solely on backpackers is doing them an injustice. From casual observation, the lack of discipline extends to many of the 109,000 foreigners living through the pandemic in surroundings that many would regard as idyllic.As it was, Panjaitan’s spokesman hurried to explain there had been a misunderstanding about the minister’s off-the-cuff remark. “What was meant,” he said, “were visitors who disobey regulations or protocols on health, law and immigration.”
    Scores of tourists have already been deported for this reason, including a disproportionate number of seemingly well-off Russians who, according to local officials, are proving to be more troublesome than the usually troublesome Australians.
    Leaping to the defense of the humble traveler, an editorial in the Bali Discovery newsletter pointed to extensive World Trade Organization (WTO) research showing the global youth tourist market is now worth an estimated US$400 billion a year. Before the pandemic turned everything upside down, it was the fastest-growing travel segment, representing 23% of the one billion international holiday trips taken annually around the world. “Because of the youth market’s affinity for the internet and social network marketing, they provide an incomparable and valuable instantaneous boom to any destination they visit,” Bali Discovery noted. In an earlier day, it was all word of mouth.In Indonesia, the editorial said, budget travelers will lead the way in helping the government attain its tourism goals, especially in the so-called “10 new Balis” – a reference to the neighboring Nusa Tenggara island chain which includes Lombok, Flores and Timor.
    Bali became what it is today thanks to an early influx of seat-of-the-pants Australian surfers and its position on the overland trail for Europe-bound backpackers traveling from Darwin in Australia’s Northern Territory to East Timor and then onwards across the archipelago to Jakarta.Thailand’s first beach resort of Pattaya, southeast of Bangkok, grew up around rabble-rousing American servicemen on rest and recreation from Vietnam. But other destinations like Phuket and Koh Samui in the Gulf of Thailand all began life as backpacker havens.Budget travelers today are not nearly as impoverished as in the 1970s when most of those on the road were simply footloose hitch-hikers, enjoying being the first post-World War II generation to have the opportunity to get out and about.Living in stifling 30-degree heat with 30 other itinerant travelers in a dormitory on the top of a zero-star Bangkok hotel, replete with truckle beds, communal showers and missing fans and mosquito nets, didn’t seem all that bad. It was, after all, only a buck a day.Financed to some degree by family money, many of today’s young backpackers are students on their gap year – the period between high school graduation and university enrollment when they supposedly try to discover themselves.Others are millennials, often with well-paying jobs, looking for something different on their travels and often well off the beaten track. Even some of Indonesia’s own backpackers – and there are many of them – can be found in this category. Indeed, the World Youth Student and Education Confederation finds the average member of the youth market spends US$1,000 a week, stays at their chosen destination for extended periods and spends 60% of their budget in the local community.For now, the road is a lonely place. Overseas visitors to Indonesia, confined to carefully screened businessmen and digital nomads, must submit proof of vaccination, a negative PCR test result, take a test on arrival and spend eight days in quarantine in a designated hotel no real backpacker can afford.But with a substantial drop in Covid cases over the past few weeks, a reproductive rate below 1 and more than 90% of Balinese having received their first Covid-19 vaccination shot, the government has said the island may re-open to foreign tourists as early as next month.
    It can’t come soon enough, but it will take some yet before Australia – still the main source of Bali’s tourist trade – opens up sufficiently to allow its citizens including backpackers freedom of travel to countries where the coronavirus remains a threat.

    #Covid-19#migrant#migration#indonesie#bali#timor#australie#sante#tourismechoisi#economie

  • Coronavirus: Thailand, Japan cut quarantine for vaccinated travellers | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/australasia/article/3150247/australian-pm-plans-border-reopening-new-south-wales-seeks

    Coronavirus: Thailand, Japan cut quarantine for vaccinated travellers
    Thailand will halve its quarantine to seven days as it seeks to revive its tourism-dependent economy, while Japan will cut it from 14 to 10 days
    Thailand agreed to halve its mandatory quarantine to seven days for fully vaccinated visitors starting next month, and will remove any isolation period for such travellers in 10 key provinces including Bangkok in November to help revive its tourism-dependent economy. The country’s main Covid-19 task force also approved the reopening of a variety of businesses and services, including theatres, sports venues and nail salons, as of October 1, when a nightly curfew in many parts of the country will be cut by one hour, according to spokesman Taweesilp Visanuyothin. The new curfew hours will be from 10pm to 4am. The Southeast Asian nation previously delayed and adjusted its tourism-reopening programme several times due to low vaccination rates and concerns that the easing of rules would enable infections and hospitalisation to surge again. The programme began in July in the resort island of Phuket, after a high number of vaccine doses were delivered and administered.The latest decisions by the virus panel, chaired by Prime Minister Prayuth Chan-ocha, are part of its “living with Covid” strategy to restart the economy, while maintaining infections at a level that does not overwhelm Thailand’s health care system. The moves come after the pace of inoculations have been ramped up to major population and economic centres, with as many as 1 million doses administered daily in the past week. Before the pandemic in 2019, Thailand’s tourism sector attracted nearly 40 million visitors annually and generated about US$60 billion per year. Various plans to ease restrictions on both domestic and international travel, as well as an array of businesses have been hampered by vaccine shortages and clusters of infections in markets and factories.
    Quarantine days for unvaccinated air travellers cut to 10 days from 14
    Japan to shorten quarantine for vaccinated travellers. The Japanese government also said on Monday it will ease quarantine rules for people vaccinated against Covid-19 entering the country starting October 1, shortening the required period for self-isolating at home from 14 days to 10 days as it looks to restart international travel.
    People who have been fully vaccinated will be able to go outside as long as they test negative for the virus after 10 days following their arrival, Chief Cabinet Secretary Katsunobu Kato told a press conference. Only shots developed by Pfizer, Moderna or AstraZeneca are eligible. People travelling from any of 45 countries including Britain, India and the Philippines had been required to spend three of the 14 days in a government-designated facility, but will no longer be required to do so if they are fully vaccinated.
    Meanwhile, Japan plans to lift its Covid-19 state of emergency, which covers 19 prefectures, in all of the regions at the end of September, broadcaster NHK reported on Monday.Prime Minister Yoshihide Suga said he discussed easing measures with relevant ministers on Monday, and would seek the views of a government panel of advisers on Tuesday.“We will make a final decision on the matter based on the advice and discussions we have with the government expert panel tomorrow,” he told reporters on Monday evening.If approved, Japan would be free of such emergency restrictions for the first time in nearly six months. Current measures require restaurants to close early and refrain from serving alcohol. People have been asked to avoid non-urgent outings and refrain from crossing prefectural borders.
    Japan saw a spike in cases over the summer as it struggled to contain the contagious Delta variant of the coronavirus, reaching a record high of 25,000 new daily infections. However, that number has dropped in recent weeks, and the country recorded just over 2,000 cases on Sunday. Over 57 per cent of the population is now fully vaccinated.

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#japon#economie#tourisme#sante#frontiere#circurlation#vaccination

  • Coronavirus: South Korea reports record daily cases; Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/news/asia/article/3150076/coronavirus-south-korea-reports-record-daily-cases-nepal-resumes-visas

    Nepal resumes visas on arrival for vaccinated tourists.
    Nepal has restarted visas on arrival for vaccinated tourists as South Asian nations attempt to revive tourism businesses devastated after 18 months of the pandemic. A near travel shutdown has been in place in India, Bangladesh, Nepal, Bhutan and Sri Lanka for more than a year as successive waves of coronavirus took a deadly toll. Nepal reopened to tourists and scrapped quarantine requirements for vaccinated foreigners on Thursday and its neighbours are expected to quickly follow as they seek to bolster linchpin industries in their economies.“The resumption of on-arrival visas is aimed at reopening the tourism sector which is one of the mainstays of Nepal’s economy,” said Tourism Ministry spokesman Tara Nath Adhikari.
    Indians blast ‘racist’ UK quarantine decision for vaccinated travellers
    21 Sep 2021. All visitors must still take a pandemic test on arrival and unvaccinated travellers have to quarantine for 10 days. The decision came just as monsoon clouds cleared for the autumn trekking season, and many are hopeful it will help drive up the arrivals.“So many have lost jobs and livelihoods. This decision is crucial for all of us and we are hopeful that at least some visitors will return,” said Nabin Trital of the Trekking Agencies Association of Nepal.Neighbouring India is soon to announce that it will give away 500,000 free tourist visas as it also starts to reopen after more than a year, officials said.The country had more than 12.5 million tourists in 2019 but lost hundreds of millions of dollars after the shutters came down in March last year.New Delhi is negotiating with international airlines to get scheduled flights resumed from main markets in North America and Europe, the officials said.Bhutan recently let in its first foreign tourist, an American who spent three weeks in quarantine.Vaccinated tourists began entering Sri Lanka in July, without having to quarantine if they test negative for Covid-19 on arrival.South Asia is highly dependent on tourism, which accounted for some 47 million jobs in 2019, according to the World Travel and Tourism Council.But the pandemic left beaches and mountains deserted, from Everest to the Indian Ocean, and the fall in tourism played a major role in recessions seen by most of the countries last year.

    #Covid-19#migrant#migration#nepal#inde#bouthan#asiedusud#sante#tourisme#frontiere#circulation#vaccination

  • Fiji to reopen borders for tourists to rescue its coronavirus-hit economy, while fighting an outbreak of the Delta variant | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/lifestyle/travel-leisure/article/3149422/fiji-reopen-borders-tourists-rescue-its-coronavirus-hit

    Fiji to reopen borders for tourists to rescue its coronavirus-hit economy, while fighting an outbreak of the Delta variant. The island nation in the South Pacific relies on tourism for 40 per cent of its economy, and plans to open up to vaccinated visitors from ‘green list’ countries. Fiji has been fighting a Delta variant outbreak since April, and the opposition party says health is more important than tourist dollars. Fiji plans to reopen for international tourists by November, aiming to rebuild its pandemic-devastated economy while battling a Delta-variant coronavirus outbreak.
    “Our goal is to free our country – and our economy – from the rut of the pandemic,” Prime Minister Frank Bainimarama said in a statement last week.
    Once 80 per cent of Fiji’s eligible population is vaccinated, it will offer quarantine-free travel to visitors from a “green list” of locations. Of Fiji’s eligible population, 66 per cent is now fully vaccinated and Bainimarama predicts the country’s target will be met by November 1. Fiji’s green list includes Australia, New Zealand, Japan, Canada, Korea, Singapore and parts of the United States. Visitors would need to be fully vaccinated and test negative for Covid-19 before departure. Once in Fiji, they would stay in designated zones where all contacts, from hospitality staff to tour operators, would be fully vaccinated. Reviving tourism, which government figures estimate accounts for 40 per cent of Fiji’s economy, is seen as crucial to containing rising poverty in the nation of under one million people. But the main opposition, the Social Democratic Liberal Party (Sodelpa), has criticised the plans.“We have got to have our priorities right – health first over the economy,” Sodelpa leader Bill Gavoka told Radio New Zealand. “I don’t believe Fiji is ready.”Former health minister Neil Sharma said high vaccination rates would not stop the virus from spreading. “If you look at vaccination, all it does is prevent an individual from ending up in hospital and/or the mortuary.Fiji was free of community transmission for a year before a Delta outbreak started in April. That outbreak’s case numbers peaked in mid-June with more than 1,200 new infections daily. Only 79 cases were recorded on Sunday. The bulk of Fiji’s tourists come from Australia and New Zealand, where foreign travel is strongly discouraged, and travellers from both countries face a two-week quarantine at their own expense upon returning home.Despite the obstacles, governance watchdog Dialogue Fiji said borders needed to reopen to kick-start an economy that shrank 20 per cent last year.“It’s a very difficult choice for the Fijian government, as opening the border will make us vulnerable to other, potentially deadlier variants,” executive director Nilesh Lal said.“On the other hand, a protracted economic decline could see Fiji suffer a recession with wide-ranging impacts.”

    #Covid-19#migrant#migration#fiji#australie#nouvellezelande#japon#sante#variant#vaccination#frontiere#tourisme#restrictionsanitaire

  • Charleroi Adventure : à la recherche de l’inconnu City safari
    https://www.charleroiadventure.com

    Visitez la ville industrielle la plus incroyable d’Europe. Elue « plus laide ville du monde » par un récent sondage Néerlandais, Charleroi offre une large gamme d’attractions excitantes.

    https://www.youtube.com/watch?v=ZY8m6JdM-oE

    Suivez nous pour un safari urbain et découvrez l’endroit où la mère de Magritte s’est suicidée, la maison de Raymond La Science (de la bande à Bonnot), le métro fantome, la rue la plus déprimante de Belgique, grimpez au sommet d’un terril et visitez une authentique usine désaffectée.

    Charleroi adventure vous fera découvrir les mystères de la plus intéressante région post-industrielle d’Europe.

    Nous vous souhaitons une agréable visite sur notre site, découvrez notre itinéraire et réservez un siège pour le trip de votre vie.

    L’équipe de Charleroi Adventure

    #Charleroi #Industrie #Capitalisme #destruction #ville #Belgique #Tourisme

  • Time to lure back tourists, Thailand decides - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/09/time-to-lure-back-tourists-thailand-decides

    Time to lure back tourists, Thailand decides
    Vaccinated foreign travelers will be able to visit Bangkok and four other provinces without hotel quarantine. Thailand plans to reopen Bangkok to fully vaccinated visitors in October, officials said Friday, as the kingdom seeks to salvage a tourism industry hammered by the pandemic. Before Covid, tourism made up a fifth of Thailand’s national income but severe travel curbs imposed to fight the virus saw the usual flood of foreign visitors dwindle to almost nothing, contributing to the economy’s worst performance in over 20 years. The kingdom is pressing ahead with plans to reopen despite a deadly third wave of infections, driven by the Delta variant.
    The Tourism Authority of Thailand said that from October 1, fully jabbed foreign travellers will be able to visit Bangkok and four other provinces without undergoing two weeks’ hotel quarantine. Instead, the five areas – also including Chiang Mai, Chon Buri, Phetchaburi and Prachuap Khiri Khan provinces – are expected to follow a “sandbox” model of the type piloted since July in the holiday island of Phuket. Under the sandbox scheme, tourists have to stay within a certain area for seven days after arrival and take Covid tests.Later in October, 21 more destinations will be added to the list including Chiang Rai, Sukhothai and popular seaside getaway Rayong.
    But Thailand’s third and deadliest Covid wave has not yet fully subsided, and the tourism agency warned the plans could change.Thailand got through 2020 relatively unscathed by Covid, recording low numbers of infections, but since April the Delta variant has taken hold and cases have soared to more than 1.3 million, with almost 14,000 deaths. More than 29,000 fully vaccinated international visitors hit the beach at Phuket under its sandbox scheme, generating nearly $50 million in revenue according to government spokesman Thanakorn Wangboonkongchana.Three more Thai islands also reopened – Samui, Tao and Phangan – with slightly more onerous restrictions.One cloud hanging over Thailand’s tourism revival plans is the travel advice of other countries discouraging would-be tourists from visiting.Britain and the United States have warned against travel to Thailand because of rising case numbers and low vaccination rates.
    About 16 percent of the Thai population have received two coronavirus vaccine doses, the government’s Covid taskforce said. Thailand plans to reopen Bangkok to fully vaccinated visitors in October, officials said Friday, as the kingdom seeks to salvage a tourism industry hammered by the pandemic.Before Covid, tourism made up a fifth of Thailand’s national income but severe travel curbs imposed to fight the virus saw the usual flood of foreign visitors dwindle to almost nothing, contributing to the economy’s worst performance in over 20 years.The kingdom is pressing ahead with plans to reopen despite a deadly third wave of infections, driven by the Delta variant.
    The Tourism Authority of Thailand said that from October 1, fully jabbed foreign travellers will be able to visit Bangkok and four other provinces without undergoing two weeks’ hotel quarantine.Instead, the five areas – also including Chiang Mai, Chon Buri, Phetchaburi and Prachuap Khiri Khan provinces – are expected to follow a “sandbox” model of the type piloted since July in the holiday island of Phuket. Under the sandbox scheme, tourists have to stay within a certain area for seven days after arrival and take Covid tests.Later in October, 21 more destinations will be added to the list including Chiang Rai, Sukhothai and popular seaside getaway Rayong.
    But Thailand’s third and deadliest Covid wave has not yet fully subsided, and the tourism agency warned the plans could change.

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#sante#tourisme#frontiere#circulation#vaccination#variant

  • Singapore’s Chinese embassy urges nationals not to visit as singer JJ Lin distances himself from Fujian Covid-19 outbreak | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/health-environment/article/3148658/coronavirus-chinese-embassy-urges-nationals-not-travel

    Singapore’s Chinese embassy urges nationals not to visit as singer JJ Lin distances himself from Fujian Covid-19 outbreak The advisory came as Singapore sees a surge in Covid-19 cases, and as Foreign Minister Wang Yi is due to meet PM Lee Hsien Loong Singer Lin Jun Jie responded to rumours on Weibo that he may have been responsible for the outbreak in China by geo-tagging himself in Singapore
    The Chinese embassy in Singapore has urged its citizens not to travel to the city state unless necessary amid a sharp rise in Covid-19
    cases there.In a statement on Monday, the embassy noted that Singapore
    had recorded more than 500 daily infections over the last four days, and numbers were expected to reach the thousands.“Dozens” of Chinese nationals in Singapore have caught the virus and sought help, including tourists and short-term visitors who had travelled for work or to visit their families, it said.Currently, mainlanders can enter Singapore without serving quarantine, but they have to take a test on arrival and isolate until they receive a negative result.“Considering the current situation in Singapore, the embassy reiterates that cross-border travel during a pandemic is dangerous,” it said, adding that those intending to visit the city state should “carefully” reconsider their plans. Singapore, one of the most vaccinated countries in the world with 81 per cent of its population fully inoculated, is battling a spike in cases. On Monday alone, there were 597 domestic infections, but the number of hospitalised cases and those in intensive care units remained relatively stable.

    #Covid-19#migrant#migration#singapour#chine#frontiere#circulation#tourisme#sante#vaccination#contamination

  • Covid-19 : l’île Maurice confrontée à une forte augmentation de cas avant sa réouverture complète aux touristes
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/09/14/covid-19-l-ile-maurice-confrontee-a-une-explosion-de-cas-avant-sa-reouvertur

    Covid-19 : l’île Maurice confrontée à une forte augmentation de cas avant sa réouverture complète aux touristes. Depuis la mi-juillet, le nombre de contaminations a été multiplié par plus de cinq, soit l’augmentation la plus importante enregistrée sur cette période.
    Les hôpitaux sont saturés, les respirateurs artificiels sont rares et le cimetière où étaient enterrées les victimes du Covid-19 est plein : l’île Maurice fait face à une forte augmentation de cas qui interpelle, à moins de trois semaines de la réouverture complète de ses frontières. Officiellement, tout est prêt pour accueillir les touristes au 1er octobre dans ce paradis de l’océan Indien prisé pour ses plages immaculées et ses eaux cristallines. L’objectif de vacciner 60 % de la population a été dépassé, avec 61 % des Mauriciens ayant reçu au moins deux doses au 11 septembre, ont notamment souligné la semaine dernière les autorités, qui ont rendu la vaccination obligatoire dans certaines activités, dont le secteur touristique, sous peine d’amendes ou de peines de prison. Mais, loin des discours officiels et des campagnes promotionnelles, l’île bruisse d’inquiétude. « La situation empire, mais il y a des instructions pour que nous ne communiquions pas, affirme un médecin sous couvert d’anonymat. La priorité du gouvernement est d’assurer une ouverture en douceur des frontières le 1er octobre. » Le 15 juillet, le pays a rouvert ses frontières uniquement aux personnes vaccinées, qui devaient rester dans des « bulles de villégiature » pendant quatorze jours avant d’être autorisées à s’aventurer plus loin sous réserve d’un test PCR négatif. A partir du 1er octobre, les touristes – vaccinés ou non – seront libres de leurs mouvements dès lors qu’ils auront un test PCR négatif datant de 72 heures avant leur arrivée sur l’île. Cette réouverture est très attendue dans le secteur touristique, qui représente 25 % du PIB de l’île et 250 000 emplois directs et indirects. Hôtesse d’accueil dans un hôtel, Diana Mootoosamy « appréhende » cette réouverture. « Il n’y a plus la quarantaine de quatorze jours et, du coup, nous nous retrouvons sans filet de protection. En accueillant les touristes, allons-nous attirer des devises ou des variants ? », se demande-t-elle.Depuis la réouverture partielle, à la mi-juillet, le nombre de cas a été multiplié par plus de cinq, de 2 461 le 16 juillet à 12 616 le 10 septembre. Cette augmentation est de loin la plus importante en Afrique sur cette période, selon les données compilées par l’AFP. Depuis le début de la pandémie, Maurice a enregistré 1 005 cas pour 100 000 habitants, un chiffre nettement supérieur à la moyenne africaine (598). Le gouvernement impute cette hausse à un relâchement des comportements et rappelle que les nouveaux cas sont majoritairement asymptomatiques.
    Accusées par la population de minimiser le nombre de morts, les autorités ont revu le bilan à la hausse, vendredi 10 septembre. Initialement annoncé à 34, le nombre de décès a été porté à 89 depuis le début de la pandémie. Mais le ministre de la santé a souligné que la majorité d’entre eux n’étaient pas causés directement par le Covid-19 mais résultaient de comorbidité.
    Au cimetière Bigara, où sont enterrées les victimes du Covid-19, la zone dévolue à la pandémie est pleine. Les corps sont désormais inhumés à Bois-Marchand, dans le nord de l’île, déclenchant la colère des riverains. Le 8 septembre, certains ont lancé des pierres sur un convoi des autorités sanitaires venu enterrer des corps.Le discours officiel suscite la méfiance. « On avait fermé le pays, mais le nombre de cas explose. Maintenant, avec une frontière ouverte comme une fenêtre, il y a de quoi frémir », estime Paul Pierre, chauffeur de taxi, s’interrogeant sur l’efficacité des vaccins. Un variant, baptisé C.1.2, a été détecté mais il s’agit d’un variant « classique » et non d’un variant sujet d’inquiétude, a affirmé Laurent Musango, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur l’île.
    Malgré tout, l’état des hôpitaux n’est pas de nature à rassurer. « Les gens ne réalisent pas à quel point la situation est grave. On nous parle de nombreux cas asymptomatiques, mais nous sommes déjà au-dessus de nos capacités en termes de cas symptomatiques », affirme une infirmière d’un centre de traitement du Covid-19.

    #Covid-19#migrant#migration#maurice#sante#frontiere#circulation#tourisme#morbidité#test#mortalite#systemesante

  • Walking Tour: Rosa Luxemburg’s Berlin (updated!) in Berlin, Konzert, 16.09.2021, Mehringplatz - regioactive.de
    https://www.regioactive.de/konzert/walking-tour-rosa-luxemburg-s-berlin-updated-mehringplatz-2021-09-16-jdl

    (This tour is going to be updated with about 10% new information!)

    Aha, revolutionaryberlin at gmail dotcom hat eine Facebookseite und bietet nichtkommerzielle Stadtführungen an. Allet schön, aber was ist daran revolutionär, seine Daten den imperialistischen Datenkraken zu übergeben, und seine Gäst*e dazu zu bewegen, unwillentlich ein Gleiches zu tun?

    Die lustigen Revoluzzer können froh sein, dass es den KBW Hamburg nicht mehr gibt. Die hätten solche Renegaten mit Eisenstangen zu Brei verarbeitet und anschließend in der Fischmehlfabrik entsorgt ;-)

    #Berlin #Tourismus

  • Covid-19 : en Nouvelle-Calédonie, la vaccination sera obligatoire pour tous les adultes, y compris les touristes
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/09/03/covid-19-la-nouvelle-caledonie-adopte-l-obligation-vaccinale-pour-toutes-les

    Covid-19 : en Nouvelle-Calédonie, la vaccination sera obligatoire pour tous les adultes, y compris les touristes. Cette obligation, adoptée vendredi à l’unanimité par le Congrès calédonien, fait l’objet d’un vaste consensus politique.
    La vaccination contre le Covid-19 va devenir obligatoire pour toutes les personnes majeures en Nouvelle-Calédonie, alors que seulement 30 % de la population du territoire est à ce jour entièrement vaccinée. Au total, 44,6 millions de personnes sont complètement vaccinées contre le Covid-19 en France, ce qui représente 66,5 % de la population. Cette obligation, adoptée vendredi 3 septembre à l’unanimité par le Congrès de la Nouvelle-Calédonie, s’appliquera également à tous les voyageurs souhaitant se rendre dans l’archipel, rare territoire au monde encore exempt de Covid-19. Elle ne s’applique ni aux mineurs ni aux personnes présentant une contre-indication médicale. La mesure fait l’objet d’un vaste consensus politique en Nouvelle-Calédonie. Elle doit permettre de donner un coup d’accélérateur à la vaccination. Les autorités s’inquiètent d’une possible introduction du virus, qu’elles jugent très probable en raison de la forte contagiosité du variant Delta du SARS-CoV-2, malgré les conditions de quarantaine strictes imposées aux personnes autorisées à entrer sur le territoire. La faiblesse du taux de vaccination contrarie également la volonté du gouvernement de rouvrir les frontières au 31 décembre.
    Les experts estiment que seule une couverture vaccinale d’au moins 60 % pourrait éviter au système de santé de s’effondrer en cas d’épidémie. Le manque de personnel spécialisé est criant en Nouvelle-Calédonie, notamment du fait des restrictions d’accès au territoire mises en place en mars 2020 en raison de la crise sanitaire.Le texte voté vendredi ne prévoit toutefois pas, pour l’instant, de sanctions pour les personnes qui refuseraient de se faire vacciner. Une amende de 175 000 francs Pacifique (1 475 euros) sera en revanche infligée aux personnes exerçant une profession jugée à risque (agents aéroportuaires, personnel de santé, etc.) non vaccinées avant le 31 décembre. « Mais si nous voyons que cela ne suffit pas, nous introduirons des sanctions aussi pour la population générale », a précisé Milakulo Tukumuli, président de la commission permanente du Congrès.

    #Covid-19#migrant#migration#nouvellecaledonie#sante#vaccination#obligationvaccinale#systemesante#tourisme#frontiere

  • « Enfin, les Français vont revenir » : Montréal compte beaucoup sur le retour des touristes
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/09/06/montreal-compte-sur-les-touristes-francais_6093559_3234.html

    « Enfin, les Français vont revenir » : Montréal compte beaucoup sur le retour des touristes
    Accoudé au présentoir de sa galerie d’art inuit, Le Chariot, au cœur du Vieux-Montréal, Samuel Namour n’en finit pas d’attendre les clients. Mais à quelques heures de l’ouverture des frontières canadiennes, le 7 septembre, à tous les voyageurs internationaux doublement vaccinés, il s’anime : « Enfin, les Français vont revenir ! » Les touristes français (500 000 à Montréal en 2019) représentent en temps normal plus de 40 % de sa clientèle. « Ce sont des clients fidèles et amateurs, ils vont nous sauver », affirme celui qui n’est pas peu fier d’avoir vendu, il y a quelques années, à un Français renommé, l’ex-président Jacques Chirac, pas moins de neuf sculptures d’art autochtone.A quelques pas de là, sur le Vieux-Port, le bâtiment historique du marché Bonsecours, haut lieu de tourisme avec ses boutiques d’artisanat du Québec, a encore triste mine : rideaux de fer baissés sur des magasins qui ont mis la clé sous la porte, plages d’ouverture restreintes pour ceux qui tiennent encore le coup. Dora Urena, propriétaire d’Arts en mouvement Québec, une échoppe de souvenirs locaux, voit passer une quinzaine de clients par jour, quand elle en comptait plus d’une centaine dans la vie d’avant. « Les Canadiens de l’Ontario, de Colombie-Britannique ou des provinces maritimes de l’est du pays nous ont permis de survivre cet été. Mais les Américains [autorisés à entrer au Canada depuis le 9 août] n’ont pas été au rendez-vous. » Elle attend sans beaucoup d’illusions le retour des touristes européens. « Ils ne vont pas tous reprendre l’avion le 7 septembre. Ce qui signifie que la saison 2021 est déjà derrière nous, l’hiver, saison morte, arrive si vite ici. »Yves Lalumière préfère, lui, voir le verre à moitié plein. « On a encore un genou à terre, mais on avait les deux il y a encore quelques mois », se réjouit-il, pariant sur le revenge travel (que l’on pourrait traduire par « voyage de revanche ») des touristes frustrés par ces deux dernières années. Il constate déjà une forte hausse des réservations d’hôtel pour les prochains mois. Son objectif à court terme : faire savoir que Montréal – « mieux qu’une ville, une île », précise-t-il pour en souligner l’attractivité – est désormais prête à accueillir les voyageurs, français notamment, en toute sécurité ; d’ici à avril, il espère aussi convaincre les compagnies aériennes de rétablir toutes leurs liaisons directes Paris-Montréal, ainsi que les lignes au départ des grandes métropoles régionales comme Lyon, Bordeaux ou Toulouse.
    Seul bémol, le tourisme d’affaires et de congrès, duquel la ville s’enorgueillissait d’être une place forte – plus de 350 événements en 2019, devant New York –, peine à redécoller. Entreprises et congressistes restent rebutés par des contraintes sanitaires encore fortes, comme le test PCR obligatoire avant l’entrée sur le territoire ou encore la mise en place d’un passeport sanitaire au Québec. « La reprise est encore timide avec un taux de réservation de 20 % pour septembre, mais ça frémit », assure Bertil Fabre, le patron du Centre Sheraton Montreal Hotel (825 chambres). En attendant le retour de sa clientèle habituelle, il se dit prêt à adapter de nouveau son modèle d’affaires comme il l’a fait depuis le début de la pandémie, pour accueillir amis et familles de l’importante communauté française de Montréal (estimée entre 120 000 et 150 000 personnes) avides de se retrouver.

    #Covid-19#migrant#migration#france#quebec#sante#tourisme#economie#pandemie#passeportsanitaire#test#circulation#frontiere

  • Un Airbnb bruxellois sur deux exploité par des professionnels ?
    https://www.rtbf.be/info/regions/detail_un-airbnb-bruxellois-sur-deux-exploite-par-des-professionnels?id=1083699

    L’économie de partage, c’est le principe mis en avant par les fondateurs d’Airbnb : j’ai une chambre vide dans mon appartement ou ma maison, je la loue à des visiteurs de passage pour arrondir mes fins de mois. Ou je pars souvent à l’étranger et je loue mon appartement quand je n’y suis pas. Bref, on s’entraide entre particuliers. Or, une étude de la VUB l’affirme : dans la capitale, près d’un Airbnb sur deux serait exploité par des professionnels ou des investisseurs.

    Le problème, avec la plateforme de location immobilière, c’est qu’elle ne communique pas volontiers ses données. Aussi Pieter-Paul Verhaege et Sylvie Gadeyne, les deux auteurs de l’étude, ont dû s’adresser à AirDNA, un site qui fait du «  data-scraping  », littéralement du grattage de données. Comprenez : le site extrait toutes les données possibles et les agglomère pour tenter de dresser un portrait aussi fidèle que possible de la situation des Airbnb, ville par ville.

    L’équipe de l’université néerlandophone de Bruxelles s’est procurée les chiffres pour 2019, période avant COVID. Ils lui ont permis de dresser un portrait pour le moins nuancé du marché de la location Airbnb à Bruxelles.

    Les chercheurs ont divisé les propriétaires en plusieurs catégories : ceux qui proposent, occasionnellement, une chambre dans un appartement ou une maison ; ceux qui offrent un appartement entier, mais moins de 120 jours par an (c’est le cas des personnes qui sont souvent en voyage professionnel, par exemple) ; ceux qui proposent un seul bien, mais pendant plus de 120 jours ou qui mettent deux appartements en location et enfin ceux qui disposent de plus de trois biens.

    Pour les auteurs de l’étude, seules les deux premières catégories peuvent être classées comme jouant le jeu de l’économie de partage chère à Airbnb. Ils représentent 55% du total des propriétaires présents sur la plateforme.

    A côté, ceux qui mettent deux biens en location ou un seul bien mais plus de 120 jours par an représentent 29% du total. Pour les professeurs de la VUB, ce ne sont pas des amateurs, mais des investisseurs.

    Enfin, il y a les professionnels : 16% des propriétaires bruxellois présents sur la plateforme proposent au moins trois bien à la location. Les chercheurs ont même dénombré 32 personnes qui ont plus de 10 appartements.

    Sans grande surprise, professionnels et investisseurs préfèrent proposer des locations à proximité de la Grand’Place, là où les touristes cherchent à se loger, ou près des institutions européennes, visant ainsi plus une clientèle professionnelle. Les auteurs de l’étude pointent également un détail amusant : la concentration des locations Airbnb correspond à celle des restaurants : plus il y a de restos, plus il y aura d’Air BNB dans les environs.

    Selon l’étude, il y avait, en 2019, 11.427 biens disponibles sur la plateforme à Bruxelles. Si l’on enlève les propriétaires qui jouent le jeu de l’économie partagée, cela laisse encore quelque 5.000 biens qui sont soustraits au marché locatif de la capitale. Prochaine tâche pour les auteurs de l’étude : tenter de déterminer quelles pressions éventuelles cette soustraction exerce sur les loyers bruxellois.

    airbnb #uber #logement #exclusion #paupérisation #tourisme #domination #algorithme #bénéfices #gentrification #urbanisme #disruption #urbanisme #urban_matter #ville #villes #géographie_urbaine

  • „Hier kommt man besser nur zum Sterben her“ Casuarina Jomtien Hotel & Baramie Residence (Jomtien) • HolidayCheck | Pattaya Thailand
    https://www.holidaycheck.de/hrd/casuarina-jomtien-hotel-baramie-residence-hier-kommt-man-besser-nur-zum-sterben-her/c84f8eed-5da3-31ed-ac5a-309fd4056176


    https://www.openstreetmap.org/way/169408591

    Was für ein schöner Verriss. Frank you made my day .

    Frank (41-45)
    Verreist als Paarim Dezember 2014für 2 Wochen
    Hier kommt man besser nur zum Sterben her

    Wer das Hotel aus den Bildern nur kennt, wie hier angezeigt, der wird sich wundern, denn die so hellen und lichten Bilder der Bungalows müssen mindestens 10 Jahre alt sein. Von der Realität so weit weg wie die nächste Galaxie. Die Bungalowanlage ist völlig zugewachsen mit allerlei Gewächs, so dass kein Lichtstrahl zu egal welcher Uhrzeit dahin durchdringt. (Bungalow 105 ist alt und total verlebt, wie alle anderen auch!) Die Zimmer selber sind geräumig und groß, die Betten sind eine einzige Katastrophe, wer schon immer die Brutstätte aller Mücken des Planeten kennenlernen wollte ist hier genau richtig! Dies liegt unter anderem daran, dass das Putzpersonal die Fenster und Türen während des Bettenmachens sperrangelweit aufläßt. Richtig geputzt wurde während unseres Aufenthaltes in unseren Zimmern jedenfalls nicht! Nach 1 Woche im Dschungelcampbungalow wo es eine Belegung mit 90% Russen gab, zogen wir dann gegen Aufpreis in das Seaviewgebäude, dessen Zimmer bereits vom Standard dem des 21. Jahrhunderts entsprachen. Es gab WiFi und 1 deutschen Fernsehsender (Deutsche Welle) sowie ein reichhaltiges Frühstücksangebot. Das Seaviewzimmer welches wir bewohnten (Zimmernummer 2001) war schon aufgrund der Lage im 1. Stock mit deutlich weniger Mücken versehen. Aber das Bettenproblem, alle samt Rollbetten mit Wandermatratzen blieb bestehen. Die Sanitärverhältnisse sind für hygieneverwöhnte Mitteleuropäer desolat. In der Toilette fehlen überall die Klobürsten, und nur das Putzpersonal verfügt über 1 Klobürste, die in allen Zimmern eingesetzt wird. Sagrotan läßt grüßen! Das ging gar nicht!!! Die hohen Bewertungen sind uns völlig unververständlich, scheinen sich aber aufgrund der Gästestruktur zu ergeben 70+. Deren Umgang mit Bewertungen im Internet sicher eine andere ist als in unserer Altersgruppe. Keinerlei Bespassung im Hotel oder am Pool, morgens läuft dort als Musik Walzer etc. oder die Titanik versinkt zum 200. mal. Die Poolbar macht erst um 11 Uhr auf, und um 20 Uhr zu, total überteuerte Preise im Hotel, denn für ein 0,3 l Fläschchen Bier zahlt man hier 120 Baht, gleich 3 Euro! In einem Minimarkt, von denen es nur 2 am Ort gibt, kostet das gleiche Bier 50 Baht. Mittlerweile hat das Hotel, welches vor 3 Jahren noch völlig in deutscher Hand war eine Wandlung in Richtung Russenbunker gemacht, wie alles dort in der Umgebung. Wenn man aends noch ein Bier in der Lobby/Restaurant trinken möchte, dann muss man sich schon selbst auf die Suche nach dem Kellner machen, denn der kommt so schnell nicht wieder!

    #Thailande #tourisme #wtf

  • Le code QR s’invite dans les calanques surfréquentées de Marseille
    https://reporterre.net/Le-QR-code-s-invite-dans-les-calanques-surfrequentees-de-Marseille

    Un système de réservation va être mis en place pour accéder à la calanque de Sugiton. Ce site naturel est dégradé par la surfréquentation, et il faut en limiter l’accès pour préserver ses richesses.

    Après une courte randonnée sous un soleil assommant, elle apparaît, splendide, au détour d’un énième virage : la calanque de Sugiton. De là, le tableau est éblouissant. En contrebas, une crique à l’eau translucide s’engouffre dans la terre ; lame turquoise scindant la rocaille cernée par une forêt de pins. Le paysage est majestueux, mis en musique par un concert de cigales.


    C’est pour s’offrir ce spectacle que des milliers de touristes débarquent ici tous les jours. À seulement 45 minutes de marche du parking de la faculté d’architecture de Luminy, Sugiton est la calanque la plus accessible de Marseille. La plus étroite aussi : la plage ne tient que sur une vingtaine de mètres et seuls quelques rochers plats sont au cœur d’une colline verdoyante. Alors, quand la saison estivale déverse ses flots de touristes sur la ville, la calanque est littéralement prise d’assaut. « Ce n’est plus tenable. On ne parle même plus de surfréquentation, mais d’hyperfréquentation, dit Didier Réault, vice-président de la métropole Aix-Marseille-Provence et président du conseil d’administration du parc national des Calanques. On a eu des journées avec plus de 2 000 personnes sur le site, soit quasiment six par mètre carré ! »

    En 2019, le parc a recensé 2 millions de visiteurs, puis 3 millions en 2020. Les températures hors saison étant de plus en plus douces, les calanques sont désormais visitées toute l’année. « La crise sanitaire a accentué le phénomène, précise Didier Réault. Après le premier confinement, les gens se sont rués dans les calanques, avec des pics de fréquentation en mars qu’on ne connaissait jusqu’ici qu’en plein été. »

    Mardi 13 juillet 2021, le conseil d’administration du parc a donc décidé de mettre en place un système de réservation avec permis de visite nominatif qui entrera en vigueur en mars 2022. « La mesure peut paraître contraignante, c’est un vrai changement de philosophie, admet François Bland, le directeur du parc. On n’est pas trop habitués à cela en France, contrairement au Royaume-Uni ou aux États-Unis où l’accès aux parcs naturels est bien plus limité. »
    . . . . . .
    Les réservations se feront en ligne ou sur l’application Mes Calanques via un système de QR code à présenter sur place. Un contrôle sera effectué au col de Sugiton en amont de la calanque par une société privée de sécurité. Il sera possible de réserver trente jours à l’avance et de nouveaux créneaux seront ouverts quelques jours avant. Une première étape avant un accès payant au site ? « Il en est hors de question, on conservera la gratuité absolue de l’accès au site, c’est fondamental pour nous », assure le directeur.
    . . . . . .
    « Maintenant, il faut voir qui on exclut avec ce système, il ne faudrait pas que les locaux soient pénalisés au profit des touristes », précise Marine. « Moi je me décide à venir du jour au lendemain, j’ai pas envie de planifier ma venue six mois à l’avance ! Et beaucoup n’ont pas d’ordinateur », dit Gérard, un retraité habitué des lieux, croisé à l’ombre d’un pin au creux de la calanque.

    Les visiteurs moins à l’aise avec les outils numériques, souvent les plus âgés, auront-ils une autre solution pour se rendre sur place ? Un système de réservation par téléphone « n’est pas prévu pour le moment, mais effectivement c’est à prendre en compte », rétorque François Bland. Et le système qui s’appliquera demain à Sugiton pourrait se généraliser rapidement à d’autres calanques. « On est sur une expérimentation, mais c’est sûr qu’on devra probablement limiter l’accès à d’autres sites », admet François Bland, avant de lâcher : « La calanque En-Vau sera probablement la prochaine sur la liste. »

    #qrcode #surveillance #smartphone #actualités_françaises #france #algorithme #pass_sanitaire #tourisme #ségrégation #exclusion #écologie #privatisation

  • Hundreds of Afghan refugees housed in hotels ‘at risk of missing vital health and education services’

    Charities concerned about level of support provided to families in hotels.

    Hundreds of Afghan refugees who have arrived in the UK in recent months are being forced to live in hotels and are at risk of missing out on vital health and education services, charities have warned.

    (#paywall)

    https://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/afghan-hotels-families-home-office-uk-b1905889.html

    #hôtels #asile #migrations #réfugiés #UK #Angleterre #réfugiés_afghans

    –-
    ajouté à la métaliste #migrations et #tourisme :
    https://seenthis.net/messages/770799
    et plus précisément ici :
    https://seenthis.net/messages/770799#message927668

  • Les premiers Afghans arrivent à Paris : « Ces gens étaient de par leurs professions et prises de position menacés par les Taliban »

    Tous seront placés en quarantaine dans des #hôtels des Hauts-de-Seine, en région parisienne. « Dans un deuxième temps, ils seront dirigés vers des structures d’accueil pérennes », affirme Didier Leschi. De là, leur parcours administratif de demande d’asile débutera. « Ils devront suivre la procédure habituelle, quoiqu’accélérée : passer devant le Guichet unique [s’enregistrer à la préfecture, NDLR] puis devant l’Ofpra ». Ils auront également droit à l’allocation pour demandeurs d’asile (ADA).

    https://www.infomigrants.net/fr/post/34424/les-premiers-afghans-arrivent-a-paris-ces-gens-etaient-de-par-leurs-pr

    –—

    ajouté à la métaliste #migrations et #tourisme :
    https://seenthis.net/messages/770799

  • Un village espagnol demande aux touristes d’apprendre à supporter le bruit des coqs et des ânes | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/214515/apres-plaintes-ribadesella-village-espagnol-demande-touristes-apprendre-suppor

    Dans la petite ville de Ribadesella (5.700 habitants), au nord de l’Espagne, des touristes ont contacté les autorités pour se plaindre du braiement des ânes, tandis que d’autres leur ont signalé des dégâts causés par des vaches, rapporte le Guardian.

    « La semaine dernière, une dame nous a appelés trois ou quatre fois à propos d’un coq qui la réveillait à 5h du matin, raconte Ramón Canal, le maire de Ribadesella. Elle nous a dit que nous devions faire quelque chose. »

    Les responsables de la commune sont donc passés à l’action. Mais l’idée qu’ils ont trouvé n’est probablement pas à la hauteur des espérances des touristes mécontents : il s’agit d’une campagne d’affichage humoristique qui invite les citadins à « assumer tous les risques » de la vie rurale.
    « Vous n’êtes peut-être pas au bon endroit »

    « Ici nous avons les cloches de l’église qui sonnent régulièrement, des coqs qui chantent tôt le matin et des troupeaux de bétail qui vivent tout près et portent parfois des cloches qui font également du bruit, peut-on lire sur l’affiche placardée un peu partout dans la ville ces derniers jours. Si vous ne pouvez pas supporter tout ça, vous n’êtes peut-être pas au bon endroit. »

    #ruralité #tourisme #trou_du_cul #humour

  • Afghan boy, 5, who died in Sheffield hotel fall named as Mohammed Munib Majeedi

    Ministers facing serious questions after boy falls from ninth floor of city’s #Metropolitan_hotel.

    Ministers are facing serious questions after a five-year-old boy whose family had recently fled the Taliban fell to his death from a ninth-floor hotel window in Sheffield.

    On Thursday night, South Yorkshire police named the boy as Mohammed Munib Majeedi.

    His family is understood to have arrived in Britain in recent weeks and was among a number of Afghan refugees temporarily housed at the £33-a-night Metropolitan hotel.

    One hotel resident, who was an interpreter for the British in Afghanistan, said Mohammed’s father had worked at the UK embassy in Kabul. He said he heard the boy’s mother scream “my son, my son” after the child fell from the open window at about 2.30pm on Wednesday.

    The Refugee Council called for the Home Office to launch an immediate investigation into the incident and whether any safeguarding assessments were carried out.

    The Home Office had been told about safety concerns at the hotel, the Guardian has learned, leading to questions about why the government placed families from Afghanistan there despite the concerns local officials raised.

    The Guardian has been told that the hotel was used for a short time last year as temporary accommodation for asylum seekers, but several families from Afghanistan have been placed in the hotel in recent weeks under the Home Office’s scheme to rescue those fleeing the Taliban.

    Concerns had been raised previously about the safety of the hotel and its windows, which can open very wide. One guest wrote on the hotel’s Facebook page in 2019 that the windows “opened so wide I was scared my children would fall out”. She added: “Please don’t stay at this dangerous hotel.”

    The budget hotel, which is being used to accommodate Afghan refugees who assisted the British authorities in their own country, was described as “absolutely disgusting”, “grimy” and “dirty” in online reviews as recently as last month.

    A Home Office spokesperson said: “We are extremely saddened by the tragic death of a child at a hotel in Sheffield. The police are providing support to the family while the investigation continues and we cannot comment further at this time.”

    The former interpreter for the British in Afghanistan said: “I was in my room. I heard a sound, like I heard the body fall. His mother was in the room with him. She was screaming: ‘My son, my son.’

    “When I came here [outside] I saw the ambulance and police.”

    He said the family came to the UK three or four weeks ago, landing at Birmingham airport and then staying in Manchester during Covid quarantine. The family, including the parents, three boys and two girls, moved to the hotel in Sheffield three or four days ago, and the father was regarded as “the new guy” among Afghans staying there, he said.

    The interpreter added: “If the dad is working for the Americans or the English, then their lives are in danger in Afghanistan. They came here to save their lives, they came for a new life here.”

    He said in his own room the windows only opened a few inches. The eight to 10 Afghan families staying at the hotel were being moved to another hotel on Thursday afternoon, he said.

    On Thursday night, South Yorkshire police named Mohammed and said in a statement: “His family have now formally identified him and they are being supported by our family liaison officers. We would ask that their privacy is respected at this time. Officers are appealing for anyone with information relating to the incident to come forward.”

    Dan Jarvis, the mayor of the Sheffield city region, who served for the British army in Afghanistan, said he was “desperately saddened at the appalling news”. He added: “My thoughts and deepest condolences are with his family, who will be experiencing an unimaginable pain at present.”

    Terry Fox, Leader of Sheffield city council, said: “I am absolutely heartbroken that a young boy has lost his life in this way. My deepest thoughts are with the family of little Mohammed, I can’t begin to imagine what they are going through. As a council we have been at the hotel to offer assistance and, in partnership with the police, will support the family in any way we possibly can. While details are still emerging and the police continue to investigate, it’s not appropriate for me to comment further, except to say that this is an incredibly sad time.”

    Enver Solomon, the chief executive of the Refugee Council, said: “This a terrible tragedy and our thoughts are with the family who have gone through so much trauma and suffering to reach the UK.

    “It is vital the Home Office carry out an urgent investigation into what has happened so steps can be taken to quickly learn lessons. We don’t know the details of the incident but it is imperative that families who come from Afghanistan are given all the support they need and housed in appropriate accommodation. They are vulnerable and often very traumatised. There should always be safeguarding assessments carried out so steps are taken to ensure nobody, especially children, is put at risk.

    “We know from our work the quality of hotel accommodation is variable and there have been cases when the welfare and needs of people seeking safety in our country have been overlooked. We hope this wasn’t the case on this occasion.”

    Tourists who had booked to stay in the hotel earlier this month had complained online that their bookings were suddenly cancelled. One traveller said they were told by a receptionist on 4 August that the hotel was closing in order to accommodate refugees.

    #OYO_Rooms, which owns the Metropolitan hotel, has been approached for comment.

    https://www.theguardian.com/world/2021/aug/19/five-year-old-afghan-refugee-falls-to-death-from-sheffield-hotel?CMP=Sh
    #hotel #asile #migrations #réfugiés #mort #décès #UK #Angleterre

    –—

    voir aussi la métaliste sur #tourisme et migrations :
    https://seenthis.net/messages/770799

  • ‘Zero-Covid’ New Zealand outlines plan for reopening borders | South China Morning Post
    https://www.scmp.com/week-asia/health-environment/article/3144672/zero-covid-new-zealand-outline-plans-reopening-borders

    ‘Zero-Covid’ New Zealand outlines plan for reopening border.
    on Thursday laid out its plan for reopening its borders, the latest “zero-Covid” economy to confront the difficult task of charting a path out of international isolation during the pandemic. Prime Minister Jacinda Ardern said the government would speed up its vaccine roll out this year and begin a phased reopening of the border in early 2022. Vaccinated travellers from low-risk countries will eventually be able to enter New Zealand without going into quarantine, she said. Residents have largely enjoyed life as normal for most of the pandemic, though a quarantine-free travel bubble with neighbour Australia was suspended last month due to rising Delta variant cases there.
    But as with its “zero-Covid” peers, the country’s strategy has left it at risk of long-term international isolation and decimated key industries such as tourism and international education. Similarly to Australia and Hong Kong, New Zealand’s vaccination drive has also lagged other developed economies, with only about 20 per cent of adults fully jabbed, in part due to complacency associated with jurisdictions where the virus does not feel like an immediate threat. On Thursday, Ardern said the government would make the Pfizer vaccine available to all adults sooner than planned, with all eligible people able to book a vaccination appointment from September 1.
    The government will also use the second half of this year to conduct a self-isolation trial for vaccinated New Zealanders in preparation for the gradual resumption of quarantine-free travel. From the first quarter of next year, new risk-based border settings will be introduced that establish low, medium and high-risk pathways into the country. The pathway a traveller takes will be based on the risk associated with where they are coming from and their vaccination status, and each pathway will have testing and isolation requirements proportionate to that risk. A low-risk pathway will permit quarantine-free entry for vaccinated travellers; a medium-risk pathway would include a combination of self-isolation and/or reduced managed isolation for vaccinated travellers, while a high-risk pathway will require a full 14 days in quarantine and testing regardless of vaccination status. Last month, Australia, which is grappling with Delta variant-fuelled outbreaks in New South Wales and Victoria, announced plans to phase out lockdowns once 70 per cent of adults were vaccinated, and reopen borders to “safe” countries once coverage reached 80 per cent. Although New Zealand’s pandemic response has won widespread public support, there are signs of growing public frustration with the government’s handling of the recovery.In an opinion poll released earlier this month, public approval of Ardern’s centre-left Labor Party fell almost 10 points to 43 per cent, although support remained well ahead of the rival National Party. Neil Carr, a professor at the University of Otago’s tourism department, said the tourism sector in particular had increased pressure on Ardern’s government to find a way out of the pandemic. “The lack of international visitors has resulted in a downturn for many businesses and they are rightly keen to see international visitors returning,” Carr said. “Yet at the same time domestic tourism is very buoyant and those businesses in the sector that have managed to be light and agile have coped better. There are also concerns in the sector about a dearth of people to fill posts in the industry that has for a long time been filled by international temporary migrants or those on working holiday visas.” John Gibson, an economics professor at the University of Waikato in Hamilton, New Zealand, said before Ardern’s announcement that he had low expectations for the government’s plans.
    “The Ardern government is infamous for making announcements about announcements and the event this week is along those lines,” Gibson said.
    Hong Kong, Australia’s goal to eliminate Covid-19 ‘not sustainable’, says infectious disease expertGibson said many New Zealanders felt comfortable with the status quo, in part due to low unemployment and rising house prices.
    “So despite restrictions on international mobility, there is a large proportion of the population who are happy with the situation as it is as they feel wealthier and secure in their jobs,” he said. “The government has manifestly failed to deliver on many previous promises, so Covid is one of the few things they feel they can highlight, electorally, so they have very little reason to change the status quo on this issue even as the rest of the world moves on.”Said Michael Plank, a statistician at the University of Canterbury whose modelling informed New Zealand’s pandemic strategy: “I think everyone recognises that border closures have costs and we can’t keep Covid out forever. But we do need to remain cautious at least until everyone has had the opportunity to be vaccinated.” “Seeing how difficult New South Wales is finding it to control their outbreak reinforces how dangerous the Delta variant is and how crucial it is to keep it out.”

    #Covid-19#migrant#migration#nouvellezelande#sante#frontiere#variant#variant#vaccination#tourisme#economie

  • Kurdish refugee sues Australian government for alleged unlawful imprisonment in #Melbourne hotels

    Mostafa ‘Moz’ Azimitabar seeks damages for detention over 14 months in case that could carry implications for hundreds of asylum seekers

    https://www.theguardian.com/australia-news/2021/jul/30/kurdish-refugee-sues-australian-government-for-alleged-unlawful-impriso

    Ajouté à la métaliste sur #migrations et #tourisme :
    https://seenthis.net/messages/770799
    #hôtel #Australie #détention

  • ’Phuket sandbox’ a faint ray of hope for Thai tourism - Asia Times
    https://asiatimes.com/2021/08/phuket-sandbox-a-faint-ray-of-hope-for-thai-tourism

    BANGKOK – The Phuket sandbox was successfully opened to fully vaccinated foreign tourists on July 1 but it remains to be seen if the experiment will flop due to surging numbers of Covid-19 cases and other life-threatening hazards.Under the sandbox rules (and there are many), fully vaccinated foreign tourists are allowed to visit Phuket Island, Thailand’s prime Andaman Sea beach resort, without being forced to quarantine in a hotel for 14 days, as is still the case in Bangkok and elsewhere in the kingdom.But visitors are also required to undergo three Covid tests during the first seven days of their stay and must remain on the island for the first 14 days, after which they are allowed to leave for some select destinations. Prior to the scheme’s launch, nearly 70% of the island’s population of about 500,000 were vaccinated, including almost 100% of the staff working at 420 certified hotels and restaurants designated as Sandbox participants.
    The scheme, the brainchild of various Phuket-based tourism and business associations with the backing of the Phuket governor and local authorities, was designed to prevent foreign visitors from spreading Covid to the local population and to make foreign tourists feel safe from the viral pandemic, which has now become a threat to even vaccinated people via the more contagious Delta variant. Most of the island’s new Covid cases have been found among Thais traveling to Phuket from other provinces, many of them being forced to flee Bangkok where the pandemic has forced new lockdowns and exacerbated unemployment. As of August 4, at least 46 incoming tourists had tested positive for Covid-19 out of 16,060 arrivals since July 1.
    On August 3, Phuket Governor Narong Woonciew sealed off the entire island to Thai travelers from other provinces, even if they were returning to their homes. All domestic flights to the island were also canceled, forcing some Phuket sandbox tourists to take buses to Bangkok’s Suvarnabhumi Airport to catch their flights home.Phuket, which pre-Covid was the second wealthiest province in Thailand after Bangkok in terms of per capita income, is almost entirely dependent on tourism. In 2019, some 14 million tourists including 9 million foreigners visited Phuket, earning the island some 450 billion baht (US$13.5 billion) in revenue. Last year, the island province’s tourism revenue fell to 108 billion baht, generated from tourists who arrived during the first quarter of 2021 before the Covid pandemic prompted a ban on foreign tourist arrivals nationwide. During the first half of 2021, the take was only 5.2 billion baht, according to the Thai Ministry of Sports and Tourism.In pre-Covid Thailand, tourism generated about 18% of gross domestic product (GDP). With the third wave of Covid, which started in April leading to a spike in cases and deaths and forcing new lockdowns, the Bank of Thailand last week trimmed its forecast for gross domestic product (GDP) growth this year to 0.7%, down from the previous projection of 1.8%. Chinese tourists, who accounted for 28% of the 40 million-plus tourist arrivals in pre-Covid 2019, face international travel bans at home, which will likely exclude their numbers from the Phuket sandbox.

    #Covid-19#migrant#migration#thailande#chine#sante#tourisme#vaccination#frontiere#economie

  • Covid-19 : les touristes « invités à quitter » la Martinique, en deuxième phase de confinement
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/08/10/covid-19-les-touristes-invites-a-quitter-la-martinique-en-deuxieme-phase-de-

    Covid-19 : les touristes « invités à quitter » la Martinique, en deuxième phase de confinement. Les mesures renforcées du département antillais impliquent notamment la fermeture des plages et des hôtels.

    Les autorités ont renforcé les mesures de confinement à la Martinique, île en proie à un sévère rebond épidémique de Covid-19. Le territoire va entrer dans une « deuxième phase de confinement », après l’instauration d’un confinement partiel assorti d’un couvre-feu de 20 heures à 5 heures. « Les commerces seront fermés, sauf les commerces alimentaires et les pharmacies », a rapporté, lundi 9 août, le préfet de la Martinique, Stanislas Cazelles, en invitant « toutes les personnes en situation de tourisme qui sont vulnérables à quitter le territoire ». « Les hôtels seront fermés, sauf pour les besoins d’accueil des professionnels et des personnes résidant sur le territoire, il en sera de même des locations saisonnières », a ajouté le préfet. Les « magasins utiles pour la rentrée scolaire » rouvriront lorsque « la situation sanitaire se sera améliorée ». « Les entreprises et les administrations sont, elles aussi, invitées à participer à cet effort de confinement, elles sont invitées à organiser le service de façon à ce qu’un maximum de collaborateurs puissent travailler en télétravail », a encore précisé M. Cazelles.« Les lieux de loisirs et de culture seront fermés », notamment « les plages », qui « ne seront plus accessibles au public », a expliqué le préfet. Les habitants sont, en outre, astreints à des déplacements d’une distance maximale d’un kilomètre autour de leur domicile. « Ces règles sont strictes, elles seront levées dès que la situation sanitaire le permettra », a promis le représentant de l’Etat, en faisant état d’une « clause de revoyure dans quinze jours ». Ces annonces interviennent à la veille d’une « visite de crise » du ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, aux Antilles. Il est attendu mardi soir à la Guadeloupe. Avec le ministre de la santé, Olivier Véran, ils se rendront à la Martinique, jeudi, où la situation a été qualifiée d’« extrêmement préoccupante » par le directeur de l’agence régionale de santé locale, Jérôme Viguier, alors que quelque 240 soignants doivent arriver mardi pour une mission d’appui de quinze jours dans les Antilles. La Martinique accuse l’un des plus forts taux d’incidence de France, avec près de 1 200 cas pour 100 000 habitants, ainsi qu’une tension hospitalière de 227 %. La population de l’île est par ailleurs très peu vaccinée, moins de 22 % de la population ayant reçu une première dose.

    #Covid-19#migrant#migration#france#martinique#metropole#sante#confinement#retour#incidence#tourisme

  • Dans le delta du #Nil, des fermiers égyptiens se battent pour sauver le #papyrus
    https://www.francetvinfo.fr/culture/patrimoine/dans-le-delta-du-nil-des-fermiers-egyptiens-se-battent-pour-sauver-le-p

    Dans cette région égyptienne, le papyrus est à la fois une pratique ancestrale et une source de revenus, mais le secteur a été frappé ces dernières années par une crise politique puis par le Covid-19. Des fermiers et producteurs de papyrus luttent pour sauvegarder cet #artisanat.

    #tourisme

  • Covid-19 : l’Arabie saoudite rouvre ses frontières aux vaccinés pour le pèlerinage de la omra
    https://www.seneweb.com/news/International/covid-19-l-arabie-saoudite-rouvre-ses-fr_n_354436.html

    Covid-19 : l’Arabie saoudite rouvre ses frontières aux vaccinés pour le pèlerinage de la omra
    Après 18 mois de fermeture, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle allait rouvrir ses frontières aux pèlerins étrangers pour l’omra, à condition qu’ils soient vaccinés avec un sérum reconnu par Riyad et qu’ils se soumettent aux règles de quarantaine.L’Arabie saoudite va rouvrir le pèlerinage de la omra, le petit pèlerinage à La Mecque, aux pèlerins de l’étranger vaccinés contre le Covid-19, a rapporté dimanche 8 août l’agence de presse saoudienne officielle.Les autorités saoudiennes commenceront à accepter les demandes d’entrée dans le pays à partir de lundi, précise l’agence. Les frontières avaient été fermées il y a quelque 18 mois en raison de la pandémie due au coronavirus.
    Jusqu’à présent, seuls les pèlerins vaccinés résidant en Arabie saoudite pouvaient prétendre à un permis pour effectuer la omra. Les pèlerins étrangers désireux de se rendre à La Mecque devront également être vaccinés, avec un sérum reconnu par l’Arabie saoudite, et se soumettre aux règles de quarantaine, a ajouté l’agence saoudienne, citant le ministère chargé des pèlerinages.Le petit pèlerinage, qui contrairement au hajj peut être accompli tout au long de l’année, attire en temps normal chaque année des millions de visiteurs du monde entier. L’épidémie de Covid-19 a fortement perturbé ces pèlerinages, sources importantes de revenus pour le royaume qui rapportent quelque 10,3 milliards d’euros par an.L’Arabie saoudite avait ces dernières années investi des milliards dans l’industrie du tourisme pour diversifier son économie pétrolière. Longtemps reclus, le royaume a délivré ses premiers visas touristiques en 2019. Entre septembre 2019 et la fermeture des frontières en mars 2020, elle a délivré 400 000 visas touristiques.Le gouvernement a accéléré début août la campagne de vaccination, dans le but de relancer le tourisme et d’accueillir des événements sportifs et des spectacles. La vaccination est désormais obligatoire pour entrer dans les établissements publics et privés, y compris les établissements scolaires et les lieux de divertissement, ainsi que pour utiliser les transports publics.Depuis le début de la crise sanitaire, l’Arabie saoudite a officiellement enregistré plus de 5321 000 cas de coronavirus et plus de 8 300 décès.

    #Covid-19#migrant#migration#arabiesaoudite#sante#religion#pelerinage#islam#frontiere#circulation#tourisme#visas#vaccination

  • Dans le parc national des Calanques, la traque aux locations illégales de bateaux
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/08/06/dans-le-parc-national-des-calanques-la-traque-aux-locations-illegales-de-bat


    Bateaux dans une calanque entre La Ciotat et Marseille, le 4 août 2021.
    OLIVIER MONGE/ MYOP POUR « LE MONDE »

    Surfréquentée, la zone protégée qui borde Marseille subit un phénomène d’ubérisation. Une situation qui provoque des dangers pour l’environnement et des conflits, en mer comme au mouillage.

    Jumelles en main, arme et menottes au flanc, Thierry Houard, chef du secteur littoral est et haute mer du parc national des Calanques, inspecte les quelques bateaux qui mouillent à l’entrée de la calanque de Morgiou. Ce mercredi 4 août, la journée est nuageuse, sûrement la plus fraîche de l’été, mais la patrouille d’inspecteurs de l’environnement qu’il dirige est partie tôt du port de La Ciotat (Bouches-du-Rhône).

    Depuis l’ouverture de la saison estivale, les équipes du parc, en collaboration avec le parquet de Marseille et la préfecture maritime, ont lancé, parallèlement à leurs activités de contrôle habituelles, une traque aux locations illégales de bateaux. « Un phénomène que nous surveillons depuis quelques années, mais qui prend chaque saison de l’importance et entraîne des dangers pour l’environnement et de nombreux conflits d’usage, en mer comme au mouillage », assure l’agent du parc, qui évoque un « phénomène d’ubérisation dû au succès des plates-formes de location sur Internet ».

    Des règles strictes
    Sur l’eau, le cocktail est aussi explosif qu’à terre et provoque les mêmes effets de surfréquentation pour le seul parc national périurbain de France. Une affluence touristique en hausse (+ 11 % de visiteurs français dans les Bouches-du-Rhône à la mi-juillet par rapport à 2019), une soif de liberté postconfinement et une démocratisation de l’accès à certaines pratiques, comme la plaisance, grâce aux outils numériques.

    En été, sur dix bateaux repérés entre Marseille, Cassis et La Ciotat, huit seraient loués, assure le parc national. « Nous sommes passés d’une majorité d’utilisateurs propriétaires qui connaissent bien le secteur et leur embarcation, à des consommateurs d’espaces maritimes, qui veulent se faire plaisir pendant quelques heures et n’ont pas la même formation à la mer », poursuit le directeur adjoint, Nicolas Chardin. Une nouvelle population avec laquelle les rapports sont parfois tendus pour les agents assermentés.

    Si le parc national des Calanques se défend d’être opposé au principe de la location, il a édicté des règles strictes depuis décembre 2019. Un propriétaire privé qui souhaite louer son bateau pour une balade dans ses eaux ne peut le faire que cinq fois par an. Il doit obligatoirement remplir une déclaration numérique et en donner copie à son client. Comme sur le reste du littoral, impossible pour lui de proposer une prestation rémunérée de skipper s’il n’est pas un professionnel diplômé. « -Cela est considéré comme du transport de passagers et du travail déguisé- », rappelle Mathieu Imbert, chef de secteur adjoint. Avec les loueurs professionnels, d’autres règles sont en vigueur : seuls 600 bateaux bénéficient de la vignette verte, passe obligatoire pour mouiller dans le parc. Un quota qui provoque la colère de certains professionnels.

    • Par pitié, arrêtez de venir à #marseille en juillet/août. @Aur0rax

      https://twitter.com/Aur0rax/status/1423749896776060936

      La ville suffoque. Elle n’est pas adaptée au tourisme de masse. Tout est saturé. Et pour nous qui y vivons toute l’année, c’est devenu insupportable :-/

      Ici il faut beau une grande partie de l’année. Étalez vos séjours hors saison au moins.
      Et surtout comportez vous ici comme vous vous comportez chez vous (où je doute que vous preniez les transports en commun... en maillot de bain...)

      Marseille n’est pas une ville balnéaire dédiée au tourisme. Près de 900 000 personnes y vivent toute l’année. Les conditions de vie y sont difficiles, la ville est pauvre et en souffrance. Merci de respecter les habitants.

      On parle de rendre l’accès aux calanques payant pour éviter que le tourisme de masse les DETRUISE.
      J’espere que les marseillais pourront continuer à s’y rendre gratuitement parce que pour rappel, les gens ici sont PAUVRES.

      Quel plaisir prenez-vous à vous entasser dans les chemins de rando comme sur la ligne 13 du métro parisien ? Je pige pas.
      Plus un cm2 disponible sur les plages. Vous kiffez ça vous ? Parce que pas nous.

      J’étais exaspérée que cette ville soit méprisée. Je suis désespérée qu’elle soit devenue tendance....

      #Marseille #calanques

    • avec la patrouille d’inspecteurs de l’environnement, suite

      Une large opération

      En sortant du port de La Ciotat, quelques heures plus tôt, la patrouille de Thierry Houard a pris le temps d’inspecter les bateaux qui mouillent en lisière du périmètre marin protégé. Photos, vérification des immatriculations… « Ceux-là, on les connaît, signale Mathieu Imbert, en montrant deux semi-rigides qui se dandinent sur les eaux. Ils appartiennent à deux gars du coin qui les louent. En tout, ils en ont seize. » Sur Internet, les petites annonces du duo ont été repérées et décortiquées. Et les inspecteurs, qui y voient une activité commerciale déguisée, ont lancé une procédure. Une des cinq actions juridiques ouvertes depuis le début de l’été auprès du parquet de Marseille et de son « groupe opérationnel calanques » spécialement créé en 2012.

      Mardi 3 août, une large opération coordonnée par la préfecture maritime a quadrillé le littoral phocéen. Si elle visait plutôt les Jet-Ski, dont les locations sauvages électrisent élus locaux, forces de l’ordre et usagers de la mer, elle a permis de repérer une embarcation plus imposante dans les eaux du parc national. « Un bateau pourtant loué par une entreprise agréée mais qui ne possédait pas de vignette », explique Mathieu Imbert. Le navire a été reconduit aux frontières de la zone protégée, privant ses locataires de leur journée tarifée au paradis.

      Sur leur semi-rigide, les inspecteurs de l’environnement ont appris à guetter certains indices. « Un capitaine cramé par le soleil qui convoie une famille pas bronzée du tout, un vieux qui pilote un groupe de jeunes qui font la fête… », énumèrent-ils. Autant d’assemblages qui peuvent trahir un propriétaire qui met ses services et son bateau en location. Souvent, lors des contrôles, les inspecteurs se voient offrir une première réponse bien rodée. Un ami ou un membre de la famille a mis à disposition le navire. « C’est dingue le nombre de gens qui ont la chance d’avoir des amis qui leur prêtent un bateau », s’amuse Thierry Houard.

      « Pas les outils législatifs adéquats »

      Pour le commissaire général Thierry Duchesne, adjoint du préfet maritime de Méditerranée, la montée des locations sauvages est « un phénomène de société qui prend de l’importance, avec des loueurs peu scrupuleux sur les comportements de leurs locataires ». « Certains ne savent même pas ce qu’est un chenal d’accès », s’inquiète l’officier. Cet été, la préfecture maritime assure avoir programmé des contrôles « très renforcés » autour de la zone de Marseille. « Mais, contrairement à ce qui se passe sur terre avec le code de la route, nous n’avons pas les outils législatifs adéquats qui nous permettraient de saisir les bateaux », regrette l’officier. Un dossier sur lequel planche la députée LRM des Bouches-du-Rhône Claire Pitollat, qui prône activement « une modification du code maritime et la création d’une fourrière nautique ».

      Dans ses bureaux sur le Vieux-Port, Mathieu Morin, président de la chambre syndicale du nautisme à la métropole de Marseille et fondateur de Zeboat, le plus important loueur agréé de la ville, se félicite de la démocratisation des activités nautiques mais estime que « l’économie collaborative a généré un flux non maîtrisé et non maîtrisable ». « On voit des conflits aux pompes à essence, sur les quais, dans les zones de mouillage et les cales où le plaisancier doit affronter celui qui met ses cinq bateaux à la mer », raconte-t-il.

      Directeur général de Click and Boat , le leader de la mise en relation pour la location de bateaux, Jérémy Bismuth sait bien que les critiques le visent en premier chef. Marseille est, depuis la création de sa plate-forme, il y a huit ans, la destination vedette en nombre de bateaux et de réservations, et l’été 2021 s’y annonce encore florissant. « Nous avons 580 bateaux en location, dont la moitié appartient à des professionnels », explique ce Marseillais d’origine qui connaît parfaitement le littoral. « Qu’il y ait du monde en août dans les calanques, cela n’a rien de choquant », assume-t-il. L’entrepreneur voit plutôt dans les règles du parc « une façon de protéger un petit village, qui ne profitera à personne ». Lui préfère mettre en avant les cinquante emplois créés sur place et les propriétaires, qui, « s’ils n’avaient pas l’occasion de louer leur bateau, n’auraient pas les moyens de le garder ».

      Quant aux revenus générés par les locations, il rappelle que, depuis 2020, la loi oblige toutes les plates-formes numériques à les déclarer directement aux autorités. Sur les eaux de Morgiou, Thierry Houard aborde l’avenir de façon moins optimiste. « Je n’ai pas du tout l’impression qu’on progresse. Il y a peut-être une sensibilisation plus forte à la nécessité de protéger le parc, mais elle est annihilée par l’explosion de la fréquentation », souffle l’inspecteur.

      #tourisme