• Chili : les données personnelles de milliers de policiers piratées et diffusées
    https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/11/12/chili-les-donnees-personnelles-de-milliers-de-policiers-piratees-et-diffusee

    L’administration policière a été la cible d’une vague de piratages, en représailles aux violences commises durant l’état d’urgence. Des informations sensibles ont été dérobées et publiées. Alors que le Chili a été le théâtre d’un important mouvement de contestation en octobre, réprimé dans la violence, des hackeurs ont mis en ligne, le 10 novembre, un annuaire interactif comprenant les données professionnelles et personnelles de plus de vingt-neuf mille carabineros (« carabiniers »), les membres de la police (...)

    #police #data #hacking

  • Venezuela : journée de mobilisation de l’opposition le 16 novembre, Nicolás Maduro arme 300 000 miliciens pour effectuer des patrouilles dans les rues.

    Maduro entregará fusiles a más de 320.000 milicianos para labores de patrullaje
    https://www.elnacional.com/venezuela/maduro-entregara-fusiles-a-mas-de-320-000-milicianos-para-labores-de-pat


    Foto @PresidencialVen

    Nicolás Maduro informó este martes que entregará fusiles a más de 320.000 milicianos para que formen parte del plan de fortalecimiento del patrullaje de calle.

    Tenemos 321.433 fusiles que están siendo distribuidos por las vías seguras de la Fuerza Armada Nacional Bolivariana para nuestros milicianos”, dijo

    Señaló en una jornada de Orientación e Interacción con las Unidades Populares de Defensa Integral que los milicianos estarán en las calles desde el 14 de noviembre hasta el 31 de diciembre.

    El despliegue comenzará dos días antes de la convocatoria de la oposición venezolana a una movilización en respaldo a los trabajadores que exigen salarios dignos.

  • #Chomsky: EEUU apoya golpe de Estado o asesinato de Evo Morales
    https://www.aporrea.org/internacionales/n348769.html

    El politólogo Noam Chomsky denuncia que EE.UU. está detrás del golpe de Estado de la oposición en Bolivia para derrocar al presidente #Evo_Morales.

    “El golpe es promovido por la oligarquía boliviana (…) y cuenta con el total apoyo del Gobierno de Estados Unidos, que desde hace mucho tiempo está ansioso por expulsar a Evo Morales y a su movimiento del poder”, advirtió el reconocido politólogo estadounidense.

    En un comunicado emitido el sábado, Chosmky alertó que el centro de operaciones de la embajada de Estados Unidos en La Paz (capital boliviana) ha dejado entrever dos planes en el país suramericano: “el ’plan A’, un golpe de Estado, y el ’plan B’, el asesinato de Morales”, indicó.

    #Bolivie /#etats-unis

  • #Evo_Morales se réfugie au #Mexique tandis que la #Bolivie plonge dans le #chaos

    Le dirigeant bolivien a affirmé, lundi 11 novembre, dans la soirée, qu’il était en route pour le Mexique où le gouvernement lui a accordé l’#asile politique. Alors qu’un climat de #violence s’est installé à travers tout le pays, le Parlement bolivien doit siéger mardi pour nommer un remplaçant par intérim.

    https://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/crise-politique-evo-morales-se-refugie-au-mexique-tandis-que-

    • Cómo derrocaron a Evo?

      El gobierno de Evo Morales fue una revolución política antielitista. La situación actual no estaba en el horizonte de nadie y habla de un movimiento contrarrevolucionario. El líder visible es #Luis_Fernando_Camacho, un empresario de 40 años que no participó en el proceso electoral y llegó al Palacio Quemado con una biblia y una escolta policial. Mientras festejaba en La Paz el derrocamiento del presidente, en la calle quemaban Whipalas y gritaban “echamos al comunismo”.

      http://revistaanfibia.com/ensayo/como-derrocaron-a-evo

  • Face aux violences sexuelles, LREM ordonne le silence dans les rangs
    12 novembre 2019 Par Lénaïg Bredoux

    Un député de la majorité, Pierre Cabaré, est visé par une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel et moral sur sa suppléante. Quatre anciens collègues confirment les accusations. Mais aucune sanction ou mise en retrait n’a été demandée par LREM.

    S’en remettre à la justice et, en attendant, surtout ne rien faire. C’est, en résumé, la politique de La République en marche (LREM) face aux affaires de violences sexistes et sexuelles. Et le contexte n’y change rien, ni l’approche des élections municipales, ni le Grenelle organisé par le gouvernement, ni les engagements publics d’Emmanuel Macron ou de sa ministre Marlène Schiappa.

    Le parti majoritaire s’est ainsi refusé à prendre toute mesure à l’encontre du député Pierre Cabaré, visé depuis plusieurs semaines par une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel et moral. Lui parle de « fausses accusations » et a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse.

    https://www.mediapart.fr/journal/france/121119/face-aux-violences-sexuelles-lrem-ordonne-le-silence-dans-les-rangs

    #metoo #culture_du_viol #LREM #violences_sexuelles #injustice #déni #fémonationalisme #libfem

  • No Evidence That Bolivian Election Results Were Affected by Irregularities or Fraud, Statistical Analysis Shows | Press Releases | CEPR
    http://cepr.net/press-center/press-releases/no-evidence-that-bolivian-election-results-were-affected-by-irregularities-or-

    Statistical analysis of election returns and tally sheets from Bolivia’s October 20 elections shows no evidence that irregularities or fraud affected the official result that gave President Evo Morales a first-round victory, researchers and analysts at the Center for Economic and Policy Research (CEPR) say. Contrary to a postelection narrative that was supported, without evidence, by the OAS Electoral Observation Mission, statistical analysis shows that it was predictable that Morales would obtain a first-round win, based on the results of the first 83.85 percent of votes in a rapid count that showed Morales leading runner-up Carlos Mesa by less than 10 points.

    The new paper, “What Happened in Bolivia’s 2019 Vote Count? The Role of the OAS Electoral Observation Mission,” presents a step-by-step breakdown of what happened with Bolivia’s vote counts (both the unofficial quick count, and the slower official count), seeking to dispel confusion over the process. The report includes the results of 500 simulations that show that Morales’s first-round victory was not just possible, but probable, based on the results of the initial 83.85 percent of votes in the quick count.

    “There is simply no statistical or evidentiary basis to dispute the vote count results showing that Evo Morales won in the first round,” CEPR Senior Policy Analyst, and coauthor of the paper, Guillaume Long said. “In the end, the official count, which is legally binding and completely transparent, with the tally sheets available online, closely matched the rapid count results.”

    #bolivie #élections pour mémoire

  • L’odyssée chaotique d’Evo Morales pour s’exiler au Mexique, révélatrice des tensions latino-américaines
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/13/l-odyssee-chaotique-d-evo-morales-pour-s-exiler-au-mexique-revelatrice-des-t


    L’ancien président bolivien Evo Morales accueilli par le chef de la diplomatie mexicaine, Marcelo Ebrard, le 12 novembre à Mexico.
    EDGARD GARRIDO / REUTERS

    La confusion ambiante explique sans doute pourquoi l’équipage mexicain apprend, en plein vol, que sa permission d’atterrissage en Bolivie lui est subitement retirée, l’obligeant à retourner à Lima. Le commandant des forces aériennes boliviennes finit par donner son autorisation. « Cela en dit long sur qui contrôle le pays », a commenté M. Ebrard [, chef de la diplomatie mexicaine].

    Monté à bord de l’appareil, M. Morales reste cloué au sol bolivien : les autorités péruviennes refusent d’autoriser l’avion à faire le plein à Lima. « Ce fut le moment le plus tendu, a confié M. Ebrard. Ses sympathisants étaient autour de l’aéroport et les forces armées de Bolivie à l’intérieur. Il a fallu trouver un plan B. »

    Le salut de l’ancien chef d’Etat, au pouvoir durant plus de treize ans, viendra du Paraguay voisin, où l’avion se ravitaille finalement en carburant. Mais sa volonté de traverser la Bolivie est vite remise en cause par la volte-face des autorités boliviennes, qui refusent le survol de leur territoire. M. Ebrard appelle alors au secours le gouvernement brésilien. Les diplomates d’Itamaraty, le ministère des affaires étrangères brésilien, acceptent que l’avion longe sa frontière avec la Bolivie. L’Equateur se décide ensuite à le laisser passer pour rejoindre les eaux internationales jusqu’à Mexico.

    « Un voyage à travers la politique latino-américaine », a résumé Marcelo Ebrard, qui s’est bien gardé de lister explicitement les gouvernements conservateurs, alignés sur la position américaine. Le président Donald Trump a en effet applaudi l’initiative de l’armée bolivienne d’exiger le départ de M. Morales, le considérant comme « un signal fort aux régimes illégitimes du Venezuela et du Nicaragua ». Ces derniers, alliés de M. Morales, ont dénoncé un « coup d’Etat ».

    L’expression est aussi employée par Mexico, qui a souligné le rôle clé joué par le président élu argentin, Alberto Fernandez, dont l’entrée en fonction est prévue le 10 décembre. C’est lui qui a persuadé le gouvernement paraguayen d’autoriser l’escale sur son sol, permettant que M. Morales s’envole pour Mexico. Une division régionale ressentie lors de la réunion de l’Organisation des Etats américains (OEA) qui s’est tenue, mardi, à Washington.

    Le secrétaire général de l’OEA, Luis Almagro, a en effet soutenu qu’il y avait bien eu « un coup d’Etat en Bolivie », mais qu’il « s’est produit le 20 octobre, quand une fraude électorale a été commise avec pour conséquence la victoire de l’ex-président Evo Morales au premier tour ». « Nous nous demandons quelles sont vos priorités », lui a rétorqué l’ambassadrice du Mexique devant l’OEA, Luz Elena Bolaños.

  • World inequality database

    The World Inequality Database (WID.world) aims to provide open and convenient access to the most extensive available database on the historical evolution of the world distribution of income and wealth, both within countries and between countries.

    HISTORY OF WID.world

    During the past fifteen years, the renewed interest for the long-run evolution of income and wealth inequality gave rise to a flourishing literature. In particular, a succession of studies has constructed top income share series for a large number of countries (see Thomas Piketty 2001, 2003, T. Piketty and Emmanuel Saez 2003, and the two multi-country volumes on top incomes edited by Anthony B. Atkinson and T. Piketty 2007, 2010; see also A. B. Atkinson et al. 2011 and Facundo Alvaredo et al. 2013 for surveys of this literature). These projects generated a large volume of data, intended as a research resource for further analysis, as well as a source to inform the public debate on income inequality. To a large extent, this literature follows the pioneering work of Simon Kuznets 1953, and A. B. Atkinson and Alan Harrison 1978, and extends it to many more countries and years.

    THE WORLD TOP INCOMES DATABASE (2011)

    The World Inequality Database was initially created as the The World Top Incomes Database (WTID) in January 2011 with the aim of providing convenient and free access to all the existing series. Thanks to the contribution of over a hundred researchers, the WTID expanded to include series on income inequality for more than thirty countries, spanning over most of the 20th and early 21st centuries, with over forty additional countries now under study.

    The key novelty has been to combine fiscal, survey and national accounts data in a systematic manner. This allowed us to compute longer and more reliable top income shares series than previous inequality databases (which generally rely on self-reported survey data, with large under-reporting problems at the top, and limited time span). These series had a large impact on the global inequality debate. In particular, by making it possible to compare over long periods of time and across countries the income shares captured by top income groups (e.g. the top 1%), they contributed to reveal new facts and refocus the discussion on rising inequality.

    In principle, all the top income share series respond to the same general methods: following the pioneering work of S. Kuznets (1953), they use income tax data, national accounts, and Pareto interpolation techniques to estimate the share of total income going to top income groups (typically the top decile and the top percentile). However, despite researchers’ best efforts, the units of observation, the income concepts, and also the Pareto interpolation techniques were never made fully homogeneous over time and across countries. Moreover, for the most part attention has been restricted to the top decile, rather than the entire distribution of income and wealth. These elements pointed to the need for a methodological re-examination and clarification.

    FROM THE WTID TO THE WID (2015)

    In December 2015, the WTID was subsumed into the WID, The World Wealth and Income Database. In addition to the WTID top income shares series, this first version of WID included an extended version of the historical database on the long-run evolution of aggregate wealth-income ratios and the changing structure of national wealth and national income first developed by T. Piketty and G. Zucman 2013, 2014 (see also T. Piketty, 2014, for an attempt to propose an interpretative historical synthesis on the basis of this new material and of the top income shares series). We changed the name of the database from WTID to WID in order to express the extension in scope and ambition of the database, as well as the new emphasis on both wealth and income.

    At the same time, over the last years the distribution of personal wealth has been receiving increasing attention after having been neglected for decades. The work on top income shares was recently extended to study the long run evolution of top wealth shares (see E. Saez and G. Zucman 2016, F. Alvaredo, A. Atkinson and S. Morelli 2017, and B. Garbinti, J. Goupille and T. Piketty 2016).

    FROM INCOME INEQUALITY TO WEALTH INEQUALITY

    One reason is the growing recognition that, in seeking explanations for rising income inequality, we need to look not only at wages and earned income but also at income from capital. Income from interest, from dividends, and from rents represents a minority of total personal income, but it is nonetheless significant, especially at the top of the distribution. The ratio of total personal wealth to total personal income has been rising. One consequence is that the role of inherited wealth – which declined for much of the twentieth century – has, in a number of countries, begun to acquire greater significance. In addition, there is extensive evidence – e.g. from billionaire rankings – suggesting that top global wealth holders have grown much faster than average and have therefore benefited from a substantial increase in their share.

    In order to produce reliable estimates of wealth inequality, it is becoming increasingly critical to combine different sources in a consistent manner, including income tax data (using the capitalization method) and inheritance tax data (using the mortality multiplier method), following the pioneering work of A. B. Atkinson and A. Harrison (1978). One also needs to introduce new sources such as global billionaire rankings, and to address novel issues such as cross-border assets and offshore wealth (G. Zucman, 2013, 2014). More generally, it is becoming more and more critical to measure the inequality of income and wealth from a global perspective, and not simply at the country level.

    THE WORLD INEQUALITY DATABASE (WID.WORLD) : A NEW WEBSITE, A NEW AMBITION (2017)

    In January 2017, with the objective of reaching yet a wider audience of researchers and general public, we released the first version of the more user-friendly website, WID.world, hosting the World Inequality Database.

    These changes come along with a new ambition. Thanks to the continuous cooperation of the WID.world Fellows, we pursue our efforts to expand the database into three major directions.

    First, we keep expanding the time coverage and the geographical coverage of the database, in particular to the countries of Asia, Africa and Latin America. We also keep updating the database with new observations, as official bodies release the necessary information each year. Additionally, we will progressively include inequality series at the sub-national level whenever possible (series of top income shares for each state in the United States are already available, as well as for urban and rural China).

    Next, we plan to provide more series on wealth-income ratios and the distribution of wealth, and not only on income. Third, we aim to offer series on the entire distribution of income and wealth, from the bottom to the top, and not only for top shares.

    The overall long-run objective is to be able to produce Distributional National Accounts (DINA), that is, to provide annual estimates of the distribution of income and wealth using concepts of income and wealth that are consistent with the macroeconomic national accounts. This also includes the production of synthetic income and wealth micro-files, which will also be made available online.

    A LONG-TERM, CUMULATIVE, COLLABORATIVE RESEARCH PROCESS

    We should stress at the onset that our methods and series are and will always be imperfect, and subject to revision. We attempt to combine the different data sources available (in particular fiscal data, survey data and national accounts) in a more systematic way than what was done to date, but more progress is yet to come. We provide a detailed and explicit description of our methodology and sources, so that other users can contribute to their improvement. Our series and methods should be viewed from the perspective of a long-term, cumulative, collaborative research process.

    In this spirit, we also provide a new set of research tools for scholars, journalists, or any interested user in the production of their own inequality datasets. Our programs allow for the estimation of income and wealth distributions based on raw tabulated data, such as those provided by statisical agencies and tax administrations. They can also be used to combine distributions from different countries and produce representative synthetic files. The programs are based on generalized, non-parametric Pareto interpolation techniques. They can be run directly from our website with no prior technical knowledge. Users can also download and install our open-access R-language codes on their computers.


    https://wid.world
    #inégalités #données #base_de_données #statistiques #chiffres #monde #cartographie #visualisation
    signalé par @mobileborders

    #rapport 2018 :
    https://wir2018.wid.world/files/download/wir2018-full-report-english.pdf
    ping @simplicissimus @reka @fil

  • À l’approche de l’hiver, 7 Français sur 10 s’inquiètent pour leur facture d’électricité
    https://www.lefigaro.fr/conso/a-l-approche-de-l-hiver-7-francais-sur-10-s-inquietent-pour-leur-facture-d-

    Alors qu’une importante vague de froid doit toucher l’ensemble de l’Hexagone cette semaine, la dernière étude de l’institut de sondage Odoxa, publiée ce mardi 12 novembre, met en lumière l’inquiétude des Français concernant leur facture d’#électricité.

    Sur l’échantillon de 1 005 Français âgés de 18 ans ou plus interrogés par l’étude, 71% voient dans l’arrivée de l’hiver une augmentation imminente de leur facture de #chauffage, qui représente à lui seul 62% de la consommation électrique selon EDF.

    #pauvreté

  • Séisme dans la Drôme et l’Ardèche : pas de risque pour les centrales nucléaires, assure EDF
    Mis à jour le 11/11/2019 | 18:59
    https://www.francetvinfo.fr/societe/nucleaire/seisme-dans-la-drome-et-l-ardeche-pas-de-risque-nucleaire-assure-edf_36

    Le fournisseur d’électricité s’est voulu rassurant, affirmant que les centrales du Tricastin et de Cruas, situées à proximité de la zone où la secousse a été ressentie, n’ont subi aucun dégât.

    #commed'hab'
    #séisme

    • https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/11/11/seisme-de-magnitude-5-4-dans-le-sud-est-de-la-france_6018764_3244.html

      L’épicentre du séisme se trouvait à un peu plus d’une dizaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Cruas (Ardèche) et à une trentaine de kilomètres du site du Tricastin (Drôme), qui regroupe notamment une centrale nucléaire et des usines d’Orano (ex-Areva) de traitement du combustible nucléaire.

      Dans la soirée, EDF a décidé d’arrêter les trois réacteurs en marche de la centrale de Cruas – le réacteur n° 1 étant déjà à l’arrêt pour maintenance – « pour procéder à des contrôles complémentaires et préventifs ». « Les premiers contrôles n’ont pas mis en évidence de dégât apparent. Des vibrations ont cependant été enregistrées, ce qui nécessite de procéder à des contrôles complémentaires et préventifs », a expliqué le groupe dans un communiqué.

      « Le seuil sismique vibratoire a déclenché une alarme sur un seul des cinq capteurs présents sur le site. Aucun dégât sur les bâtiments n’a été constaté, et les installations fonctionnent normalement », avait plus tôt assuré le préfet de la Drôme, Hugues Moutouh. L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait, elle aussi, expliqué que le séisme n’avait provoqué « aucun dommage apparent » aux sites nucléaires, mais avait demandé à EDF de vérifier si les valeurs enregistrées dépassaient les seuils à partir desquels un examen plus poussé des installations, nécessitant l’arrêt des réacteurs, est nécessaire.

      « L’ASN examinera les conditions dans lesquelles [les] réacteurs pourront redémarrer » à Cruas, a précisé l’autorité dans la soirée. Une porte-parole a ajouté que l’arrêt des réacteurs pourrait durer « quelques jours », en fonction des résultats de l’audit.

      En revanche, la centrale nucléaire du Tricastin, la plus éloignée de l’épicentre du séisme, ne devra pas être arrêtée, aucun seuil d’alerte n’y ayant été mesuré, a ajouté l’ASN. Quant à l’usine Orano du Tricastin, « des centrifugeuses ont été arrêtées, mais pas pour des raisons de sûreté. Ce sont des arrêts qui se font automatiquement pour protéger le matériel », a souligné le directeur des centrales nucléaires à l’ASN, Rémy Catteau.

      « Les installations nucléaires sont dimensionnées pour résister à des niveaux plus élevés » de mouvements, a assuré le responsable, notant qu’il faut prendre en considération l’accélération du sol ressentie sur place, et pas la magnitude mesurée au niveau de l’épicentre. Et EDF de renchérir :

      « Le risque sismique a été pris en compte dès leur conception pour l’ensemble de nos centrales nucléaires, en fonction de l’historique des séismes observés dans les régions d’implantation de nos installations. »

      Pas d’inquiétude, donc ... Mais, car il y a un mais :

      https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/11/11/seisme-la-peur-d-un-fukushima-a-la-centrale-du-tricastin

      Le séisme majoré de sécurité (SMS) a été recalculé après la catastrophe de Fukushima au Japon. Il est supérieur au séisme maximal historiquement vraisemblable qui est censé se produire tous les 1000 ans en moyenne.

      Il se base sur le tremblement de terre le plus intense de mémoire d’homme jamais recensé dans la région. Celui-ci s’est produit le 8 août 1873 avec une magnitude de 4,7 sur l’échelle de Richter. L’épicentre se situait à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme) à 13 kilomètres de la centrale nucléaire du Tricastin.

      Le tremblement de terre de magnitude 5,4 qui s’est produit ce lundi était donc plus puissant que le séisme majoré de sécurité de magnitude 5,2 qui a été retenu par l’Autorité de sûreté du nucléaire. Son épicentre se trouvait à 26 kilomètres de la centrale du Tricastin et à 23 kilomètres de la centrale de Cruas.

      #EDF #ASN

  • Artemisia Gentileschi, une très moderne peintre de la Renaissance, en vedette aux enchères – News Letter JDD 12/11/2019
    http://ats.ccmp.eu/ats/msg.aspx?sg1=3c373f8e77567f335ffd910595113998

    Artemisia Gentileschi, une très moderne peintre de la Renaissance, en vedette aux enchères

    Un tableau majeur de la peintre romaine Artemisia Gentileschi (1593-1654) représentant Lucrèce se poignardant, sera mis en vente aux enchères demain à Paris par la maison de vente Artcurial. Cette toile a été retrouvée il y a quelques mois dans une collection privée à Lyon. Le prix de départ est fixé entre 600.000 et 800.000 euros. Mais les enchères pourraient s’élever au-delà.

    Artemisia Gentileschi est l’une des rares artistes femmes de la Renaissance , qui a été redécouverte au début du XXe siècle grâce à l’historien d’art Roberto Longhi. Peintre baroque, héritière du caravagisme, elle est connue aussi pour un drame qui a marqué sa vie : victime d’un viol, elle a osé porter plainte contre son agresseur, un artiste, et a gagné son procès.

    L’artiste a représenté quatre fois Lucrèce, une héroïne de l’Antiquité, violée elle aussi, qui se suicide pour ne pas vivre dans le déshonneur. Un de ces quatre tableaux est parti l’an passé à Vienne pour 1,8 million d’euros. Le record pour une toile d’Artemisia Gentileschi se monte à 2,8 millions d’euros, atteint en 2017 lors d’une vente à Paris.

  • Jordanie : Baqura et Al Ghamr reviennent à la Jordanie et les acclamations affluent de tout le Royaume
    Par Rana Husseini , Maram Kayed - Rana Husseini , Maram Kayed
    http://www.ism-france.org/temoignages/Baqura-et-Al-Ghamr-reviennent-a-la-Jordanie-et-les-acclamations-affluent

    Les Forces armées jordaniennes hissent le drapeau national à Baqura, rétablissant pleinement la souveraineté de la Jordanie sur la région. (Al Rai photo)

    AMMAN, 10.11.2019 – Les militants politiques, les jeunes et les citoyens ont exprimé leur joie et leur fierté devant la décision du Royaume de mettre fin aux annexes de Baqura et d’Al Ghamr dans le traité de paix israélo-jordanien.

    Baqura et Al Ghamr reviennent à la Jordanie et les acclamations affluent de tout le Royaume

    Les Forces armées jordaniennes hissent le drapeau national à Baqura, rétablissant pleinement la souveraineté de la Jordanie sur la région. (Al Rai photo)
    Dans son discours du Trône, lors de l’ouverture des sessions ordinaires du Parlement, le Roi a déclaré : « Aujourd’hui, je proclame la fin de la validité des annexes de l’accord de paix concernant Baqoura et Ghoumar, et le rétablissement de notre souveraineté totale sur ces territoires. » (...)


    #IsraelJordanie #Baqura #Al_Ghamr

  • Qui manipule l’étoile jaune? – L’image sociale
    André Gunthert 11 novembre 2019
    http://imagesociale.fr/7943

    (...) Il n’y a évidemment aucune instrumentalisation, autre que celle que les commentateurs projettent à grand renfort de qualificatifs ignominieux. Car le trucage est bien du côté des imprécateurs : sur la photo, quatre autres personnes portent elles aussi la fameuse étoile de façon visible. Mais il s’agit d’adultes, et ni leur positionnement ni les jeux de regards ne permettent d’imaginer une responsabilité que l’on pourrait attribuer à Esther Benbassa. A l’inverse, en vertu d’un cliché sexiste et infantilisant (une petite fille ne peut pas décider toute seule de porter un signe politique), et de la simple proximité physique avec la sénatrice, ils inventent une « instrumentalisation » parfaitement imaginaire. Ceux qui dénoncent la manipulation de l’histoire ont choisi de se focaliser sur la fillette pour réveiller les souvenirs du ghetto de Varsovie ou de La Liste de Schindler. De quel côté est la honte ? (...)

    • Féministe, écologiste, avocate de la cause palestinienne, soutien des Gilets jaunes, la courageuse sénatrice, toujours en première ligne, s’est fait nombre d’ennemis parmi ce que la France compte de plus médiocre.

      Au fait...

      Être séfarade ou pas - L’Express
      https://www.lexpress.fr/actualite/societe/etre-sefarade-ou-pas_474041.html

      Universitaire, spécialiste de l’histoire du judaïsme, Esther Benbassa souligne la spécificité des juifs d’origine ibérique. Et en témoigne.

    • Cocktail mazal-tov
      💥
      🤸‍♀️
      צדק תרדוף
      @VN_Merilahti
      Bon. Va falloir qu’on mette les choses au point vis à vis de cette histoire d’étoile jaune à la marche d’hier, par que là je vais fondre un plomb.

      A l’origine du débat, cette photo postée par la sénatrice EELV E. Benbassa où l’on voit des personnes arborer une « étoile jaune ».

      Immédiatement, la droite se voyant là une parfaite occasion de pouvoir taper à nouveau sur la #Marche10Novembre a commencé de larmoyantes dissertations sur le respect de l’histoire juive, droite qui a elle même largement participé à rendre la-dite histoire sanglante.

      Dans ce sillage droitier, tous les soc-dem du pays ont lancé une vaste levée de bouclier comme par exemple F. De Rugy qui qualifie la comparaison Juifs d’hier = Musulmans d’aujourd’hui de « honteuse » & appelle à « défendre la république face à l’islamisme ».

      Que la droite vomisse de la merde, on a l’habitude. Mais les réactions de la gauche sont tout bonnement nauséabondes.
      Parce que face à ca, tout ce que la gauche blanche trouve à scander c’est « l’étoile à cinq branches pas six, rien à voir avec la Shoah !
      😤
       »

      Et c’est là qu’il va falloir opérer à une sérieuse mise au point.
      Parce que voir des personnes de gauche, à fortiori des intellectuel•les, des militant•es à large audience (comme par exemple ici l’historienne M. Larrere) tweeter ce genre de choses, je suis navré mais N. O. N.

      Déjà, l’argument « ca n’a rien à voir avec la Shoah, c’est l’étoile à cinq branches de l’Islam, pas l’étoile de David, aucune référence 2nde Guerre Mondiale ».
      S’agirait de grandir quand même, non ?

      Le fait de porter sur son vêtement une pièce de tissu, sur laquelle est imprimée en jaune l’étoile à cinq branches & le croissant de l’Islam, C’EST une référence à l’histoire de la Shoah. Et d’ailleurs, nombre d’autres messages à la marche d’hier font cette comparaison.

      Le message était clair & répété. Pour certain•es participant•es, les musulman•es d’aujourd’hui sont les Juif•ves d’hier.

      Alors j’aimerais bien que l’on arrête cet espèce de défense blanche à l’aveuglette du « AH NON JE VOIS PAS DE RÉFÉRENCE À LA SHOAH MOI ».

      Maintenant qu’on a fixé ce fait que les white gaucho essayent de nier pour je ne sais quelle raison (peut être par honte ?!) réfléchissons un peu.
      Alors, cette comparaison : impertinente, indécente, honteuse, antisémite ?
      Franchement ? Bof.

      Est-ce que c’est maladroit d’utiliser LE symbole du genocide Juif dans une manifestation contre l’Islamophobie en France ?
      Clairement. Les musulman•es ne sont pas deporté•es & assassiné•es industriellement dans des usines de mort.
      C’est maladroit, déplacé, voir blessant.

      MAIS. Et c’est dans le MAIS que tout repose, vous savez que le diable se loge dans les détails.

      Et quand bien même la comparaison soit mal placée, doit on dénigrer des milliers de personnes qui ont marché pour un droit on ne peut plus élémentaire à savoir ne pas être stigmatisé•e pour sa foi, dans un contexte hautement islamophobe ?! Non.

      Vous êtes heurté•es de voir des musulman•es comparer leur situation à celle des Juif•ves du XXe siècle ? Moi ce qui me heurte c’est de voir en France en 2019 des personnes qui ne trouvent que ce symbole, immonde, sordide, violent, pour exprimer leur souffrance.

      Ce qui devrait vous interpeler, ce n’est pas que des musulman•es « s’accaparent » ce pan de l’Histoire Juive. Ce qui devrait vous interpeler c’est que votre supremacisme & vos politiques racistes font se sentir ces gens comme les Juif•ves du siècle dernier.

      Trouve-je la comparaison déplacée ? Oui.

      Vais-je jeter la pierre à ces gens, à l’heure où l’islamophobie & ses sévices explosent partout dans le monde ? Où deux peuples musulmans - les Rohingyas & les Ouïghours - subissent un nettoyage ethnique en Chine & au Myanmar ?
      Non.

      C’est quand même un peu verbeux, alors j’arrête.

      Et je rajoute : Benbassa connaît un peu l’histoire du judaïsme, c’est son travail de chercheuse, et elle doit trouver la comparaison pas si débile que ça. D’ailleurs le marquage des Juifs a largement précédé la Shoah, c’était un usage médiéval, de stigmatiser les Juifs et de leur interdire la propriété de la terre.

    • On lui cherche des poux à cette manif. A La une de libé numérique de ce matin je peu lire : " Pourquoi le cri « Allahu akbar » a-t-il été scandé pendant la marche contre l’islamophobie ? " ...

      J’aimerais voire un tel décorticage contre les manif misogynes, homophobes et violophiles des catholiques, leur nuisance est infiniment supérieur à celle causé par les musulman·nes dans ce pays. J’ai entendu dire qu’ils scandent encore "laisser venir à lui les petits enfants" c’est quant même plus obscène qu’un vulgaire "dieu est grand". Mais bon les institutions catholiques ne font qu’organiser des viols d’enfants et leur récidive et leur impunité au niveau internationale, c’est rien en comparaison de la gravité que représente le fait de mettre un tissus sur la tête ... sauf si ce tissus est une kippa, car là c’est un signe religieux sexistes qui ne soulève aucun commentaire, mais le voile, oh le voile ne passe pas du tout car il faut protégé le droit des hommes hétéros à bander dans l’espace publique et leur liberté d’importuner... sauf si c’est un voile catholique puisque il est alors le signe religieux sexiste que la dame qui le porte fait partie d’une organisation internationale de viols d’enfants.

    • France Info et tout est plus clair. Bien sur "les informés" ont sauté sur cette polémique. J’ai entendu ce talk-show bien de chez nous cette nuit. Ecouter la morgue de Gilles Bornstein envers Nora Hamadi au milieu du podcast :
      https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/les-informes-de-france-info/feminicide-en-alsace-la-polemique-sur-letoile-jaune-a-la-manif-contre-l
      https://embed.radiofrance.fr/franceinfo/player/aod/46ee9a3d-4e74-4b9d-9232-59a15d0b41e4
      c’est clair, Gilles Bornstein est un #éditocrate qui devrait fermer sa gueule !
      Henri Vernet, Rédacteur en chef adjoint au Parisien-Aujourd’hui-en-France est bien atteint aussi !

  • Aleksandr #Rodchenko, Lenin workers’ club in Paris (1925) | The Charnel-House

    https://thecharnelhouse.org/2014/05/29/aleksandr-rodchenko-lenin-workers-club-in-paris-1925

    For now, here are some photos and drawings of Rodchenko’s famous design along with some well-known passages written at the time of the exhibition. It appeared as part of the same show that saw the premier of architect Konstantin Mel’nikov’s outstanding Soviet Pavilion.

    Here’s Petr Kogan, an historian of art and literature, who wrote the catalogue introducing the club’s design:

    Our section [of the exposition] has no luxury furniture or precious fabrics. At the Grand Palace visitors won’t find furs or diamonds. But those who can feel the rising tide of the creative classes will be able to appreciate the studied simplicity and severe style of the workers’ club and rural reading room…We are convinced that our new constructors have had much to say to the world and that everything most vibrant in humanity will not delay us from knowing and seizing through art the true meaning of our struggle. With this conviction we resolutely enter the lists of the new artistic competition among nations.

    And here’s a passage by Rodchenko himself that’s often cited in connection with “comradely objects.” The Soviet avant-garde understood itself to be fashioning a new world.

    #design #art #aménagement_intérieur #communisme #urss #union_soviétique #architectur #modernisme #avant-garde_soviétique #camarades #travailleurs

  • Shaft Inc. : Escalade dans la traque en ligne, le cas #Eulerian
    https://www.shaftinc.fr/escalade-traque-eulerian.html

    Récemment, le quotidien Libération a annoncé en fanfare que ce serait le premier média à supprimer les #traqueurs publicitaires de son site web pour ces abonné·e·s (ce que je ne suis pas), oubliant que d’autres le font déjà, comme Next INpact ou Canard PC, voir pire que certains médias dangereusement radicalisés comme Reflets ne dépose pas de mouchards que vous possédiez un abonnement ou pas. Mais surtout, cette annonce est totalement fausse.

    Ce que ce bidonnage a laissé apparaître, c’est que Libération passe par les services d’Eulerian, une sympathique société proposant « une solution de mesure publicitaire », dont le PDG bullshiteur en chef déclare sans ambages :

    La #collecte des #données #marketing est de plus en plus difficile à réaliser en raison du déploiement des #adblockers, d’ITP ou encore du traitement dégradé des #cookies tiers. Les choix technologiques d’Eulerian permettent à nos clients de disposer de données exhaustives et de qualité pour mener à bien leurs projets d’attribution marketing et de segmentation de données dans le respect total des législations en vigueur.

  • Rep. Ilhan Omar accused of anti-Semitism for tweet about billionaires supporting Michael Bloomberg | Daily Mail Online
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-7669813/Rep-Ilhan-Omar-accused-anti-Semitism-tweet-billionaires-supporting-Mich

    Rep. Ilhan Omar is accused of ’dog whistle’ anti-Semitism after she posts tweet implying billionaire businessman Leon Cooperman is only supporting Michael Bloomberg’s presidential run because he is Jewish

    Rep. Ilhan Omar came under fire on Saturday for sharing a tweet revealing Jewish billionaire Leon Cooperman will back Michael Bloomberg’s 2020 bid
    She shared the tweeted with a thinking emoji saying: ’I wonder why’
    She was accused of ’dog whistle’ anti-Semitism for the comment
    Critics say she was alluding to the fact that they were both Jewish rather than the fact that they are both billionaires
    Omar retweeted posts by supporters who accused critics of ’twisting her words’
    Omar has been accused of anti-Semitism for downplaying the 9/11 terror attacks and for a 2012 post where she said ’Israel has hypnotized the world’

  • 20 minutes - La répression s’accentue en Irak - Monde
    https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/17677142

    Je verrais assez bien un scénario comparable dans quelques jours pour le #liban (avec la diplomatie française en relais des USA sur ce dossier...)

    Alors que les manifestants redoutent désormais une dispersion par la force de Tahrir et qu’Amnesty International redoute « un bain de sang », la mission de l’ONU en Irak (Unami) a proposé dimanche soir un plan de sortie de crise.

    Avant toute chose, alors que beaucoup en Irak dénoncent « une nouvelle république de la peur », l’Unami réclame la libération de tous les manifestants arrêtés. Elle réclame également que la lumière soit faite sur les enlèvements de militants et de médecins —qui sont pour les défenseurs des droits humains le fait de forces agissant au nom de l’Etat mais aussi de groupes armés.

    Washington appelle à « des élections anticipées »

    La feuille de route de l’Unami propose également un référendum sur une réforme constitutionnelle sous trois mois, une révision de la loi électorale sous deux semaines et de nouvelles mesures anticorruption dans le 12e pays le plus corrompu au monde. Ces amendements sont toutefois loin des revendications des manifestants qui réclament désormais la fin du système politique tel qu’il a été créé après la chute de Saddam Hussein en 2003. Ils veulent une nouvelle Constitution et une classe politique entièrement renouvelée.

    De son côté, Washington a appelé dimanche le gouvernement irakien à organiser « des élections anticipées » et à mener une « réforme électorale ». Elle a également demandé que « cesse la violence contre les manifestants ». « Les États-Unis sont gravement préoccupés par la poursuite des attaques contre les manifestants, les militants civiques et les médias, ainsi que par les restrictions imposées à l’accès à internet en Irak », a écrit la Maison Blanche dans un communiqué.

    #irak #usa #démocratie

  • La gauche bolivienne a-t-elle enfanté ses fossoyeurs ?, par Maëlle Mariette (Le Monde diplomatique, septembre 2019)
    https://www.monde-diplomatique.fr/2019/09/MARIETTE/60349

    S’ils sont réélus, M. Morales et son équipe devront néanmoins faire preuve d’adresse tactique et de souplesse stratégique pour arrimer l’avenir de leur « révolution démocratique et culturelle » à un groupe social dont tout indique, pour l’heure, qu’il se construit en marge de ce processus.

    Puisque c’est dans l’actualité. Où l’on apprend que Morales a réussi à chasser la pauvreté et l’analphabétisme, grâce aux ressources de Lithium du pays profitant à l’état. Il a ainsi pu créer une classe moyenne qui ne voit du même coup plus d’un bon oeil sa politique de gauche.
    Sa démission, ainsi que les évènements se passant actuellement en Bolivie, est à voir avec ce prisme là. Et aussi le prisme de toutes les déstabilisations faites par les états-unis en Amérique du Sud.

    • Pachamama, les mineurs de Bolivie
      Juan Manuel Castro Prieto / agence VU


      https://www.agencevu.com/stories/index.php?id=1885&p=105

      En Bolivie, nichée dans la cordillère des Andes, les villes d’Oruro, Popoó, Uyuni et Potosi abritent de nombreuses exploitations minières datant de l’époque coloniale, qui continuent de faire vivre les habitants d’une région menacée par la pauvreté.
      Parti à la rencontre de la population pour comprendre leur mode de vie, Juan Manuel Castro-Prieto assiste à leurs rites et découvre leur vision du monde, toujours ancrée dans des pratiques et croyances ancestrales.

      #Bolivie

    • Il n’existe pas de neutralité idéologique. Toute redistribution économique sans combat idéologique contre le capitalisme est vouée à l’échec.
      Le comble, c’est que cette redistribution temporaire joue à fond dans l’augmentation de richesse sur le long terme de ces élites.
      Mais la seule richesse ne leur suffit pas. Il leur faut aussi malgré tout avoir le sentiment qu’ils sont privilégiés.

    • Pour l’e-Monde, les victimes sont toujours dans le camp des « méchants », mais heureusement, la police et l’armée veillent sur la bonne marche des « affaires » :

      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/11/11/apres-la-demission-d-evo-morales-et-de-nouvelles-violences-la-bolivie-dans-l
      (source twitter AFP donc du « grand journalisme »)

      Depuis la mi-journée, les forces de l’ordre se redéployaient progressivement, faisant usage de gaz lacrymogène à El Alto, une localité proche de la capitale et bastion d’Evo Morales, pour disperser des groupes de manifestants encagoulés et armés de bâtons. De petites casernes de la police ont été pillées et brûlées lundi dans plusieurs villes, tandis qu’une colonne de plusieurs centaines de partisans de M. Morales marchait vers La Paz depuis la ville voisine d’El Alto. Arborant des whipalas, le drapeau symbole des peuples indigènes, et scandant « Maintenant oui, une guerre civile ! », ils étaient des centaines en route vers la capitale, contraignant les magasins à fermer leurs portes.

      Bon, allez, une autre lecture de la situation peut-être ?

      https://www.revolutionpermanente.fr/C-est-un-coup-d-Etat-qui-a-lieu-en-ce-moment-en-Bolivie

      Qui se trouve derrière le mouvement actuel, qui a commencé le 20 octobre ?

      Le mouvement est piloté, depuis le début, par la droite dure, dont les bastions se trouvent dans l’Est du pays, dans la région de Santa Cruz, mais qui dispose de relais dans plusieurs villes du pays, dont Potosí. Cette droite dure, que l’on appelle en Bolivie le « mouvement civique », est soutenue par l’opposition à Morales, très forte au sein des classes moyennes et au sein, bien entendu, de la bourgeoisie, mais elle a su tisser des liens, également, avec certains secteurs du mouvement social, expliquant non seulement l’importance des manifestations qui ont eu lieu dans un certain nombre de villes depuis une vingtaine de jours, mais également les blocages routiers mis en place par l’opposition pour faire pression.
      Ces derniers jours, la situation a changé avec plusieurs unités de police qui se sont mutinées contre le gouvernement et le ministère de l’Intérieur. La décision de l’OEA a fini de faire basculer les militaires dans le camp des putschistes. Dans cette situation, donc, une heure après la conférence de presse organisée par l’état-major, Morales a bel et bien « démissionné », suivi de son vice-président et des présidents des deux chambres ainsi que plusieurs gouverneurs et maires du Mouvement Au Socialisme (MAS).Le leader de la droite crucègne, Luis Fernando Camacho, a tenu promesse : il a fait irruption, ce dimanche, au siège du gouvernement, brandissant un drapeau bolivien et sa Bible. Avocat et chef d’entreprise, très lié aux milieux d’affaires et agro-industriels de l’Est du pays, c’est un évangéliste convaincu qui se prévaut d’avoir l’appui des Etats-Unis. Dès la publication du rapport de l’OEA, le secrétaire d’Etat de Donald Trump, Mike Pompeo, a déclaré que les Etats-Unis soutenaient l’option de l’organisation de nouvelles élections, ce qui équivaut à un blanc-seing donné aux putschistes.

  • Une carte du centre-ville de Beyrouth approprié par les #manifestants par Antoine Attallah
    https://www.facebook.com

    A map I did, describing Beirut’s central district in the first days of the October Revolution, after it was occupied, appropriated and reorganized by protesters and the general public. Describing how it became Al-Balad again.

    In a unique and amazing moment, the first since the end of the civil war and the Solidere take-over that followed, the Central District became again a place built by the people, for the people. Open to all, an inclusive space welcoming to all segments of society and especially to the middle class, the underprivileged and the disenfranchised. A space for debate, for discussion, for the meeting of people from all walks of life and all communities, from which political culture, common discourse and a shared identity can arise.

    In an area that was turned into a smoothed and bright, but shallow and empty showcase for the political and financial elite, excluding the vast majority of the Lebanese people, that same people took over and drew out a new urban plan. They experimented their right to the city. And did beautifully, organically. Cities hate voids and in this new state of permissiveness, the voids of the central district were filled with all components of a normal city: commercial spaces, spaces of debate and politics, spaces of music and festivities, spaces of logistics and amenities, spaces of gatherings, of promenade, of rest, of madness and joy.


    #cartographie #Beyrouth #centre-ville

    • Carte très intéressante mais il faut souligner que le réinvestissement de l’espace public central mis ici en valeur a pour contrepoint d’une part la fermture complète de l’espace de la rue Maarad et de la place de l’Horloge devant le Parlement, qui était devenu de la fin des années 1990 à 2005 un espace de loisirs et de consommation, plutôt chic mais aussi un espace de promenade. D’autre part, le reste du centre-ville, du Serail (visible sur cette image) et des nouveaux Souks construits sur les anciens souks ottomans (centre commercial huppé au nord de ce plan) jusqu’à la limite ouest du centre-ville s’étend une zone complètement barricadée et contrôlée par divers services de sécurité, où se mélangent des ministères, des lieux de consommation très chics et des immeubles résidentiels de très haut standing, gardés, pour une bonne part vides (au moins une partie de l’année). J’ai encore traversé cette zone d’une tristesse absolue la semaine dernière. Cela souligne les limites de la réappropriation du centre-ville. Et on pourrait étendre la remarque à la zone du remblai.

  • Aalaapi ᐋᓛᐱ | Marie-Laurence Rancourt et Daniel Capeille
    https://soundcloud.com/magnetobalado/aalaapi

    Aalaapi signifie en Inuktitut « faire silence pour entendre quelque chose de beau ». Le dernier documentaire de Magnéto suit 5 jeunes femmes originaires du Nunavik, au Nord du Québec. Audrey, Samantha, Louisa, Mélodie et Akinisie partagent leur vie entre le sud et le nord. Pendant 8 mois, elles ont accepté de se raconter au moyen d’un documentaire radiophonique sculpté à même leurs réflexions, leurs paroles, leurs silences. Durée : 1h01. Source : Magnéto

  • Quatre philosophes russes (4/4) : Bakounine, l’anarchiste
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/quatre-philosophes-russes-44-bakounine-lanarchiste

    Il y a beaucoup d’idées reçues sur l’anarchisme : casse, opposition violente, mort de l’ordre et des lois... Mais qu’est-ce qu’était l’anarchisme pour le philosophe Michel Bakounine ? En quoi sa remise en cause de l’Etat l’a-t-il opposé à Marx ? Quels mouvements incarnent sa pensée aujourd’hui ?

    Une émission présentée par Géraldine Mosna-Savoye
    http://atelierdecreationlibertaire.com/blogs/bakounine/retour-sur-une-emission-1236
    http://refractions.plusloin.org
    http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153790
    #Bakounine #anarchie #ACL

  • Okinawa: Burg Shuri in Naha abgebrannt | Kotoba 古都薔
    http://kotoba.japankunde.de/?p=6875

    Weite Teile der Burg Shuri 首里城, des auf das 15. Jh. zurückgehenden Sitzes der Könige von Ryūkyū 琉球, in Okinawas Hauptstadt Naha 那覇 sind in der Nacht zum 31.10.2019 einem Brand zum Opfer gefallen. Das Feuer wurde gegen 2:40 Uhr entdeckt und konnte erst 11 Stunden später gelöscht werden. Menschen kamen nicht zu Schaden. Ein Wiederaufbau wird bereits geplant. Die Burg war bereits im Zweiten Weltkrieg zerstört und erst 1992 rekonstruiert worden. 2000 wurde sie von der UNESCO als Stätte des Weltkulturerbes registriert.